Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

102 députés enjoignent le Président à s’opposer à l’application provisoire du traité de libre-échange CETA

Gaz de Schistes Provence - ven, 23/09/2016 - 08:52
source: actu-environnement   Guillaume Krempp

« Cette démarche de la Commission constitue un mépris des démocraties nationales » : C’est en ces termes que les 102 députés signataires d’un courrier au Président de la République qualifient la proposition de l’organe exécutif de l’Union européenne (UE) de faire appliquer provisoirement le traité de libre-échange CETA. Une telle mise en pratique de l’Accord économique et commercial global entre l’UE et le Canada (AECG) pourrait avoir lieu suite à l’approbation du texte par les chefs d’Etat au cours du prochain Conseil de l’Union européenne et après une ratification par le Parlement européen. La rencontre des ministres européens du commerce à Bratislava le 22 septembre devrait sceller le calendrier et le processus d’approbation du CETA par l’UE.

A l’initiative de Suzanne Tallard, députée du Parti Socialiste (PS) de Charente-Maritime et Jean-Paul Chanteguet, député PS de l’Indre, une lettre a donc été transmise le 21 septembre afin d’enjoindre François Hollande à s’opposer à l’application du traité, aussi provisoire et partielle qu’elle soit.

Les opposants au traité de libre-échange agitent notamment le spectre de l’arbitrage international, qui pourrait lui aussi être effectif à travers une application provisoire de l’accord : « Si le Règlement des différends entre investisseurs et Etats (RDIE) était ainsi mis en place, il s’appliquerait le temps du processus de ratification [par les parlements nationaux], soit un maximum de deux ans, puis pendant trois ans après la fin de l’application provisoire, même en cas de rejet du texte par les Etats« , argumentent les députés.

Des références à la montée du populisme et de la défiance à l’égard des institutions politiques achèvent ce pamphlet contre l’application provisoire du CETA. Selon les députés signataires de l’appel, un grand besoin de mettre fin à l’opacité des négociations se fait sentir. Pour ce faire, seul un retour de la transparence sur le sujet permettra « un débat apaisé sur ce thème« .


Rassemblement STOP TAFTA/CETA le 15 octobre dès 15h00 à aix en Provence aux allées provençales

Gaz de Schistes Provence - jeu, 22/09/2016 - 23:51
On a toutes et tous une bonne raison de s’opposer au TAFTA et au CETA

Depuis 2013, une large mobilisation s’est mise en place contre le TAFTA, ce projet d’accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Les négociations vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

Pendant ce temps, l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain. S’il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

Le TAFTA et le CETA auraient des conséquences graves, telles que l’abaissement des barrières tarifaires en matière agricole qui aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l’environnement.

La « coopération réglementaire », conçue pour impliquer directement les multinationales dans l’écriture des lois et réglementations et « l’arbitrage d’investissement » mettraient en danger les droits sociaux, la lutte contre le réchauffement climatique et le principe démocratique même. Dès l’approbation du CETA, les multinationales américaines, qui possèdent de nombreuses filiales au Canada, pourraient utiliser ces mécanismes pour attaquer les réglementations qu’elles jugent défavorables.

Alors le 15 octobre, toutes et tous mobilisé.e.s à Aix en Provence à 15h00


Forage: Alerte à Hauteville !

(!) Info minute – Revue de Presse Y-aurait-il un maniaque des forages profonds sur le plateau du Bugey ? Alors que le Permis de recherche d’hydrocarbures des Moussières n’a pas été renouvelé, en raison des risques de contamination des ressources en eau par des forages profonds, le Maire d’Hauteville-Lompnès veut quand même faire un forage […]

Trump serait l'un des seuls chefs d'États à nier la réalité du ... - Le Figaro

Google actu "Schiste" - jeu, 22/09/2016 - 11:38

Le Figaro

Trump serait l'un des seuls chefs d'États à nier la réalité du ...
Le Figaro
#EUROPEGOESUS - Très engagé contre l'exploitation du gaz de schiste, le Sierra Club, qui est la plus grande ONG américaine de défense de l'environnement, soutient ouvertement Hillary Clinton par la voix de son directeur national politique, Khalid Pitts.

et plus encore »

Total se relance dans le gaz de schiste aux USA - Le-Gaz.fr - Le Gaz

Google actu "Schiste" - mer, 21/09/2016 - 15:15

Le Gaz

Total se relance dans le gaz de schiste aux USA - Le-Gaz.fr
Le Gaz
Le groupe français Total vient de se relancer sur le marché mondial du gaz de schiste en faisant grimper sa prise de participations dans des actifs stratégiques ...
Total se développe dans le gaz de schiste aux USA ...LeGazdeSchiste

2 autres articles »

Sabine Buis : il existe toujours une menace d'exploitation du gaz de schiste en France

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mer, 21/09/2016 - 13:18
SABINE BUIS : IL EXISTE TOUJOURS UNE MENACE D'EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE EN FRANCE

La députée socialiste d'Aubenas rentre d'un voyage d'étude en Amérique du Nord. Accompagnée des députés du Gard Fabrice Verdier et William Dumas, elle a rencontré sur place les populations concernées par cette industrie minière et les associations d'opposants. Sabine Buis était l'invitée de France Bleu Drôme-Ardèche ce lundi matin.

La baisse du coût du pétrole a rangé au second plan le débat autour de l'exploitation du gaz de schiste mais la députée socialiste d'Aubenas est certaine qu'une remontée des cours pétroliers risque de faire resurgir ce débat qui n'est toujours pas clos.

Les enseignements d'un voyage en Amérique du Nord
Sabine Buis a visité plusieurs lieux de forages en exploitation en Pennsylvanie. Une activité qui est en déclin aujourd'hui. D'abord parce qu'elle devient moins rentable que lorsque les cours pétroliers étaient élevés. Ensuite parce qu'on ne peut extraire que 10% du gaz de schiste, le reste est trop compliqué à extraire.

Des compagnies qui se retournent contre les propriétaires
Les compagnies qui se sont jetées dans la bataille du gaz de schiste font maintenant machine arrière devant le coût d'extraction. Certaines ont même décidé de se retourner contre les propriétaires des terrains car elles ne trouvent pas autant de gaz qu'elles l'espéraient.

Une loi pour interdire l'exploitation du gaz de schistes en France ?
La députée Sabine Buis a déposé au début de l'année une proposition de loi pour l'interdiction de l'exploitation du gaz de schiste en France. Elle a rendez-vous le 12 octobre avec la ministre de de l'écologie et développement durable Ségolène Royal.

Réécouter Sabine Buis invité de la rédaction de radio France Bleu Drôme-Ardèche

Ci-dessous les comptes rendus des députés Sabine Buis et Fabrice Verdier au sujet de leur voyage en Pennsylvanie, parus sur leur site internet :

sur www.fabriceverdier.fr : "USA 1/4 – Retour en images des visites de sites en Pennsylvanie, dans les comtés de Bradford et de Susquehanna,"

sur www.fabriceverdier.fr : "USA 2/4 – Rencontre avec de nombreux habitants des comtés de Bradford et de Susquehanna"

sur www.fabriceverdier.fr : "USA 3/4 – Conférence de Simona L. Perry, ethnologue spécialiste de la politique énergétique et des ressources naturelles"

sur www.fabriceverdier.fr : "USA 4/4 – Conférence de professeur Anthony Ingraffea (Univ. De Cornell, Ithaca)"

Sur le terrain du gaz de schiste
Première étape d'un voyage d'études sur le gaz de schiste au Québec, à l'est de Montréal (Vallée du Richelieu et Haut Richelieu)
sur www.sabine-buis.fr : "Sur le terrain du gaz de schiste"

Extraits :
Ici comme en France, les mobilisations citoyennes et politiques ont su faire reculer les projets des industriels. Mais pas au même moment. Au Québec la mobilisation s'est faite en même temps que la construction des puits. En France, plus en amont. Il est donc aisé aujourd'hui de visiter d'anciens sites de forage de gaz de schiste.

La visite de ces sites nous amène à voir des puits à l'abandon, pas exploités mais délaissés. Les industriels ne sont plus là mais ont laissé derrière eux des fuites, conséquences de forages horizontaux et verticaux qui dépassent bien souvent les 1.000 mètres. Au mieux, ces fuites sont compensées par un coulis de ciment lequel lorsqu'il durcit se contracte et provoque des fissures !!!! Le forage crée donc la fuite….
Ces puits sont légués aux prochaines générations puisque les fuites vont se produire pendant plusieurs siècles.

Ce retour de terrain vient nous confirmer que le sujet Gaz de schiste n'est pas abandonné. Au Québec tout au moins. Mais les ambitions des industriels n'ont pas de limites. En France comme au Québec s'ils jugent la période opportune, ils ne s'en priveront pas et ce, en dépit de tout accord international sur le climat. Les logiques financières tenteront de s'imposer. D'où l'impérieuse nécessité de tisser des liens, conserver des échanges pour repousser les intérêts particuliers qui voudraient obstruer l'intérêt général. Et prouver qu'un autre monde est possible, avec une « rentabilité humaine et financière », celui des énergies renouvelables, de la lutte contre le réchauffement de la planète et de la justice climatique.

La Pennsylvanie et le gaz de schiste
C'est en Pennsylvanie que s'est déroulée la seconde étape de mon voyage d'études sur le gaz de schiste.
sur www.sabine-buis.fr : "La Pennsylvanie et le gaz de schiste"

Extraits :
En Pennsylvanie, le droit de propriété comprend tant la surface que le sous-sol : un prospecteur gazier doit négocier avec le propriétaire non seulement une compensation pour les désagréments de l'activité en surface, mais aussi une redevance sur la valeur des ressources extraites du sous-sol.

Ainsi, en Pennsylvanie, la propriété privée du sous-sol, la géographie, l'histoire et la piètre situation économique ont créé des conditions favorables. Au Québec, il y a bien quelques zones où les conditions s'apparentent à celles de la Pennsylvanie ; cependant, pour la majorité des zones, la propriété publique du sous-sol entraîne que le gouvernement en soit l'arbitre final.

Anthony INGRAFFEA éminent professeur et opposant au gaz de schiste aux USA a souhaité nous rappeler la vérité des chiffres. Si les ressources sont importantes, le gain est faible car on arrive à en tirer au maximum 10%. Aux USA la quantité de gaz de schiste est en déclin. Les 50 000 meilleurs puits ont déjà été forés. Anthony INGRAFFEA estime même que dans 10 ans les gaz de schiste seront finis, 5 ans au Texas. Tout ça pour ça dira t-on alors ! Les désastres seront toujours là, les vies toujours condamnées mais les compagnies seront parties. Mais même de loin, certaines d'entre elles continueront à faire ce qu'elles font déjà aujourd'hui : demander des dédommagements aux propriétaires des terrains car le gain escompté n'est pas là. Oui, tout aussi surprenant que cela puisse paraître des compagnies se retournent vers les propriétaires et leur demande de rendre une partie des sommes qui leur a été versée !….

Ce voyage outre atlantique me confirme que par la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte et notamment les objectifs que nous nous sommes fixés nous sommes sur le bon chemin.

Note du Collectif 07 SGHDS

S'il est toujours intéressant de voir nos élus nationaux se pencher encore sur le dossier des gaz et huiles de schiste et en soutenir la lutte, il n'en demeure pas moins que nous faisons le constat que le Parti Socialiste n'a absolument rien fait durant son passage au gouvernement et que, pour en rester sur notre territoire, les PERH sont toujours en cours.

Précisons aussi qu'au delà du prix du pétrole, les faibles gains possibles (essentiellement pour des sociétés privées) de cette industrie sur nos territoires ne compenseraient jamais les dégâts irréversibles qu'elle causerait à nôtre économie agricole et touristique, à nôtre environnement et à nôtre santé.
Lire l'article : Gaz de schiste et hydrocarbures non-conventionnels : une aberration économique, sanitaire et environnementale

Conférence TAFTA/CETA dans le Vaucluse le 22 septembre et rassemblement régional le 15 octobre à Aix

Gaz de Schistes Provence - mer, 21/09/2016 - 11:45

Demain,  Jeudi 22 septembre à l’Isle sur Sorgue 20h30 salle La Cigalette (437 Av Bonaparte, près de la piscine), Carrefour des citoyens propose un film-débat

Film « Les déportés du libre échange » film de Marie Monique ROBIN

Débat avec Marc BRUNET, professeur d’histoire, président du comité attac sorgue et calavon et membre du collectif STOP TAFTA Vaucluse

« Le libre échange, c’est mettre un renard libre avec des poules libres »

Le baratin et la réalité :

L’Accord de Libre Échange Nord-Américain (ALENA) promettait un développement du commerce entre les États-Unis, le Canada et le Mexique.
Les bénéfices devaient irriguer toute l’économie pour le bien-être général.

Seize ans après, le constat est amer :

  • – L’ALENA a laminé l’agriculture mexicaine.
  • – Le Mexique a dû démanteler son système d’autosuffisance alimentaire.
  • – Le maïs américain, transgénique et subventionné, a inondé le pays, vendu trois fois moins cher que le « criollo » local.
  • Trois millions de petits paysans ont rejoint les bidonvilles ou tenté leur chance comme clandestins aux Etats-Unis.

Nous aurons bientôt le rôle des mexicains avec Le CETA (Canada) et le TAFTA (USA)

En savoir plus sur le libre échange et les traités CETA-TAFTA :

Vandana Shiva :

« Le libre échange, c’est la dictature des multinationales »

Attention à la traduction : quand on lui fait dire « entreprises« , il ne s’agit pas du maçon du coin mais des entreprise géantes qui sont multi-nationales ou trans-nationales.

« Dictature » parce que tout est fait pour servir les multi-nationales géantes et leur poignée d’actionnaires.

Stop  CETA – TAFTA  : Rassemblement régional à AIX le 15 octobre


La Cour pénale internationale élargit son mandat aux crimes environnementaux et à l’accaparement des terres

Gaz de Schistes Provence - mar, 20/09/2016 - 08:51

source: observatoire des multinationales

19 septembre 2016 par Olivier Petitjean

La Cour pénale internationale vient d’ouvrir la porte à des poursuites contre des individus et des gouvernements pour des crimes relatifs aux ressources naturelles et à l’accaparement des terres. Une annonce saluée par les défenseurs des droits de l’homme et de l’environnement , qui y voient un nouveau signe de la fin de l’impunité des multinationales. Reste à voir comment la Cour appliquera effectivement ce mandat.

Mise en place en 2002, la Cour pénale internationale, qui a son siège à La Haye, s’est quasiment exclusivement consacrée, jusqu’ici, à des affaires impliquant crimes de guerre et génocides. Le bureau de la Procureure générale de la Cour, la Gambienne Fatou Bensouda, vient d’annoncer, dans un document d’orientation officiel, qu’il accorderait désormais une attention prioritaire aux crimes impliquant « la destruction de l’environnement, l’exploitation illégale de ressources naturelles et la dépossession illégale de terres », autrement dit les crimes environnementaux et l’accaparement des terres.

Ce faisant, la Cour pénale internationale n’étend pas son mandat à proprement parler, mais elle déclare explicitement que les atteintes à l’environnement et aux droits des peuples peuvent constituer des crimes contre l’humanité, et que le droit international tel qu’il existe actuellement fournit déjà les moyens de les poursuivre. À ce jour, aucun acteur économique n’a jamais été inquiété par la Cour pénale internationale.

Les défenseurs des droits humains et de l’environnement se sont unanimement réjouis de l’annonce de la Cour. « L’accaparement des terres n’est pas moins dommageable que la guerre en termes d’impacts négatifs sur les populations civiles, souligne ainsi Alice Harrison de l’ONG Global Witness. L’annonce [de la Cour pénale internationale] devrait constituer un signal aux dirigeants d’entreprise et aux investisseurs qu’ils ne peuvent plus considérer l’environnement comme un terrain de chasse. » La nouvelle politique de la Cour pénale internationale pourrait également ouvrir la voie à des poursuites en matière de responsabilité climatique.

Le Tribunal de La Haye est parfois critiqué pour sa propension à poursuivre en priorité les États et les dirigeants politiques mal vus des pays occidentaux, en épargnant ces derniers et leurs alliés. Il reste donc à voir si l’élargissement de son mandat ouvrira réellement la porte à des procédures contre des grandes multinationales et leurs responsables, et non seulement contre des acteurs politiques locaux. Il pourrait néanmoins avoir une portée dissuasive.

Il y a deux ans, la procureure de la Cour pénale internationale avait été saisie par les victimes équatoriennes de Chevron, en vue de poursuites contre John Watson, PDG de la firme pétrolière américaine (relire notre entretien avec Eduardo Toledo, avocat des victimes, ainsi que Injustice sans frontières ? Chevron contre l’Équateur). À l’époque, la procureure n’avait pas donné suite. Un autre procédure a été initiée par les représentants de populations cambodgiennes privées de leurs terres ancestrales au profit de multinationales sucrières.

Olivier Petitjean

— 
Photo : Harley Kingston CC


Sabine Buis: il existe toujours une menace d'exploitation du gaz de ... - France Bleu

Google actu "Schiste" - lun, 19/09/2016 - 16:55

France Bleu

Sabine Buis: il existe toujours une menace d'exploitation du gaz de ...
France Bleu
La baisse du coût du pétrole a rangé au second plan le débat autour de l'exploitation du gaz de schiste. Mais la députée socialiste d'Aubenas est certaine qu'une remontée des cours pétroliers risque de faire resurgir ce débat qui n'est toujours pas clos.

Bruno Le Maire contre l'exploitation du gaz de schiste - Valeurs Actuelles

Google actu "Schiste" - lun, 19/09/2016 - 15:31

Valeurs Actuelles

Bruno Le Maire contre l'exploitation du gaz de schiste
Valeurs Actuelles
Contrairement au président du conseil national des Républicains Luc Chatel qui avait déclaré que « Les Républicains devaient être le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs », Bruno Le Maire s'est dit, ce lundi, opposé à l'exploitation du gaz de ...
Gaz de schiste: Bruno Le Maire (LR) "contre" son exploitation - L ...L'Express

2 autres articles »

Paris - Gaz de schiste: Bruno Le Maire (LR) "contre" son exploitation - L'Express

Google actu "Schiste" - lun, 19/09/2016 - 11:49

L'Express

Paris - Gaz de schiste: Bruno Le Maire (LR) "contre" son exploitation
L'Express
Paris - Le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire s'est dit lundi opposé à l'exploitation du gaz de schiste, estimant que les gains seraient "faibles", par rapport à l'impact environnemental. "J'estime que les gains qu'on peut en espérer ...
Bruno Le Maire contre l'exploitation du gaz de schisteValeurs Actuelles

2 autres articles »

Gaz de schiste: Bruno Le Maire (LR) "contre" son exploitation - le ... - Le Parisien

Google actu "Schiste" - lun, 19/09/2016 - 11:45

Le Parisien

Gaz de schiste: Bruno Le Maire (LR) "contre" son exploitation - le ...
Le Parisien
Le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire s'est dit lundi opposé à l'exploitation du gaz de schiste, estimant que les gains seraient.
Bruno Le Maire contre l'exploitation du gaz de schisteValeurs Actuelles

2 autres articles »

Pétrole de schiste : Williston, la fin de l'eldorado ? - Le Point - Le Point

Google actu "Schiste" - dim, 18/09/2016 - 02:15

Le Point

Pétrole de schiste : Williston, la fin de l'eldorado ? - Le Point
Le Point
A Williston, dans le Dakota du Nord, la chute de 70% prix du pétrole a fait des dégâts. De nombreuses entreprises, si elles ont survécu, n'embauchent plus et ...

et plus encore »

Total se développe un peu plus dans le gaz de schiste - Journal Economique

Google actu "Schiste" - ven, 16/09/2016 - 07:00

Journal Economique

Total se développe un peu plus dans le gaz de schiste
Journal Economique
Malgré les récents déboires de certaines compagnies énergétiques sur le marché du gaz de schiste, le Français Total poursuit sa percée. Le groupe vient en effet de faire l'acquisition d'actifs aux USA. Devenir leader sur le marché du gaz naturel au ...

Total se développe un peu plus dans le gaz de schiste - Journal Economique

Google actu "Schiste" - ven, 16/09/2016 - 07:00

Total se développe un peu plus dans le gaz de schiste
Journal Economique
Malgré les récents déboires de certaines compagnies énergétiques sur le marché du gaz de schiste, le Français Total poursuit sa percée. Le groupe vient en effet de faire l'acquisition d'actifs aux USA. Devenir leader sur le marché du gaz naturel au ...

Conclusions du BAPE sur les gaz de schiste : enfin une indication ... - Express Drummondville

Google actu "Schiste" - jeu, 15/09/2016 - 15:03

Express Drummondville

Conclusions du BAPE sur les gaz de schiste : enfin une indication ...
Express Drummondville
Active depuis au moins quatre ans, la large coalition des divers regroupements mobilisés autour de la lutte aux gaz de schiste se réjouit du dépôt d'un document volumineux émanant du Bureau d'audience publique en environnement (BAPE).

Nicolas Sarkozy est maintenant climato-sceptique - Les Échos

Google actu "Schiste" - jeu, 15/09/2016 - 07:03

Les Échos

Nicolas Sarkozy est maintenant climato-sceptique
Les Échos
Après « l'environnement, ça commence à bien faire » et son penchant de plus en plus assumé pour l'extraction du gaz de schiste, Nicolas Sarkozy complète sa panoplie de candidat à la primaire résolument à droite en devenant climato-sceptique.
Nicolas Sarkozy et l'écologie : un pas en avant, deux pas en arrièreFranceinfo
Sarkozy la girouette : du Grenelle au climato-scepticismeL'Obs
Nicolas Sarkozy remet en question la responsabilité de l'Homme sur ...Novethic
Public Sénat -Le Point -Marianne
247 autres articles »

Altviller : pique-nique le gaz de couche !

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mar, 13/09/2016 - 20:13
PIQUE-NIQUE LE GAZ DE COUCHE !

Mais que se passe-t-il en ce moment en Lorraine ?

automne 2015 : découverte du projet d'exploration de gaz de couche par les habitant-e-s désinformé-e-s alors qu'une pseudo-enquête publique se déroule incognito

été 2016 : 20 puits déjà définis par FDE et plus de 220 puits prévus (150 puits sont également prévus dans le Nord-Pas-De-Calais)

C'est dans la discrétion la plus totale, avec la complicité des décideurs politiques en place, que la FDE (Française De l'Energie) a commencé ses travaux préparatoires au lendemain du camp de mobilisation à Volmerange-les-Boulay : clôturage, défrichage illégal, terrassement et bétonnage, installation de caméras et de vigiles 24h/24.

Les « gaz non conventionnels » sont des énergies fossiles, dont l'exploitation extrêmement polluante a déjà montré ses ravages dans d'autres pays (Etats-Unis, Pologne, Australie ...), et ne se passe pas de la fracturation hydraulique. De nombreux candidats à la présidentielle 2017 promettent d'autoriser cette technique.

Nous ne voulons pas de ce énième projet inutile imposé !
Pas de fossile, ni de nucléaire, ni en Lorraine ni ailleurs,
Pas de foreuses, puits ni béton dans nos fôrets et sur nos terres agricoles !

Nous vous appelons pour une balade puis un pique-nique convivial et actif (tiré du sac !)

Rendez-vous Dimanche 25 septembre à 11 heures à Altviller, parking du CAT (serres à l'entrée du village)

Les Ingazables

Télécharger le document (pdf 55 ko)

Syndiquer le contenu