Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

En 2011, San Leon rachète Realm


isa77_Jouarre's insight:

Dans ce document datant de 2011, on peut lire, page 4: 

Shale diversification and  access to further upside – 10 applications in France 

Ce qui signifie en bon français qu'en rachetant Realm pour récupérer des permis en Pologne, San Leon a aussi récupéré dix permis en cours d'instruction en France, permis identifiés comme non conventionnels ("Shale"). Il s'agit des permis de 

  • Sens, 
  • Sézanne, 
  • Courpalay (Gastins), 
  • Montmort- Lucy, 
  • Blieys, 
  • Meaux, 
  • Champcenest, 
  • Pitiviers, 
  • Dicy. 





See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

San Leon Energy : Operations & assets - France


The Paris Basin is a proven petroleum system with a long history of exploration success. The unconventional potential in the Basin offers world class upside similar to the liquids rich Bakken Shale in North America. San Leon has a large spread of applications across the Basin.

BasinNet km2LicencesApplication Pending9,53910
isa77_Jouarre's insight:

Une petite perle sur le site de San Leon Energy. C'est l'entreprise qui explore les schistes bitumineux au Maroc. On peut y lire que le Bassin Parisien possède un potentiel de pétrole non conventionnel, similaire au Bakken. Tiens, tiens, tiens. On avait cru entendre que tout cela n'existait plus… 

San Leon détiendrait 10 permis de recherche pour des hydrocarbures non conventionnels dans le bassin parisien. Lesquels???

En fait il s'agit de demandes de permis encore en cours d'instruction (permis de Rouffy et permis de Sens-Extention). Il serait judicieux de pister ces dossiers. On sait déjà que l'objectif réel ne sera en aucun cas celui qui sera décrit dans le document officiel…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Fernhurst drilling plans “not in the public interest”

03.09.14. - Celtique Energie has failed to prove there are exceptional circumstances that justify its plans for an exploratory oil well at Fernhurst in the South Downs National Park, planners said this afternoon.

In a report released in the past hour, officers at the South Downs National Park Authority (SDNPA) recommended refusal of the application to drill at Nine Acre Copse when it comes before the planning committee next week.

Tim Slaney, the Director of Planning, said Celtique Energie had failed to prove that that oil well could not be located elsewhere, outside the national park. He also said the company had not demonstrated that the well could be drilled without a damaging effect on the landscape.

“The requirement to demonstrate exceptional circumstances and that it is in the public interest for the development to be within the SDNP has not been appropriately or adequately met”, he said.

[…]

For these reasons, the report said the proposed development was contrary to the:

  • National Planning Policy Framework
  • West Sussex Minerals Plan Chichester District Council Local Plan
  • Defra Circular 2010
  • South Downs national Park Partnership Management Plan 2013

Trevor Beattie, the Chief Executive of the SDNPA, said: “Any proposal for major development in a National Park must demonstrate that exceptional circumstances exist for the development to go ahead and that it is in the public interest for the development to occur. Key assessments are whether there is a proven need for this development in this location or whether oil/ gas exploration could take place elsewhere. The report speaks for itself. “


isa77_Jouarre's insight:

Un rapport de l'office du parc national britannique South Downs National Park met en question la demande de forage de Celtique Energy à Fernhurst (West Sussex). 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

San Leon Energy produit la première huile de schiste bitumineux à Timahdit (Maroc)

01.09.14. - Considéré parmi les plus importants gisements d’hydrocarbures non conventionnels, le site de Timahdit couvre une superficie de 36 km2 avec un rendement en huile de schiste de 100 litre/ tonne de roches. Le Maroc espère arriver à l’indépendance énergétique grâce à ses réserves de schistes bitumineux.

 

La compagnie pétrolière San Leon Energy a annoncé, sur son site internet, la semaine dernière, avoir produit la première huile des schistes bitumineux de Timahdit, à 240 km de Rabat, […]

San Leon Energie Plc, qui a obtenu en août 2013 une licence de deux ans pour l'exploration du bloc de schiste bitumineux de Timahdit, mène des essais dans la région pour évaluer le potentiel de ce bassin sédimentaire et les moyens de valorisation de cette ressource.

[…] [L]es ressources que recèle le site de Timahdit, estimées à 15 milliards de barils de pétrole de schiste, […]

Considéré comme un des plus importants gisements d’hydrocarbures non conventionnels, le site de Timahdit couvre une superficie de 36 km2 avec un rendement en huile de schiste de 100 litre/tonne de roches. Ce rendement assure un niveau correct de rentabilité et un coût financier supportable pour les compagnies pétrolières avec les nouveaux procédés d’extraction, selon les niveaux actuels des cours du pétrole.

Les progrès réalisés sur ce gisement donnent ainsi de bonnes perspectives au projet d’indépendance énergétique prônée par le Maroc qui importe actuellement environ 95% de ses besoins énergétiques. Pour conquérir cette indépendance, le Royaume a misé sur son fort potentiel en schiste bitumeux. Il est classé sixième en matière de réserves de schistes bitumineux au niveau mondial, après les Etats-Unis, la Russie, la Chine, le Brésil et l’Italie.

 

50 milliards de barils de réserves de schistes bitumineux

 

Le niveau de réserves est estimé par l’ONHYM à plus de 50 milliards de barils, dont 37 milliards de barils dans les deux principaux gisements que sont Tarfaya (sur la côte atlantique) et Timahdit. […]

Les autorités marocaines comptent exploiter les schistes bitumineux pour la production d’électricité. Une première centrale-pilote devrait être mise en service fin 2015 sur le site de Timahdit.

[…] Pour l’heure, le projet marocain d’exploitation des schistes bitumineux pour assurer un certain niveau d’indépendance énergétique n’a pas suscité de grandes polémiques si l’on excepte quelques actions de protestation de du Parti écologiste marocain et des ONG de défense de l’environnement.


isa77_Jouarre's insight:

Exploiter les schistes bitumineux pour produire de l'électricité, au Maroc. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Sénat : question écrite de Thierry Repentin à propos des permis exclusifs

M. Thierry Repentin [ sénateur socialiste de Savoie] attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les demandes des permis exclusifs de recherche d'hydrocarbures (PERH) en vigueur, en cours d'instruction ou de renouvellement. 

En vertu de la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 visant à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique, l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbure par voie de fracturation hydraulique sont interdites. Face à cette décision, les titulaires et pétitionnaires de permis exclusifs de recherche d'hydrocarbures ont reformulé leur demande en retirant les mentions aux gaz et huiles de schistes qui impliquent cette technique, au profit de certaines techniques alternatives comme les «forages hautement déviés » ou les « injections d'eau ». Ce sont des techniques qui ne sont également pas neutres tant pour l'environnement que pour la ressource en eau. 
Ces permis ont, pour la plupart, été accordés ou sollicités par des sociétés localisées à l'étranger, dont la logique économique n'est pas explicite. 
Dans ces conditions, il lui demande ce qu'envisage le Gouvernement à l'égard de ces autorisations ou demandes d'exploration présentant un risque certain. 

Transmise au Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

En attente de réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie



cette question (n° 12694) a été publiée dans le JO Sénat du 31/07/2014 - page 1793


isa77_Jouarre's insight:

On attend avec impatience la réponse du Medde…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste : un non-sens économique ? - Egalité et Réconciliation

Google actu "Schiste" - jeu, 04/09/2014 - 16:45

Egalité et Réconciliation

Gaz de schiste : un non-sens économique ?
Egalité et Réconciliation
La production des puits décline si rapidement aux Etats-Unis qu'ils ne seront jamais rentables », dit l'expert Tim Morgan dans un article intitulé « Gaz de schiste, la bulle internet de notre temps », paru le 4 août dans le Telegraph. Responsable ...

et plus encore »

La députée du Var, Josette PONS, fait partie de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - mer, 03/09/2014 - 20:11

69 députés auront en charge d'examiner le projet de loi relatif à la transition énergétique.
En voici la liste :

M. Damien Abad

M. Bernard Accoyer

Mme Sylviane Alaux

M. Julien Aubert

Mme Ericka Bareigts

M. Christian Bataille

Mme Marie-Noëlle Battistel

M. Denis Baupin

Mme Catherine Beaubatie

Mme Chantal Berthelot

M. Yves Blein

M. Jean-Luc Bleunven

M. Christophe Borgel

M. Christophe Bouillon

M. François Brottes

Mme Sabine Buis

M. Patrice Carvalho

M. Jean-Yves Caullet

M. Jean-Paul Chanteguet

M. André Chassaigne

M. Jean-Michel Clément

M. Jean-Jacques Cottel

M. Charles de Courson

M. Pascal Deguilhem

Mme Françoise Dubois

Mme Cécile Duflot

M. Daniel Fasquelle

M. Claude de Ganay

M. Joël Giraud

M. Jean-Pierre Gorges

M. Jean-Jacques Guillet

M. Michel Heinrich

M. Antoine Herth

M. Patrick Hetzel

M. Guénhaël Huet

M. Jacques Kossowski

M. Jacques Krabal

Mme Bernadette Laclais

M. Jean Launay

M. Jean-Luc Laurent

M. Charles de La Verpillière

M. Alain Leboeuf

Mme Anne-Yvonne Le Dain

M. Jean-Yves Le Déaut

M. Serge Letchimy

M. Victorin Lurel

M. Hervé Mariton

M. Patrice Martin-Lalande

Mme Frédérique Massat

M. Bertrand Pancher

M. Rémi Pauvros

M. Philippe Plisson

Mme Josette Pons

Mme Émilienne Poumirol

M. Patrice Prat

Mme Marie-Line Reynaud

M. Franck Reynier

Mme Sophie Rohfritsch

M. Martial Saddier

Mme Béatrice Santais

M. Gilles Savary

M. Michel Sordi

M. Éric Straumann

M. Lionel Tardy

M. Jean-Marie Tetart

M. Stéphane Travert

Mme Catherine Troallic

M. Jean-Paul Tuaiva

Mme Clotilde Valter

Nous y retrouvons Madame Josette PONS, députée du Var, qui, n'en doutons pas, fera part aux Varois qui se sont bien battus contre le permis de Brignoles, de l'avancement de ce projet, notamment pour tout ce qui touche de loin ou de près les gaz et hydrocarbures de schiste.
 

Projet de loi ci-dessous.

N° 2188 - Projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte

ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 30 juillet 2014. (Renvoyé à une commission spéciale.) Pre...

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2188.asp

Gaz de schiste, un non-sens économique

(!) Info minute – Revue de Presse Article de Myret Zaki rédactrice en chef adjointe de Bilan, paru le 3 septembre 2014 dans Bilan . ch et republié ici avec son aimable autorisation. Depuis cet été, des experts mettent sérieusement en doute le bien-fondé économique de la fracturation hydraulique. «La production des puits décline si […]

DEP releases details of cases of drinking well contamination from drilling

28.08.14. - Six years into a natural gas boom, Pennsylvania has for the first time released details of 243 cases in which companies prospecting for oil or gas were found by state regulators to have contaminated private drinking water wells.

The Department of Environmental Protection on Thursday posted online links to the documents since the agency conducted a “thorough review” of paper files stored among its regional offices. The Associated Press and other news outlets have filed lawsuits and numerous open-records requests during the past several years seeking records of investigations into gas-drilling complaints.

[…]

The 243 cases, from 2008 to 2014, include some where a single drilling operation impacted multiple water wells. The problems listed in the documents include methane gas contamination, spills of wastewater and other pollutants, and wells that went dry or were otherwise undrinkable. […]

The gas-rich Marcellus shale lies under large parts of Pennsylvania, West Virginia, New York and Ohio. A drilling boom that took off in 2008 has made the Marcellus the most productive natural gas field in the nation, and more than 6,000 shale gas wells have been drilled. That has led to billions of dollars in revenue for companies and landowners, but also to complaints from homeowners about ruined water supplies.

[…]

The documents released on Thursday listed drilling-related water well problems in 22 counties, with most cases in Susquehanna, Tioga, Lycoming, and Bradford counties in the northeast portion of the state.

Some energy companies have dismissed or downplayed the issue of water well contamination, suggesting that it rarely or never happens.

The Marcellus Shale Coalition, the main industry group, suggested that geology and Pennsylvania's lack of standards for water well construction were partly to blame.

Coalition President Dave Spigelmyer said in a statement that Pennsylvania “has longstanding water well-related challenges, a function of our region's unique geology — where stray methane gas is frequently present in and around shallow aquifers.” He said many of the problems were related to surface spills, not drilling.


isa77_Jouarre's insight:

243 cas de contamination de puits confirmés en Pennsylvanie. 

L'administration en charge de l'environnement reconnait (enfin) ces contaminations 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Atlas of Unconventional Energy Resources

Unconventional Hydrocarbon Resources Map of North America

The unconventional hydrocarbon resources map of North America provides an overview of major sedimentary basins, plays and active production areas that are targets of gas and liquid extraction. The map has been created from datasets compiled from various sources by the West Virginia GIS Technical Center, Dept. of Geology and Geography, West Virginia University (WVU). This project is a partnership between the National Energy Technology Laboratory (NETL), the US Department of Energy (DOE), and WVU.
PDF Poster (31" x 30")



Unconventional Hydrocarbon Resources Map of World

The unconventional hydrocarbon resources map of the world provides an overview of major sedimentary basins and plays that are targets of or have potential for gas and liquid extraction. The map has been created from datasets compiled from various sources by the West Virginia GIS Technical Center, Dept. of Geology and Geography, West Virginia University (WVU). This project is a partnership between the World Resources Institute (WRI), National Energy Technology Laboratory (NETL), the US Department of Energy (DOE), and WVU.
PDF Poster (36" x 24")


isa77_Jouarre's insight:

Deux cartes disponibles en téléchargement. L'une concerne les bassins non conventionnels américains, l'autre ceux du monde entier. Un peu long à télécharger mais à conserver. 

D'autres ressources du même type sont disponibles sur ce site. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Global Shale Gas Development: Water Availability & Business Risks


02.09.14. - This report analyzes water availability across all potentially commercial shale resources worldwide.

It also reveals that water availability could limit shale resource development on every continent except Antarctica.

Shale resources are unevenly distributed worldwide and, for the most part, not located where freshwater is abundant. For example, China, Mexico, and South Africa have some of the largest technically recoverable shale gas resources (based on estimates from the U.S. Energy Information Administration), but face high to extremely high water stress where the shale is located.

This report reveals that lack of water availability could curtail shale development in many places around the world:

  • 38 percent of shale resources are in areas that are either arid or under high to extremely high levels of water stress;

  • 19 percent are in areas of high or extremely high seasonal variability; and

  • 15 percent are in locations exposed to high or extremely high drought severity.

Furthermore, 386 million people live on the land over these shale plays, and in 40 percent of the shale plays, irrigated agriculture is the largest water user. Thus drilling and hydraulic fracturing often compete with other demands for freshwater, which can result in conflicts with other water users. This is particularly true in areas of high baseline water stress, where over 40 percent of the available water supplies are already being withdrawn for agricultural, municipal, or industrial purposes.

The 20 countries with the largest shale gas or tight oil resources that are recoverable using currently available technology are shown in Table ES2 (Download the executive summary here).

  • Eight of the top 20 countries with the largest shale gas resources face arid conditions or high to extremely high baseline water stress where the shale resources are located; this includes China, Algeria, Mexico, South Africa, Libya, Pakistan, Egypt, and India.

  • Eight of the top 20 countries with the largest tight oil resources face arid conditions or high to extremely high baseline water stress where the shale resources are located; this includes China, Libya, Mexico, Pakistan, Algeria, Egypt, India, and Mongolia.

[…]

  • 38 percent of the world’s shale resources face high to extremely high water stress or arid conditions.

  • 386 million people live on land above shale plays—increased competition for water and public concern over hydraulic fracturing is more likely in densely populated areas.

  • In China, 61 percent of shale resources face high water stress or arid conditions.

  • In Argentina, 72 percent of shale resources face low to medium water stress.

  • In the United Kingdom, 34 percent of shale plays face high water stress or arid conditions.

See all related resources here.




isa77_Jouarre's insight:

La traduction de ce document est disponible http://stopgazdeschiste.org/2014/09/02/plus-de-gaz-de-schiste-cest-moins-deau-potable-disponible-rappelle-le-dernier-rapport-du-world-resource-institute-wri/


Le document original existe en deux versions, la version courte et la version complète, toutes deux téléchargeables sur le site de WRI. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

inauguration de la première rue Josh-Fox en France.


17.08.14. - Il s'agit d'une 1ère en France, et peut-être dans le monde :

le 29 mai 2014, l'inauguration de la rue Josh FOX, du nom du célèbre lanceur d'alerte sur les dangers de l'exploitation des gaz de schiste, auteur du film Gasland, qui a fait prendre conscience au monde entier du terrible danger que cette industrie représente. La rue principale, jusqu'à ce jour sans nom, du hameau de Bedousses, commune d'Aujac, portera désormais le nom du célèbre cinéaste, associé aujourd'hui à une réprobation et une lutte sévères de la part des populations et de nombreux élu-e-s contre la folie du lobby pétrolier.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Plus de gaz de schiste, c’est moins d’eau potable disponible, rappelle le dernier rapport du World Resource Institute (WRI)

(!) Info minute – Revue de Presse Traduction libre de l’article de Paul Reig , Tianyi Luo et Jonathan N. Proctor – Septembre 2014 publié par le World Resource Institute  Ce rapport analyse la disponibilité de l’eau dans toutes régions du monde où le gaz de schiste serait potentiellement exploitable. Il révèle également que la […]

Donald Tusk, un nouveau président du Conseil européen anti OGM et pro gaz de schiste

01.09.14. - L'actuel Premier ministre polonais Donald Tusk sera le futur président du Conseil européen pour la période courant du 1er décembre 2014 au 31 mai 2017. […]  Il sera chargé, dans cette fonction, de coordonner le travail des chefs d'Etat et de gouvernement, ainsi que de représenter l'Union européenne à l'étranger, aux côtés du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, désigné fin juin.

Outre des positions fermes vis-à-vis de la Russie, Donald Tusk a pris position en avril dernier en faveur d'une meilleure intégration de l'UE en matière d'énergie, qui passerait par des achats groupés de gaz, davantage d'importations de gaz naturel liquéfié (GNL) et l'exploitation des gaz de schiste.

"Le président Sarkozy m'a dit qu'il n'y aurait pas d'obstacle, pas de lobbying et donc pas de problème pour la Pologne si elle se lance dans l'exploitation du gaz de schiste. C'était une déclaration très importante pour moi", avait déclaré Donald Tusk au printemps 2011, rappelle le collectif Stop Gaz de schiste.

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

L’Institut Montaigne dénonce le statu quo sur le gaz de schiste

10.07.14. - Face à la réalité mondiale du gaz de schiste qui pénalise l’industrie et l’économie française, l’Institut Montaigne fait une série de propositions pour avancer sur le sujet du gaz de schiste tout en dénonçant l’immobilisme des gouvernants français sur le sujet.

Dans le rapport que publiera, vendredi 11 juillet, l’institut Montaigne, sur le thème "Gaz de schiste : Comment avancer", on sent poindre un  certain "Ras-le-bol". Le travail, mené entre autres par Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, et des experts du Boston Consulting Group, juge que "le statu quo n’existe pas : le gaz de schiste est déjà une réalité sur le plan international


L’ATTENTE D’UNE TECHNOLOGIE ALTERNATIVE EST UN LEURRE

Tous les ministres récents en charge de la question et l’actuel président de la République jugent qu’il n’y aura pas de fracturation hydraulique en France en l’état actuel des technologies et s’appuie sur la loi du 13 juillet 2011 qui interdit l’emploi de cette technique. Mais, s’appuyant sur les travaux de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPCEST), l’institut rappelle que la fracturation hydraulique a été utilisée "à au moins 45 reprises" en France sans aucun dommage.  Il enfonce même le clou en affirmant "l’interdiction d’exploration dans l’attente d’une peu probable technologie alternative est un leurre. En effet, une nouvelle technique d’exploration, outre qu’elle susciterait immanquablement des critiques identiques, n’offrirait pas les mêmes garanties d’utilisation par absence d’expérience".[…]
isa77_Jouarre's insight:

Il n'y a jamais eu 45 fracturations en France. Mais comme cette information fausse provient du rapport de l'Opecst, elle peut maintenant être reprise et répétée, elle devient vraie. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste produit en France serait 40% moins cher que le gaz importé


10.07.14. - Selon une étude de l’institut Montaigne, le coût de revient du gaz de schiste produit en France serait de 9,1 dollars par MBTU. Pas de quoi peser sur le marché de gaz, mais intéressant pour négocier avec les pays producteurs.

Dans son rapport "Gaz de schiste : Comment avancer", l’Institut Montaigne calcule le coût du gaz de schiste qui serait produit en France. Se basant sur des données fournit la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et le cabinet BCG, l’institut prend comme hypothèse "que le coût de production en France sera au niveau du coût maximal moyen observé sur les puits de gaz de schiste aux Etats-Unis" soit entre 3 et 6 dollars par MMBTU (Unité de mesure du gaz).

Si on ajoute à ce prix les coûts supplémentaires, le prix de revient serait de 9,1 dollars par MBTU. Le prix se décompose comme suit : 66 % pour la production, 22 % pour les taxes, 7 % pour le transport et 5 % pour le stockage. "Ce coût serait inférieur de 40 % au prix moyen du gaz (gaz naturel liquéfié importé) vendu aux industriels français en 2013", décrit le rapport.

UN FAIBLE IMPACT SUR LES COURS

En prenant l’hypothèse que la France pourrait couvrir 10 % de ses besoins grâce au gaz de schiste (contre 1% aujourd’hui), le rapport juge que "les volumes de production envisageables en France seront peut-être trop limités pour pousser à la baisse les niveaux de prix domestiques". En revanche, il permettrait de diminuer la facture énergétique de la France de 2 à 4 milliards d’euros sur un total de 69 milliards en 2012, et elle faciliterait les marges de négociations avec les pays fournisseurs (principalement l’Algérie et la Norvège dans le cas de la France).  


isa77_Jouarre's insight:

Faire baisser une facture de 2 milliards sur un total de 69 milliards, c'est environ 3%. Tout ça pour ça. On pourrait sans doute obtenir le même résultat en travaillant sur la sobriété énergétique, sur la diminution de l'obsolescence programmée, sur l'amélioration de l'isolation, etc, etc. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Pourquoi la France ne peut pas passer à côté du gaz de schiste, l'appel de Jean-Pierre Clamadieu

10.07.14. - Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, a participé au rapport de l’institut Montaigne publié ce vendredi 11 juillet sur le thème "Gaz de schiste : comment avancer". Le think-tank dénonce le statu quo sur le sujet et fait 11 propositions pour ouvrir réellement le dossier de cet hydrocarbure non conventionnel.

L'Usine Nouvelle - Depuis trois ans, la fracturation hydraulique et donc le gaz de schiste est interdit en France et le débat est bloqué dans l’Hexagone. Il faut du courage pour retourner ainsi à l’assaut ?

Jean-Pierre Clamadieu - […] Il faut que l’on ouvre le dossier du gaz de schiste, qui n’a jamais été vraiment ouvert. Il nous faut un débat sur des bases scientifiques, pragmatiques et techniques. Il faut sortir de ce statu quo qui est déraisonnable.


Vous pensez que la situation actuelle est plus favorable à un changement de mentalité ?

Dans le projet de loi de transition énergétique qui a été rendu public, le gaz est absent. Cette absence est réellement irrationnelle. Le rapport de l’institut Montaigne sur le gaz de schiste et le rapport de l’Union des industries chimiques essaient d’alerter sur le sujet. […]


Le rapport de l’Institut Montaigne parle d’un cadre législatif français favorable au gaz de schiste. Jusqu’à maintenant, on entendait plutôt l’inverse…

La France a un dispositif législatif qui permet d’explorer le sous-sol en protégeant ses intérêts nationaux. Contrairement aux Etats-Unis, où les habitants sont propriétaires de leur sous-sol, en France, le sous-sol appartient à la collectivité. Cela permet d’engager des opérations en toute sécurité et en toute maîtrise. En revanche, la faiblesse est l’absence de transparence. Aujourd’hui, il n’est plus admissible d’aller faire des trous dans le sol sans que les collectivités locales ne soient au courant et sans qu’elles soient associées aux bénéfices de la découverte. Il faut renforcer la législation.


Selon les calculs de l’Institut Montaigne, le gaz de schiste extrait en France serait 40 % moins cher que le gaz importé. C’est un facteur de réindustrialisation ?

Sur les coûts, il faut être prudent. Tant que nous n’avons pas regardé dans le sous-sol, il est difficile d’être précis. Bénéficier d’une ressource 40% moins chère que le gaz naturel liquéfié aurait forcément un impact positif. Mais nous avons conscience que l’exploitation en France ne se ferait pas dans les mêmes proportions qu’aux Etats-Unis.[…]


Est-ce que le fait que nos voisins allemands et britanniques se lancent dans l’aventure va changer la donne pour la France ?

Il faut regarder la question au niveau européen. […]  la France a beaucoup de champions sur le sujet comme nos grands groupes pétroliers et parapétroliers et nos VallourecVeoliaSolvay pour la fracturation.[…]


Pourquoi la question du gaz de schiste, ou du gaz en général, n’a pas été évoquée dans le projet de loi de Transition énergétique de Ségolène Royal ?

Je pense qu’il y a une petite incompréhension sur ce sujet. Le gaz, c’est le meilleur ami des énergies renouvelables. […]  Il y a une mauvaise compréhension de cette grande complémentarité entre le gaz et les énergies renouvelables en France, où le débat est plombé par la position dogmatique prise sur le gaz de schiste.


isa77_Jouarre's insight:

Prudent sur les coûts… et ami des énergies renouvelables…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste circulera, quoi qu’il arrive, dans les gazoducs français

02.09.14. - EDF a été pointée du doigt, cet été, pour avoir signé un accord en vue d’importer du gaz naturel américain, issu en partie de champs de gaz de schiste. Pourtant, dans les années à venir, la France va, qu’elle le veuille ou non, importer une quantité non négligeable de gaz de schiste via ses fournisseurs traditionnels.

Au cœur de l’été, une polémique étrange a visé EDF. L’électricien historique français a signé un accord avec une filiale de l’énergéticien américain Cheniere. Il s’agit pour le français d’importer du gaz naturel liquéfié depuis le projet de terminal de liquéfaction de Corpus Christi au Texas. EDF importerait à terme jusqu’à 770 000 tonnes, sur une période de 20 ans à partir de 2016. Une quantité assez faible par rapport aux 3,5 milliards de tonnes de gaz naturel consommée chaque année en France. EDF précise que ces importations serviront à alimenter ses centrales à gaz en France.

[…] les 770 000 tonnes de gaz importés depuis les Etats-Unis par EDF ne vont pas changer grand-chose. A terme, les tuyaux français convoieront des quantités significatives de gaz de schiste, qu’on le veuille ou non. En Europe, la France tient une place particulière car sa dépendance vis-à-vis de la Russie est relativement faible. Son premier fournisseur est la Norvège pour 37,4 %, suivie par les Pays-Bas pour 18,7 %, la Russie pour 15% et l’Algérie pour 12,7%. Or les Pays-Bas et l’Algérie sont deux pays qui fondent de grands espoirs dans l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. Après avoir prouvé la réalité de leurs réserves, les Pays-Bas réalisent déjà des expérimentations afin d’évaluer les conséquences de la technologie basée sur la fracturation hydraulique.


DU GAZ DE SCHISTE NÉERLANDAIS ET ALGÉRIEN

L’Algérie prévoit un programme de 100 milliards de dollars pour explorer son territoire. Il recèlerait la 5e réserve mondiale de gaz de schiste (derrière la Chine, les Etats-Unis, l’Argentine et le Mexique). L’exploration dans le pays ne sera toutefois pas évidente puisqu'une large partie des réserves est située sous le gigantesque aquifère du Sahara septentrional. En janvier 2013, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, en marge d’un déplacement en Algérie, avait même évoqué des partenariats franco-algériens dans les gaz non conventionnels. Une affirmation qui avait provoqué une colère noire de Delphine Batho alors ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’Energie.

Dans les années à venir, ce sont près de 30 % des importations françaises de gaz naturel qui proviendront de pays où le gaz de schiste sera exploité. Inutile de se voiler la face. Ils en exporteront vers la France. Il est peu probable que l’Hexagone puisse se permettre de renoncer à ses sources d’approvisionnement, au nom de sa propre position qui interdit l’exploitation du gaz de schiste sur son territoire. […]


isa77_Jouarre's insight:

Il semble bien que l'auteur de l'article prenne un peu ses désirs pour des réalités: pour l'instant les Pays-Bas ne produisent pas (encore) de gaz à l'aide de la fracturation hydraulique. Mais l'écrire permet ensuite d'évoquer un chiffre de 30% qui pourrait représenter la part du gaz de schiste dans les importations. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste circulera, quoi qu'il arrive, dans les gazoducs ... - L'Usine Nouvelle

Google actu "Schiste" - lun, 01/09/2014 - 09:00

L'Usine Nouvelle

Le gaz de schiste circulera, quoi qu'il arrive, dans les gazoducs ...
L'Usine Nouvelle
ANALYSE EDF a été pointée du doigt, cet été, pour avoir signé un accord en vue d'importer du gaz naturel américain, issu en partie de champs de gaz de schiste. Pourtant, dans les années à venir, la France va, qu'elle le veuille ou non, importer une ...

et plus encore »
Syndiquer le contenu