Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Gaz de schiste : l'exploration du Luberon relancée ?

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mer, 24/09/2014 - 18:00

GAZ DE SCHISTE :
L'EXPLORATION DU LUBERON RELANCÉE ?

C'est un document découvert sur le site du ministère de l'Ecologie. Un projet d'arrêté, pas encore signé, mais à la fin duquel les noms de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, et Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, sont déjà apposés.

Un document qui mentionne les avis favorables des préfets de Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence et des Bouches-du-Rhône, et dit attendre celui du conseil général de l'économie de l'industrie, de l'énergie et des technologies.

Un document qui, en trois pages, explique qu'il sera accordé un permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux, dit “permis de Calavon”.

« Aucun maire ou élu local n'a été alerté »

Ce permis anciennement nommé “de Gargas” concerne un territoire de 470 km2 s'étendant sur tout le sud du Vaucluse, de L'isle-sur-la-Sorgue à Ansouis. « Soit quasiment toute la superficie du Parc naturel régional du Luberon », souligne Irène Bourré.
L'avocate avignonnaise ainsi que le conseiller général Olivier Florens, qui nous ont alertés hier, ont découvert la relance de ce projet remontant à 2010. « Le président Hollande avait pourtant dit en juillet 2013 qu'il n'y aurait pas d'exploration du gaz de schiste », déplore Olivier Florens.

Lire l'article dans son intégralité sur Vaucluse Matin.com

Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent | un documentaire sur France 5


24.09.14. - En juillet 2011, la France interdit l’exploitation des gaz de schiste. Depuis, les lobbyistes de ce secteur n’ont eu de cesse de convaincre les politiques de faire marche arrière. Ce film retrace les étapes de leur stratégie auprès des pouvoirs publics et dénonce leurs méthodes. 

sur France 5 le 14 octobre à 20:40


C’est un documentaire à charge que signe Michel Tedoldi contre les manipulations des lobbyistes, hommes de main des industriels qui défendent l’exploitation des gaz de schiste en France. En passe de gagner, ils sont de ceux qui, dans l’ombre, jouent des parties sacrifiant la santé publique aux intérêts financiers. Pour comprendre leur pouvoir et les enjeux de cette contre-attaque sans merci, le réalisateur est parti à la rencontre de ces groupes de pression, des hommes et femmes politiques victimes de leurs assauts répétés et de tous ceux qui hurlent au futur scandale sanitaire. 
Pour ceux-là, il suffit d’observer ce qui se passe aux Etats-Unis depuis 2005. Plus de cinq cent mille puits y ont été forés, permettant de diviser le prix du gaz par quatre. Mais les conséquences sur l’environnement et la santé sont désastreuses : pollution des nappes phréatiques et du sol, bétail et agriculteurs gravement malades. En cause, la technique de fracturation hydraulique de la roche située à très grande profondeur, qui permet d’extraire les gaz de schiste : des milliers de mètres cubes d’eau sont injectés à forte pression avec des dizaines de tonnes de produits chimiques. « Ce qui remonte de la surface, c’est de la cochonnerie, explique Jacques Thibieroz, géologue à l’université Pierre-et-Marie-Curie, des métaux lourds en solution, des hydrocarbures parmi lesquels des molécules cancérigènes, de la radioactivité. » Leur but : convaincre à tout prixEn France, le sous-sol regorgerait également de cette manne et les industriels du secteur, comme Total et GDF, réclament des autorisations de forage pour permettre de quantifier les réserves de gaz. Mais, après l’annonce par François Hollande, le 14 septembre 2012, du refus des demandes de permis, ils déclenchent l’offensive et affûtent leurs arguments. « Le fait de dire “Je refuse d’expérimenter”, s’indigne Jean-Louis Beffa, ancien PDG de Saint-Gobain, ça ressemble à l’attitude de l’Eglise catholique qui interdisait de penser à Galilée ! » Ils mettent en avant la création de milliers d’emplois, l’accès à l’indépendance énergétique et vont jusqu’à pratiquer le green washing. « Il y a eu toute une campagne sur cette idée qu’il y aurait une exploitation propre des gaz de schiste, se révolte Delphine Batho, l’ex-ministre de l’Ecologie, qui dit avoir fait les frais du lobbying pro-gaz de schiste. Un pipeau total ! » Ainsi, une société américaine, Ecorpstim, arrive à convaincre le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg de l’efficacité d’un nouveau procédé écologique, qui fracturerait la roche avec un propane non inflammable. Pour Jacques Thibieroz, « c’est une molécule qui a trois mille fois plus d’impact en équivalent CO2 sur l’effet de serre, qui coûte très cher et qui n’a pour l’instant jamais été utilisée ». 
Mais les lobbyistes n’hésitent pas à noyauter les organes du pouvoir et s’appuient sur des hauts fonctionnaires pour faire passer leurs idées. A Paris, comme dans les plus hautes instances européennes, ils agissent en nombre, intensifient leur action et remportent des victoires. Ainsi, le commissaire européen à l’Environnement Janez Potocnik, qui soutenait la lutte contre l’exploitation, finit par échouer en 2012 face à la pression des pays pro-gaz de schiste soutenus par José Manuel Barroso, le président de la Commission lui-même : celle-ci n’adopte finalement que des recommandations et laisse le champ libre aux industriels, qui ne sont désormais plus obligés de faire des études d’impact avant forage. Lors de ce vote crucial, la France s’est abstenue… « Ça veut dire qu’elle a cédé aux lobbies de Gaz de France, de Total et des autres, résume la députée européenne Corinne Lepage. C’est une position schizophrénique et parfaitement hypocrite. » 


See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

PERH Plaine d'Alès : question écrite du député du Gard Christophe Cavard à la Ministre de l'Ecologie

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mer, 24/09/2014 - 17:30

PERH PLAINE D'ALÈS : QUESTION ÉCRITE DU DÉPUTÉ DU GARD CHRISTOPHE CAVARD À LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE

Question écrite du député du Gard Christophe Cavard à la Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie sur la demande de prolongation du permis « Plaine d'Alès »

M. Christophe Cavard attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur la demande de prolongation du permis exclusif de recherches d'hydrocarbures « Plaine d'Alès » (PERH), déposée par la société Diamoco Energy SAS.

Ce permis, arrivé à expiration le 2 avril 2014, a été délivré pour une période de validité de quatre ans à la société Bridgeoil par arrêté du 1er mars 2010 et publié au Journal Officiel le 2 avril 2010. Cette demande est parue au bulletin d'information n° 83 du BEPH (Bureau Exploration-Production des Hydrocarbures) d'avril 2014.

Actuellement, la prolongation de ce permis est demandée par la société Diamoco alors qu'elle n'est pas titulaire de ce permis. Pour rappel, en octobre 2010, soit quelques mois après la délivrance du permis, la société Bridgeoil demandait à votre Ministère le transfert des droits, intérêts et obligations relatifs au permis à la société Diamoco avec qui elle avait signé une convention prévoyant une mutation au profit de cette dernière. Votre ministère n'a jamais statué et autorisé cette mutation qui, à ce jour, n'est pas effective : celle-ci n'a en effet jamais été publiée au Journal Officiel, et le silence gardé pendant plus de quinze mois par le ministère sur une demande d'autorisation de mutation vaut décision de rejet.

En conséquence, cette demande de prolongation de ce permis introduite au nom de Diamoco Energy alors qu'elle n'est pas détentrice officielle de celui-ci ne peut être valide au regard du droit minier et ne pourrait faire l'objet de votre part d'une suite favorable.
L'Etat peut faire valoir qu'aucuns travaux n'ont été engagés par la société Bridgeoil pendant la durée initiale du permis et que celle-ci n'a pas rempli ses engagements financiers. En effet, l'investissement initial, à la demande du permis, correspondait à 1,5 millions d'euros, or aucun investissement à la hauteur de cette somme n'aurait été réalisé. Par ailleurs, ce permis a été initialement accordé sans aucune consultation de la population, ni des élus locaux.

Depuis trois ans et à de nombreuses reprises, populations et élus locaux ont exprimé leur refus de ce permis. Alors que notre région a investi dans des politiques de préservation de la ressource en eau, de développement économique fondé sur le tourisme et une agriculture respectueuse de l'environnement, ce permis porterait préjudice à l'environnement et à la santé des populations et serait destructeur pour l'aménagement du territoire.

Développer une exploration et une exploitation d'hydrocarbures sur le permis « Plaine d'Alès » serait donc en contradiction totale avec les efforts engagés par les collectivités et les stratégies mises en place depuis plusieurs années. Au vu de ces éléments, les collectifs et la population attendent un geste fort de votre Ministère, qui rendrait la politique du Gouvernement lisible pour nos concitoyens. Il lui demande donc solennellement les suites qu'elle souhaite donner à cette demande de prolongation du permis exclusif de recherches d'hydrocarbures « Plaine d'Alès », et que soit engagée au plus vite la révision du code minier.

Question N° : 61774 de M. Christophe Cavard ( Écologiste – Gard )
Question publiée au JO le : 29/07/2014 page : 6347
Lire sur http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-61774QE.htm

Le gaz de schiste peut-il modifier la donne énergétique de la ... - Les Échos

Google actu "Schiste" - mer, 24/09/2014 - 08:22

Les Échos

Le gaz de schiste peut-il modifier la donne énergétique de la ...
Les Échos
Marion Blache - A contre-courant de la tendance européenne interdisant l'exploration du gaz de schiste, la Pologne s'est affirmée comme une fervente supportrice de son développement commercial. Soutenue par une évaluation très prometteuse des ...

La recherche de gaz de schiste relancée en Luberon - La Provence

Google actu "Schiste" - mer, 24/09/2014 - 07:55

La Provence

La recherche de gaz de schiste relancée en Luberon
La Provence
Economie - La recherche de gaz de schiste relancée en Luberon. Olivier Florens, conseiller général et Irène Bourre, militante écologiste, alertent les élus et la population sur l'imminence d'un permis de recherche de gaz de schiste en Luberon. Ph V.Suau.
Une nouvelle étape vers l'exploration des gaz de schiste en VaucluseFrance Bleu
La recherche de gaz de schiste pourrait être relancée dans le parc ...Francetv info
Des forages au gaz de schiste bientôt sur le Ventoux et le Luberon ?Le Club de Mediapart
Le Dauphiné Libéré
5 autres articles »

Alerte ! Projet d’attribution de permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux conventionnels – Permis de Calavon

Gaz de Schistes Provence - mer, 24/09/2014 - 06:54
C’est reparti ! Comme par hasard le dossier est trop volumineux pour être accessible sur le net et sans doute trop lourd pour être consultable dans les préfectures concernées. Ne parlons pas de la date, ni de la discrétion nécessaire pour tenir les populations locales au courant ! Merci à la Ministre de l’écologie de sa démarche participative !!! Du 19/09/2014 au 11/10/2014 sur Consultations publiques La présente consultation concerne le projet d’attribution d’un permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux en Roussillon.

Par demande en date du 23 octobre 2008, rectifiée le 17 avril 2009, la société Queensland Gas Company a sollicité, pour une durée de cinq ans, un permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux (PERH), dit « Permis de Provence » portant sur partie des départements des Bouches-du-Rhône, des Alpes de Haute Provence et du Vaucluse.

Cette demande a été mise en concurrence par la publication d’un avis à cette fin au Journal officiel de l’Union européenne du 20 octobre 2009.
Par demande en date du 12 janvier 2010 la société Tethys Oil France AB a sollicité, pour une durée de cinq ans, le permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux (PERH) dit « Permis de Gargas » situé sur les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse.
Suite à la situation de concurrence, une demande modifiée de la société Tethys Oil France AB a été déposée le 27 septembre 2010 devenant ainsi le « Permis de Calavon » et la société Queensland Gas Company s’est désistée.
La demande de Calavon a des objectifs conventionnels : les recherches vont porter sur les roches réservoirs que constituent les calcaires naturellement fissurés et la craie d’âge valanginien (Crétacé inférieur).

Conformément à la loi n° 2011-835 du 11 juillet 2011, l’opérateur s’est engagé à ne pas avoir recours à la fracturation hydraulique des roches.
Les observations du public peuvent être déposées par voie électronique du 19 septembre 2014 au 11 octobre 2014 inclus à l’adresse suivante :
http://www.consultations-publiques….
En raison du volume du dossier, celui-ci ne peut pas être mis à disposition du public par voie électronique. Conformément à la loi n° 2012-1460 du 27 décembre 2012 et à l’ordonnance n° 2013-714 du 5 août 2013 relatives à la mise en œuvre du principe de participation du public défini à l’article 7 de la charte de l’environnement, il est consultable jusqu’au 11 octobre 2014 inclus, et aux heures d’ouverture des bureaux, au ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Bureau exploration et production des hydrocarbures, Tour Esplanade (Séquoia) / DGEC 1 place Carpeaux 92800 Puteaux, ainsi qu’à la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Provence-Alpes-Côte d’Azur, 16, rue Antoine Zattara 13332 Marseille Cedex 3.

Télécharger :
– La lettre de la demande du 27 septembre 2010 incluant la carte de la zone demandée.
– Le projet d’arrêté d’attribution du permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux dit « Calavon »
– La notice d’impact

Télécharger :

Gaz de schiste : les lobbies contre-attaquent (document le 14 octobre).

Gaz de Schistes Provence - mar, 23/09/2014 - 22:31

LeBlogTvNews 

Depuis des années, les lobbyistes, hommes de main des industriels, jouent dans l’ombre des parties qui sacrifient la santé publique aux intérêts financiers. Vache folle, sang contaminé, amiante… Dans ces scandales sanitaires, ils ont manipulé l’opinion et les politiques en toute impunité. Aujourd’hui, leur nouveau terrain de jeu est celui des gaz de schiste.

"En juillet 2011, la France a interdit l’exploitation de ces gaz de schiste. Depuis, les lobbyistes de ce secteur n’ont qu’un objectif : convaincre les politiques de faire marche arrière. Ils n’hésitent pas à noyauter les organes du pouvoir et s’appuient sur des hauts fonctionnaires pour faire passer leurs idées. Ils s’entourent de scientifiques complaisants, qui leur fournissent des études partisanes. Ils bernent l’opinion publique en diffusant dans les médias des informations erronées…Cette contre-attaque des lobbies se joue à Paris comme dans les plus hautes instances européennes. Et ils sont en passe de gagner la partie…"

Après la diffusion de ce film documentaire inédit, proposé le 14 octobre à 20h35 sur France 5 et réalisé par Michel Tedoldi, Marina Carrère d’Encausse proposera un entretien avec plusieurs invités.


La démocratie fracturée

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE - mar, 23/09/2014 - 18:49
LA DÉMOCRATIE FRACTURÉE

Y a t-il du gaz de schiste dans le sous-sol français et si oui, faut-il l'exploiter ?

La question, depuis un peu plus de quatre ans, agite le pays, mais pourtant le débat sur l'exploitation de cette nouvelle ressource qui engage notre avenir commun, n'a pas encore eu lieu et les pouvoirs politiques continuent à prendre sans concertation des décisions contradictoires et ambigües, qui entretiennent les inquiétudes.

Avant de se révéler - peut-être - comme une catastrophe écologique ou une aubaine économique, le gaz de schiste serait-il en passe de devenir une défaite pour notre démocratie ?

Un film de Laure Noualhat à découvrir samedi 27 septembre à 15h20 sur France 3 Rhône-Alpes

Le blog de Laure Noualhat
Les articles de Laure Noualhat sur Libération.fr

Hess Announces Special Collector's Edition Toy Truck


23.09.14. - In honor of the Hess Toy Truck's 50th anniversary, Hess Corporation is releasing the first-ever Collector's Edition Hess Toy Truck, an individually numbered tanker truck with a replica of the original 1964 tanker trailer inside. The Collector's Edition, which is limited, will be sold exclusively online atwww.hesstoytruck.com starting October 2 for $45.99 – with Energizer® batteries and free shipping.

The Collector's Edition will feature a green tanker truck with chrome detailing and yellow and red accents in a commemorative display box. The truck will include more than 100 working lights and a hinged back door that will give access to the 1964 replica.

In addition to the Collector's Edition Hess Toy Truck, the 50th Anniversary Hess Holiday Toy Truck, which officially marks the major milestone of the collection, will be available to pre-order online starting October 2 at www.hesstoytruck.com. It will go on sale at participating Hess, Hess Express and WilcoHess retail stores starting November 14 for $29.99 – with Energizer® batteries and free shipping for online orders.

[…]


isa77_Jouarre's insight:

Un épisode supplémentaire de la saga des jouets Hess. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Premier baril de pétrole de schiste marocain


02.09.14. - 

La compagnie San Leon Energy a annoncé la production du premier baril de pétrole de schiste sur son site de Meknès.

A en croire le journal spécialisé Oil Review Africa, le premier baril de pétrole de schiste marocain vient d’être produit. C’est la compagnie San Leon Energy qui en a fait l’annonce. Et c’est sur son site de Timahdit dans la région de Meknès que le pétrole a commencé à couler. La compagnie parle même d’un potentiel de 11.000 barils par jour pendant 30 ans. Du côté, de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), il n’y a toujours pas de communication officielle. La prudence est toujours de mise quand il s’agit de découverte pétrolière.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

New York fait ville pleine contre le réchauffement climatique

22.09.14. - Trois cents mille manifestants ont appelé les chefs d’'Etat qui se réuniront, mardi, aux Nations unies pour un sommet extraordinaire à ’agir sans délai.

[…]

Dans le flot des citoyens anonymes se dressent des pancartes hostiles à l’'exploitation des gaz de schiste : « Ne fracturez pas nos vies » est-il écrit sur l’'une. « Nous devons laisser les énergies fossiles sous terre si nous voulons éviter les pires impacts du réchauffement », répète Sandra Steingraber, à la tête du mouvement Anti-fracking qui a réussi à convaincre les autorités new-yorkaises d'’adopter un moratoire sur la fracturation hydraulique.

[…]


isa77_Jouarre's insight:

Et si le ministère de l'écologie suivait le conseil de Sandra Steingraber…



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Idée reçue [fausse]: « Le gaz est la première source de revenu de la Russie »

17.09.14. - En 2013, la Russie compte pour 17,8% de la production mondiale de gaz naturel et 12,9% de la production mondiale de pétrole(1)Les réserves de gaz de ce pays sont plus importantes que ses réserves de pétrole. Toutefois, c’est bien le pétrole et non le gaz naturel qui rapporte le plus d’argent à la Russie par le biais de ses exportations.

Les ventes globales de pétrole rapportent à elles seules 283 milliards de dollars à la Russie en 2013, soit 54% de l’ensemble des recettes russes à l’export : 174 milliards de dollars sous forme de pétrole brut (33%) et 109 milliards de dollars sous forme de produits pétroliers tels quel’essence, le fioul ou le naphta (21%).

Les ventes de gaz naturel à l’export rapportent pour leur part 73 milliards de dollars à la Russie en 2013, soit 14% de ses recettes totales à l’export.

Cette idée reçue largement répandue en Europe est principalement due aux faits que :

  • l’essentiel du gaz naturel actuellement exporté par la Russie transite vers l’Europe tandis que les exportations de pétrole sont exportées vers des zones plus variées. Le transport du gaz sous forme de GNL permettra toutefois de s’affranchir de plus en plus des gazoducs existants ;
  • les crises successives en Ukraine ont mis en exergue les exportations russes de gaz et la dépendance partielle de l’Europe à cette source d’approvisionnement (31% du gaz européen vient de Russie).

En 2013, plus de 2/3 des recettes liées aux exportations de la Russie proviennent donc des ventes de pétrole et de gaz(2).

Le budget fédéral de la Russie dépend pour plus de moitié des taxes liées à l’extraction et aux exportations de gaz et de pétrole. 

(1) Données du BP Statistical Review 2014
(2) Données du Service fédéral des douanes de Russie


isa77_Jouarre's insight:

Il semblerait que l'argument du gaz russe justifiant le recours au gaz de schiste ne soit pas très pertinent… 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

La France relance la recherche d’hydrocarbures sur son sol

Gaz de Schistes Provence - mar, 23/09/2014 - 08:43

source: actu environnement

Le ministère de l’Ecologie met en consultation jusqu’au 11 octobre toute une série de nouveaux projets d’attribution de permis de recherche d’hydrocarbures conventionnels. Ils font suite à quatre autres projets dont la consultation prend fin ce lundi 22 septembre.

Il s’agit du permis de Tartas dans le département des Landes sollicité par la société Gas2Grid.

Le permis de Calavon, situé sur les départements du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône, serait attribué à la société Tethys Oil AB.

Il est proposé d’attribuer deux permis dans le bassin de Paris : le permis de Rouffy dans la Marne aux sociétés San Leon Energy Plc et Realm Energy (BVI) Corporation, et le permis d’Estheria à la société Lundin International. Les permis de Cézy et de Dicy dans les départements de l’Yonne et du Loiret seraient attribués respectivement à la société Bluebach Ressources et à la société Realm Energy (BVI) Corporation.

Quant aux permis de Dromans, de Montmort et de Saint-Martin-d’Ablois, situés dans les départements de l’Aisne et de la Marne, ils seraient attribués respectivement aux sociétés Concorde Energy Inc, Realm Energy (BVI) International et Bluebach Ressources Sarl.

Conformément à la loi Jacob du 13 juillet 2011, l’opérateur s’est engagé à ne pas avoir recours à la fracturation hydraulique des roches, précise le ministère de l’Ecologie.

// Note Accéder aux consultationsPlus d’infos// Note Accéder à la consultationPlus d’infos// Note Accéder à la consultationPlus d’infos// Note Accéder à la consultationPlus d’infos// Note Accéder à la consultationPlus d’infos// Note Accéder à la consultationPlus d’infos// Quatre projets de recherche d’hydrocarbures en consultation (article paru le 01/09/2014) Le ministère de l’Ecologie met en consultation jusqu’au 22 septembre quatre projets d’attribution de permis de recherche d’hydrocarbures conventionnels.Il s’agit du permis de Chambrey, situé sur le département de la Moselle, et du permis de Marne …Lire la news// Loi du 13/07/2011 (2011-835) Loi n°2011-835 du 13 juillet 2011 visant à interdire l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique.En savoir plus

Article publié le 22 septembre 2014

Comment Siemens se prépare à l'arrivée du gaz de schiste en Europe - Challenges.fr

Google actu "Schiste" - mar, 23/09/2014 - 05:30

Challenges.fr

Comment Siemens se prépare à l'arrivée du gaz de schiste en Europe
Challenges.fr
Avec cette acquisition, Siemens compte devenir un poids lourd de l'extraction gazière aux Etats-Unis, notamment dans le gaz de schiste. Thierry Bros, analyste Europe des marchés du gaz pour la Société Générale décrypte la stratégie du géant allemand.
Econduit par Alstom, Siemens investit dans le gaz de schiste ...EasyBourse.com
Fracturation et facturationLes Échos
Energie: Siemens rachète le groupe américain Dresser-Rand pour 7 ...L'Yonne Républicaine

165 autres articles »

L'allemand Siemens place ses pions dans le gaz de schiste américain

22.09.14. - Le conglomérat allemand acquiert l'américain Dresser-Rand, fabricant de turbines et de compresseurs pour l'extraction de pétrole et de gaz, notamment le gaz de schiste.

Siemens va exploiter les sous-sols américain. Alors que l'extraction de gaz de schiste reste controversée en Allemagne et en Europe en général, le conglomérat allemand entend profiter du boom de cette méthode d'extraction (par fraction hydraulique) outre-Atlantique. Pour ce faire, il acquiert l'un des grands fabricants de turbines et de compresseurs pour les installations gazières, Dresser-Rand. Ce groupe, qui réalise un chiffre d'affaires de 3 milliards de dollars avec ses 8100 salariés, fournit aussi les plateformes pétrolières, des industries comme la pétrochimie, et les plus récentes centrales à biomasse. «Dresser-Rand convient parfaitement au portfolio de Siemens. Les activités des deux groupes combinées vont créer un fournisseur de classe mondiale pour les marchés pétrolier et gazier en pleine expansion», a affirme Joe Kaeser, PDG de Siemens.

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Pétrole des sables bitumineux : un navire géant arrive à Sorel-Tracy


21.09.14. - C'est le début d'une révolution dans le transport du pétrole brut sur le fleuve Saint-Laurent. Un navire pétrolier géant a jeté l'ancre dimanche après-midi à Sorel-Tracy. Il vient récupérer un chargement de pétrole brut issu des sables bitumineux.

Le Minerva Gloria est l'un des plus gros navires à avoir circulé sur le Saint-Laurent entre Québec et Montréal : 250 mètres de long, 44 mètres de large (voir illustration ci-dessus). Il peut contenir des dizaines de milliers de tonnes de pétrole. Il y a un an encore, le fédéral interdisait des navires de plus de 32 mètres de large dans cette partie du fleuve.

[…] Ce n'est pas le premier pétrolier à accoster […], mais c'est le premier de cette taille, le premier qui va récupérer du pétrole des sables bitumineux et le premier qui va circuler sur le fleuve pour exporter son chargement de brut lourd. Jusqu'à présent, le pétrole brut venait surtout d'outre-mer et n'était destiné qu'à la consommation canadienne.

« Ça ne nous apporte rien, ça nous amène seulement le danger de polluer le fleuve », s'insurge le résident de Sorel-Tracy. « C'est un cadeau empoisonné, tout simplement ».

Depuis le mois de juillet, la pétrolière Suncor transporte son pétrole brut de l'ouest jusqu'aux réservoirs de Kildair, en traversant la Montérégie. Des citoyens inquiets s'y opposent. Monique Hains et le groupe Alerte Pétrole Rive-Sud manifestaient d'ailleurs dimanche à Boucherville : « Imaginez un déversement, c'est catastrophique. Le fleuve, c'est 3 millions de personnes qui s'approvisionnement en eau potable ».

Double coque

Dans un courriel, Suncor se fait rassurante. Elle rappelle que ses navires ont tous des doubles coques et elle affirme qu'« aucune propriété du bitume dilué n'augmenterait le risque pour le transport par rapport au brut lourd conventionnel ».

Le Canada met en place des mesures de contrôle de la qualité des navires et d'inspections parmi les plus vigilantes à l'échelle internationale. Le professeur de l'Université de Rimouski, Emmanuel Guy, titulaire de la chaire de recherche en transport maritime, considère que le système actuel est « sérieux », mais qu'il devrait être revu si le nombre de pétroliers et leur taille sont en croissance.

« Le risque est proportionnel au niveau d'activité. S'il y a des transformations et des augmentations de volumes transportés, il est important de s'ajuster au fur et à mesure et pas après coup. »— Emmanuel Guy, professeur spécialisé en transport maritime

Le Minerva Gloria quittera le quai en début de semaine. Selon nos informations, il prendra la direction du golfe du Mexique, une raffinerie en Louisiane ou au Texas. De 20 à 30 navires par année viendront récupérer des chargements de Suncor à Sorel-Tracy. 



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Le gaz de schiste, qu'est-ce que c'est ? - GEO.fr

Google actu "Schiste" - lun, 22/09/2014 - 16:44

GEO.fr

Le gaz de schiste, qu'est-ce que c'est ?
GEO.fr
Le gaz de schiste est contenu dans des roches marneuses ou argileuses, enfouies généralement entre 1 500 et 3 000 mètres de profondeur. On trouve du gaz de schiste sur tous les continents de la planète, mais les plus grosses réserves ont été ...
Le Royaume-Uni, nouveau front dans la bataille européenne du gaz ...Observatoire des multinationales

2 autres articles »

Virginie Schwarz est nommée directrice de l'énergie de la DGEC


03.09.14. - La nomination de Virginie Schwarz à la tête de la direction de l'énergie (DGE) de la direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) du ministère de l'Ecologie a été annoncée ce mercredi 3 septembre en conseil des ministres. Elle succède à Pierre-Marie Abadie.

Ingénieur en chef des Mines, Virginie Schwarz a travaillé au sein de la direction régionale de l'industrie et de la recherche (Drire) d'Ile-de-France en tant que chargée du développement industriel de 1996 à 1999. Elle rejoint ensuite la sous-direction de l'électricité à la direction générale de l'énergie et des matières (ancienne DGEC) du ministère de l'Industrie. En 2003, elle rentre à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) en tant que directrice opérationnelle déléguée Energie, Air, Bruit puis part pour New York de 2007 à 2009 au sein du groupe Energie et environnement du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

De retour en France, elle est nommée à la direction exécutive des programmes de l'Ademe avant d'être promue en 2013 aux fonctions de directrice générale déléguée de l'Agence.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation
Syndiquer le contenu