Langue

TPP à Lima : 20 transnationales européennes au banc des accusés

Version imprimableVersion imprimableEnvoyer par e-mailEnvoyer par e-mailPDF versionPDF version

Entre le 13 et le 16 mai 2008, Lima (Pérou) a accueilli le troisième sommet des peuples organisé par le réseau bi-régional Europe - Amérique Latine et Caraïbes « Enlazando Alternativas ». Dans le cadre de cette rencontre, le Tribunal Permanent des Peuples sur les politiques néolibérales et les transnationales européennes en Amérique latine et Caraïbe a tenu sa deuxième session (la première a eu lieu à Vienne, en 2006).

20 transnationales européennes ont été mises en accusation pour les conséquences sociales et environnementales de leurs activités en Amérique latine et Caraïbe. Le tribunal a entendu près de 24 cas impliquant les entreprises suivantes :
Aguas de Barcelona (Grupo Agbar, Espagne), le groupe Bayer (agrochimie, Allemagne), les banques BBVA, HSBC, Santander (Espagne, Grande Bretagne), Botnia (producteur de pâte de papier, Finlande), Camposol (agroalimentaire, groupe Dyer Coriat Holding, Norvège), Cermaq Mainstream (industrie de saumon, Norvège), Majaz (mines, Grande Bretagne), Marine Harvest (industrie de saumon, pêche, Norvège), Fomento de Construcciones y Contratas (FCC, eau, Espagne), Veolia Environnement (eau, France), Repsol-YPF (pétrole et gaz, Espagne), Roche (pharmaceutiques, Suisse), Boehringer Ingelheim (pharmaceutiques, Allemagne), Royal Dutch Shell (énergie et produits chimiques, Grande Bretagne/Pays Bas), Skanska (bâtiment et sidérurgie, Suède), Suez (énergie, France), Syngenta (agrochimie, semences transgéniques, Suisse), Telecom Italia/Telefónica (télécommunications, Italie et Espagne), Thyssen Krupp (sidérurgie et bâtiment, Allemagne), Unilever (agroalimentaire, Grande Bretagne/Pays Bas), Unión Fenosa (énergie, Espagne).

Pour plus d'information sur les cas jugés et la sentence : Enlazando Alternativas, France - Amerique latine, Radio MundoEcologistas en Acción

 

Autres langues

Pays

Conflit

Organisations

Commentaires

Variscan mines

Je découvre aujourd'hui les projets de Variscan, au compte-goutte. Je suis d'origine bretonne, installé depuis peu en Loire-Atlantique. Déjà qu'on a ND des Landes sur le dos, ils nous lâchent pas. Je voulais tout d'abord me joindre à vous pour inciter monsieur anonyme (corbeau?) à se taire si ce n'est pour nous éclairer. Je viens de finir la BD "Plogoff", tiré notamment du film "des pierres contre des fusils" (de mémoire) des époux Le Garrec et le discours de maître corbeau vient malheureusement comme un écho. Je n'y reviendrai pas mais il m'a l'air d'être le vrai nostalgique de Germinal. Bref, j'ai recherché depuis 2 heures des infos sur NSA/Google et très peu de choses, si ce n'est VOUS, la littérature étatique du ministère du développement durable et quelques notes d'intention de Variscan, dont le niveau rédactionnel et scientifique m'a quelque peu surpris (les mecs viennent du BRGM quand même, institut scientifique...publique).J'ai cherché des comités d'informations locaux ou de mobilisations, mais je suis resté sans réponse. Pour le moment, si j'ai bien compris, il existe une période d'"études de faisabilité"; mais ensuite? Quels sont les méthodes utilisées pour l'extraction? Quel encadrement des pratiques prévu? Comment vont-ils calculer les impacts? Si vous avez des contacts à me filer, je suis preneur. Merci de votre vigilance et de vos infos Fred

Et apprendre à lire...

Oui si vous savez lire vous comprendrez que ce n'est pas l'exploitation qui se fait avec de l'argent public, car bien évidement les sociétés sont là pour se faire un peu de pognon au passage... par contre la dépollution, lorsque comme dans ce cas ci la société titulaire de la concession minière est "défaillante" (ou a transmis ces actifs dans une autre société, malins les industriels) alors là OUI c'est bien de l'argent public qui est utilisé pour la dépollution ! Tout comme pout le traitement des malades, malheureusement...A bien relir votre commentaire, il me semble y détecter les mêmes arguments que ceux avancés par Variscan Mines, genre il vaut mieux faire ça proprement en France que détourner le regard de ce qui se passe en Chine... peut être que je me trompe... ou pas ;-)Un AUTRE membre du collectif ALDEAH... pfff vous êtes pas sortis de l'auberge chers nouveaux conquistadors !

Stagnation française

Je suis atterré de lire ce genre d'article par des auteurs, qui de toute évidence, ne connaissent rien à la géologie, qui ont des avis tranchés sans même connaitre les tenant et aboutissant. Le mot mine a été prononcé et tout de suite on s'insurge. L'image que vous avez de la mine date de "Germinal", il faudrait songer à évoluer et à développer vos compétences, avant de tenir des propos complétement faux. Le permis autorisé est dans un premier temps: un permis d'exploration; ce qui signifie que la société pourra investiger pour connaitre la nature des teneurs des métaux de ce sous-sol. Et je signale que la société est privé donc aucun fond public ne sera dépensé. J'entend dans les médias et autour de moi, les difficultés que beaucoup rencontrent dans une socièté en crise économique. La misère social dans lequel on se trouve touche l'ensemble de la population. Alors OUI, il es temps en France de re-créer un tissu d'industries modernes, à la pointe de la technologie. Ces industries pourraient apporter de nombreux emplois, apporter de la valeur nationale (donc du PIB) et permettre de redevenir une grande nation. Mais non le principe de protection environnementale, de protection du confort des habitants priment. On veut bien chez le voisin mais pas chez soi. Raconter moi un peu les auteurs de cet articles: Avez vous des voitures, des smartphones, des télévisions, de l'électroménager? Avez besoin des hopitaux, des écoles, des moyens de transport, de l'internet? ALORS comment croyez vous que tous ces appareils et services fonctionnent. Et bien oui il faut des matières premières, il faut des industries de transformations et des centres pour stocker les déchets issues de ces usages. On préfère que les matières premières soient exploiter dans les pays africains ou chez nos voisins! Mais la France est ultra dépendante de ces voisins et du marché internationale. Elle pourrait en exploitant son sous-sol ne plus être tributaire, dépendante, ce qui donnerai de la souplesse dans notre économie. Laissons donc se créer une industrie modernes en France, favorisons là, soyons créatif. Et ça n'empêche pas de rester vigilant quant aux méthodes mise en oeuvre! Et surtout essayons les uns et les autres d'être honnête avant de s'exprimer sur un sujet. Arrêtons les jugements de valeur sans fondement, sans connaissance!  

être honnête ?

Bonjour, Je ne partage pas votre foi en l'industrialisation. Si nous tenons des propos faux, merci de les citer entre guillemets, nous pourrons les corriger. Sauf si votre commentaire tient davantage de la propagande et dans ce cas, vous feriez bien de lui appliquer vos propres maximes. Qu'une société soit privée ne signifie en rien qu'il n'y aura fond public dépensé. On ne sait pas (lé réfection des routes n'est-elle pas à la charge des communes, en général, par exemple... vous me semblez bien affirmatif et sûr de vous). Et quand bien même il n'y en aurait pas, cela ne change en rien notre position. Nous n'avancions pas cet argument. On ne sait rien quant à nos besoins réels de ces minerais et établir un lien entre eux et les hôpitaux, les écoles, etc... sans citer le lien relève surtout de la propagande. Pourquoi les extraire en grande quantité surtout? Si vous arrivez en m'en dire plus sur le besoin réel, merci de signaler. Pour ma part, je ne le vois pas. La seule chose sûre, c'est que le cours de l'or monte. La mine d'or du Châtelet a cessé son activité quand le cours de l'or a chuté... pas quand nous navons plus eu beoin de ce minérai pour la fabrication de quelque technologie. Mais cher monsieur, je vous suggère, vous qui êtes pour l'extraction de minerai, de déménager tout de suite et d'aller habiter en face d'une mine d'extraction. Voire d'y travailler. Quand à la misère sociale, ne vous déplaise, elle est souvent créée par l'extraction, cela est même connu sous le nom de "malédiction des ressources naturelles" ou de "malédiction de l'abondance". pour terminer, je ne peux que vous citer : "Et surtout essayons les uns et les autres d'être honnête avant de s'exprimer sur un sujet. Arrêtons les jugements de valeur sans fondement, sans connaissance!  ". Vous voulez restez anonyme, je le conçois tout à fait. Mais, par honneteté, vous pourriez mentionner si vous êtes lié au PS et à la branche Montebourg en particulier ou à une industrie minière, ou à rien du tout. un membre du collectif ALDEAH    

Une autre vision du monde

Sobriété, justice environnementale, justice sociale, décroissance, transition énergétique, anti-extractivisme, critique de l'anthropocentrisme, réduction de nos besoins, agroécologie, permaculture, résilience, etc ... Ces concepts, ces propositions, ces pratiques, les auteurs du texte ci-dessus (membres du collectif ALDEAH), nous les assumons.

Contrairement à ce que vous avancez dans votre commentaire, à savoir que nous ne savons pas de quoi  nous parlons, c'est justement parce que nous avons vu, ici et ailleurs, de nos propres yeux les ravages de l'industrie minière tant du côté humain que du côté environnemental que nous nous permettons de mettre en garde les riverains des futurs projets miniers contre les mirages de ce genre d'activité. 
Tout d'abord, une mine est intrinsèquement quelque chose d’éphémère. En effet, la ressource extraite est forcément présente en quantité limitée et, tôt ou tard, mais aujourd'hui de plus en plus rapidement, la mine s'en va, aussi vite qu'elle débarque, laissant derrière elle le peu de personnes qu'elle employait au chômage et un territoire pollué. La dépollution est alors à la charge des collectivités. Cela coûte si cher que bien souvent les sites pollués le restent pendant des décennies. Quant aux impacts sur la santé, ils ne sont jamais calculés dans les coûts externes. Pourtant ils représentent des montants considérables. Prenez l'exemple de l'amiante. Tout ça pour dire que les chants de sirènes de l'emploi , du PIB , bref de l'argent qui rentre, ne compensent jamais les coûts qui seront à la charge de la communauté : quelques euros d'impôts, quelques euros d'emplois contre des milliers d'euros de dépollutions, de maintenance des routes, d'acheminement d’électricité, de consultations médicales, de traitements hospitaliers...
Sur ce point là, nous affirmons donc que c'est vous qui ne savez pas de quoi vous parlez, que vous vous trompez ou bien que vous faites de la propagande. Nous vous invitons à mieux vous renseignez et pour commencer à lire les nombreux articles, à visionner les films, qui sont disponibles ici [http://aldeah.org/fr/all/term/39] et ailleurs pour vous forger une opinion en connaissant le point de vue des victimes actuelles des projets miniers.
Pour le reste, nous ne tenons pas à nous justifier ni à entrer dans le débat sur la grandeur des nations, mais nous pensons qu'une nation est grande lorsqu'elle est juste. Or, l'extractivisme implique nécessairement de sacrifier des régions car nous affirmons qu'aucune extraction se fait sans impact sur l'environnement et la santé. Nous pensons qu'aucune justice sociale n'est possible sans justice environnementale. Nous affirmons qu'il est possible d'avoir une autre vision du monde, qui repose sur des relations ayant comme socle de valeurs l'égalité, la sobriété, l'absence de domination, la diversité, etc ... 
Un membre du collectif ALDEAH [http://www.aldeah.org/fr/aldeah]

Exploitation des mines contaminantes à ciel ouvert

J' ai vécu 15 ans , au Mexique , de lutte contre la NewGold - Minera San Xavier , à Cerro de San Pedro.... Espérons que la  copie de tels DESASTRES ne se produiront pas en Europe...VIVE LA VIE;!

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information