Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Le schiste américain pourrait ralentir le rééquilibrage du marché du ... - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - jeu, 29/12/2016 - 19:39

Boursier.com

Le schiste américain pourrait ralentir le rééquilibrage du marché du ...
TSA - Tout Sur l'Algérie
Le Brent, référence pour le pétrole algérien, devrait s'approcher des 60 dollars le baril à la fin 2017, selon un sondage par Reuters de 29 analystes et économistes publié ce jeudi 29 décembre. Les prix du Brent devraient augmenter à chaque trimestre, ...
Pétrole : 2016, année du redressement des cours de l'or noirBoursier.com

51 autres articles »

Pétrole : l'Amérique prête à augmenter sa production, Énergie ... - Les Échos

Google actu "Schiste" - jeu, 29/12/2016 - 16:15

Les Échos

Pétrole : l'Amérique prête à augmenter sa production, Énergie ...
Les Échos
Le rebond du baril offre des perspectives aux acteurs du pétrole de schiste. Ils ont considérablement réduit leurs coûts de production depuis la crise.

et plus encore »

Aux Etats-Unis, l'investissement dans le pétrole de schiste va repartir - Capital.fr

Google actu "Schiste" - jeu, 29/12/2016 - 10:09

Aux Etats-Unis, l'investissement dans le pétrole de schiste va repartir
Capital.fr
L'année 2017 devrait être marquée par une reprise des investissements des spécialistes américains du pétrole de schiste dans l'exploration et la production, la remontée des cours incitant les banques à rouvrir les robinets du crédit après deux ans de ...

et plus encore »

Aux USA, l'investissement dans le pétrole de schiste va repartir - Investir

Google actu "Schiste" - jeu, 29/12/2016 - 10:03

Investir

Aux USA, l'investissement dans le pétrole de schiste va repartir
Investir
29 décembre (Reuters) - L'année 2017 devrait être marquée par une reprise des investissements des spécialistes américains du pétrole de schiste dans l'exploration et la production, la remontée des cours incitant les banques à rouvrir les robinets du ...

et plus encore »

Les accords de libre échange, un modèle dépassé !

Gaz de Schistes Provence - mar, 27/12/2016 - 19:12
Source La Tribune. Par Pierre Théobald  |  23/12/2016, 11:59  
Donald Trump veut remettre en cause les accords de libre échange (Crédits : CARLO ALLEGRI) L’aventure rocambolesque de la signature du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) entre l’Union européenne (UE) et le Canada a montré, entre autres, combien les accords de libre échange sont controversés. Par Pierre Théobald Consultant Vertuo Conseil (Groupe Square)

 Les Etats-Unis vont se retirer du TPPA (Trans Pacific Partnership Agreement). Donald Trump l’a annoncé le 21 novembre : il réalise ainsi une promesse de campagne.  Sans Washington, cet accord de libre échange, qui implique onze pays riverains du Pacifique, perd singulièrement de son envergure. L’avenir dira s’il s’agit des prémisses d’une politique protectionniste ou d’un gage électoraliste vite expédié. Il reste que le libre échange est contesté dans les économies occidentales, les mêmes qui l’on sans cesse promu depuis l’après guerre.

 La fin de l’hypermondialisation ?

Dévoilée le 8 juillet par l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), l’indicateur WTOI (World Trade Outlook Indicator) combine six paramètres quantitatifs, pour produire un baromètre trimestriel des échanges internationaux. Signe des temps, la mondialisation nécessite un suivi statistique plus fin. S’il est précoce de voir dans le ralentissement des échanges commerciaux un mouvement structurel, leur niveau diminue et s’accompagne d’une crise du transport maritime, qui voit les armateurs gérer des surcapacités et donc des taux de fret trop bas. La remise en cause de leur modèle économique par un excès d’offre nécessitera d’engager des programmes de démolition de navires. Par extension, les infrastructures portuaires devront également s’ajuster. Ce contexte nous signale que l’hypermondialisation a peut-être vécu et que le niveau d’ouverture des économies pourrait maintenant se stabiliser.

 L’affaiblissement du marché européen

L’aventure rocambolesque de la signature du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) entre l’Union européenne (UE) et le Canada a montré combien les accords de libre échange sont controversés. Le pilotage commercial du premier marché mondial est devenu incertain. Pourtant, le droit européen fait de l’UE l’interlocuteur commercial unique des Vingt-huit. Cette logique est au cœur du processus historique de la construction européenne. Mais, en qualifiant le CETA d’accord mixte, la Commission européenne a remis les Etats dans le processus de validation. Cette décision politique a lancé le débat sur le rôle et les intérêts de l’UE vis à vis de ses citoyens. Le blocage wallon fut un signal inquiétant pour le processus de ratification qui va maintenant démarrer : vingt-huit parlements vont devoir voter et être unanimes. Or, les risques politique ne manquent pas : 2017 est une année électorale majeure pour les deux puissances structurantes de l’UE que sont la France et l’Allemagne. Il faut également ajouter les négociations sur le Brexit : après avoir perdu un pays de premier plan, l’UE va devoir s’organiser avec le Royaume-Uni et négocier un accord commercial inédit.

 Le risque politique pèse sur le libre-échange

On ne connaît pas encore les intentions réelles du nouveau président américain sur le degré d’ouverture de l’économie américaine. La campagne électorale a laissé un discours dur et hostile aux accords de libre échange. Désormais attendus, la renégociation de l’accord nord-américain, le NAFTA (North American Free Trade Agreement), et le retrait de l’accord Trans-Pacific vont occuper l’administration Trump dans la première partie du mandat. Mais, Donald Trump ne reviendra pas sur le pivot stratégique américain : d’une façon ou d’une autre, il devra assumer une politique d’influence dans le Pacifique, espace de concurrence commercial et militaire avec la Chine.

La vision ultra libérale de la mondialisation vire au risque politique, tant les inégalités qu’elle produit alimentent la contestation populaire. Maintenant consacrée par l’élection de Donald Trump, cette dynamique pourrait se répéter si les bénéfices du libre échange se s’orientent pas vers les classes populaires occidentales. Ainsi, le TAFTA (Transatlantic Trade and Investment Partnership) ne devrait pas tarder à occuper l’administration Trump. Ce projet subit les évènements politiques des deux parties : la critique des deux candidats américains lors de la campagne présidentielle et le discrédit des institutions européennes, échaudées par le CETA. Sans l’enterrer trop vite, la perspective d’un grand marché atlantique semble maintenant bien fragile. Au final, c’est toute la stratégie commerciale américaine sur ses façades maritimes qui va évoluer.  Que faire des normes environnementales ?

La prise en compte de l’environnement dans les accords de libre échange relève du symbolique. Ces accords ne comprennent aucune contrainte sur le sujet, laissé à de grandes déclarations de principe. Il en est de même pour l’accord de Paris sur le climat. La COP 21 a pris des engagements élevés de réduction de gaz à effet de serre et les a fait accepter aux grandes économies mondiales. C’est un succès diplomatique. Passer à la pratique ne sera pas neutre et l’absence de moyens de contraintes est un risque. La réduction effective et mesurable des émissions de gaz à effet de serre fera le succès environnemental de l’accord. Or, sans le principal pollueur de la planète, tout succès serait compromis. Elu, Donald Trump a déjà modéré sa vision. Il sera là aussi attendu sur le sujet, tant l’atteinte de résultats tangibles exigera de modifier la production de biens et services et leur commerce. Issus de la dérégulation, les accords de libre échange sont aujourd’hui confrontés à une forme de régulation nouvelle : l’écologie.

L’effacement américain dans le Pacifique commercial est une opportunité pour l’influence chinoise. Pragmatique, Pékin réplique ce que fut la stratégie commerciale américaine en promouvant sa propre version. Pratiqué depuis les accords du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) en 1947, le libre échange affronte une contestation persistante qui hypothèque dorénavant sa durabilité. Restreint à des réponses commerciales dans un monde qui se complexifie, sa faiblesse est de produire d’excessives inégalités, qui finissent de le disqualifier comme norme globale.

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/les-accords-de-libre-echange-un-modele-depasse-626706.html 


Gaz de schiste : plusieurs milliers d'opposants réunis dans la Gard ... - Franceinfo

Google actu "Schiste" - mar, 27/12/2016 - 16:27

Franceinfo

Gaz de schiste : plusieurs milliers d'opposants réunis dans la Gard ...
Franceinfo
Au moins 6000 manifestants, selon les organisateurs, se sont rassemblés, dimanche, à Barjac (Gard) pour demander l'interdiction totale de l'exploration et de ...

et plus encore »

Et si Total voulait extraire du gaz de schiste dans la région de ... - Franceinfo

Google actu "Schiste" - mar, 27/12/2016 - 16:20

Franceinfo

Et si Total voulait extraire du gaz de schiste dans la région de ...
Franceinfo
Les opposants au gaz de schiste restent vigilants dans le Gard. José Bové en novembre2015 parlait d'une reprise possible des forages dans le Gard et l'Hérault. Le rapporteur public du tribunal administratif de Cergy préconise la reprise des recherches ...

Gaz de schiste : manifestation à Nîmes contre l'exploration du ... - Franceinfo

Google actu "Schiste" - mar, 27/12/2016 - 14:44

Franceinfo

Gaz de schiste : manifestation à Nîmes contre l'exploration du ...
Franceinfo
Sur des pancartes de manifestants on pouvait lire "Pas touche à nos terres sinon on vous promet l'enfer", "Stop au gaz et huile de schiste" ou "Le gaz de schiste est une forme de colonialisme". Le cortège de manifestants était accompagné d'une ...

et plus encore »

Tunisie: Les lobbies du gaz de schiste reviennent à la charge ... - webmanagercenter

Google actu "Schiste" - mar, 27/12/2016 - 00:15

webmanagercenter

Tunisie: Les lobbies du gaz de schiste reviennent à la charge ...
webmanagercenter
En dépit du rejet spectaculaire, en 2013, par la société civile de l'exploitation du gaz de schiste, les lobbies de ce gaz.

et plus encore »

Tunisie: Les lobbies du gaz de schiste reviennent à la charge ... - webmanagercenter

Google actu "Schiste" - lun, 26/12/2016 - 07:00

webmanagercenter

Tunisie: Les lobbies du gaz de schiste reviennent à la charge ...
webmanagercenter
En dépit du rejet spectaculaire, en 2013, par la société civile de l'exploitation du gaz de schiste, les lobbies de ce gaz.

et plus encore »

CETA, il faut redoubler la pression. Le vote est pour la rentrée (2 février)

Gaz de Schistes Provence - jeu, 22/12/2016 - 23:33

Le vote du CETA va arriver très vite après la rentrée. C’est pourquoi il faut redoubler de pression !!

Le vote au Parlement européen est toujours prévu le 2 février à Bruxelles, à cette occasion plusieurs manifestations et opérations de blocage seront organisées par des citoyen.ne.s venus de toute l’Europe. Un départ en bus depuis Paris est prévu pour vous rendre à Bruxelles, merci de remplir et de faire remplir ce formulaire :

Avant le vote au Parlement, nous invitons les citoyen.ne.s à interpeller leurs euro-député.e.s (en ligne via le CETA Check, téléphone, mail, twitter, etc.) grâce à plusieurs outils disponibles sur le site du collectif, sur cette page

Et évidemment, il faut inviter à organiser des actions pour la journée du 21 janvier qui sera une journée européenne d’actions décentralisées.

De plus le collectif « Stop TAFTA/CETA » a rédigé un kit militant pour interpeller les eurodéputé.e.s directement dans leurs circonscriptions jusqu’à la date du vote, vous pouvez le retrouver ici :
Attention : pour le chèque en blanc nous ne sommes pas en mesure de vous les imprimer en grand à Paris et de vous les envoyer. Nous vous recommandons de contacter un imprimeur dans votre région et de nous informer du devis, nous pourrons prendre en charge financièrement son impression. Toutefois pour recevoir une version personnalisée de ce chèque (avec le nom de l’euro-député.e concerné.e), merci d’envoyer un mail à [email protected]

D’autres nouveaux documents sur le CETA sont également disponibles :

À diffuser sans modération,
passez de bonnes fêtes avant la dernière ligne droite !
Fraternellement,


L’exploitation des gisements non conventionnels est souvent présentée par ses promoteurs comme un « pont » vers les énergies nouvelles plus vertes. C’est un énorme mensonge, ...

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - jeu, 22/12/2016 - 21:38
Un document référence pour un "éventuel" retour du gaz de schiste. Qu'il revienne, nous sommes prêts, nous avons de solides arguments. Conférence présentée à la Rencontre Des Savoirs 2016 Auditorium, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Montréal,...

Obama interdit les forages en Arctique avant l’arrivée de Trump

Gaz de Schistes Provence - mer, 21/12/2016 - 16:48

M. le Président Hollande, cela ne vous donnerait pas des idées pour notre beau pays qu’est la France ?

JLR

Le président américain a sanctuarisé mardi des millions d’hectares maritimes dans l’Atlantique et l’Arctique.

LE MONDE | 21.12.2016 à 00h36 • Mis à jour le 21.12.2016 à 10h16 | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant)

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/12/21/534×0/5052172_6_5444_un-site-de-forage-petrolier-aux-etats-unis_47c2229c681efd98254a5282e782ba2c.jpg

C’est une sorte de décision testamentaire qu’a prise, mardi 20 décembre, Barack Obama, en décrétant une interdiction de forage d’hydrocarbures dans de vastes zones de l’océan Arctique et de l’océan Atlantique. A un mois de son départ de la Maison Blanche, le président américain a en effet voulu parachever son bilan en faveur de l’environnement en sanctuarisant ces espaces naturels, qui abritent une flore et une faune en voie de disparition. Un pied de nez à son successeur, Donald Trump, qui a, au contraire, promis de déréguler au maximum l’extraction pétrolière pendant son mandat.

Barack Obama avait déjà annoncé, il y a quelques mois, des mesures pour protéger ces zones pour une durée de cinq ans. La nouveauté, c’est qu’en s’appuyant sur une loi de 1953, l’Outer Continental Shelf Lands Act (loi sur les terres du plateau continental), qui donne au président américain le pouvoir de protéger les eaux fédérales de toute recherche de gaz ou de pétrole, il rend la protection permanente dans le temps. Ce n’est pas la première fois qu’un président recourt à cette disposition. Dwight Eisenhower et Bill Clinton l’avaient également utilisée.

Coraux, ours et poissons rares

Cette fois, il s’agit de protéger toute la côte Atlantique, de Norfolk, en Virginie, jusqu’au Maine, à la frontière canadienne, soit 1,5 million d’hectares, qui abritent notamment des coraux d’eau profonde uniques et des espèces de poissons rares. La mesure concerne également la quasi-totalité des eaux arctiques appartenant au gouvernement fédéral américain, soit plus de 46 millions d’hectares, où l’on trouve encore des ours polaires et des baleines boréales, deux espèces en voie de disparition. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a également annoncé mardi l’interdiction de nouveaux forages dans les eaux arctiques canadiennes.

Lire aussi :   Barack Obama crée la plus grande réserve naturelle marine du monde

« Ces mesures protègent un écosystème sensible et unique que l’on ne retrouve dans aucune autre région du globe », a déclaré Barack Obama dans un communiqué, ajoutant que le dispositif vise à sécuriser ces zones pour éviter toute marée noire. Une catastrophe qui serait très compliquée à endiguer, compte tenu de la difficulté d’intervention, notamment dans l’Arctique. « En partenariat avec nos voisins et alliés du Canada, les Etats-Unis franchissent une étape historique pour préserver les écosystèmes de l’Arctique », souligne-t-il.

Reste maintenant à savoir si la nouvelle administration sera capable de détricoter ces nouvelles dispositions. Il ne fait guère de doute que la majorité républicaine au Congrès et le gouvernement de Donald Trump, qui compte nombre de climatosceptiques, feront tout pour revenir sur la décision.

Climatosceptique

Tout au long de sa campagne électorale, le milliardaire n’a cessé de remettre en question la réalité du changement climatique et la responsabilité de l’homme dans ce phénomène. Par ailleurs, il vient de nommer à la tête de l’Agence américaine de protection environnementale (EPA) Scott Pruitt, ministre de la justice de l’Oklahoma. Ce dernier est devenu en quelques années le bras armé des compagnies pétrolières pour tenter d’infléchir la politique de l’actuelle administration visant à réguler l’extraction énergétique. Scott Pruitt a ainsi réussi à lancer des procédures judiciaires contre le plan climat de la Maison Blanche dans vingt-huit Etats.

Toutefois, Michael Brune, directeur exécutif de l’association de protection de l’environnement Sierra Club, se dit convaincu que la disposition prise par le président Obama doit « empêcher les futures administrations de détruire [leurs] eaux et [leurs] côtes. » Mais la réalité s’annonce sans doute plus compliquée et la question de la réversibilité de la loi de 1953 risque de se régler devant la justice fédérale. Sur les 120 millions d’hectares d’océan qui avaient été sanctuarisés par Bill Clinton, son successeur, George W. Bush, avait réussi à faire annuler l’interdiction d’exploitation pétrolière d’une vingtaine de millions d’hectares.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/12/21/forages-obama-sanctuarise-des-millions-d-hectares_5052173_3244.html#bOR9D7F5wYj01dlR.99


Barack Obama, décréte une interdiction de forage d’hydrocarbures dans de vastes zones de l’océan Arctique et de l’océan Atlantique.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - mer, 21/12/2016 - 09:31
BRAVO, Président OBAMA. Est-il possible d'imaginer notre Président prendre une telle décision ? Et si les collectifs lui proposaient ? Le président des Etats-Unis a annoncé mardi la mise en place d'une interdiction permanente de nouveaux forages gaziers...

Gaz de schiste. L'Opep ne réduit pas la fracture - L'Humanité

Google actu "Schiste" - mer, 21/12/2016 - 09:24

Gaz de schiste. L'Opep ne réduit pas la fracture
L'Humanité
Il était aussi temps de mettre le holà à la concurrence que se livraient les États-Unis accros aux gaz et huiles de schiste et l'Arabie saoudite, dépendante aux hydrocarbures dits conventionnels. Pourtant, ce qui pourrait passer pour une bonne nouvelle ...

Total fait le pari du gaz de schiste américain - La Croix

Google actu "Schiste" - mar, 20/12/2016 - 19:37

La Croix

Total fait le pari du gaz de schiste américain
La Croix
Les dirigeants de Total croient plus que jamais au développement du gaz de schiste aux États-Unis. Le pétrolier français a ainsi annoncé le 20 décembre un investissement de 207 millions de dollars (200 millions d'euros) dans la société américaine ...

et plus encore »

Total fait le pari du gaz de schiste américain - La Croix

Google actu "Schiste" - mar, 20/12/2016 - 19:37

La Croix

Total fait le pari du gaz de schiste américain
La Croix
Les dirigeants de Total croient plus que jamais au développement du gaz de schiste aux États-Unis. Le pétrolier français a ainsi annoncé le 20 décembre un investissement de 207 millions de dollars (200 millions d'euros) dans la société américaine ...

et plus encore »

Le gaz de schiste pourrait s'inviter aux Présidentielles de 2017 - LeGazdeSchiste

Google actu "Schiste" - mar, 20/12/2016 - 15:37

LeGazdeSchiste

Le gaz de schiste pourrait s'inviter aux Présidentielles de 2017
LeGazdeSchiste
François Fillon pourrait remettre la question du gaz de schiste français au centre des débats lors de la campagne pour les Présidentielles de 2017. En prenant toutefois l'angle de la recherche de techniques alternatives à la fracturation hydraulique.

RÉTROSPECTIVE 2016 Février : gaz de schiste à Barjac, eau dans ... - Objectif Gard

Google actu "Schiste" - mar, 20/12/2016 - 07:02

Objectif Gard

RÉTROSPECTIVE 2016 Février : gaz de schiste à Barjac, eau dans ...
Objectif Gard
À Barjac, 7 000 militants gardois et ardéchois manifestaient afin de demander au gouvernement "l'adoption d'une loi avant la fin du quinquennat" interdisant l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste. Petite commune cévenole et communiste de 1 ...

et plus encore »

RÉTROSPECTIVE 2016 Février : gaz de schiste à Barjac, eau dans ... - Objectif Gard

Google actu "Schiste" - mar, 20/12/2016 - 07:02

Objectif Gard

RÉTROSPECTIVE 2016 Février : gaz de schiste à Barjac, eau dans ...
Objectif Gard
La fin de l'année, c'est l'occasion de prendre de bonnes résolutions pour les douze mois à venir. Au moins le premier… C'est aussi l'occasion de dresser le bilan de l'année écoulée. Objectif Gard ne déroge pas à cette tradition en proposant une ...

Syndiquer le contenu