Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Gaz de schiste : Ségolène Royal réaffirme son opposition - Le Dauphiné Libéré

Google actu "Schiste" - mer, 18/03/2015 - 13:52

Le Dauphiné Libéré

Gaz de schiste : Ségolène Royal réaffirme son opposition
Le Dauphiné Libéré
Interpellée par le maire de Barjac Edouard Chaulet sur les demandes de prolongation de permis d'exploration de gaz de schiste en cours d'instruction dans les départements du Gard et de l'Ardèche, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a réaffirmé ...

Le gouvernement relance la réforme du code minier

Gaz de Schistes Provence - mer, 18/03/2015 - 13:52
source: AFP paru le 17 mars 2015 à 22:12

Le gouvernement a lancé une nouvelle étape dans son projet de réforme du code minier, véritable serpent de mer depuis 2012, en annonçant mardi le début de la concertation publique autour de ce texte.

La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, et son homologue de l’Economie, Emmanuel Macron, ont lancé des « consultations formelles sur l’avant-projet de loi de réforme du code minier », ont indiqué les deux ministères dans un communiqué conjoint.

Le projet de loi sera mis en ligne sur Internet « dans les prochains jours » a précisé le ministère de l’Ecologie à l’AFP, dans le cadre de la consultation publique prévue dans le cadre du Code de l’environnement.

En parallèle, le gouvernement mènera les consultations des organismes officiels (Conseil national de la tansition écologique, etc.), avant la saisine du Conseil d’Etat.

L’objectif est de voir le texte arriver « avant la fin de l’année » en Conseil des ministres, a précisé le ministère de l’Economie à l’AFP.

Le gouvernement avait lancé en 2012 le chantier de la modernisation de la réglementation minière, après une controverse à propos des forages pétroliers de Shell au large de la Guyane. Cette réglementation, dont les fondations remontent à 1810, était accusé de sacrifier l’environnement sur l’autel du libéralisme.

Alors que l’ancien ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, avait affirmé qu’il serait déposé au Parlement à l’automne 2014, son élaboration a pris plus de temps que prévu.

Le futur code minier devra « mieux intégrer les principes de la charte de l’environnement », notamment dans la prise en compte des dégats miniers, « mieux prendre en compte dans les procédures la sécurité des travailleurs, la sécurité publique », « assurer aux activités minières le haut niveau de sécurité juridique qu’elles requièrent » et « démocratiser les procédures et les rendre plus transparentes », est-il précisé dans le communiqué.

Dans le cadre de la volonté de relancer l’industrie minière, le gouvernement envisageait aussi la création d’une Compagnie nationale des mines de France. Ce projet ne rentre pas dans le cadre du projet de loi et il n’y a pas aujourd’hui encore d’arbitrage ou d’annonce sur ce sujet là », a indiqué Bercy.

En parallèle, le gouvernement va bientôt lancer une autre consultation avec tous les acteurs impliqués dans les dossiers miniers (entreprises, ONG, associations, collectivités) pour élaborer une charte des bonnes pratiques de l’exploitation minière, afin de « changer l’image » de cette industrie, a annoncé Bercy.


Gaz de schiste: les permis de SWN Resources sont renouvelés - Acadie Nouvelle (Abonnement)

Google actu "Schiste" - mer, 18/03/2015 - 03:46

Acadie Nouvelle (Abonnement)

Gaz de schiste: les permis de SWN Resources sont renouvelés
Acadie Nouvelle (Abonnement)
FREDERICTON – Le ministère de l'Énergie et des Mines renouvelle les permis de recherche de gaz de schiste de SWN Resources. L'entreprise américaine devra cependant respecter le moratoire sur la fracturation hydraulique. SWN Resources détient ...

Shell n’a plus envie de poursuivre son projet de gaz de schiste en Afrique du Sud

Gaz de Schistes Provence - mer, 18/03/2015 - 00:48

source: Agence Ecofin

(Agence Ecofin) – Au moins trois situations en rapport à la gouvernance en Afrique du Sud, ont impacté le groupe énergétique anglo-néerlandais Royal Dutch Shell (Shell), qui a finalement annoncé lundi 16 mars 2015, qu’il se retirait de son projet d’exploration de gaz schiste, dans le bassin onshore (à l’intérieur du pays) de la localité de Karoo.

La première situation est liée à  la hausse de l’impôt sur les revenus qui est intervenue dans le cadre de la nouvelle loi des finances, entrée en vigueur depuis le 1er mars 2015. Rappelons que le gouvernement sud-africain est parvenu à faire passer le principe de la hausse des impôts, la première en 20 ans. Une mesure qui est assez controversée dans les milieux des investisseurs en Afrique du Sud, dans un contexte marqué par un recul des points de croissance, entamé depuis la crise financière mondiale de 2009.

La deuxième raison est le retard pris dans l’obtention de son permis d’exploration relatif à son projet. Le groupe attend depuis six ans d’avoir cette licence. « Le capital est constamment en quête d’opportunités d’investissement à des termes avantageux. Nous aurions au moins espéré obtenir la licence au bout de 36 mois », a fait savoir Bonang Mohale, le président du conseil d’administration de Shell Afrique du Sud.

La troisième situation est liée à la deuxième, c’est le blocage que constitue la question environnementale. Des activistes de l’économie verte et des propriétaires terriens, ont mis en avant le fait que le procédé d’exploration de gaz de schiste, était susceptible de dégrader profondément l’environnement.

A toutes ces situations légales, il faut surtout ajouter le fait que l’exploitation du gaz de schiste n’est plus rentable avec un baril de pétrole à moins de 60$. Or, depuis juin 2014, le prix de cette ressource a chuté à bien moins que cela sur le marché international, hypothéquant l’ensemble des projets liés au gaz ou au pétrole de schiste dans le monde.

La région de Karoo, selon des données du bureau américain des ressources minières, fait de l’Afrique du Sud le 8ème pays au monde en termes de ressources de schiste.

Idriss Linge


Gaz de schiste, révision de la Constitution : les confidences de Sellal - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - mar, 17/03/2015 - 22:36

TSA - Tout Sur l'Algérie

Gaz de schiste, révision de la Constitution : les confidences de Sellal
TSA - Tout Sur l'Algérie
Abdelmalek Sellal a rencontré le député islamiste du parti El Adala Hassan Aribi, ce mardi 17 mars, au Palais du gouvernement. La rencontre a duré une heure et demie. Le premier ministre lui a fait quelques confidences. « Le projet portant révision de ...

Pourquoi le gaz de schiste est une mauvaise solution - El Watan

Google actu "Schiste" - mar, 17/03/2015 - 11:06

El Watan

Pourquoi le gaz de schiste est une mauvaise solution
El Watan
Voici quelques questions-réponses tirées de rapports scientifiques et parlementaires sur le danger que représente l'exploitation de ce type de gaz. Qu'est-ce que le gaz de schiste ? C'est du gaz naturel emprisonné depuis des dizaines de millions d ...

Shell n'a plus envie de poursuivre son projet de gaz de schiste en ... - Agence Ecofin

Google actu "Schiste" - mar, 17/03/2015 - 04:39

Agence Ecofin

Shell n'a plus envie de poursuivre son projet de gaz de schiste en ...
Agence Ecofin
(Agence Ecofin) - Au moins trois situations en rapport à la gouvernance en Afrique du Sud, ont impacté le groupe énergétique anglo-néerlandais Royal Dutch Shell (Shell), qui a finalement annoncé lundi 16 mars 2015, qu'il se retirait de son projet ...
AFRIQUE DU SUD : Pretoria mis sous pression par ShellAfrica Intelligence (Abonnement)

3 autres articles »

La mobilisation citoyenne contre les projets de forages dans le Gros-de-Vaud prend de l'ampleur et s'organise.

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - lun, 16/03/2015 - 21:30
SUISSE : LA MOBILISATION CITOYENNE CONTRE LES PROJETS DE FORAGES DANS LE GROS-DE-VAUD PREND DE L'AMPLEUR ET S'ORGANISE

Ce mardi 3 mars 2015, ce sont plus de 55 personnes qui se sont réunies à Thierrens (VD) pour créer un collectif opposé à tout forage lié aux hydrocarbures, qu'il soit prospectif ou d'exploitation.

Les membres de « Halte aux forages Vaud » demandent l'interdiction pure et simple de toute exploration et exploitation touchant aux hydrocarbures, dans l'ensemble du canton.

Ceci vise aussi bien les demandes de forages de prospection du consortium PEOS-SEAG prévus dans le Gros-de-Vaud que le forage existant à Noville.

Une pétition et une campagne de sensibilisation de la population sont d'ores et déjà lancées. D'autres actions seront mises sur pied dans un proche avenir.

En effet, PEOS-SEAG, devenu entre temps eCORP Switzerland AG, a demandé l'autorisation de procéder à des forages prospectifs, en vue d'extraire du gaz conventionnel, dans les villages de Dommartin (commune de Montilliez), Sullens, Thierrens (commune de Montanaire) et Vuarrens.

Le moratoire actuellement en vigueur ne protège en rien contre ces forages, car il ne concerne que le gaz de schiste, et pourrait à tout moment être levé par le Conseil d'Etat.

Étant donné que les hydrocarbures ne peuvent être ni explorés, ni exploités sans mettre en péril nos ressources en eau potable et notre environnement, le collectif Halte aux forages Vaud demande aux autorités cantonales de ne pas entrer en matière et d'interdire la prospection et l'exploitation des gisements d'hydrocarbures dans le canton.

Les membres du collectif estiment que l'investissement dans les énergies fossiles ne fait que retarder les économies d'énergie, le développement et la production d'énergies renouvelables, qui doivent aujourd'hui constituer une priorité absolue.

Ils rejettent ainsi toute production supplémentaire d'énergies fossiles, qui rime avec l'émission de gaz à effets de serre dans l'atmosphère.

La pétition va dans ce sens, et une charte qui engage les membres du collectif a été approuvée par ces derniers.

Gageons que le collectif Halte aux forages Vaud n'a pas fini de faire parler de lui !

Contact :
www.gareauxforages.ch
[email protected]
Madeleine Pasche, 1410 Thierrens 021/905.32.97

SIGNEZ LA PÉTITION SUR AVAAZ

Département du territoire et de l'environnement (DTE), VD, Suisse : VAUD / Hydrocarbures : Halte aux forages d'exploration

"Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants et petits-enfants"

PÉTITION CITOYENNE À L'ATTENTION DES AUTORITÉS DU CANTON DE VAUD, ET PLUS PARTICULIÈREMENT DU DTE

NON aux explorations et exploitations d'hydrocarbures dans le Canton de Vaud !
Noville et Gros-de-Vaud, même combat : NON aux énergies sales !

La réalisation des projets en cours aurait (notamment) pour conséquences :
Un risque majeur de contamination de l'eau potable alimentant une grande partie des habitants du canton
Un risque important de pollution grave de l'air et du sol
Des émissions de gaz à effet de serre renforçant le réchauffement climatique
Des risques sismiques
Des nuisances sonores importantes dues aux travaux de forage et au trafic des poids lourds
Une dégradation de la qualité de vie et une perte importante de la valeur foncière des régions concernées
Un impact très négatif sur le paysage : bétonnage et fragmentation des territoires (densité pouvant aller jusqu'à 1 plateforme de forage tous les 2-4 km2 dans le Gros-de-Vaud)

Le collectif citoyen « Hydrocarbures – Halte aux forages Vaud » demande aux autorités du Canton de Vaud d'interdire tout forage d'exploration et d'exploitation d'hydrocarbures sur l'ensemble du territoire cantonal. Le gaz naturel ne peut être exploité en Suisse sans mettre en péril nos ressources en eau potable et notre environnement. Le moratoire sur le gaz de schiste actuellement en vigueur dans le canton ne constitue pas une protection suffisante, parce qu'il pourrait être annulé d'un jour à l'autre par le Conseil d'Etat.

Ne transmettons pas aux générations futures un sous-sol et des ressources en eau contaminés, ni un climat détraqué !

Elections départementales et traité transatlantique

Gaz de Schistes Provence - lun, 16/03/2015 - 10:50

Raoul Marc Jennar :// // // // //

A première vue, aucun rapport. Et c’est ce que pensent aussi la plupart des élus sortants que le gouvernement a pris soin de ne pas mettre au courant. Ni le PS. Ni les droites.

Et pourtant, le mandat européen de négociation avec les USA, que le gouvernement français a approuvé le 14 juin 2013 et dont il soutient la négociation en cours, est très précis. A quatre reprises, il indique que les départements seront visés :

4 « Les obligations de l’Accord engageront tous les niveaux de gouvernement. »

23. « Toutes les autorités et entités infranationales (comme les États ou les municipalités) devraient se conformer efficacement aux dispositions du chapitre de protection des investissements du présent Accord »

24. « L’Accord visera à accroître l’accès mutuel aux marchés publics à tous les niveaux administratifs (national, régional et local), et dans le secteur des services publics, couvrant les opérations pertinentes d’entreprises opérant dans ce domaine et assurant un traitement non moins favorable que celui accordé aux fournisseurs établis localement. »

27.« L’Accord sera obligatoire pour toutes les institutions ayant un pouvoir de régulation et les autres autorités compétentes des deux Parties.»

Il n’y a pas le moindre doute possible, les Départements seront soumis aux exigences des firmes américaines pour les investissements, pour les marchés publics, pour les réglementations.

Alors que la Constitution de la République accorde un pouvoir de réglementation aux collectivités territoriales (art. 72), celui-ci sera anéanti par le droit des firmes américaines d’introduire des actions contre les Départements devant une justice privée, le fameux mécanisme d’arbitrage sur le modèle de l’affaire Tapie.

Le gouvernement Valls, et en particulier Fabius et Fekl, peuvent raconter ce qu’ils veulent, nous savons qu’ils mentent, puisqu’ils donnent des instructions qui vont dans le sens d’une application complète du mandat de négociation.

Voter PS dimanche prochain, c’est voter l’abandon de l’Etat de droit, l’abandon de la souveraineté populaire, la soumission aux firmes américaines. Pour offrir le marché américain à quelques entreprises françaises du CAC 40, le gouvernement est prêt à brader les intérêts fondamentaux du peuple français.

Il faut choisir des candidats qui sont résolument opposés à ce projet de traité transatlantique, qui ne s’allient pas au PS et qui ne sont pas à droite, ni à l’extrême-droite, car celle-ci n’offre aucune garantie de combattre les entreprises du CAC40 qui poussent à cet accord.

Extrait de l’article 72 de la Constitution :

« Les collectivités territoriales ont vocation à prendre les décisions pour l’ensemble des compétences qui peuvent le mieux être mises en œuvre à leur échelon. Dans les conditions prévues par la loi, ces collectivités s’administrent librement par des conseils élus et disposent d’un pouvoir réglementaire pour l’exercice de leurs compétences. »

rmj


Le débat sur les tribunaux d’arbitrage s’installe aux Etats-Unis

Gaz de Schistes Provence - lun, 16/03/2015 - 08:06
L’ISDS en bref :

L’investor-state dispute settlement, présent dans de nombreux accords internationaux d’investissement, instaure des tribunaux d’arbitrage afin de protéger les entreprises d’abus de droit perpétrés par les Etats où elles s’installent. Dans la pratique, plusieurs décisions ont tendu à remettre en cause les législations environnementales, sociales ou sanitaires des Etats qui allaient à l’encontre des intérêts de certaines entreprises. L’Allemagne a ainsi été attaquée pour avoir décidé de sortir du nucléaire, et l’Australie pour sa politique antitabac.

Jusqu’à présent, peu de voix émergeaient outre-Atlantique pour dénoncer ce mécanisme qui, il est vrai, a plutôt bénéficié aux Etats-Unis (qui n’ont perdu aucun des treize arbitrages ISDS soulevés contre eux à ce jour, et dont les multinationales sont les principales utilisatrices à l’étranger).

Le 25 février, ce paradigme a volé en éclat après la publication dans le Washington Post d’une tribune d’un poids lourd de la gauche américaine. La sénatrice Elizabeth Warren, figure montante et candidate potentielle à l’investiture démocrate pour la prochaine présidentielle, appelle au retrait de ce mécanisme du futur traité transpacifique, un autre accord géant de libre-échange que les Etats-Unis négocient avec une dizaine de pays du pourtour pacifique en parallèle au traité transatlantique.

Son argumentaire reprend la principale critique répétée depuis des mois par les opposants européens à l’ISDS : ce mécanisme mettrait en danger la souveraineté des Etats-Unis, en permettant à des multinationales étrangères de contester le bien-fondé des décisions du gouvernement fédéral « sans même passer devant une cour américaine ». L’élue démocrate met également en question l’indépendance des arbitres amenés à statuer sur les cas d’ISDS, qui peuvent se retrouver juges un jour après avoir défendu une entreprise ou un Etat la veille.

Pour la sénatrice Warren, la confiance affichée par les Américains devant l’arbitrage d’investissement est illusoire : « avec l’explosion du nombre de cas d’ISDS […] ce n’est qu’une question de temps avant que [ce mécanisme] ne cause de sérieux dégâts » aux Etats-Unis, écrit-elle.

Elizabeth Warren, bien connue pour ses prises de position critiques à l’égard des négociations commerciales, et qui s’affiche aux côtés de l’ONG Public Citizen, n’est pas isolée dans son camp. En décembre 2014, sept autres parlementaires démocrates (deux sénateurs et cinq représentants) s’étaient joints à elle pour demander à Barack Obama l’abandon de l’ISDS dans les négociations transpacifiques. A la mi-février, treize représentants démocrates ont également déposé à la Chambre une proposition de loi visant à interdire l’inclusion de telles clauses dans les futurs traités signés par Washington.

La Maison Blanche répond

Si, contrairement aux sociaux-démocrates européens, le Parti démocrate américain n’a jamais pris collectivement position sur le sujet, la question commence à agiter sérieusement le débat public américain. En témoigne l’inhabituelle couverture médiatique qui a suivi la tribune d’Elizabeth Warren, mais surtout la mise au point publiée dans la foulée par la Maison Blanche sur son blog.

« L’ISDS ne menace pas la souveraineté américaine, y assure Jeffrey Zients. La réalité est que l’ISDS ne peut pas forcer des pays à changer une loi ou une régulation. » Le conseiller économique de Barack Obama développe alors une argumentation défensive proche de celle de la Commission européenne, en expliquant que les principales dérives du mécanisme seront prévenues par les « garde-fous » exigeants négociés par les Etats-Unis.

Il reprend un par un les exemples de cas d’ISDS célèbres cités par Elizabeth Warren (Veolia contestant la mise en place d’un salaire minimal en Egypte, Vattenfall réclamant réparation après la sortie du nucléaire en Allemagne…), en tentant de démontrer que ces cas ne pourraient se produire aux Etats-Unis, ou que les tribunaux n’ont pas encore rendu leur verdict – ce qui est vrai. Avant de conclure par un argument d’autorité, que l’on peut résumer ainsi : les Etats-Unis à eux seuls ne pourront revenir sur les 3 000 traités bilatéraux à ISDS existant dans le monde ; il est donc illusoire de vouloir mettre un terme à ce mécanisme, et mieux vaut travailler à l’améliorer dans le cadre du traité transpacifique.

C’est exactement la position que défendait la Commission européenne pendant des mois sur le traité transatlantique, avant que l’Allemagne et la France montent au créneau pour la contraindre à changer de stratégie. Il est encore trop tôt pour savoir si l’administration américaine sera soumise à la même pression, mais ces récents développements sonnent en tout cas comme une bonne nouvelle pour les adversaires de l’ISDS, qui est désormais combattu des deux côtés de l’Atlantique.

Maxime Vaudano


Le gaz de schiste enflamme le sud de l'Algérie - Orient XXI

Google actu "Schiste" - lun, 16/03/2015 - 07:04

Orient XXI

Le gaz de schiste enflamme le sud de l'Algérie
Orient XXI
Plus de deux mois de mobilisation contre l'exploitation du gaz de schiste, et la population d'In Salah, soutenue par une coalition de partis d'opposition ne recule pas. En face, le gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika, mis en difficulté, affiche une ...
DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à OuarglaTSA - Tout Sur l'Algérie
Gaz de schiste: le Grand sud renoue avec la protestaalgerie-focus.com
Algérie Nouveau rassemblement contre le gaz de schisteL'Humanité
atlasinfo.fr -El Moudjahid -Al Huffington Post
25 autres articles »

L'opposition s'est jointe à la mobilisation des manifestants : Rejet du ... - El Watan

Google actu "Schiste" - dim, 15/03/2015 - 12:02

L'opposition s'est jointe à la mobilisation des manifestants : Rejet du ...
El Watan
Des citoyens venus de plusieurs régions du pays, des manifestants antigaz de schiste, des membres de la CLTD, de la CNDDC et d'associations se sont rassemblés, hier à Ouargla, pour dénoncer l'exploitation de gaz de schiste et commémorer l'historique ...

Rejet du gaz de schiste à Ouargla - El Watan

Google actu "Schiste" - dim, 15/03/2015 - 11:07

algerie-focus.com

Rejet du gaz de schiste à Ouargla
El Watan
Des citoyens venus de plusieurs régions du pays, des manifestants antigaz de schiste, des membres de la CLTD, de la CNDDC et d'associations se sont rassemblés, hier à Ouargla, pour dénoncer l'exploitation de gaz de schiste et commémorer l'historique ...
DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à OuarglaTSA - Tout Sur l'Algérie
Gaz de schiste: le Grand sud renoue avec la protestaalgerie-focus.com
OUARGLA : Protestation contre le projet de gaz de schisteEl Moudjahid
atlasinfo.fr -L'Expression -MAGHREB EMERGENT
22 autres articles »

Gaz de schiste: le Grand sud renoue avec la protesta

Gaz de Schistes Provence - dim, 15/03/2015 - 00:56

source: Algérie focus

Par Yacine Omar | mars 14, 2015 5:41

 

 

 

 

Ce samedi 14 mars, le Grand sud a, de nouveau, vibré au rythme des manifestations anti-gaz de schiste. Des rassemblements et des marches ont ainsi été organisés dans plusieurs villes sahariennes.

Après environ deux semaines de léthargie provoquée par les affrontements de fin février dernier, les manifestations anti-gaz de schiste ont repris de plus belle ce samedi. En effet, plusieurs villes du Grand sud ont abrité des rassemblements et des marches ayant drainé des foules nombreuses de citoyens opposés à l’exploitation du gaz de schiste.

La manifestation la plus importante a incontestablement eu lieu à Ouargla, où des milliers de manifestants, dont des acteurs de la Coordination nationale pour les libertés démocratiques (CNLTD), se sont rassemblés sur la place située devant le siège de l’APC. Des militants anti-gaz de schiste, contactés par nos soins, estiment le nombre de manifestants à “plus de 3000 personnes”. Ainsi, Ouargla a, pour le première fois, volé la vedette à In Slah, ville emblématique du mouvement anti-gaz de schiste. Mais cette délocalisation du “coeur” des manifs d’In Salah vers Ouargla est loin d’être le fait du hasard. “Nous avons délibérément procédé ainsi afin d’atténuer la pression sur nos frères d’In Salah, après ce qu’ils ont enduré depuis le début du mouvement (fin décembre dernier, NDLR) et particulièrement depuis les récents affrontements”, explique un activiste anti-gaz de schiste.

Le cœur battant des manifestations anti-gaz de schiste, In Salah, a, elle aussi, été au rendez-vous. Plusieurs centaines de citoyens se sont rassemblés, dans la matinée, sur la “Place de la résistance (Somoud)”. A l’issue du rassemblement, les manifestants ont décidé “à l’unanimité” de reprendre leur sit-in permanent sur l’esplanade du siège de la daïra, suspendu au lendemain des émeutes sus-citées, apprend-on de sources locales. ” Au cours du rassemblement, les manifestants ont renouvelé leur détermination. Les intervenants ont réitéré nos principales revendications qui se résument en l’arrêt des forages, l’instauration d’un moratoire, la mise en place d’une commission de suivi indépendante ainsi que le lancement d’un débat national public sur le gaz de schiste”, affirme un militant d’In Salah, fortement impliqué dans le mouvement. A l’issue du rassemblement, les citoyens d’In Salah ont organisé une marche à travers les artères de la ville, scandant des slogans hostiles au pouvoir et anti-gaz de schiste.

Des rassemblements de protestation ont également été organisés à travers d’autres villes du sud, notamment à Tamanrasset, Adrar, Reggane et Tinerkouk, selon plusieurs sources concordantes.


Algérie: Des manifestants marchent pacifiquement contre le gaz de ... - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - sam, 14/03/2015 - 21:23

Algérie: Des manifestants marchent pacifiquement contre le gaz de ...
MAGHREB EMERGENT
Plusieurs slogans ont été scandés, lors de cette marche pacifique, protestant contre l'exploration de cette énergie non conventionnelle, à l'instar de "Pas d'abdication jusqu'à l'obtention de l'arrêt du projet de gaz de schiste", "Si nous perdons l'eau ...

et plus encore »

Gaz de schiste: le Grand sud renoue avec la protesta - algerie-focus.com

Google actu "Schiste" - sam, 14/03/2015 - 18:42

algerie-focus.com

Gaz de schiste: le Grand sud renoue avec la protesta
algerie-focus.com
Ce samedi 14 mars, le Grand sud a, de nouveau, vibré au rythme des manifestations anti-gaz de schiste. Des rassemblements et des marches ont ainsi été organisés dans plusieurs villes sahariennes. Après environ deux semaines de léthargie provoquée ...
DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à OuarglaTSA - Tout Sur l'Algérie
OUARGLA : Protestation contre le projet de gaz de schisteEl Moudjahid
Algérie : un grand rassemblement anti-gaz de schiste à Ouargla ...atlasinfo.fr
MAGHREB EMERGENT -Al Huffington Post
17 autres articles »

DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à Ouargla - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - sam, 14/03/2015 - 12:16

algerie-focus.com

DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à Ouargla
TSA - Tout Sur l'Algérie
Les responsables de l'opposition se succèdent à la tribune pour apporter leur soutien aux anti-gaz de schiste. 10h00. Tahar Belabbas, figure du mouvement des chômeurs : « On salue l'opposition et on lui dit qu'on est prêt à aller loin avec elle. Plus ...
Gaz de schiste: le Grand sud renoue avec la protestaalgerie-focus.com
Algérie : un grand rassemblement anti-gaz de schiste à Ouargla ...atlasinfo.fr
Un rassemblement pacifique de plusieurs centaines de personnes ...MAGHREB EMERGENT
Al Huffington Post -Le temps d'Algérie -L'Expression
4 autres articles »

DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à Ouargla - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - sam, 14/03/2015 - 11:49

TSA - Tout Sur l'Algérie

DIRECT. Manifestation anti-gaz de schiste à Ouargla
TSA - Tout Sur l'Algérie
Les responsables de l'opposition se succèdent à la tribune pour apporter leur soutien aux anti-gaz de schiste. 10h00. Tahar Belabbas, figure du mouvement des chômeurs : « On salue l'opposition et on lui dit qu'on est prêt à aller loin avec elle. Plus ...
Abonnez-vous à notre Newsletteralgerie-focus.com

3 autres articles »

Domaine la Tourraque : schiste et choc - Libération

Google actu "Schiste" - ven, 13/03/2015 - 19:26

Domaine la Tourraque : schiste et choc
Libération
Il faut savoir se perdre pour raconter un vin. Comme cet après-midi silencieux où l'on va flânant, le nez au vent, du côté du golfe de Saint-Tropez. Un blanc soleil de mars délave l'azur du ciel au-dessus d'une mer émeraude sombre qui charrie des ...

David Cameron et ses gisements, où en est la législation sur le gaz ... - Mediapart

Google actu "Schiste" - ven, 13/03/2015 - 18:14

David Cameron et ses gisements, où en est la législation sur le gaz ...
Mediapart
A la veille des élections générales au Royaume-Uni, l'exploration du gaz de schiste ne cesse de faire la une des grands journaux nationaux. Ces dernières années, le gouvernement Cameron n'a eu de cesse d'assouplir la législation afin de rester le ...

et plus encore »
Syndiquer le contenu