Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Var. Elections départementales, des candidats qui ont fait leurs preuves dans la lutte contre le permis de Brignoles nous font parvenir des messages.

NON au Gaz de schiste83 (VAR) - mer, 28/01/2015 - 14:26

L'article précédent ainsi que les expériences passées (courriers aux candidats députés européens 2014, réunions publiques avec prise de parole des candidats aux élections législatives 2012 ...) nous ont prouvé qu'il était de notre rôle de participer aux réunions électorales et d'y interroger les candidats sur les sujets pour (ou contre) lesquels nous militons.
Par solidarité avec les candidat-e-s qui, comme vous, ont milité et militent encore contre l'éventuel retour d'un permis d'exploration et d'exploitation de gaz de schiste ou contre des nuisances semblables, nous mettrons en ligne leurs messages d'invitation aux réunions sans faire mention de leurs appartenances politiques.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Réunion jeudi 29/01 à Vidauban
Canton de Vidauban, Lorgues, Le Muy, Les Arcs sur Argens, Taradeau,


CherEs amiEs

Les 22 et 29 Mars prochains auront lieu les élections départementales.
Nous sommes, Jean-Laurent Félizia et Valérie Laurent, candidats sur le canton N°23 (Vidauban), qui comprend les communes de : Les Arcs-sur-Argens, Lorgues, Le Muy, Taradeau et Vidauban.

Nous entendons faire de ce rendez-vous électoral une campagne enthousiaste, positive et citoyenne et nous aurons besoin de toutes et de tous pour mener à bien cette aventure humaine.
Nous savons que nous ne pourrons mener cette campagne sans vous toutes et tous, uniEs.

Afin de vous présenter les axes de la campagne, les engagements que nous voudrions partager avec vous, nous vous invitons,le Jeudi 29 Janvier 2015 à 18h30 à Vidauban
Salle de réunion du Camp Romain, Boulevard du Coua de Can.

Nous terminerons cette soirée d'échanges par un apéritif autour du verre citoyen


Valérie Laurent et Jean-Laurent Félizia.

Fax 04 94 71 73 43 - Portable 06 81 03 12 21 - Email : [email protected]  

Royaume-Uni : de nouvelles mesures pour le gaz de schiste - LeGazdeSchiste

Google actu "Schiste" - mer, 28/01/2015 - 13:50

LeGazdeSchiste

Royaume-Uni : de nouvelles mesures pour le gaz de schiste
LeGazdeSchiste
La Grande-Bretagne est partagée depuis des années sur l'exploitation du gaz de schiste présent dans ses sous-sols. D'un côté, le gouvernement britannique qui veut favoriser cette nouvelle manne énergétique, et de l'autre les opposants politiques et ...

L'Arabie saoudite mise gros sur le gaz de schiste - Les Échos

Google actu "Schiste" - mer, 28/01/2015 - 12:14

Les Échos

L'Arabie saoudite mise gros sur le gaz de schiste
Les Échos
Saudi Aramco, la compagnie nationale saoudienne, investit massivement dans le gaz non conventionnel. « L'Arabie saoudite sera la prochaine frontière du schiste, notamment dans le gaz », a déclaré mardi son PDG, Khaled Al Faleh, lors d'une conférence ...
Aramco juge les prix du pétrole « trop bas » et vante le schisteL'Orient-Le Jour
Arabie: la compagnie publique juge les prix du pétrole trop bas et ...Romandie.com

16 autres articles »

Bouteflika l'a assuré hier : «L'exploitation du gaz de schiste n'est pas ... - El Watan

Google actu "Schiste" - mer, 28/01/2015 - 10:07

TSA - Tout Sur l'Algérie

Bouteflika l'a assuré hier : «L'exploitation du gaz de schiste n'est pas ...
El Watan
La mobilisation citoyenne du Sud est en phase de gagner la bataille contre l'exploitation du gaz non conventionnel, du moins à moyen terme. Le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé hier que l'exploitation du gaz de schiste en Algérie «n'est ...
Bouteflika s'exprime sur le gaz de schisteTSA - Tout Sur l'Algérie
Pour le président algérien, l'exploitation du gaz de schiste "n'est pas ...Jeune Afrique
Algérie : l'exploitation du gaz de schiste « n'est pas encore à l'ordre ...Agence Ecofin
Réflexion -L'Expression
33 autres articles »

L'Algérie n'a pas de problème de gaz de schiste, mais un problème ... - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - mer, 28/01/2015 - 04:30

L'Algérie n'a pas de problème de gaz de schiste, mais un problème ...
MAGHREB EMERGENT
L'Algérie vient de n'a pas de problème avec l'exploitation du gaz de schiste. Elle a un problème de démocratie et de gouvernance. Le gaz de schiste est un simple effet collatéral de cette crise politique. A l'origine de cette tension, un problème de ...

En Algérie, la transition énergétique a besoin du gaz de schiste ... - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 23:15

En Algérie, la transition énergétique a besoin du gaz de schiste ...
MAGHREB EMERGENT
Démocratie et citoyenneté, entreprenariat et gaz de schiste",dans laquelle j'ai abordé, entre autres problèmes, celui de la dépendance de notre économie des hydrocarbures, ainsi que le défi relatif à une transition énergétique basée sur le recours à ...
Fossiles, non conventionnels, renouvelables … L'Algérie face à l ...El Watan

2 autres articles »

GB: rejet d’un moratoire national sur l’exploitation du gaz de schiste

Gaz de Schistes Provence - mar, 27/01/2015 - 22:56

 

source: romandie

Londres – Un moratoire national sur l’exploitation du gaz de schiste au Royaume-Uni a été rejeté lundi lors d’un vote au Parlement, mais le gouvernement a accepté de durcir les conditions d’extraction dans le pays et de l’interdire totalement dans les parcs nationaux.

Un groupe de députés de tous bords avait proposé ce moratoire lundi dans le cadre du passage au Parlement britannique de la loi sur les infrastructures, dont une partie concerne l’extraction du gaz schiste.

Ce moratoire a été rejeté par 308 voix contre 52 voix, alors qu’environ 200 personnes manifestaient devant le Parlement contre le fracking, technique d’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

Le parti travailliste, principal parti d’opposition, s’est abstenu lors de ce vote, ce que l’unique député écologiste du Parlement britannique, Caroline Lucas, a qualifié de farce.

Le Labour a toutefois obtenu le vote d’un amendement encadrant bien plus strictement l’utilisation du procédé de fracturation hydraulique sur le sol britannique.

C’est un énorme volte-face du gouvernement et une grande victoire pour la protection de l’environnement en Grande-Bretagne (…). Maintenant, grâce à l’amendement du Labour, le gouvernement a été contraint d’accepter une meilleure protection et des garanties plus solides avant tout fracking, a réagi la député Caroline Flint, en charge des questions énergétiques au Labour.

Le gouvernement britannique a notamment accepté d’interdire complètement l’extraction de gaz de schiste dans les parcs nationaux et les zones protégées. Jusqu’ici, les règles stipulaient que les demandes d’exploitation dans ces zones devaient être rejetées sauf en cas de circonstances exceptionnelles et dans l’intérêt public.

Ces rebondissements interviennent alors que les autorités locales du comté de Lancashire (nord-ouest de l’Angleterre) doivent étudier cette semaine la demande d’exploitation de la firme britannique Cuadrilla, qui veut extraire du gaz de schiste sur les sites de Preston New Road et Roseacre Wood.

Vendredi dernier, Cuadrilla a cependant demandé un report de l’examen de sa demande afin de procéder à de plus amples consultations.

Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron veut encourager l’exploitation du gaz de schiste dans le pays afin de disposer d’une source d’énergie bon marché, à l’image de ce qui se passe aux États-Unis, et réduire la dépendance énergétique du pays à l’égard de l’étranger.

Des groupes de défense de l’environnement font en revanche part de leur inquiétude face à la perspective de l’utilisation de la fracturation hydraulique, qui consiste à créer des fissures souterraines en injectant un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques à haute pression pour libérer les hydrocarbures.

(©AFP / 26 janvier 2015 21h14)


GB : rejet d'un moratoire national sur l'exploitation du gaz de schiste

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mar, 27/01/2015 - 20:26
GB : REJET D'UN MORATOIRE NATIONAL
SUR L'EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE

Londres - Un moratoire national sur l'exploitation du gaz de schiste au Royaume-Uni a été rejeté lundi lors d'un vote au Parlement, mais le gouvernement a accepté de durcir les conditions d'extraction dans le pays et de l'interdire totalement dans les parcs nationaux.

Un groupe de députés de tous bords avait proposé ce moratoire lundi dans le cadre du passage au Parlement britannique de la loi sur les infrastructures, dont une partie concerne l'extraction du gaz schiste.

Ce moratoire a été rejeté par 308 voix contre 52 voix, alors qu'environ 200 personnes manifestaient devant le Parlement contre le fracking, technique d'extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

Le parti travailliste, principal parti d'opposition, s'est abstenu lors de ce vote, ce que l'unique député écologiste du Parlement britannique, Caroline Lucas, a qualifié de farce.

Le Labour a toutefois obtenu le vote d'un amendement encadrant bien plus strictement l'utilisation du procédé de fracturation hydraulique sur le sol britannique.

C'est un énorme volte-face du gouvernement et une grande victoire pour la protection de l'environnement en Grande-Bretagne (...). Maintenant, grâce à l'amendement du Labour, le gouvernement a été contraint d'accepter une meilleure protection et des garanties plus solides avant tout fracking, a réagi la député Caroline Flint, en charge des questions énergétiques au Labour.

Le gouvernement britannique a notamment accepté d'interdire complètement l'extraction de gaz de schiste dans les parcs nationaux et les zones protégées.

Lire la suite de l'article sur Romandie

Bouteflika s'exprime sur le gaz de schiste - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 20:23

TSA - Tout Sur l'Algérie

Bouteflika s'exprime sur le gaz de schiste
TSA - Tout Sur l'Algérie
Très attendu sur ce dossier par les populations d'In Salah, Abdelaziz Bouteflika a évoqué « les incompréhensions et les inquiétudes suscitées par les essais préliminaires dans le domaine du gaz de schiste », selon le communiqué de la présidence de la ...
Bouteflika l'a assuré hier : «L'exploitation du gaz de schiste n'est pas ...El Watan
Pour le président algérien, l'exploitation du gaz de schiste "n'est pas ...Jeune Afrique
Algérie : l'exploitation du gaz de schiste « n'est pas encore à l'ordre ...Agence Ecofin
Réflexion -Radio Algérienne -L'Expression
31 autres articles »

La bataille autour du gaz de schiste bat son plein au Royaume-Uni

Gaz de Schistes Provence - mar, 27/01/2015 - 15:17

source: le monde.fr

Malgré les réticences de l’opinion publique et des parlementaires, le gouvernement
présente une loi pour simplifier les autorisations de forage. | KAREN BLEIER / AFP

Cette semaine va être symbolique du bras de fer engagé autour du gaz de schiste au Royaume-Uni. D’un côté, le gouvernement britannique pousse à fond pour lancer l’exploration, espérant répliquer la révolution énergétique américaine. Après avoir mis en place un régime fiscal particulièrement avantageux, il va présenter ce lundi 26 janvier une loi pour simplifier l’autorisation des forages.De l’autre, les entreprises pétrolières peinent à faire avancer leurs projets. Mercredi et jeudi, le comté du Lancashire (nord-ouest de l’Angleterre) doit rejeter l’autorisation de deux forages à fracturation hydraulique, les premières demandes depuis la levée d’un moratoire en 2012. Il n’y a pour l’instant aucune exploitation de gaz de schiste au Royaume-Uni. Et, du côté de l’exploration, seule une dizaine de puits devrait être creusée cette année.Ce n’est pourtant pas faute de recevoir l’aide des autorités britanniques. Depuis deux ans, le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, pèse de tout son poids pour faire de la Grande-Bretagne « le leader dans la révolution du gaz de schiste ». Il a introduit un taux d’imposition de 30 %, deux fois moins que pour les hydrocarbures conventionnels.

Ce lundi, il présente la « loi sur les infrastructures » visant à simplifier la vie des sociétés pétrolières. Pour accéder aux réservoirs de gaz de schiste, il faut souvent creuser de façon verticale, avant de continuer de façon horizontale. L’hydrocarbure peut alors se retrouver sous des habitations ou des terrains privés, dont il faut obtenir l’autorisation. La loi actuelle permet de forcer la main des propriétaires, mais le processus judiciaire est lent et coûteux. La nouvelle loi prévoit d’accorder un droit de forage horizontal automatique à partir de trois cents mètres sous terre, en échange d’un paiement à la communauté locale de 20 000 livres (26 000 euros).

Importantes difficultés politiques

L’enthousiasme du gouvernement se heurte pourtant à d’importantes difficultés politiques. Le comité parlementaire en charge de l’environnement demande dans un rapport publié ce lundi un moratoire sur le gaz de schiste. « Ce n’est pas compatible avec notre engagement à réduire les émissions de gaz à effet de serre », estime Joan Walley, la députée qui préside le comité. Le comité s’inquiète des risques de pollution des nappes phréatiques.

L’appel émane d’un comité dont les membres sont issus de tous les partis politiques (sept conservateurs, six travaillistes, deux libéraux-démocrates et un vert). Les parlementaires savent l’opinion publique divisée : un quart des Britanniques est contre le gaz de schiste, un quart favorable, tandis qu’une moitié hésite. Les légères secousses séismiques provoquées par un forage dans le Lancashire en 2011 ont marqué les esprits. Deux ans plus tard, une proposition de puits d’exploration à Balcombe, un joli village de campagne du sud de l’Angleterre, a provoqué d’importantes manifestations, menées par une coalition de militants verts et de conservateurs locaux.

Dans ce contexte délicat, les demandes d’autorisation de deux forages dans le Lancashire par la société Cuadrilla sont attendues comme un test. Pour la première fois depuis le moratoire mis en place après les secousses séismiques, et supprimé en 2012, des élus locaux doivent trancher sur ce sujet. L’entreprise a déjà obtenu du gouvernement la licence d’exploration, ainsi que le feu vert des autorités environnementales. Il lui reste cependant à obtenir le permis des autorités locales. Selon toute vraisemblance, celles-ci, qui votent sur le sujet mercredi et jeudi, devraient poser leur veto.

La semaine dernière, le comité en charge des autorisations a remis un avis défavorable. Les conseillers municipaux devraient le suivre. « C’est extrêmement frustrant : le gouvernement nous soutient mais le blocage a lieu au niveau de la politique locale », s’agace Tom Crotty, porte-parole d’Ineos, une autre entreprise qui veut se lancer dans le gaz de schiste. Il estime que la loi doit être changée pour donner la responsabilité des autorisations de forage directement au gouvernement. A y regarder de plus près pourtant, le comté du Lancashire ne remet pas en cause le gaz de schiste, mais craint simplement que les travaux ne provoquent trop de bruit ou ne génèrent trop de circulation.

Avis défavorable

« Ce ne sont que des questions locales, qui peuvent être résolues », veut croire Corin Taylor, conseiller du United Kingdom Onshore Oil and Gas, l’organisme qui représente l’industrie. Plus qu’un blocage définitif, l’histoire de ces deux puits illustre la lenteur du processus d’autorisation outre-Manche, avec dix-huit mois d’attente en moyenne. « Aux Etats-Unis, l’autorisation peut être donnée à deux cents puits d’un coup pour une même licence, alors qu’au Royaume-Uni il faut réaliser une demande pour chaque puits », se plaint M. Crotty.

Néanmoins, les signes d’intérêt se multiplient de la part des industriels. Le gouvernement britannique procède actuellement à l’attribution de licences pour 295 nouveaux blocs : il a reçu 95 demandes, un record. Mais, avant leur exploitation, il risque de se passer plusieurs années. « L’industrie du gaz de schiste est dans son enfance au Royaume-Uni », reconnaît un porte-parole du ministère de l’énergie et du changement climatique. M. Taylor estime que l’exploration prendra encore plusieurs années. « On n’arrivera pas à une exploitation avant cinq années environ. » La révolution du gaz de schiste made in Britain devra attendre les années 2020.


La bataille autour du gaz de schiste bat son plein au Royaume-Uni

Gaz de Schistes Provence - mar, 27/01/2015 - 14:57

Source : Le Monde

http://lemonde.fr/economie/article/2015/01/26/la-bataille-autour-du-gaz-de-schiste-bat-son-plein-au-royaume-uni_4563462_3234.html

La bataille autour du gaz de schiste bat son plein au Royaume-Uni
Le Monde.fr | 26.01.2015 à 11h24 • Mis à jour le 26.01.2015 à 11h30 |

Par Eric Albert (Londres, correspondance)


Malgré les réticences de l’opinion publique et des parlementaires, le gouvernement présente une loi pour simplifier les autorisations de forage.
Malgré les réticences de l’opinion publique et des parlementaires, le gouvernement
présente une loi pour simplifier les autorisations de forage. | KAREN BLEIER / AFP

Cette semaine va être symbolique du bras de fer engagé autour du gaz de schiste au Royaume-Uni. D’un côté, le gouvernement britannique pousse à fond pour lancer l’exploration, espérant répliquer la révolution énergétique américaine. Après avoir mis en place un régime fiscal particulièrement avantageux, il va présenter ce lundi 26 janvier une loi pour simplifier l’autorisation des forages. De l’autre, les entreprises pétrolières peinent à faire avancer leurs projets. Mercredi et jeudi, le comté du Lancashire (nord-ouest de l’Angleterre) doit rejeter l’autorisation de deux forages à fracturation hydraulique, les premières demandes depuis la levée d’un moratoire en 2012. Il n’y a pour l’instant aucune exploitation de gaz de schiste au Royaume-Uni. Et, du côté de l’exploration, seule une dizaine de puits devrait être creusée cette année.
Ce n’est pourtant pas faute de recevoir l’aide des autorités britanniques. Depuis deux ans, le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, pèse de tout son poids pour faire de la Grande-Bretagne « le leader dans la révolution du gaz de schiste ». Il a introduit un taux d’imposition de 30 %, deux fois moins que pour les hydrocarbures conventionnels.
Ce lundi, il présente la « loi sur les infrastructures » visant à simplifier la vie des sociétés pétrolières. Pour accéder aux réservoirs de gaz de schiste, il faut souvent creuser de façon verticale, avant de continuer de façon horizontale. L’hydrocarbure peut alors se retrouver sous des habitations ou des terrains privés, dont il faut obtenir l’autorisation. La loi actuelle permet de forcer la main des propriétaires, mais le processus judiciaire est lent et coûteux. La nouvelle loi prévoit d’accorder un droit de forage horizontal automatique à partir de trois cents mètres sous terre, en échange d’un paiement à la communauté locale de 20 000 livres (26 000 euros).

Importantes difficultés politiques
L’enthousiasme du gouvernement se heurte pourtant à d’importantes difficultés politiques. Le comité parlementaire en charge de l’environnement demande dans un rapport publié ce lundi un moratoire sur le gaz de schiste. « Ce n’est pas compatible avec notre engagement à réduire les émissions de gaz à effet de serre », estime Joan Walley, la députée qui préside le comité. Le comité s’inquiète des risques de pollution des nappes phréatiques.
L’appel émane d’un comité dont les membres sont issus de tous les partis politiques (sept conservateurs, six travaillistes, deux libéraux-démocrates et un vert). Les parlementaires savent l’opinion publique divisée : un quart des Britanniques est contre le gaz de schiste, un quart favorable, tandis qu’une moitié hésite. Les légères secousses séismiques provoquées par un forage dans le Lancashire en 2011 ont marqué les esprits. Deux ans plus tard, une proposition de puits d’exploration à Balcombe, un joli village de campagne du sud de l’Angleterre, a provoqué d’importantes manifestations, menées par une coalition de militants verts et de conservateurs locaux.
Dans ce contexte délicat, les demandes d’autorisation de deux forages dans le Lancashire par la société Cuadrilla sont attendues comme un test. Pour la première fois depuis le moratoire mis en place après les secousses séismiques, et supprimé en 2012, des élus locaux doivent trancher sur ce sujet. L’entreprise a déjà obtenu du gouvernement la licence d’exploration, ainsi que le feu vert des autorités environnementales. Il lui reste cependant à obtenir le permis des autorités locales. Selon toute vraisemblance, celles-ci, qui votent sur le sujet mercredi et jeudi, devraient poser leur veto.
La semaine dernière, le comité en charge des autorisations a remis un avis défavorable. Les conseillers municipaux devraient le suivre. « C’est extrêmement frustrant : le gouvernement nous soutient mais le blocage a lieu au niveau de la politique locale », s’agace Tom Crotty, porte-parole d’Ineos, une autre entreprise qui veut se lancer dans le gaz de schiste. Il estime que la loi doit être changée pour donner la responsabilité des autorisations de forage directement au gouvernement. A y regarder de plus près pourtant, le comté du Lancashire ne remet pas en cause le gaz de schiste, mais craint simplement que les travaux ne provoquent trop de bruit ou ne génèrent trop de circulation.

Avis défavorable
« Ce ne sont que des questions locales, qui peuvent être résolues », veut croire Corin Taylor, conseiller du United Kingdom Onshore Oil and Gas, l’organisme qui représente l’industrie. Plus qu’un blocage définitif, l’histoire de ces deux puits illustre la lenteur du processus d’autorisation outre-Manche, avec dix-huit mois d’attente en moyenne. « Aux Etats-Unis, l’autorisation peut être donnée à deux cents puits d’un coup pour une même licence, alors qu’au Royaume-Uni il faut réaliser une demande pour chaque puits », se plaint M. Crotty.
Néanmoins, les signes d’intérêt se multiplient de la part des industriels. Le gouvernement britannique procède actuellement à l’attribution de licences pour 295 nouveaux blocs : il a reçu 95 demandes, un record. Mais, avant leur exploitation, il risque de se passer plusieurs années. « L’industrie du gaz de schiste est dans son enfance au Royaume-Uni », reconnaît un porte-parole du ministère de l’énergie et du changement climatique. M. Taylor estime que l’exploration prendra encore plusieurs années. « On n’arrivera pas à une exploitation avant cinq années environ. » La révolution du gaz de schiste made in Britain devra attendre les années 2020.


Le schiste, pont entre le pétrole et le renouvelable ? - Afrique Inside

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 14:10

Afrique Inside

Le schiste, pont entre le pétrole et le renouvelable ?
Afrique Inside
Le développement de l'exploitation des gaz de schistes à travers le monde contribue actuellement à faire chuter les prix du pétrole. Face à cette situation certains considèrent que ce développement doit se poursuivre et qu'il servira de moyen pour ...
Pétrole, bas pour au moins six moisLes Échos (Blog)
Pétrole peu cher : aubaine pour les renouvelables ?consoGlobe (Inscription)
Pétrole: le brut se stabilise après des commentaires haussiers de l ...Romandie.com
Réflexion -Le Maghreb
62 autres articles »

In Salah: La mobilisation anti-gaz de schiste continue sur fond de ... - algerie-focus.com

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 13:27

algerie-focus.com

In Salah: La mobilisation anti-gaz de schiste continue sur fond de ...
algerie-focus.com
En revanche, les risques de débordements et de scission dans le mouvement citoyen d'opposition à l'exploitation du gaz de schiste ne sont pas à écarter. Un désaccord autour des actions à mener en réponse aux déclarations de Abdelmalek Sellal qui a ...

Le gaz de schiste en Algérie au cœur des enjeux d'acceptabilité ... - algerie-focus.com

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 11:52

algerie-focus.com

Le gaz de schiste en Algérie au cœur des enjeux d'acceptabilité ...
algerie-focus.com
Un peu partout à travers le globe, le gaz de schiste est en vogue ces derniers temps. Débats, conférences, symposiums, articles de presse, programmes de recherches, tous les moyens sont bons pour que les uns et les autres explicitent leur point de vue ...

La bataille autour du gaz de schiste bat son plein au Royaume-Uni - Le Monde

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 11:19

Le Monde

La bataille autour du gaz de schiste bat son plein au Royaume-Uni
Le Monde
Cette semaine va être symbolique du bras de fer engagé autour du gaz de schiste au Royaume-Uni. D'un côté, le gouvernement britannique pousse à fond pour lancer l'exploration, espérant répliquer la révolution énergétique américaine. Après avoir mis en ...

Les citoyens présentent des candidats contre l'exploitation du gaz ... - AgoravoxTv

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 09:36

Les citoyens présentent des candidats contre l'exploitation du gaz ...
AgoravoxTv
Nous avons eu le plaisir d'assister le 28 Novembre dernier à une réunion d'information sur l'exploitation du gaz de schiste en Essonne, à Boissy sous Saint-Yon. Le collectif 91 non au gaz de schiste comprenant notamment Philippe Pascot, l'auteur de ...

Algérie:l'action de protestation contre l'exploitation du Gaz de ... - MAGHREB EMERGENT

Google actu "Schiste" - mar, 27/01/2015 - 08:13

Algérie:l'action de protestation contre l'exploitation du Gaz de ...
MAGHREB EMERGENT
Une marche pacifique anti-gaz du schiste a été organisée à travers les principales artères de la ville d'In-Salah, avec la participation de différentes catégories sociales pour exprimer leur opposition au projet, au moment où d'autres protestataires ...

La bataille autour du gaz de schiste bat son plein au Royaume-Uni

26.01.15. - Cette semaine va être symbolique du bras de fer engagé autour du gaz de schiste au Royaume-Uni. D’un côté, le gouvernement britannique pousse à fond pour lancer l’exploration, espérant répliquer la révolution énergétique américaine. Après avoir mis en place un régime fiscal particulièrement avantageux, il va présenter ce lundi 26 janvier une loi pour simplifier l’autorisation des forages.

De l’autre, les entreprises pétrolières peinent à faire avancer leurs projets. Mercredi et jeudi, le comté du Lancashire (nord-ouest de l’Angleterre) doit rejeter l’autorisation de deux forages à fracturation hydraulique, les premières demandes depuis la levée d’un moratoire en 2012. Il n’y a pour l’instant aucune exploitation de gaz de schiste au Royaume-Uni. Et, du côté de l’exploration, seule une dizaine de puits devrait être creusée cette année.

Ce n’est pourtant pas faute de recevoir l’aide des autorités britanniques. Depuis deux ans, le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, pèse de tout son poids pour faire de la Grande-Bretagne « le leader dans la révolution du gaz de schiste ». Il a introduit un taux d’imposition de 30 %, deux fois moins que pour les hydrocarbures conventionnels.

Ce lundi, il présente la « loi sur les infrastructures » visant à simplifier la vie des sociétés pétrolières. Pour accéder aux réservoirs de gaz de schiste, il faut souvent creuser de façon verticale, avant de continuer de façon horizontale. L’hydrocarbure peut alors se retrouver sous des habitations ou des terrains privés, dont il faut obtenir l’autorisation. La loi actuelle permet de forcer la main des propriétaires, mais le processus judiciaire est lent et coûteux. La nouvelle loi prévoit d’accorder un droit de forage horizontal automatique à partir de trois cents mètres sous terre, en échange d’un paiement à la communauté locale de 20 000 livres (26 000 euros).

L’enthousiasme du gouvernement se heurte pourtant à d’importantes difficultés politiques. Le comité parlementaire en charge de l’environnement demande dans un rapport publié ce lundi un moratoire sur le gaz de schiste. « Ce n’est pas compatible avec notre engagement à réduire les émissions de gaz à effet de serre », estime Joan Walley, la députée qui préside le comité. Le comité s’inquiète des risques de pollution des nappes phréatiques.

L’appel émane d’un comité dont les membres sont issus de tous les partis politiques (sept conservateurs, six travaillistes, deux libéraux-démocrates et un vert). Les parlementaires savent l’opinion publique divisée : un quart des Britanniques est contre le gaz de schiste, un quart favorable, tandis qu’une moitié hésite. Les légères secousses séismiques provoquées par un forage dans le Lancashire en 2011 ont marqué les esprits. Deux ans plus tard, une proposition de puits d’exploration à Balcombe, un joli village de campagne du sud de l’Angleterre, a provoqué d’importantes manifestations, menées par une coalition de militants verts et de conservateurs locaux.

Dans ce contexte délicat, les demandes d’autorisation de deux forages dans le Lancashire par la société Cuadrilla sont attendues comme un test. Pour la première fois depuis le moratoire mis en place après les secousses séismiques, et supprimé en 2012, des élus locaux doivent trancher sur ce sujet. L’entreprise a déjà obtenu du gouvernement la licence d’exploration, ainsi que le feu vert des autorités environnementales. Il lui reste cependant à obtenir le permis des autorités locales. Selon toute vraisemblance, celles-ci, qui votent sur le sujet mercredi et jeudi, devraient poser leur veto.

La semaine dernière, le comité en charge des autorisations a remis un avis défavorable. Les conseillers municipaux devraient le suivre. « C’est extrêmement frustrant : le gouvernement nous soutient mais le blocage a lieu au niveau de la politique locale », s’agace Tom Crotty, porte-parole d’Ineos, une autre entreprise qui veut se lancer dans le gaz de schiste. Il estime que la loi doit être changée pour donner la responsabilité des autorisations de forage directement au gouvernement. A y regarder de plus près pourtant, le comté du Lancashire ne remet pas en cause le gaz de schiste, mais craint simplement que les travaux ne provoquent trop de bruit ou ne génèrent trop de circulation.

« Ce ne sont que des questions locales, qui peuvent être résolues », veut croire Corin Taylor, conseiller du United Kingdom Onshore Oil and Gas, l’organisme qui représente l’industrie. Plus qu’un blocage définitif, l’histoire de ces deux puits illustre la lenteur du processus d’autorisation outre-Manche, avec dix-huit mois d’attente en moyenne. « Aux Etats-Unis, l’autorisation peut être donnée à deux cents puits d’un coup pour une même licence, alors qu’au Royaume-Uni il faut réaliser une demande pour chaque puits », se plaint M. Crotty.

Néanmoins, les signes d’intérêt se multiplient de la part des industriels. Le gouvernement britannique procède actuellement à l’attribution de licences pour 295 nouveaux blocs : il a reçu 95 demandes, un record. Mais, avant leur exploitation, il risque de se passer plusieurs années. « L’industrie du gaz de schiste est dans son enfance au Royaume-Uni », reconnaît un porte-parole du ministère de l’énergie et du changement climatique. M. Taylor estime que l’exploration prendra encore plusieurs années. « On n’arrivera pas à une exploitation avant cinq années environ. » La révolution du gaz de schiste made in Britain devra attendre les années 2020.




See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation
Syndiquer le contenu