Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Donald Tusk, un nouveau président du Conseil européen anti OGM et pro gaz de schiste

01.09.14. - L'actuel Premier ministre polonais Donald Tusk sera le futur président du Conseil européen pour la période courant du 1er décembre 2014 au 31 mai 2017. […]  Il sera chargé, dans cette fonction, de coordonner le travail des chefs d'Etat et de gouvernement, ainsi que de représenter l'Union européenne à l'étranger, aux côtés du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, désigné fin juin.

Outre des positions fermes vis-à-vis de la Russie, Donald Tusk a pris position en avril dernier en faveur d'une meilleure intégration de l'UE en matière d'énergie, qui passerait par des achats groupés de gaz, davantage d'importations de gaz naturel liquéfié (GNL) et l'exploitation des gaz de schiste.

"Le président Sarkozy m'a dit qu'il n'y aurait pas d'obstacle, pas de lobbying et donc pas de problème pour la Pologne si elle se lance dans l'exploitation du gaz de schiste. C'était une déclaration très importante pour moi", avait déclaré Donald Tusk au printemps 2011, rappelle le collectif Stop Gaz de schiste.

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

L’Institut Montaigne dénonce le statu quo sur le gaz de schiste

10.07.14. - Face à la réalité mondiale du gaz de schiste qui pénalise l’industrie et l’économie française, l’Institut Montaigne fait une série de propositions pour avancer sur le sujet du gaz de schiste tout en dénonçant l’immobilisme des gouvernants français sur le sujet.

Dans le rapport que publiera, vendredi 11 juillet, l’institut Montaigne, sur le thème "Gaz de schiste : Comment avancer", on sent poindre un  certain "Ras-le-bol". Le travail, mené entre autres par Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, et des experts du Boston Consulting Group, juge que "le statu quo n’existe pas : le gaz de schiste est déjà une réalité sur le plan international


L’ATTENTE D’UNE TECHNOLOGIE ALTERNATIVE EST UN LEURRE

Tous les ministres récents en charge de la question et l’actuel président de la République jugent qu’il n’y aura pas de fracturation hydraulique en France en l’état actuel des technologies et s’appuie sur la loi du 13 juillet 2011 qui interdit l’emploi de cette technique. Mais, s’appuyant sur les travaux de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPCEST), l’institut rappelle que la fracturation hydraulique a été utilisée "à au moins 45 reprises" en France sans aucun dommage.  Il enfonce même le clou en affirmant "l’interdiction d’exploration dans l’attente d’une peu probable technologie alternative est un leurre. En effet, une nouvelle technique d’exploration, outre qu’elle susciterait immanquablement des critiques identiques, n’offrirait pas les mêmes garanties d’utilisation par absence d’expérience".[…]
isa77_Jouarre's insight:

Il n'y a jamais eu 45 fracturations en France. Mais comme cette information fausse provient du rapport de l'Opecst, elle peut maintenant être reprise et répétée, elle devient vraie. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste produit en France serait 40% moins cher que le gaz importé


10.07.14. - Selon une étude de l’institut Montaigne, le coût de revient du gaz de schiste produit en France serait de 9,1 dollars par MBTU. Pas de quoi peser sur le marché de gaz, mais intéressant pour négocier avec les pays producteurs.

Dans son rapport "Gaz de schiste : Comment avancer", l’Institut Montaigne calcule le coût du gaz de schiste qui serait produit en France. Se basant sur des données fournit la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et le cabinet BCG, l’institut prend comme hypothèse "que le coût de production en France sera au niveau du coût maximal moyen observé sur les puits de gaz de schiste aux Etats-Unis" soit entre 3 et 6 dollars par MMBTU (Unité de mesure du gaz).

Si on ajoute à ce prix les coûts supplémentaires, le prix de revient serait de 9,1 dollars par MBTU. Le prix se décompose comme suit : 66 % pour la production, 22 % pour les taxes, 7 % pour le transport et 5 % pour le stockage. "Ce coût serait inférieur de 40 % au prix moyen du gaz (gaz naturel liquéfié importé) vendu aux industriels français en 2013", décrit le rapport.

UN FAIBLE IMPACT SUR LES COURS

En prenant l’hypothèse que la France pourrait couvrir 10 % de ses besoins grâce au gaz de schiste (contre 1% aujourd’hui), le rapport juge que "les volumes de production envisageables en France seront peut-être trop limités pour pousser à la baisse les niveaux de prix domestiques". En revanche, il permettrait de diminuer la facture énergétique de la France de 2 à 4 milliards d’euros sur un total de 69 milliards en 2012, et elle faciliterait les marges de négociations avec les pays fournisseurs (principalement l’Algérie et la Norvège dans le cas de la France).  


isa77_Jouarre's insight:

Faire baisser une facture de 2 milliards sur un total de 69 milliards, c'est environ 3%. Tout ça pour ça. On pourrait sans doute obtenir le même résultat en travaillant sur la sobriété énergétique, sur la diminution de l'obsolescence programmée, sur l'amélioration de l'isolation, etc, etc. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Pourquoi la France ne peut pas passer à côté du gaz de schiste, l'appel de Jean-Pierre Clamadieu

10.07.14. - Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, a participé au rapport de l’institut Montaigne publié ce vendredi 11 juillet sur le thème "Gaz de schiste : comment avancer". Le think-tank dénonce le statu quo sur le sujet et fait 11 propositions pour ouvrir réellement le dossier de cet hydrocarbure non conventionnel.

L'Usine Nouvelle - Depuis trois ans, la fracturation hydraulique et donc le gaz de schiste est interdit en France et le débat est bloqué dans l’Hexagone. Il faut du courage pour retourner ainsi à l’assaut ?

Jean-Pierre Clamadieu - […] Il faut que l’on ouvre le dossier du gaz de schiste, qui n’a jamais été vraiment ouvert. Il nous faut un débat sur des bases scientifiques, pragmatiques et techniques. Il faut sortir de ce statu quo qui est déraisonnable.


Vous pensez que la situation actuelle est plus favorable à un changement de mentalité ?

Dans le projet de loi de transition énergétique qui a été rendu public, le gaz est absent. Cette absence est réellement irrationnelle. Le rapport de l’institut Montaigne sur le gaz de schiste et le rapport de l’Union des industries chimiques essaient d’alerter sur le sujet. […]


Le rapport de l’Institut Montaigne parle d’un cadre législatif français favorable au gaz de schiste. Jusqu’à maintenant, on entendait plutôt l’inverse…

La France a un dispositif législatif qui permet d’explorer le sous-sol en protégeant ses intérêts nationaux. Contrairement aux Etats-Unis, où les habitants sont propriétaires de leur sous-sol, en France, le sous-sol appartient à la collectivité. Cela permet d’engager des opérations en toute sécurité et en toute maîtrise. En revanche, la faiblesse est l’absence de transparence. Aujourd’hui, il n’est plus admissible d’aller faire des trous dans le sol sans que les collectivités locales ne soient au courant et sans qu’elles soient associées aux bénéfices de la découverte. Il faut renforcer la législation.


Selon les calculs de l’Institut Montaigne, le gaz de schiste extrait en France serait 40 % moins cher que le gaz importé. C’est un facteur de réindustrialisation ?

Sur les coûts, il faut être prudent. Tant que nous n’avons pas regardé dans le sous-sol, il est difficile d’être précis. Bénéficier d’une ressource 40% moins chère que le gaz naturel liquéfié aurait forcément un impact positif. Mais nous avons conscience que l’exploitation en France ne se ferait pas dans les mêmes proportions qu’aux Etats-Unis.[…]


Est-ce que le fait que nos voisins allemands et britanniques se lancent dans l’aventure va changer la donne pour la France ?

Il faut regarder la question au niveau européen. […]  la France a beaucoup de champions sur le sujet comme nos grands groupes pétroliers et parapétroliers et nos VallourecVeoliaSolvay pour la fracturation.[…]


Pourquoi la question du gaz de schiste, ou du gaz en général, n’a pas été évoquée dans le projet de loi de Transition énergétique de Ségolène Royal ?

Je pense qu’il y a une petite incompréhension sur ce sujet. Le gaz, c’est le meilleur ami des énergies renouvelables. […]  Il y a une mauvaise compréhension de cette grande complémentarité entre le gaz et les énergies renouvelables en France, où le débat est plombé par la position dogmatique prise sur le gaz de schiste.


isa77_Jouarre's insight:

Prudent sur les coûts… et ami des énergies renouvelables…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste circulera, quoi qu’il arrive, dans les gazoducs français

02.09.14. - EDF a été pointée du doigt, cet été, pour avoir signé un accord en vue d’importer du gaz naturel américain, issu en partie de champs de gaz de schiste. Pourtant, dans les années à venir, la France va, qu’elle le veuille ou non, importer une quantité non négligeable de gaz de schiste via ses fournisseurs traditionnels.

Au cœur de l’été, une polémique étrange a visé EDF. L’électricien historique français a signé un accord avec une filiale de l’énergéticien américain Cheniere. Il s’agit pour le français d’importer du gaz naturel liquéfié depuis le projet de terminal de liquéfaction de Corpus Christi au Texas. EDF importerait à terme jusqu’à 770 000 tonnes, sur une période de 20 ans à partir de 2016. Une quantité assez faible par rapport aux 3,5 milliards de tonnes de gaz naturel consommée chaque année en France. EDF précise que ces importations serviront à alimenter ses centrales à gaz en France.

[…] les 770 000 tonnes de gaz importés depuis les Etats-Unis par EDF ne vont pas changer grand-chose. A terme, les tuyaux français convoieront des quantités significatives de gaz de schiste, qu’on le veuille ou non. En Europe, la France tient une place particulière car sa dépendance vis-à-vis de la Russie est relativement faible. Son premier fournisseur est la Norvège pour 37,4 %, suivie par les Pays-Bas pour 18,7 %, la Russie pour 15% et l’Algérie pour 12,7%. Or les Pays-Bas et l’Algérie sont deux pays qui fondent de grands espoirs dans l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. Après avoir prouvé la réalité de leurs réserves, les Pays-Bas réalisent déjà des expérimentations afin d’évaluer les conséquences de la technologie basée sur la fracturation hydraulique.


DU GAZ DE SCHISTE NÉERLANDAIS ET ALGÉRIEN

L’Algérie prévoit un programme de 100 milliards de dollars pour explorer son territoire. Il recèlerait la 5e réserve mondiale de gaz de schiste (derrière la Chine, les Etats-Unis, l’Argentine et le Mexique). L’exploration dans le pays ne sera toutefois pas évidente puisqu'une large partie des réserves est située sous le gigantesque aquifère du Sahara septentrional. En janvier 2013, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, en marge d’un déplacement en Algérie, avait même évoqué des partenariats franco-algériens dans les gaz non conventionnels. Une affirmation qui avait provoqué une colère noire de Delphine Batho alors ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’Energie.

Dans les années à venir, ce sont près de 30 % des importations françaises de gaz naturel qui proviendront de pays où le gaz de schiste sera exploité. Inutile de se voiler la face. Ils en exporteront vers la France. Il est peu probable que l’Hexagone puisse se permettre de renoncer à ses sources d’approvisionnement, au nom de sa propre position qui interdit l’exploitation du gaz de schiste sur son territoire. […]


isa77_Jouarre's insight:

Il semble bien que l'auteur de l'article prenne un peu ses désirs pour des réalités: pour l'instant les Pays-Bas ne produisent pas (encore) de gaz à l'aide de la fracturation hydraulique. Mais l'écrire permet ensuite d'évoquer un chiffre de 30% qui pourrait représenter la part du gaz de schiste dans les importations. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste circulera, quoi qu'il arrive, dans les gazoducs ... - L'Usine Nouvelle

Google actu "Schiste" - lun, 01/09/2014 - 09:00

L'Usine Nouvelle

Le gaz de schiste circulera, quoi qu'il arrive, dans les gazoducs ...
L'Usine Nouvelle
ANALYSE EDF a été pointée du doigt, cet été, pour avoir signé un accord en vue d'importer du gaz naturel américain, issu en partie de champs de gaz de schiste. Pourtant, dans les années à venir, la France va, qu'elle le veuille ou non, importer une ...

et plus encore »

Canada : campagne de sensibilisation citoyenne

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - dim, 31/08/2014 - 21:27
COULE PAS CHEZ NOUS !

COULE PAS CHEZ NOUS ! est une campagne de sensibilisation citoyenne qui diffuse de l'information afin de mieux comprendre l'enjeu pétrolier et pourquoi nous devons dire non au transport de pétrole sur notre territoire.
L'AVENIR N'EST PAS DANS LES PIPELINES

Des citoyens canadiens se mobilisent contre la construction d'un oléoduc, et donnent des informations intéressantes et bien présentées sur les sables bitumineux.

Cette campagne de sensibilisation est initiée et réalisée bénévolement par des citoyens et citoyennes qui ont à cœur leur territoire et leur milieu de vie, et qui désirent faire contrepoids à l'information diffusée par les promoteurs des oléoducs.

PARCE QUE LES ALTERNATIVES EXISTENT

Voir le site www.coulepascheznous.com

Donald Tusk : un grand promoteur du gaz de schiste devient président du Conseil européen

Occupy Chevron en français - dim, 31/08/2014 - 10:56

Ce samedi 30 Août, le polonais Donald Tusk a été « élu » par les chefs d’État et de gouvernement président du Conseil Européen. Ce grand promoteur de l’exploitation du gaz de schiste succède dans cette fonction au Belge Herman Van Rompuy. lire la suite ici

Donald Tusk : un grand promoteur du gaz de schiste devient président du Conseil européen

(!) Info minute – Revue de Presse Ce samedi 30 Août, le polonais Donald Tusk a été « élu » par les chefs d’État et de gouvernement président du Conseil Européen. Ce grand promoteur de l’exploitation du gaz de schiste succède dans cette fonction au Belge Herman Van Rompuy. Un promoteur du gaz de schiste à la […]

Gaz et pétrole de schiste : Une nouvelle étude montre que les travailleurs peuvent être exposés à des niveaux dangereux de benzène

(!) Info minute – Revue de Presse Traduction libre par nos soins de l’article de Susan Phillips publié le 28 août 2014 dans State Impact . org Une nouvelle étude publiée ce mois-ci révèle que les travailleurs du pétrole et du gaz naturel non conventionnels pourraient être exposés à des niveaux dangereux de benzène, les […]

En Pennsylvanie, une région pionnière du boom du gaz de schiste, 243 cas de contamination confirmés par l’administration de l’environnement

Rediffusion de Gasland sur ARTE ce samedi matin 30 Août à 10h30              (!) Info minute – Revue de Presse D’après la publication de l’Associated Press du jeudi 28 août 2014, 18:45 Six ans après le boom du gaz de schiste, la Pennsylvanie a pour la première fois publié le […]

Inauguration de la rue Josh FOX à Aujac (30)

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mer, 27/08/2014 - 18:47
INAUGURATION DE LA RUE JOSH FOX À AUJAC (30)

Il s'agit d'une 1ère en France, et peut-être dans le monde : le 29 mai 2014, l'inauguration de la rue Josh FOX, du nom du célèbre lanceur d'alerte sur les dangers de l'exploitation des gaz de schiste, auteur du film Gasland, qui a fait prendre conscience au monde entier du terrible danger que cette industrie représente.

La rue principale, jusqu'à ce jour sans nom, du hameau de Bedousses, commune d'Aujac, portera désormais le nom du célèbre cinéaste, associé aujourd'hui à une réprobation et une lutte sévères de la part des populations et de nombreux élu-e-s contre la folie du lobby pétrolier.

Lire l'article sur No Gazaran Cevennes 30.org

Sylviane Terrasi a réalisé une super vidéo de l'inauguration de la rue Josh Fox.
Voir la vidéo sur You Tube

Josh Fox en Ardèche le 06 sept 2013 : lire l'article

TAFTA - tout savoir sur la zone de libre-échange transatlantique

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mer, 27/08/2014 - 18:30
TAFTA - TRANSATLANTIC FREE TRADE AERA

La zone de libre-échange transatlantique TAFTA ou Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (Transatlantic Trade and Investment Partnership, TTIP) est un projet de traité commercial entre l'Union européenne et les États-Unis envisagé pour 2015.

En juin 2013 la Commission européenne a obtenu de la part des États-membres le mandat pour négocier avec les États-Unis le “Transatlantic Free Trade Area. Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de L'OMC.

Ce projet de grand marché transatlantique vise le démantèlement des droits de douane restants (secteurs agricole et textile) ainsi que la suppression des "barrières non tarifaires " et s'attaque aux normes de régulation.
Mis en œuvre il favoriserait la mise en concurrence débridée, empêchant la relocalisation des activités et conduirait à un alignement vers le bas des règles sociales, économiques, sanitaires, culturelles, environnementales.

Il concerne des domaines aussi variés que les services publics, l'énergie, l'agriculture, l'enseignement ou le règlement des différents privés-publics mais aussi l'accès aux médicaments, à l'éducation, à la culture.

Ce projet introduirait un mécanisme d'arbitrage privé « investisseur-Etat », qui se substituerait aux juridictions nationales existantes. Les investisseurs privés pourraient ainsi contourner les lois et les décisions qui les gêneraient, permettant par exemple aux pétroliers d'imposer en France l'exploitation des gaz de schiste et autres hydrocarbures dits non-conventionnels.
Une telle architecture juridique limiterait les capacités déjà faibles des États de à maintenir des services publics (éducation, santé…), de à protéger les droits sociaux, de à garantir la protection sociale, de à contrôler l'activité des multinationales dans le secteur extractif ou encore à d'investir dans des secteurs d'intérêt général comme l'environnement et la transition énergétique.

Le “Grand marché transatlantique” serait une atteinte nouvelle et sans précédent aux principes démocratiques fondamentaux. Il ne ferait qu'aggraver la vaste marchandisation du monde et porte accentuer le risque de régressions sociales, environnementales et politiques majeures.

De bonnes raisons de stopper le TAFTA

Sécurité alimentaire : nos règlements de sécurité alimentaire (sur les niveaux de pesticides, la contamination bactérienne, l'exposition fécale, les additifs toxiques, OGM, des compléments non comestibles, etc ..), jugés plus strictes que les « normes américaines," seraient considérés comme "des barrières commerciales illégales ».

Emploi : les entreprises des nations signataires de TAFTA recevraient des protections spéciales d'investisseurs étrangers afin de limiter le coût et le risque de délocalisation de leurs usines vers les pays à bas salaires qui auront signé cet accord.

Liberté sur Internet : répression et surveillance sont au programme.

Fracturation : nos ministères de l'énergie perdraient le pouvoir de réglementer les exportations de gaz naturel à toute nation "TAFTA". La fracturation hydraulique deviendrait un droit pour les sociétés qui la pratiquent et qui pourraient ainsi demander des dommages et intérêts aux nations qui l'interdiraient.

Privatisation
* Santé : Les groupes pharmaceutiques seraient habilités à bloquer la distribution de médicaments génériques, les services d'urgence privatisés. Les caisses d'assurances privées pourraient attaquer en justice les CPAM pour concurrence déloyale.
* Eau et Energie : Ces biens seraient considérés comme privatisables et toute municipalité qui s'opposeraient à la privatisation de son service des eaux serait accusée d'entrave à la liberté de commerce. Il en serait de même pour l'énergie.

Services publics : seraient limités les possibilités des gouvernements de réglementer les services publics tels que les services à la personne, les transports, ferroviaires, routes, etc... destinés à assurer l'accès universel à des besoins essentiels.

Culture et Production artistique : les grosses sociétés de productions audiovisuelles monopoliseraient les productions limitant la diversité culturelle. Les musées nationaux perdraient leur droit de préemption sur les trésors artistiques nationaux .

Polices et Armées : les polices privées pourraient protéger des biens ou intérêts privés et leurs vigiles seraient armés comme aux USA. Les états ou entreprises pourraient faire appel à des armées privées pour résoudre des conflits.

Enseignement : les Universités américaines ou privées pourraient attaquer en justice les Universités de l'éducation nationales pour concurrence déloyale. De la maternelle au doctorat, les sociétés privées contesteraient les subventions aux écoles qu'elles soient municipales, départementales, régionales ou nationales.

LE GRAND MARCHÉ TRANSATLANTIQUE
NE SE FERA PAS !

SIGNEZ LES PÉTITIONS
* sur Collectif Stop Tafta.org
* sur Pétition 24.net

Site officiel du collectif national unitaire stop TAFTA
Collectif Stop Tafta.org

LES TRACTS
Le tract 88 : A4 recto (pdf 1.4 Mo) - A4 verso (pdf 1 Mo)
Le tract Xtophe : A5 - 4 pages (A4 plié en deux) (pdf 1.6 Mo)
Le document du Collectif Unitaire National "Stop TAFTA" : document 4 pages A4 (pdf 1 Mo)

LA BANDE DESSINÉE
une bd dessinée par un militant : Télécharger la au format pdf 647 ko)

DE QUOI S'AGIT-IL ?

Le mandat de négociation : nature et portée de l'accord par Raoul M. Jennar politologue
Écoutez l'émission sur France-Culture avec Raoul Marc Jennar
Vidéo sur You Tube : Perpignan le 11 décembre 2013 avec Raoul Marc Jennar
www.jennar.fr

Le libre-échange et les droits des investisseurs contre le climat et la transition énergétique : note de décryptage de Maxime Combes de Attac et Aitec

ASSISTER À DES RÉUNIONS PUBLIQUES
....

TAFTA : LA PRESSE

OPERATION NO PASARAN : International Coalition against TAFTA , sur Facebook
https://www.facebook.com/pages/Oper...
en plusieurs langue dont le français

sur Radio Touche Pas À Mon Schiste
http://www.radiotouchepasamonschist...

sur Radio France Culture :
"Terre à terre" du 18/01/14 par Ruth Stégassy
Péril sur les normes sociales et environnementales de l'Europe
Autour du projet Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI)
Avec : Raoul-Marc Jennar, Docteur en Science Politique.
http://www.franceculture.fr/emissio...

sur Radio France Inter :
"Service public" du 20/05/14 par Guillaume Erner
Avec :
* Elvire Fabry, chercheuse à « Notre Europe-Institut Jacques Delors » et co-auteure de l'article « TTIP : Une négociation à la Pirandello ».
* Jean Quatremer, journaliste à « Libération », auteur du blog « Coulisses de Bruxelles ».
* Karine de Crescenzo, responsable des relations institutionnelles à l'UFC-Que Choisir.
* Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne.
http://www.franceinter.fr/emission-...

sur Reporterre
* La mobilisation contre le Traité transatlantique monte en puissance
http://www.reporterre.net/spip.php?...
* dossier Traité transatlantique de libre-échange
http://www.reporterre.net/spip.php?...
* Traité de libre-échange : Wikileaks révèle l'accord secret visant à protéger les intérêts des multinationales
http://www.reporterre.net/spip.php?...
* Ces merveilleux traités qui transfèrent le pouvoir des Etats aux multinationales
http://www.reporterre.net/spip.php?...
* Le conseil régional d'Ile-de-France s'oppose au Grand marché transatlantique
http://www.reporterre.net/spip.php?...
* Traité transatlantique : pour être informé, il faut payer 1800 euros
http://www.reporterre.net/spip.php?...
* La Commission européenne organise la propagande en faveur du traité de libre-échange avec les Etats-Unis
http://www.reporterre.net/spip.php?...

sur ATTAC France
* Le Grand Marché transatlantique
http://france.attac.org/se-mobilise...
* Guide de navigation pour affronter le grand marché transatlantique
http://france.attac.org/nos-publica...

sur Le Monde Diplomatique
* Un piège transatlantique
http://www.monde-diplomatique.fr/20...
* Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens
http://www.monde-diplomatique.fr/20...

sur Marianne
* Dimanche 13 Avril 2014 : Traité transatlantique : la nouvelle arnaque européenne
http://www.marianne.net/Traite-tran...
* Samedi 12 Avril 2014 : Le traité transatlantique expliqué par les lobbyistes, c'est lol !
http://www.marianne.net/Le-traite-t...

sur The Huffington Post
* Desseins et conséquences du grand marché transatlantique
http://www.huffingtonpost.fr/daniel...

sur La Quadrature
* TAFTA
http://www.laquadrature.net/fr/tafta

sur Fondation Copernic
TAFTA
http://www.fondation-copernic.org/s...

sur ContreLaCour
* Marché transatlantique : les positions initiales de la Commission européenne
http://www.contrelacour.fr/marche-t...
* Marché transatlantique : le mandat (définitif) de négociation de la Commission européenne traduit en français
http://www.contrelacour.fr/marche-t...

EDF dit oui au gaz de schiste… américain - Terra eco

Google actu "Schiste" - mer, 27/08/2014 - 09:36

Terra eco

EDF dit oui au gaz de schiste… américain
Terra eco
Dire que nous importons du gaz de schiste, c'est faire un raccourci, corrige le service communication d'EDF. Le gaz de schiste ne représente que 30% à 40% du gaz qui circule aujourd'hui dans les gazoducs américains. » Autrement dit, dans les navires ...

et plus encore »

Avec le départ de Montebourg, gaz de schiste et nucléaire perdent ... - L'Usine Nouvelle

Google actu "Schiste" - mar, 26/08/2014 - 09:42

L'Usine Nouvelle

Avec le départ de Montebourg, gaz de schiste et nucléaire perdent ...
L'Usine Nouvelle
ANALYSE Pendant deux ans et demi, Arnaud Montebourg n'a cessé de défendre le gaz de schiste et le nucléaire face à des gouvernements qui s'y opposaient parfois vigoureusement. S'il s'est fait entendre en partie sur l'atome, il n'a pas réussi à s ...
Montebourg: des écarts répétés vis-à-vis de la ligne gouvernementaleBoursorama
INTERACTIF. Montebourg, le franc-tireurLe Parisien
VIDEOS. Quand Montebourg pilonnait son propre campLe Nouvel Observateur
leJDD.fr -RFI -20minutes.fr
3 784 autres articles »

Torchage lors de l’exploitation des pétrole et gaz de schiste : C’est l’équivalent d’1,5 million de véhicules supplémentaires sur les routes.

(!) Info minute – Revue de Presse Traduit par nos soins d’après l’article de Anastasia Pantsios publié sur ecowatch . com le 22 août 2014 sous le titre Satellite Map Shows Fracking Flares in Texas and North Dakota Equal to Greenhouse Emissions From 1.5 Million Cars Earthworks, une association engagée dans la protection des collectivités contre […]

Marquez les 10 et 11 octobre sur vos agendas ...

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - sam, 23/08/2014 - 09:04

En effet, le samedi 10 octobre, une réunion concernant le Traité transatlantique (TAFTA) se tiendra à Draguignan en fin d'après-midi et, il sera naturellement évoqué le thème des "Gaz de Schiste" puisque un paragraphe important du projet TAFTA concerne ce sujet.

D'autre part, la journée du 11 octobre est mondialement consacrée à la lutte contre les Gaz et Hydrocarbures de schiste. Ce sera un "Global Fracdown". Un grand rassemblement aura lieu dans une ville du grand Sud-Est, rien n'est encore fixé pour le moment. Ce blog vous informera.

Pour ces journées des 10 et 11 octobre, toutes les propositions : rassemblement, informations des citoyens ... sont possibles. Faites part de vos suggestions. Merci. 

Fracking the Arctic

18.08.14. - […] For hundreds—if not thousands—of years, the Mountain Dene people have been traveling upstream to salt licks that draw caribou, moose and mountain sheep down from the high country in the early fall. For the Dene, it’s the best opportunity to stock up on wild game, fish and berries for the long winter.

[…] But the government of the Northwest Territories estimates that the Canol Shale underground deposit, which extends from the mountains along the Yukon border several hundred miles east towards Colville and Great Bear lakes, contains 2 to 3 billion barrels of recoverable oil, as much or more than in the highly productive Bakken formation in North Dakota.

[…] And residents of the Yukon and Northwest Territories residents fear, as a recent study has suggested, that these remote and sparsely populated territories have neither the governmental expertise nor the infrastructure to evaluate fracking initiatives or deal with the consequences. The Sahtu region has fewer than 1,500 people.

[…] Conventional drilling for oil in the Sahtu region is nothing new; Imperial Oil, the Canadian subsidiary of ExxonMobil, has been extracting oil from the Mackenzie River for nearly 70 years.

But energy exploration has accelerated dramatically in recent years, in part because fracking has made it easier for companies to tap into reserves that were previously too difficult to exploit. To date, active licenses in the Canol shale region cover 1.35 million hectares of wilderness.

[…] One of the latest studies on hydraulic fracturing, published in the journal Science last year suggests that the environmental risks associated with fracking can be managed, but only if understanding of the fate and transport of contaminants is improved and if long-term monitoring and data dissemination is increased. For both the Northwest Territories and the Yukon this would be difficult to do. Unlike many regions in the south, groundwater aquifers have not been mapped.

[…]

isa77_Jouarre's insight:

Fracturer l'Artique… là où les aquifères n'ont pas été cartographiés…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Stockages de gaz inflammables liquéfiés : de nouvelles prescriptions


21.08.14. - Un arrêté du ministre de l'Ecologie, publié le 8 août dernier, modifie les prescriptions générales applicables aux réservoirs contenant plus de 50 tonnes de gaz inflammables liquéfiés relevant du régime de l'autorisation au titre de la rubrique 1412 de la nomenclature des installations classées (ICPE). Il s'applique immédiatement, qu'il s'agisse d'installations nouvelles ou existantes.

Les installations concernées peuvent être des stockages de gaz de pétrole liquéfié (GPL), tels que le butane ou le propane, ou des stockages de produits chimiques, dès lors qu'ils ne sont pas visés par des rubriques spécifiques de la nomenclature (stockage d'oxyde d'éthylène ou d'oxyde de propylène, par exemple).

Ce texte, qui modifie l'arrêté du 2 janvier 2008, prévoit la possibilité de mettre en place une télésurveillance de l'installation plutôt qu'un gardiennage. Il prévoit également la possibilité pour le préfet de prescrire la mise en place d'un revêtement ignifuge pour protéger les réservoirs plutôt qu'un système d'arrosage en eau d'un débit de 10 l/mn/m2, à condition toutefois que l'exploitant justifie de son efficacité.

Pour rappel, la rubrique 1412 sera supprimée et remplacée par la rubrique 4718 à compter du 1er juin 2015, en vertu du décret de modification de la nomenclature du 3 mars 2014 transposant la directive Seveso.


isa77_Jouarre's insight:

Est-ce que cette mesure favorise les projets d'EcorpStim? 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation
Syndiquer le contenu