Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

EA likely to grant Cuadrilla fracking permit


12.11.14. - The Environment Agency (EA) is likely to approve environmental permits for Cuadrilla to frack at a site in Lancashire.

It has announced a second consultation during which the public can comment on the agency’s draft permit.

The Environment Agency has been carrying out a “rigorous assessment” of Cuadrilla’s applications and the comments made by the public during the first consultation. The draft permits set out conditions needed to protect groundwater, surface water and air quality and ensure the safe storage, management and disposal of waste at the proposed site in Plumpton.

“Based on this assessment, the Environment Agency is minded to grant Cuadrilla the environmental permits needed to carry out their operations and welcomes any new relevant information for consideration before making a final decision”, the agency said.

Cuadrilla said it would “comply fully” with the requirements.

The EA will make a final decision next year following the results of the second consultation.

The UK Government has given the go-ahead to set up a national fracking college as part of its plans to create a wave of next generation shale gas extraction engineers.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Lancashire shale gas decision extended

12.11.14. - The Environment Agency has announced a second period ofconsultation on Cuadrilla’s applications for environmental permits for the proposed shale gas exploration site at Plumpton in Lancashire.


The Environment Agency has since June been carrying out an assessment of Cuadrilla’s applications and the comments made by the public during the first period of consultation, which closed in August. Based on this assessment, the Environment Agency said it is minded to grant Cuadrilla the environmental permits needed to carry out their operations but says it welcomes any new relevant information for consideration before making a final decision.

The drafted permits set out the conditions needed to protect groundwater, surface water and air quality and to ensure the safe storage, management and disposal of wastes.

Steve Molyneux, Environment Agency environment manager for Lancashire, said: “We will not permit activities that pose an unacceptable risk.This further stage of consultation gives the public and interested groups an opportunity to see our decision making process and have their say on the draft environmental permits.”

Francis Egan, CEO of Cuadrilla, said: “(The announcment) comes at the end of a robust and rigorous review of our permit applications to ensure that, as we have committed, the local environment is well protected throughout our proposed exploratory operations. We will of course comply fully with their requirements for our proposed new sites.”



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

UK environment agency likely to grant permits for shale firm Cuadrilla

10.11.14. - Britain's Environment Agency said on Monday it would likely approve environmental permits for shale gas firm Cuadrilla Resources at a site in northwest England.

The approval, which is pending a second-stage consultation during which the public can comment on the agency's draft permits, would be a next step for Cuadrilla to press ahead with a four-well exploration programme at Preston New Road in Lancashire.

Britain is betting on the development of shale gas extraction to counter a decline in energy resources from the North Sea, but concerns about the environmental impact of hydraulic fracturing, or fracking, used to extract shale gas have caused local protests.

"The Environment Agency is minded to grant Cuadrilla the environmental permits needed to carry out their operations," the body said in a statement.

If approved, Cuadrilla's operations will be subject to stringent environmental rules about the disposal of wastewater used in the exploration process which the agency has put in place to protect ground and surface water.

Cuadrilla said it would fully comply with all requirements. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Why I Decided Not To Invest In Vermilion Energy Inc.


17.11.14. - Summary

  • Vermilion Energy Inc. ("Vermilion") is a Calgary, Alberta Canada based international oil and gas producer which was highly praised in a bullish Seeking Alpha article.
  • In my article I build a bearish case for not investing in Vermilion.
  • With crude oil prices falling, it does not appear that Vermilion is able to cover its dividend with free cash flow. The situation is about to get worse.

Warren Buffett said that, "I could improve your ultimate financial welfare by giving you a ticket with only 20 slots in it so that you had 20 punches - representing all the investments that you got to make in a lifetime. And once you'd punched through the card, you couldn't make any more investments at all. Under those rules, you'd really think carefully about what you did, and you'd be forced to load up on what you'd really thought about. So you'd do much better.

1. The company issues too much stock.

[…]The company is financed mainly by equity.

2. P/E Ratio is too high and ROE is too low. […]

For a detailed discussion on High ROE, low P/E investing read my article on AT&T: (The Relationship Between ROE, P/B And P/E As Seen In AT&T).

3. Dividend yield is declining because the stock is now too expensive. Between 2003 and 2009 VET was paying a yield north of 7% but dividend hungry investors have run up the stock so much that yield is now just about 4% (that is after a substantial correction in the stock). I think there is substantial risk of further decline of stock price.

4. Free Cash Flow per Share is not covering Dividend per share.

[…]I think the company will have to either cut its dividend or sell more shares or take on more debt to pay dividends unless oil prices recover dramatically (which may not occur for years).

5. Vermilion's Cash Return is poor. This is because Vermillion is generating very low free cash. This is even poorer than the earnings yield (E/P) which is nothing to write home about either. Why would you want to own a company which is generating such low Cash Return. This makes me wonder if they are just issuing new shares and returning part of the money to shareholders as dividends. This does not appear to be a robust business, which I want to own. As a rule I want to own a business which can pay dividends from free cash flow without issuing new shares.

6. Vermillion's balance sheet has become very large over the years. This is because enticed by dividends retail investors are giving VET lots of equity capital at low cost of capital and the capital intensive nature of the business. […]

Conclusion

I am not convinced that Vermilion is a good operator. It appears to be too dependent on raising equity in the market. That is fine as long as it is able to pay a high dividend and crude oil prices is high. However if oil prices stay low it will find it difficult to access reasonably priced equity in the stock market forcing it to either cut dividend or take on more debt or both. While the company has a healthy balance sheet (low debt) this is because equity investors have being willing to fund the company's growing operations with low cost equity (essentially at the price of the dividend yield). If forced to turn to the debt market, VET's cost of capital may not be that cheap. Also I find almost no insider buying of stock in-spite of the 20% correction from its peak. This shows that the stock is no bargain and remains expensive with more downside to come. So in conclusion, I am not willing to punch my card for VET, yet. You may have a different opinion, but that is what makes a market.


isa77_Jouarre's insight:

Un investisseur (dans une lettre pour investisseurs) explique pourquoi il ne mettra pas un sous pour acheter une action de Vermilion…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Shale Oil : expensive, over-hyped and short-lived


If you've watch the previous video chapter on Peak Cheap Oil, you may be wondering how any of that could be still be true given all the positive recent stories about shale oil and shale gas , many of which have proclaimed that “Peak Oil is dead”.

The mainstream press has faithfully repeated every press and PR statement made by the shale producers. And if you simply followed the headlines, you might even believe this about the US:

  • It is soon going to be energy independent,
  • Its oil production will surpass even Saudi Arabia putting it in the number one spot,and
  • The US will even be exporting oil again like the days of old.

The only problem with this story is that it is misleading in some very important ways. And entirely false in others.

Here are there are five main things to know about the shale plays.

  1. They deplete very quickly. The typical shale, or tight rock, well production declines by 80% to 90% within three years.
  2. They are expensive. All oil and gas coming form them is several times more expensive than what we got from conventional oil plays.
  3. They are environmentally damaging because the fracking fluid is highly toxic and much of it escapes during the blowback process and sometimes water wells are contaminated.
  4. Because each well has low flow and depletes quickly, massive numbers of wells must be drilled creating significant infrastructure damage to roads and bridges. Currently no state or municipal authorities are capturing anything close to the total cost of the infrastructure damage from the shale operators which means taxpayers are gong to be left paying those bills. 
  5. Not all shale plays are created equal – some are vastly superior to others.  And even within a given play there are sweet spots and dry holes which can only be determined by punching a well in and seeing what comes out.  Some call this the ‘mapping by braille’ approach.

When we put all of these together it adds up to a very expensive set of plays that will only last for a very short while.

To the extent that mainstream press has been conveying the message that peak oil is dead and that our energy concerns have been laid to rest is the extent to which they have been misleading us.

In many ways, the increased crude output from shale plays has bought us some time.  We can either use the temporary boost in energy supplies, expensive though they are, to build towards a future when these too eventually run out, or we can use them as an excuse to carry on with business as usual.

If we do choose business as usual as our operating strategy - I use that word very loosely – then we will just march straight into the shale oil peak around the year 2020 and be very disappointed with ourselves and our utterly inappropriate transportation infrastructure. 


isa77_Jouarre's insight:

une vidéo mettant en cause les arguments lisibles dans la presse américaine: indépendance énergétique, mort du peak oil, etc



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Bonjour, Vous trouverez en cliquant ICI

Gaz de Schistes Provence - mer, 19/11/2014 - 14:48

Bonjour,

Vous trouverez en cliquant ICI, le courrier du collectif Plaines du Languedoc envoyé à Ségolène Royal dont le collectif Vaucluse sans Gaz de schiste (entre autres) est signataire.

Ce courrier souhaite avoir des explications concernant la demande de prolongation du PERH liquides ou gazeux dit «Plaines du Languedoc» et dont le pétrolier a effectué plusieurs tentatives d’approche des mairies concernées.

JLR

 


TransCanada: fuite majeure de la stratégie pour faire accepter le projet Énergie Est


Des documents secrets de TransCanada, divulgués à Greenpeace par un employé ou un ex-employé, révèlent en détail la stratégie de la compagnie pour faire accepter par l'opinion publique son projet de pipeline Énergie Est. La centaine de pages consultées par Radio-Canada révèlent que TransCanada est prête à tout, ou presque, même à payer des partisans.

« Armer », « combat », « attaques »... le vocabulaire de TransCanada ne trompe pas. La compagnie est en guerre pour faire accepter son projet de pipeline de 12 milliards de dollars, pour acheminer le pétrole des sables bitumineux vers l'Est. La documentation stratégique produite entre mai et août 2014 a été réalisée avec l'appui d'une des plus importantes firmes de relations publiques au monde, Edelman.

TransCanada compte créer de toute pièce une mobilisation citoyenne en sa faveur. Son objectif pour l'année 2014 est de pouvoir compter sur 35 000 partisans qui se feront entendre en commentant des articles sur Internet, en écrivant des blogues ou des messages sur Twitter ou Facebook, en envoyant des lettres aux journaux,[…] Deux lignes plus bas, il est écrit : « Nous comptons sur un recrutement payé ciblé ».[…]


isa77_Jouarre's insight:

L'utilisation de la mobilisation citoyenne par un industriel canadien. Et pourquoi pas en France? 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Is the US oil boom in trouble?


30.10.14. - Oil prices continue to drop, energy companies are taking on large amounts of debt, and some call into question rosy projections about a long-term US shale boom. Should we be concerned about the future of American oil and gas?

A dramatic rise in US oil and natural gas production has altered the global energy landscape, buoyed an economic recovery, and pushed down oil prices worldwide.

The question is: How long can the so-called shale boom last?

No one can be 100 percent sure, but most projections see the US remaining an energy powerhouse for decades to come. New techniques and technologies will continue to unlock oil and gas from increasingly stubborn rocks, according to various government, industry, and independent analyses.

But some critics say these forecasts are overly optimistic and fail to take into account just how much energy, money, and ingenuity it takes to maintain unconventional oil and gas production, let alone expand it. And a recent drop in the price of oil calls into question not just how much oil and gas is left, but how much of it can still be profitably extracted.Today, US oil production is at its highest level in three decades, and the country imports dramatically less. Natural gas production is so high that terminals are being built to ship it abroad, and booming oil production has spurred talk of lifting the decades-long crude export ban. Innovations like hydraulic fracturing and horizontal drilling have unleashed a glut of oil and gas in shale formations from North Dakota’s Bakken to Texas’s Eagle Ford.

Recent developments threaten to undermine that momentum, however. New supply and weak demand is pushing down oil prices globally, threatening to make costly US shale extraction uneconomic. Limited pipeline capacity and overproduction of natural gas in the Marcellus shale has pushed prices down, making it hard for producers to turn a profit. Drillers are taking on ever increasing amounts of debt to finance their operations. And there may not be as much shale oil and gas as the US government forecasts, according to a new report from the Post Carbon Institute, a California-based think tank that promotes sustainable energy.




See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste en Europe : "Il faut rouvrir la question"


28.10.14. - Il y a quelques jours, Jean-Pierre Clamadieu a été élu président du Cefic, fédération européenne des industries chimiques. A ce titre, l’actuel patron de Solvay, ingénieur des Mines, donne sa vision de l’avenir d’un secteur secoué par les enjeux environnementaux et énergétiques.


Que pensez-vous des règles imposées à l’industrie chimique en matière de protection de l’environnement ?

La chimie est par nature une industrie qui traite des produits et des procédés potentiellement dangereux. Le fait qu’on nous demande de les traiter de manière responsable, c’est parfaitement légitime. Cela fait partie de notre métier de chimiste que d’être capable de démontrer que nous gérons de manière responsable nos produits, nos processus de fabrication.


Aux critiques, le secteur a l’habitude de répliquer en expliquant sa contribution à la préservation de l’environnement…

L’appel à une économie plus durable crée une demande pour des produits ou des solutions que nous fabriquons. Ce qui manque par exemple aujourd’hui pour avoir une utilisation rationnelle des énergies renouvelables, ce sont des systèmes de stockage à grande capacité. L’industrie chimique est très présente sur tous les sujets concernant les batteries, et nous avons encore beaucoup de choses à apporter en termes d’innovation pour répondre à ses besoins. Idem à propos de l’industrie automobile, pour laquelle nous développons des matériaux qui peuvent faire des véhicules plus légers, des systèmes de dépollution, des applications qui vont permettre aux constructeurs de faire des voitures qui émettent moins de CO2, pour dire les choses simplement. On voit bien qu’on est capable d’apporter des éléments. Donc effectivement, cette demande pour un développement plus durable est porteuse d’opportunités pour nous.


Le gaz de schiste a changé les règles du jeu, un jeu que l’Europe est en train de perdre ?

En tout cas, c’est un jeu qui devient très difficile. Aujourd’hui, les coûts d’accès au gaz sont trois à quatre fois plus élevés en Europe qu’aux Etats-Unis, et je vous rappelle que le gaz, pour la chimie, c’est de l’énergie mais c’est aussi des matières premières. L’électricité est, en gros, deux fois plus chère ici que là-bas. Donc, aujourd’hui, les Etats-Unis sont devenus une région d’énergie et de matière première peu chère. C’est une région dans laquelle il y a une industrie chimique forte depuis longtemps, et tout d’un coup, elle se retrouve boostée, et d’ailleurs un certain nombre d’industriels européens ont des positions aux Etats-Unis. Et c’est vrai qu’on ne se battra pas à armes égales, dans un certain nombre de marchés, avec nos concurrents américains. Cela amène à des réponses qui sont différentes d’une entreprise à une autre, avec d’énormes efforts de compétitivité dans certains cas, avec parfois le constat qu’on ne peut plus continuer à produire en Europe. Mais ça s’accompagne aussi d’un effort autour de l’innovation, d’un déplacement vers des produits à beaucoup plus forte valeur ajoutée, dans lesquels le coût d’accès à l’énergie est un élément moins important. Oui, la bataille est difficile, et l’industrie chimique européenne n’a pas beaucoup d’autre choix que de se transformer dans ce contexte.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

China Stresses Exploitation of Shale Gas Coalbed Methane

17.11.14. - China will seek breakthrough in exploitation of shale gas coalbed methane and other unconventional energy sources as part of its efforts of tapping domestic energy supply said a senior energy official. 
The National Energy Administration (NEA) is formulating policies to encourage the exploitation of the unconventional energies including shale gas and coalbed methane said Tan Rongyao an NEA official. 
[…]

Shale gas production in recent years has seen leapfrog development since the country started to survey and explore the energy source in 2009. 
Currently 30% of the natural gas China consumes is imported. 
Shale gas is an important unconventional source of natural gas. So far the reserves being invested in for exploration have hit 130 billion cubic meters in the country. 


isa77_Jouarre's insight:

La Chine se lance dans le gaz de couche



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

La Chambre des représentants vote en faveur de Keystone XL

14.11.14. - La Chambre des représentants américaine, contrôlée par les républicains, a voté en faveur d'un projet de loi qui autoriserait la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et le Texas. Le Sénat pourrait lui emboîter le pas la semaine prochaine.


isa77_Jouarre's insight:

Et bien non, le Sénat n'a pas voté comme la Chambre des représentants. Le Sénat a voté contre…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le projet Keystone XL échoue par une voix au Sénat américain


18.11.14. - Le projet d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les États-Unis a été bloqué au Sénat américain, mardi soir, à Washington. Alors que la Chambre des représentants avait adopté le projet vendredi dernier, le pipeline n'a pas obtenu les 60 appuis nécessaires des sénateurs, échouant par une seule voix.

Il s'agit bien sûr d'une déception pour le gouvernement de Stephen Harper, qui tente d'obtenir l'aval des États-Unis pour la construction de l'oléoduc de TransCanada depuis des années. 

[…]

Le premier ministre de l'Alberta, Jim Prentice, qui souhaite exporter le pétrole des sables bitumineux de sa province vers les États-Unis grâce au pipeline, s'est également dit déçu, mais encouragé que le projet d'oléoduc ait gagné des appuis chez les élus américains. Il est convaincu que le nouveau sénat facilitera les choses. Il ira justement en visite à Washington en janvier.

Par voie de communiqué, TransCanada s'est félicité de ce qu'elle considère malgré tout comme un « soutien important et croissant pour Keystone XL » au Sénat. Son patron, Russ Girling, promet de « continuer à pousser » afin d'avoir gain de cause.

Le vice-président de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, Greg Strigham, se dit lui aussi plein d'espoir en voyant que le vote n'a été perdu que par une voix dans un sénat contrôlé par les démocrates.

Le nouveau sénat à majorité républicaine prendra ses fonctions en janvier. L'industrie est convaincue que le projet de pipeline sera présenté de nouveau. 

Greenpeace y voit tout au contraire un vote qui « donne raison à la science » en repoussant un projet qui engendrerait quelque 24 millions de tonnes de gaz à effet de serre par an.

_______________

photo: Barack Obama lors d'un discours en 2012 devant un entrepôt de tuyaux de TransCanada à Cushing, en Oklahoma


isa77_Jouarre's insight:

Attendons le mois de janvier…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le Sénat américain vote contre l'oléoduc Keystone XL


19.11.14. - Obama n'aura pas à utiliser son veto... Pour l'instant.  Le Sénat américain a rejeté de justesse mardi la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, un chantier suspendu depuis six ans à une décision de l'administration de Barack Obama.

Seuls 59 sénateurs ont voté en faveur d'une mesure qui aurait donné le feu vert au projet, alors que 60 voix étaient requises, la plupart des démocrates étant hostiles à Keystone XL en raison des risques environnementaux. Mais un nouveau vote aura lieu en janvier sous la nouvelle majorité républicaine, qui devrait trouver quelques démocrates pour passer la barre des 60 voix.

La Maison Blanche avait répété mardi que le président américain était opposé à la loi, Barack Obama souhaitant attendre la fin du processus judiciaire avant de décider si le projet doit être approuvé par son administration ou non. La société TransCanada a déposé sa première demande en 2008, et soumis un nouveau tracé en 2012.

Pour les républicains, Keystone XL représente un potentiel de création de dizaines de milliers d'emplois. Mais les démocrates dénoncent les risques de fuite et de contamination environnementale, sur un tronçon de 1.900 km dont 1.400 aux Etats-Unis.

Keystone XL doit en outre transporter du brut issu des sables bitumineux de l'Alberta, un type de gisement qui requiert des méthodes d'extraction plus énergivores et polluantes que pour les réservoirs «classiques».

Dans la foulée du vote, le chef des républicains Mitch McConnell a annoncé que la mesure serait la priorité du Sénat à partir de janvier, quand les républicains prendront le contrôle de la chambre haute du Congrès. La Chambre des représentants avait, de son côté, voté en faveur de Keystone XL vendredi.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Il y a un trésor sous le Bassin parisien, et ce n'est pas du gaz de schiste: de la chaleur enfouie

18.11.14. - Les avantages de cette énergie: elle n’émet pas de gaz à effet de serre, ne cause pas de pollution résiduelle importante, est renouvelable et peut être pratiquée avec des risques limités pour l’environnement

Avec ses derniers travaux, l’Association des géologues du Bassin parisien vient de livrer une synthèse des recherches effectuées sur la zone depuis une trentaine d’années. Le bassin en question est considéré dans sa version extensive, puisque la vision en coupe sur laquelle a travaillé l’association couvre une distance de 650 km du pays d’Auge en Normandie jusqu’à la plaine d’Alsace, sur une profondeur de 3.500 mètres. Les sous-sols des Yvelines, de la Brie, de la Champagne et du plateau lorrain sont donc également passés au scalpel.

Bien sûr, une grande partie de ces couches géologiques a déjà été explorée notamment par les pétroliers qui, depuis le milieu du XXe siècle, procèdent à des forages. Mais les progrès réalisés en la matière, avec par exemple la mise au point des forages horizontaux ou la télédétection par satellite, ont permis une connaissance plus fine de ce sous-sol et une évolution des concepts géologiques. L’association met ainsi à profit des données dont ne disposaient pas les chercheurs qui établirent la précédente synthèse en 1980.

Du gaz, mais pas de schiste…

A la limite de la Champagne humide, on découvre par exemple en très grande profondeur une pointe géologique de même nature que le sous-sol lorrain. Il est fort probable que cette résurgence renferme, comme en Lorraine, du grisou et, par là, des poches de gaz, explique Didier Bonijoly, président de l’Association.

«D’autres bassins tectoniques très anciens ont été reconnus depuis les dernières décennies profondément enfouis à plusieurs kilomètres de profondeur. (…) Ces bassins pourraient contenir d’importantes réserves en gaz naturel», commente l’association dans un ouvrage de présentation de ces nouvelles coupes géologiques.

En revanche, pas de gaz de schiste, estime le spécialiste de la question au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). Ce qui corrobore les hypothèses du rapport de 2012 du Conseil général de l'environnement et du développement durable, sur «les hydrocarbures de roche-mère», qui concluait à l’existence possible de gaz de schiste dans le bassin Causses/Cévennes/Ardèche, mais pas dans le Bassin parisien. De quoi évacuer de nombreuses polémiques, s’agissant du Bassin parisien.

Du pétrole non conventionnel pour l’instant intouchablePour l’huile de schiste, le verdict est différent: puisqu’on extrait du pétrole conventionnel dans la Brie, c’est qu’il existe une roche mère plus profonde qui contient forcément du pétrole non conventionnel; de l’huile de schiste, donc.

[…] 

Géothermie, une richesse énergétique renouvelable

Reste une ressource énergétique qui n’émet pas de gaz à effet de serre, ne cause pas de pollution résiduelle importante, est renouvelable et peut être pratiquée avec des risques limités pour l’environnement: la géothermie, qui utilise la température de la Terre à l’intérieur des couches profondes.

[…] Dans le Bassin parisien, c’est au niveau des couches du jurassique supérieur (un voyage dans le temps de l’ordre de 200 millions d’années…) qu’il conviendrait de forer, entre 3.000 et 4.500 mètres, pour profiter de températures oscillant entre 150°C et 180°C.

On ne cache pas au BRGM que la France pourrait développer beaucoup plus l’exploitation de cette ressource. Elle n’a qu’un défaut: elle n’est pas subventionnée et est donc concurrencée par l’éolien et le solaire qui le sont davantage.

[…]


isa77_Jouarre's insight:

Une position du BRGM ambivalente : rendre acceptable le gaz de couche du Bassin Parisien tout en prônant la géothermie… Quant à la mise au point sur le fait que le Bassin Parisien ne recèle pas de gaz de schiste, était-elle bien utile?

On le savait déjà! Mais cette mise au point du BRGM permet à des journalistes lisant un peu trop rapidement les documents mis à leur disposition de dire "Ben alors, de quoi avez-vous peur, il n'y a pas de gaz de schiste chez vous”…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Keystone Pipeline Fails to Get Through Senate


18.11.14. - The controversial Keystone XL oil pipeline failed to win approval in the Senate tonight […]

The final vote was 59-41.

Shortly after the vote was tallied, Kentucky Sen. Mitch McConnell, who will become the Senate Majority Leader when Republicans take control of the Senate in January, said he will bring up the issue again "early next year."

[…].

Fourteen Democrats joined all 45 Republicans in support of the measure. The White House had refrained from announcing whether President Obama would veto the measure, but many Democratic senators expected the president to veto the bill had it passed.

[…]

Support for the pipeline has become a significant issue in the Louisiana run-off campaign.

The pipeline would carry oil from Canada's tar sand pits to refineries in the U.S. Opponents of the bill warn that the Keystone pipeline would further damage the environment.

“XL stands for Xtra Lethal and misery follows the tar sands,” Sen. Barbara Boxer, D-Calif., said today.

The White House had not said whether it would veto the legislation if it had passed, but many Democratic senators believe the president will do just that.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste : une entente historique pour l’inspection des puits abandonnés

Gaz de Schistes Provence - mer, 19/11/2014 - 10:11

source: O 97,3 –

 

Sébastien Roy
18/11/14
NATIONAL – Une entente avec l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique et le Collectif Moratoire Alternatives Vigilance et Intervention a été conclue en vue de la localisation et l’inspection de tous les puits inactifs des basses du Saint-Laurent.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, en a fait l’annonce aujourd’hui. Les représentants des deux organismes se disent satisfait de cette collaboration inédite.Les membres du CMAVI et de l’AQLPA ont développé une expertise dans le cadre de leur vigie dans le dossier gaz de schiste.

Le ministre Arcand a reconnu aujourd’hui cette expertise et la met au service de la population grâce à cette entente, qualifiée d’historique pour les deux parties.


Un monde à court de pétrole

Gaz de Schistes Provence - mer, 19/11/2014 - 09:58

Courrier des lecteurs -

source: Journal de l’île de la Réunion

// ]]>// //

 

Malgré la production nord-américaine de carburants fossiles non conventionnels et la fourniture de pétrole offshore du Brésil, le brut d’Arabie reviendra en avant dans les années 2020, seule énergie en mesure d’étancher la soif de pétrole de la planète. C’est une des révélations de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans le World Energy Outlook 2013 (WEO 2013). D’ici à 2035, la demande aura augmenté d’1/3 et sera soutenue par l’Inde et le Sud-est asiatique davantage que par la Chine. Le Brésil s’illustre par ses performances en terme d’intensité énergétique, mais aussi en tant que nouveau producteur et consommateur mondial. La consommation de l’OCDE va stagner.

Le WEO 2013 pointe le fait que le pétrole de schiste et celui extrait à grande profondeur constitueront un apport supplémentaire en raison de l’amélioration des techniques d’extraction. Pour combien de temps ? Les experts tablent sur une production qui ne dépassera pas l’horizon 2020 pour les huiles de schiste. « Le prix du pétrole s’oriente vers 128 USD le baril en 2035 ce qui soutiendra le développement de ces nouvelles ressources. La montée en puissance des pétroles de schiste va réduire l’écart entre la demande, 101 millions de barils/jour en 2035, et l’offre, 65 millions de barils/jour », résume le WEO.

La révélation : le Moyen-Orient redeviendra la clé. A l’heure actuelle, le rôle de l’Opep est restreint par quatre principaux faits : les exportations étasuniennes, premier producteur de pétrole mondial en raison de ses pétrole et gaz de schiste ; les exportations de sables bitumineux du Canada ; la production brésilienne de pétrole offshore extrait à grande profondeur, dont le débit atteindra 6 millions de barils/jour d’ici à 2035 ; la production de gaz naturel liquéfié un peu partout sur la planète. Cette combinaison en provenance d’autres pays que l’Opep se tarira à partir des années 2020. Les compagnies pétrolières des pays de l’Opep disposent, elles, de 80% des réserves prouvées.

L’AIE confirme le pic pétrolier à travers l’analyse de 1600 puits : ceux-ci s’illustrent par une décrue de 6% de leur production. Sur les 790 milliards de barils devant être produits d’ici à 2035 pour satisfaire la demande mondiale, plus de la moitié servira à endiguer le déclin.

Le WEO se penche sur le coût de l’extraction. Et souligne que les ressources futures ne pourront être mises en production aux mêmes coûts qu’aujourd’hui. L’AIE établit un modèle combinant taux de déplétion, évolutions technologiques et inflation des coûts, qui tendent à augmenter avec le prix du baril.

« La capacité de l’industrie pétrolière à développer rapidement de nouvelles ressources est limitée », avertit l’AIE. Une inconnue : le pétrole lourd du bassin de l’Orénoque, au Venezuela, qui représente les plus grandes réserves mondiales.

Quand on connaît l’optimisme dans lequel se complaît l’AIE, et qui porte du crédit aux puissances du golfe quant à l’estimation de leurs propres réserves, on ne peut être qu’inquiet. Et quand le GIEC nous prédit un réchauffement de 4°c à la fin du siècle, lié aux activités anthropiques, et particulièrement la consommation d’énergie fossile, on se dit que, décidément, il n’est pire sourd qu’un capitaliste croissantiste et consommateur d’énergie fossile qui ne veut pas entendre. Pourtant l’avenir de l’humanité est en jeu.

Bruno Bourgeon, président d’AID


Il y a un trésor sous le Bassin parisien, et ce n’est pas du gaz de schiste: de la chaleur enfouie

Gaz de Schistes Provence - mer, 19/11/2014 - 09:48

source: slate.fr

Gilles Bridier

Laurence Le Callonnec, géologue de l’Université Pierre-et-Marie-Curie présente la nouvelle coupe du Bassin parisien réalisée par l’Association des Géologues du Bassin de Paris.

Les avantages de cette énergie: elle n’émet pas de gaz à effet de serre, ne cause pas de pollution résiduelle importante, est renouvelable et peut être pratiquée avec des risques limités pour l’environnementAvec ses derniers travaux, l’Association des géologues du Bassin parisien vient de livrer une synthèse des recherches effectuées sur la zone depuis une trentaine d’années. Le bassin en question est considéré dans sa version extensive, puisque la vision en coupe sur laquelle a travaillé l’association couvre une distance de 650 km du pays d’Auge en Normandie jusqu’à la plaine d’Alsace, sur une profondeur de 3.500 mètres. Les sous-sols des Yvelines, de la Brie, de la Champagne et du plateau lorrain sont donc également passés au scalpel.Bien sûr, une grande partie de ces couches géologiques a déjà été explorée notamment par les pétroliers qui, depuis le milieu du XXe siècle, procèdent à des forages. Mais les progrès réalisés en la matière, avec par exemple la mise au point des forages horizontaux ou la télédétection par satellite, ont permis une connaissance plus fine de ce sous-sol et une évolution des concepts géologiques. L’association met ainsi à profit des données dont ne disposaient pas les chercheurs qui établirent la précédente synthèse en 1980.

Du gaz, mais pas de schiste… // //

A la limite de la Champagne humide, on découvre par exemple en très grande profondeur une pointe géologique de même nature que le sous-sol lorrain. Il est fort probable que cette résurgence renferme, comme en Lorraine, du grisou et, par là, des poches de gaz, explique Didier Bonijoly, président de l’Association.

«D’autres bassins tectoniques très anciens ont été reconnus depuis les dernières décennies profondément enfouis à plusieurs kilomètres de profondeur. (…) Ces bassins pourraient contenir d’importantes réserves en gaz naturel», commente l’association dans un ouvrage de présentation de ces nouvelles coupes géologiques.

En revanche, pas de gaz de schiste, estime le spécialiste de la question au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). Ce qui corrobore les hypothèses du rapport de 2012 du Conseil général de l’environnement et du développement durable, sur «les hydrocarbures de roche-mère», qui concluait à l’existence possible de gaz de schiste dans le bassin Causses/Cévennes/Ardèche, mais pas dans le Bassin parisien. De quoi évacuer de nombreuses polémiques, s’agissant du Bassin parisien.

Du pétrole non conventionnel pour l’instant intouchable

Pour l’huile de schiste, le verdict est différent: puisqu’on extrait du pétrole conventionnel dans la Brie, c’est qu’il existe une roche mère plus profonde qui contient forcément du pétrole non conventionnel; de l’huile de schiste, donc.

Mais on sait ce qu’il en est des ressources d’hydrocarbures en France: sur une réserve évaluée à 10 milliards de barils de pétrole conventionnel, seulement 1 milliard pourrait être extrait, soit seulement deux ans de consommation française. Certes, à 100 euros le baril, l’enjeu économique n’est malgré tout pas négligeable. Mais compte tenu des investissements à réaliser, le jeu ne vaut pas forcément de mettre le feu aux poudres.

D’ailleurs si la production de pétrole conventionnel est passée de 3 millions de tonnes jadis à 1 million aujourd’hui (pour 56 millions de tonnes importées en France en 2013), c’est que les investissements ont été jugés dissuasifs. Sans parler des «contraintes de surface» liées aux environnements agricole et urbain qui compliquent sérieusement leur rentabilisation, de la redevance à l’Etat et de la réglementation avec la réforme du code minier. Celle-ci, entre autres, doit raccourcir les délais pour obtenir des autorisations mais renforce l’obligation d’une consultation publique en amont de cette obtention. Aussi, avant de songer à l’huile de schiste…

C’est cette réforme et l’interdiction de recourir à la fracturation hydraulique (sur ce point, l’interdiction de la loi de 2011 a été sanctuarisée et n’a pas été remise en question dans le projet de réforme) qui rend impossible à ce stade l’exploitation des ressources non conventionnelles… au moins aussi longtemps que des techniques d’extraction «non dangereuses» ne seront pas mises au point.

Géothermie, une richesse énergétique renouvelable

Reste une ressource énergétique qui n’émet pas de gaz à effet de serre, ne cause pas de pollution résiduelle importante, est renouvelable et peut être pratiquée avec des risques limités pour l’environnement: la géothermie, qui utilise la température de la Terre à l’intérieur des couches profondes.

Qu’est-ce que c’est?

La géothermie ou «chaleur de la terre» couvre l’ensemble des applications permettant de récupérer la chaleur contenue dans le sous-sol ou dans les nappes d’eau souterraines (la température de la terre et de l’eau souterraine est d’autant plus élevée que l’on se rapproche du centre de la terre). En fonction de l’application, les calories ainsi récupérées servent à la production de chaleur et/ou de froid ou à la production d’électricité.

Source: ministère de l’Ecologie

L’utilisation de cette ressource n’est pas nouvelle: le BRGM est devenu un spécialiste des techniques d’exploration, qu’il développe maintenant depuis une trentaine d’années.  Et dans le Bassin parisien, on compte aujourd’hui «36 installations en fonctionnement et un équivalent de plus de 150.000 logements alimentés», explique Romain Vernier, responsable de la géothermie au BRGM.

Mais on pourrait faire plus. Dans le Bassin parisien, c’est au niveau des couches du jurassique supérieur (un voyage dans le temps de l’ordre de 200 millions d’années…) qu’il conviendrait de forer, entre 3.000 et 4.500 mètres, pour profiter de températures oscillant entre 150°C et 180°C.

On ne cache pas au BRGM que la France pourrait développer beaucoup plus l’exploitation de cette ressource. Elle n’a qu’un défaut: elle n’est pas subventionnée et est donc concurrencée par l’éolien et le solaire qui le sont davantage.

Toutefois, Didier Bonjoly compte bien que la loi pour la transition énergétique lui donnera une impulsion nouvelle. L’exploration pour trouver de nouveaux réservoirs sera alors développée afin de multiplier le recours aux pompes à chaleur géothermiques et aux réseaux de chaleur raccordés à des stockages souterrains, voire à produire de l’électricité ou à construire des systèmes hybrides d’énergie.


Services pétroliers : Baker Hughes racheté par Halliburton

Gaz de Schistes Provence - mer, 19/11/2014 - 09:32

source: 2000 watt

La chute des prix du pétrole et la raréfaction des forages profitables poussent les acteurs pétroliers à se cannibaliser. Ainsi le géant américain Halliburton rachète, à prix d’or, l’autre américain Baker Hughes actif dans la prospection et les forages. Dans le panier de la mariée: 34,6 milliards $ avec une prime de 31% par rapport au prix de vendredi dernier.

C’est une idée de génie que d’avoir payé 78,62$ pour Baker Hughes, même si personne n’en voulait à 52$ il y a trois jours!

Le nouveau groupe américain devient le leader mondial des services pétroliers en termes de chiffres d’affaires, 51,8 milliards $ et 136’00 salariés. Le No2, Schlumberger présente une copie à 45,2 milliards $ et 126’000 employés.

 

La crise pétrolière actuelle pousse à la restructuration

La crise actuelle que traverse le pétrole pousse les majors pétrolières à réduire leurs investissements, qui sont de moins en moins rentables, et crée une baisse de travail pour leurs sous-traitants. La rentabilité de Baker Hughes et Halliburton, comme celle de l’ensemble de leurs concurrents, est sur le grille.

Les économies d’échelle via la cannibalisation des concurrents est l’une des réponses pour garder les juteux dividendes versés aux actionnaires, ce qui est une tradition dans le pétrole. Halliburton espère 2 milliards $ d’économie et certainement des milliers d’emplois passés à la trappe.

Avec Baker Hughes, Halliburton devient numéro un mondial de la fracturation hydraulique pour l’extraction du gaz du schiste et bénéficie également de son savoir-faire dans les techniques d’extraction pour stimuler la production des gisements en fin d’exploitation et dans les sables bitumineux canadiens.


Shale Oil: Expensive, Over-hyped, and Short-Lived [video]

19.11.14. - The mainstream press has faithfully repeated every press and PR statement made by the shale producers and if you simply followed the headlines you might even believe this about the US:

  • It is soon going to be energy independent,
  • Its oil production will surpass even Saudi Arabia putting it in the number one spot,and
  • The US will even be exporting oil again like the days of old.

The only problem with this story is that it is misleading in some very important ways and entirely false in others. 


isa77_Jouarre's insight:

Une vidéo qui démontre que les Etats-Unis ne sont pas indépendants énergétiquement, qu'ils continuent à importer du gaz, etc.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation
Syndiquer le contenu