Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Londres va faciliter l'exploitation du gaz de schiste - euronews

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 22:08

euronews

Londres va faciliter l'exploitation du gaz de schiste
euronews
C'est un coup dur pour les écologistes britanniques. Londres a décidé de faciliter l'exploitation du gaz de schiste. Désormais, le gouvernement pourra délivrer directement des permis de forage et ainsi contourner les autorités régionales jugées trop ...

et plus encore »

Le gouvernement britannique veut faciliter l'exploitation du gaz de schiste

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - jeu, 13/08/2015 - 21:17
LE GOUVERNEMENT BRITANNIQUE VEUT FACILITER L'EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE

Le gouvernement britannique pourra désormais délivrer lui-même les permis d'exploitation pour contourner les autorités locales jugées trop lentes ou réticentes.

Le gouvernement britannique a annoncé jeudi 13 août qu'il pourrait désormais délivrer directement les autorisations pour l'exploitation du gaz de schiste, afin de contourner des autorités locales jugées trop lentes ou réticentes.

Le ministre des communautés et du gouvernement local pourra ainsi se saisir directement des dossiers, a-t-il annoncé dans un communiqué commun avec le ministère de l'Énergie et du changement climatique. Il cherchera en particulier à identifier les autorités locales qui ne donnent pas de réponse aux demandes de permis dans le délai légal de 16 semaines, afin d'accélérer le processus.

Le gouvernement pourra aussi se saisir des dossiers en appel quand une demande de permis a été rejetée mais que la décision est contestée par l'entreprise qui veut réaliser des forages.

Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron est un soutien très enthousiaste du développement du gaz de schiste, y voyant potentiellement une source d'énergie bon marché et abondante.

Mais ses ambitions se heurtent à l'opposition de collectivités locales, chargées jusqu'à présent de délivrer les permis. Fin juin, les autorités du comté du Lancashire, dans le nord-ouest de l'Angleterre, avaient ainsi rejeté des demandes de permis pour un projet d'exploration de gaz de schiste, évoquant les risques de pollution visuelle et sonore pour les riverains, inquiets par les nuisances causées par la technique de la fracturation hydraulique.

"Une priorité nationale"
"Le gouvernement a clairement affirmé que le gaz de schiste représente une priorité nationale, qui doit aider le Royaume-Uni à devenir une économie à faible émissions de gaz carbonique. Mais nous voulons nous assurer que les demandes de permis ne se retrouvent pas confrontées à une situation frustrante, avec des décisions de collectivités locales lentes et confuses", a expliqué Greg Clark, le ministre des Communautés.

Il veut ainsi empêcher que le processus d'autorisation dure des mois, voire des années, empêchant le développement du gaz de schiste dans le pays.

UK Onshore Oil and Gas (UKOOG), représentant les entreprises du secteur, s'est réjoui de l'annonce, soulignant que "la durée d'instruction des demandes de permis a bondi de trois mois à plus d'un an, générant des retards et des coûts qui ne sont pas dans l'intérêt des habitants, des entreprises ou des Britanniques dans leur ensemble".

Les associations de défense de l'environnement ont en revanche critiqué le nouveau dispositif.

"Les autorités locales ont respecté les règles. Ces changements sont introduits parce que le gouvernement est en désaccord avec leurs décisions démocratiques", a jugé Naomi Luhde-Thompson, de l'association Les amis de la Terre.

Challenges.fr" class='spip_out' rel='external'>Lire l'article sur Challenges

Maud Fontenoy : En guerre contre le père de son troisième enfant !

04.08.15. - Ce jeudi 4 juin, dans le très chic hôtel Le Bristol à Paris, Maud Fontenoy rayonne […] Engagée, intrépide et séduisante, rien ne saurait résister à celle qui s’est imposée comme la première femme à traverser l’Atlantique puis le Pacifique à la rame. Et son nouvel ouvrage, Les raisons d’y croire, paru fin mars chez Plon, le confirme. Après sa publication, Nicolas Sarkozy, dont elle avait soutenu la candidature en 2012, l’a nommée déléguée à l’environnement des Républicains, son nouveau parti.


[…] comme ne manqueront sans doute pas de le rappeler les détracteurs de Maud Fontenoy, cette dernière semble parfois prendre des libertés avec la réalité. Ainsi, en 2007, elle affirmait être la première femme à avoir accompli le tour du monde à contre-courant, alors qu’elle n’avait réalisé « que » la traversée de l’hémisphère Sud.

Autre reproche : dans son dernier livre, elle remercie des experts ayant œuvré pour sa fondation dans le but d’asseoir ses positions écologiquement contestées, comme la défense du nucléaire ou la recherche sur le gaz de schiste.

Et ce alors que les personnes concernées ne partagent pas son avis, comme le raconte, dans L’Obs, Yvon Le Maho, directeur de recherche au CNRS : « Nous avons trouvé inadmissible qu’elle dise que nous l’avons aidée, alors que ce n’est pas vrai. En quarante ans dans le monde scientifique, je n’avais jamais vu ça. »

Mieux, membre depuis cinq ans du Conseil économique et social (CESE), la jeune femme vient signer le registre de présence puis s’en va, comme le confie, toujours à L’Obs, l’un des membres de cet organisme.



isa77_Jouarre's insight:

Qui a dit que la lecture de France-Dimanche n'était pas indispensable? Certes, on peut se sentir peu concerné par les passages de cet article faisant référence à ses déboires familiaux. Mais visiblement la dame est habituée à prendre des libertés avec la réalité et on apprend que Yvon Le Maho n'est pas content du tout!



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Gaz de schiste: le gouvernement britannique veut faciliter la délivrance de permis

13.08.15. - Le gouvernement britannique a annoncé jeudi qu'il pourrait désormais délivrer directement les autorisations pour l'exploitation du gaz de schiste, afin de contourner des autorités locales jugées trop lentes ou réticentes.
Le ministre des communautés et du gouvernement local pourra ainsi se saisir directement des dossiers, a-t-il annoncé dans un communiqué commun avec le ministère de l'Énergie et du changement climatique.
Il cherchera en particulier à identifier les autorités locales qui ne donnent pas de réponse aux demandes de permis dans le délai légal de 16 semaines, afin d'accélérer le processus.
Le gouvernement pourra aussi se saisir des dossiers en appel quand une demande de permis a été rejetée mais que la décision est contestée par l'entreprise qui veut réaliser des forages.

Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron […] se heurte à l'opposition de collectivités locales, chargées jusqu'à présent de délivrer les permis. Fin juin, les autorités du comté du Lancashire, dans le nord-ouest de l'Angleterre, avaient ainsi rejeté des demandes de permis pour un projet d'exploration de gaz de schiste, évoquant les risques de pollution visuelle et sonore pour les riverains, inquiets par les nuisances causées par la technique de la fracturation hydraulique.
[…]
Il veut ainsi empêcher que le processus d'autorisation dure des mois, voire des années, empêchant le développement du gaz de schiste dans le pays.
UK Onshore Oil and Gas (UKOOG), représentant les entreprises du secteur, s'est réjoui de l'annonce, soulignant que la durée d'instruction des demandes de permis a bondi de trois mois à plus d'un an, générant des retards et des coûts qui ne sont pas dans l'intérêt des habitants, des entreprises ou des Britanniques dans leur ensemble.
Les associations de défense de l'environnement ont en revanche critiqué le nouveau dispositif.
Les autorités locales ont respecté les règles. Ces changements sont introduits parce que le gouvernement est en désaccord avec leurs décisions démocratiques, a jugé Naomi Luhde-Thompson, de l'association Les amis de la Terre.


isa77_Jouarre's insight:

Quand les dispositifs légaux ne permettent pas aux pétroliers d'atteindre leurs objectifs, le plus efficace, c'est de modifier les règles du jeu…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gouvernement britannique veut faciliter l'exploitation du gaz de ... - Les Échos

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 12:28

Les Échos

Le gouvernement britannique veut faciliter l'exploitation du gaz de ...
Les Échos
Le Premier ministre conservateur David Cameron et son gouvernement ne cachent pas leur soutien au développement du gaz de schiste. Ils y voient potentiellement une ressource bon marché et abondante. Un enthousiasme qui se heurte aux réticentes des ...
Gaz de schiste: Londres veut accélérerLe Figaro
Gaz de schiste : le gouvernement britannique veut faciliter la ...Le Parisien
Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schisteZonebourse.com

18 autres articles »

Gaz de schiste : le gouvernement britannique veut faciliter la ... - Le Parisien

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 12:18

Le Parisien

Gaz de schiste : le gouvernement britannique veut faciliter la ...
Le Parisien
Contourner les autorités locales, jugées parfois trop lentes ou réticentes à l'exploitation du gaz de schiste. C'est l'objectif que s'est donné le gouvernement britannique en terme de délivrance de permis de forage, puisqu'il vient d'annoncer qu'il ...
Le gouvernement britannique veut faciliter l'exploitation du gaz de ...Challenges.fr
Gaz de schiste : la GB va faciliter l'exploitationLe Figaro
Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schisteBoursorama

12 autres articles »

Nouvelles craintes autour du gaz de schiste - La Marne

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 12:08

La Marne

Nouvelles craintes autour du gaz de schiste
La Marne
Malgré la loi Jacob de 2011 interdisant en France la fracturation hydraulique, les associations contre le gaz et pétrole de schiste restaient attentifs. D'ailleurs, la récente décision du Conseil constitutionnel pourrait bien relancer la bataille ...

La Belgique se chauffera bientôt au gaz de schiste américain - RTBF

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 09:47

RTBF

La Belgique se chauffera bientôt au gaz de schiste américain
RTBF
Le gaz de schiste est un gaz naturel enfoui le plus souvent à très grande profondeur, entre 1500 et 3000 mètres, dans des roches compactes. Des méthodes d'extraction bien spécifiques sont nécessaires, et c'est là que naît la polémique. Car percer ou ...

et plus encore »

Déjà la fin du pétrole de schiste ? - Marianne

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 05:02

Marianne

Déjà la fin du pétrole de schiste ?
Marianne
Le premier, et le plus important, est la montée en puissance de la production pétrolière américaine, notamment avec les pétroles de schiste. Nous avons une production qui a atteint, en terme de liquide, les 11 millions de barils par jour. C'est une ...

Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schiste - Boursorama

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 03:05

Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schiste
Boursorama
LONDRES, 13 août (Reuters) - Le gouvernement britannique a confié jeudi au ministre des Communautés et du gouvernement local le pouvoir d'approuver directement les permis d'exploitation du gaz de schiste, retirant cette prérogative à des responsables ...

et plus encore »

Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schiste - Zonebourse.com

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 01:40

Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schiste
Zonebourse.com
Le gouvernement britannique a confié jeudi au ministre des Communautés et du gouvernement local le pouvoir d'approuver directement les permis d'exploitation du gaz de schiste, retirant cette prérogative à des responsables locaux parfois hostiles à ...

Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schiste - Zonebourse.com

Google actu "Schiste" - jeu, 13/08/2015 - 01:40

Londres accélère l'octroi de permis pour le gaz de schiste
Zonebourse.com
Le gouvernement britannique a confié jeudi au ministre des Communautés et du gouvernement local le pouvoir d'approuver directement les permis d'exploitation du gaz de schiste, retirant cette prérogative à des responsables locaux parfois hostiles à ...

et plus encore »

Gaz de schiste : En Pennsylvanie on a tiré le rideau sur des signalements de problèmes de santé dus au fracking

En Pennsylvanie, où l’industrie du fracking est très active, la lutte pour protéger les familles impactées par les effets nocifs de cette méthode de forage dangereuse est un vrai chaos. La semaine dernière après des mois de résistance face à sa requête dans le cadre de la loi sur la liberté de l’information, l’État a […]

Assange et Yanis Varoufakis s’attaquent au traité TAFTA

Gaz de Schistes Provence - mar, 11/08/2015 - 22:03
source: le journal du geek

Par Elodie, le 11 août 2015 à 16h22

Julian Assange et Yanis Varoufakis, ancien ministre des finances grec, s’associent pour contribuer au financement de la prime de 100 000 dollars offerte à toute personne qui dévoilera le contenu de l’accord de libre-échange transatlantique(TTIP ou « Tafta »), négocié dans l’opacité la plus totale entre la Commission européenne et les États-Unis.

C’était une première pour Wikileaks, la pratique a-t-elle vocation à se répéter ?. Après le traité transpacifique en juin, c’est au tour du traité transatlantique de se retrouver dans la ligne de mire de Wikileaks. Ils souhaitent ainsi faire voler en éclat le secret qui entoure aussi bien les négociations menées dans la plus grande opacité que le contenu du futur traité « tafta ».

Quelques heures après son lancement, un peu plus de 21 000 dollars ont ainsi été levés, sans que le détail des contributions n’ait été communiqué.

« Le secret du TTIP menace le futur de la démocratie européenne. Certains intérêts en profitent et s’en donnent à cœur joie, comme on l’a vu lors du récent siège financier contre le peuple grec. Le TTIP influe sur les vies de tous les Européens et entraîne l’Europe dans un conflit de long terme avec l’Asie. Il est temps de mettre fin au secret », estime ainsi Julian Assange dans un communiqué publié sur Wikileaks.

Concernant la première récompense offerte pour le TTIP, la somme est proche d’être intégralement collectée.

 

Mardi 11 aout, Wikileaks a donc annoncé le lancement d’une campagne de financement visant à rassembler la somme de 100 000 dollars constituant la récompense pour tout lanceur d’alerte qui fournira au site de Julian Assange une copie du TTIP. L’ancien ministre des finances grec, Yanis Varoufakis, s’est rallié à la campagne pour faire la lumière sur ce traité qui touchera directement les millions de citoyens européens, totalement exclus des pourparlers, à l’inverse des multinationales. Il fait désormais partie des premiers contributeurs, avec Gleen Greenwald, Daniel Ellsberg, journaliste à l’origine des Pentagon papers ou la créatrice de mode Vivienne Westwood.
« La transparence a besoin d’un coup de main dans la zone euro, mais aussi dans les négociations commerciales qui l’affectent »

Source


Gaz de schiste aux Etats-Unis, les coûts de production bientôt moins ... - LeGazdeSchiste

Google actu "Schiste" - lun, 10/08/2015 - 09:11

Gaz de schiste aux Etats-Unis, les coûts de production bientôt moins ...
LeGazdeSchiste
Une étude du très réputé cabinet Boston Consulting Group (BCG) révèle que les coûts de production de l'industrie américaine dans son ensemble seront bientôt moins élevés qu'en Chine. L'abondance de gaz de schiste dans les sous-sols américains en est ...

La géothermie "haute température" reste pertinente si l’eau chaude n’est pas profonde, en région volcanique en particulier ...

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - dim, 09/08/2015 - 22:37
Produire de l'électricité en allant chercher de la vapeur d'eau à 5 kilomètres sous terre, c'est l'une des pistes suivie par la France pour sa transition énergétique. La création d'un fonds ...

Malgré ses promesses, ExxonMobil a donné des millions aux parlementaires niant le changement climatique

Gaz de Schistes Provence - dim, 09/08/2015 - 20:03

Publié: 5 août 2015 dans énergie climat, forage d’hydrocarbures, gaz de schiste
Tags:, , , , , , ,, , , , , , , 0

(!) Info minute – Revue de Presse

Il y a huit ans, sous la pression de ses actionnaires, la société avait promis de cesser de financer le déni du changement climatique. Mais les preuves financières et fiscales révèlent une histoire bien différente. ExxonMobil a fait don de plus de 2,3 Millions de $ (2,1 Millions d’Euros) aux membres du Congrès et à un groupe de lobbying des entreprises qui nient le changement climatique et bloquent les efforts pour lutter contre le changement climatique. Ceci huit ans après avoir promis d’arrêter de financer de déni du changement climatique. C’est ce que rapporte le journal britannique The Guardian.

Le pipeline de dollars alimente les conservateurs climatosceptiques et leur discours

Le déni du changement climatique – de la part des Républicains au Congrès et des groupes de pression effectuant leur lobbying au niveau de l’État – est considéré au États-Unis comme un obstacle majeur aux efforts mondiaux pour lutter contre le changement climatique. Ils condamnent la possibilité d’établir des règlements fédéraux et d’État visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la possibilité de planifier un avenir qui connaitra une forte élévation du niveau de la mer et des conditions météorologiques extrêmes.

Selon un décompte fait par Greenpeace, c’est environ 30 millions de dollars (27,5 M d’Euros) qu’Exxon à injecté pour financer les chercheurs et les groupes militants faisant la promotion de la désinformation sur le réchauffement climatique. En réponse à la pression d’actionnaires, en 2007 la compagnie pétrolière a promis de stopper un tel financement.

« En 2008, nous cesserons nos contributions financières à plusieurs groupes d’intérêt public dont la position sur le changement climatique pourrait détourner l’attention de l’important débat sur la façon dont le monde va sécuriser l’énergie nécessaire à la croissance économique d’une manière respectueuse de l’environnement», déclarait Exxon dans son rapport de 2007.

Mais depuis 2007, selon l’information financières et fiscale disponible, la compagnie pétrolière a versé 1,87 Millions de $ aux Républicains du Congrès, lesquels nient l’existence du changement climatique, ainsi qu’un montant supplémentaire de $ 454 000 à la l’American Legislative Exchange Council (Alec), une association regroupant élus conservateurs et représentants du secteur privé particulièrement active dans la défense des intérêts des compagnies avec une vision très libérale des échanges et un marché dérégulé.

Dans une déclaration au Guardian cette semaine, Richard Keil le porte-parole d’Exxon réitérait: « ExxonMobil ne finance pas le « déni climatique »« .

Le changement climatique « un canular », les émissions de carbone « un élixir de vie »

L’ALEC, ce groupe de pression ultra-conservateur, a accueilli des séminaires faisant la promotion de l’idée (discréditée depuis longtemps) que l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone est un « élixir de vie » (sic !). L’ALEC est également instigatrice d’une loi interdisant aux planificateurs de l’Etat de Caroline du Nord de considérer l’élévation future du niveau de la mer…

En somme, le soutien d’Exxon aux membres du Congrès et aux groupes de pression qui nient le changement climatique est en parfaite contradiction avec la position publique de la compagnie qui se dit déterminée à agir contre la menace posée par le réchauffement climatique.

Selon le Center for American Progress (think tank progressiste), une majorité de républicains à la Chambre des représentants et au Sénat nie le changement climatique ou s’oppose aux proposions de mesures pour lutter contre le changement climatique. Les bénéficiaires d’Exxon au Congrès incluent par exemple le sénateur de l’Oklahoma Jim Inhofe, qui qualifie le réchauffement climatique de canular, et qui a reçu $ 20.500 depuis 2007, selon la base de données « Dirty Energy Money » (Argent sale de l’énergie) alimentée par Oil Change International. Moins efficace, Exxon a financé le sénateur du Missipi Roger Wicker, qui fut le seul à rejeter une déclaration votée au Sénat affirmant que le changement climatique était bien réel et non pas un canular : La résolution a été adoptée à 98 contre 1. Wicker, qui a reçu $ 14 000 d’Exxon est en effet celui qui a voté non.

Distribution générale de billets de 100 dollars par paquets de 50

Exxon a également donné un total de $ 868 150 aux sénateurs républicains lesquels ont voté contre une autre résolution symbolique affirmant que l’activité humaine était un moteur important du changement climatique. Chacun des 49 sénateurs républicains qui ont voté « non » a reçu au moins $ 5000 de la part d’Exxon, selon les chiffres d’Oil Change.

Fondateur du « Centre pour l’étude du dioxyde de carbone et le changement global », Craig Idso déclarait lors d’une réunion devant 100 parlementaires que « l’augmentation continue du dioxyde de carbone dans l’atmosphère devrait être accueillie à bras ouverts ». Si de telles fariboles sont pourtant rejetées dans leur intégralité par la communauté scientifique, l’ALEC considère que « tous les points de vue sont les bienvenus et qu’aujourd’hui, les élus en charge de l’établissement des réglementations veulent apprendre d’autant de points de vue que possible afin de prendre la meilleure décision possible pour les gens qu’ils représentent ».

Certaines compagnie finissent par se désolidariser

Championne du lobbying climatosceptique, l’ALEC a pourtant fini par subir une série de défections liées à sa prise de position sur le changement climatique au cours de la dernière année : des sociétés comme News Corp du magnat Rupert Murdoch, BP America, Microsoft, Facebook et Yahoo ont renoncé à leur statut de membres. Google se désolidarisant également accuse le groupe de lobbying de mentir sur le changement climatique.

Quant à Exxon, interrogée par le Guardian, elle n’est pas prête à discuter de son appartenance à l’ALEC. Toutefois, la société déclare être sérieuse par rapport au changement climatique et ne pas financer le déni climatique. Dans un courriel, M. Keil, le porte-parole d’Exxon, poursuit : « Nous prenons des mesures en réduisant les émissions de gaz à effet de serre dans nos opérations, en aidant les consommateurs à réduire leurs émissions, et en soutenant les grandes universités américaines en augmentant la capacité de recherche à la fois concernant la réduction des émissions mais aussi sur les sources d’énergie alternatives ». M. Keil n’a toutefois pas voulu répondre aux questions précises concernant le soutien financier d’Exxon aux membres du Congrès qui nient le changement climatique, son soutien à l’ALEC ni au financement du séminaire dans lequel Craig Idso faisait ses stupéfiantes déclarations sur les bénéfices supposés de l’augmentation des émissions de carbone.

Et pour conclure, le porte parole d’Exxon de déclarer : « Parce que le Guardian a abandonné le journalisme objectif et a un agenda clair en ce qui concerne le changement climatique, on ne peut plus lui faire confiance pour faire le travail que ses lecteurs ont le droit d’attendre, celui de fournir une couverture exacte et impartiale sur ce sujet important ».

Le financement du discours niant le changement climatique par les compagnies du secteur énergétique est considéré comme un obstacle majeur à l’action des États-Unis sur le changement climatique – et divise les États-Unis et l’Europe dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Source: The Guardian


Pétrole de schiste : Europe écologie tire le signal d'alarme - Pays Briard

Google actu "Schiste" - dim, 09/08/2015 - 10:12

Pays Briard

Pétrole de schiste : Europe écologie tire le signal d'alarme
Pays Briard
... dans la mairie d'Essômes-sur-Marne). Dans son délibéré en date du 21 juillet dernier le Conseil Constitutionnel est revenu sur la loi du 11 juillet 2011 concernant les forages amenant à extraction de pétrole et gaz de schiste par fracturation ...

Alberta Earthquakes Tied to Fracking, Not Just Wastewater Injection


06.08.15. - Fox Creek, an oil town of nearly 3,000 residents in western Alberta, recently experienced its third earthquake of at least magnitude 4.0 this year. The difference between this one and many of the quakes felt in fracking country in the U.S., however, is that Canadian researchers are attributing the cause to fracking itself, not just the wastewater disposal process.

The reported 4.4-magnitude event that jolted the region in mid-June was the latest in a surge of seismic events that ramped up in December 2013, around the time fracking increased in this part of Alberta. There was no reported damage, but Chevron Corp. temporarily shut down its drilling operations nearby.

In western Canada, similar to parts of the central United States, one of the emerging side effects of the fracking boom is what scientists call "induced seismicity" — the proliferation of suspected man-made earthquakes. […]

Cause, or Coincidence?

Fox Creek is one of the emerging seismic hot spots in western Alberta and northeastern British Columbia, providing an opportunity for Canadian researchers to investigate this less-understood type of induced seismicity.

At first glance, fracking quakes and wastewater quakes are triggered in a similar manner: They both involve the injection of fluid underground in an area with existing faults.

But, according to Jeffrey Gu, an associate professor of geophysics at the University of Alberta, there are some key differences. For one, fracking-caused events likely occur more quickly after fluid injection—on the order of hours to days to weeks. Wastewater events, however, can occur months to years later.

[…] The 2015 Fox Creek events shattered the notion that fracking-triggered earthquakes are always small, said Atkinson. Fox Creek potentially set the record for the largest quake likely tied to fracking with a magnitude 4.4 event on Jan. 22. A week prior, the same area experienced a 4.0-magnitude event.

[…] Earlier this week, three earthquakes with magnitudes ranging between 4.0 and 4.5 shook Oklahoma. Since then, state officials have announced that two wastewater-disposal wells have been temporarily shut down.

Alberta's rules were first put to the test following the earthquake in mid-June. Chevron was the closest operator to the earthquake origin, and immediately closed down its facility. […]

So far, none of the suspected induced seismic events in western Canada have caused any damage. It's a different story in the United States, where events possibly linked to wastewater disposal have resulted in cracked buildings and collapsed chimneys, and impacted residents repeatedly have attempted to sue energy companies for compensation.

[…]


isa77_Jouarre's insight:

Des séïsmes en Alberta provoqués par la fracturation proprement dite et non pas par la réinjection des eaux remontant de la fracturation. 





See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Question n°70726 - Assemblée nationale - programme Horizon 2020 - fonds de recherche européen sur le gaz de schiste -

04.08.15. - texte de la question, publiée le 09/12/14 : M. Philippe Plisson appelle l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargé des affaires européennes sur le fonds de recherche européen et le programme Horizon 2020. Alors que l'Europe s'est engagée dans la voie de la décarbonisation par ses politiques de haute protection environnementale et de lutte contre le dérèglement climatique.[…] Selon le programme, le gaz de schiste émettrait peu de carbone et pourrait contribuer à la transition énergétique […] Il souhaiterait connaître sa position sur la question et souhaiterait obtenir les informations sur les groupes ayant obtenu le fonds en question et la nature de celui-ci.


texte de la réponse:

L'Union européenne encourage une nouvelle révolution industrielle fondée notamment sur des énergies renouvelables et non polluantes. […] il est prévu une action, parmi une vingtaine d'autres, concernant spécifiquement la recherche visant à comprendre, prévenir et réduire les impacts potentiels sur l'environnement et les risques de l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste. Cette activité de recherche sera financée à hauteur de 11,6 millions d'euros sur une enveloppe globale de 33 millions d'euros qui profitera également à la recherche relative au stockage souterrain du CO2 ou en matière de centrales à hydrocarbures hautement performantes. La recherche ainsi menée à l'échelle de l'Union européenne dans le domaine du gaz de schiste vise à travailler sur des données, développer des modèles, évaluer des risques et des impacts environnementaux des différentes techniques d'exploration et d'exploitation, et élaborer des recommandations scientifiques en vue de bonnes pratiques. Il s'agit d'examiner les moyens de réduction des impacts environnementaux pour ceux des Etats membres qui décident d'exploiter du gaz de schiste. En France, la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 interdit l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages suivis d'opérations de fracturation hydraulique. Aucun permis exclusif de recherche d'hydrocarbures liquides et gazeux visant de l'huile ou du gaz de roche mère ayant recours à cette technique ne peut être délivré sur le territoire français. Le Président de la République a indiqué à plusieurs reprises que, dans l'état actuel des connaissances, personne ne peut affirmer que l'exploitation des gaz et huile de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd'hui connue, soit exempte de risques lourds pour la santé et l'environnement. Dans la mesure où ces explorations et exploitations ne sont pas autorisées, ces investigations ne seront pas menées sur le territoire national. Cependant, les agences sanitaires suivent attentivement les données sanitaires issues de l'expérience d'autres pays. Il n'est pas envisagé de modifier ou d'abroger la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011.


isa77_Jouarre's insight:

Est-ce que celui qui a rédigé la réponse sait que la loi Jacob prévoit des expérimentations? 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation
Syndiquer le contenu