Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Earthquakes Tied to Fracking Boom, Two New Studies Confirm


28.06.15. - Oklahoma has seen a huge increase in earthquakes in the last six years. Studies show earthquakes, when wastewater from fracking is injected underground, Oklahoma was never big earthquake country, but in the last six years their numbers have surged, going from an average of two a year over 3.0 magnitude to 538 last year, surpassing California as the U.S.’s most seismically active state. Regions in Texas and Ohio that rarely felt an earthquake are now seeing wave after wave of them; eight states overall have seen big increases.

One of the studies, published in the journal Science, comes from a team of scientists from the University of Colorado at Boulder and the U.S. Geological Survey (USGS). The largest study to date, they analyzed information on earthquakes and 180,000 injection wells from Colorado to the east coast. They tied 18,000 of the wells, primarily in Colorado and Oklahoma, to earthquakes.

“This is the first study to look at correlations between injection wells and earthquakes on a broad, nearly national scale,” said University of Colorado doctoral student Matthew Weingarten, the study’s lead author. “We saw an enormous increase in earthquakes associated with these high-rate injection wells, especially since 2009, and we think the evidence is convincing that the earthquakes we are seeing near injection sites are induced by oil and gas activity.”

They found that “high-rate” injection wells, which pumped more than 300,000 gallons of water a month underground, were more likely to cause tremors than low-rate wells and that wastewater injection wells were more likely to cause earthquakes than so-called “oil recovery” wells which inject fluid to push remaining oil out of depleted wells. They also found that injection wells were tied to earthquakes ranging from 4.7 to 5.6 magnitude in Arkansas, Colorado, Oklahoma and Texas in 2011 and 2012.

“People can’t control the geology of a region or the scale of seismic stress,” said Weingarten. “But managing rates of fluid injection may help decrease the likelihood of induced earthquakes in the future.”

The second study, published last week in the journal Science Advances, was done by a pair of geologists at Stanford University. They looked specifically at the increased seismicity in certain areas of Oklahoma that rarely saw earthquakes before 2009—”no state has experienced a more significant increase in seismicity in recent years than Oklahoma,” they said. They  found that it followed big increases in wastewater water from drilling operations that was injected into underground wells nearby.

[…]




isa77_Jouarre's insight:

Les tremblements de terre en Oklahoma sont produits par les puits de réinjection du liquide de fracturation récupéré (le flowback)



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Cancer-Causing Chemicals Found in Drinking Water Near Texas Fracking Sites


28.06.15. - On June 4, the U.S. Environmental Protection Agency (EPA) released a report on how fracking for oil and gas can impact access to safe drinking water. Although the report claims not to have found any “widespread, systemic impacts on drinking water resources in the United States,” a new study in Texas provides more evidence that contamination of drinking water from fracking might be occurring.

A research team at the University of Texas at Arlington has published a peer-reviewed study, A Comprehensive Analysis of Groundwater Quality in the Barnett Shale Region, in Environmental Science & Technology, a journal of the American Chemical Society. The heavily fracked Barnett shale region, with more than 20,000 wells, covers a swath of counties in north Texas surrounding the populous Dallas-Fort Worth area. It also sits beneath two major aquifers.

“The exploration of unconventional shale energy reserves and the extensive use of hydraulic fracturing during well stimulation have raised concerns about the potential effects of unconventional oil and gas extraction (UOG) on the environment,” the authors write. “Most accounts of groundwater contamination have focused primarily on the compositional analysis of dissolved gases to address whether UOG activities have had deleterious effects on overlying aquifers. Here, we present an analysis of 550 groundwater samples collected from private and public supply water wells drawing from aquifers overlying the Barnett shale formation of Texas.”

The team, led by UT Arlington chemistry professor Kevin Schug, found elevated levels of 10 metals and 19 chemicals as well as high levels of ethanol and methanol. The chemical compounds found included benzene, toluene, ethyl benzene and xylenes, which have been associated with a range of negative health impacts including cancer. Schug said that his team’s work was “the most comprehensive groundwater study in connection to this whole process.”

“The University of Texas, working independent of the oil and gas industry, found evidence of widespread groundwater pollution connected to fracking,”said Earthworks policy director Lauren Pagel. “The EPA, working for years with the oil and gas industry to study the same issue, managed not to find that evidence in its study released earlier this month. Perhaps that’s because President Obama’s ‘all of the above’ energy policy requires favoring oil and gas over the clean, renewable energy our communities and water really need.”

In Texas, the battle over fracking is particularly heated. In response to the city of Denton, which is located in the Barnett shale region just north of Dallas/Fort Worth, voting to ban new fracking operations in last November’s election, the state passed legislation outlawing such bans.

“Fracking water pollution isn’t a surprise to people living with fracking,” saidEarthworks Texas organizer Sharon Wilson. “But it must be a surprise to Texas regulators, who claim to have never found any. Denton was forced to repeal its ban last night. Now Denton and all Texas communities are in the hands of state government, which seems bound and determined to protect the oil and gas industry, not the public. What this study really shows is why communities must have local control to protect their own health and safety.”

While the UT study cautions that the presence of these chemicals cannot be definitively linked to fracking, they are known to be used in the process.

“I hope our data can serve as a springboard for studies that use detailed chemical signatures to pinpoint the impact of various aspects of unconventional drilling processes on groundwater quality,” said Schug.



isa77_Jouarre's insight:

Dans une étude de l'EPA (l'Agence de Protection de l'Environnement américaine) publiée en juin 2015, on peut lire que l'eau potable du Texas est polluée par les Betex (Benzene, Toluène, Ethyl-Benzène et xylène. Toutes ces substances sont cancérigènes. Leur présence dans l'eau potable est la conséquence de la fracturation hydraulique.

le rapport est disponible ici:

http://www2.epa.gov/hfstudy/hydraulic-fracturing-study-draft-assessment-2015

il existe en version longue ou bien chapitre par chapitre



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Fracking: Urgent petition


28.06.15. - Lancashire might approve fracking on Monday. But if the whole UK can show councillors we're with them, it could give them strength to say no to shale gas.


isa77_Jouarre's insight:

Une pétition pour aider les opposants à la fracturation dans le Lancashire. Cuadrilla veut fracturer, la population ne veut pas. Une commission doit donner son avis. Pour l'instant il y a 7 conseillers pour et 7 conseillers contre. La décision doit être prise lundi soir. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

La BNS privilégierait le gaz de schiste aux énergies renouvelable

Gaz de Schistes Provence - dim, 28/06/2015 - 19:12
La Banque nationale suisse (BNS) aurait investi 2,1 milliards de dollars dans des entreprises américaines actives dans le domaine du gaz de schiste, des sables bitumeux et du charbon, selon Le Matin Dimanche.

Le journal dominical met en relation ce chiffre avec les investissements dans le secteur des énergies renouvelables aux Etats-Unis, évalués à moins de 100 millions de dollars (93,36 millions de francs).

L’hebdomadaire pointe les risques de cette importante exposition aux énergies fossiles. Selon son évaluation, entre juin 2014 et mars 2015, la BNS aurait ainsi perdu 489 millions de dollars en raison de la baisse des cours du brut.

En effet, alors que le baril oscille entre 50 et 65 dollars, les sociétés actives dans les pétroles et gaz « non conventionnels » ont besoin d’un pétrole à plus de 70 dollars pour gagner de l’argent, note le journal.

Problème éthique?

Ce dernier relève également que la charte éthique de la BNS lui demande de ne pas s’engager dans des sociétés « qui nuisent d’une manière grave et systématique à l’environnement ».

Sur ce point, la BNS estime ne pas être en contradiction avec sa charte. Pour le reste, l’institution précise qu’elle ne commente pas sa politique d’investissements.

dk

Des chiffres publics datant de mars 2015 L’enquête du Matin Dimanche se fonde sur les chiffres de mars 2015 fournis par le gendarme de la bourse américaine, la SEC, analysés par un spécialiste des investissements dans l’énergie.

La BNS privilégierait le gaz de schiste aux énergies renouvelable - RTS.ch

Google actu "Schiste" - dim, 28/06/2015 - 09:44

RTS.ch

La BNS privilégierait le gaz de schiste aux énergies renouvelable
RTS.ch
Les Etats-Unis et plusieurs autres pays se sont lancés dans l'exploitation du gaz de schiste. [Eric Gay - Keystone]. La Banque nationale suisse (BNS) aurait investi 2,1 milliards de dollars dans des entreprises américaines actives dans le domaine du ...

et plus encore »

Dimanche 28 juin, tous au VAL.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - sam, 27/06/2015 - 16:21
Plus d'infos, plus d'images sur : http://leouiquitue.free.fr/alternativar/annonce.html http://www.cop21.gouv.fr/fr http://lorgues.nature.over-blog.com/

Le gaz de schiste en Algérie : un mouvement de contestation inédit - El Watan

Google actu "Schiste" - sam, 27/06/2015 - 11:01

El Watan

Le gaz de schiste en Algérie : un mouvement de contestation inédit
El Watan
Tout a commencé il y a une dizaine d'années quand l'Agence américaine de l'énergie a publié une étude dans laquelle l'Algérie était classée troisième au monde pour ce qui est des réserves de gaz de schiste, qu'elle avait estimées à près de 20 000 ...

Les pétitions et cyberactions

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - ven, 26/06/2015 - 17:30
PARTICIPEZ À LA LUTTE ET SIGNEZ LES PÉTITIONS

Pétition contre le projet Abyssea, un projet décalé, obsolète et dangereux destiné à faciliter l'extraction pétrolière en eaux profonde, projet portant sur deux plateformes expérimentales prévues au large de l'Île du Levant (Iles d'Hyères) en plein cœur du sanctuaire Pélagos dans le Canyon des Stoéchades, lieu riche pour sa biodiversité marine.
signez cette pétition sur Collectifs Littoral.

Appel lancé aux députés européens afin qu'ils refusent fermement d'accorder des droits spéciaux aux investisseurs étrangers !
signez cette pétition sur No 2 isds.eu/fr/campaign

Contre le fracking au Yukon. Gouvernement du Yukon, Dirigeants du Territoire du Yukon, Canada : Bannir la fracturation hydraulique horizontale/stimulation, à tout jamais
signez cette pétition sur Avaaz.org

Millions of us are speaking out against Arctic drilling. Together, we are a powerful force for change : from fossil fuels to renewables.
signez cette pétition sur Greenpeace.org

We Cannot Frack Our Way to Energy Security ! Don't Let Big Oil Change the Conversation — We Want, We NEED Renewables !
signez cette pétition sur act.foodandwatereurope.org

Petition Secretary Sally Jewell : Stop touting fracking propaganda !
signez cette pétition sur petitions.moveon.org

Pétition contre le lancement du premier forage de gaz de schiste dans le bassin de l'Ahnet (Algérie)
signez cette pétition sur La Pétition.be

Pétition contre le renouvellement du PERH du Bassin d'Alès qui arrive à expiration
sur Collectif 07 SGHDS

Signez l'appel "Toutes et tous hors Tafta !"
sur Collectif Stop Tafta.org

Stop TIPP et CETA
Sur stop-ttip.org

Nous protestons contre le traité transatlantique.
Signez la pétition sur 24.net

Stop fracking in South Africa : Many people in South Africa are very concerned about the potential negative impacts that the extensive process of shale gas mining can cause, as recorded in the USA, international research reports and articles.
Signez cette pétition sur Avaz.org

Stop au gaz de schiste en Kabylie : Exploitation des gaz de schiste en Kabylie : Ferhat Mehenni interpelle F. Hollande
Signez cette pétition sur Avaz.org

Charte de Bruxelles : Pour la création d'un Tribunal Pénal Européen et d'une Cour Pénale Internationale de l'Environnement et de la Santé
Signez cette pétition sur http://iecc-tpie.org

Pétition pour que l'Union Européenne interdise les gaz et huiles de schiste !
Signez cette pétition sur Gaz et Huile de Schiste, NON MERCI

Pétition "NON à l'exploration du GAZ DE HOUILLE en Nord/Pas-de-Calais"
signez cette pétition sur Pétition 24.net

Pétition européenne pour Mettre un Terme à l'Écocide en Europe
signez cette pétition sur End Ecocide Europe.fr

Contre l'exploitation des gaz et huiles de schiste dans la plaine d'Alès (30) !
Collectif d'Alès - « Basta ! Gaz Alès »
signez cette pétition sur Pétition24

Avant le pétrole, on a besoin d'eau pour vivre
Pétition contre les permis en Seine et Marne
Vous joindre à cet appel sur Avaaz.org

Mobiliser la société face au pic pétrolier
Vous joindre à cet appel sur Tribune-Pic-Petrolier.org

Gaz de schiste non merci
signez la pétition sur Pétition Publique.fr

Pétition pour l'interdiction de la fracturation hydraulique en Irlande
signez cette pétition sur Avaaz.org

Aux États-Unis, l’exploitation du pétrole de schiste génère des tremblements de terre

Gaz de Schistes Provence - ven, 26/06/2015 - 17:26

Originally posted on STOP GAZ DE SCHISTE ! (Ni ici Ni Ailleurs):

(!)Info minute – Revue de Presse

Comme le rapporte l’agence Reuters, une récente série de secousses sismiques dans l’État américain de l’Oklahoma a contraint l’autorité locale de régulation de l’énergie à envisager en urgence des restrictions supplémentaires sur l’activité de forage liée au gaz et au pétrole de schiste, a déclaré mercredi un porte-parole.

Des séismes qui ne sont pas directement liés à la réinjection des fluides de fracturation hydraulique

Entre les 17 et 24 juin de cette année 2015, 35 secousses d’une magnitude égale ou supérieure à 3,0 y ont été enregistrées, selon l’institut géologique de l’Oklahoma. Source d’inquiétude supplémentaire pour le régulateur, certaines de ces secousses se sont produites dans la région métropolitaine d’Oklahoma City, où il n’existe pas de puits d’injection d’eau à haute pression.

Il y a deux mois, de nouvelles règles concernant l’élimination des eaux usées issues du forage sont entrées…

Voir l'original 293 mots de plus


Etude : Les fuites de méthane sont telles qu’elles annulent l’ « avantage » du gaz sur le climat

Gaz de Schistes Provence - ven, 26/06/2015 - 17:25

Originally posted on STOP GAZ DE SCHISTE ! (Ni ici Ni Ailleurs):

(!)Info minute – Revue de Presse

Les fuites de gaz ne font pas bon ménage avec le climat. Une nouvelle étude confirme que les fuites sont telles qu’elles annulent l’avantage comparé du gaz sur les autres énergies fossiles. Pour le commanditaire de l’étude, « le gaz aurait un avantage environnemental par rapport au charbon ou au pétrole seulement si les producteurs pouvaient garder un couvercle hermétique sur les nombreuses fuites qui jalonnent le processus depuis l’extraction jusqu’à la consommation finale« .

Le gaz de schiste n’est pas un « pont vers le futur »

Le gaz naturel est souvent présenté comme un substitut « écologique » au charbon et à la production de pétrole. C’est le credo des producteurs de gaz qui se sont réunis en congrès mondial à Paris début Juin 2015 et qui affirment: « Le rôle du gaz naturel augmente dans le mix énergétique global, présentant maintenant une forte…

Voir l'original 876 mots de plus


Gaz de schiste, l'Algérie sous tutelle américaine - Mondafrique

Google actu "Schiste" - ven, 26/06/2015 - 09:09

Mondafrique

Gaz de schiste, l'Algérie sous tutelle américaine
Mondafrique
Tout a commencé il y a une dizaine d'années quand l'Agence américaine de l'énergie a publié une étude dans laquelle l'Algérie était classée troisième au monde pour ce qui est des réserves de gaz de schiste, qu'elle avait estimées à près de 20 000 ...
In Salah / La mobilisation anti-gaz de schiste se poursuit pendant le ...algerie-focus.com

3 autres articles »

Gaz de schiste, l'Algérie sous tutelle américaine - Mondafrique

Google actu "Schiste" - ven, 26/06/2015 - 09:09

Mondafrique

Gaz de schiste, l'Algérie sous tutelle américaine
Mondafrique
Tout a commencé il y a une dizaine d'années quand l'Agence américaine de l'énergie a publié une étude dans laquelle l'Algérie était classée troisième au monde pour ce qui est des réserves de gaz de schiste, qu'elle avait estimées à près de 20 000 ...
In Salah / La mobilisation anti-gaz de schiste se poursuit pendant le ...algerie-focus.com

3 autres articles »

L’accord transatlantique ouvert à d’autres partenaires de l’Europe ? [UE/États-Unis].

Gaz de Schistes Provence - ven, 26/06/2015 - 08:48
source: contexte

 « Une fois qu’on a un texte, on va voir comment on peut l’élargir à d’autres partenaires », a déclaré l’ambassadeur de l’UE aux États-Unis, David O’Sullivan, lors d’une conférence du European American Press Club, à Paris. L’Europe est bien consciente des craintes de certains autres pays comme la Turquie de ne pas être suffisamment intégrés dans ce nouveau grand marché transatlantique, a-t-il expliqué.

Obama a les mains libres [États-Unis]. Le Sénat, contrôlé par les conservateurs, a approuvé, mercredi 24 juin, la loi accordant la « fast track authority » au président Barack Obama. Cette autorisation lui permettant de conclure des accords commerciaux sans que les élus du Congrès ne puissent les amender s’appliquera aussi au partenariat transatlantique, a expliqué l’ambassadeur de l’UE aux États-Unis, David O’Sullivan.


Etude : Les fuites de méthane sont telles qu’elles annulent l’ « avantage » du gaz sur le climat

(!) Info minute – Revue de Presse Les fuites de gaz ne font pas bon ménage avec le climat. Une nouvelle étude confirme que les fuites sont telles qu’elles annulent l’avantage comparé du gaz sur les autres énergies fossiles. Pour le commanditaire de l’étude, « le gaz aurait un avantage environnemental par rapport au charbon ou […]

Accord de libre échange VS protection des consommateurs

Gaz de Schistes Provence - jeu, 25/06/2015 - 23:24
Un documentaire d’ARTE passé le 22 avril 2015 qui traite bien du problème. JLR Le traité transatlantique qui se négocie actuellement entre Bruxelles et Washington suscite les inquiétudes : des choix politiques fondamentaux seront-ils sacrifiés sur l’autel du libre-échange ? Avec cette enquête fouillée, qui interroge économistes orthodoxes ou contestataires, opposants au Tafta et simples citoyens, les enjeux de ce traité capital nous sont parfaitement exposés. Voir : http://info.arte.tv/fr/accord-de-libre-echange-vs-protection-des-consommateurs#sthash.81QFPbSo.dpuf Disponible jusqu’au 20 juillet 2015

SUISSE: Le Gros-de-Vaud miné par les forages

Gaz de Schistes Provence - jeu, 25/06/2015 - 23:15

source:  LeTemps.ch

// // //

Céline Zünd

Des habitants de Thierrens s’opposent à l’exploration du sous-sol. Pierre Martin (à g.), membre du collectif contre les forages, avec Rose-Hélène et Beat sur leur champ. (Bertrand Rey)

Dans le Gros-de-Vaud, des villageois partent en guerre contre les projets d’exploration profonde du sous-sol d’un consortium américano-suisse. Ailleurs en Suisse et en Europe, les forages profonds se heurtent à des oppositions

Les liens

Le cri d’un milan, ailes déployées, retentit dans le ciel au-dessus de Thierrens. «Nous sommes tout petits. Mais nous ne laisserons pas brader notre terre!» s’exclame Rose-Hélène, couvrant du regard ses champs ondulant en contrebas. Elle a hérité d’une parcelle dans ce village du Gros-de-Vaud, convoitée aujourd’hui par le consortium américano-suisse ECorp-SEAG pour l’un de ses projets de forage profond visant à rechercher du gaz. Trois autres sites sont ciblés dans la région, à Sullens, Dommartin et Vuarrens.

Après l’offensive du Val-de-Travers, où un projet d’exploration gazière avortait sous la pression d’une vive opposition, le canton de Vaud devient-il un nouveau point névralgique de la lutte contre la prospection de gaz? Rose-Hélène et son mari, Beat, approchés par ECorp-SEAG, veulent le croire, eux qui ont refusé de livrer leur terrain aux forages. Ils sont soutenus par un collectif d’opposants, décidé à faire capoter les projets d’exploration de gaz dans l’ensemble du canton.

Une poignée de militants proches des milieux de défense de la nature et sympathisants de la décroissance s’activent pour faire circuler une pétition contre l’exploration du sous-sol. Le texte, muni de quelque 6000 signatures, est destiné aux autorités cantonales. Leurs arguments ont fait mouche à Thierrens, qui abrite de multiples sources d’eau potable, dont certaines alimentent Yverdon et Lausanne.

Avant Rose-Hélène, l’agriculteur Daniel Leuenberger avait déjà éconduit les représentants de SEAG venus lui proposer un dédommagement contre l’usage de son terrain durant quelques mois, le temps de forer le sol. «Nous avons 70 sources dans un rayon d’un kilomètre carré. On ne joue pas avec l’eau», assène le paysan. Véronique Gilliard, syndique de Montanaire, commune regroupant neuf villages dont Thierrens, ne cache pas son inquiétude: «Nous sommes le grenier du canton. Il ne faudrait pas que nous en devenions la poubelle.»

Ailleurs en Europe, des projets similaires se heurtent aux réticences des opinions publiques. En France, l’interdiction de la fracturation hydraulique, confirmée en 2013, bannit toute possibilité d’exploitation de gaz de schiste. Cette technique cristallise les craintes des opposants aux forages, alimentées par des reportages spectaculaires sur des accidents, aux Etats-Unis, responsables de pollutions des nappes phréatiques. Considéré comme une manne énergétique prometteuse, le gaz de schiste se trouve emprisonné dans la roche, par opposition au gaz conventionnel niché dans des poches plus poreuses du sous-sol. Son extraction nécessite un forage horizontal et des méthodes plus invasives, telles que la fracturation à l’aide d’une forte pression hydraulique. A l’eau employée sont ajoutés sables et produits chimiques. La technique comporte des risques tels que la pollution des nappes phréatiques ou des secousses sismiques.

ECorp-SEAG a beau assurer que son projet vaudois, un trou vertical destiné à la seule exploration scientifique, ne prévoit «ni stimulation, ni fracking, ni acidification du sous-sol», l’origine texane du consortium ne contribue pas à rassurer la population. Même le moratoire décrété en 2011 par le Conseil d’Etat vaudois, qui suspend la recherche de gaz non conventionnel sur l’ensemble du canton, ne suffit pas à calmer les esprits. Les opposants souhaitent aller plus loin et réclament l’interdiction de «toute exploration et exploitation d’hydrocarbures» sur le territoire cantonal. Ils ont le soutien des Verts vaudois. «Tant qu’il n’existe pas de cadre plus clair sur l’usage du sous-sol et les méthodes d’extraction de gaz, nous nous opposerons à tout nouveau projet de forage», souligne le président du groupe au Grand Conseil, Vassilis Venizelos.

Dans ce contexte de défiance, ECorp-SEAG avance à petits pas. Le consortium a obtenu des accords préalables avec des propriétaires, à Sullens, Dommartin et Vuarrens. Une rencontre avec les autorités cantonales s’est tenue au début du mois de juin. Une étude d’impact est en cours pour évaluer les risques liés au forage prévu, d’une profondeur de 3000 mètres.

Entre novembre 2012 et janvier 2013, ECorp-SEAG a d’abord mené une campagne sismique pour radiographier le souterrain vaudois, qui s’est révélé «prometteur». «Des signes montrent la présence d’accumulation potentielle de couches de gaz. Mais nous ne pourrons en être certains qu’après avoir creusé», explique le directeur de l’entreprise SEAG, Conrad Frey. Prochaine étape: obtenir un permis d’exploration profonde, délivré par les autorités cantonales, gardiennes du sous-sol. Le directeur se veut confiant: «Nous devrions obtenir l’autorisation. Nos recherches portent sur du gaz conventionnel. Elles ne sont pas concernées par le moratoire.»

Sur ce terrain sensible, les autorités cantonales font preuve de la plus grande prudence. «Nous ne pouvons dire si ce projet tombe sous le coup du moratoire tant que nous n’avons pas le dossier final sous les yeux, avec l’étude d’impact environnemental et de risque sismique», explique David Giorgis, géologue auprès de la Direction générale de l’environnement du canton de Vaud. Le scientifique ne cache toutefois pas l’intérêt de l’opération pour le canton: «Les entreprises auront l’obligation de nous transmettre des informations précieuses sur le sous-sol.»

Les autorités n’auront d’autre choix que de préciser leur position dans les mois à venir. Dans un autre projet plus avancé, à Noville, la société veveysanne Petrosvibri, suite à un forage exploratoire, a découvert un gisement de «tight gaz» emprisonné dans la roche sous le Léman. Elle a déposé auprès du canton une demande pour un nouveau permis d’exploration, destiné à analyser les possibilités d’exploiter ces ressources, qui, selon le président du groupe Holdigaz Philippe Petitpierre, recèlent un potentiel équivalent à 25 ans de consommation de gaz en Suisse.

Campé sur la colline de Thierrens, Pierre Martin se le promet: «Je suis venu ici pour fuir les chantiers de la ville. Si nous ne parvenons pas à faire capoter ce projet, je ferai mes bagages.»


Des dirigeants d’Engie suspectés en Italie de «désastre environnemental»

Gaz de Schistes Provence - jeu, 25/06/2015 - 23:06

 

soource: mediapart PAR JADE LINDGAARD

Engie, ex-GDF-Suez, est mis en cause par la justice italienne pour le « désastre environnemental » de la centrale à charbon de Vado Ligure, responsable de la mort de plusieurs centaines de personnes, selon une expertise scientifique.

C’est une première judiciaire en Europe et, sans doute, dans le monde : la justice italienne suspecte 86 personnes d’avoir causé un « désastre environnemental »en participant au fonctionnement de la centrale à charbon de Vado Ligure, au nord de l’Italie, non loin de Gênes, opérée par Tirreno Power, filiale à 50 % d’Engie (ex-GDF-Suez). Parmi elles, quatre dirigeants du groupe français sont directement mis en cause : le vice-président senior en charge de la production du gaz pour la France et l’Europe du Sud, son directeur des ventes d’énergie pour l’Italie, ainsi que le président et le directeur général de GDF-Suez Energia Italia, filiale à 100 % d’Engie.

Le parquet de Savone les suspecte d’avoir, comme les autres administrateurs et dirigeants de Tirreno Power, contribué à la mort de 427 à 657 personnes entre 2000 et 2007 par maladies cardiovasculaires et respiratoires, en raison des émissions de la centrale. Entre 2005 et 2010, de 298 à 433 enfants ont déclenché des maladies respiratoires imputables à la centrale, et entre 2 161 et 2 223 adultes ont développé des pathologies cardiovasculaires et respiratoires, selon la note du procureur, rendue publique mi-juin (à lire ici, notamment p. 15, en italien). Le code pénal italien punit les délits de désastre environnemental ou sanitaire de peines de 3 à 12 ans de prison.

La centrale de Tirreno Power à Vado Ligure, au nord de l’Italie.

Ces accusations spectaculaires reposent sur des expertises scientifiques innovantes. Elles permettent d’établir une relation statistiquement significative entre l’augmentation de l’exposition aux polluants rejetés par la centrale de Vado Ligure et l’augmentation du « risque sanitaire », c’est-à-dire les pathologies et les décès dans les zones entourant le site de production d’électricité, selon le Parquet de Savone. Une carte des expositions à la pollution a d’abord été réalisée, selon une double méthodologie : un modèle mathématique de la dispersion des émissions de dioxyde de soufre (SO2), dues exclusivement à la centrale ; des relevés de bioaccumulation sur les lichens (très sensibles à la pollution atmosphérique) de marqueurs spécifiques au charbon lorsqu’ils sont présents simultanément (arsenic, plomb, sélénium, cadmium et antimoine).

Une étude épidémiologique a ensuite été conduite sur plus de 156 000 personnes vivant dans 23 communes alentour. Elle démontre un lien de cause à effet statistique et proportionnel à l’exposition à la pollution. « Les effets sanitaires sont certainement imputables à l’exploitation de la centrale à charbon du fait qu’il s’agit de pathologies scientifiquement liées à ce type d’émissions et qu’il n’existe aucune explication valable d’une cause alternative à cette catastrophe sanitaire, comme le tabac, les expositions professionnelles ou les habitudes alimentaires », explique à Mediapart Matteo Ceruti, avocat des plaignants. Mise en service dans les années 1970, la centrale de Vado Ligure est située dans une région densément peuplée de l’Italie, sur la côte ligure, ce qui explique le grand nombre de personnes atteintes par ses émissions.

L’enquête préliminaire du parquet de Savone est terminée. S’ouvre une période de débats contradictoires à l’issue de laquelle le juge de l’audience préliminaire pourrait délivrer un acte d’accusation aux suspects, ce qui donnerait lieu à un procès. En mars 2014, le juge aux enquêtes préliminaires a exigé la fermeture des deux groupes de charbon de la centrale de Tirreno Power (ses deux unités de gaz continuent de tourner) en raison de la « catastrophe » environnementale et sanitaire qu’ils provoquent. Ils n’ont pas été autorisés à reprendre leur activité.

Le groupe Engie refuse de commenter la procédure judiciaire en cours et dit faire confiance aux membres du conseil d’administration de Tirreno Power pour respecter les lois et normes environnementales. L’avis du parquet de Savone est en cours d’analyse par son service juridique. C’est en 2010 que l’ancien GDF est monté à 50 % dans la société Tirreno Power, suite à sa fusion avec Suez.

La gravité de ces accusations ne peut pas laisser indifférent l’État français, actionnaire à 33,3 % d’Engie. Le sujet est d’autant plus sensible que la France accueille en décembre le sommet sur le climat de l’ONU, la COP 21, et qu’Engie fait partie des entreprises qui financent l’organisation de l’événement – les « amies du climat »selon l’expression du ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius.

Extrait du rapport de Greenpeace sur le danger du charbon pour la santé (DR).

La centrale à charbon de Vado Ligure « n’est ni la plus grosse ni la plus polluante d’Italie mais c’est la plus nocive pour les habitants car elle est située dans un important bassin de population », explique Andrea Boraschi, en charge de l’énergie et du climat pour Greenpeace Italie, associé à la plainte contre Tirreno Power, avec le WWF et la Ligue pour l’environnement. L’ONG dénonce le comportement de l’exploitant de la centrale qui a « constamment cherché à économiser de l’argent en refusant d’investir dans les technologies permettant de réduire ses émissions ». En 2013, elle a publié un rapport sur les morts causées par la pollution des centrales à charbon, « Tueurs silencieux ». Plus de 30 000 personnes perdraient la vie chaque année si toutes les centrales à charbon actuellement en cours de construction ou en prévision entraient en service, selon leur estimation.

Le charbon représente environ 15% du parc de production d’électricité d’Engie dans le monde. Début juin, dix jours après sa mise en cause par un rapport des Amis de la terre et d’Oxfam pour la quantité astronomique de CO2qu’émettent ses centrales à charbon dans le monde, le groupe a renoncé  à la centrale de Thabametsi en Afrique du Sud, l’un des plus gros projets en cours dans ce pays très dépendant du charbon. « Nous développons les renouvelables en priorité mais je ne peux pas vous dire aujourd’hui que nous avons décidé de ne plus faire de charbon », ajoute aujourd’hui la direction de sa communication.


FranceLeaks : suspendre le Tafta, même combat pour Fillon, Mélenchon et Le Pen

Gaz de Schistes Provence - jeu, 25/06/2015 - 21:17
source: libération

«Un message fort», «une réponse politique», c’est ce que réclament des élus après les révélations de WikiLeaks et Libération sur les écoutes des trois derniers présidents français par l’agence nationale de sécurité américaine (NSA) entre 2006 et 2012. Chez Les Républicains (LR) et au PS, au Front national comme au Parti communiste (PCF), plusieurs représentants politiques habituellement opposés sont pour une fois sur la même longueur d’ondes. Ils recommandent tous au gouvernement de réagir vite et de freiner les négociations sur le Traité Transatlantique de commerce et d’investissement (Tafta).

François Fillon qui préconise de «suspendre les discussions sur l’accord transatlantique tant qu’il n’y a pas des engagements suffisamment clairs de la part des Etats-Unis sur cette question». Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, assure que «la Commission ne peut pas signer un accord s’il n’y a pas un nouveau départ dans le cadre des relations entre la France et les Etats-Unis».

Même constat du côté d’André Chassaigne. Le député PCF recommande de «stopper toutes ces négociations». «Avoir des débats et de la concertation dans de telles conditions est absolument inacceptable», estime le député. Et ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon le contredira. «Les négociations du marché transatlantique doivent être interrompues», a exigé dès mercredi le député européen.

François de Rugy, président du Groupe écologiste à l’Assemblée, demande «que la négociation de l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe soit suspendue». Il appelle le gouvernement à formuler «une réponse politique» aux Etats-Unis. Un avis que partage la députée du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen. L’élue FN préconise l’«arrêt immédiat des négociations pour le Traité transatlantique parce qu’on ne peut pas négocier avec de partenaires qui nous espionnent massivement».

Les négociations sur le Traité transatlantique se déroulent actuellement dans le plus grand secret entre la Commission européenne et les États-Unis. Un vote devait avoir lieu mercredi 10 juin dernier au Parlement européen. Il a été reporté en raison de la protestation grandissante que suscite ce projet.


In Salah / La mobilisation anti-gaz de schiste se poursuit pendant le ... - algerie-focus.com

Google actu "Schiste" - jeu, 25/06/2015 - 16:08

algerie-focus.com

In Salah / La mobilisation anti-gaz de schiste se poursuit pendant le ...
algerie-focus.com
Plus de six mois après le soulèvement populaire inédit dans cette ville du Sud, la mobilisation anti-schiste, certes réduite à un noyau, continue. Les pionniers restent déterminés en dépit des conditions de manifestation extrêmes et du silence sourd ...

Aux États-Unis, l’exploitation du pétrole de schiste génère des tremblements de terre

(!) Info minute – Revue de Presse Comme le rapporte l’agence Reuters, une récente série de secousses sismiques dans l’État américain de l’Oklahoma a contraint l’autorité locale de régulation de l’énergie à envisager en urgence des restrictions supplémentaires sur l’activité de forage liée au gaz et au pétrole de schiste, a déclaré mercredi un porte-parole. […]
Syndiquer le contenu