Langue

Pérou

Articles

CONGA, La lutte , La mine et Les élections

Date de publication: 
Samedi, 30 Août, 2014
Par: 
Raquel Neyra (membre du courant Vert Indigene, écologiste et libertaire de Tierra y Libertad)

La résistance contre le projet minier Conga finira bientôt sa troisième année. Le même nombre d’années s’est écoulé depuis la blessure qui laissa Elmer Campos[i] paralysé pour le restant de ces jours. Le 3 juillet dernier, deux ans ce sont écoulés depuis que les cinq martyrs de la résistance furent assassinés. Les veuves et leurs familles vivent dans la pauvreté, pratiquement rien n’a été fait par les autorités pour les soutenir. De temps à autre, des particuliers ou une organisation essaye de faire bouger les choses, obtient un petit résultat. De son côté, le gouvernement régional, qui pourtant se vante de soutenir la lutte, avait employé quelques veuves pendant 8 mois en leur offrant un petit boulot. Il ne les paya pas, et il a fallu qu’une assemblée de la Plateforma Interinstitucional Celendina rédige un document le menaçant de dénoncer les faits à la presse, rappelant l’engagement de la région et faisant pression, pour qu’il les paye alors.

 Les membres de la résistance sont montés des milliers de fois vers les lacs, des centaines d’assemblées ont été tenues. Des milliers de tracs, de pamphlets ont été distribués, des milliers d’articles, des livres ont été publiés, des conférences[ii] ont été tenues, des manifestations ont été organisées.  Ici et à l’étranger. Des centaines de personnes venues de l’étranger se sont déplacées vers Cajamarca. Certains ont tiré profit de ces publications pour ce faire un nom, ce faire passer pour des « grands acteurs » de la résistance quand on ne les voit que dans les grandes conférences à Lima et pour les photos d’anniversaire…

Mais rien, toujours rien. Rien n’aura encore permis d’annuler le projet Conga.

Bien au contraire, le nombre d’organisations locales qui « luttent » s’est multiplié exponentiellement, des divisions dans le « mouvement social » sont apparues.  Mouvement social  entre guillemets car aujourd’hui n’importe qui,  qui fait ou dit un petit quelque chose contre la mine est directement intégré dans le « mouvement social » sans qu’aucune mesure de sécurité soit prise pour vérifier la validité de ses intentions. C’est ainsi qu’une ribambelle d’étudiants, la plupart étrangers, viennent « étudier » le mouvement sans qu’on sache vraiment ce qu’ils font du matériel écrit et audiovisuel qu’ils remportent chez eux, qu’ils soient étrangers ou Péruviens (ou le matériel se perd-t-il en chemin  quelque part?). Bien évidemment, tous ne sont pas pareils. Il y a les vrais étudiants, ceux qui une fois rentrés vont vraiment appuyer, voire même s’engager dans un mouvement de résistance chez eux (voir exposition de photos des lacs de Conga à Paris début 2013 ou les différents articles de presse publiés). 

Pérou: Tentative d'expulsion et menaces de mort contre la défenseuse des droits humains, Mme Máxima Acuña de Chaupe et sa famille

Dans la matinée du 4 février 2014, 18 agents de la division des opérations spéciales de la police nationale péruvienne (DINOES), sont entrés dans la propriété de la défenseuse des droits humains, Mme Máxima Acuña de Chaupe à Tragadero Grande, dans le but de mettre fin à ses activités agricoles et d'expulser toutes les personnes présentes. Le 30 janvier 2014, la défenseuse a reçu un appel menaçant.

Máxima Acuña de Chaupe est membre de l'Asociación de Mujeres en Defensa de la Vida (Association des femmes pour la défense de la vie) et de l'Unión Latinoamericana de Mujeres - ULAM (Union latino-américaine des femmes). La défenseuse des droits humains vit sur ses terres à Tragadero Grande, Sorochuco, Cajamarca, depuis 24 ans. En 2011, la compagnie minière Yanacocha a essayé d'acheter les terres de la défenseuse et, lorsque celle-ci a refusé de vendre, une campagne d'intimidation et de violence a débuté. Máxima Acuña de Chaupe est devenue un symbole de l'opposition à une mine d'or et de cuivre à ciel ouvert appelée Conga, et elle soutient les personnes expulsées de force dans le cadre du développement de la mine. Yanacocha est conjointement détenue par la US Newmont Mining Corporation (51,35 %) , l'entreprise minière péruvienne Buenaventure (43,65 %) et la Banque Mondiale (5 %), et couvrira sur surface de 2000 hectares, comprenant quatre lacs de haute montagne.

Le 4 février 2014, 18 agents de la DINOES sont arrivés dans trois camions dans le but de mettre fin au travail de Máxima Acuña de Chaupe et sa famille sur leurs terres. Cette tentative d'expulsion intervient après un incident qui s'est produit le 30 janvier 2014; ce jour-là à 10h30, la défenseuse a reçu un appel menaçant où un interlocuteur a dit « quitte ta propriété sinon tu vas mourir ». Deux heures plus tard, sa fille et elle inspectaient leurs champs, quand deux agents de la DINOES sont venus vers elle et lui ont dit qu'elle ne devrait pas cultiver ici, car elle n'est pas sur sa propriété. Deux autres agents marchaient sur ses terres et quatre autres étaient assis dans deux camions devant la maison. À midi, un policier et un agent de la DINOES armé sont entrés dans la maison et ont ordonné à tout le monde de partir immédiatement. Lorsque les agents ont vu que Máxima Acuña de Chaupe téléphonait à une station radio locale, « Radio Lider », ils ont quitté les lieux.

Un projet écocide: le méga barrage Chadin 2 à Celendin-Cajamarca

Date de publication: 
Mercredi, 5 Mars, 2014
Par: 
RaquelN

MarañonMarañonL’ ex président du Pérou, Alan García, a signé en juin 2010 un accord hydro-énergétique avec le Brésil. Celui-ci prévoit la construction d’une série de méga barrages sur plusieurs fleuves, en particulier sur le Marañon, affluent de l’Amazone. Ces mega barrages vont déplacer des milliers de personnes. M. Alan García, 3 mois avant de quitter le pouvoir et avec le Decreto Supremo 020-02011-EM déclare d’intérêt national et social la construction de 20 centrales hydroélectriques sur le fleuve Marañón.  Les projets les plus avancés sont Chadín 2 et Cumba 4, les deux se situant dans la région de Cajamarca. Ce sont des concessions attribuées à l’entreprise transnationale brésilienne Odebrecht. Celle-ci est responsable de la construction de la première étape du projet minier Conga pour un montant de plus de 500 millions de dollars. 

Le méga projet Chadin produira 600 MW, aura un coût de 819 millions de dollars et des conséquences négatives sur 21 communautés. Le projet prévoit la construction d’un barrage de 175 mètres de hauteur et un mur de rétention de 196 mille m3 d’eau.

Pérou - Tous les contenus

Article CONGA, La lutte , La mine et Les élections
Événement LA TIERRA NO SE VENDE - LA TIERRA SE DEFIENDE-Soirée de diffusion et de soutien aux prisonniers de la grève amazonienne du Pérou de 2009
Brève JUSTICE : Victoire des rondes paysannes devant la CIDH
Article de presse Pérou: Tentative d'expulsion et menaces de mort contre la défenseuse des droits humains, Mme Máxima Acuña de Chaupe et sa famille
Article Un projet écocide: le méga barrage Chadin 2 à Celendin-Cajamarca
Communiqué Solidarité internationale avec Cajamarca
Communiqué De l'information ou de la diffamation? Faut-il en pleurer ou en rire?
Article La chasse aux sorcières
Brève SOLIDARITÉ : Artiste vend son anneau d'or pour Cajamarca !
Communiqué Urgent représsion contre les gardiens des lacs en lutte contre le projet Conga Cajamarca
Article de presse Conga: une lutte de longue haleine
Article Mobilisation à Paris le 08 juin 2013 : Conga (Pérou) et Pascua Lama (Chili), même combat !
Brève Equateur et Pérou luttent contre une marée noire en Amazonie
Communiqué Oui à l'eau, Non à l'or
Article Zones à défendre: Les Zadistes et Conga, expériences de luttes similaires dans des contextes différents.
Article de presse Les droites, les gauches et l’écologie libertaire
Vidéo Vivre et résister : la famille Chaupe à Conga, 4000 mètres d'altitude
Vidéo Milton Sanchez nous parle du projet minier Conga
Petition LETTRE DES ORGANISATIONS CONTRE LE PROJET CHADIN ll- PEROU
Article Hommage a Celendin

Brèves

JUSTICE : Victoire des rondes paysannes devant la CIDH

Les mesures de précaution dictées par la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), en date du 7 mai 2014, en faveur de 46 leaders de la lutte contre le projet minier Conga, ont été présentés jeudi à Cajamarca, lors d'une conférence de presse qui s’est déroulée dans le local du restaurant Zarko, par Ydelso Hernandez et Segundo Perez, les dirigeants CUNAARP, en présence de Manuel Ramos et de l’avocate Zulma Villa Vilchez.
Lire la suite »

SOLIDARITÉ : Artiste vend son anneau d'or pour Cajamarca !

http://solidaritecajamarca.blogspot.fr/2013/11/solid...­artiste­francaise­vends­son.html

Un beau geste que le Comité de Solidarité  avec Cajamarca remercie  avec  émotion. Nous  avons reçu un mot de l'artiste plasticienne française Brig Laugier, qui nous dit :
Lire la suite »

Equateur et Pérou luttent contre une marée noire en Amazonie

La rupture d’un oléoduc est à l’origine d’une importante marée noire en Amazonie. A la suite de la rupture d’un oléoduc, la rivière Coca, affluente du fleuve Napo, qui alimente lui-même l’Amazone, a  été contaminée par l’équivalent de  près de 10.000 barils de pétrole brut, privant 32 communautés indigènes d’eau potable.
Lire la suite »

AUDIO - Le cas Conga présenté devant le Tribunal International de l'Eau

Le cas Conga a été présenté ce vendredi 9 novembre devant le  Tribunal Internacional del Agua  à Buenos Aires. Voici le lien vers l'audio de la présentation par Grufides et la Plataforma Interinstitucional de Celendin. On attend le verdict.

http://soundcloud.com/inesgdel/caso-conga?utm_source=soundcloud&utm_campaign=wtshare&utm_medium=email&utm_content=http://soundcloud.com/inesgdel/caso-conga

Documents

LA TIERRA NO SE VENDE - LA TIERRA SE DEFIENDE-Soirée de diffusion et de soutien aux prisonniers de la grève amazonienne du Pérou de 2009

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Transfo, 57. av. de République (Bagnolet) Métro Robespierre ou Gallieni
Date(s) de l'événement: 
Je, 05/06/2014 - 19:00

Lire la suite »