Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

The Uninhabitable Earth

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mar, 05/09/2017 - 19:30
THE UNINHABITABLE EARTH

Famine, economic collapse, a sun that cooks us : What climate change could wreak — sooner than you think.

I. ‘Doomsday'

Peering beyond scientific reticence.

It is, I promise, worse than you think. If your anxiety about global warming is dominated by fears of sea-level rise, you are barely scratching the surface of what terrors are possible, even within the lifetime of a teenager today. And yet the swelling seas — and the cities they will drown — have so dominated the picture of global warming, and so overwhelmed our capacity for climate panic, that they have occluded our perception of other threats, many much closer at hand. Rising oceans are bad, in fact very bad ; but fleeing the coastline will not be enough.

Indeed, absent a significant adjustment to how billions of humans conduct their lives, parts of the Earth will likely become close to uninhabitable, and other parts horrifically inhospitable, as soon as the end of this century.

The Earth has experienced five mass extinctions before the one we are living through now, each so complete a slate-wiping of the evolutionary record it functioned as a resetting of the planetary clock, and many climate scientists will tell you they are the best analog for the ecological future we are diving headlong into. Unless you are a teenager, you probably read in your high-school textbooks that these extinctions were the result of asteroids. In fact, all but the one that killed the dinosaurs were caused by climate change produced by greenhouse gas. The most notorious was 252 million years ago ; it began when carbon warmed the planet by five degrees, accelerated when that warming triggered the release of methane in the Arctic, and ended with 97 percent of all life on Earth dead. We are currently adding carbon to the atmosphere at a considerably faster rate ; by most estimates, at least ten times faster. The rate is accelerating. This is what Stephen Hawking had in mind when he said, this spring, that the species needs to colonize other planets in the next century to survive, and what drove Elon Musk, last month, to unveil his plans to build a Mars habitat in 40 to 100 years. These are nonspecialists, of course, and probably as inclined to irrational panic as you or I. But the many sober-minded scientists I interviewed over the past several months — the most credentialed and tenured in the field, few of them inclined to alarmism and many advisers to the IPCC who nevertheless criticize its conservatism — have quietly reached an apocalyptic conclusion, too : No plausible program of emissions reductions alone can prevent climate disaster.

Over the past few decades, the term “Anthropocene” has climbed out of academic discourse and into the popular imagination — a name given to the geologic era we live in now, and a way to signal that it is a new era, defined on the wall chart of deep history by human intervention. One problem with the term is that it implies a conquest of nature (and even echoes the biblical “dominion”). And however sanguine you might be about the proposition that we have already ravaged the natural world, which we surely have, it is another thing entirely to consider the possibility that we have only provoked it, engineering first in ignorance and then in denial a climate system that will now go to war with us for many centuries, perhaps until it destroys us. That is what Wallace Smith Broecker, the avuncular oceanographer who coined the term “global warming,” means when he calls the planet an “angry beast.” You could also go with “war machine.” Each day we arm it

II. Heat Death

The bahraining of New York.

Humans, like all mammals, are heat engines ; surviving means having to continually cool off, like panting dogs. For that, the temperature needs to be low enough for the air to act as a kind of refrigerant, drawing heat off the skin so the engine can keep pumping. At seven degrees of warming, that would become impossible for large portions of the planet's equatorial band, and especially the tropics, where humidity adds to the problem ; in the jungles of Costa Rica, for instance, where humidity routinely tops 90 percent, simply moving around outside when it's over 105 degrees Fahrenheit would be lethal. And the effect would be fast : Within a few hours, a human body would be cooked to death from both inside and out.

Climate-change skeptics point out that the planet has warmed and cooled many times before, but the climate window that has allowed for human life is very narrow, even by the standards of planetary history. At 11 or 12 degrees of warming, more than half the world's population, as distributed today, would die of direct heat. Things almost certainly won't get that hot this century, though models of unabated emissions do bring us that far eventually.

At present, most regions reach a wet-bulb maximum of 26 or 27 degrees Celsius ; the true red line for habitability is 35 degrees. What is called heat stress comes much sooner.

III. The End of Food

Praying for cornfields in the tundra.

Climates differ and plants vary, but the basic rule for staple cereal crops grown at optimal temperature is that for every degree of warming, yields decline by 10 percent. Some estimates run as high as 15 or even 17 percent. Which means that if the planet is five degrees warmer at the end of the century, we may have as many as 50 percent more people to feed and 50 percent less grain to give them. And proteins are worse : It takes 16 calories of grain to produce just a single calorie of hamburger meat, butchered from a cow that spent its life polluting the climate with methane farts.

Pollyannaish plant physiologists will point out that the cereal-crop math applies only to those regions already at peak growing temperature, and they are right — theoretically, a warmer climate will make it easier to grow corn in Greenland. But as the pathbreaking work by Rosamond Naylor and David Battisti has shown, the tropics are already too hot to efficiently grow grain, and those places where grain is produced today are already at optimal growing temperature — which means even a small warming will push them down the slope of declining productivity. And you can't easily move croplands north a few hundred miles, because yields in places like remote Canada and Russia are limited by the quality of soil there ; it takes many centuries for the planet to produce optimally fertile dirt.

IV. Climate Plagues

What happens when the bubonic ice melts ?

Rock, in the right spot, is a record of planetary history, eras as long as millions of years flattened by the forces of geological time into strata with amplitudes of just inches, or just an inch, or even less. Ice works that way, too, as a climate ledger, but it is also frozen history, some of which can be reanimated when unfrozen. There are now, trapped in Arctic ice, diseases that have not circulated in the air for millions of years — in some cases, since before humans were around to encounter them. Which means our immune systems would have no idea how to fight back when those prehistoric plagues emerge from the ice.

V. Unbreathable Air

A rolling death smog that suffocates millions.

Our lungs need oxygen, but that is only a fraction of what we breathe. The fraction of carbon dioxide is growing : It just crossed 400 parts per million, and high-end estimates extrapolating from current trends suggest it will hit 1,000 ppm by 2100. At that concentration, compared to the air we breathe now, human cognitive ability declines by 21 percent.

Already, more than 10,000 people die each day from the small particles emitted from fossil-fuel burning ; each year, 339,000 people die from wildfire smoke, in part because climate change has extended forest-fire season (in the U.S., it's increased by 78 days since 1970). By 2050, according to the U.S. Forest Service, wildfires will be twice as destructive as they are today ; in some places, the area burned could grow fivefold. What worries people even more is the effect that would have on emissions, especially when the fires ravage forests arising out of peat.

VI. Perpetual War

The violence baked into heat.

Climatologists are very careful when talking about Syria. They want you to know that while climate change did produce a drought that contributed to civil war, it is not exactly fair to say that the conflict is the result of warming ; next door, for instance, Lebanon suffered the same crop failures. But researchers like Marshall Burke and Solomon Hsiang have managed to quantify some of the non-obvious relationships between temperature and violence : For every half-degree of warming, they say, societies will see between a 10 and 20 percent increase in the likelihood of armed conflict. In climate science, nothing is simple, but the arithmetic is harrowing : A planet five degrees warmer would have at least half again as many wars as we do today. Overall, social conflict could more than double this century.

This is one reason that, as nearly every climate scientist I spoke to pointed out, the U.S. military is obsessed with climate change : The drowning of all American Navy bases by sea-level rise is trouble enough, but being the world's policeman is quite a bit harder when the crime rate doubles. Of course, it's not just Syria where climate has contributed to conflict. Some speculate that the elevated level of strife across the Middle East over the past generation reflects the pressures of global warming — a hypothesis all the more cruel considering that warming began accelerating when the industrialized world extracted and then burned the region's oil.

VII. Permanent Economic Collapse

Dismal capitalism in a half-poorer world.

The murmuring mantra of global neoliberalism, which prevailed between the end of the Cold War and the onset of the Great Recession, is that economic growth would save us from anything and everything.
But in the aftermath of the 2008 crash, a growing number of historians studying what they call “fossil capitalism” have begun to suggest that the entire history of swift economic growth, which began somewhat suddenly in the 18th century, is not the result of innovation or trade or the dynamics of global capitalism but simply our discovery of fossil fuels and all their raw power — a onetime injection of new “value” into a system that had previously been characterized by global subsistence living. Before fossil fuels, nobody lived better than their parents or grandparents or ancestors from 500 years before, except in the immediate aftermath of a great plague like the Black Death, which allowed the lucky survivors to gobble up the resources liberated by mass graves. After we've burned all the fossil fuels, these scholars suggest, perhaps we will return to a “steady state” global economy. Of course, that onetime injection has a devastating long-term cost : climate change.

VIII. Poisoned Oceans

Sulfide burps off the skeleton coast.

That the sea will become a killer is a given. Barring a radical reduction of emissions, we will see at least four feet of sea-level rise and possibly ten by the end of the century. A third of the world's major cities are on the coast, not to mention its power plants, ports, navy bases, farmlands, fisheries, river deltas, marshlands, and rice-paddy empires, and even those above ten feet will flood much more easily, and much more regularly, if the water gets that high. At least 600 million people live within ten meters of sea level today.

But the drowning of those homelands is just the start. At present, more than a third of the world's carbon is sucked up by the oceans — thank God, or else we'd have that much more warming already. But the result is what's called “ocean acidification,” which, on its own, may add a half a degree to warming this century. It is also already burning through the planet's water basins — you may remember these as the place where life arose in the first place.

That isn't all that ocean acidification can do. Carbon absorption can initiate a feedback loop in which underoxygenated waters breed different kinds of microbes that turn the water still more “anoxic,” first in deep ocean “dead zones,” then gradually up toward the surface. There, the small fish die out, unable to breathe, which means oxygen-eating bacteria thrive, and the feedback loop doubles back.

IX. The Great Filter

Our present eeriness cannot last.

So why can't we see it ? In his recent book-length essay The Great Derangement, the Indian novelist Amitav Ghosh wonders why global warming and natural disaster haven't become major subjects of contemporary fiction — why we don't seem able to imagine climate catastrophe, and why we haven't yet had a spate of novels in the genre he basically imagines into half-existence and names “the environmental uncanny.”

Surely this blindness will not last — the world we are about to inhabit will not permit it. In a six-degree-warmer world, the Earth's ecosystem will boil with so many natural disasters that we will just start calling them “weather” : a constant swarm of out-of-control typhoons and tornadoes and floods and droughts, the planet assaulted regularly with climate events that not so long ago destroyed whole civilizations. The strongest hurricanes will come more often, and we'll have to invent new categories with which to describe them ; tornadoes will grow longer and wider and strike much more frequently, and hail rocks will quadruple in size. Humans used to watch the weather to prophesy the future ; going forward, we will see in its wrath the vengeance of the past. Early naturalists talked often about “deep time” — the perception they had, contemplating the grandeur of this valley or that rock basin, of the profound slowness of nature. What lies in store for us is more like what the Victorian anthropologists identified as “dreamtime,” or “everywhen” : the semi-mythical experience, described by Aboriginal Australians, of encountering, in the present moment, an out-of-time past, when ancestors, heroes, and demigods crowded an epic stage. You can find it already watching footage of an iceberg collapsing into the sea — a feeling of history happening all at once.


Lire l'article (en anglais) de David Wallace-Wells sur NYMAG
To read an annotated version of this article, complete with interviews with scientists and links to further reading

Projet de loi hydrocarbures: lettre au ministre de la Transition Écologique

 (!) MANIFESTATION Noville Suisse 9 septembre 2017                    (!) Info minute – Revue de Presse Ce mercredi 6 septembre, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot présentera en conseil des ministres son projet de loi relatif à l’interdiction de l’exploitation des hydrocarbures. L’APEL 57 […]

Vers la fin de la production d'hydrocarbures en France ? - Libération

Google actu "Schiste" - lun, 04/09/2017 - 09:50

Libération

Vers la fin de la production d'hydrocarbures en France ?
Libération
Concernant les hydrocarbures dits non conventionnels (comme le gaz de schiste), leur exploration et exploitation par la technique de fracturation hydraulique - la seule disponible à ce jour - avait déjà été interdite en 2011. Enfin la loi fermera ...
Projet de loi hydrocarbures : Lettre au Ministre de la Transition ...Le Club de Mediapart (Blog)
Hydrocarbures : Nicolas Hulot va fermer les vannes de la production ...Le Parisien
Nicolas Hulot veut interdire l'exploitation des hydrocarbures d'ici 2040Le Monde de l'Energie (Inscription)

7 autres articles »

La Chine devient le troisième producteur de gaz de schiste au monde - LeGazdeSchiste

Google actu "Schiste" - sam, 02/09/2017 - 19:54

LeGazdeSchiste

La Chine devient le troisième producteur de gaz de schiste au monde
LeGazdeSchiste
La Chine est devenue le troisième producteur mondial de gaz de schiste derrière les États-Unis et le Canada, selon un rapport de l'agence iranienne PressTV qui précise que l'année dernière, le pays a pompé près de 8 milliards de mètres cubes de gaz de ...

Lettre des collectifs à Nicolas Hulot

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 02/09/2017 - 19:02
MONSIEUR HULOT, CLASSEZ LES GAZ DE COUCHE DANS LES HYDROCABURES NON-CONVENTIONNELS DONT VOUS ALLEZ FAIRE INTERDIRE L'EXPLORATION ET L'EXPLOITATION

Monsieur Nicolas HULOT, Ministre de la Transition écologique et solidaire

Objet : Projet de loi hydrocarbures / exclusion du gaz de couche (Coal Bed Methane)
Demande de rendez-vous

Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire,

Suite à votre présentation du « Plan Climat », le 6 juillet dernier, le gouvernement doit adopter le 6 septembre en conseil des ministres un projet de loi relatif à l'interdiction de l'exploration et de l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels en France.

Dans ses principales orientations, ce projet de loi suscite de réels espoirs chez tous les défenseurs de l'environnement.
Toutefois, l'exclusion du gaz de couche (Coal Bed Methane) de cette interdiction étonne et inquiète les associations et collectifs lorrains ainsi que ceux du Jura et du nord de la France, en particulier, concernés par l'activité et les projets d'une entreprise dénommée “La Française de l'Energie.”

En effet, reprenant la proposition de loi réformant le code minier adopté en janvier 2017 par l'Assemblée nationale, l'article L. 711-1 du nouveau projet de loi est ainsi conçu : « Sont considérés comme hydrocarbures non-conventionnels : 1° Les hydrocarbures liquides ou gazeux qui sont piégés dans la roche-mère, à l'exception des hydrocarbures gazeux contenus dans les couches de charbon ; (...) ».

Cette exclusion du CBM du projet d'interdiction de l'exploitation des hydrocarbures ne peut s'expliquer que par une confusion entre « gaz de mine » et « gaz de couche », confusion soigneusement entretenue par la Française de l'Energie. Cette entreprise, par une communication basée sur des glissements de sens continuels entre ces deux termes, se sert de son activité de production de gaz de mine dans le Nord pour obtenir le soutien des autorités à son projet lorrain d'extraction de gaz de couche, alors qu'il ne s'agit ni du même gaz, ni des
mêmes techniques d'extraction, loin s'en faut.

Il nous paraît essentiel de rappeler la distinction entre ces deux énergies :

le gaz de mine (grisou), accumulé dans d'anciennes mines de charbon, est exploité par simple pompage, sans aucun forage supplémentaire. Ce gaz doit être capté, et c'est l'activité de la Française de l'Energie dans le Nord.

Le gaz de couche, lui, est adsorbé dans des couches de charbon profondes, jamais exploitées, et très peu perméables. Il est parfaitement inoffensif s'il reste dans le sol. En revanche, les impacts environnementaux de son extraction sont avérés, que ce soit sur la qualité de l'air, des eaux profondes et de surface, ou sur les paysages. Celle-ci nécessite des techniques invasives (forages horizontaux, « stimulation » de la couche de charbon), avec des conséquences environnementales bien documentées.

D'ailleurs, alors que la Française de l'Energie prétend, sans en avoir fait la preuve, pouvoir exploiter le gaz de couche sans recours à la fracturation hydraulique, elle annonce dans le même temps des « tests de stimulation » dans les DAOTM déposés en Préfecture en 2015.

Depuis 2004, La Société European gas Limited, renommée en 2015 Française de l'Energie, recherche du gaz de couche en Lorraine. En dépit d'une communication laissant croire à des résultats probants, ces forages ont en réalité tous été des échecs : ennoyage des puits de Diebling (2006) et Folschviller1 (2007), pannes à répétitions à Tritteling (2014-2015), perte de milliers de mètres-cubes d'eau dans une faille lors du récent forage de Lachambre (2016-2017)...

Ces échecs successifs et leurs impacts environnementaux ont éveillé de fortes oppositions locales, très peu médiatisées en raison de l'omerta qui pèse sur ce sujet en Moselle.

Ces réalités sont ignorées des pouvoirs publics. Lors de l'examen de la proposition de loi réformant le code minier par l'Assemblée nationale, en janvier 2017, M. Chanteguet, rapporteur de la proposition, justifiait ainsi l'exclusion du gaz de couche de l'interdiction des hydrocarbures non conventionnels : « Nous avons retiré les hydrocarbures liquides ou gazeux piégés dans les couches de charbon. Je pense que les dispositions votées confortent et sécurisent l'entreprise qui les exploite en Lorraine. Aujourd'hui nous exploitons en France le gaz de mines, et nous avons commencé à exploiter le gaz de houille dans des veines déjà fracturées. »

Il s'agit là d'une grossière erreur : si la Française de l'Energie exploite bien le gaz de mine dans le nord, elle ne détient, en Lorraine, que des Permis de Recherche : elle n'exploite pas de
gaz de couche. Toujours en train d'expérimenter, elle n'a jamais fait la preuve de sa capacité à produire du gaz.

ll est indispensable d'interdire l'exploration de ce gaz de couche au même titre que celle des autres hydrocarbures.

Nous, citoyens et collectifs mosellans, soutenus par les collectifs opposés aux hydrocarbures de schiste, vous demandons de faire évoluer le texte de votre projet de loi. Nous souhaitons la simplification du projet de texte de loi en limitant l'art. L. 712-2 à la mention « L'exploration des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux est interdite sur le territoire national, dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental » sans exclusion du gaz de couche.

Nous avons l'espoir que vous n'autoriserez pas, par ce projet de loi, la poursuite de l'exploration du gaz de couche ainsi que de sa future exploitation, ce qui condamnerait notre région et celle du Nord de la France, déjà durablement dégradées par leur passé minier, à un avenir fossile.

C'est pourquoi nous vous prions, Monsieur le Ministre, de bien vouloir nous recevoir au Ministère de la Transition écologique, avant la présentation du projet de loi, afin de clarifier ces éléments, preuves à l'appui (journaux de forages et rapports de fin de forages obtenus à la DREAL, notamment).

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma considération distinguée,

Metz, le 29 août 2017

Marieke Stein
Pour l'APEL57 (Association pour la Préservation de l'Environnement Local)

Télécharger la lettre (pdf 735 ko) avec la liste de signataires

Projet de loi relatif à l'interdiction de l'exploitation des hydrocarbures

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 02/09/2017 - 18:30
LE GAZ DE COUCHE ÉCHAPPE À L'INTERDICTION DE L'EXPLORATION DES HYDROCARBURES !

Depuis plusieurs années, les scientifiques du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), ne cessent de marteler que pour espérer contenir la hausse de la température moyenne sous la barre de 2°C par rapport à l'époque préindustrielle, 80 % des réserves fossiles connues (charbon, pétrole et gaz) doivent être laissées dans le sous-sol.

Il y a urgence, le point de bascule du réchauffement planétaire aux conséquences dévastatrices ne cesse de se rapprocher à grand pas ou n'est il déjà pas franchi ?

Le gouvernement doit adopter, le 6 septembre, en conseil de ministres un projet de loi relatif à l'interdiction de l'exploitation des hydrocarbures suite aux annonces faites par le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, lors de la présentation de son « plan climat », le 6 juillet dernier.

Une première lecture rapide du texte laisse à penser une fin prochaine de l'extraction pétrolière et gazière et le bannissement de l'explorationde tous les hydrocarbures liquide ou gazeux mais … les hydrocarbures contenus dans les couches de charbon non exploitées seraient volontairement exclus des nouvelles dispositions de la loi.

Le gaz de couche est un hydrocarbure gazeux comme le précisait le BRGM (bureau de recherches géologiques et minières, établissement public, service géologique national) dans son rapport de 2013.

Le gaz de couche est un méthane contenu dans les couches profondes de charbon non exploitées situées entre 1.000 et 2.000 m de profondeur (voir article précédent). C'est une énergie fossile, qui par sa combustion, participerait au dérèglement climatique. Il est responsable de 32 % du réchauffement climatique : « Sans effort spécifique majeur de réduction des émissions de méthane, l'objectif de l'Accord de Paris n'a aucune chance d'être respecté.

Pourquoi et comment interpréter cette exception inscrite dans le projet de loi alors que le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot s'était engagé à en finir avec les énergies fossiles et à promouvoir la neutralité carbone ?

Le gouvernement a-t il une fois de plus céder aux lobbies et s'est-il laissé séduire par les annonces de la Française de l'Énergie ? .......

LFDE joue sur la confusion entre le gaz de couche (exploré en Lorraine) et le gaz de mine (exploité dans le Nord de la France, voir article précédent sur le blog « Le gaz de couche, c'est pas du grisou ») afin d'obtenir les autorisations de forage et, par cette confusion, se targue de contribuer à l'effort de réduction de l'empreinte carbone et de promouvoir ainsi une activité prochaine de production « d'énergie verte », le greenwasching est en marche !

Et la « supercherie » a fonctionné, le Conseil régional Grand Est ayant décidé de verser 1,75 millions d'euros pour soutenir le projet commun « REGALOR-ressources gazières de Lorraine » au bénéfice de l'Université de Lorraine et de l'entreprise Française de l'Énergie, en somme de l'argent public pour de la recherche d'une énergie fossile !.

.............

Cela va à l'encontre de tous les discours tenus par le ministre de la transition écologique, de mettre fin aux énergies fossiles et « d'assécher » leur recherche. N'est-on pas dans une posture de la part du gouvernement ou plus tôt une imposture ?

Dans le texte du projet de loi figure cette disposition mentionnant que « L'exploration des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux est interdite sur le territoire national, dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental ( Art. L. 712-2. ). Ce seul article suffirait, l'exploration des mines d'hydrocarbures est interdite, il serait le premier acte de l'abandon de cette industrie.

Ce texte de projet de loi doit évoluer, de nombreuses autres questions restent en suspens, à savoir le bien fondé de la distinction des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels, le devenir des permis exclusifs de recherche d'hydrocarbures attribués et en cours de validité, leur éventuelle prolongation, le droit de suite qui ne permet pas l'interdiction d'octroi de nouvelles concessions, l'avenir de la loi Jacob qui feront l'objet d'autres articles et analyses.

Lire la totalité de l'article de Claude Taton

Le Brésil rejette un projet de Total

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 02/09/2017 - 18:00
L'AGENCE ENVIRONNEMENTALE BRÉSILIENNE A REJETÉ L'ÉTUDE D'IMPACT DE TOTAL CONCERNANT UN FORAGE AU LARGE DE L'AMAZONE

L'agence environnementale brésilienne (IBAMA) a rejeté ce mardi 29 août l'étude d'impact de Total concernant son projet de forage au large de l'amazone, démontrant l'incapacité de la multinationale à forer sans menacer l'environnement et un écosystème unique.

C'est un revers cinglant que vient de connaître Total. L'Agence environnementale brésilienne (IBAMA) porte un sérieux coup aux projets d'exploration pétrolière de Total dans l'embouchure de l'Amazone. En effet, l'IBAMA vient de rejeter le dossier de Total concernant l'attribution des licences environnementales qui devaient permettre au pétrolier de forer près du Récif de l'Amazone.

La Présidente de l'IBAMA a indiqué que Total n'avait pas fourni d'informations assez convaincantes sur les risques environnementaux liés au projet, rendant impossible l'attribution des licences.

C'est une victoire d'étape importante, mais il reste une dernière chance à Total pour arriver à ses fins.

Pour rappel :

Samedi 27 mai, une journée de mobilisation a eu lieu dans 19 villes de France et 5 autres pays dans le monde (Brésil, Luxembourg, Malaisie, Pays-Bas et la Turquie) pour s'opposer au projet de forage de Total au large du Récif de l'Amazone. En France, les militants d'ANV-COP21, dans une action conjointe avec Greenpeace pour la première fois, ont investi 20 stations-services et les ont transformées en récifs coralliens recouverts de pétrole.

Total se présente comme la major de l'énergie responsable, elle développe en parallèle ce projet d'extraction de pétrole offshore nuisible pour la biodiversité et le climat. Alors qu'une marée noire sur le récif serait extrêmement dommageable et que nous savons bien qu'il faut laisser les ressources pétrolières non exploitées dans le sol. En s'engageant dans ce projet, Total va à l'encontre des objectifs de l'Accord de Paris et met en péril notre avenir, c'est pourquoi nous devons agir !
Nous sommes déterminés à protéger ce récif et nous ne lâcherons rien jusqu'à l'abandon Total !

Lire l'article sur www.greenpeace.fr

Gaz de schiste Québec

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 02/09/2017 - 17:00
SOUTIEN AU CAMP DE RÉSISTANCE CITOYENNE AU PROJET GALT DE JUNEX

Québec, le 16 août 2017 – Dans la foulée du démantèlement des barricades qui ont bloqué l'accès au site Galt de Junex du 8 au 14 août dernier, près de Gaspé, le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ) apprend avec satisfaction que le Camp de la rivière York, établi en appui aux manifestants, sera maintenu.

Les citoyennes et citoyens qui avaient organisé le camp de soutien ont en effet annoncé hier soir qu'ils demeureront sur place pour continuer à s'opposer aux travaux d'exploration de Junex, prévus pour le début de septembre.

Le RVHQ encourage les gens qui le peuvent à rejoindre le camp, situé aux abords de la route 198 à 20 km de Gaspé, ou à soutenir autrement l'action en cours. L'information à ce sujet se trouve sur la page Facebook du Camp de la rivière – Galt-Junex.

« L'une après l'autre, toutes les consultations ont démontré sans équivoque que l'acceptabilité sociale n'est pas au rendez-vous, a souligné Carole Dupuis, coordonnatrice générale et porte-parole du RVHQ. La population n'a plus le choix des moyens face à l'aveuglement du gouvernement Couillard qui s'entête quand même à favoriser cette industrie et à y engloutir des fonds publics. » Rappelons que Junex a obtenu à la fin de juillet 5,5 millions $ pour le rachat de ses permis sur l'île d'Anticosti et que Ressources Québec a annoncé le 4 août un investissement de 8,4 millions $ dans les travaux d'exploration maintenant envisagés au site Galt.

À l'instar des groupes gaspésiens Environnement Vert Plus et Tache d'huile, qui participent aux activités du Camp de la rivière York, le RVHQ s'oppose à tout projet d'exploitation ou de transit de pétrole ou de gaz fossile au Québec. Il s'oppose avec une intensité toute particulière aux projets d'exploration en cours en Gaspésie, qui mènent selon toute vraisemblance à des opérations de fracturation hydraulique, comme l'ont démontré les études du gouvernement lui-même. En effet, qu'il s'agisse du site Galt de Junex ou des sites Haldimand ou Bourque de Pétrolia, l'Institut national de la recherche scientifique a montré que les formations géologiques analogues sont exploitées au moyen de forages horizontaux avec fracturation hydraulique (1).

...............

RENSEIGNEMENTS : Carole Dupuis 438 884-8200 Jacques Tétreault 450 261-6151 [email protected]

Lire l'article sur stopgazdeschiste.org

Pollution de l'air : victoire des Amis de la Terre

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 02/09/2017 - 15:30
RECOURS SUR LA POLLUTION DE L'AIR : VICTOIRE HISTORIQUE DES AMIS DE LA TERRE

Après 11 ans de combat, les Amis de la Terre viennent d'obtenir une victoire historique.

Ainsi, dans un arrêt rendu le 12 juillet 2017, le Conseil d'État fait droit à la requête des Amis de la Terre France et enjoint au gouvernement de prendre des mesures relatives à la qualité de l'air sur l'ensemble du territoire, en particulier en matière de concentrations excessives de particules fines et de dioxyde d'azote, et ce, dans les plus brefs délais.

Une décision qui consacre de plus le droit pour les justiciables de saisir le juge pour qu'il impose le respect d'une Directive européenne à son Gouvernement.

« C'est immense. » Louis Cofflard ne cache pas sa satisfaction. « C'est la première fois, à ma connaissance, qu'une ONG parvient à faire condamner l'Etat à respecter une directive européenne qu'il viole depuis des années », déclare au Monde l'avocat de l'association Les Amis de la Terre, dont il est aussi président de la section parisienne.

Dans un arrêt rendu mercredi 12 juillet, le Conseil d'Etat – la plus haute juridiction administrative française – lui a donné raison en « enjoignant au premier ministre et au ministre chargé de l'environnement de prendre toutes les mesures nécessaires pour que soit élaboré et mis en œuvre (…) un plan relatif à la qualité de l'air permettant de ramener les concentrations en dioxyde d'azote [NO2] et en particules fines PM10 sous les valeurs limites (…) dans le délai le plus court possible ». Et il ordonne au gouvernement de « le transmettre à la Commission européenne avant le 31 mars 2018 ».

Corollaire au non-respect de la directive, la France est également poursuivie par Bruxelles pour insuffisance de ses plans d'action, les fameux plans de protection de l'atmosphère (PPA). En 2015, Les Amis de la Terre avaient déposé une requête devant le Conseil d'Etat pour que cette directive soit appliquée sur l'ensemble du territoire. La dernière d'une longue série débutée en 2006 contre le premier PPA d'Ile-de-France. Cet ultime recours aura été le bon.

Pour l'ONG les Amis de la Terre, cet arrêt va « obliger l'Etat à adopter des plans beaucoup plus ambitieux ».

« La décision du conseil d'Etat souligne la faiblesse des politiques conduites jusqu'à présent par l'Etat et les collectivités territoriales au regard de cet enjeu sanitaire majeur responsable de trop nombreux décès prématurés en France », ont réagi les ministres de la transition écologique et de la santé dans un communiqué commun diffusé jeudi 13 juillet.
« Nicolas Hulot et Agnès Buzyn ont fait de la question santé/environnement et de la qualité de l'air une priorité de leur feuille de route commune, poursuit le communiqué.

Lire la totalité de l'article sur Le Monde.fr

Ecologie : la feuille de route du ministre Nicolas Hulot - Le Parisien - Le Parisien

Google actu "Schiste" - sam, 02/09/2017 - 08:04

Le Parisien

Ecologie : la feuille de route du ministre Nicolas Hulot - Le Parisien
Le Parisien
Pollution de l'air, pesticides, gaz de schiste, loup... Nous nous sommes procuré la feuille de route du ministre de l'Ecologie. Sa mission ? « Tenir compte des ...

et plus encore »

Peut-on encore sauver notre planète? - mediaterre.org

Google actu "Schiste" - ven, 01/09/2017 - 20:45

mediaterre.org

Peut-on encore sauver notre planète?
mediaterre.org
La foresterie durable, les villes vertes, les pluies acides, les gaz de schiste, les moyens de transport de l'avenir, le nettoyage des sites miniers, les espèces envahissantes, les énergies renouvelables, la biodiversité, le compostage, etc., tout ce ...

La France est-elle vraiment «un pays de calcaire, de schiste et d ... - Libération

Google actu "Schiste" - jeu, 31/08/2017 - 18:55

Libération

La France est-elle vraiment «un pays de calcaire, de schiste et d ...
Libération
«Nous sommes un pays assez unique ; un pays de calcaire, de schiste et d'argile, de catholiques, de protestants, de juifs et de musulmans ; un pays qui n'a pas d'équivalent en Europe par ses contrastes.» Dès les premiers mots de son grand entretien ...

et plus encore »

Comment la Fed finance les inondations au Texas - La Chronique Agora

Google actu "Schiste" - jeu, 31/08/2017 - 12:54

Comment la Fed finance les inondations au Texas
La Chronique Agora
L'expansion démesurée de Houston est née du crédit facile et du développement du pétrole de schiste. Elle s'est faite en zones inondables au mépris des règles d'urbanisme. « L'Eternel dit à Noé : Entre dans l'arche, toi et toute ta maison ; car je t'ai ...

Travail, armée, APL, Jupiter... les confidences de Macron - Le Dauphiné Libéré

Google actu "Schiste" - mer, 30/08/2017 - 22:02

Le Dauphiné Libéré

Travail, armée, APL, Jupiter... les confidences de Macron
Le Dauphiné Libéré
"Nous sommes un pays assez unique ; un pays de calcaire, de schiste et d'argile, de catholiques, de protestants, de juifs et de musulmans ; un pays qui n'a pas vraiment d'équivalent en Europe par ses contrastes. Il aurait dû s'écrouler mille fois, se ...
EXCLUSIF. Emmanuel Macron : le grand entretienLe Point

54 autres articles »

Pourquoi l'ouragan Harvey fait baisser le pétrole - Les Échos

Google actu "Schiste" - mar, 29/08/2017 - 15:04

Les Échos

Pourquoi l'ouragan Harvey fait baisser le pétrole
Les Échos
Depuis près de trois ans, le marché est certes déséquilibré à cause d'une offre surabondante, liée à la production américaine de schiste, par rapport à la demande. Mais si l'ouragan et les inondations ont provoqué une baisse de la production américaine ...

et plus encore »

Le gaz de couche échappe à l’interdiction de l’exploration des hydrocarbures!

(!) Info minute – Revue de Presse Depuis plusieurs années, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), ne cessent de marteler que pour espérer contenir la hausse de la température moyenne sous la barre de 2 °C par rapport à l’époque préindustrielle, 80 % des réserves fossiles connues (charbon, pétrole et […]

Le gaz de couche, c’est pas du grisou

Gaz de Schistes Provence - mar, 29/08/2017 - 09:25
source: blog médiapart

 

Les fake news sont à l’honneur et pas uniquement dans les tweets de D.Trump! Depuis des mois on nous raconte que le gaz de couche doit être exploité parce que c’est du grisou et que le grisou, tout le monde le sait, c’est dangereux.

Et oui, le grisou, c’est dangereux, oui, il faut le capter, et tant qu’à faire l’exploiter. Mais le grisou n’a rien à voir avec le gaz de couche! On nous aurait donc menti?

Gaz de couche, gaz de mine, gaz de houille… Ouille ouille, quel casse-tête. 

Alors, quelques définitions.

Le grisou, c’est le gaz de mine. Comme son nom l’indique, il est présent dans les mines en exploitation ou ayant été exploitées. Ce gaz, contenu dans les veines de charbon a été libéré au moment de l’exploitation, les veines de charbon ayant été fragmentées par les mineurs, c’était le but de la manœuvre. C’était le charbon qui était exploité. Le grisou, le gaz de mine était un produit et un danger « collatéral ».

Les grandes catastrophes (Courrières, Liévin) restent dans les mémoires. Il fallait absolument empêcher le grisou de s’échapper et éviter à tout prix les explosions qu’il pouvait provoquer. De là est née l’idée qu’on pouvait l’exploiter

Aujourd’hui, on exploite encore le gaz de mine, sans aucun forage supplémentaire.  Lorsque l’exploitation des veines de charbon est terminée, le gaz (essentiellement du méthane) s’échappe encore. Si on ne capture pas ce grisou il va s’échapper dans l’atmosphère et puisque c’est du méthane, il va participer au réchauffement climatique. Alors, autant le récupérer et le valoriser!

C’est ce qui se passe dans le Nord. La société Gazonor, avant d’être rachetée récemment par la Française de l’Energie capturait le grisou et le réinjectait pour le valoriser.

Le gaz de couche (ou le gaz en couches de charbon) ou encore CBM est un gaz présent dans les couches de charbon JAMAIS exploitées (parce que peu rentables). Il est captif de ces couches, il ne sort pas tout seul. Il faut vraiment aller le chercher pour le récupérer.

Les méthodes mises en œuvre sont invasives, il ne suffit pas de « l’aspirer ». Si on ne titille pas le gaz de couche, il reste prisonnier, il ne s’échappe pas de son piège.

Au moment du vent de folie qui a saisi tous les industriels liés aux hydrocarbures, paniqués à l’idée du tarissement de la ressource, de l’arrivée du Peak Oil, ils ont voulu faire feu de tous gaz.  C’est une des raisons qui a conduit à la volonté d’exploiter le gaz de schiste et le gaz de couche.

Le gaz de houille. Et bien c’est l’ensemble des gaz qu’on peut trouver dans les veines de charbon, à savoir le gaz de mine (le grisou) et le gaz de couche (qui dort tranquillement, sans faire de mal à personne!).

Aujourd’hui, alors que tout le monde cherche des solutions pour « décarbonner » nos énergies, un avant projet de loi (qui fera l’objet d’une présentation en conseil des ministres, le 6 septembre 2017) prévoit la fin de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures en France. (1)

Pourquoi, dans cet avant-projet, la confusion entre grisou et gaz de couche est-elle entretenue?

On peut en effet lire, article L711_1 (définition des hydrocarbures non conventionnels):

Sont considérés comme hydrocarbures non conventionnels :

« 1° Les hydrocarbures liquides ou gazeux qui sont piégés dans la roche-mère, à l’exception des hydrocarbures gazeux contenus dans les couches de charbon; […]”

et un peu plus loin:

« Art. L. 712-5. – Les dispositions du présent chapitre ne s’appliquent pas au gaz de mine qui est un gaz issu des veines de charbon dont la récupération se fait sans intervention autre que celle rendue nécessaire par l’aspiration de ce gaz des vides miniers afin de maintenir ceux-ci en dépression.  (1)

Malgré l’interdiction de toute nouvelle exploration et, à terme, de toute exploitation des hydrocarbures, ce projet de loi prévoit, par exception, qu’il sera possible de créer de nouveaux vides miniers. On va donc fabriquer du grisou qui n’existe pas encore!

En forant pour récupérer ce méthane on va à l’encontre des objectifs de réduction du recours aux énergies fossiles. On prend des risques importants pour la stabilité des sols, grandement instables dans ces régions, on prend le risque de polluer les nappes phréatiques.  Tout ça pour récupérer le gaz de couche qui est captif si on le laisse tranquille.

La Française de l’Energie effectue de nouveaux forages en espérant récupérer du méthane qu’elle fait passer pour du grisou. Elle est passée maître dans les discours fallacieux. Elle est arrivée à faire subventionner la capture du méthane du Nord comme « énergie verte ».

Se servant de ce label, elle explique aujourd’hui aux décideurs locaux que les nouveaux puits de Lorraine, permettront de produire un gaz à « circuit court », ce qui lui permet de récupérer des subventions du conseil régional…

Mais à partir du moment où il faut faire de nouveaux forages ce n’est plus du gaz de mine. La Française de l’Energie essaie de fabriquer du grisou, sans exploiter les mines de charbon, au nom d’une énergie soit-disant verte.

Gaz de mine, oui, Gaz de couche, non!

Texte écrit par Isabelle Lévy, membre du collectif du Pays Fertois, Non au pétrole de schiste, ni ici, ni ailleurs!

Pour aller plus loin :

Alerte au gaz de couche, source de pollution dans le Nord et en Lorraine

https://reporterre.net/Alerte-au-gaz-de-couche-source-de-pollution-dans-le-Nord-et-en-Lorraine

(1) http://www.arnaudgossement.com/archive/2017/08/24/energie-le-gouvernement-finalise-un-projet-de-loi-relatif-a-5973571.html


​Gaz de schiste, Hulot va proposer un texte d'interdiction de la ... - RSE Magazine

Google actu "Schiste" - lun, 28/08/2017 - 12:59

RSE Magazine

​Gaz de schiste, Hulot va proposer un texte d'interdiction de la ...
RSE Magazine
La recherche ok mais pas l'exploitation. Ce statu quo qui était regardé avec méfiance par les militants anti gaz de schiste est sur le point de cesser. « Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot présentera un projet de loi le 6 septembre ...
Nicolas Hulot souhaite mettre fin à la production de pétrole et de gaz ...Konbini France
Le brief éco. Vers la fin des hydrocarbures en France d'ici 2040Franceinfo
La fin de l'exploitation des hydrocarbures en France : une mesure ...L'Usine Nouvelle
Novethic -Actu-Environnement.com -Europe1 -Le Monde
43 autres articles »

Le gaz de couche, c’est pas du grisou

(!) Info minute – Revue de Presse Les fake news sont à l’honneur et pas uniquement dans les tweets de D.Trump! Depuis des mois on nous raconte que le gaz de couche doit être exploité parce que c’est du grisou et que le grisou, tout le monde le sait, c’est dangereux. (Texte écrit par Isabelle […]

Le gaz de couche, c'est pas du grisou. - Le Club de Mediapart (Blog)

Google actu "Schiste" - dim, 27/08/2017 - 21:20

Le gaz de couche, c'est pas du grisou.
Le Club de Mediapart (Blog)
Depuis des mois on nous raconte que le gaz de couche doit être exploité parce que c'est du grisou et que le grisou, tout le monde le sait, c'est dangereux. (Texte écrit par Isabelle Lévy, membre du collectif du Pays Fertois, Non au pétrole de schiste ...

Syndiquer le contenu