Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Un nouveau collectif suisse contre les forages gaziers

Gaz de Schistes Provence - jeu, 29/01/2015 - 17:42

Comment peuvent ils parler de sondages dans les couches profondes, et dire en même temps que cela restera du conventionnel ? Nouvelle technologie n’utilisant pas la fracturation hydraulique ?

JLR


Scotland announces moratorium on fracking for shale gas

28.01.15. - The Scottish government has announced a moratorium on all planning consents for unconventional oil and gas extraction, including fracking.

Welcomed by campaigners as “a very big nail in the coffin for the unconventional gas and fracking industry in Scotland”, energy minister Fergus Ewing told the Scottish parliament on Wednesday afternoon that the moratorium would allow time for the government to launch a full public consultation on the controversial drilling technique, and to commission a full public health impact assessment.

Westminster MPs on Monday defeated an attempt to impose a UK-wide moratorium but the coalition government had to accept several Labour proposals to tighten regulation of shale developments.

“Given the importance of this work it would be inappropriate to allow any planning consents in the meantime,” Ewing told the Holyrood chamber, to applause. “I am therefore announcing a moratorium for the granting of planning consents on all unconventional oil and gas extraction including fracking.” He said that the Scottish government would also be working to further strengthen planning guidance and strong environmental regulation.

Acknowledging that local communities would bear the brunt of any developments, Ewing said that a public consultation “will allow everyone with a view to feed it in to government”.

He added that the government would take evidence from all interested parties, including chemical giant Ineos which owns Grangemouth oil and gas refinery and has acquired 729 square miles of fracking exploration licences around the central belt.

Dr Richard Dixon, director of Friends of the Earth Scotland, described the announcement as a “huge victory for the communities, individuals and groups who have been campaigning to stop this dirty industry in Scotland”.

He added that he believed any serious examination of the mounting evidence would inevitably lead to a ban.

[…]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Royaume-Uni: miracle ou menace, le gaz de schiste continue de diviser


28.01.15. - Une décision sur de nouvelles licences pour l’exploration du gaz de schiste en Grande-Bretagne a été reportée mercredi, signe des difficultés à réconcilier opposants et partisans de cette source d’énergie nouvelle poussée par le gouvernement Cameron.

Les autorités du Lancashire, un comté du nord-ouest de l’Angleterre, devaient se prononcer sur l’attribution de deux nouvelles licences à la société britannique Cuadrilla.

Environ 250 opposants, pour la plupart des habitants de la région munis de pancartes hostiles à la fracturation hydraulique, s’étaient réunis pour manifester avant cette décision très attendue.

Mais le suspense va continuer: les autorités ont en effet ajourné leur arbitrage d’au moins huit semaines à la demande de Cuadrilla, qui veut retravailler son dossier.

La direction locale de l’urbanisme avait recommandé la semaine dernière de refuser les permis, craignant les nuisances occasionnées par les forages, entre le bruit et l’augmentation du trafic de poids-lourds sur les routes de campagne.

Le sujet divise la population de ce comté autrefois industriel, partagée entre la promesse d’importantes retombées économiques et les craintes pour le cadre de vie.

Plus de 240 entreprises, syndicats et associations locales ont signé une pétition contre la fracturation hydraulique en raison de ses effets potentiels sur l’environnement et la santé.

[…]Les inquiétudes se focalisent sur la pollution que pourraient causer les substances chimiques utilisées, notamment pour l’eau.

«Le tourisme et l’agriculture seraient sérieusement affectés. Vous emmèneriez votre famille en vacances dans un champ gazier?», interroge Karen Ditchfield, l’une des signataires de la pétition.

Le sujet divise aussi les responsables politiques au niveau national, même si aucun des grands partis ne s’oppose en principe au gaz schiste.

Les députés britanniques ont rejeté lundi le principe d’un moratoire national proposé par une commission parlementaire.

Ils ont en revanche adopté des amendements déposés par le parti travailliste pour encadrer plus sévèrement les forages, qui seront totalement interdits dans les parcs nationaux et les zones protégées.

De son côté, l’Ecosse a décidé mercredi d’imposer un moratoire sur son territoire en attendant le résultat d’une consultation publique.


Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron a pour sa part clairement fait du développement de cette énergie, potentiellement bon marché et abondante, une priorité économique, alors que les champs pétroliers de la mer du Nord sont en déclin.

«Ce pays qui a été le premier à extraire du pétrole et du gaz en eaux profondes ne devrait pas tourner le dos aux nouvelles sources d’énergie comme le gaz de schiste juste parce que c’est trop difficile», a fait valoir le ministre des Finances George Osborne.

Le gouvernement s’appuie sur l’exemple des États-Unis, où la révolution du gaz schiste a assuré le redémarrage de l’économie et où le président Barack Obama vient de déclarer que la page de la crise est désormais tournée.

Mais la chute des cours du pétrole conventionnel depuis des mois menace désormais ce miracle. Le gaz de schiste, plus cher à extraire, n’offre en effet plus d’avantage compétitif.

Le niveau des réserves britanniques est en outre incertain. Les scientifiques du Bureau d’études géologiques britannique (BGS) estiment qu’elle sont «abondantes» mais ne savent pas combien pourrait en être récupéré.

Malgré les inconnues, plusieurs puits exploratoires ont été forés dans le pays ces dernières années même s’il n’y a pas encore de production.

Cuadrilla avait dû interrompre en 2011 des forages dans le nord-est de l’Angleterre après l’enregistrement de légères secousses telluriques. Le gouvernement lui avait ensuite donné l’autorisation de reprendre les forages exploratoires mais en renforçant les contrôles.

Ineos, un groupe de chimie basé en Suisse, avait annoncé l’an dernier vouloir investir un milliard de dollars dans l’exploration, avec l’ambition de devenir le plus important acteur du secteur dans le pays.

Alors que la fracturation hydraulique reste interdite en France, les géants français Total et GDF Suez ont également pris des participations dans des licences d’exploration au Royaume-Uni.



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Saïd Sahnoun: “Sonatrach maîtrise la fracturation hydraulique” et “respecte l'environnement”

28.01.15. - Le groupe Sonatrach maîtrise "la fracturation hydraulique qui est une technique déjà utilisée par cette compagnie depuis les années 1990 mais sans avoir eu une incidence sur l’environnement", a indiqué le P-dg par intérim de Sonatrach, Said Sahnoun, dans un entretien accordé à l'Agence presse service (APS) au lendemain d’un conseil de ministres qui annonçait un arrêt prochain des explorations.

"Nous avons appliqué cette technique en 1992 à Hassi R’mel sur des formations (géologiques) qui ne sont pas épaisses et dont nous avons extrait du pétrole grâce à des forages horizontaux", affirme Sahnoun en précisant que son groupe a également recouru à cette technique à Hassi Messaoud pour l’amélioration de l’extraction des gisements très compacts (tight) de ce méga champ pétrolier entré en production depuis 1956.

On apprendra par le patron intérimaire de la Sonatarch qu’entre 2006 et 2010, le groupe a fracturé une moyenne de 50 puits par an à Hassi Messaoud, précise le dirigeant de Sonatrach, en relevant que ces forages, tout comme le reste des puits conventionnels, ont traversé des nappes aquifères sans pour autant avoir eu un impact sur l’environnement. Une technique, dit-il, "importée des Etats-Unis et utilisée de manière systématique dans ces forages".

Disant comprendre "les appréhensions des habitants de In Salah", M. Sahnoun ne manque pas de croire que les habitants de cette localité "manifestent de la résistance à tout ce qui est nouveau". Il renchérira, "Je refuse que l'on nous prête l’intention que ce que nous faisons ou ce que nous ferons plus tard puisse être préjudiciable aux citoyens et à l’environnement", insiste-t-il.

Selon lui, les aspects commerciaux et économiques n'écarteront jamais Sonatrach du principe de la protection de la santé de la population et de la préservation de l'environnement, "qui est sacré et parfaitement ancré dans les valeurs de Sonatrach".

Il expliquera dans ce sillage, qu’à ce stade, la compagnie, qui est seulement en phase d’évaluation des réserves dans le bassin d’Ahnet (In Salah) où sont opérés les deux forages-pilotes de schiste, "ne vas pas lésiner sur les mesures de protection de l’environnement, notamment pour les nappes d’eau".

D'ailleurs, renchérit-il, Sonatrach applique des mesures de «précaution strictes avant et après le forage, et ce, qu’il s’agisse de puits conventionnels (forage vertical) ou de puits non conventionnels (forage horizontal). Il affirmera que les forages sont systématiquement précédés d’étude d’impact qui détermine les incidences éventuelles qu’il puisse générer éventuellement sur les nappes d’eau.

Outre l’étude d’impact, la compagnie nationale procède, toujours selon son directeur, au "traitement de la boue de forage soit en la solidifiant avec du ciment pour la recycler pour d'autres usages, soit en la décontaminant intégralement des produits chimiques qu'elle contient".

Se voulant plus rassurant, il dit que sa compagnie a opté pour la décontamination, appelé la "désorption thermique" en dépit du fait qu'il coûte deux fois plus cher que la technique de la solidification.

Sonatrach procède aussi à "l'aménagement de fosses pour le stockage des eaux utilisées lors de la fracturation hydraulique". 
Il avouera, cependant, que Sonatrach "ne dispose pas actuellement encore de la technologie lui permettant de traiter et de recycler cette eau évacuée du puits après l'achèvement du forage comme c’est le cas aux Etats-Unis.

Pour le forage de l’Ahnet, on apprendra que les eaux utilisées ont été "récupérées et stockées dans une fosse creusée à cet effet" et que cette eau soumise à "plusieurs contrôles de qualité, ne représente aucun danger sur l’environnement", selon les affirmations de M. Sahnoun.

Le premier responsable de Sonatrach explique que l’implantation des deux puits-pilotes à Ahnet, à une trentaine de kms d’In Salah, obéit à une "démarche citoyenne" qui consiste à alimenter en gaz la centrale électrique de cette daïra.

L'alimentation de cette centrale, selon M. Sahnoun, "aurait été rendue impossible si les puits avaient été implantés à une distance importante d'In Salah, et dans un tel cas, Sonatrach n’aura d’autre choix que de torcher ce gaz". Ce qui n’est pas "raisonnable", observe-t-il.

Il regrettera, enfin l’image négative qui colle aujourd’hui à la Soantrach à In Salah. Une image, dira-t-il, due essentiellement à "l’inefficacité de la communication de ce groupe pétrolier qui développait un langage sur le schiste qui n’était pas accessible au commun des citoyens".


isa77_Jouarre's insight:

On peut constater que les mêmes arguments sont utilisés par tous les industriels -pétro-gaziers. 

••• “On fracture depuis longtemps…” “on n'est pas novice”

On peut toutefois remarquer que la définition du "non conventionnel" est vraiment élastique. Forage horizontal = non conventionnel. Alors tous les forages déviés effectués en ce moment sur le territoire français sur des concessions seraient donc non conventionnels?

La fracturation dans la roche-mère qui ne permet d'exploiter que 2 à 5% des hydrocarbures dans le sous-sol n'est évidemment pas évoquée!



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Appel à un travail participatif pour la répertorisation des communes du Vaucluse Hors TAFTA ou ayant déposé une motion de vigilance

Gaz de Schistes Provence - jeu, 29/01/2015 - 17:15

Bonjour,

Le collectif STOP TAFTA Vaucluse a été informé que 5 communes parmi les 151 du Vaucluse se sont déclarées en conseil municipal « HORS TAFTA » ou ont voté une motion de vigilance. Vous en trouverez la carte des communes du Vaucluse HORS TAFTA  en cliquant ICI  ainsi que la liste avec leurs motions ICI  Ces motions peuvent servir d’exemple.

Le conseil général du Vaucluse a dès juillet 2014 déposé une motion de vigilance que vous trouverez ICI

Nous sommes persuadés qu’il y en a bien plus, mais que nous n’en sommes pas informés.

Si vous, à votre niveau communal, vous êtes informés que votre conseil municipal a voté ce genre de motion, en a délibéré, a émis un voeu, ou est sur le point de le faire, merci d’en prévenir le collectif Stop Tafta Vaucluse à l’adresse :

[email protected]

S’il vous est également possible de fournir le PV du conseil mentionnant cette motion, cela n’en sera que mieux.

Si vous connaissez un conseiller municipal, un adjoint, ou le maire de votre commune (ou une autre commune), il vous est possible  de leur en parler.

Plus il y aura de communes Hors Tafta en Vaucluse, plus il sera facile de discuter avec ceux qui n’ont pas d’avis ou qui sont pour.

JLR


Les anti-schiste appellent à manifester samedi 31 janvier devant le Consulat d'Algérie à Paris


26.01.15. - Le Collectif Contre le Gaz de Schiste en Algérie lance un appel à un rassemblement pacifique anti-gaz de schiste, qui aura lieu samedi 31 janvier devant le Consulat d’Algérie à Paris, a-t-on appris aujourd’hui d’un communiqué du collectif éponyme.

"Devant la résolution du gouvernement à camper sur sa position et devant son incapacité à trouver une solution efficace et durable, nous (...) appelons nos concitoyennes et concitoyens ainsi que tous les citoyens du monde soucieux de notre planète à participer massivement au rassemblement", a indiqué cette association dans son communiqué.

Le "Collectif Contre le Gaz de Schiste en Algérie” entend à travers ce rassemblement dire “non à la politique suicidaire des autorités Algériennes, “aux fausses déclarations des autorités" liées au gel de l’exploitation et au test d’exploration, et dire “oui à l’interdiction totale et inconditionnelle de l’exploration et exploitation du gaz de schiste”.

Cette association adhère ainsi au mouvement de protestation anti-gaz de schiste qui gagne plusieurs villes algériennes, face à la "persistance" du gouvernement “dans son attitude réfractaire aux revendications de la population".



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Mobilisation anti-gaz de schiste : Rassemblement samedi 31 janvier à Paris

27.01.15. - 

Pour se montrer solidaire des citoyens d’In Salah qui manifestent depuis le début de ce mois de janvier pour réclamer l’arrêt immédiat et inconditionnel de l’exploitation du gaz de schiste, le Collectif contre le gaz de schiste en Algérie appelle à un rassemblement pacifique, samedi 31 janvier 2015 à 14h00, à Paris devant le Consulat d'Algérie, rue d'Argentine.

Ce rassemblement pacifique représente, selon un communiqué du Collectif contre le gaz de schiste en Algérie, le seul moyen pour soutenir les manifestants et signifier à l’Etat algérien que le peuple entier s’oppose à sa décision de « donner le feu vert aux lobbies internationaux pour exploiter le gaz de schiste en Algérie ». Mettant l’accent sur les répercussions catastrophiques d’une telle aventure sur l’environnement, le mouvement appelle les citoyens et citoyennes à adhérer massivement à ce mouvement de protestation «qui s’est étendu à plusieurs villes pour faire barrage et dire non à cette décision inconsciente qui menace notre avenir et l’avenir des générations futures».

 Ainsi, c’est pour dénoncer la détermination du gouvernement à camper sur sa position et son incapacité à trouver une solution efficace et durable que les membres du collectif invitent leurs concitoyens ainsi que tous les citoyens du monde soucieux de la préservation de notre planète à participer massivement au rassemblement qui se tiendra samedi prochain à 14h devant le consulat général d’Algérie à Paris. Le but de cette action est, selon les membres du Collectif, de soutenir les citoyens du sud algérien et dire : non à la politique suicidaire des autorités algériennes !

Il est à noter que la protestation enclenchée depuis le 31 décembre dernier par les habitants d’In-Salah continue toujours. Les dernières déclarations du Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui s’est montré rassurant, n’ont pas convaincu les manifestants. Mieux encore, depuis, le mouvement de contestation gagne d’autres villes du pays, à l’instar de Béjaïa, Alger et Oran. Samedi prochain, c’est au tour de la communauté algérienne établi à l’étranger de se joindre, elle aussi, au mouvement.




See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

GAZ DE SCHISTE. IN-SALAH ne veut pas de Halliburton - Mediapart

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 17:00

GAZ DE SCHISTE. IN-SALAH ne veut pas de Halliburton
Mediapart
L'appel au débat lancé par le Président n'est-il qu'un remake plus courtois de l'invitation méprisante lancée par le minsitre de l'énergie Youcef Yousfi, il y trois ans à Oran : “Ceux qui veulent discuter n'ont qu'à discuter !” Sans bien sûr que la ...

Adrar (Algérie) : les étudiants mobilisés contre le gaz de schiste


27.01.15. - La matinée de ce lundi a été marquée à Adrar par une autre marche des anti-gaz de schiste.

Cependant, cette fois-ci, c’est la famille universitaire qui s’est jointe au mouvement de protestation.


En effet, un peu plus d’une centaine d’étudiants, brandissant des pancartes aux slogans hostiles à l’exploitation du gaz non conventionnel, se sont regroupés dés 9 heures devant l’entrée principale de l’université africaine Ahmed Draïa. Par la suite, ce mouvement a pris plus d’ampleur avec l’arrivée d’autres groupes composés de membres de la société civile et du mouvement associatif.

Ceux qui maintiennent la pression depuis plus de quinze jours en paralysant le carrefour du centre des expos Massini pratiquement tous les jeudis et samedis matin. Après un sit-in qui a duré un peu plus d’une heure, les manifestants munis de mégaphones se sont dirigés vers le siège de la wilaya où ils ont marqué un autre temps d’arrêt.

Leurs revendications sont les mêmes à savoir le soutien inconditionnel aux habitants d’In Salah avec l’arrêt immédiat de l’exploitation du gaz de schiste.           



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Algérie: In Salah encore plus opposée au gaz de schiste

29.01.15 - In Salah campe sur son opposition au gaz de schiste. L’intimidation, la banalisation, le pourrissement n’ont en rien entamé la volonté de faire entendre la voix de la population aux plus hautes instances du pays.

[…]  les protestataires ont compris leur déconvenue. Eux qui attendaient depuis un mois que le Président tranche.

[…]

Le mouvement citoyen a donc tranché, lui aussi. Il s’en tient à sa «détermination à faire stopper toutes les opérations liées au gaz de schiste, allant du simple forage horizontal ou vertical au recours à la fracturation hydraulique». La réponse a été donnée mardi soir, dans une marche nocturne scandant «La wilaya, la tanmiya, In Salah hiya dahia» (ni wilaya, ni développement, In Salah est la victime). In Salah a donc tranché ; la protestation continue de plus belle. De nouvelles manifestations sont prévues aujourd’hui, notamment à Ouargla où des étudiants ont manifesté mercredi devant le pole 2 de l’université.


A In Salah, berceau de la protestation anti-gaz de schiste,  après la douche froide, l’heure est à la concertation. La colère est perceptible. Fracture ? «Le communiqué parle d’un arrêt de l’exploration après la finalisation du deuxième puits. Ils veulent à tout prix achever la fracturation hydraulique en usant de produits chimiques que nous dénonçons ! Bouteflika ne nous a donc pas compris ?» témoigne un activiste.

La population d’In Salah, qui a vécu le torchage du premier puits de Dar Lahmar comme une offense, une hogra, fait de l’insistance du gouvernement à allumer la torche du second un abcès de fixation. «Nous exigeons la fin des travaux avant l’intervention d’Halliburton, avant la fracturation. Après, tout débat sur le gaz de schiste sera vain, nous n’aurons plus confiance en eux» entend-on sur la place de la Résistance.

Mais qu’a-t-on compris au juste des décisions de Bouteflika ? «Il demande au gouvernement de mieux communiquer, alors que son propre discours est incompréhensible, pas clair.» «Il leur demande de venir nous expliquer ce qu’est le gaz de schiste, un mois en retard, après l’achèvement des forages ! Mais à qui veut-on faire croire que le gouvernement agit pour notre bien ?» «Nous, on veut un vrai débat national, avec des experts de tous bords, des Algériens et des étrangers, pas seulement Attar, qui est partie prenante.» «Des séminaires au Sheraton d’Oran ?

Ils n’ont qu’à organiser des débats télévisés sur les chaînes nationales, on veut des avis contradictoires pour donner de la crédibilité !» Voilà la position des habitants d’In Salah plus déterminés, plus conscients que l’usage des produits chimiques toxiques a déjà commencé et que le Président ne prononce pas un moratoire, mais une continuation de la fracturation hydraulique. «In Salah restera déterminée ! Aâtouna al afya, la paix, c’est tout !» […]



See it on Scoop.it, via schiste, huile, gaz et fracturation

Bulletin d’information STOP TAFTA N°11 (janvier 2015). Point sur les négociations.

Gaz de Schistes Provence - jeu, 29/01/2015 - 16:45

Bonjour,

Vous trouverez en cliquant ICI le bulletin d’information TAFTA/CETA N° 11 de janvier 2015

Vous trouverez également en cliquant ICI tous les bulletins déjà parus.

Bien entendu ces 2 fichiers sont archivés sur la page TAFTA du blog que vous trouverez et retrouverez par le lien ci après : https://gazdeschistesprovence.wordpress.com/stop-tafta-non-au-grand-marche-transatlantique/

JLR


In Salah : nouvelles manifestations contre le gaz de schiste - TSA - Tout Sur l'Algérie

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 15:10

TSA - Tout Sur l'Algérie

In Salah : nouvelles manifestations contre le gaz de schiste
TSA - Tout Sur l'Algérie
Deux jours après les déclarations de Bouteflika, la mobilisation se poursuit à In Salah pour le 29e jour consécutif. Les habitant opposés à l'exploitation du gaz de schiste ont organisé, ce jeudi 29 janvier, une nouvelle marche et tenu un rassemblement ...

Mobilisation anti-gaz de schiste : Rassemblement samedi à Paris - algerie-focus.com

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 14:50

algerie-focus.com

Mobilisation anti-gaz de schiste : Rassemblement samedi à Paris
algerie-focus.com
Ce rassemblements pacifique représentent, selon un communiqué du Collectif contre le gaz de schiste en Algérie, le seul moyen pour soutenir les manifestants et signifier à l'Etat algérien que le peuple entier s'oppose à sa décision de « donner le feu ...

Au lendemain du conseil ministériel In Salah encore plus opposée ... - El Watan

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 13:45

El Watan

Au lendemain du conseil ministériel In Salah encore plus opposée ...
El Watan
Sur le contenu qui a relégué les protestations anti-gaz de schiste au second plan après les projets de développement et la promulgation de nouvelles wilayas, les protestataires ont compris leur déconvenue. Eux qui attendaient depuis un mois que le ...
In Salah : nouvelles manifestations contre le gaz de schisteTSA - Tout Sur l'Algérie
In Salah poursuit sa grogne anti-schiste dans la confusion, la police ...Al Huffington Post
Gaz de schiste: Les citoyens d'In-Salah refusent de se laisser ...algerie-focus.com
RFI -MAGHREB EMERGENT -Radio Algérienne
46 autres articles »

Du gaz de schiste, le discours et la méthode - L'Expression

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 10:10

Du gaz de schiste, le discours et la méthode
L'Expression
Et pour cause, la question du gaz de schiste a tellement occulté les autres sujets, dans l'agenda des préoccupations locales, qu'il ne saurait en être autrement pour un gouvernement convaincu d'avoir sous-estimé l'impact de sa démarche et les ...

Royaume-Uni: miracle ou menace, le gaz de schiste continue de ... - Magazine GoodPlanet

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 09:29

Magazine GoodPlanet

Royaume-Uni: miracle ou menace, le gaz de schiste continue de ...
Magazine GoodPlanet
Des manifestants demandent un moratoire de l'exploitation de gaz de schiste par fracturation hydraulique, le 26 janvier 2015 devant le Parlement à Londres. Sur les pancartes: « La Nature ne fait pas de compromis », « Fracturation est un mot sale »

et plus encore »

Gaz de schiste : L’Écosse annonce un moratoire sur la fracturation hydraulique

  (!) Info minute – Revue de Presse Le gouvernement écossais a annoncé un moratoire sur la pratique controversée de la fracturation hydraulique, également connue sous le nom de « fracking ». C’est ce que rapporte le journal Guardian. Le ministre de l’énergie Fergus Scottish Ewing aurait dit au parlement que l’interdiction donnerait le temps […]

Marche contre l'exploitation du gaz de schiste - La Dépêche de Kabylie

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 08:43

Marche contre l'exploitation du gaz de schiste
La Dépêche de Kabylie
En soutien au mouvement pacifique de citoyens d'In Salah et du Grand Sud algérien qui luttent pour l'arrêt de l'exploration et de l'exploitation du gaz de schiste en Algérie, des dizaines d'étudiants de l'université Abderrahmane Mira de Béjaïa ...
Les étudiants de Béjaïa marchentLe temps d'Algérie

3 autres articles »

Gaz de schiste : le permis de la discorde - France Bleu

Google actu "Schiste" - jeu, 29/01/2015 - 06:34

France Bleu

Gaz de schiste : le permis de la discorde
France Bleu
Le gaz de schiste refait donc surface dans l'actualité ardéchoise. Les opposants des départements de l'Ardèche et du Gard viennent de lancer une pétition sur internet. Ils réclament le non-renouvellement du permis du bassin d'Alès pour cinq années ...

GB: miracle ou menace, le gaz de schiste continue de diviser - Romandie.com

Google actu "Schiste" - mer, 28/01/2015 - 22:06

GB: miracle ou menace, le gaz de schiste continue de diviser
Romandie.com
Londres - Une décision sur de nouvelles licences pour l'exploration du gaz de schiste en Grande-Bretagne a été reportée mercredi, signe des difficultés à réconcilier opposants et partisans de cette source d'énergie nouvelle poussée par le gouvernement ...

et plus encore »
Syndiquer le contenu