Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Gaz de schiste : La colère du jour d'après - El Watan

Google actu "Schiste" - ven, 23/01/2015 - 10:08

Gaz de schiste : La colère du jour d'après
El Watan
Ferhat Aït Ali, expert financier, qui milite contre l'exploitation du gaz de schiste, partage le même sentiment et ne croit plus aux déclarations officielles : «Tant qu'il n'y a pas de décision officielle, on ne croit à rien. Les réserves d'énergies ...

et plus encore »

(Algérie) Gaz de schiste : le double discours du gouvernement

Gaz de Schistes Provence - ven, 23/01/2015 - 09:35

 

Par Le Matin |

Après avoir annoncé avec une pointe de fierté que l’Algérie a commencé à forer son premier puits de gaz de schiste, Abdelmalek Sellal fait mine de faire marche arrière.

Abdelmalek Sellal tente de rassurer.

Mais diable, d’Abdelmalek Sellal et Youcef Yousfi qui dit la vérité dans cette affaire de gaz de schiste ? Comme pour répondre aux milliers d’opposants à l’exploitation du gaz de schiste dans leur région d’origine, Abdelmalek Sellal sort de sa réserve. « Je l’ai dit et je le répète, nous n’en sommes pas à l’étape d’exploitation du gaz de schiste, c’est une question qui n’est pas inscrite à l’ordre du jour du Gouvernement », a indiqué M. Sellal à l’émission « Hiwar Essaa » (Débat de l’heure) de la Télévision algérienne.

Cette déclaration suffira-t-elle pour rassurer les manifestants d’In Salah, Tamanrasset et des autres régions qui manifestent leur opposition au gaz de schiste ? Peu probable quand on connaît les revirements du gouvernement.

Car, en même temps ou presque, le ministre de l’Energie donne un autre son de cloche. Il continue de proner l’exploitation proche du gaz de schiste. Et il rappelle que « cette loi a été présentée au Conseil du gouvernement et approuvée en Conseil des ministres. Le texte a été remis au Parlement. Les députés, et à travers eux tout le peuple, ont voté en faveur de cette loi », bougonne-t-il fièrement agacé par tout l’opposition à son projet.

Alors qui dirige ce gouvernement : Sellal ou Yousfi ? Forcément, il y en a un qui ne dit pas la vérité. Ou plus grave, se sont-ils répartis les tâches pour brouiller les manifestants d’In Salah qui manifestent depuis décembre ?

A la charge de Sellal qui fait le pompier, il faut rappeler que le gouvernement a donné même un calendrier pour l’exploration et ensuite l’exploitation de ce gaz non-conventionnel.

Pour bien huiler son message, Sellal ajoute, sans rire, que « le Gouvernement a fixé, sur instruction du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, des délais pour les études allant jusqu’à 2022 à même de mieux cerner le sujet et connaître les réserves souterraines en gaz de schiste ». Mieux encore : « Nous n’avons, jusqu’à l’heure, accordé aucune autorisation pour l’exploitation du gaz de schiste et nous ne comptons pas le faire à court terme ». Eh bien voilà, pourquoi tout ce tintamarre suggère Abdelmalek Sellal sur un sujet qui n’a pas encore lieu. Il précisera même que « l’actuel programme énergétique (en hydrocarbures conventionnels) se poursuivra jusqu’en 2030″. Ça en revanche on le savait un peu.

Mais le premier ministre a sorti son autre carte : celle du respect de la nature. Se découvrant grand écologiste devant l’éternel, Sellal ajoute doctement : « La politique suivie actuellement par le Gouvernement pour le développement de la production énergétique nationale est basée sur les investissements en énergies renouvelables, l’éventuelle exploitation du gaz de schiste étant laissée aux générations futures le cas échéant »

On connaissait le premier ministre enclin à l’humour, mais sur le gaz de schiste, il se surpasse. Selon notre premier des ministres, une fois les deux forages réalisés à Ahnet, « des études seront menées sur une période de quatre ans », Puis prévient que le projet tiendra compte de «la préservation de la nappe phréatique et de la santé du citoyens ». Les opposants peuvent plier leurs banderoles, rentrer leur colère et aller se coucher tranquillement, le gouvernement veille sur l’environnement.

Yacine K.


Algérie:poursuite des protestations conte l'exploitation du gaz de ... - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - ven, 23/01/2015 - 08:43

Algérie:poursuite des protestations conte l'exploitation du gaz de ...
MAGHREB EMERGENT
Près de 300 personnes se sont rassemblées, à la place ''Souk Lahdjar'' à Ouargla, brandissant des banderoles et scandant de slogans appelant à l'arrêt du projet d'exploitation du gaz de schiste, avant de se disperser en milieu de journée dans le calme.

et plus encore »

Gaz de schiste : Yousfi défend l'exploitation, demande aux habitants ... - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 16:45

TSA - Tout Sur l'Algérie

Gaz de schiste : Yousfi défend l'exploitation, demande aux habitants ...
TSA - Tout Sur l'Algérie
Le dialogue de sourds continue entre le gouvernement et la population du sud sur le gaz de schiste. Ce jeudi 22 janvier, au moment où des centaines de personnes manifestaient à In Salah pour exiger l'arrêt immédiat des opérations dans un puits de gaz ...

ABDELMALEK SELLAL- "L'exploitation du gaz de schiste n'est pas ... - Le Petit Journal

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 15:33

Afrik.com

ABDELMALEK SELLAL- "L'exploitation du gaz de schiste n'est pas ...
Le Petit Journal
Ce qui ne l'a pas empêché de justifier l'intérêt de son gouvernement pour le gaz de schiste dont l'exploitation, a-t-il dit, est déjà en cours dans 10 pays, tout en brandissant l'argument de l'augmentation substantielle de la consommation nationale en gaz.
Mouvement anti-gaz de schiste : La mobilisation reste intacteEl Watan
Gaz de schiste : vers le gel des forages en Algérie ?Actu-environnement.com
Gaz de schiste : le double discours du gouvernementLe Matin DZ
Afrik.com -MAGHREB EMERGENT -TSA - Tout Sur l'Algérie
59 autres articles »

Manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste en Algérie ... - AgoraVox

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 13:41

AgoraVox

Manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste en Algérie ...
AgoraVox
D'Alger à Paris, militants contre le gaz de schiste et mouvements associatifs ont réussi à mobiliser ce samedi 18 janvier citoyens algériens et français autour de la cause des habitants du Sud algérien malgré les bouffées de malaises soufflées par les ...

Gaz de Schiste: chronologie d'une mobilisation citoyenne (PHOTOS ... - Al Huffington Post

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 11:03

algerie-focus.com

Gaz de Schiste: chronologie d'une mobilisation citoyenne (PHOTOS ...
Al Huffington Post
A Londres, en marge du forum algéro-britannique sur le commerce et l'investissement, le PDG de Sonatrach faisait état de l'achèvement des opérations de forage et de compression du gaz de schiste effectuées dans le puits-pilote d'Ahnet (In Salah).
Hanoune accable le mouvement anti-gaz de schiste : «C'est une ...El Watan
Louisa Hanoune et le gaz de schiste en Algérie: entre soutien et ...algerie-focus.com
Manifestations contre le schiste : Louisa Hanoune accuse Total et ...TSA - Tout Sur l'Algérie
Liberté-Algérie -L'Expression
9 autres articles »

Gaz de schiste : « Les craintes des citoyens au Sud sont justifiées » - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 10:44

TSA - Tout Sur l'Algérie

Gaz de schiste : « Les craintes des citoyens au Sud sont justifiées »
TSA - Tout Sur l'Algérie
Les craintes des citoyens du Sud, concernant l'exploitation du gaz de schiste, sont « justifiées », a déclaré ce jeudi 22 janvier, Abdelmadjid Attar, ancien PDG de Sonatrach. « Ils ont raison de vouloir préserver leurs ressources en eau, surtout par ...
L'ancien PDG de Sonatrach sur l'exploitation du gaz de schiste : « il ...Radio Algérienne

3 autres articles »

Départementales : les anti-gaz de schiste font pression sur les candidats

Gaz de Schistes Provence - jeu, 22/01/2015 - 10:26

ESSONNE INFO | Par   | Publié le Mardi 20 janvier 2015

À deux mois des élections départementales, le collectif Non au gaz de schiste en Essonne s’immisce dans la campagne. Son but : obtenir l’avis de tous les candidats à cette élection sur l’exploitation du gaz de schiste dans le département. Faute de réponse, le collectif prendra ses responsabilités en proposant lui-même ses propres candidats.

Qui sont ces personnes masquées ? Pour le moment, peu d’indices. L’un d’entre eux indique qu’il peut s’agir « d’une personne de votre entourage plus ou moins proche, d’un collègue de travail ou même de votre conjoint ». Dommage, il est encore trop tôt pour les organisateurs de ce shooting photo en pleine nature pour pouvoir communiquer les noms de ces personnes. À défaut de savoir qui se dissimulent derrière ce déguisement, une chose est sûre, une partie de ces personnes seront certainement candidates aux prochaines élections départementales.

Obtenir des garanties

C’est donc devant l’un des quatre puits actifs (Ndlr : celui du Plessis-Pâté) appartenant à l’une des sociétés de l’industrie pétrolifère, le groupe Vermillion, qu’une quarantaine de personnes s’est donné rendez-vous ce samedi 17 janvier. Ces gens ont ainsi répondu à l’appel lancé par les membres du collectif Non au gaz de schiste en Essonne. Un rassemblement pas anodin vu que ce dernier marque tout bonnement l’entrée en campagne des militants anti-gaz de schiste pour les élections départementales des 22 et 29 mars. L’objectif est clair pour l’ensemble de ces personnes : « demander à ce que tous les candidats écrivent dans le marbre qu’il n’y aura jamais d’exploration et d’exploitation de pétrole et d’huile de schiste en Essonne », clame Philippe Pascot, l’un des membres de ce collectif.

Viscéralement opposés à l’extraction par le biais de la fracturation hydraulique de ces huiles présentes à plus de 2 000 mètres de profondeur, les opposants au gaz de schiste souhaitent que le sujet occupe une place particulière dans la campagne aux départementales. « Il en va de notre santé et de celle de la nature, poursuit Philippe Pascot. Il n’y a pas d’autres moyens que la fracturation hydraulique pour permettre l’extraction de cette huile de pétrole aujourd’hui. Le problème, c’est ce qu’engendre l’extraction. La terre est souillée pour 300 à 400 ans tandis que l’eau utilisée pour la fracturation est définitivement polluée ».

Le tableau s’est encore assombri pour les anti-gaz de schiste, étant donné qu’en toute fin d’année 2014, le groupe Vermillion a fait part de sa volonté de creuser 13 nouveaux puits en Essonne. « Comme par hasard, ils ont fait des demandes pour forer jusqu’à plus de 2 000 mètres de profondeur, et c’est la profondeur à laquelle se trouve l’huile. Si l’exploitation du gaz de schiste est autorisée demain par le gouvernement, suite aux permis qu’ils ont signés, ils n’auront même pas besoin de refaire un dépôt de demande pour récolter cette huile, s’emporte Philippe Pascot. Voilà pourquoi nous profitons de ces élections pour interpeller directement les élus et les candidats sur ce qui se trame ».

Faire perdre ceux qui sont pour

À deux mois du scrutin, le collectif essonnien souhaite faire réagir sur cette question qui divise de nombreux élus. « Nous sommes en capacité de nous présenter dans tous les cantons. Mais nous aimerions en présenter le moins possible », lâche le membre du collectif. Car leur stratégie est simple. Si les candidats au Conseil général se positionnent contre l’exploitation du gaz en Essonne, à l’image de Marianne Duranton notamment, le collectif retira son binôme sur le ou les canton(s) en question. À l’inverse, si des candidats s’abstiennent de donner un avis ou même si un candidat se prononce pour, alors les anti-gaz de schiste maintiendront leur candidature. Conscients de leur maigre chance de victoire, les militants ne s’avouent pas vaincus pour autant. « À défaut de pouvoir gagner, notre but est de faire perdre celui qui est pour, affirme Philippe Pascot. D’autant plus, avec le fort taux d’abstention qui accompagne ces élections, je pense que les candidats doivent prendre nos revendications au sérieux pour éviter qu’il ne leur arrive une mauvaise surprise », avance le membre du collectif.

Jusqu’au dépôt des candidatures, les militants anti-gaz de schiste assurent qu’ils ne relâcheront pas la pression auprès des candidats pour que ceux-ci se déclarent pour ou contre l’exploitation de cette huile. Le prochain acte de leur campagne est prévu dans les toutes prochaines heures. Le collectif dévoilera la photo de ces futurs candidats sans masques cette fois-ci. « La découverte de certains visages fera sans aucun doute réagir de nombreux candidats », garantit Philippe Pascot. Plus de détails dans les prochains jours donc…


Mouvement anti-gaz de schiste : La mobilisation reste intacte - El Watan

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 10:07

Mouvement anti-gaz de schiste : La mobilisation reste intacte
El Watan
Nous savons que Sellal ne nous dira rien de nouveau et que la décision positive, favorable à notre combat, à notre revendication unique, ne sera que présidentielle», indique Taleb Ali, membre du comité de coordination du mouvement anti-gaz de schiste.

Hanoune accable le mouvement anti-gaz de schiste : «C’est une cabale contre Sonatrach»

Gaz de Schistes Provence - jeu, 22/01/2015 - 09:41

El Watan

 

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, vient à la rescousse du pouvoir. Dans une conférence de presse, animée hier au siège de son parti et consacrée exclusivement au gaz de schiste, Mme Hanoune pense que les citoyens n’ont pas besoin d’être consultés sur les projets relevant de «l’utilité publique».

«Depuis quand l’Etat consulte les citoyens pour construire un pont ou une route ? Pourquoi alors on reproche aujourd’hui à l’Etat le fait qu’il n’ait pas demandé l’avis des citoyens pour l’exploration du gaz de schiste. Il s’agit là d’une étrange conception de l’Etat ?» s’insurge la secrétaire générale du Parti des travailleurs qui estime, qu’à travers ces pratiques, on veut déposséder l’Etat de ses prérogatives.

Dans sa plaidoirie, la leader du PT a défendu le projet du gaz de schiste que les députés, faut-il le préciser, ont approuvé en 2013, et a soutenu le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi, et les responsables de Sonatrach. Mme Hanoune croit que les manifestations et la campagne anti-gaz de schiste ne sont qu’une cabale contre Sonatrach et ses dirigeants. La patronne du PT se demande si cette cabale n’a pas un lien avec le prochain remaniement ministériel. «Il y a des attaques et un acharnement contre Sonatrach.

Celle-ci est accusée de tous les maux. On a l’impression que tous ses responsables et ceux du ministère de l’Energie sont tous des Chakib Khelil. Des voleurs et des incompétents ! Eh bien non», s’offusque Louisa Hanoune, accusant certaines personnes «ambitieuses» et des cercles, qui souhaitent  avoir le monopole de certains projets de Sonatrach, de vouloir casser et déstabiliser le groupe national.

Nabila Amir

Gaz de schiste: pas d’opposition aux projets internationaux près du lac de Constance

Gaz de Schistes Provence - jeu, 22/01/2015 - 09:32

source:  Agefi.com

mercredi, 21.01.2015

La Confédération ne doit pas s’immiscer dans la question du gaz de schiste près du lac de Constance. La commission de l’environnement du Conseil des Etats s’oppose à une motion du National qui demande au Conseil fédéral de s’engager au niveau international contre les projets britanniques de fracturation hydraulique dans la région. Cette technique constitue un danger pour les nappes phréatiques, avait fait valoir le motionnaire Lukas Reimann (UDC/Saint-Gall). La conseillère fédérale Doris Leuthard n’avait alors pas convaincu les députés en indiquant que c’est d’abord le droit cantonal qui s’applique pour les forages. Pas question pour la Confédération de s’immiscer. Elle doit se contenter d’imposer un cadre légal en matière de protection des eaux, selon la ministre de l’environnement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Algérie-Exploitation du gaz de schiste : le gouvernement ne recule pas - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 08:23

Algérie-Exploitation du gaz de schiste : le gouvernement ne recule pas
MAGHREB EMERGENT
Très attendu sur le dossier de l'exploitation de gaz de schiste, le Premier ministre Abdelmalek n'a fait que répéter, lors de son intervention télévisuelle de mercredi, la position officielle : L'exploitation est prévue pour 2022, « mais devons mener ...

Algérie: l'exploitation du gaz de schiste n'est pas à l'ordre du jour du ... - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - jeu, 22/01/2015 - 07:00

Algérie: l'exploitation du gaz de schiste n'est pas à l'ordre du jour du ...
MAGHREB EMERGENT
L'exploitation du gaz de schiste dans les régions sud du pays n'est pas à l'ordre du jour du Gouvernement, a affirmé mercredi le Premier ministre Abdelmalek Sellal précisant qu'il s'agissait seulement d'études à même d'élucider les techniques utilisées ...

Gaz de schiste: Sellal annonce qu'il n'y aura pas d'autres forages ... - Al Huffington Post

Google actu "Schiste" - mer, 21/01/2015 - 20:32

Radio Algérienne

Gaz de schiste: Sellal annonce qu'il n'y aura pas d'autres forages ...
Al Huffington Post
Le Premier Ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a assuré, mercredi soir, qu'il n'y aura pas d'autres forages durant les quatre prochaines années et que Sonatrach va se contenter de faire des études expérimentales sur les deux puits déjà forés.
Gaz de schiste et chute des prix du pétrole : Sellal va s'exprimer ce ...TSA - Tout Sur l'Algérie
Abdelmalek Sellal : L'exploitation du gaz du schiste n'est pas à l ...Radio Algérienne
CHUTE DES COURS DU PETROLE ET LE GAZ DE SCHISTE ...Réflexion
algerie-focus.com -Le temps d'Algérie
19 autres articles »

Exploitation du gaz de schiste : le sud de l'Algérie ne décolère ... - Afrik.com

Google actu "Schiste" - mer, 21/01/2015 - 20:25

Afrik.com

Exploitation du gaz de schiste : le sud de l'Algérie ne décolère ...
Afrik.com
C'est en effet le qualificatif qui sied plus à cette situation tendue entre une population qui exige que les travaux de forage de gaz de schiste, entrepris dans le bassin de l'Ahnet (à 28 km d'In Salah), soient arrêtés et les autorités locales qui ...
Algérie : vers un moratoire sur le gaz de schiste?Le Monde
Guerre du gaz en AlgérieLeGazdeSchiste

3 autres articles »

L'Ukraine indépendante de la Russie grâce au gaz de schiste? - L'Express

Google actu "Schiste" - mer, 21/01/2015 - 17:44

L'Express

L'Ukraine indépendante de la Russie grâce au gaz de schiste?
L'Express
"Je suis absolument sûr que dans deux ans, nous serons indépendants de la Russie pour l'énergie. Nous avons un nouveau moyen de recevoir du gaz européen. Nous aurons la technologie pour le gaz de schiste dans notre pays", a déclaré le dirigeant ...
L'armée russe aurait envahi l'Est de l'UkraineleJDD.fr

225 autres articles »

Gaz de schiste : In Salah attend l'annonce officielle du gel des forages - algerie-focus.com

Google actu "Schiste" - mer, 21/01/2015 - 17:03

algerie-focus.com

Gaz de schiste : In Salah attend l'annonce officielle du gel des forages
algerie-focus.com
La rumeur faisant état d'une décision du chef de l'Etat d'arrêter les forages de gaz de schiste à In-Salah, partagée sur les réseaux sociaux et relayée par certains médias, est infirmée par des représentants des manifestants qui maintiennent toujours ...
La présidence aurait décidé le gel du dossier gaz de schiste Nuit de ...El Watan

2 autres articles »

Pétrole de schiste : la baisse des cours se fait sentir aux Etats Unis - euronews

Google actu "Schiste" - mer, 21/01/2015 - 15:55

euronews

Pétrole de schiste : la baisse des cours se fait sentir aux Etats Unis
euronews
Première conséquence économique tangible de la baisse des cours du pétrole : le géant minier anglo-australien BHP Billiton va arrêter d'exploiter d'ici le mois de juin 40% de ses plateformes de pétrole de schiste aux Etats-Unis. Le pétrolier Total ...
Pétrole de schiste: BHP Billiton va réduire les plateformes exploitées ...Romandie.com
BHP Billiton va réduire ses investissements dans le schisteBoursier.com (Communiqué de presse)

19 autres articles »

Nuit de doute à In Salah

Gaz de Schistes Provence - mer, 21/01/2015 - 15:51

le 21.01.15 | El Watan

La présidence aurait décidé le gel du dossier gaz de schiste

Tout en annulant les marches prévues hier, les animateurs de la protestation à In Salah maintiennent leur sit-in permanent sur la place principale de la ville tant que  le gel des explorations n’est pas annoncé officiellement.

L’attaché de communication du comité de coordination de la protestation populaire d’In Salah, Hadj Mohamed, a annoncé la nouvelle, hier à la mi-journée. Il a déclaré à la foule, qui observait son sit-in permanent sur la place devant la daïra, baptisée «place de l’Union et de la Résistance» depuis trois semaines, qu’un coup de téléphone de la Présidence a annoncé qu’«une décision en faveur de la population d’In Salah a été prise par le président Bouteflika et que cette décision sera officiellement transmise par un émissaire de la Présidence dans les jours qui viennent».

Le tapis rouge des délégations officielles est bien arrivé à l’aéroport pour être déroulé devant l’illustre envoyé d’Alger. La bonne nouvelle a plongé la population dans l’impatience, d’autant plus que des membres du comité ont donné plus de détails, en public, parlant carrément de «gel des forages du gaz de schiste» quand d’autres ont évoqué «un arrêt définitif».

Une rumeur assumée par les meneurs, qui ont brillé par leur aptitude à mobiliser une population totalement acquise à la cause depuis le début des protestations, le 31 décembre dernier, et qui ont instauré une démocratie de l’information envers les manifestants et l’ensemble de la société. Une méthode selon laquelle toute information officielle doit passer par le canal du groupe de 22 délégués choisis par les manifestants, chargés de transmettre l’unique revendication aux autorités et assurer la médiation et le choix des personnes à impliquer dans le processus.

Hadj Mohamed décrit une ambiance calme et sereine : «Les gens sont contents mais restent vigilants, ils craignent un revirement de situation de dernière minute.» Sur la place de la Résistance, le sit-in permanent ne sera pas levé avant l’annonce officielle de la décision de Bouteflika. «C’est irréversible, c’est le symbole de notre résistance.» La marche improvisée par un groupe de  jeunes a été annulée par le comité de coordination «en signe de bonne volonté envers les autorités qui préparent une décision annoncée comme étant favorable pour In Salah».

Autre signe de bonne volonté : après la reprise progressive des cours dans les établissements scolaires et l’ouverture partielle des commerces en soirée, l’activité administrative et  commerciale devrait être normale aujourd’hui. La ville, encore paralysée par solidarité, retrouvera donc aujourd’hui son rythme : hier pas un kiosque pour envoyer un fax, jusqu’à 16h les gens étaient debout, attendant du nouveau.

Gel ou arrêt définitif

Mohamed Djouan, président de l’association Shams, est confiant : «Le Président n’avait pas une idée précise et juste de notre revendication. Les politiques n’ont pas fait leur travail, certains ont parlé de main étrangère. On a bien compris qu’ils ne connaissaient ni le Sud ni les habitants d’In Salah, qu’on a traité de traîtres au début et jusqu’à il y a quelques jours.

Ils ne connaissent ni notre histoire ni nos principes. Ils n’ont pas mesuré notre dévouement à la patrie.» Il aura fallu que le patron de la police vienne pour que le Président ait la bonne version des faits ? «Ecoutez, nous sommes les plus simples, les plus généreux, nous n’avons jamais rien demandé et si les responsables  n’ont pas pu régler ce problème ou n’ont pas donné la bonne information, c’est qu’ils ne sont pas à la hauteur ! Et les pouvoirs publics doivent revoir leur copie.»

Gel ou arrêt des forages de gaz de schiste ? Les gens semblent euphoriques tout en gardant à l’esprit que quelle que soit la décision du Président, elle devra être suivie de textes réglementaires. «Cette protestation a donné une leçon à tous : on peut arriver à ses fins de façon pacifique, en préservant les biens publics. Nous avons plus servi l’Algérie qu’In Salah», répète Hadj Mohamed.

Le président de Shams estime, quant à lui, que «dorénavant, quand quelqu’un  pointera un doigt vers nous, il faudra qu’il se rappelle que les autres doigts se retourneront contre lui», visant sûrement des élus du FLN froidement reconduits, la veille, après les déclarations du député de Tamanrasset et du secrétaire général du parti.  In Salah a refusé la médiation des politiques. Certains n’ont trouvé personne pour les recevoir : venus jusqu’à l’esplanade, ils ont été reçus avec du thé et des cacahuètes, on leur a offert à manger, mais rien d’autre.

Une médiation où les rapports de force de la ville ont été respectés, dit-on parmi les animateurs du mouvement. «Des personnes influentes, ayant des relais à la Présidence, ont bougé depuis quelques jours» et «quoique la décision vienne en retard, nous avons encore confiance dans l’institution de la Présidence comme dernier recours». Voilà donc ce qu’on pense à In Salah.

Dernier point évoqué à la veille de cette annonce tant attendue : le manque de communication institutionnelle. Aucune équivoque à ce propos. «Nous avons envoyé des correspondances depuis plusieurs mois, la direction de l’environnement, le wali, les différents ministères n’ont jamais répondu. Tous les problèmes écologiques, des plus simples aux plus compliqués, ont été transmis par notre association, avec des rapports détaillés et des photos à l’appui», explique le président de Shams.

Et d’ajouter : «Personne ne peut nous accuser d’avoir failli à notre mission de société civile. Notre association n’est pas dédiée à la danse ou à la fantasia, mais à la vulgarisation de la culture écologique et à la préservation de l’environnement, ce que nous assumons depuis plusieurs années.» Pour le reste, la société civile annonce que quand tout sera terminé, une grande campagne de nettoyage et d’embellissement de la ville sera menée. Histoire de montrer l’image réelle d’In Salah, qui a maintenant le statut de ville citoyenne.


Syndiquer le contenu