Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Allemagne, Europe : l’exploitation des hydrocarbures par fracturation hydraulique n’est pas rentable – Étude

(!) Info minute – Revue de Presse Pour extraire l’équivalent d’une dizaine d’années de ses besoins énergétiques, la mise en œuvre de la fracturation hydraulique en Europe pourrait contaminer l’eau potable, causer de graves dommages à l’environnement et créer de vastes friches industrielles. C’est ce que démontre une étude sur la fracturation hydraulique, alors que […]

Code minier : le Gouvernement engage la rédaction du projet de loi

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - ven, 20/03/2015 - 20:54
CODE MINIER : LE GOUVERNEMENT ENGAGE LA RÉDACTION DU PROJET DE LOI

Extraits de l'article d'Arnaud Gossement

Les ministres de l'écologie (Ségolène Royal) et de l'économie (Emmanuel Macron) ont diffusé un communiqué de presse commun aux termes duquel ils annoncent l'ouverture d'une période de concertation sur l'avant-projet de loi relatif au code minier. Le texte devrait être mis en ligne dans les jours prochains. Analyse.

Pour mémoire, la réforme du code minier a été engagée en 2009. L'article 92 de la loi n° 2009-526 du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d'allègement des procédures habilite en effet le Gouvernement a créer la partie législative du code minier, par ordonnances ....

Force est de constater que cette habilitation ne fait nullement référence au droit de l'environnement. Pour une raison principale : à la date de publication de cette loi, la controverse relative à l'exploitation des gaz et huiles de schiste n'a pas encore véritablement commencé en France. C'est l'année suivante, en 2010, qu'elle éclatera.

Pour ma part, j'ai été auditionné sur le sujet par la Commission du développement durable de l'Assemblée nationale, présidée par le député Jean-Paul Chanteguet, le 31 octobre 2012. J'ai également été auditionné par le Groupe de travail mis en place par la députée Sabine Buis.

En février 2015, c'est justement la députée PS Sabine Buis qui a relancé cette réforme du code minier, laquelle apparaissait abandonnée depuis un an. Lors de la discussion en séance publique du projet de loi pour la croissance et l'activité, la députée avait défendu un amendement tendant à inscrire la réforme du code de minier dans le champ de l'habilitation prévu à l'article 28 du texte.

En séance publique, la députée avait obtenu l'engagement du ministre de l'économie de relancer la réforme du code minier. Voici le compte rendu des débats de la séance du 6 février :
"M. le président. La parole est à Mme Sabine Buis, pour soutenir l'amendement no 1942.

Mme Sabine Buis. Cet amendement tend simplement à soumettre les dispositions du droit minier aux droits et objectifs de la Charge de l'environnement adossée à notre Constitution. Dit autrement, il nous propose tout simplement d'engager la réforme du code minier qui est attendue par de nombreux acteurs depuis longtemps et qui est annoncée depuis 2012 lorsque nous avons été élus.

Durant l'année 2013, j'ai eu l'occasion de procéder, avec de nombreux collègues, à de multiples auditions sur le sujet, notamment dans le cadre de la commission du développement durable. Et je souhaiterais revenir un instant sur le sujet car j'ai rédigé cet amendement peut-être un peu trop vite en l'axant principalement sur les permis exclusifs de recherche.

L'objectif est de demander une réforme du code minier et en nul cas de stopper des projets.

Lorsque nous avons procédé aux auditions, la demande a été unanime, chez les industriels comme chez les ONG : il faut absolument réformer le code minier, car des projets sont en attente dans les tiroirs, parce que les industriels ne savent pas ce que va devenir le code minier dont la réforme est annoncée depuis si longtemps, et d'autres sont stoppés sur le terrain pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont pas été soumis à la Charte constitutionnelle de l'environnement.

Ainsi, dans ma circonscription, un permis exclusif de recherche est en cours de renouvellement et expire le 31 mars 2015. Ce permis fait partie des permis dits blancs, sur lesquels certains n'ont jamais voulu faire émerger la vérité.

C'est pour cela, entre autres, que j'ai formulé mon amendement de la sorte. Il ne s'agit pas, je le répète, de prendre position dans un sens ou un autre par rapport au gaz de schiste, mais de proposer une vraie réforme du code minier qui permettrait d'un côté de faire avancer certains projets des industriels, et de l'autre de libérer des projets sur le terrain du côté des ONG.

M. le président. Quel est l'avis de la commission ?

M. Christophe Castaner, rapporteur thématique. La commission a émis un avis défavorable à cet amendement. Toutefois, à titre personnel, il me semble que les arguments exposés par Sabine Buis sont intéressants

M. le président. Quel est l'avis du Gouvernement ?

M. Emmanuel Macron, ministre. Vous avez raison de rappeler cet engagement important, qui a été pris dès 2012, de réformer le code minier. M. Tuot, qui a mené un important travail d'expertise et de consultation, a remis, à l'été 2014, une proposition de texte à mon prédécesseur, qui a été étudiée par les services compétents. Un texte, préparé par mon ministère à l'issue de ces travaux, est désormais prêt. Je vous propose de commencer, à partir de la fin du mois de février, des concertations sur la base du texte élaboré d'après les travaux de M. Tuot. Ce sujet va bien au-delà de la question des gaz de schiste, puisqu'il s'agit de rénover les conditions dans lesquelles on accorde ou on renouvelle les permis miniers dans notre pays.

M. le président. La parole est à Mme Sabine Buis.

Mme Sabine Buis. Je m'étais promis de ne rien lâcher sur cet amendement tant il me tient à cœur, mais les propos du ministre sont très rassurants et je veux les croire. Je vais donc retirer mon amendement, sans me dire que je commets une erreur. Nous sommes dans la seconde moitié du mandat et il était temps de prendre des engagements. Je vous en remercie, monsieur le ministre, et soyez certain que je suis à votre disposition, comme de nombreux autres parlementaires, pour traiter de ce sujet au plus vite.

Lire l'article d'Arnaud Gossement

Gaz : Shell ferme un projet en Ukraine


13.03.15. - 

Encore une bonne nouvelle sur le front de l’exploration des gaz de schiste en Europe puisqu’une compagnie pétrolière se casse encore les dents sur ce mirage des gaz de schiste qui ne sont pas au rendez-vous sur le vieux continent.Shell est la deuxième compagnie étrangère à fermer un projet gazier en Ukraine après la société américaine Chevron.


Le consortium pétrogazier anglo-néerlandais Shell et la société ukrainienne Ukrgazdobycha arrêtent les travaux de prospection de gaz dans la région ukrainienne de Kharkov pour des raisons économiques, a annoncé jeudi le service de presse de Shell Ukraine.

« Les sociétés Shell et Ukrgazdobycha ont décidé de rompre leur contrat qui prévoyait la production de gaz de grès (sables consolidés). Au terme des travaux de prospection, les parties ont reconnu que la réalisation du projet n’avait pas d’utilité économique et ont décidé de renoncer aux travaux », a indiqué le service de presse.

Deux puits de prospection ont été forés dans la région de Kharkov dans le cadre du projet : Beliaevskaïa-400 et Novo-Metchebilovskaïa-100. Les deux puits seront fermés. « Tous les travaux se déroulent conformément aux lois ukrainiennes, aux normes écologiques internationales et aux normes de Shell », a ajouté le service.

En 2014, Shell s’est déjà retiré des négociations sur la production de gaz sur le plateau continental de la mer Noire, sans attendre la signature d’un accord sur le partage de production.

Shell n’est pas la première compagnie pétrogazière à fermer des projets en Ukraine. En décembre 2014, la compagnie américaine Chevron s’est retirée du projet de prospection et de production de gaz de schiste dans les régions de Lvov et d’Ivano-Frankovsk qui avait été lancé en novembre 2013.

Plusieurs manifestations de protestation contre la production de gaz non conventionnel (de schiste et de grès) se sont tenues en Ukraine. Les manifestants ont dénoncé les conséquences écologiques néfastes de ces projets.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Shell abandons two exploration wells in east Ukraine

12.03.15. - LONDON, March 12 (Reuters) - Royal Dutch Shell has abandoned two natural gas exploration wells in eastern Ukraine after they were deemed uneconomical, the oil major said on Thursday.

Shell and Ukrainian state-run gas company Ukrgasvydobuvannya jointly started exploration at the wells in the province of Kharkiv Oblast in 2012 but after evaluating geological data, the sides decided to drop the project.

"Based on the exploration results, the parties agreed that further activity within the project was not economically viable and agreed to terminate the agreement," Shell said in a statement.

The two wells are being abandoned and the sites' remediation process has started, the Anglo-Dutch company added.

Shell's only remaining exploration project in Ukraine is the Yuzivska well, which has been under force majeur since the summer of 2014 due to the conflict in the country. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Foreuses en activité [USA] - 20/03/15

BHI Rig Count: U.S. -56 to 1069 rigs

U.S. Rig Count is down 56 rigs from last week to 1069, with oil rigs down 41 to 825, gas rigs down 15 to 242, and miscellaneous rigs unchanged at 2.

U.S. Rig Count is down 734 rigs from last year at 1803, with oil rigs down 648, gas rigs down 84, and miscellaneous rigs down 2.

The U.S. Offshore rig count is 37, down 11 rigs from last week, and down 18 rigs year over year.

BHI Rig Count: Canada -80 to 140 rigs

Canadian Rig Count is down 80 rigs from last week to 140, with oil rigs down 55 to 30, and gas rigs down 25 to 110.

Canadian Rig Count is down 249 rigs from last year at 389, with oil rigs down 180, and gas rigs down 69.

Additional information on the rig count is available on our rig count website at www.bakerhughes.com/rigcount.


isa77_Jouarre's insight:

Le décompte de la semaine, proposé par BakerHugues.

56 foreuses en moins pour les Etats-Unis (il en reste 1069 actives)

734 foreuses en moins si on compare les chiffres de cette semaine avec ceux de la même semaine, il y a un an. Il y avait 1803 foreuses actives en mars 2014. 

Les chiffres ne sont pas meilleurs pour le Canada. Il ne reste plus que 140 foreuses en activité, contre 389 il y a un an…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Lotfi Double Kanon chante contre le gaz de schiste avec des ... - Al Huffington Post

Google actu "Schiste" - ven, 20/03/2015 - 18:53

Al Huffington Post

Lotfi Double Kanon chante contre le gaz de schiste avec des ...
Al Huffington Post
"Mais quand certains médias et télés ont commencé à diffamer le mouvement (anti-gaz de schiste) à In Salah, en les accusant de détester le pays, d'être manipulés par "des mains de l'étranger"...Là on s'est dit qu'on doit intervenir et dire que les ...

Exploitation du gaz de schiste en Algérie: les raisons de la colère - RFI

Google actu "Schiste" - ven, 20/03/2015 - 18:06

RFI

Exploitation du gaz de schiste en Algérie: les raisons de la colère
RFI
Mais le pays a perdu des parts de marché avec l'arrivée du gaz du schiste américain et la découverte de gisements off shore dans l'est de la Méditerranée. Comme les hydrocarbures restent sa principale source de revenus puisqu'ils représentent 98% de ...
Gaz de schiste: l'Algérie poursuivra les foragesLe Figaro
Mouvement anti-gaz de schiste: Bouteflika agacé par les ...algerie-focus.com
Bouteflika maintient le cap sur l'exploration du gaz de schisteTSA - Tout Sur l'Algérie
Romandie.com
51 autres articles »

"Verdir" le Code minier ...

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - ven, 20/03/2015 - 09:33

Le gouvernement veut " verdir " le Code minier

La France ne renouera peut-être pas avec son glorieux passé minier, mais elle peut relancer ce secteur où l'or, le plomb, le zinc, l'antimoine ou le tungstène (la fracturation hydraulique néce...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/20/le-gouvernement-veut-verdir-le-code-minier_4597620_3234.html

Schiste: les opposants s'inquiètent - Acadie Nouvelle (Abonnement)

Google actu "Schiste" - ven, 20/03/2015 - 02:32

Acadie Nouvelle (Abonnement)

Schiste: les opposants s'inquiètent
Acadie Nouvelle (Abonnement)
MONCTON – L'Alliance anti gaz de schiste de la province dénonce les demandes croissantes de l'opposition officielle du Nouveau-Brunswick en faveur de lever le moratoire imposé par le gouvernement de Brian Gallant. Dans un communiqué émis jeudi à ...

Schiste: les opposants s'inquiètent - Acadie Nouvelle (Abonnement)

Google actu "Schiste" - ven, 20/03/2015 - 02:32

Acadie Nouvelle (Abonnement)

Schiste: les opposants s'inquiètent
Acadie Nouvelle (Abonnement)
MONCTON – L'Alliance anti gaz de schiste de la province dénonce les demandes croissantes de l'opposition officielle du Nouveau-Brunswick en faveur de lever le moratoire imposé par le gouvernement de Brian Gallant. Dans un communiqué émis jeudi à ...

Les réponses à Bien vivre dans le Gers

Gaz de Schistes Provence - ven, 20/03/2015 - 00:26

source: LaDepeche.fr 

// //

 
Publié le 19/03/2015 à 08:42
Le collectif Bien vivre dans le Gers avait interpellé les candidats aux élections départementales sur quatre sujets. Dans un communiqué, le collectif indique : «Nous notons que certains se positionnent clairement contre les élevages industriels, le gaz et le pétrole de schiste, les barrages et la décharge de Pavie : ce sont tous les candidates et candidats d’Europe Écologie Les Verts, de L’Alternative – Le Front de g’Auch, et du Parti de Gauche, ainsi que les candidats de Libres et Indépendants pour le Gers, à l’exception de Dominique Darrozes et Jérôme Piques qui ne se sont positionnés que contre les élevages industriels.» Ce communiqué ajoute : «Certains n’ont pris position que sur certaines questions : Brigitte Labedan et Pierre Tabarin (Divers-droite) sont favorables aux élevages industriels mais sont prêts à reconsidérer la décharge de Pavie et ne sont pas partisans du gaz de schiste. Quant au Front National, ses candidats refusent de prendre position en laissant la décision à des ‘’ spécialistes ‘’. Nous regrettons que les candidats du PS et la plupart des candidats UMP n’aient pas pris la peine de nous répondre».

// La Dépêche du Midi

Terroir, Tafta et gaz de schiste à St-Lager-Bressac

Gaz de Schistes Provence - ven, 20/03/2015 - 00:19
 19/03/15 Par : Justine Minet

Parmi les nombreuses problématiques évoquées mardi dernier lors du conseil municipal de Saint-Lager-Bressac, on retiendra l’importance majeure accordée à la dimension locale. En effet, le conseil municipal a commencé par… une petite dégustation de produits locaux pour trouver des nouveaux producteurs qui pourraient fournir la cantine scolaire du RPI.

Gaz de schiste, toujours contre

Le conseil municipal de Saint-Lager-Bressac, à l’instar de la majorité des élus ardéchois, répond à la volonté de la population en s’opposant au renouvellement du permis du bassin d’Alès, permis déposé sous Jean-Louis Borloo en 2010 qui expirera cette année. Les habitants et les élus locaux tentent de faire pression pour demander à l’actuelle ministre de l’écologie, Segolene Royal, de s’opposer à son renouvellement.

Non au Tafta

Les membres du conseil municipal s’opposent unanimement au traité de libre-échange transatlantique (Tafta pour Trans-Atlantic Free Trade Agreement). Ce projet d’accord commercial entre les Etats-Unis et l’Union européenne permettrait de libéraliser les échanges de biens et de services en se substituant aux directives de l’OMC et en supprimant les barrières douanières.

Mais aussi…

– Le bilan des comptes de la commune pour l’année 2014 est positif malgré les coûts importants liés aux dégâts naturels des orages de novembre dernier. L’année 2015 devrait aussi connaître un résultat excédentaire, peu de frais étant à prévoir.

– La préparation du nouveau bureau de vote pour les élections départementales a été évoquée. Rappelons que 4 listes se présenteront pour le canton de Chomérac les 22 et 29 mars.

Le Tafta autoriserait la vente de produits américains en Europe aux normes qui sont propres aux Etats-Unis. Cet accord donnerait également aux multinationales la possibilité d’attaquer les Etats en justice en cas de désaccord. Ainsi les conseillers municipaux de Saint-Lager Bressac craignent que leur commune qui privilégie les produits locaux soit attaquée pour concurrence déloyale. De plus, le Tafta autoriserait le libre accès aux matières premières dans les pays partenaires, ce qui renvoie à la question du gaz de schiste.

Sylvain Ascari, adjoint au maire et professeur des écoles, souligne un paradoxe sur la méthode employée par les chefs d’Etats pour faire connaître ce projet commercial. Barack Obama affichait déjà sa volonté de développer le commerce international au début de son mandat. Le Tafta est donc une suite logique de sa campagne. Il est alors perçu de manière positive. Alors qu’en Europe les chefs d’Etat se battent discrètement contre le peuple et les élus en faveur de ce traité, François Hollande souhaite « aller vite » pour éviter « une accumulation de peurs, de menaces, de crispations », a-t-il déclaré lors de sa dernière visite aux États-Unis. Ces méthodes apparaissent quelque peu douteuses et antidémocratiques.

Et le maire, Alain Bernard, de dénoncer cette stratégie qui agit « telle une taupe qui vient manger les plantes par la racine et nous attaque au cœur ». Le conseil municipal, indigné, demande un arrêt immédiat des négociations et l’ouverture d’un débat national sur cette motion de libre-échange transatlantique…

Barbara de Blic


Gaz de schiste: l'Algérie poursuivra les forages - Le Figaro

Google actu "Schiste" - jeu, 19/03/2015 - 21:36

TSA - Tout Sur l'Algérie

Gaz de schiste: l'Algérie poursuivra les forages
Le Figaro
"Sans une connaissance suffisante des potentialités de notre sous-sol en gaz (conventionnels) et en pétrole et gaz de schiste, il ne nous sera pas possible de planifier les étapes futures du développement de notre pays", a justifié le président ...
Bouteflika maintient le cap sur l'exploration du gaz de schisteTSA - Tout Sur l'Algérie
Mouvement anti-gaz de schiste: Bouteflika agacé par les ...algerie-focus.com
Gaz de schiste: l'Algérie poursuivra "jusqu'au bout" les forages ...Actualités Techniques de l'Ingénieur
Al Huffington Post
33 autres articles »

Les forages de GdS font des bulles aux Pays Bas

Gaz de Schistes Provence - jeu, 19/03/2015 - 19:10

Enregistrement de la rubrique de Nicolas Demorand à 18h40 sur France inter.
Les dégâts et séismes dus aux GdS en Hollande


Bouteflika maintient le cap sur l'exploration du gaz de schiste - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - jeu, 19/03/2015 - 16:42

TSA - Tout Sur l'Algérie

Bouteflika maintient le cap sur l'exploration du gaz de schiste
TSA - Tout Sur l'Algérie
Le président Abdelaziz Bouteflika veut rassurer les populations du sud concernant l'exploration du gaz de schiste à In Salah. « C'est en gardant, en permanence, à l'esprit que nul n'a le droit et ne peut se permettre d'agir d'aucune manière, pouvant ...
Mouvement anti-gaz de schiste: Bouteflika agacé par les ...algerie-focus.com
Gaz de schiste: Bouteflika attaque des "pseudo-hommes politiques ...Al Huffington Post

3 autres articles »

Terroir, Tafta et gaz de schiste à St-Lager-Bressac - La Tribune

Google actu "Schiste" - jeu, 19/03/2015 - 11:07

La Tribune

Terroir, Tafta et gaz de schiste à St-Lager-Bressac
La Tribune
Parmi les nombreuses problématiques évoquées mardi dernier lors du conseil municipal de Saint-Lager-Bressac, on retiendra l'importance majeure accordée à la dimension locale. En effet, le conseil municipal a commencé par... une petite dégustation de ...

Le solaire moins cher que le gaz et le charbon

Gaz de Schistes Provence - jeu, 19/03/2015 - 00:30

source: – Altermonde-sans-frontières

–>

mercredi 18 mars 2015

Par Fabrice Nicolino

Incroyable, mais surtout vrai : l’électricité solaire pourrait coûter moins cher que celle tirée du charbon et du gaz. Dans dix ans seulement. Il faudrait donc investir massivement, par milliards d’euros, mais on ne le fera pas. Pourquoi ? Parce que.

Ce n’est jamais qu’une étude, mais elle remue en profondeur. [1] Selon ce travail, l’énergie solaire pourrait devenir moins coûteuse que le charbon et le gaz. Quand ? Dès 2025, dans seulement dix ans. Malgré l’énormité du propos, il ne s’agit aucunement de foutage de gueule, car le signataire s’appelle l’Institut Fraunhofer. Ce monument allemand emploie 22 000 personnes, réparties dans 57 instituts, tous spécialisés. Et l’ensemble est l’un des fleurons mondiaux de la recherche appliquée.

C’est donc sérieux, pas indiscutable mais assurément sérieux. Voyons le détail. Un, la technologie photovoltaïque offre déjà des prix très bas. En Allemagne, le coût de la production solaire d’électricité est tombé de 40 centimes au kWh en 2005 à 9 centimes en 2014. Or les nouvelles centrales au charbon ou au gaz livrent une électricité dont le prix varie entre 7 et 11 centimes par kWh. Deux, cette même électricité sera bientôt la moins chère, toutes sources confondues, dans de nombreuses régions du monde. Le scénario le moins favorable prévoit dès 2025 une électricité solaire comprise entre 4 et 6 centimes par kWh. Trois, la plupart des analyses sous-estiment la puissance du solaire, notamment parce qu’elles s’appuient sur des données incomplètes ou dépassées.

Gaziers fréquentablesEt la France ? Idem. En moyenne, le solaire pourrait en 2025 coûter 3 % moins cher que le nucléaire, qu’on nous a toujours présenté comme la panacée énergétique. Pourrait, car pour l’heure la filière photovoltaïque a perdu près de 15 000 emplois entre 2010 et 2012, chutant de 32 500 à 18 000. On ne sautait réduire les causes du phénomène à une seule, mais la surpuissance économique et politique d’EDF y joue un rôle central. Mastodonte parmi les mastodontes, EDF est le plus grand producteur d’électricité au monde, dont 80 % viennent du nucléaire. Est-on bien sûr que ce flamboyant monopole a envie de soutenir le solaire au détriment de sa chasse gardée de l’atome ?

Comme un groupe de cette taille ne peut être absent d’un tel marché, EDF a créé en 2004 une filiale de dimension internationale, EDF Énergies Nouvelles, dédiée exclusivement aux énergies renouvelables. Et cette dernière a fondé en 2006 EDF ENR, vouée au solaire photovoltaïque. Dans le marché français des dix dernières années, sinistré, il n’était pas trop difficile de faire son marché. Coup sur coup, EDF ENR a racheté tout ou partie de Ribo, de Supra, de Photon Power Technologies. Et quand Photowatt, notre grand fabricant de cellules photovoltaïques, fait faillite, en 2012, EDF ENR est encore là en embuscade, qui rachète l’éclopé. Voilà où en est la France de la prétendue « transition énergétique », au moment même où il faudrait investir par milliards d’euros dans le solaire : la clé du royaume est entre les mains du champion du nucléaire, qui n’entend céder sur rien.

À l’échelon européen, le printemps attendra aussi à la porte. L’heure est à l’ « Union de l’énergie », concept lancé en fanfare par le commissaire espagnol de l’Énergie, Miguel Arias Cañete, lobbyiste du pétrole bien connu. En deux mots, il s’agit de réduire la dépendance de l’Europe par rapport au gaz russe. Selon le site en ligne EurActiv, fort bien informé, « l’Union de l’énergie tend la main à des régimes autoritaires ». Concrètement, des pays comme la Turquie, l’Algérie, le Turkménistan, l’Azerbaïdjan et même, à terme, l’Iran et l’Irak deviendraient des fournisseurs de premier rang. Mais bien entendu, il faudra un tour de passe-passe pour qu’ils deviennent fréquentables. Citation : « Lors d’un entretien exclusif, Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission chargé de l’Union de l’énergie, a assuré à EurActiv que les nouveaux contrats de livraison de gaz ne profiteraient pas aux dictatures. Selon lui, des négociations progressives permettront au contraire de faire progresser les Droits de l’Homme. »

Ainsi, les contrats, et la corruption massive qui les accompagne, conduiront à petits pas vers le bonheur commun. Il suffisait d’y penser : tout le pétrole, le gaz et le nucléaire. Et rien pour le solaire.

Charlie Hebdo N°1181 du 11 mars 2015

[1euractiv.com


Algérie : Pourquoi le gaz de schiste est une mauvaise solution - Mondialisation.ca

Google actu "Schiste" - mer, 18/03/2015 - 18:42

Mondialisation.ca

Algérie : Pourquoi le gaz de schiste est une mauvaise solution
Mondialisation.ca
José Bové désigne Total comme une entreprise criminelle du fait de songer à exploiter le gaz de schiste en Algérie et dans une région contenant le plus grande réserve d'eau en Algérie, un pays en stress hydrique et il poursuit : «Total pensait pouvoir ...
Algérie : Pourquoi le gaz de schistePalestine Solidarité

2 autres articles »

Gaz de schiste : Ségolène Royal réaffirme son opposition - Le Dauphiné Libéré

Google actu "Schiste" - mer, 18/03/2015 - 13:52

Le Dauphiné Libéré

Gaz de schiste : Ségolène Royal réaffirme son opposition
Le Dauphiné Libéré
Interpellée par le maire de Barjac Edouard Chaulet sur les demandes de prolongation de permis d'exploration de gaz de schiste en cours d'instruction dans les départements du Gard et de l'Ardèche, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a réaffirmé ...

Le gouvernement relance la réforme du code minier

Gaz de Schistes Provence - mer, 18/03/2015 - 13:52
source: AFP paru le 17 mars 2015 à 22:12

Le gouvernement a lancé une nouvelle étape dans son projet de réforme du code minier, véritable serpent de mer depuis 2012, en annonçant mardi le début de la concertation publique autour de ce texte.

La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, et son homologue de l’Economie, Emmanuel Macron, ont lancé des « consultations formelles sur l’avant-projet de loi de réforme du code minier », ont indiqué les deux ministères dans un communiqué conjoint.

Le projet de loi sera mis en ligne sur Internet « dans les prochains jours » a précisé le ministère de l’Ecologie à l’AFP, dans le cadre de la consultation publique prévue dans le cadre du Code de l’environnement.

En parallèle, le gouvernement mènera les consultations des organismes officiels (Conseil national de la tansition écologique, etc.), avant la saisine du Conseil d’Etat.

L’objectif est de voir le texte arriver « avant la fin de l’année » en Conseil des ministres, a précisé le ministère de l’Economie à l’AFP.

Le gouvernement avait lancé en 2012 le chantier de la modernisation de la réglementation minière, après une controverse à propos des forages pétroliers de Shell au large de la Guyane. Cette réglementation, dont les fondations remontent à 1810, était accusé de sacrifier l’environnement sur l’autel du libéralisme.

Alors que l’ancien ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, avait affirmé qu’il serait déposé au Parlement à l’automne 2014, son élaboration a pris plus de temps que prévu.

Le futur code minier devra « mieux intégrer les principes de la charte de l’environnement », notamment dans la prise en compte des dégats miniers, « mieux prendre en compte dans les procédures la sécurité des travailleurs, la sécurité publique », « assurer aux activités minières le haut niveau de sécurité juridique qu’elles requièrent » et « démocratiser les procédures et les rendre plus transparentes », est-il précisé dans le communiqué.

Dans le cadre de la volonté de relancer l’industrie minière, le gouvernement envisageait aussi la création d’une Compagnie nationale des mines de France. Ce projet ne rentre pas dans le cadre du projet de loi et il n’y a pas aujourd’hui encore d’arbitrage ou d’annonce sur ce sujet là », a indiqué Bercy.

En parallèle, le gouvernement va bientôt lancer une autre consultation avec tous les acteurs impliqués dans les dossiers miniers (entreprises, ONG, associations, collectivités) pour élaborer une charte des bonnes pratiques de l’exploitation minière, afin de « changer l’image » de cette industrie, a annoncé Bercy.


Syndiquer le contenu