Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

THE LAST DROP, a new short film by Josh Fox


Un court-métrage de Josh Fox "The Last Drop" d'une dizaine de minutes. On y voit une plantation d'érables rasée pour faire passer un nouveau gazoduc. Les arbres avaient plus de 200 ans. 

The Last Drop, c'est la dernière goutte de sirop d'érable, produite dans cette érablière. Un groupe d'activistes décident d'offrir cette dernière goutte, avec des pancakes, aux employés de la FERC (l'organisme fédéral régulateur en matière d'énergie). C'est la FERC qui a pris en charge l'abbatage des érables, soutenus par des policiers armés de fusils d'assaut. 

Le mot d'ordre de la manifestation: "Des pancakes, pas de pipeline". 


isa77_Jouarre's insight:

à voir, un court métrage émouvant. On y voit des arbres deux fois centenaires être abattus sous la surveillance d'hommes armés… Des fois que les érables se rebiffent…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Les méfaits de la fracturation hydraulique aux États-Unis


12.04.16. - Aux États-Unis, dans les États du centre, l’US Geological Survey a constaté un nombre croissant de secousses sismiques qu’il attribue « très probablement » à l’exploitation inappropriée des gaz et pétrole de schiste.

L’Oklahoma, grand État du centre des États-Unis habituellement calme géologiquement malgré un séisme naturel de 5,7 en 2011, connaît depuis plusieurs années de légers séismes. Mais depuis 2013, ces tremblements de terre tendent à être plus fréquents et plus intenses.

De trois séismes par an à trois par jour

En 2015, le Service géologique américain (USGS) a détecté 900 séismes d’une magnitude supérieure à 3 sur l’échelle de Richter. Soit deux et demi par jour, ou encore 300 fois plus qu’en 2010 ! En janvier dernier, deux séismes ont causé des dégâts mineurs (murs fissurés et fenêtres désaxées) tout en étant d’une magnitude de 4,7 et 4,8.

« De trois séismes par an, on est passé à trois par jour », explique Todd Halihan, professeur de géologie à l’université d’Oklahoma, pour qui ces séismes sont causés par l’exploitation du sous-sol de la région qui, par ailleurs, représente 20 % des emplois locaux.

Modifier la pression sur les lignes de faille

La fracturation hydraulique est fortement suspectée par une majorité de scientifiques. Lors de l’exploitation de puits pouvant descendre jusqu’à 1500 m de profondeur, on injecte de l’eau à haute pression (80-100 bars) mélangée à du sable et à des additifs (épaississants).

Normalement, en Europe, pour éviter toute pollution, l’eau « sale » qui remonte, chargée de gaz ou de pétrole, est traitée et réutilisée. Aux États-Unis par contre, « elle est enfouie en profondeur et, outre le risque de polluer les nappes phréatiques, elle modifie la pression sur les lignes de faille, causant des glissements qui font trembler la terre », explique George Choy, sismologue à l’USGS.

Le risque d’une forte secousse

« Les géologues américains divergent à propos de la cause des séismes induits par la réinjection des eaux usées, explique François-Henri Cornet, géophysicien à l’université de Strasbourg. Pour certains, cela est dû au volume excessif d’eau réinjectée. Tandis que pour d’autres, cela est dû au débit auquel on l’injecte ».

« Il y a une forte chance que l’Oklahoma soit confronté à une forte secousse »,estime Daniel Mac Namara, de l’USGS, qui craint particulièrement pour le centre de stockage de pétrole brut de Cushing, considéré comme une infrastructure stratégique nationale. Après un déni des autorités locales, le pouvoir fédéral a demandé début mars aux industriels de « réduire de manière substantielle la quantité de rejets industriels enfouis dans le sol ».


isa77_Jouarre's insight:

L'auteur de l'article écrit : “Normalement, en Europe, pour éviter toute pollution, l’eau « sale » qui remonte, chargée de gaz ou de pétrole, est traitée et réutilisée.

Et non!! ce n'est pas possible. On ne peut pas dépolluer cette “eau sale qui remonte”. Cette eau n'est pas uniquement chargée de gaz ou de pétrole, ce serait trop simple. Elle est aussi chargée de produits pas injectés au départ mais qui se sont formés grâce à la conjonction de la chaleur [dans le sous-sol] et de la pression [de la fracturation hydraulique].

Voir les contributions d'André Picot à ce sujet… 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le géant américain du schiste obligé d’emprunter pour ne pas couler

12.04.16. - La société américaine Chesapeake Energy a été obligée d’hypothéquer presque toutes ses réserves pour obtenir une ligne de crédits chargée de sauver ce géant du pétrole et du gaz de schiste. Les bas prix du pétrole qui caractérisent la dynamique des marchés ces derniers mois semblent en être la raison principale.

Chesapeake Energy qui est un des leaders du marché du pétrole et du gaz de schiste américains a informé le gendarme de la bourse (Securities and Exchange Commission) qu'elle avait transmis à ses créanciers la plupart de ses réserves, annonce l'agence Bloomberg.

Les créanciers de Chesapeake Energy, les banques MUFG Union Bank et Wells Fargo Bank Securities ont reçu 90% des gisements prouvés de gaz appartenant à la société, ainsi que la plupart de ses bâtiments d'affaires, de ses fonds et de ses titres en tant que garanties financières pour régler l'emprunt s'élevant à quatre milliards de dollars.

 

Lors des négociations, les créanciers sont parvenus à un accord pour atténuer les conditions du crédit qui devrait être réglé en 2019. Chesapeake Energy a également réussi à ajourner à juin 2017 l'évaluation des stocks à sa disposition, évaluation dont les chiffres de la ligne de crédits dépendent directement. Plus précisément, la société est désormais obligée d'avoir une trésorerie d'un montant minimum de 500 millions de dollars.

Selon l'analyste de Citigroup, Marissa Moss, citée par l'agence Bloomberg, l'accord entre Chesapeake Energy et ses créanciers donnera du temps à la société pour qu'elle puisse se décharger des effets négatifs liés aux bas prix des énergies fossiles. Selon l'analyste, la société sera également obligée d'engager un crédit supplémentaire pour régler ses obligations pour 2017 et 2018.


isa77_Jouarre's insight:

La situation de Chesapeake relayée par l'agence de presse russe…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Et les shadocks pompaient ...

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mar, 12/04/2016 - 21:23
UN PRÉSENTATEUR DE « C DANS L'AIR » TRAVAILLE AUSSI POUR TOTAL

Thierry Guerrier est le présentateur occasionnel de l'émission phare de France 5, C dans l'air. Il est aussi rémunéré tous les mois pour le travail qu'il effectue pour le groupe Total. Une double activité impensable ? Dans les faits, elle dure pourtant depuis environ trois ans. Le cas est emblématique de la stratégie offensive du groupe pétrolier, du peu de scrupules d'un grand nombre de journalistes qui contreviennent à la charte déontologique de la profession. Et du manque de vigilance des médias face à ce type de situations.

Selon Médiapart, Thierry Guerrier travaille depuis 1012 pour Total, notamment sur un nouveau site mis en place par le groupe : politiques-energetiques.com. fait des interviews pour le journal papier. Il anime des débats pour le site. Il dispose d'un bureau au 43e étage de la tour Total, d'une adresse mail et d'une ligne fixe téléphonique.

Le problème est qu'en juillet 2013, Thierry Guerrier reprend un rôle de joker pour C dans l'air, tout en continuant à travailler pour Total. Dans le jargon journalistique, c'est ce qu'on appelle des « ménages » : mettre sa notoriété au service d'une entreprise privée ou d'une institution.

C dans l'air est une émission de débats sur l'actualité avec plusieurs invités, qui se veut pédagogique et équilibrée. Elle réunit entre 10 et 17 % des téléspectateurs devant leur poste. Elle détient même le record d'audience de la chaîne, avec un pic à près de 2,5 millions de téléspectateurs en 2015. Produite par la société de Jérôme Bellay Maximal Productions (groupe Lagardère), elle constitue depuis le début des années 2000 la vitrine de la chaîne, en dépit de critiques récurrentes sur son orientation éditoriale conservatrice ou encore en raison du peu de femmes invitées.

Il n'est pas rare que l'émission aborde des thématiques touchant au climat, à l'énergie, à la géopolitique (comme cette émission présentée cet été par Thierry Guerrier et appelée « Obama, premier président vert ? »). Des thématiques qui ne peuvent laisser Total indifférent.

La charte de déontologie des journalistes prohibe ce genre d'activités.
À France 5, on se montre gêné par la situation de Thierry Guerrier.

Thierry Guerrier a également travaillé en 2015 pour le compte de LCP (La chaîne parlementaire), elle aussi financée par des fonds publics. Il animait « Causes communes », un module dans lequel il interviewait des hommes politiques sur des questions locales.

Pour le journal de Total, Thierry Guerrier interviewe régulièrement les dirigeants du groupe. Mais ces échanges peuvent se retrouver ailleurs, comme cet hiver dans la revue Politique internationale. On y trouve une interview de Patrick Pouyanné, PDG de Total, par celui qu'il paie indirectement tous les mois, Thierry Guerrier, présenté dans la revue comme « journaliste ».

Le groupe pétrolier se paie des compétences, mais aussi, une possible influence, même s'il la minimise. Il y a quelques semaines, on apprenait, par Libération, que Michel Aubier, chef du service de pneumologie-allergologie de l'hôpital Bichat, s'exprimant régulièrement sur les risques liés au diesel, était également médecin-conseil auprès du groupe pétrolier.

La problématique est assez proche. Un médecin payé par un groupe pharmaceutique peut-il se montrer indépendant et complètement libre quand il siège dans une commission ou donne un avis d'expert ? La question se pose-t-elle différemment pour un journaliste ?

Bien évidemment, Total ne s'arrête pas là dans sa politique de communication, et imagine des solutions alternatives à la publicité bête et méchante. Le groupe pétrolier a financé des forums de Libération, du Nouvel Observateur ou encore de Challenge, à hauteur de 20 000 à 30 000 euros. En échange, des dirigeants du groupe participent aux débats organisés et peuvent faire valoir leurs opinions.

Nous avons par ailleurs découvert que Total se payait la page Énergie et Climat du groupe BFM.
La plupart des contenus éditoriaux sont rédigés en partenariat. À tel point que sur certains sujets, il n'est pas écrit « Total Partenaire », mais « BFM Partenaire ». Ce qui montre bien qui a la main sur la page.

Thierry Guerrier lui-même n'a pas attendu l'offre de Total pour arrondir ses fins de mois auprès d'entreprises privées.

Parmi les nombreux employeurs mentionnés sur le CV, on trouve, outre Total, HSBC, Suez, le Medef, Pernod Ricard ou encore le LEEM (le syndicat des laboratoires pharmaceutiques). Parmi tant d'autres. Ces dernières années, on retrace en quelques clics sur Internet des dizaines d'interventions qui vont du Syndicat national des résidences de tourisme aux métiers de la boulangerie en passant par le lobby des dentistes, pour lequel il a participé à un module « C'est ma santé » lors d'une convention : un titre trop proche de ceux utilisés par France 5 pour ne pas accroître la confusion des genres. En dépit de sa proximité avec Total, Thierry Guerrier a été choisi pour animer un débat sur le changement climatique préalable à la COP21, au ministère des affaires étrangères, sous le haut patronage de l'Élysée.

Thierry Guerrier refuse de parler de ses rémunérations, « un sujet privé ». Mais il conseille surtout de s'intéresser aux autres journalistes qui cachetonnent un peu partout. Il est vrai qu'il suffit d'aller sur des sites de mise en relation des entreprises avec des journalistes pour s'apercevoir que la pratique de l'animation de débats est plus que répandue, cette conception du journalisme très partagée.

Lire l'article de Michaël Hajdenberg sur Médiapart

Le géant américain du schiste obligé d'emprunter pour ne pas couler - Sputnik France

Google actu "Schiste" - mar, 12/04/2016 - 21:08

Sputnik France

Le géant américain du schiste obligé d'emprunter pour ne pas couler
Sputnik France
La société américaine Chesapeake Energy a été obligée d'hypothéquer presque toutes ses réserves pour obtenir une ligne de crédits chargée de sauver ce géant du pétrole et du gaz de schiste. Les bas prix du pétrole qui caractérisent la dynamique des ...

An investor enquiry: how much big oil spends on climate lobbying


08.04.16. - We are a neutral and independent UK-based non-profit whose remit is to map, analyze and score the extent to which corporations are influencing climate policy and legislation worldwide.

Investors are interested in the use of shareholder funds by corporations to delay and obstruct climate legislation. So far in 2016 alone, there have been over 15 shareholder resolutions filed by investors in the US with fossil fuel companies on the issue of influence over climate policy. We attempt to gain an order of magnitude estimate of a few, key representative oil and gas companies and trade associations to give investors and and other interested parties a feel for the amounts of shareholder funds being used for this purpose. We find, estimating conservatively, that these five entities spent almost $115m per year combined on obstructive climate influencing activites, with the bulk by the American Petroleum Institute ($65m), ExxonMobil ($27m) and Shell ($22m).

Extrapolated over the entire fossil fuel and other industrial sectors beyond, it is not hard to consider that this obstructive climate policy lobbying spending may be in the order of $500m annually.


isa77_Jouarre's insight:

500 millions de dollars dépensés annuellement pour soutenir le lobbies anti-réchauffement climatique…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Trying to Put a Price on Big Oil's 'Climate Obstruction' Efforts


07.04.16. - Oil giants and trade groups spend an estimated $115 million per year blocking climate policies.


isa77_Jouarre's insight:

Les très grosses entreprises pétrolières américaines ont dépensé 114 millions de dollars par an pour bloquer la prise en compte du réchauffement climatique. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Tell Obama: Declare Climate Emergency, Ban Oil Exports


The end-of-year budget deal passed by Congress and signed into law by President Obama contains a provision that repeals the 40-year-old ban on the export of crude oil. Politicians beholden to oil companies gained this stunning giveaway to the world's richest corporations through last-minute, behind-closed-doors political horse-trading because it's such a terrible idea that it could never have passed on its own.

If oil companies continue to get their way, lifting the ban will increase domestic oil production by more than 3 million barrels a day, according to a recent estimate by the Center for American Progress. As a result the United States would sacrifice more than 100 square miles of land a year to drilling and oil infrastructure and face risks from the annual transport of enough oil to fill 4,500 fire-prone rail tank cars.

Our planet would also suffer the release of more than 500 million tons of additional carbon pollution per year. That's equivalent to building about 135 dirty coal-fired power plants or putting 100 million new passenger cars on the road.


isa77_Jouarre's insight:

Une pétition pour demander au président Obama d'interdire les exportations américaines de pétrole [de schiste]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

S.Royal appliquera un moratoire sur les permis de recherche d'hydrocarbures en Méditerranée

08.04.16. - La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a décidé d'appliquer un moratoire "immédiat" sur les permis de recherches d'hydrocarbures en Méditerranée, entre autres mesures présentées vendredi lors de la deuxième conférence nationale sur la transition écologique de la mer et de l'océan.

"Compte tenu des conséquences dramatiques susceptibles d'affecter l'ensemble de la Méditerranée en cas d'accident de forage pétrolier, Ségolène Royal décide d'appliquer un moratoire immédiat sur la recherche d'hydrocarbure en Méditerranée, à la fois dans les eaux territoriales de la France et dans la zone économique exclusive (plateau continental)", selon un communiqué transmis à l'AFP.

"Elle demandera l'extension de ce moratoire à l'ensemble de la Méditerranée dans le cadre de la convention de Barcelone sur la protection du milieu marin et du littoral méditerranéen", est-il précisé dans le texte.

La conférence réunissait pour la deuxième fois, vendredi matin, l'ensemble des acteurs concernés par la mer, des ONG aux groupements économiques en passant par des instituts de recherche. La première édition, en août 2015, avait débouché sur la définition de dix "actions" en faveur de la croissance bleue.

Ségolène Royal avait déjà déclaré lors d'un débat parlementaire en janvier que toute nouvelle demande de permis de recherches d'hydrocarbures serait refusée en France, en accord avec la loi de transition énergétique qui prévoit une baisse de la consommation des énergies fossiles.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Ségolène Royal ne veut plus de recherches d’hydrocarbures en Méditerranée


09.04.16. - La ministre de l’écologie va appliquer un moratoire « immédiat » sur les permis de recherche d’hydrocarbures dans les eaux françaises.

Le pétrole est vraiment devenu indésirable en Méditerranée. Ségolène Royal l’avait déjà laissé entendre. Vendredi 8 avril, elle a saisi l’occasion de la deuxième conférence nationale de l’océan pour l’affirmer à nouveau avec force. La ministre de l’environnement a annoncé un « moratoire immédiat sur la recherche d’hydrocarbures en Méditerranée », compte tenu des « conséquences dramatiques »que pourrait avoir un accident dans cette mer quasi fermée. « Je n’accorderai plus aucun permis d’exploration, ni dans les eaux territoriales, ni sur le plateau continental », a-t-elle insisté.

Les eaux du sud de la France font actuellement l’objet de deux demandes de prospection de compagnies britanniques. La société Melrose, qui voulait explorer les fonds marins à une trentaine de kilomètres des côtes des Bouches-du-Rhône et du Var, avait demandé le renouvellement du permis Rhône-Méditerranée, ce que le gouvernement lui a refusé par deux fois. Mais l’affaire, qui est passée devant le Conseil d’Etat en décembre 2014, n’est toujours pas close sur le plan juridique. Une autre requête, Rhône-Est maritime, déposée par Panoceanic Energy Limited, était également en cours d’instruction par le gouvernement. L’annonce de la ministre devrait a priori la stopper.

Mme Royal n’a pas évoqué les militants écologistes qui ont tout mis en œuvre pour perturber la rencontre des grandes compagnies pétrolières et gazières à Pau (Pyrénées-Atlantiques), à l’occasion dusommet Marine, Construction and Engineering sur le pétrole offshore et le forage en eau profonde du 5 au 7 avril. Son annonce sonne néanmoins comme une réponse à leurs préoccupations.

La ministre veut entraîner les autres pays riverains au nom de la protection de la Méditerranée, inscrite dans la convention de Barcelone. Il va lui falloir une grande force de persuasion. L’Italie, en particulier, a accordé des dizaines de permis d’exploitation du côté de l’Adriatique. Selon le rapport « MedTrens » publié en janvier par le WWF, le Fonds mondial pour la nature, les zones attribuées pour l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures, ou faisant l’objet d’appels d’offres, représenteraient 21 % de la surface de la Méditerranée. Et la production semble appelée à fortement progresser.

Ailleurs dans son immense domaine maritime – 11 millions de kilomètres carrés –, la France a d’autres permis actifs ou en attente d’un renouvellement. C’est le cas dans le golfe de Gascogne, au large de la Bretagne, des côtes de Guyane, dans le canal du Mozambique. Dans cette partie de l’océan Indien, Ségolène Royal n’était pas pressée de répondre aux deux compagnies South Atlantic Petroleum et Marex Petroleum, désireuses de forer dans les eaux de Juan de Nova, un îlot corallien français des îles Eparses, mais le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion l’y a contrainte en septembre 2015. Elle a dû se résoudre à leur accorder une concession.




isa77_Jouarre's insight:

Un moratoire qui ne coûte pas bien cher…

Un permis déjà refusé par deux fois, un autre en cours d'instruction.

On est encore loin du refus complet des permis de recherche d'hydrocarbures annoncé par la ministre en début d'année… 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

En Algérie, la bataille du peuple contre le gaz de schiste ne faiblit pas


09.04.16. - Alors que Manuel Valls se rend en Algérie les 9 et 10 avril, le mouvement populaire contre le gaz de schiste est toujours vigoureux. Il y a un an, la recherche de gaz de schiste avait embrasé le sud du pays. Le bas prix du pétrole a conduit à suspendre les travaux, mais les multinationales et Total restent à l’affût.
C’est une information qui a été publiée en catimini. En janvier dernier, la Sonatrach, la compagnie algérienne d’hydrocarbures, a annoncé la suspension de l’exploration du gaz de schiste à In Salah, dans le Sahara. En cause ? La chute récente du prix du baril de pétrole (à moins de 40 $) a entrainé une chute de revenus pour la compagnie nationale, provoquant une politique d’austérité sans précédent en Algérie. Selon les informations du quotidien arabophone El Khabar (et traduites ici par le HuffingtonPost Maghreb : « Sonatrach ne peut plus faire face aux dépenses qu’engendrent ces travaux d’exploration coûteux. Au moment du lancement des explorations en 2014, le prix du baril n’était pas loin des 100 dollars. » Le début de l’exploration avait suscité une vague d’opposition citoyenne dans le Sud algérien durant les premiers mois de 2015. Et les militants antigaz de schiste algériens, qui demandent un moratoire depuis un an, ne croient pas à l’abandon total de l’exploration. […]

Total s’était retiré de tout projet d’exploration du gaz de schiste dans le Sahara au début de la contestation, l’année dernière. Les opposants au gaz de schiste soupçonnaient alors la compagnie française de reculer pour mieux avancer en attendant d’expérimenter des techniques de substitution à la fracturation hydraulique. Le dossier, surveillé de très près par les autorités des deux côtés de la Méditerranée, pourrait être au menu des discussions discrètes dans les salons cossus de la Présidence algérienne lors de la visite officielle de Manuel Valls et d’une escouade de ministres ce week-end du 9 et 10 avril.

 

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Découverte d’un gisement de gaz naturel au Kef [Tunisie]


11.04.16. - Une entreprise étrangère a fait la découverte d’une quantité de gaz naturel dans la région de Boumeftah, au gouvernorat du Kef.

C’est ce qu’a annoncé le directeur général de l’énergie et des mines, Ridha Bouzouada, dimanche 10 avril 2016, à l’occasion de la visite effectuée par le ministre de l’Energie et des mines, Mongi Marzouk, dans ce gouvernorat frontalier avec l’Algérie.

L’entreprise étrangère en question, dont le nom n’a pas été indiqué, a refermé le puits foré après la fin du délai légal du permis qui lui avait été accordé, sans déterminer la quantité de gaz découvert, a précisé M. Bouzouada, cité par l’agence Tap, ajoutant que le permis sera renouvelé à ladite entreprise afin qu’elle puisse effectuer les études nécessaires pour évaluer les possibilités d’exploitation.

Des opérations d’exploration et des forages ont également été effectuées dans la région de Tajerouine, mais leurs résultats de sont avérés négatifs, a encore précisé M. Bouzouada, ajoutant qu’un important projet est en cours de réalisation pour l’approvisionnement en gaz naturel du gouvernement du Kef et de toutes les régions du nord-ouest. Ce projet entrera en exploitation au début de 2021, a-t-il précisé, car les travaux de mise en place du gazoduc demandent encore du temps.

Interrogé sur l’exploitation du gaz de schiste, dont il a été question en 2012 et 2013, M. Bouzouada a affirmé qu’aucun permis d’exploration n’a été délivré dans ce domaine, précisant que les autorités se penchent actuellement sur la révision du code des hydrocarbures dans le cadre d’une approche stratégique, afin d’assurer l’indépendance énergétique du pays, grâce notamment au développement des énergies renouvelables.

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Notre Dame des Landes: faisons exploser le compteur

Gaz de Schistes Provence - mar, 12/04/2016 - 10:50
Destinataires : associations, collectifs, syndicats et mouvements politiques des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes
faites circuler faites voter en masse dans toute la France pour Nantes Atlantique,

faisons exploser le  compteur

http://www.courrierdelouest.fr/sondage/la-meilleure-solution-pour-laeroport-du-grand-ouest-cest-05-04-2016-263206

 


Maud Fontenoy, l’écolo pro-OGM et pro-gaz de schiste rejoint “Valeurs actuelles”

Gaz de Schistes Provence - mar, 12/04/2016 - 09:13
Source: les inroks Maud Fontenoy le 3 juin 2009 à l’UNESCO, lors d’une conférence promouvant la Journée mondiale de l’océan. (REUTERS/Philippe Wojazer) A lire sur liberation.fr

Mais que diable est-elle allée faire dans cette galère ? On apprend aujourd’hui que Maud Fontenoy (dont nous évoquions les positions pro-OGM et pro-gaz de schiste dans un portrait il y a moins d’un an) va rejoindre la rédaction du plus droitier des hebdos français, Valeurs actuelles, en la qualité de rédactrice en chef. Son CV est pourtant déjà long comme un fameux trois-mâts. Maud Fontenoy, déjà “navigatrice, présidente de Maud Fontenoy Foundation qui mène des actions d’éducation à l’environnement auprès de la jeune génération et du grand public”, d’après sa bio Twitter, est aussi membre du parti Les Républicains et vice-présidente du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis décembre 2015.

L’écolo-réac est à la mode

L’info est parvenue par nos confrères de Presse News, puis relayée par plusieurs médias parmi lesquels Libération. Maud Fontenoy occupera donc la fonction de rédactrice en chef de la rubrique Environnement-Santé. Il s’agirait d’une création de poste. Il faut croire que l’écologie réac est à la mode après la parution, il y a quelques semaines du deuxième numéro de la “revue d’écologie intégrale”, Limite, où l’on retrouve une autre figure de la presse réac actuelle à la rédaction en chef politique, Eugénie Bastié (également au site internet du Figaro).

Le recrutement de Maud Fontenoy a été confirmé à Marianne par le directeur du magazine Yves de Kerdrel qui a pris les rênes de “ce journal naguère si ‘roupillant’ qu’on en avait oublié son existence”, écrit Libé.


L'ex-navigatrice Maud Fontenoy rejoint Valeurs Actuelles


11.04.16. - De l'Atlantique à «Valeurs Actuelles». Maud Fontenoy, ex-navigatrice devenue déléguée à l'environnement pour Les Républicains (LR), a rejoint la rubrique Environnement-Santé de l'hebdomadaire de droite.Le premier article de Maud Fontenoy pour le magazine doit paraître dans l'édition du jeudi 14 avril, a précisé un porte-parole du journal, confirmant une information de Presse News.Celle qui est aussi ambassadrice de l'Unesco pour les océans se veut le porte-étendard d'une «écologie pragmatique et réaliste», «une écologie différente» de celle «victime d'un hold-up de l'extrême gauche», comme elle l'avait déclaré lors d'une interview sur RMC en 2015.

Favorable aux OGM et au gaz de schiste

Engagée pour la préservation des océans depuis 2008, Maud Fontenoy, 38 ans et maman de trois enfants, défend une écologie «modérée et réaliste».  Elle participe, le 30 mai 2015, au congrès fondateur du parti Les Républicains, auquel elle adhère  sur ce thème.
Nommée en 2015 déléguée LR à l'environnement, Maud Fontenoy s'est déclarée favorable à la recherche sur les OGM et à l'exploration et l'exploitation des réserves françaises de gaz de schiste, «avec des techniques non polluantes». A ce titre, elle a écrit plusieurs livres et défend la nécessité d'autoriser les recherches sur le gaz de schiste. Elle a déjà présenté des émissions sur Europe 1 et LCI.
Depuis 2008, la Maud Fontenoy Fondation, basée aux Pays-Bas (pays figurant en liste grise des paradis fiscaux) s’engage pour la préservation des océans. La fondation est soutenue par des grands groupes industriels tels que Carrefour, Bolloré, ou encore les groupes publicitaires Havas et Euro RSCG.
Maud Fontenoy est d'abord connue pour ses exploits sportifs. Elle a été la première femme à avoir traversé à la rame et en solitaire l'Atlantique Nord, en 2003. Mais la jeune femme sait aussi entretenir ses amitiés politiques, nouées notamment pendant la campagne des régionales pour l'Île-de-France de 2004. Maud Fontenoy figurait sur la liste de Seine-et-Marne de Jean-François Copé, député-maire de Meaux, le port d'attache de ses parents qui y ont créé plusieurs agences immobilières.
Elle a ensuite siégé au Conseil économique, social et environnemental, entre 2010 et 2015. Sur la liste de Christian Estrosi en Provence-Alpes-Côte d'Azur, lors des élections régionales de décembre 2015, elle devient vice-présidente du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur après la victoire de la droite. Et du coup, des élus s'interrogent déjà sur ce cumul de fonctions. C'est le cas de l'ex-identitaire aujourd'hui conseiller régional FN, Philippe Vardon, qui demande publiquement si Maud Fontenoy va démissionner. 

 


isa77_Jouarre's insight:

Une vidéo où on la voit défendre les gaz de schiste. 

 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Conseil régional PACA. Notre Vice-présidente Maud Fontenoy en charge du développement durable accepte le poste de rédactrice en chef de "Valeurs Actuelles" (secteur santé/environnement) !

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - lun, 11/04/2016 - 19:03
Peut-on être à la fois rédactrice en chef et vice-présidente (LR) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur? A cette question, Valeurs Actuelles et Maud Fontenoy n'hésitent pas à répondre pa... Var Matin confirme : A tribord toute!La navigatrice Maud Fontenoy,...

Mail Watteau à Valenciennes : trente platanes en moins, du schiste ... - La Voix du Nord

Google actu "Schiste" - lun, 11/04/2016 - 18:22

La Voix du Nord

Mail Watteau à Valenciennes : trente platanes en moins, du schiste ...
La Voix du Nord
Le stationnement est toujours interdit mail Watteau où la ville de Valenciennes procède à l'élagage et à l'abattage de platanes. La société B2E a terminé la phase d'abattage. Maintenant du schiste va être ramené pour boucher les trous. Le parking ...

et plus encore »

Maud Fontenoy, l'écolo pro-OGM et pro-gaz de schiste rejoint ... - Les Inrocks

Google actu "Schiste" - lun, 11/04/2016 - 15:45

Les Inrocks

Maud Fontenoy, l'écolo pro-OGM et pro-gaz de schiste rejoint ...
Les Inrocks
On apprend aujourd'hui que Maud Fontenoy (dont nous évoquions les positions pro-OGM et pro-gaz de schiste dans un portrait il y a moins d'un an) va rejoindre la rédaction du plus droitier des hebdos français, Valeurs actuelles, en la qualité de ...
Ecologiste, sarkozyste et désormais journaliste à "Valeurs actuelles ...Francetv info

51 autres articles »

Le sommet MCEDD sur les forages pétroliers en haute-mer accueilli par Total perturbé par une mobilisation citoyenne.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - lun, 11/04/2016 - 09:25
Merci Maxime Combes pour cet article : Voici un rapide retour sur la mobilisation citoyenne à l'appel de 350.org, Action Non-Violente COP 21, Alternatiba, les Amis de la Terre France, Attac France, Bizi !, Chrétiens Unis pour la Terre, Emmaüs Lescar-Pau,...
Syndiquer le contenu