Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Film-documentaire "NO GAZARAN"

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - dim, 02/02/2014 - 19:00

NO GAZARAN
UN DOCUMENTAIRE DE CREATION
DE DORIS BUTTIGNOL ET CAROLE MENDUNI

Image : Doris Buttignol, Carole Menduni, Samuel Sagon, Thorsten Künish
Son : Doris Buttignol, Carole Menduni, Mathieu Quillet
Montage : Emmanuelle Zelez
Production : Les Brasseurs de Cages, les Films du Zèbre

Sortie nationale le 02 avril 2014
Avants-premières en présence des réalisatrices :
le 31 janvier aux Vans
le 04 février aux Vans à 18h30
le 04 février à Barjac à 20h30 (soupe du gardéchois servie à partir de 19h00)
le 17 février à Paris
le 10 mars à Buis les baronnies
le 17 mars à Nyons
le 18 à Vaison la Romaine
le 21 mars à Tence
le 27 mars à Crest

Présentation du film NO GAZARAN
Vidéo de bande annonce

RÉSUMÉ :
L'alerte est lancée dans le sud est de la France début 2011 : le gaz de schiste arrive dans nos villages, nos paysages, nos vies ! Le gaz de quoi ?
Carnet de route d'une mobilisation citoyenne imprévue, le film témoigne des soubresauts d'une société prise au piège d'un modèle économique en crise en suivant pendant deux ans l'organisation d'un mouvement de résistance historique qui va faire reculer les industriels et l'état.

INTENTION DE PRODUCTION :
Le film NO GAZARAN, s'inscrit dans la tradition des films d'ancrage. On sait, même si le débat est récent, que la problématique du gaz de schiste, donc celle des énergies fossiles, donc celle de notre mode d'exploitation des ressources énergétiques avec son cortège de conséquences, plus ou moins connues, et plus ou moins prises en compte, se régule et s'administre dans des sphères de décision loin des univers de vie du citoyen. Pourtant, cette distance, n'a pas empêché que l'action de terrain menée par des individus très divers, mais conscients d'un enjeu commun, fasse, au moins temporairement, reculer la toute puissance autocratique des grands groupes énergétiques.

Cette résistance mérite qu'on y porte la lumière, et que les tenants et aboutissants des enjeux en cours, les forces en présence, et les rapports entre le pouvoir de l'action et le pouvoir régalien, soient mis en mémoire, analysés et portés à la connaissance publique. Il y a œuvre de patrimoine à garder, traces des luttes de terrain contre le fait acquis, parce qu'imposé par la force, à garder trace aussi d'un environnement, d'un univers de vie qui risque d'être malmené dans un futur peut-être proche.
Le sujet du film c'est bien le rapport de l'individu menacé, à la cause de cette menace, et comment il se met en œuvre face à elle. Cela nous concerne parce que par ce dispositif on peut se reconnaître là dans une communauté d'intérêt, une communauté de cause.

SYNOPSIS :
Le film démarre sur un survol de terres sur lesquelles pèse désormais une menace.
On retrouve ensuite sur le terrain une foule mobilisée derrière ses élus locaux : à Villeneuve de Berg en février 2011, plus de 20 000 personnes sont venues prendre position contre l'exploitation du gaz de schiste. José Bové, Michèle Rivasi, Olivier Keller, Jean Louis Chopy et d'autres se succèdent à la tribune pour donner l'alerte. Les premiers collectifs se forment notamment dans le sud est de la France pour informer les populations qui découvrent que les terres de leurs communes sont potentiellement devenues de futurs sites d'extraction industriels de gaz non conventionnel.

Au parlement européen, Michèle Rivasi organise un colloque d'experts indépendants en réponse au lobbying mené par les industriels. Sur le terrain la mobilisation s'étend et s'organise. La pression du mouvement citoyen en contexte électoral fait reculer le gouvernement.

Une loi est votée durant l'été 2011 interdisant la fracturation hydraulique, les industriels détenteurs de permis contre attaquent sur le manque à gagner. En octobre les 3 permis ayant suscité la plus grande mobilisation sont abrogés mais une soixantaine restent actifs.
Durant l'élection présidentielle en France, le dossier très sensible du gaz de schiste est plus ou moins mis au placard.

Lors de élection François Hollande promet qu'il n'y aura pas d'exploitation du gaz de schiste durant son mandat, mais régulièrement la controverse resurgit notamment à la faveur de l'argument d'une « réindustrialisation » de la France dans un climat de crise qui a gagné toute l'Europe.

Au Parlement européen, les élus opposés au gaz de schiste se battent pour mettre en place une législation adaptée aux risques environnementaux majeurs. Les Polonais qui veulent développer cette ressource sont obligés de revoir leurs prévisions à la baisse : les gisements sont 5 fois moins importants que ce qu'il avait été annoncé, l'exploitation est bien moins rentable qu'ils ne l'espéraient alors que la Bulgarie sous la pression de la mobilisation a mis en place un moratoire.

En dépit des déclarations du gouvernement, la société Mouvoil est autorisée à sonder les terres de la plaine d'Alès et les collectifs se mobilisent prêts à se mettre en situation de désobéissance civile. Le gouvernement recule une fois encore, mais pour combien de temps ?

Epuisement des ressources fossiles, flambée du prix du pétrole, dérèglement climatique, dangerosité de l'atome, les constats s'accumulent pour nous montrer l'impasse de notre modèle énergétique. Le gaz de schiste, croisé avec l'accident dramatique de Fukushima, pointe la nécessité d'un grand débat citoyen sur la transition énergétique pour l'instant écarté par la collusion entre les lobbies industriels et l'appareil politique du pouvoir. Seule la pression citoyenne fera qu'il faudra bien un jour parler des choses qui fâchent...

La proximité des sites de fracturation augmente le risque de malformations congénitales

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - sam, 01/02/2014 - 16:57

LA PROXIMITÉ DES SITES DE FRACTURATION
AUGMENTE LE RISQUE DE MALFORMATIONS CONGÉNITALES

Une nouvelle étude montre que la proximité des sites de fracturation augmente le risque de malformations congénitales

Article de Brandon Baker sur ecowatch.com le 30/01/2014
Traduction assurée par Max du Collectif Basta ! Gaz Alès

Les dangers de la fracturation ne sont pas un secret, mais une étude publiée cette semaine montre l'impact dévastateur que peut avoir le processus sur les bébés avant même qu'ils aient une chance de vivre leur vie.

Les enfants à naître des femmes enceintes qui vivent dans un rayon de 10 miles (env.18 kilomètres) des sites de fracturation sont beaucoup plus sensibles à des malformations cardiaques congénitales selon les résultats des naissances et maternités résidentielles à proximité de l'exploitation du gaz naturel dans le Colorado rural.

L'étude a examiné les données de 124 842 naissances rurales dans l'état du Colorado entre 1996 et 2009.
"Nous avons observé une association entre la densité et la proximité des puits de gaz naturel dans un rayon de (10 miles) env.18 kilomètres de résidence de la mère et de la prévalence de cardiopathie congénitale et éventuellement les anomalies du tube neural. "

Gary Wockner, directeur du programme Colorado Clean Water Action, a une interprétation plus directe de l'étude.
" Ces résultats suggèrent que la fracturation provoque des anomalies chez les bébés et plus nous en apprenons sur la fracturation hydraulique, pire c'est, " dit-il. "Si vous vivez près d'un lieu de fracturation et que vous voulez avoir un bébé en bonne santé, vous devriez envisager de déménager. "

Selon la Commission de la Conservation du pétrole et Gaz du Colorado, 26 pour cent des plus de 47 000 puits de pétrole et de gaz dans l'état sont situés entre150 et 300 mètres d'une maison ou autres bâtiments d'habitation.
* " Le plus choquant, c'est que ce processus industriel extrêmement dangereux de fracturation a été autorisé à se réaliser avec pratiquement aucune réglementation et aucune étude des impacts sur la santé publique" a déclaré G.Wockner.
* "Cette étude révèle la terrible vérité sur la fracturation – il est un danger pour la santé publique- et l'ampleur que nous commençons à peine à connaître. "
* "Les études réalisées dans le Colorado, le Texas, le Wyoming et l'Oklahoma ont démontré que le développement du gaz naturel entraîne l'émission de composés organiques volatiles, de dioxyde d'azote, dioxyde de soufre, les particules et les hydrocarbures aromatiques polycycliques provenant soit du puits lui-même ou des processus de forage associés ou des infrastructures liées.

Sont visés, les boues de forage, les fluides de fracturation hydraulique, les réservoirs contenant de l'eau et des déchets d'hydrocarbures liquides, les particules des moteurs diesel des stations de compression, les déshydrateurs et les pipelines."
" Certains de ces polluants par exemple, le toluène, xylènes, et le benzène sont soupçonnés d'être tératogènes ou mutagènes et sont connus pour traverser le placenta, ce qui soulève la possibilité de l'exposition du fœtus à ceux-ci et d'autres polluants."

Autres constatations que les malformations congénitales comprennent :
Défaut de coussin endocardiaque
Pulmonaire atrésie de la valve et la sténose

Gary Wockner indique que la révolte des citoyens contre la fracturation est en cours près de Denver, avec plus de 400.000 habitants de villes votant pour interdire efficacement la fracturation.

Les résultats de cette étude continueront d'augmenter cette révolte, et à juste titre. La fracturation est un procédé industriel dangereux qui utilise des produits chimiques cancérigènes, il n'a absolument pas sa place près des collectivités où les familles vivent, travaillent et jouent ensemble."

Le "cheval de Troie" censé faire accepter le gaz de schiste aux ... - FRANCE 24

Google actu "Schiste" - ven, 31/01/2014 - 21:11

FRANCE 24

Le "cheval de Troie" censé faire accepter le gaz de schiste aux ...
FRANCE 24
Le ministre français Arnaud Montebourg défend une technique "propre" d'exploitation du gaz de schiste pour remplacer la fracturation hydraulique, interdite en France. Une supercherie selon Thomas Porcher, économiste et pourfendeur du gaz de schiste.
VIDEOS. Gaz de schiste : le schisme entre Duflot et MontebourgLe Parisien
Montebourg veut promouvoir une extraction « propre » des gaz de ...Le Monde
Gaz de schiste : le rapport secret d'Arnaud MontebourgLe Nouvel Observateur
Libération -L'Express
131 autres articles »

Gaz de schiste : une nouvelle technique pas si innocente - Le Figaro

Google actu "Schiste" - ven, 31/01/2014 - 19:13

Le Figaro

Gaz de schiste : une nouvelle technique pas si innocente
Le Figaro
Le gaz de schiste lézarde encore l'unanimité du gouvernement. Cécile Duflot, ministre du Logement, soutenue par Philippe Martin à l'Écologie, s'oppose à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. Lequel voudrait, selon Le Canard enchaîné, ...

La vérite sur les crimes de chevron

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - jeu, 30/01/2014 - 20:01
LA VERITE SUR LES CRIMES DE CHEVRON

ou le combat du « pot de terre contre le pot de fer »

Conférence de presse
Vendredi 31 janvier à 19h00 au siège du MRAP - 43 Bd Magenta - 75010 Paris

Pendant la période d'exploitation pétrolière, de 1964 à 1992, la société TEXACO, rachetée par CHEVRON en 2002, a creusé 356 puits dans l'Amazonie équatorienne.

Les résidus pétroliers et substances chimiques issus de l'extraction de pétrole de ces puits ont été entreposés dans plus de 1 000 piscines à ciel ouvert sans aucune mesure de sécurité ou isolement des fosses.
Ces négligences ont provoqué l'infiltration des substances toxiques dans les sols et nappes phréatiques et leur déversement dans les rivières par ruissellement des eaux ou débordement des fosses.
En tout, CHEVRON-TEXACO a été responsable du déversement de plus de 71 millions de litres de résidus de pétrole et de 64 millions de litres de pétrole brut sur plus de 2 millions d'hectares .

Cette contamination a fait en 49 ans plus de 10 000 victimes :
82,4% de la population locale a souffert au moins une fois de la pollution générée par la société.
Ainsi, 96% des malades auraient rapporté des problèmes de peau, 75% des problèmes respiratoires, 64% des problèmes digestifs et 42% des problèmes oculaires.
Dans ces régions, le cancer représente 32% des décès enregistrés, soit 3 fois plus que la moyenne nationale, ce qui fait de cette maladie la principale cause de mortalité en Amazonie.
Le taux de fausses couches est 2,5 fois plus élevé.

En 1992 des milliers de citoyens équatoriens ont présenté une plainte groupée contre Texaco.
En 2011, le tribunal équatorien condamne le groupe pétrolier à verser 19 milliards de dollars d'indemnités.
Non seulement Texaco n'a jamais payé, mais il intente un procès contre les demandeurs équatoriens et leur avocat.

La conférence de presse sera animée par Maître Pablo Fajardo, principal avocat des victimes qui viendra spécialement en France, accompagné par un des représentant des victimes M.Donal Moncayo. Paris, le 30 janvier 2014

Télécharger le communiqué de presse (pdf 109 ko)

NOTE DU COLLECTIF 07 SGHDS : LA PRESSE
* sur The Huffington Post.fr : Chevron pollue l'Amazonie et porte plainte !
http://www.huffingtonpost.fr/emmanu...
* sur France-Libertes.org : http://www.france-libertes.org/Chev...
http://www.france-libertes.org/Chev...
* sur Le Monde.fr : Chevron devra payer pour avoir pollué l'Amazonie
http://www.lemonde.fr/ameriques/art...

Journée de solidarité organisée par le collectif Citoyen de Dieulefit

le dimanche 2 février 2014 à Dieulefit à partir de 14heures
à l'Espace culturel (La Halle), Rue Justin Jouve à coté de la Mairie

Pour soutenir le combat des victimes de la pollution provoquée par la TEXACO-CHEVRON en Equateur depuis 1964 et la lutte contre l'exploitation des Gaz de Schistes en Europe, avec Pablo FAJARDO, un des principaux avocats des victimes de déchets toxiques de la CHEVRON - Texaco (Pétrolier) en Amazonie équatorie nne.

Programme
* 14h00 : Ouverture de l'exposition photographique et projection de vidéos
* 15h00 : Projection d'un film sur les combats contre les lobbies en Amazonie
* 15h15 : Conférence de Pablo Fajardo,avocat international, qui défend les habitants contre les pétroliers
* 15h40 - 18h00 : Débat public avec les associations locales de lutte contre les gaz de schistes
* A partir 18h00 : Projections vidéos, repas festif avec le groupe ALAYA, musique traditionnelle de Bolivie, Équateur, Pérou

Nous vous invitons à venir nombreux pour découvrir et soutenir le combat des populations indigènes de la Province de Sucumbio située au nord de l'Equateur contre Chevron, multinationale pétrolière.

Cette région a fait l'objet d'une exploitation pétrolière scandaleuse tant sur le plan écologique, que sur le plan humain et sanitaire, des années soixante au début des années 90. Texaco/Che vron n'a délibérément pas respecté les règles en vigueur provoquant une catastrophe écologique.

La population s'est unie pour demander réparation, notamment le nettoyage et la décontamination des sites.
Cette lutte dure depuis plus de 20 ans, des procès ont été gagnés, mais Chevron use de tous les moyens pour ne payer les 10 milliards d'indemnités auxquels elle a été condamnée.

Pablo Fajardo Mendoza est un des principaux avocats de cette lutte, portée par l'association Frente de Defensa de la Amazonía (FDA).

Cette lutte nous concerne directement, même si elle se situe à des milliers de kilomètres de chez nous :
il s'agit de remettre en cause les techniques d'exploitation des énergies fossiles, et l'exemple de Lago-Agrio est bouleversant à cet égard.
L'exemplarité de cette lutte est indéniable : 30 000 habitants d'une région se sont unis pour faire valoir leurs droits contre une des multinationales pétrolières les plus importan tes du monde. C'est David contre Goliath. La cause de la FDA a été entendue par la justice, mais les moyens de Chevron sont tels que cette société fait tout pour échapper à ces obligations. Pouvons-nous refuser de nous plier aux dictats des multinationales ?
Nous devons reprendre confiance en nos capacités d'action et jouer pleinement notre rôle de citoyen du monde. La lutte de la Frente de Defensa de la Amazonía et le parcours de Pablo Fajardo sont exemplaires en la matière. Un des représentant des victimes M. Donald Moncayo, est en France, et accompagne Pablo FAJARDO en Europe. il s'agit aussi de débattre des possibilités d'action commune avec des associations en France, voire en Europe et en Amérique latine. Ainsi par exemple, la compagnie Chevron qui est mise en cause en Equateur, est en train d'implanter des exploitations de gaz de schistes notamment en Roumanie, et Pologne et Ukraine.

Pour plus d'information, vous pouvez consulter la page dédiée à la Frent e de Defensa de la Amazonía (FDA) du site monde-en-mouvement(s) : http://monde-en-mouvement.net/fc/vi... et le site d'Action pour les enfants des Andes (AEA) : http://www.aea-europa.eu/

Il y aura possibilité de signer la PETITION INTERNATIONALE de soutien aux peuples amazonien s d'Equateur en lutte contre la TEXACO-CHEVRON :
http://www.aea-europa.eu/
http://justiceforecuador.com/?lang=en
http://texacotoxico.org/ Si vous ne pouvez pas participer à la journée de solidarité, vous pouvez signer la pétition par internet : http://petitiondesvictimesdesdechet...

Nous espérons vous retrouver nombreux pour cette action de soutien à la Frente de Defensa de la Amazonía et nous vous invitons à diffuser largement cette invitation et signer la pétition ci-dessus.

Cet événement est co-organisé par : Collectif Citoyen du Pays de Dieulefit, Bizz'Art Nomade, Action pour les enfants de s Andes (AEA), Conseil Local de Développement (CLD Drôme Sud), Collectif Non au Gaz de Schistes Montélimar Drôme Sud, Babel Car'Amaz'Andes

Ces organisations s'unissent au Réseau Européen de Solidarité avec le combat des victimes de la pollution provoquée par la TEXACO-CHEVRON en Equateur.

Avec l'aide de : Mairie de Dieulefit - Département La Drôme - Région Rhône Alpes

L’heptafluoropropane, nouveau nom de la pierre philosophale ?

4/02: Maud Fontenoy continue de ramer pour le gaz de schiste         (!) Info minute – Revue de Presse Comme les alchimistes du moyen âge cherchaient, sans succès, la « pierre philosophale » permettant de transformer le plomb en or, Monsieur Montebourg cherche la substance qui permettrait de transformer le gaz de schiste en carburant écologique. Le […]

Arnaud "fracking" Montebourg, chantre des lobbies pour le gaz de schiste

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - jeu, 30/01/2014 - 12:10
ARNAUD "FRACKING" MONTEBOURG,
CHANTRE DES LOBBIES POUR LE GAZ DE SCHISTE

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et "homme" du lobby des gaz de schiste" poursuit une "stratégie durable" pour en imposer l'exploitation en France.

Après un long silence sur la question du gaz de schiste, Montebourg revient dans le débat public en déclarant le jeudi 23 janvier, sur la radio d'Europe 1, vouloir « convaincre » François Hollande « d'avancer sur la recherche de techniques propres à l'exploitation écologique du gaz de schiste ».
Le canard Enchainé vient de se faire l'écho de la duplicité de M. Montebourg
Le Journal de l'Environnement relate le mirage du fluoropropane selon le même Arnaud Montebourg : Gaz de schiste : Montebourg tente un ballon d'essai gonflé au fluoropropane alors même que Bruno Courme, le directeur de la filiale Total Gas Shale Europe reconnait que la technique est hautement dangereuse et non maitrisée.
Reporterre constate quand à lui "Le tenace lobbying d'Arnaud Montebourg pour le gaz de schiste" sur tous les fronts : OPECST, réforme du Code Minier

Sous prétexte de recherche scientifique monsieur Montebourg veut autoriser la prospection. Nous vous l'avons écrit il y a peu monsieur Montebourg, "ne confondez pas "recherche scientifique et prospection pétrolière"

N'en déplaise à Anrnaud "Fracking" Monteboug et à ses amis, dont certains comme Maud Fontenoy rament complètement
fracturation hydraulique ne veut pas dire fracturation avec de l'eau mais fracturation avec un fluide
la facturation au propane n'est ni propre ni rentable et elle n'est pas une alternative crédible
de par la nature des gisements de gaz de schiste, aucune forme de "stimulation" de la roche ne peut être propre
nous savons désormais, et vous savez pertinemment M. Arnaud "Fracking Montebourg, la dangerosité pour notre environnement, pour notre santé, pour l'air que nous respirons et pour l'eau que nous consommons. Il suffit de regarder les dégats aux USA pour constater que cette industrie serait désastre non seulement pour nos territoires, nos économies touristique et agricole mais que sa rentabilité n'est pas au rendez-vous sauf à ne pas prendre ne compte les innombrables dégats causés.

* Lire l'article "Pourquoi combattre les gaz de schiste"
* Lire l'article "Gaz de schiste et hydrocarbures non-conventionnels : une aberration économique, sanitaire et environnementale"
* Lire l'article "Présentation : gisements conventionels/non-conventionnels, hydrocarbures ..."

Après les avions renifleurs, le nuage de Tchernobil, le sang contaminé, la vache folle, l'amiante ... nous voilà avec un nouveau scandale en préparation !
Ressaisissez-vous monsieur Montebourg et faites honneur aux grandes figures d'un parti politique qui a été dans le passé un parti porteur de progrès, un parti pour lequel l'intérêt public était une valeur.

Monsieur Montebourg, nous l'avons dit et nous le répétons : No gazaran.
Aucune loi "scélérate" ne pourra permettre aux compagnies, pour leur profit, de venir détruire notre pays.

Maud Fontenoy : «Le gaz de schiste est devenu un atout écologique» - Le Parisien

Google actu "Schiste" - jeu, 30/01/2014 - 09:36

Le Parisien

Maud Fontenoy : «Le gaz de schiste est devenu un atout écologique»
Le Parisien
Le ministre du Redressement productif n'a pas renoncé à convaincre le président d'autoriser les recherches sur le gaz de schiste en mettant en avant une nouvelle technique propre d'exploitation du sous-sol. Qu'en pensez-vous? MAUD FONTENOY. Malgré ...
Maud Fontenoy favorable au gaz de schisteLe Figaro
Peut-on être écolo et en faveur des gaz de schiste ?Francetv info
La fracturation au propane pour exploiter le gaz de schiste français ?LeGazdeSchiste
Economie Matin -RTL.fr -EurActiv France
16 autres articles »

Les dangers du gaz de schiste dans le Jura (8): Arrivée fracassante dans l’Autunien

(!) Info minute – Revue de Presse Depuis le 21 novembre 2013, nos voisins et amis Suisses du Collectif Val-de-Travers publient dans le Courrier du Val-de-Travers Hebdo, une information sur le projet de forage de Noiraigue. Il nous semble tout à fait opportun de faire la chambre d’écho et d’offrir à nos lecteurs la possibilité […]

"L'Europe autorise l'exploitation du gaz de schiste", un article de Var Matin.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - mer, 29/01/2014 - 10:01
Publié le mercredi 22 janvier 2014

"La Commission européenne a adopté mercredi 22 janvier une recommandation qui laisse la voie libre à l'exploitation du gaz de schiste en Europe.

Cette recommandation a été faite à condition de respecter des "principes communs" minimaux, notamment sanitaires et environnementaux.

"Le gaz de schiste suscite des espoirs dans certaines régions d'Europe, mais également des inquiétudes. La Commission répond aux demandes d'action en formulant des principes minimaux que les Etats membres sont invités à suivre afin de tenir compte des aspects environnementaux et sanitaires et de donner aux exploitants et aux investisseurs la prévisibilité nécessaire", a expliqué le commissaire chargé de l'Environnement, Janez Potocnik.

Au grand dam des organisations de défense de l'environnement et à l'encontre du souhait du Parlement européen, la Commission européenne a refusé d'imposer des normes juridiques contraignantes concernant l'exploration et l'exploitation de cette source d'énergie.

Un "manque absolu de courage"


Les recommandations de Bruxelles sont "totalement insuffisantes pour protéger les populations et l'environnement des risques posés par l'extraction de ces hydrocarbures", a estimé l'ONG Les amis de la Terre.

Elle a dénoncé dans un communiqué "le manque absolu de courage de l'Union européenne qui, face aux pressions des lobbies, a renoncé à prendre des mesures concrètes dans ce domaine".

"Un site ne pourra être sélectionné que si l'évaluation des risques démontre que la fracturation hydraulique à haut débit n'entraîne la libération directe d'aucun polluant dans les nappes phréatiques", recommande notamment la Commission.

"Maximum de transparence"


Les Etats devront également s'assurer que les installations pour exploiter le gaz de schiste soient "construites de manière à éviter des fuites à la surface et des déversements dans le sol, l'eau ou l'air". Les évaluations d'impact sur l'environnement devront être menées avec "le maximum de transparence", insiste le texte de la Commission.

Les autorités nationales devront ainsi informer le public des produits chimiques utilisés durant la fracturation hydraulique. Les Etats membres de l'Union sont simplement invités à appliquer les principes formulés dans un délai de six mois et, à compter de décembre 2014, à informer chaque année la Commission des mesures qu'ils auront mises en place.

De l'exploration déjà dans certains Pays


Le développement du gaz de schiste dans l'UE est controversé. Certains pays (Royaume-Uni, Danemark, Pologne, Roumanie) développent des projets d'exploration, mais la France et la Bulgarie ont interdit l'exploitation.

L'Allemagne a banni la fracturation hydraulique dans les zones riches en eau de son territoire.
 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Nous ne sommes pas surpris"


Jean Marc Étienne, maire de Pontevès et membre actif du collectif Non au Gaz de schiste, a réagi à l'autorisation d'exploitation par l'UE du gaz de schiste.

"Nous ne sommes pas surpris. Nous savons de quel côté penche l'Union Européenne, celui des banques. Nous nous préparions à ca explique-t-il. De notre côté, nous préparons une étude la plus exhaustive possible sur deux plans. Le premier pour renforcer nos arguments juridiques en étudiant la fiabilité des arrêtés qui sont pris. Le maire reste responsable de la qualité de l'eau et de l'hygiène de ses habitants. Le second sur l'impact économique de l'exploitation du gaz de schiste sur notre département. Une étude qui n'a jamais été faite. Elle permettra de dire aux sceptiques que le gaz de schiste ca va couter tant, pour le tourisme, l'agriculture, les consommateurs..."

Gaz de schiste: Lettre ouverte des collectifs à Arnaud Montebourg

Mais aussi l’article paru dans le Canard enchainé le 29/01/2014   (!) Info minute – Revue de Presse ======================================================================== Lettre ouverte des collectifs français Non aux pétrole et gaz de schiste et de houille* Le 28 janvier 2014  À ARNAUD MONTEBOURG   Ministre du Redressement productif Gaz de schiste : Réfléchissons ensemble de manière réellement raisonnable Monsieur le Ministre, […]

centrale EON "biomasse", et maintenant la pétition ....

Collectif de Vigilance Gaz de Gardanne - lun, 27/01/2014 - 22:52
.... qui connait un succès grandissant ! Initié par "SOS Forets 04 " et cosignée entre autres par le CVGG, qui est partie prenante dans ce combat, merci de la signer et de la partager autour de vous . Elle est accessible par ce lien Voici le texte : Adressée à : Philippe Martin Nous vous[...]

Les dangers du gaz de schiste dans le Jura (7): Le fond du trou dans le Permien… mais où?

(!) Info minute – Revue de Presse Depuis le 21 novembre 2013, nos voisins et amis Suisses du Collectif Val-de-Travers publient dans le Courrier du Val-de-Travers Hebdo, une information sur le projet de forage de Noiraigue. Il nous semble tout à fait opportun de faire la chambre d’écho et d’offrir à nos lecteurs la possibilité […]

Gaz de schiste, le baiser de Judas?

(!) Info minute – Revue de Presse Communiqué de presse des collectifs français Non aux pétrole et gaz de schiste et de houille** Le baiser de Judas ? Quin c’hé nin, c’hé nin !* Les collectifs "NON au pétrole et gaz de schiste et de houille" réunis en coordination nationale à Valence les 25 et […]

Cette Greencross qui parle si bien du gaz de schiste, présidée par un magnat du pétrole et … du charbon.

(!) Info minute – Revue de Presse On n’aime pas taper sur les ONG environnementales. On n’oserait pas dire du mal d’une organisation qui, flamberge au vent, a décidé il y a un an de rejoindre notre combat en se lançant dans la diffusion d’informations sur « les enjeux sanitaires, environnementaux et économiques liés à l’exploitation […]

Les dangers du gaz de schiste dans le Jura (6): Objectif officiel, grès du Buntsandstein

(!) Info minute – Revue de Presse Depuis le 21 novembre 2013, nos voisins et amis Suisses du Collectif Val-de-Travers publient dans le Courrier du Val-de-Travers Hebdo, une information sur le projet de forage de Noiraigue. Il nous semble tout à fait opportun de faire la chambre d’écho et d’offrir à nos lecteurs la possibilité […]

Les dangers du gaz de schiste dans le Jura (5): Arrêt sur image à 600 mètres de profondeur

(!) Info minute – Revue de Presse Depuis le 21 novembre 2013, nos voisins et amis Suisses du Collectif Val-de-Travers publient dans le Courrier du Val-de-Travers Hebdo, une information sur le projet de forage de Noiraigue. Il nous semble tout à fait opportun de faire la chambre d’écho et d’offrir à nos lecteurs la possibilité […]

tremblements de terre à répétition : la production de gaz naturel aux Pays-Bas sera réduite de près de 20%.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - mer, 22/01/2014 - 09:01
Les Pays-Bas sabrent dans le gaz après des tremblements de terre à répétitionsource: romandie.com

LA HAYE - La production de gaz naturel aux Pays-Bas, deuxième producteur européen, sera réduite de près de 20% à la suite de tremblements de terre à répétition, ce qui va provoquer un important manque à gagner pour l'État, a indiqué le gouvernement néerlandais.

Le problème des tremblements de terre est un problème pour tous les Néerlandais, a déclaré le ministre des Affaires économiques Henk Kamp lors d'une conférence de presse chaotique, interrompue à plusieurs reprises par des manifestants.

Le ministre a voyagé jusqu'au village de Loppersum, dans le nord des Pays-Bas et l'un des plus touchés par les tremblements de terre pour annoncer la mesure.

Les manifestants ont notamment frappé la vitre de la salle où se tenait la conférence de presse, criant des slogans pour l'arrêt total de la production de gaz, avant d'être éloignés par la police.

Aucune arrestation n'a été effectuée, selon les médias néerlandais.

La production de ces cinq puits aux alentours de ce village de 11.000 habitants sera réduite à 80% sur les trois prochaines années : nous passerons de 15 milliards de mètres cubes à 3 milliards de mètre cubes par an, a indiqué le ministre.

La production annuelle moyenne liée à ce gisement du nord des Pays-Bas, le plus grand gisement de gaz naturel dans l'Union européenne, est de 50 milliards de mètres cubes et sera donc ramenée à 40 milliards de mètres cubes en 2016.

Ces puits ne seront pas fermés car en cas de besoin urgent, il faut pouvoir produire du gaz rapidement, a également affirmé M. Kamp.

Ce gisement compte pour 2/3 de la production de gaz aux Pays-Bas, 10ème producteur mondial, selon l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

La production de gaz naturel qui rapporte en moyenne 13 milliards d'euros par an à l'État néerlandais (dont 10 milliards de la production du gisement de la province de Groningue) est important pour la balance des comptes néerlandais. En 2011, les revenus du gaz avaient participé à hauteur de 8% dans les revenus de l'État.

Selon le ministre, le manque à gagner pour l'État néerlandais, qui veut économiser 6 milliards d'euros dans l'année pour ramener le déficit du pays sous la limite européenne, serait de 700 millions d'euros en 2014 et 2015 et d'un milliard d'euros en 2016.

L'État néerlandais va de plus participer au financement d'un fonds de compensation et de restauration de la qualité de vie de la région, à hauteur de 144 millions d'euros par an sur 5 ans.

D'un total de 1,2 milliard d'euros, le fonds est également financé par la NAM, société mixte des géants de l'énergie Shell et Exxon, qui gère la production de gaz.

Les secousses qui touchent la région sont la conséquence de poches de vide formées sous terre une fois le gaz extrait et causent de nombreux dégâts aux fermes ou bâtiments historiques.

Elle ont augmenté en parallèle à l'extraction du gaz, qui a plus que doublé depuis l'an 2000, et sont passées de 110 secousses dans les années 90 à 500 entre 2000 et 2013.

Généralement d'une assez faible magnitude, elles sont néanmoins très proches de la surface, ce qui fait qu'elles sont très fortement ressenties par les habitants de la région.

Ceux-ci avaient récemment manifesté à plusieurs reprises, exigeant une forte diminution de la production ainsi que de meilleures compensations.

Le gouvernement avait refusé en février de prendre une décision sur la question, estimant qu'au niveau économique, cela n'a pas de sens.

mbr/cjo/az

RENOUVELLEMENT DU PERMIS DE RECHERCHE D’HYDROCARBURES DES MOUSSIERES : AVIS DEFAVORABLE DU PREFET

Communiqué du réseau des collectifs rhonalpins et franc-comtois  Les recherches pétrolières sur le Plateau d’Hauteville généreraient « un risque de contamination des nappes souterraines et de captages d’eaux pour les besoins des populations ». Et cette fois c’est le Préfet de l’Ain qui le dit[1], avec donc un avis défavorable au renouvellement du permis de recherche des […]
Syndiquer le contenu