Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

In shale-wary France, an attempt to revive former coal region with gas

08.07.15. - France could get the equivalent of 10 years of gas consumption by exploiting the methane trapped in the former coal mines of its deprived eastern regions, a French company running a rare domestic exploration program said on Wednesday.

France, which slammed the door on developing shale gas due to environmental concerns and blocked many exploration permits, has discretely supported efforts by Française de l'Energie, based in the Lorraine region, to exploit so-called coalbed methane.

"France is completely dependent on imports, so it's rather interested in seeing we can produce a gas which is clean and near existing infrastructure," said Julien Moulin, head of the company formerly known as European Gas Ltd.

"The political climate is not the most favorable to issue hydrocarbon permits but the administration has understood very well that our project is very different from other players looking for shale gas," Moulin told Reuters in an interview.

Known to wary coal miners as "firedamp", coalbed methane is the flammable gas that would become trapped in pockets between the coal and often triggered lethal underground explosions.

Moulin said the region is well placed to become a profitable gas hub because it sits where pipelines bringing Russian gas arrive on French territory and therefore does not need major infrastructure work.

Also, most of the geology of the Lorraine basin was mapped during its 19th and 20th century heyday as France's coal mining heart, and later in the 1980s when companies such as ConocoPhillips attempted exploratory drilling, he said.

Moulin said with the help of new horizontal drilling techniques he can extract gas more competitively than those failed attempts, with a breakeven point below $5 per thousand cubic feet, compared to $7-$8 on the spot market.

Française de l'Energie, which has invested 40 million euros ($44 million) since 2009, expects to be able to market the gas in 2017 and is in talks with large industrial consumers in the region such as Total and Solvay.

The company is backed by wealthy industrialists such as the Rothschilds, the Lorenceau family which founded Addax Petroleum and sold it to Sinopec, and the Michaud family, which has backed Maurel & Prom. Moulin does not rule out an IPO in the future.

 


isa77_Jouarre's insight:

En juillet 2015, Moulin n'excluait pas la possibilité d'une introduction en bourse.

Et si c'était ça la seule information interessante de cette dépêche Reuters l'été dernier???

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

In W. Virginia, frack wastewater may be messing with hormones — Environmental Health News

06.04.16. - Waste leaching from frack disposal wells are the likely source of a spike in endocrine-disrupting compounds in downstream waterway—a troubling sign given the roughly 36,000 disposal sites across the U.S - By Brian Bienkowski  (Environmental Health News)

Water around and downstream from a fracking wastewater disposal facility in West Virginia contains compounds that may harm fish health by messing with endocrine systems, according to a new study.

Researchers found high levels of endocrine disruption activity in the water near or downstream from the wastewater site in Fayetteville, West Virginia. The study, published today in the journal Science of the Total Environment, adds to evidence that some chemicals in hydraulic fracturing waste are hormone-mimickers or blockers and are leaching out of wastewater disposal wells and into nearby water, potentially impacting fish and human health.

[…]

There are an estimated 36,000 fracking disposal sites in the U.S. and little testing has been done on nearby surface water, said lead author Christopher Kassotis, a postdoctoral fellow at Duke University.

Kassotis and other university and federal researchers collected water upstream, downstream and around a wastewater facility that has a disposal well, holding ponds and storage tanks—all used to house excess wastewater from drilling. There is a small stream flowing through the site, which flows into Wolf Creek. Wolf Creek flows into the New River, which is used for some people’s drinking water.

Samples near the site and downstream had “considerably higher” activity for a number of hormones, including estrogen, androgen and thyroid receptors, than reference samples in the watershed far from any disposal sites.

“What’s really interesting is that they sampled from different sites that are in different places in watershed,” said Andrea Gore, a professor of pharmacology at The University of Texas at Austin who was not involved in the study. “It clearly shows substantial difference in endocrine activity looking upstream and downstream.”

The activity is worrisome for local fish—such contamination seems to affect the reproductive development of some fish species, which can lead to threatened populations. In recent years researchers are finding more “intersex” fish—male fish with some female reproductive parts—and believe the culprit is endocrine-disrupting chemicals in water.

Sometimes we forget fish are a really important part of the ecosystem,” Gore said.

Properly functioning hormones are crucial throughout people’s entire lives, Gore said. “During development all parts of the body are going through rapid change. Most of these changes are orchestrated or at least influenced by these hormones," Gore said. "These changes, even at really low levels, have impacts on biological development.”

And adults need normal endocrine function too, she added. “Too much or too little of any hormone, you get sick.”

Industry representatives pushed back, saying that the concentrations of compounds found do not warrant health concerns.

Endocrine-disrupting chemicals “are found in just about everything we use on a day to day basis, including dyes, perfumes, plastics, personal care products, detergents and cleaning agents,” said Seth Whitehead, a researcher at an outreach program launched by the Independent Petroleum Association of America called Energy In Depth, in an emailed response.

“Concentration level is far more relevant than merely detecting EDCs,” he added.

Susan Nagel, senior author of the study and an associate professor at the University of Missouri, said the levels found were within the range or higher than the level known to impact the health of aquatic organisms.

“In many cases, even with considerable dilution, levels of endocrine-disrupting contaminants would still be capable of disrupting the development of fish, amphibians, and other aquatic organisms,” the authors wrote.

“In many cases ... levels of endocrine-disrupting contaminants would still be capable of disrupting the development of fish, amphibians, and other aquatic organisms.”-study authorsWhile single fracking wells use about 50 chemicals, about 1,000 different chemicals are used by the industry, according to previous research. An estimated 100 of these chemicals are known endocrine disruptors.

While some known endocrine-disrupting compounds were identified in the current study, it’s unclear which of these chemicals were responsible for the endocrine activity in West Virginia.

Also the authors point out that the injection well studied may accept wastewater from other industries, which could also contain endocrine-disrupting compounds.

The findings aren’t the first time frack waste has been linked to endocrine-disrupting chemicals.

Nagel and colleagues previously reported that water near Colorado fracking drill sites had much higher endocrine-disrupting activity than other nearby water. 


isa77_Jouarre's insight:

Une étude scientifique, à Fayetteville, en Virginie Occidentale, portant sur la qualité de l'eau à proximité des espaces de stockage du liquide récupéré après fracturation. 

On y trouve des perturbateurs endocriniens capables de modifier le développement des poissons et des humains. 

L'industrie pétrolière se défend en disant qu'on trouve des perturbateurs endocriniens partout (dans les parfums, les plastiques, les détergeants, etc)…

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Oil and Gas Companies Stiff 29,000 Workers Out of $40 Million


04.04.16. - […] in an industry sector recently plagued by plunging oil prices that have forced thousands of rigs to go idle, many of those workers have been feeling even more financial pain, having been forced to wait for their full paychecks.

More than 29,000 oil and gas employees have been stiffed over $40 million in back wages, according to findings from more than 1,100 investigations launched since 2012 by the Labor Department.

Despite booming industry profits and record oil and gas output – which together rejuvenated the country's economy and transformed the U.S. into the world's top oil and gas producer in 2014 and 2015 – companies misclassified their workers and failed to pay them required overtime, even as they put in long workdays in often dangerous conditions.

"We continue to find unacceptably high numbers of violations in the oil and gas industry," Betty Campbell, regional administrator for the Labor Department's Wage and Hour Division in the Southwest, said in a statement.

The most recent violations were announced last month, when more than 2,500 employees for four companies – Jet Specialties, Frank's International, Viking Onshore Drilling and Stream-Flo USA – were found to be owed $1.6 million in back wages.

Violations ranged from failing to pay production bonuses to wrongly considering employees as "exempt" from overtime requirements, paying them flat salaries regardless of how many hours they worked. The specific investigations of Frank's International and Stream-Flo USA began in the Northeast, and ultimately encompassed employees from Colorado, Louisiana, New Mexico, North Dakota, Oklahoma, Pennsylvania, Texas, Utah and Wyoming, the Labor Department said.

 

The Wage and Hour Division's inquiries into the energy industry began in the agency's Northeast regional offices in Pennsylvania. The state, sitting atop the Marcellus Shale formation, was one of the country's biggest fracking hubs, and jobs nationwide eventually surged past 191,000 on the extraction side alone by the end of 2012, not including service companies and other related sectors. By comparison, there were around 179,000 such employees last month.

 

"Investigations in the [Northeast] region in 2012 revealed that the violations were widespread," says Robin Mallett, a Wage and Hour Division district director in Houston, whose office led two of the most recent investigations in March. The initiative rapidly spread west, involving offices in Chicago and Texas.

Mallett stopped short of saying whether the violations were systemic. But jobs were often not nearly as lucratively as they seemed, she says.

"Even though they have a reputation, the industry, for paying high wages," Mallett says, "sometimes the economic reality of it is the workers are receiving these hefty paychecks simply because of the sheer number of hours that they're working – really it was not that high a rate of pay."


isa77_Jouarre's insight:

Une industrie polluante, dangereuse qui en plus, ne paie pas correctement ses salariés !

Plus de 29.000 employés de l'industrie pétrolière attendent toujours les 40 millions de $ qu'on leur doit (leurs heures supplémentaires). 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Services pétroliers: les Etats-Unis s'opposent à la fusion Halliburton-Baker Hughes

06.04.16. - Les Etats-Unis ont annoncé mercredi s'opposer à la fusion à 34,6 milliards de dollars entre Halliburton et Baker Hughes, numéros 2 et 3 des services pétroliers, pour des problèmes de concurrence et risques de hausse des prix.
Le département de la Justice (DoJ) a ainsi intenté une action auprès des tribunaux pour obtenir le gel de la transaction, comme l'exige la procédure américaine, selon un communiqué.
La fusion proposée entre Halliburton et Baker Hughes éliminerait une concurrence essentielle, déséquilibrerait le marché de l'énergie et nuirait aux consommateurs américains, a affirmé le DoJ, indiquant avoir porté plainte devant un tribunal du Delaware (nord-est) où les deux groupes sont enregistrés.
Avec le franco-américain Schlumberger, Halliburton et Baker Hughes dominent ce secteur, actuellement en pleine crise du fait de la chute des cours du pétrole et de la réduction des investissements qu'elle provoque.
Cette opération est sans précédent en matière de questions relatives à la concurrence et de concentration qu'elle soulève, ajoute le DoJ.
Suite à cette annonce, Halliburton progressait à Wall Street gagnant 4,22% à 35,84 dollars vers 14h05 GMT et Baker Hughes de 4,98% à 41,32 dollars. Les incertitudes entourant la fusion pesaient sur les titres des deux groupes depuis plusieurs mois.
La Commission européenne a de son côté également ouvert en janvier une enquête approfondie sur cette fusion.
Dans un communiqué commun, les deux groupes ont indiqué qu'elles entendaient s'opposer vigoureusement à la plainte des autorités antitrust américaines qu'elles accusent d'être parvenues à la mauvaise conclusion dans l'évaluation de l'opération et d'avoir pris une décision contre-productive.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

L’industrie américaine : simple rebond ou renaissance ?


Dans le rapport, publié par la Fabrique de l'industrie, intitulé “l'industrie américaine, simple rebond ou renaissance“, on trouve un chapitre consacré au gaz de schiste (pages 56 à 61).

On peut y lire :

Le FMI constate que les 100 000 emplois créés dans ce secteur [de l'énergie] depuis la fin de la crise ne représentent qu’une faible part des 2,2 millions de créations nettes d’emplois pour la seule année 2012. Il prévoit que l’impact de l’augmentation de la production d’énergie sur l’économie sera positif mais modeste. Il estime que, dans les dix prochaines années, la croissance de la production domestique d’énergie permettra une augmentation de moins de 1 % du niveau du PIB.

Spencer et al. (2014), considèrent que, même en utilisant des hypothèses optimistes, les créations d’emplois générées par le récent boom énergétique sont équivalentes à 0,25% de la main-d’œuvre totale (400 000 emplois). Le niveau du PIB ne progresserait que de 0,84 % entre 2012 et 2035 grâce à la révolution énergétique car l’impact sera principalement limité aux secteurs intensifs en gaz qui ne représentent qu’une faible part de l’industrie et du PIB américain.

 


isa77_Jouarre's insight:

Dans ce rapport, publié au cours de l'été 2015, avant la chute drastique du prix du baril, avant les faillites et les licenciements massifs dans le secteur pétrolier, on pouvait déjà lire des propos relativisant l'eldorado vendu par les uns et les autres.

Les auteurs de ce rapport ne sont pas tout à fait de dangereux activistes anti-schiste…La Fabrique de l'industrie est une émanation de l'IUMM. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste : ni cet excès d’honneur, ni cette indignité


06.04.16. - Le gaz de schiste est présenté par certains économistes comme une manne miraculeuse stupidement boudée en France par quelques obscurantistes, tandis que certains écologistes y voient une menace de catastrophes majeures.

Pourtant, l’arrivée fin mars en Norvège du premier bateau exportant du gaz de schiste américain en Europe (ou plus exactement de l’éthane issu de gaz de schiste) devrait permettre de dépasser cette opposition caricaturale et de prendre en compte différentes dimensions du débat :

1.  L’accès de l’Europe à une source de gaz bon marché est une aubaine économique, géopolitique et environnementale :

[…]

2.  L’exploitation de gaz de schiste européen dans les zones densément peuplées n’est probablement pas rentable :

  • les contraintes d’une exploitation écologiquement responsable en Europe, dans des zones densément peuplées, entraînent un surcoût qui n’est probablement pas beaucoup moins élevé que le coût du transport intercontinental ;

  • le rôle du gaz de schiste dans la reprise économique américaine a été grossièrement exagéré, certaines prédictions sur les bénéfices d’une exploitation en France le sont aussi ;

3.  L’énergie bon marché rend nécessaire la mise en place d’une taxation du carbone (ou d’un mécanisme équivalent) pour accélérer l’indispensable transition énergétique

 

[…]

Exploiter le gaz de schiste en France coûterait plus qu’en importer

Le prix de 2 $ aux États-Unis vient de leur énorme surcapacité et du fait que stocker du gaz a un coût. La plupart des gisements actuels perdent leur rentabilité lorsque les prix descendent au-dessous de 5 $ et beaucoup de puits sont gelés en attendant des jours meilleurs. Les puits américains sont souvent situés dans des zones peu peuplées et le propriétaire du sol a un intérêt direct à leur exploitation, de sorte qu’il en tolère facilement les nuisances.

[…]

Les mesures préconisées pour assurer la sécurité des riverains et de l’environnement ont cependant un coût, notamment lorsque le gisement est situé dans une zone densément peuplée comme la Brie. Ce coût est probablement supérieur à celui lié à l’importation de gaz étranger […]

 

L’impact économique surestimé d’une exploitation en France

[…] Certains attribuent de plus un effet d’entraînement économique très important au développement de l’exploitation locale des gaz de schiste. Une étude de La Fabrique de l’industrie a cependant montré que l’impact des gaz de schiste sur le rebond impressionnant de l’économie américaine avait été très surestimé.

[…]

En résumé, l’exportation des surplus de gaz américains a plusieurs conséquences :

  • elle permet à l’industrie européenne de bénéficier d’approvisionnement en gaz bon marché et de mieux négocier avec ses fournisseurs historiques (Russie, Algérie, Qatar) ;

  • elle rend moins attractive l’exploitation d’éventuels gisements européens ;

  • elle permet de substituer une énergie fossile à d’autres dont les émissions de gaz à effet de serre sont bien plus importantes ;

  • elle risque de contribuer à décourager, du fait des prix peu élevés des énergies fossiles, l’investissement dans des procédés sobres, rendant d’autant plus urgentes des mesures volontaristes de soutien à la transition énergétique, et notamment l’instauration d’une forme de taxe sur le carbone émis.

 


isa77_Jouarre's insight:

On apprend dans cette longue tribune que l'impact des gaz de schiste sur l'économie américaine a été largement surévalué, que l'exploitation sur le sol français serait très coûteuse (à cause de la densité de la population, qu'il est plus rentable d'importer le gaz de schiste que de le produire…

 

Quand un prof au centre d’économie industrielle, Mines ParisTech défend le “pas ici, mais ailleurs”. 

 

Thierry Weil, l'auteur de cet article est délégué général de “la fabrique de l'industrie”. Un think tank créé en 2011 par l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgi (UIMM), le Cercle de l’Industrie et le Groupe des Fédérations Industrielles (GFI). Il est co-présidé par Louis Gallois,  et Denis Ranque, président du conseil d'administration d'Airbus Group (ex-EADS).



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Comment les pollueurs veulent enterrer la COP21, avec l'aval des gouvernements

05.04.16. - Des ONG, militants et citoyens, réunis à Pau, bloquent et dénoncent la tenue d'un sommet des plus grandes entreprises pétroliers et gazières du monde, du 5 au 7 avril. Les gros pollueurs (dont Total, Shell, Exxon-Mobil, Repsol, BP, etc.) vont y débattre de forage d'hydrocarbures (pétrole et gaz) en haute mer.

Les projets de pétrole offshore vont totalement à l'encontre de l'accord mondial signé par les 195 pays de la planète il y a quelques mois à Paris, à la COP21. Car si l'accord de Paris est effectivement respecté, il n'y a tout simplement aucune place pour l'exploration et l'exploitation de gaz et de pétrole en eaux profondes.

[…]

Personne n'a dit qu'il fallait couper le robinet de gaz ou de pétrole d'un seul coup. La "transition énergétique" consiste bien à organiser et à financer le chemin qui nous mènera à la fin de l'utilisation des hydrocarbures fossiles d'ici 35 ans, et à une énergie 100% renouvelable qui préserve l'équilibre climatique. Les scientifiques ont indiqué clairement que l'exploration des réserves d'énergies fossiles, difficilement accessibles et coûteuses comme le pétrole en eaux profondes ou les sources non conventionnelles, n'a pas sa place dans cette transition.

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Fossil Fuel Funding of 2016 Presidential Candidates


05.04.16. - The following list tracks funding to 2016 presidential campaigns from individuals and companies in the oil and gas and coal mining industries.

These data were provided by the Center for Responsive Politics, based on filings made available on January 31, 2016.

These totals do not include funding from the fossil fuel industry to groups that support individual candidates but are outside of the campaign committees.

[…]

Democrats

Hillary Clinton — TOTAL: $309,107

  • Oil and Gas: $307,561
  • Coal: $1,546

 

Bernie Sanders — TOTAL: $37,705

  • Oil and Gas: $35,005
  • Coal: $2,700

Republicans

Ted Cruz — TOTAL: $932,734

Largest recipient of oil and gas money and coal money.

  • Oil and Gas: $887, 451
  • Coal: $45,283

Jeb Bush — TOTAL: $425,300 campaign suspended

  • Oil and Gas: $420,600
  • Coal: $4,700

Marco Rubio — TOTAL: $269,923 campaign suspended

  • Oil and Gas: $254,423
  • Coal: $15,500

 


isa77_Jouarre's insight:

Sur la photo on peut lire : Argent + élections = corruption

-------------

Une étude de GreenPeace sur la présence de l'industrie pétrolière dans le financement de la campagne présidentielle américaine. 

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Fossil Fuel Funding of 2016 Presidential Candidates - Greenpeace USA


05.04.16. - The following list tracks funding to 2016 presidential campaigns from individuals and companies in the oil and gas and coal mining industries.

These data were provided by the Center for Responsive Politics, based on filings made available on January 31, 2016.

These totals do not include funding from the fossil fuel industry to groups that support individual candidates but are outside of the campaign committees.

[…]

Democrats

Hillary Clinton — TOTAL: $309,107

  • Oil and Gas: $307,561
  • Coal: $1,546

 

Bernie Sanders — TOTAL: $37,705

  • Oil and Gas: $35,005
  • Coal: $2,700
Republicans

Ted Cruz — TOTAL: $932,734

Largest recipient of oil and gas money and coal money.

  • Oil and Gas: $887, 451
  • Coal: $45,283

Jeb Bush — TOTAL: $425,300 campaign suspended

  • Oil and Gas: $420,600
  • Coal: $4,700

Marco Rubio — TOTAL: $269,923 campaign suspended

  • Oil and Gas: $254,423
  • Coal: $15,500

 


isa77_Jouarre's insight:

Sur la photo on peut lire : Argent + élections = corruption

-------------

Une étude de GreenPeace sur la présence de l'industrie pétrolière dans le financement de la campagne présidentielle américaine. 

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Pau : les opposants perturbent la tenue du congrès du pétrole offshore


05.04.16. - Comme prévu, les manifestants mènent une action au Palais Beaumont, où a débuté ce mardi matin le congrès MCE Deepwater. Certains sont entrés à l'intérieur, avant d'être évacués

Le congrès MCE Deepwater, qui réunit environ 500 représentants de compagnies pétrolières du monde entier, débute ce mardi matin, au Palais Beaumont de Pau.

Et comme prévu, les opposants, qui se sont installés dès ce week-end au Village Emmaüs, dans ce qu'ils ont appelé le Camp Sirène, tentent de bloquer, ou de perturber l'événement.

Certains ont réussi à forcer les barrages de police, d'autres se sont introduits en toute discrétion, en costume-cravate au Palais Beaumont. Ils sont montés sur scène et ont pris la parole."Nous sommes non-violents..." ont-ils expliqué.

[…] 

Cette manifestation est coordonnée par Anv Cop 21, qui regroupe des organisations écologistes, comme Bizi, la structure basque.

Du côté des forces de l'ordre, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques mobilise une grande partie des effectifs de sécurité du 64. Signe de tension, aucune communication chiffrée officielle n'a filtré. On sait toutefois que 99% des près de 270 fonctionnaires du commissariat seront sollicités entre ce mardi et jeudi, date de fin du congrès. Ils se relaieront jour et nuit autour du Palais Beaumont, assistés par une vingtaine de renforts venus de Bayonne.

Un peu plus tard, dans la matinée, les opposants ont de nouveau tenté une intrusion, avec l'arrivée d'une seconde vague d'opposants. Ils ont été repoussés par les CRS et des gaz lacrymogènes. Selon l'organisation Bizi, il y aurait quelque 200 manifestants.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Sommet du pétrole à Pau : les opposants ont installé leur camp à Emmaüs


02.04.16. - Le mouvement Action Non-Violente COP21 a installé son camp ce samedi à la communauté Emmaüs à Lescar. Plus d'une centaine de militants écologistes aurait déjà rallié le site.

Trois grandes tentes blanches ont été dressées à l'arrière du parking de la déchetterie de la communauté Emmaüs. Deux d'entre-elles abritent quelque 200 matelas pour accueillir tous ceux et celles qui ont répondu à l'appel du mouvement Action Non-Violente (ANV) COP21 pour bloquer le sommet international MCE Deepwater Development, dédié au marché du pétrole offshore.

Plusieurs organisations ont apporté leur soutien (Alternatiba, Attac, Les Amis de la Terre, Bizi! Surfrider Foundation, The Ocean Nation, 350.org, Emmaüs Lescar-Pau...). Le camp "Sirène" attendrait plus de 400 participants et la campagne de financement participatif a déjà presque atteint l'objectif des 16200 €. "Ce qui représente plus de 450 co-financeurs" se félicite Sylvine. "C'était important que les citoyens s'engagent" ajoute-t-elle. Le rassemblement se veut le plus large possible et "la non violence est notre ligne directrice" précise-t-elle.

Au camp, ANV COP21 propose d'ailleurs plusieurs stages: déploiement de banderoles, atelier de fabrication de matériel pour le blocage et formation à la lutte non-violente... Des conférences, ouvertes à tous, sont également organisées. "Nous dénonçons mais nous sommes aussi là pour proposer des alternatives" confie Sylvine.

  • Ce samedi soir, à 20h30, quatre intervenants traiteront ainsi du "problème climatique à l'alternative".
  • Demain, dimanche à 15h, ce sera "Agir maintenant pour le climat et les océans". 

Un grand rassemblement public et des concerts sont prévus mercredi au parc Beaumont à 17h30.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Bloquer l'industrie fossile, un impératif climatique

05.04.16. - 350.org, Attac France, Alternatiba, Amis de la Terre, Surfrider, ANV COP21 s'associent à l'occasion de l'importante mobilisation post-COP21 (actions de désobéissance, blocage, rassemblement et manifestation) qui se tient à partir d'aujourd'hui à Pau, où ces organisations vont bloquer un sommet international qu'accueille Total visant à étendre l'exploration et exploitation pétrolières et gazières offshore.

Le 12 décembre dernier, en clôture de la COP21, François Hollande n'avait pas assez de superlatifs pour saluer l'accord de Paris  : « le monde a écrit avec vous une nouvelle page de son Histoire ! Nous entrons dans l’ère du bas carbone. C’est un mouvement puissant et irréversible et ce mouvement va bien au-delà des Etats et des Gouvernements (…). C’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie ».

[…]

Les majors du secteur, qui cherchent, en toute connaissance de cause, à repousser toujours plus loin et toujours plus profond les frontières de l'extraction des combustibles fossiles, acceptent donc nécessairement un réchauffement climatique très largement supérieur à 2°C. Ce qui revient à bafouer les objectifs fixés par l'article 2 de l'Accord de Paris et à planifier de nouveaux crimes climatiques dont les populations les plus démunies paieront le plus lourd tribut.

[…]

C'est au nom de cet impératif climatique que nous appelons à nous rassembler à Pau du 5 au 7 avril afin d'exiger qu'il soit mis un terme à cette fuite en avant extractive. Nous espérons être entendus et ne pas être réduits à devoir bloquer, un à un, tous les projets climaticides de l'industrie pétrolière et gazière. La « révolution climatique », nous y croyons fermement. Nous y tenons même. Et nous sommes déterminés à ce qu'elle voit le jour. Pas à pas, avec force et détermination, nous agirons pour que cette prophétie devienne réalité. 

 

Les signataires :

Laureline Bourit (Amis de la Terre), Pauline Boyer (Alternatiba), Antidia Citores (Surfrider Foundation Europe), Maxime Combes (ATTAC), Olivier Dubuquoy (Nation Océan), Txetx Etcheverry (ANV-COP21), Nicolas Haeringer (350.org)



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Bloquer l'industrie fossile, un impératif climatique | Le Club de Mediapart

05.04.16. - 350.org, Attac France, Alternatiba, Amis de la Terre, Surfrider, ANV COP21 s'associent à l'occasion de l'importante mobilisation post-COP21 (actions de désobéissance, blocage, rassemblement et manifestation) qui se tient à partir d'aujourd'hui à Pau, où ces organisations vont bloquer un sommet international qu'accueille Total visant à étendre l'exploration et exploitation pétrolières et gazières offshore.

Le 12 décembre dernier, en clôture de la COP21, François Hollande n'avait pas assez de superlatifs pour saluer l'accord de Paris  : « le monde a écrit avec vous une nouvelle page de son Histoire ! Nous entrons dans l’ère du bas carbone. C’est un mouvement puissant et irréversible et ce mouvement va bien au-delà des Etats et des Gouvernements (…). C’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie ».

[…]

Les majors du secteur, qui cherchent, en toute connaissance de cause, à repousser toujours plus loin et toujours plus profond les frontières de l'extraction des combustibles fossiles, acceptent donc nécessairement un réchauffement climatique très largement supérieur à 2°C. Ce qui revient à bafouer les objectifs fixés par l'article 2 de l'Accord de Paris et à planifier de nouveaux crimes climatiques dont les populations les plus démunies paieront le plus lourd tribut.

[…]

C'est au nom de cet impératif climatique que nous appelons à nous rassembler à Pau du 5 au 7 avril afin d'exiger qu'il soit mis un terme à cette fuite en avant extractive. Nous espérons être entendus et ne pas être réduits à devoir bloquer, un à un, tous les projets climaticides de l'industrie pétrolière et gazière. La « révolution climatique », nous y croyons fermement. Nous y tenons même. Et nous sommes déterminés à ce qu'elle voit le jour. Pas à pas, avec force et détermination, nous agirons pour que cette prophétie devienne réalité. 

 

Les signataires :

Laureline Bourit (Amis de la Terre), Pauline Boyer (Alternatiba), Antidia Citores (Surfrider Foundation Europe), Maxime Combes (ATTAC), Olivier Dubuquoy (Nation Océan), Txetx Etcheverry (ANV-COP21), Nicolas Haeringer (350.org)



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste ? Ce soir, sur Arte, Matt Damon dit "non" dans ... - Sud Ouest

Google actu "Schiste" - mer, 06/04/2016 - 15:03

Sud Ouest

Gaz de schiste ? Ce soir, sur Arte, Matt Damon dit "non" dans ...
Sud Ouest
Matt Damon, dans "Promised Land". Photo extraite de la Bande Annonce du film "Promised Land" de Gus Van Sant. "Promised Land", le film américain co-écrit et produit par Matt Damon avec les gaz de schiste pour toile de fond, est sorti en France le 17 ...

et plus encore »

Pour ne pas enterrer la COP 21, le sommet de Pau des compagnies gazières et pétrolières ne doit pas avoir lieu


01.04.15. - […] Du 5 au 7 avril 2016, Total, Shell, Exxon, Repsol, BP, OneSubsea, ABS, Technip, Vallourec, Halliburton etc. et les différents opérateurs mondiaux de l'exploration, du forage et de l'exploitation en eaux profondes du pétrole et du gaz se réuniront en France (à Pau - 64) dans le cadre d'une conférence internationale intitulée MCE Deepwater Development. Leur objectif est d'étudier comment "réussir une baisse significative des coûts pour que l'industrie opérant en mer profonde puisse rester compétitive (...) à travers un changement d'échelle en matière d'efficience nécessitant des collaborations industrielles renforcées et des technologies innovatrices", pour pouvoir ainsi "développer l'extraction du pétrole et du gaz en eaux profondes" malgré le contexte de baisse actuelle du prix du pétrole.

L'Accord de Paris devait être, selon la formule de Laurence Tubiana, cheville ouvrière de la présidence française pendant la COP21, une "prophétie auto-réalisatrice". L'Accord devait pousser les principaux investisseurs à délaisser les énergies fossiles et à réorienter leurs investissements vers les énergies renouvelables et les technologies propres. Mais les prophéties ne s'auto-réalisent jamais seules.


isa77_Jouarre's insight:

Une tribune signée par :

  • Jacques Beall (Vice-président de Surfrider Foundation Europe, membre du CESE), 
  • Florent Compain (Président des Amis de la Terre-France), 
  • Thomas Coutrot (Porte-parole d'ATTAC), 
  • Clémence Dubois (Chargée de campagne 350.org), 
  • Cécile Marchand (porte-parole d'ANV-COP21), 
  • Jon Palais (Coordination Européenne des Alternatiba)


See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Une déferlante d’activistes perturbe le sommet du pétrole à Pau


06.04.16. - Les activistes d’ANV-COP21 sont intervenus mardi 5 avril pour bloquer à Pau une conférence de l’industrie pétrolière et gazière offshore. Plusieurs centaines de militants non-violents ont forcé les barrages policiers et occupé les abords du centre des congrès de Pau.
Dans la nuit de mardi 5 avril à mercredi, des groupes d’activistes sont allés perturber le sommeil des congressistes : ils se sont introduits dans deux hôtels de Pau, où ils ont chanté des slogans. À sept heures, une autre équipe s’est attachée aux grilles de l’un de ces hôtels, la Villa Navarre, afin d’empêcher les congressistes de sortir pour se rendre à la conférence. Ils en ont été délogés par la police à 8 h 20.

L’action avait commencé mardi 5 avril, à 9 h, alors que les rues étaient encore calmes aux abords du palais Beaumont […]

Loin de Paris, dans le fief historique de Total (et avant lui Elf), les têtes pensantes de l’industrie pétrolière et gazière offshore pensaient pouvoir se réunir en toute tranquillité, comme cela avait déjà été le cas à plusieurs reprises. Les manifestants n’ont pas empêché la conférence de débuter, mais ils l’ont largement perturbée. En milieu de journée, un rassemblement public annoncé à l’avance a réuni plusieurs centaines de personnes devant le palais Beaumont. « C’est une mobilisation historique, affirme Nicolas Haeringer, de 350.org. Aujourd’hui, nous commençons à faire ce que nous avions dit à Paris : tracer des lignes rouges pour le climat. »

 

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Pour ne pas enterrer la COP 21, le sommet de Pau des compagnies gazières et pétrolières ne doit pas avoir lieu

Gaz de Schistes Provence - mer, 06/04/2016 - 13:12
Publication: 01/04/2016 22h57 CEST  Mis à jour: 01/04/2016 22h57 CEST 

Le 12 décembre dernier, François Hollande saluait les délégués venus du monde entier, qui venaient d’adopter « l’Accord de Paris »: « Le monde a écrit avec vous une nouvelle page de son Histoire! Nous entrons dans l’ère du bas carbone. C’est un mouvement puissant et irréversible et ce mouvement va bien au-delà des états et des gouvernements (…). C’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie ».

La « révolution » de la COP21 pourrait ne pas avoir de suite concrète…

Les grandes compagnies gazières et pétrolières s’apprêtent en effet à l’éluder définitivement. Du 5 au 7 avril 2016, Total, Shell, Exxon, Repsol, BP, OneSubsea, ABS, Technip, Vallourec, Halliburton etc. et les différents opérateurs mondiaux de l’exploration, du forage et de l’exploitation en eaux profondes du pétrole et du gaz se réuniront en France (à Pau – 64) dans le cadre d’une conférence internationale intitulée MCE Deepwater Development. Leur objectif est d’étudier comment « réussir une baisse significative des coûts pour que l’industrie opérant en mer profonde puisse rester compétitive(…) à travers un changement d’échelle en matière d’efficience nécessitant des collaborations industrielles renforcées et des technologies innovatrices », pour pouvoir ainsi « développer l’extraction du pétrole et du gaz en eaux profondes » malgré le contexte de baisse actuelle du prix du pétrole.

L’Accord de Paris devait être, selon la formule de Laurence Tubiana, cheville ouvrière de la présidence française pendant la COP21, une « prophétie auto-réalisatrice ». L’Accord devait pousser les principaux investisseurs à délaisser les énergies fossiles et à réorienter leurs investissements vers les énergies renouvelables et les technologies propres. Mais les prophéties ne s’auto-réalisent jamais seules. Leur issue dépend de ce que nous en faisons. De ce point de vue, l’organisation du sommet international MCEDD, moins de quatre mois après la COP21, montre que le pari de Mme Tubiana est loin d’être tenu par les acteurs économiques de ce secteur. En effet, dans la feuille de route des décideurs stratégiques des marchés du gaz et du pétrole offshore se réunissant à Pau, il n’y a pas un mot sur le climat, sur la COP21 ou sur l’Accord de Paris. Bien au contraire, ces derniers semblent plus déterminés que jamais à extraire et exploiter toutes les réserves possibles d’énergies fossiles, y compris les moins accessibles et celles qui ne sont pas encore connues… à bas coût, faisant fi de celui payé par la nature.

Ce qui se joue à Pau, c’est toujours plus de dérèglement climatique

Ce sommet des forages en eaux profondes, voire parfois haute-mer, intervient donc en totale contradiction avec l’Accord de Paris, qui note de façon inédite « qu’il importe de veiller à l’intégrité de tous les écosystèmes y compris les océans ». Ce sommet remet également en question l’ensemble des projections scientifiques, des rapports de l’Agence internationale de l’énergie… et oppose une cinglante fin de non-recevoir aux vœux du Président de la République François Hollande. Ce dernier, anticipant le succès de la COP21, estimait en effet, en juillet dernier, qu’un « Accord sur le climat signifie renoncer à utiliser 80% des ressources d’énergies fossiles dont nous disposons encore ». Nous sommes loin de cette renonciation, une renonciation pourtant tellement nécessaire à l’équilibre de notre planète et aux services écosytémiques rendus par celle-ci dès aujourd’hui et pour les générations futures.

Ce qui se joue à Pau, c’est toujours plus de dérèglement climatique: si les états continuent de laisser les compagnies fossiles repousser toujours plus loin et toujours plus profond les frontières de l’extraction des combustibles fossiles, nous ne parviendrons pas à contenir le réchauffement climatique en deçà de +2°C. Nous nous inscrirons au contraire dans les scénarios les plus noirs en matière de dérèglement climatique -jusqu’à +9°C de réchauffement- en mettant à mal le rôle essentiel de régulateur du climat que joue l’océan.

Comment un engagement adopté par tous les états du monde peut-il ne pas concerner les compagnies travaillant dans le secteur des énergies fossiles, responsables de 80% des émissions de CO2 mondiales? Au lieu de se retrouver, en tant qu’entreprises directement impliquées dans les causes du dérèglement climatique, pour étudier comment contribuer aux trajectoires bas carbone promises par l’Accord de Paris, et entamer ainsi une indispensable reconversion de leurs activités, les « supermajors » du pétrole et du gaz vont au contraire réunir leurs compétences et leurs ressources pour forer toujours plus, plus loin et plus profond.

Comment accepter ce projet qui condamnerait la planète, l’océan et l’humanité toute entière à un avenir fait de tragédies et de catastrophes?

Nous, citoyennes et citoyens, devons entrer en scène et dénoncer l’indécence de ce sommet et son caractère radicalement incompatible avec les résultats de la COP21.

Se mobiliser sur place, du 5 au 7 avril à Pau, et en mai dans le monde entier, dans le cadre de la mobilisation « Libérons-nous des énergies fossiles« , sera l’une des meilleures manières d’affirmer que NOUS prenons les engagements de Paris au pied de la lettre.

Nous devons ainsi envoyer un signal fort aux investisseurs comme aux gouvernements du monde entier: quelque chose doit VRAIMENT changer. Les politiques et projets violant sciemment les objectifs de l’Accord de Paris doivent immédiatement cesser.

Décideurs publics et privés, c’est le moment de réorienter vos investissements et vos politiques. Les citoyens et les peuples du monde entier veillent désormais à l’application des engagements pris à la COP21 de contenir le réchauffement climatique en dessous de +2°C, voire de +1,5°C. A bon entendeur salut!

Signataires:
Jacques Beall (Vice-président de Surfrider Foundation Europe, membre du CESE),
Florent Compain (Président des Amis de la Terre-France),
Thomas Coutrot (Porte-parole d’ATTAC),
Clémence Dubois (Chargée de campagne 350.org),
Cécile Marchand (porte-parole d’ANV-COP21),
Jon Palais (Coordination Européenne des Alternatiba)

Tous à Pau du 5 au 7 avril! Découvrir la vidéo de mobilisation pour bloquer le sommet du pétrole offshore

« Libérons-nous des énergies fossiles« : Découvrir la vidéo des actions de mobilisation prévues du 4 au 15 mai


Bloquer l’industrie fossile, un impératif climatique

Gaz de Schistes Provence - mer, 06/04/2016 - 12:21
5 AVR. 2016
    350.org, Attac France, Alternatiba, Amis de la Terre, Surfrider, ANV COP21 s’associent à l’occasion de l’importante mobilisation post-COP21 (actions de désobéissance, blocage, rassemblement et manifestation) qui se tient à partir d’aujourd’hui à Pau, où ces organisations vont bloquer un sommet international qu’accueille Total visant à étendre l’exploration et exploitation pétrolières et gazières offshore.

    Le 12 décembre dernier, en clôture de la COP21, François Hollande n’avait pas assez de superlatifs pour saluer l’accord de Paris  : « le monde a écrit avec vous une nouvelle page de son Histoire ! Nous entrons dans l’ère du bas carbone. C’est un mouvement puissant et irréversible et ce mouvement va bien au-delà des Etats et des Gouvernements (…). C’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie ». Pour Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l’équipe de négociation française, l’accord de Paris devrait être une « prophétie auto-réalisatrice » : la « révolution » de la COP21, entraînerait les principaux investisseurs, qui délaisseraient d’eux-mêmes les énergies fossiles pour réorienter leurs investissements vers les énergies renouvelables et les technologies propres.

    Malheureusement, les révolutions, même climatiques, ne se décrètent pas, et les prophéties ne s’auto-réalisent jamais. Au mieux, elles se construisent pas à pas, avec force et détermination. Le plus souvent, celles et ceux qui n’ont pas intérêt au changement, agissent pour que rien ne change. Faire comme si la COP21 et les engagements pris à Paris n’avaient jamais existé, c’est exactement ce que les industriels du pétrole et du gaz font. Ainsi, du 5 au 7 avril, Total, Shell, Exxon, Repsol, BP, ainsi qu’une impressionnante liste d’entreprises opérant dans l’exploration, le forage et l’exploitation en eaux profondes se réunissent à Pau, à l’occasion d’une conférence internationale sur les hydrocarbures offshore. Objectif ? Trouver les moyens d’obtenir « une baisse significative des coûts pour que l’industrie opérant en mer profonde puisse rester compétitive » et ainsi « développer l’extraction du pétrole et du gaz en eaux profondes », malgré l’effondrement récent du prix du pétrole. Au lendemain de la COP21, il était espéré, et il eût été responsable et judicieux, que les acteurs du secteur de l’industrie des énergies fossiles, lesquelles représentent 80 % des émissions mondiales de CO2, se réunissent pour tenir compte des engagements pris lors de la COP21 et pour entamer l’indispensable reconversion bas-carbone de leurs activités. Ce n’est manifestement pas leur programme : pas un mot sur le climat, sur la COP21 ou sur l’Accord de Paris ne figure à l’ordre du jour de leurs discussions. Les champions du dérèglement climatique n’ont pas prévu de sortir de l’âge des fossiles. Pire, ils affirment que les énergies fossiles resteront largement majoritaires dans le mix énergétique mondial et ils se montrent plus déterminés que jamais à exploiter toutes les réserves possibles, quel qu’en soit le prix environnemental et sanitaire. Pourtant, les projections des climatologues sont très claires. François Hollande lui-même, reprenant les résultats des dernières études et rapports scientifiques, estimait en juillet dernier, qu’un « accord sur le climat signifie renoncer à utiliser 80 % des ressources d’énergies fossiles dont nous disposons encore ».

    Les majors du secteur, qui cherchent, en toute connaissance de cause, à repousser toujours plus loin et toujours plus profond les frontières de l’extraction des combustibles fossiles, acceptent donc nécessairement un réchauffement climatique très largement supérieur à 2°C. Ce qui revient à bafouer les objectifs fixés par l’article 2 de l’Accord de Paris et à planifier de nouveaux crimes climatiques dont les populations les plus démunies paieront le plus lourd tribut. Ce constat ne fait plus débat : il est étayé et dûment documenté. Malheureusement, aucun dispositif contraignant ne peut être actionné pour soumettre les industriels à l’impératif climatique : ils sont libres – et même encouragés – à poursuivre leurs investissements dans l’exploration et l’exploitation de nouveaux gisements fossiles. En entérinant le caractère volontaire et non contraignant des engagements pour le climat, l’accord de Paris n’a pas changé la donne. Aucune institution n’est chargée de jauger et juger de la conformité « climatique » des décisions des acteurs privés et publics. Cette responsabilité est de facto transférée à l’opinion publique mondiale.

    Alors que la température moyenne mondiale du mois de février a été enregistrée supérieure de 1,35°C à celle observée sur la période 1951-1980, nous n’avons plus le temps de tergiverser. Lors de la COP21, nous avions symboliquement décrété l’état d’urgence climatique. Nous sommes désormais conduits à revendiquer une forme d’état de nécessité « climatique », justifiant d’intervenir à chaque fois que des mesures et des projets sont contraires à la stabilisation du climat. Dans un arrêt de la Cour d’appel de Colmar de 1957, cet état de nécessité est défini comme « la situation dans laquelle se trouve une personne qui, pour sauvegarder un intérêt supérieur, n’a d’autre ressource que d’accomplir un acte défendu ». En raison de l’inertie des pouvoirs publics et des institutions internationales, avons-nous d’autres solutions que de bloquer les industriels qui bafouent les objectifs fixés par l’accord de Paris ?

    C’est au nom de cet impératif climatique que nous appelons à nous rassembler à Pau du 5 au 7 avril afin d’exiger qu’il soit mis un terme à cette fuite en avant extractive. Nous espérons être entendus et ne pas être réduits à devoir bloquer, un à un, tous les projets climaticides de l’industrie pétrolière et gazière. La « révolution climatique », nous y croyons fermement. Nous y tenons même. Et nous sommes déterminés à ce qu’elle voit le jour. Pas à pas, avec force et détermination, nous agirons pour que cette prophétie devienne réalité.

    Les signataires :

    Laureline Bourit (Amis de la Terre), Pauline Boyer (Alternatiba), Antidia Citores(Surfrider Foundation Europe), Maxime Combes (ATTAC), Olivier Dubuquoy (Nation Océan), Txetx Etcheverry (ANV-COP21), Nicolas Haeringer (350.org)


    Gaz de schiste : ni cet excès d'honneur, ni cette indignité - The Conversation FR

    Google actu "Schiste" - mer, 06/04/2016 - 06:47

    The Conversation FR

    Gaz de schiste : ni cet excès d'honneur, ni cette indignité
    The Conversation FR
    Thierry Weil est délégué de La Fabrique de l'industrie, laboratoire d'idées destiné à susciter et à enrichir le débat sur l'industrie. Thierry Weil a réalisé antérieurement à 2004 diverses interventions de conseil ou d'encadrement de doctorants pour ...

    et plus encore »
    Syndiquer le contenu