Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Des additifs de fracturation hydraulique dans l’eau du robinet


07.05.15. - Pour la première fois, l’analyse de l’eau du robinet de maisons voisines du champ de gaz de schiste "Marcellus" en Pennsylvanie démontre sans ambiguïté une pollution des nappes phréatiques par cette technique d’extraction.

En 2012, les chercheurs de l’Earth and Environmental Institute de l’Université d’Etat de Pennsylvanie ont reçu des échantillons d’eau du robinet provenant de trois maisons voisines du champ de gaz de schiste "Marcellus" en Pennsylvanie, réputé pour être le plus important au monde. Les occupants étaient préoccupés par le fait que leur eau faisait de la mousse en sortant du robinet. Les analyses de routine effectuées par les services de santé ne permettaient pas de déterminer la composition des produits qui faisaient mousser l’eau car ceux-ci étaient en dessous des seuils de détection de l'administration.

Les propriétaires ont depuis vendu leurs maisons aux exploitants du gisement. Mais les échantillons, eux, sont restés au laboratoire où les chercheurs leur ont fait passer un examen approfondi combinant chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse. Leurs résultats viennent d’être publiés dans les PNAS. Ils constituent la première preuve officielle que la contamination des nappes phréatiques par la fracturation hydraulique est bien possible malgré la distance séparant les nappes phréatiques des couches de schistes plus profondes.

Eau et gaz pollués s'infiltrent à travers le sol

En recherchant un large éventail de contaminants possibles à de faibles concentrations plutôt que de traquer un seul produit spécifique, les chercheurs ont mis en évidence un composé chimique, 2-BE, et un complexe mélange de polluants organiques indéterminés mais régulièrement retrouvés dans les eaux résiduelles d’extraction des gaz de schistes du champ Marcellus. « Cette découverte est importante parce que nous démontrons que les produits chimiques voyagent à travers plus de deux kilomètres de couches géologiques vers les puits d’eau potable, a déclaré Susan Brantley, professeur de géoscience et directeur du Earth and Environmental Institute. Les molécules chimiques que nous avons identifié venaient soit des fluides de fracturation soit des additifs utilisés pour les forages et ils se sont déplacés avec le gaz naturel à travers des interstices naturels dans la roche ».

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste: le Danemark arrête un chantier Total à cause d’un produit interdit

06.05.15. - Les autorités danoises ont indiqué mercredi avoir arrêté un chantier d'exploration de gaz de schiste du français Total dès le deuxième jour à cause d'un produit chimique pour lequel il n'avait pas d'autorisation.

"Ils ont utilisé un produit qui ne faisait pas partie de ceux autorisés", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Direction de l'énergie, Ture Falbe-Hansen, au lendemain de la décision.

Le produit en question, appelé Nullfoam et qui sert à empêcher la formation de mousses, est jugé potentiellement dangereux pour l'environnement.

"Nous avons souligné que les conditions qui régissent l'autorisation de forage devaient être respectées. Par ailleurs nous avons demandé un rapport sur l'incident, que nous prévoyons de recevoir au plus tard demain [jeudi]. J'ai noté que, lors de la réunion, Total avait déploré la situation", a rapporté le directeur adjoint de la Direction de l'énergie, Martin Hansen, cité dans un communiqué.

Aucune estimation de la date de reprise des opérations n'a été donnée.

Un cadre danois de Total interrogé par la télévision publique danoise DR, Henrik Nicolaisen, a dit ne pas comprendre cette décision. "Nous sommes en contact avec aussi bien la commune que la Direction de l'énergie depuis février, et nous pensions que nous étions tous d'accord sur le fait que la substance pouvait être utilisée", a-t-il déclaré.

Un fonctionnaire municipal chargé de l'aspect environnemental, Anders Brandt Sørensen, a répliqué au magazine Ingeniøren que si Total avait effectivement demandé l'autorisation d'employer ce produit, il n'avait pas attendu le feu vert de la commune. "Ils ont été bêtes comme leurs pieds", a-t-il déploré.

Total avait obtenu en juillet l'autorisation de creuser un puits d'exploration à Dybvad qu'il a appelé Vendsyssel-1, du nom de la région où il se trouve, dans l'extrémité nord du pays.

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

le décompte des foreuses actives aux U.S.A. [8 mai 2015]

Une fois encore le nombre a baissé par rapport à la semaine dernière.

Baker Hughes dénombre 894 foreuses en activité sur le sol américain. Il y en avait 11 de plus la semaine précédente (soit 905). 

Si on compare avec l'année précédente, le 8 mai 2014 il y avait 961 foreuses supplémentaires en activité, soit 1855.


isa77_Jouarre's insight:

Encore une nouvelle semaine avec des chiffres en baisse…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Shale gas : newspapers and publications

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - dim, 10/05/2015 - 19:10
Collective 07 "Stop Gas and Shale Oil" invites you to read
his newspaper and publications.

Newspapers and publications are distributed locally in print and are available for download below.

All the newspapers et publications in french

DOWNLOAD NEWSPAPERS AND PULICATIONS :

GAZette n°4 : Energy transition
November 2012

  • And if we were making ... without gas and oil shale ? with the Energy Transition.
  • Why the Energy Transition ? : The end easy resources, pollution and risks ...
  • How ? :
  • Sobriety : Let's use less energy to meet the same need ...
  • Efficiency : start with the easier ... unnecessary consumption !
  • Clean energy : Give priority to renewable energy
  • Edit the near future ... it's everyone's business.
  • How to act ? Let us pledge for Energy Transition

* Télécharger la GAZette n°4 - version Fr (pdf 780Ko)
* Download the GAZette n° 4 - english version (pdf 612 ko)
* Download der GAZette n° 4 - deutsch version (pdf 696 ko)

GAZette n°3 : Special vigilance and mobilization
June 2012

  • remain focused
  • Collectif 07 Stop Shale Gas
  • vigilance - information - warning
  • mobilization and permits in France
  • shale gas and shale oil in Europe
  • timeliness of gas and oil shale

* Télécharger la GAZette n° 3 - version française (pdf 1 Mo)
Pour qu'il vous soit plus facile à diffuser, nous avons réalisé un fichier imprimable en A4, donc, 3 feuilles de 2 pages à agrafer (ne pas tenir compte du recto/verso).

* Download the GAZette n° 3 - english version (pdf 1.4 Mo)
To make it easier to distribute, we made a printable file A4, so 3 sheets of 2 pages stapled (ignore the recto / verso).

* Download the GAZette nr 3 - deutsch version (pdf 1.5 Mo)
Um es einfacher zu verteilen, haben wir eine druckfähige Datei A4, so 3 Blatt 2 Seiten geheftet (ignorieren Sie die recto / verso).

Publications in 4 languages
April 2012

Made available for targeted communication that you can print.
Publication in 4 languages : french, english, german and deutsch

Download version "superior printing" Duplex (pdf 15 Mo)
Download version "printing" Duplex (pdf 2,7 Mo)
Download duplex compressed version (pdf 820 ko)

COP 21 : :e collectif Ardèche Oui à la Transition Énergétique et Écologique se mobilise

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 09/05/2015 - 21:00
LE COLLECTIF ARDÈCHE OUI À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET ÉCOLOGIQUE SE MOBILISE EN AMONT DE LA COP 21

Stage de théâtre forum : dans le cadre du chaud débat qui s'annonce au mois de décembre : "Qui veut régler le thermostat de la planète ?", le Collectif Ardèche Oui à la transition et l'Atelier du Déclic vous proposent 2 week-ends de stage de théâtre forum.
Ces stages sont gratuits (prise en charge de l'animateur Raphaël par le Collectif Oui à la Transition 07). Il s'agira de créer des scénettes de théâtre-forum qui pourront se produire dans plusieurs villages d'Ardèche pour informer et échanger sur le changement climatique. Participez à la création du Théâtre-forum !
Deux ateliers, moments de création conviviaux de réflexion et d'échanges, seront organisés les 20 et 21 juin à St Etienne de Boulogne et 5 et 6 septembre à Bourg St Andéol.

COP 21 : engagé depuis 2013 pour la transition énergétique et écologique, le Collectif Ardèche OUI à la Transition Énergétique et Écologique a décidé de développer ses actions. En plus de l'animation du site internet et de la mise en lumière des initiatives locales de transition, nous souhaitons participer au développement des échanges et débats sur la transition en créant ou mutualisant des animations, porter la question de la transition dans les réflexions sur l'aménagement du territoire (SCoT), et nous mobiliser en vu de la COP21 en fin d'année à Paris, en lien avec la Coalition Climat 21.

Dans le cadre des 1000 initiatives pour le Climat, un moment d'échanges aura lieu le vendredi 29 mai à 18 h 30 à la Case bio des Vans avec les délégués au Forum Social Mondial à Tunis, Richard NEUVILLE et Marie-Thérèse CHARMASSON, autour des luttes locales et mondiales contre le gaz de schiste et le changement climatique.

TOUTES LES INFOS NÉCESSAIRES

Rejoignez les groupes de travail et participez à la prochaine plénière le jeudi 21 mai 2015 à 18h30 au Pôle de Service d'Aubenas

USA, Pennsylvanie : 1er cas avéré de produits chimiques issus de la fracturation hydraulique retrouvés dans de l'eau potable

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 09/05/2015 - 18:10
USA, PENNSYLVANIE : PREMIER CAS AVÉRÉ DE PRODUITS CHIMIQUES ISSUS DE LA FRACTURATION HYDRAULIQUE RETROUVÉS DANS DE L'EAU POTABLE ALIMENTANT QUELQUES MAISONS

Des produits chimiques utilisés dans la fracturation hydraulique ont réussi à s'infiltrer dans la nappe assurant l'approvisionnement de l'eau potable de maisons voisines des puits d'extraction de gaz de schiste dans le comté de Bradford en Pennsylvanie.

L'eau des robinets de trois maisons situées à seulement 2 kilomètres d'un puits de gaz de schiste contenait de petites quantités de substances chimiques utilisées dans le processus de fracturation hydraulique, selon une nouvelle étude qui vient tout juste d'être publiée.

En 2012 des habitants riverains du site d'extraction de gaz de schiste de Marcellus s'inquiétaient que l'eau du robinet soit devenue mousseuse. L'analyse chromatographie et spectrométrique gazeuse des échantillons prélevés a révélé la preuve officielle et indiscutable que les nappes phréatiques ont été polluées.

L'analyse de l'eau échantillonnée a révélé la présence de traces de butoxyéthanol (2BE), produit utilisé lors des opérations de fracking.

Le document, publié dans les Actes de l'Académie nationale des sciences, aborde une question posée depuis très longtemps sur les risques potentiels pour l'eau potable des nappes souterraines voisinant les puits d'extraction par fracturation hydraulique, ou fracking.

Les auteurs de l'étude suggèrent qu'une chaîne d'événements a permis aux produits chimiques utilisés par des forage d'accéder a la nappe souterraine qui assure l'approvisionnement en eau potable de plusieurs riverains voisins des sites d'extraction.

"Ce rapport scientifique complet est le premier cas avéré et indiscutable de pollution d'une eau potable alimentant des maisons voisines de puits d'extraction par des produits chimiques issues de la fracturation hydraulique"

Cette étude vient d'être publié" a déclaré Susan Brantley. L'un des auteurs de l'étude, géoscientifique de l'Université d'État de Pennsylvanie. Les chercheurs notent toutefois que la contamination a pu parvenir d'un manque d'étanchéité des puits de forage et non du processus de fracturation lui même.

Le produit chimique révélé dans les échantillons, également communément utilisé dans les peintures et les produits cosmétiques, est connu pour provoqué des tumeurs chez les rongeurs.

Les auteurs rappellent néanmoins que les quantités mesurées en parties par billion restaient dans des niveaux très faibles et qu'elles étaient très inférieures aux seuils des règlements de sécurité et qu'elles ne posaient donc aucun risque pour la santé.

L'industrie a vivement critiqué cette nouvelle étude, en disant qu'elle ne fournit aucune preuve que les produits chimiques présent dans l'eau potable soient parvenues des puits d'extraction voisins.

Le Dr Brantley a déclaré que les contaminants pourraient effectivement provenir d'une fuite documentée d'un puits en 2009 mais qu'ils restent néanmoins un doute .

"Néanmoins cette étude reste très importante parce nous démontrons que les produits chimiques peuvent s'infiltrer à travers plus de deux kilomètres de couches géologiques vers les nappes phréatiques d'eau potable" a t elle ajouté.

Lire l'article sur le blog de Nature Alerte

Gaz de schiste : Le Collectif national prépare son plan d’action

Gaz de Schistes Provence - sam, 09/05/2015 - 00:28

El Watan

Décidément, In Salah ne décolère pas, son combat prend l’allure d’une lutte qui s’installe dans la durée et les animateurs du Collectif national pour un moratoire sur le gaz du schiste ne sont qu’au début d’un très important planning d’actions en perspective.

La proposition d’une nouvelle méthode d’extraction du gaz de schiste par fracturation au fluoropropane formulée par le gouvernement est catégoriquement rejetée par le mouvement citoyen d’In Salah. Des animateurs de ce Collectif affirment que le gouvernement a essayé de manœuvrer et même de soudoyer certains représentants de la société civile à travers cette proposition, qui demeure techniquement impossible puisqu’elle fait toujours l’objet de recherches en laboratoire.

Tous les spécialistes s’accordent à dire que cette technique est aussi toxique que celle de la fracturation hydraulique. «Comment expliquer à des femmes, des hommes et des enfants qui sont dehors depuis quatre mois, pour défendre leur droit à préserver leur environnement et leurs ressources en eau, qu’il faut accepter une nouvelle technique de fracturation», a déclaré à El Watan Week-end la militante écologique Hacina Zegzeg. «Le Collectif national s’est exprimé sur la question dans la presse à travers ses militants tels que M. Beghoul (représentant de la wilaya de Boumerdès) et le docteur Sabrina Rahmani (porte-parole et représentante de la wilaya d’Alger).

Nous attendons une réponse à l’appel à un moratoire déposé le 23 février 2015, par la société civile d’In Salah, pas une nouvelle technique de fracturation.» Un des animateurs du mouvement antigaz de schiste d’In Salah n’a pas hésité à nous rappeler, à ce propos, que la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, a récemment évoqué, devant les membres de l’Assemblée nationale, le danger potentiel que peut engendrer le développement de la fracturation au fluoropropane.

Le mouvement citoyen qui a occupé la place Somoud pendant plus de quatre mois et se félicite du soutien actif des partis de l’opposition (notamment la CLTD) et de Rachid Nekkaz, prend un temps de réflexion pour se réorganiser ; il dresse son plan de bataille et «appelle les Algériens à se regrouper autour de cette cause qui demeure une question nationale, qui concerne tout le territoire national». Pour mieux cerner cette question dans tous ses volets technique, politique et financier, le Collectif national pour un moratoire sur le gaz du schiste projette la création d’une commission indépendante formée d’experts et de représentants de la société civile. Une commission qui fera certainement parler d’elle très prochainement.

Moussa Naït Amara

Fracturation hydraulique = pollution des nappes phréatiques.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - ven, 08/05/2015 - 17:25
Pour la première fois, l'analyse de l'eau du robinet de maisons voisines du champ de gaz de shiste "Marcellus" en Pennsylvanie démontre sans ambiguïté une pollution des nappes phréatiques par ...

TAFTA : Audition de Matthias Fekl, Ministre, devant les commissions des affaires économiques et européennes du 7 mai 2015

Gaz de Schistes Provence - ven, 08/05/2015 - 16:08
Un communiqué du collectif National STOP TAFTA

Bonjour,
Vous pouvez retrouver l’audition de Matthias Fekl, Ministre, devant les commissions des affaires économiques et européennes ici : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6715
Toutes nos questions ont été posées par les parlementaires, deux d’entre  elles ont été lues mot pour mot (agriculture et climat) : la sauce prend. Plusieurs députés ont parlé de la pression des citoyens et de « l’état de leur boite mail », bien joué ! Beaucoup de sujets très importants ont été abordés
Au niveau des réponses du ministre il n’y a, comme d’habitude, pas grand chose à se mettre sous la dent, mais les questions sont toujours plus intéressantes que les réponses dans ce genre d’auditions. Les questions des parlementaires nous permettent de voir qui est de notre côté, quel sujet est important pour qui, qui doit être prioritaire dans notre travail.
N’hésitez pas continuer ce type d’interpellation avec les députés et euro-députés de vos circonscription
A bientôt pour de nouvelles aventures (la résolution européenne le 28 mai !)


Mobilisation citoyenne pour le climat jeudi 4 juin 2015 à Marseille

Gaz de Schistes Provence - ven, 08/05/2015 - 15:43
Bonjour a tous : associations, collectifs, élus, syndicats, citoyens des villes et des campagnes…. Ci-joint l’appel à rassemblement pour le 4 juin a Marseille lors de la MEDCOP21 en présence du Président de la République et de nombreux acteurs des pays de la Méditerranée
Venez nombreux y participer pour encourager la transition énergétique, écologique et citoyenne dans notre bassin de vie : LA MEDITERRANEE !!

 

 


Pétrole de schiste sur Anticosti - Contrat de 200 000$ à une firme ... - CNW Telbec (Communiqué de presse)

Google actu "Schiste" - ven, 08/05/2015 - 15:21

Le Devoir (Abonnement)

Pétrole de schiste sur Anticosti - Contrat de 200 000$ à une firme ...
CNW Telbec (Communiqué de presse)
MONTRÉAL, le 8 mai 2015 /CNW Telbec/ - Amir Khadir, député de Mercier, dénonce vivement le contrat de 200 000$ offert à la firme de génie-conseil, WSP Canada, anciennement Genivar, pour le pétrole d'Anticosti. Génivar fut lourdement impliquée dans le ...
Plus de 200 000$ pour savoir comment exploiter le pétroleLe Devoir (Abonnement)

3 autres articles »

Pétrole de schiste sur Anticosti - Contrat de 200 000$ à une firme ... - Gouv. du Québec (Communiqué de presse)

Google actu "Schiste" - ven, 08/05/2015 - 15:10

Le Devoir (Abonnement)

Pétrole de schiste sur Anticosti - Contrat de 200 000$ à une firme ...
Gouv. du Québec (Communiqué de presse)
MONTRÉAL, le 8 mai 2015 /CNW Telbec/ - Amir Khadir, député de Mercier, dénonce vivement le contrat de 200 000$ offert à la firme de génie-conseil, WSP Canada, anciennement Genivar, pour le pétrole d'Anticosti. Génivar fut lourdement impliquée dans le ...
Plus de 200 000$ pour savoir comment exploiter le pétroleLe Devoir (Abonnement)

2 autres articles »

Gaz de schiste : la pollution est arrivée dans l'eau du robinet - Le Vif

Google actu "Schiste" - ven, 08/05/2015 - 14:21

Le Vif

Gaz de schiste : la pollution est arrivée dans l'eau du robinet
Le Vif
Des chercheurs de l'Université d'État en Pennsylvanie ont détecté des traces d'additifs dans l'eau du robinet des maisons voisines du champ de gaz de schiste de Marcellus. Une grande première qui serait due au procédé de fracturation hydraulique.

et plus encore »

Gaz de schiste : Le Collectif national prépare son plan d'action - El Watan

Google actu "Schiste" - ven, 08/05/2015 - 11:03

Gaz de schiste : Le Collectif national prépare son plan d'action
El Watan
Décidément, In Salah ne décolère pas, son combat prend l'allure d'une lutte qui s'installe dans la durée et les animateurs du Collectif national pour un moratoire sur le gaz du schiste ne sont qu'au début d'un très important planning d'actions en ...

Le développement des gaz de schiste transforme le paysage américain

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - ven, 08/05/2015 - 10:43
LE DÉVELOPPEMENT DES GAZ DE SCHISTE
TRANSFORME LE PAYSAGE AMÉRICAIN

L'amélioration des technologies de forage associée à une forte demande de l'énergie a entraîné l'expansion à grande échelle de l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Amérique du Nord (centre), avec 50.000 nouveaux puits forés par an.

Des endroits tels que le Bakken, Eagle Ford et les schistes de Marcellus sont connus, mais l'activité de forage qui se développe à un rythme soutenu créée de nouvelles zones.

Mais quelles sont les conséquences écologiques de cette activité de forage accéléré ?
Des chercheurs de l'Université du Montana se sont penchés sur cet épineux problème et ont effectué la première évaluation scientifique à grande échelle dans la façon dont le développement des hydrocarbures - gaz de schiste notamment - ont transformé les paysages à travers les États-Unis et le Canada.

Leurs travaux ont été publiés le 24 Avril dans la revue "Science" sous l'intitulé : "Ecosystem services lost to oil and gas in North America". L'article conclut que le développement du pétrole et du gaz engendre une perte significative des pâturages et des terres cultivables sur de vastes étendues de végétation en Amérique du Nord centrale.

"Il y a deux choses importantes ici : premièrement, nous examinons tout le centre de l'Amérique du Nord, de la côte sud du Texas, au nord de l'Alberta. Quand on regarde cette image à l'échelle continentale, nous observons des impacts et des dégradations qui sont invisibles lorsque nous nous concentrons uniquement au niveau local. Deuxièmement, nous voyons comment les politiques actuelles peuvent potentiellement compromettre l'avenir de l'intégrité de l'écosystème sur de vastes zones" a indiqué l'auteur principal de l'article, Brady Allred.

Entre 2000 et 2012, les scientifiques ont estimé que l'exploitation des hydrocarbures a dévasté de grandes quantités de végétation, culminant à un taux annuel de plus de la moitié du pâturage annuel sur les terres 'publiques' des États-Unis. L'élimination de la végétation sur ces terres agricoles équivaut à 120,2 millions de boisseaux de blé (ou 3,2 milliards de tonnes), soit environ 13% de tout le blé exporté par les États-Unis en 2013.

La fragmentation et la perte de l'habitat perturbent également les voies migratoires, modifient le comportement de la faune et aident de nouvelles espèces de plantes invasives à s'implanter. Dave Naugle - co-auteur- met en évidence la complexité de la question : "Nous connaissons les impacts du développement pétrolier et gazier depuis des années, mais nous avons maintenant des données scientifiques à une grande échelle (régionale) qui nous montre que nous devons agir dès à présent pour équilibrer l'utilisation concurrente des terres".

En outre, près de la moitié des puits forés sont dans des régions à stress hydrique relativement haut. La fracturation hydraulique utilise de 2 à 13 millions de litres d'eau par puits, intensifiant ainsi la concurrence avec l'agriculture, les écosystèmes aquatiques et les municipalités pour les ressources en eau.

Lire la suite de l'article (avec liens) sur Enerzine

Le développement des gaz de schiste transforme le paysage américain

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - ven, 08/05/2015 - 10:43
LE DÉVELOPPEMENT DES GAZ DE SCHISTE
TRANSFORME LE PAYSAGE AMÉRICAIN

L'amélioration des technologies de forage associée à une forte demande de l'énergie a entraîné l'expansion à grande échelle de l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Amérique du Nord (centre), avec 50.000 nouveaux puits forés par an.

Des endroits tels que le Bakken, Eagle Ford et les schistes de Marcellus sont connus, mais l'activité de forage qui se développe à un rythme soutenu créée de nouvelles zones.

Mais quelles sont les conséquences écologiques de cette activité de forage accéléré ?
Des chercheurs de l'Université du Montana se sont penchés sur cet épineux problème et ont effectué la première évaluation scientifique à grande échelle dans la façon dont le développement des hydrocarbures - gaz de schiste notamment - ont transformé les paysages à travers les États-Unis et le Canada.

Leurs travaux ont été publiés le 24 Avril dans la revue "Science" sous l'intitulé : "Ecosystem services lost to oil and gas in North America". L'article conclut que le développement du pétrole et du gaz engendre une perte significative des pâturages et des terres cultivables sur de vastes étendues de végétation en Amérique du Nord centrale.

"Il y a deux choses importantes ici : premièrement, nous examinons tout le centre de l'Amérique du Nord, de la côte sud du Texas, au nord de l'Alberta. Quand on regarde cette image à l'échelle continentale, nous observons des impacts et des dégradations qui sont invisibles lorsque nous nous concentrons uniquement au niveau local. Deuxièmement, nous voyons comment les politiques actuelles peuvent potentiellement compromettre l'avenir de l'intégrité de l'écosystème sur de vastes zones" a indiqué l'auteur principal de l'article, Brady Allred.

Entre 2000 et 2012, les scientifiques ont estimé que l'exploitation des hydrocarbures a dévasté de grandes quantités de végétation, culminant à un taux annuel de plus de la moitié du pâturage annuel sur les terres 'publiques' des États-Unis. L'élimination de la végétation sur ces terres agricoles équivaut à 120,2 millions de boisseaux de blé (ou 3,2 milliards de tonnes), soit environ 13% de tout le blé exporté par les États-Unis en 2013.

La fragmentation et la perte de l'habitat perturbent également les voies migratoires, modifient le comportement de la faune et aident de nouvelles espèces de plantes invasives à s'implanter. Dave Naugle - co-auteur- met en évidence la complexité de la question : "Nous connaissons les impacts du développement pétrolier et gazier depuis des années, mais nous avons maintenant des données scientifiques à une grande échelle (régionale) qui nous montre que nous devons agir dès à présent pour équilibrer l'utilisation concurrente des terres".

En outre, près de la moitié des puits forés sont dans des régions à stress hydrique relativement haut. La fracturation hydraulique utilise de 2 à 13 millions de litres d'eau par puits, intensifiant ainsi la concurrence avec l'agriculture, les écosystèmes aquatiques et les municipalités pour les ressources en eau.

Lire la suite de l'article (avec liens) sur Enerzine

Gaz de schiste : un chantier Total mis à l'arrêt au Danemark

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - ven, 08/05/2015 - 10:29
GAZ DE SCHISTE : UN CHANTIER TOTAL MIS À L'ARRÊT AU DANEMARK

Après avoir retrouvé un produit chimique interdit, les autorités danoises ont décidé d'arrêter un chantier d'exploration de gaz de schiste de Total. Le site sera resté ouvert deux petits jours

"Ils ont utilisé un produit qui ne faisait pas partie de ceux autorisés", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Direction de l'énergie, Ture Falbe-Hansen, au lendemain de la décision. Selon la télévision publique DR, le produit est appelé Null Foam, et jugé dangereux pour l'environnement.

Un cadre danois de Total interrogé par la chaîne, Henrik Nicolaisen, a dit ne pas comprendre cette décision. "Nous sommes en contact avec aussi bien la commune que la Direction de l'énergie depuis février, et nous pensions que nous étions tous d'accord sur le fait que la substance pouvait être utilisée", a-t-il déclaré. Total avait obtenu en juillet l'autorisation de creuser un puits d'exploration dans le Vendsyssel, l'extrêmité nord du pays.

Le gaz de schiste est une forme d'hydrocarbures dite "non conventionnelle", dont l'exploitation nécessite l'usage de la technique controversée de la fracturation hydraulique. Le Danemark, avec d'autres pays européens comme le Royaume-Uni, la Pologne ou la Roumanie, fait partie des États favorables à l'exploitation de cette ressource que d'autres rejettent par crainte pour les dégâts sur l'environnement.

Lire l'article sur Boursorama

Gaz de schiste : un chantier Total mis à l'arrêt au Danemark

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - ven, 08/05/2015 - 10:29
GAZ DE SCHISTE : UN CHANTIER TOTAL MIS À L'ARRÊT AU DANEMARK

Après avoir retrouvé un produit chimique interdit, les autorités danoises ont décidé d'arrêter un chantier d'exploration de gaz de schiste de Total. Le site sera resté ouvert deux petits jours

"Ils ont utilisé un produit qui ne faisait pas partie de ceux autorisés", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Direction de l'énergie, Ture Falbe-Hansen, au lendemain de la décision. Selon la télévision publique DR, le produit est appelé Null Foam, et jugé dangereux pour l'environnement.

Un cadre danois de Total interrogé par la chaîne, Henrik Nicolaisen, a dit ne pas comprendre cette décision. "Nous sommes en contact avec aussi bien la commune que la Direction de l'énergie depuis février, et nous pensions que nous étions tous d'accord sur le fait que la substance pouvait être utilisée", a-t-il déclaré. Total avait obtenu en juillet l'autorisation de creuser un puits d'exploration dans le Vendsyssel, l'extrêmité nord du pays.

Le gaz de schiste est une forme d'hydrocarbures dite "non conventionnelle", dont l'exploitation nécessite l'usage de la technique controversée de la fracturation hydraulique. Le Danemark, avec d'autres pays européens comme le Royaume-Uni, la Pologne ou la Roumanie, fait partie des États favorables à l'exploitation de cette ressource que d'autres rejettent par crainte pour les dégâts sur l'environnement.

Lire l'article sur Boursorama

Des additifs de fracturation hydraulique dans l’eau du robinet

Gaz de Schistes Provence - ven, 08/05/2015 - 10:06

 Sciences et avenir

Pour la première fois, l’analyse de l’eau du robinet de maisons voisines du champ de gaz de shiste « Marcellus » en Pennsylvanie démontre sans ambiguïté une pollution des nappes phréatiques par cette technique d’extraction. Les chercheurs ont mis en évidence un composé chimique, 2-BE, et un complexe mélange de polluants organiques indéterminés mais régulièrement retrouvés dans les eaux résiduelles d’extraction des gaz de schistes du champ Marcellus (Pennsylvanie). © MLADEN ANTONOV / AFP

MOUSSE. En 2012, les chercheurs de l’Earth and Environmental Institute de l’Université d’Etat de Pennsylvanie ont reçu des échantillons d’eau du robinet provenant de trois maisons voisines du champ de gaz de schiste « Marcellus » en Pennsylvanie, réputé pour être le plus important au monde. Les occupants étaient préoccupés par le fait que leur eau faisait de la mousse en sortant du robinet. Les analyses de routine effectuées par les services de santé ne permettaient pas de déterminer la composition des produits qui faisaient mousser l’eau car ceux-ci étaient en dessous des seuils de détection de l’administration.

Les propriétaires ont depuis vendu leurs maisons aux exploitants du gisement. Mais les échantillons, eux, sont restés au laboratoire où les chercheurs leur ont fait passer un examen approfondi combinant chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse. Leurs résultats viennent d’être publiés dans les PNAS. Ils constituent la première preuve officielle que la contamination des nappes phréatiques par la fracturation hydraulique est bien possible malgré la distance séparant les nappes phréatiques des couches de schistes plus profondes.

Eau et gaz pollués s’infiltrent à travers le sol

DETECTION. En recherchant un large éventail de contaminants possibles à de faibles concentrations plutôt que de traquer un seul produit spécifique, les chercheurs ont mis en évidence un composé chimique, 2-BE, et un complexe mélange de polluants organiques indéterminés mais régulièrement retrouvés dans les eaux résiduelles d’extraction des gaz de schistes du champ Marcellus. « Cette découverte est importante parce que nous démontrons que les produits chimiques voyagent à travers plus de deux kilomètres de couches géologiques vers les puits d’eau potable, a déclaré Susan Brantley, professeur de géoscience et directeur du Earth and Environmental Institute. Les molécules chimiques que nous avons identifié venaient soit des fluides de fracturation soit des additifs utilisés pour les forages et ils se sont déplacés avec le gaz naturel à travers des interstices naturels dans la roche ».

Pour la première fois, toutes les données analysées sont publiées pour que chacun puisse se faire son idée. Une telle contamination de l’eau potable par des puits de gaz de schiste n’avait encore jamais été prouvée avec une cette précision, évacuant doutes et polémiques. Selon Susan Brantley, la technique que son laboratoire a utilisée pourrait être un outil efficace pour vérifier que les accusations de pollution de l’exploitation des gaz de schistes sont bien réelles. Elle demande donc que de telles études soient généralisées et portées à la connaissance du grand public afin de faire émerger un cadre réglementaire sur l’exploitation de cette ressource. De nombreuses photos aériennes du champ « Marcellus » sont disponibles ici.


Analyses de l’eau dans les régions où pourrait être exploité du gaz de schiste

Gaz de Schistes Provence - ven, 08/05/2015 - 09:54

 | ICI.Radio-Canada.ca

Campement de militants anti-gaz de schiste dans Kent-Nord.  Photo :  Marilyn Marceau

L’Institut de l’énergie du N.-B. a effectué de premières analyses de l’eau souterraine, dans le comté de Kent et dans la région de Sussex, des régions où du gaz de schiste pourrait être exploité un jour.

Les analyses de l’Institut sont une étape obligatoire avant des travaux d’exploration ou d’exploitation. « Il est important de se doter d’un ensemble de données de référence, parce qu’il peut nous aider à identifier les répercussions sur la qualité de l’eau, s’il y en a, de toute exploitation future du gaz de schiste », explique le Dr Kerry MacQuarrie, professeur de génie civil à UNB et auteur principal de l’étude de l’Institut.

Les analyses ont révélé la présence de « faibles volumes de méthane » dans les deux régions étudiées. Il y a du méthane dans 69% des puits de la région de Kent étudiés et dans 50% des puits de la région de Sussex. Dans 90% des cas, les niveaux de méthane ne dépassaient pas 1 mg/l.

Le méthane peut se trouver de façon naturelle dans l’eau, tout comme il peut être lié à l’exploitation de gaz ou de pétrole. C’est pourquoi il était important, selon l’Institut, de le mesurer avant d’éventuels travaux d’exploitation. Ainsi, on pourra savoir si une future contamination des puits est causée par l’extraction du gaz ou si le méthane était déjà présent dans l’eau.

Les analyses de l’Institut vont se poursuivre en 2015. Des échantillons d’eau seront analysés dans deux autres régions, soit Saint-Antoine-Shédiac et Boistown-Upper Blackville.

À lire aussi :


Syndiquer le contenu