Langue

Mexique

Articles

Extraction "propre" d'hydrocarbures de schiste au Mexique : quand Chimera Energy vend du vent

Date de publication: 
Samedi, 15 Décembre, 2012
Par: 
Nato Guachi - ALDEAH

Face à la mobilisation de plus en plus forte contre les gaz et pétrole de schiste à l'échelle mondiale, les industries extractivistes ne désarment pas. Pour contrer les attaques sur le coût environnemental de l'exploitation de cette énergie fossile, les pétroliers sont bien décidés à user de tous les stratagèmes. Et à jouer leur partition préférée : nous faire prendre des vessies pour des lanternes, en se faisant passer pour les champions de la protection de la nature et de la planète, ni plus ni moins.

Au Mexique, nous apprend le site France 24, la compagnie Chimera Energy (voir article ci-dessous) a entrepris de tester la première expérience d’extraction non-hydraulique, donc sans utilisation d’eau et de produits chimiques allant avec. De quoi faire taire les écologistes et autres opposants ? Sauf que…

Sauf qu’il y a un loup derrière l’apparent miracle pseudo technologique. Un loup qui a pour nom Hélium. Tel est le nom de ce gaz mystère auquel fait référence France 24. En remplaçant l’eau par de l’hélium, Chimera Energy espérait ainsi avoir trouvé la parade miracle pour calmer ces beatnik défenseurs des petits oiseaux et des petites fleurs… Caramba, encore raté !

Eau et Extractivisme au FAME: du Nord au Sud, un modèle, des luttes

Le Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME) ouvrira ses portes à Marseille du 14 au 17 mars. "Eau et extractivisme" est l'un des axes thématiques des ateliers et débats du forum : http://www.fame2012.org/files/eauext.pdf 

Mines, puits de pétrole et de gaz, plantations ou élevages industriels, barrages hydroélectriques géants…,- tous les jours, de nouveaux territoires sont transformés en zones de sacrifice destinées à fournir matières premières et énergie. L’exploitation à grande échelle de la nature et de ses « ressources » s’accélère de façon exponentielle dans les pays du « Sud », enfermés dans ce « rôle » depuis l’époque des colonies. Bouleversements sociaux et transformations culturelles inévitables, altérations souvent irréversibles des écosystèmes, pollutions aux effets dévastateurs pour la santé, - les impacts des industries extractives sont connus et dénoncés. Au Nord aussi, la prédation avance : la récente avalanche de projets d’exploitation d’hydrocarbures dans les pays occidentaux montre bien que, même si les contextes diffèrent, aucun territoire n’est définitivement épargné. Partout, au Sud, comme au Nord, éclatent des conflits entre populations victimes ou menacées, entreprises et pouvoirs publics. Dans de nombreux endroits de la planète, s’organisent des résistances, se structurent des mobilisations et naissent des mouvements populaires qui s’opposent aux « mégaprojets » d’exploitation de la nature.

« L’eau vaut plus que l’or », - proclament les graffitis sur les murs des villes et villages d’Argentine, du Pérou, de Colombie… et d’ailleurs, « Boire ou conduire, il faut choisir », - scandent les militants anti-gaz de schiste français. L’eau, qui « n’a pas de prix », est, presque toujours, au centre de ces combats. Continuellement, l’accès à l’eau, sa disponibilité ou sa qualité se voient directement menacés. Chaque industrie a son « livre noir». Les mines à ciel ouvert polluent les cours d’eau et les aquifères (produits toxiques et métaux lourds provenant de drainages acides), dégradent les zones de recharge hydrique, détériorent les glaciers et le permafrost. Dans des régions déjà victimes de stress hydrique, des millions de litres d’eau sont utilisés quotidiennement pour les activités minières au détriment des besoins des populations. L’extraction d’hydrocarbures de schiste requiert aussi d’énormes quantités d’eau. Chaque opération de fracturation hydraulique consiste à injecter dans le sous-sol entre 10 et 20 millions de litres d’eau, mélangée à du sable et des adjuvants chimiques, dont une partie seulement remonte à la surface et dont le retraitement pose de sérieuses questions. L’exploitation pétrolière a un lourd passif : pollutions de l’eau douce et de l’eau de mer, accidentelles (marées noires) ou systématiques (delta du Niger, Amazonie équatorienne ou péruvienne…) qui provoquent de véritables tragédies environnementales, sanitaires et humaines. Les grands barrages hydroélectriques sont à l’origine de la disparition des poissons de nombreux fleuves, ce qui équivaut à la destruction des économies locales basées sur la pêche. La liste est longue… 

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone*.

Mexique: Mort et résistance sociale au Fleuve Santiago

Date de publication: 
Mardi, 20 Juillet, 2010
Par: 
Jorge Regalado - Traduction Nadia Cicurel

On raconte que lorsque le conquistador espagnol  Nuño de Guzmán est arrivé sur ces lieux dans les années 1525-1530, il n’a pas été facile pour lui de trouver la manière de franchir « l’endiablé et rêche » précipice et de traverser le fleuve Santiago, appelé alors Río Grande (grand fleuve), à cause de ses nombreuses pierres (Marín Tamayo, 1992). Il est sûr que la force et l’étendue du fleuve ne permettaient pas l’avancée des troupes des envahisseurs, qui durent de plus affronter les guerriers des peuples Purépechas, Cocas, Cazcanes ou Tochos, Nahuas, Wirraritari, Tecuales, Guachichiles, Zacatecos, Tepecanos et Tecuexes, entre autres, qui résistèrent et combattirent  l’envahisseur pendant de nombreuses décennies dans cette région. Plus de 500 ans plus tard, traverser le Fleuve Santiago continue à être dangereux. Non plus à cause de la force de son débit et de sa profondeur, mais parce que ses eaux contiennent de grandes quantités de substances toxiques, létales pour ceux qui touchent ou absorbent de l’eau ou respirent les émanations, tout comme pour l’environnement naturel des villages et communautés du Fleuve Santiago. Pour ces raisons, on considère actuellement le fleuve comme mort, et cela fait plus de 30 ans où toute vie y est impossible.

Les fleuves, comme toute autre ressource naturelle collective, n’ont pas toujours une « mort naturelle ». Leur mort se caractérise comme écocide et les facteurs de leur mort sont le produit de l’exploitation sans limite que le mode d’accumulation de capital exerce sur la nature avec aucun respect sur cette dernière.

Mexique - Tous les contenus

Communiqué Terre d’aucune mine
Événement 22 JUILLET 2014 – JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA MÉGA-INDUSTRIE MINIÈRE
Article Extraction "propre" d'hydrocarbures de schiste au Mexique : quand Chimera Energy vend du vent
Vidéo FAME 2012 en vidéo : Contrer l’extractivisme, défendre l’eau
Événement Eau et industrie minière en Amérique latine : désastres écologiques, résistances sociales
Vidéo Un Salto de Vida - FAME
Article Eau et Extractivisme au FAME: du Nord au Sud, un modèle, des luttes
iPaper FAL MAG 104 : OSER AFFRONTER L'EXTRACTIVISME
Vidéo Vidéo : Mexique, V Assemblée nationale des victimes environnementales
Article Mexique: Mort et résistance sociale au Fleuve Santiago
Brève Votation populaire à Temacapulín, Jalisco (Mexique): 99% pour le “Non au barrage El Zapotillo”
Article de presse Conférence de Cancún : Le Mexique, symbole de l’hypocrisie écologique
Article de presse Mouvements socio-environnementaux en Amérique latine : territoires, écosystèmes et cultures
Brève Mexique : première Rencontre Nationale pour la ré-articulation du Mouvement Indigène
Article Mexique: Les victimes environnementales réclament justice
Campagne Application de l’état de droit dans le cas de la New Gold-Minera San Xavier au Cerro de San Pedro, San Luis Potosí
Campagne ASSASSINAT DE MARIANO ABARCA ROBLERO, MILITANT CONTRE LA MINE CANADIENNE BLACKFIRE AU CHIAPAS
Communiqué Mexique : Cinquième Assemblée Nationale des Victimes Environnementales
Campagne Action Urgente : Arrêtons la Minera San Xavier!
Événement 5ème Assemblée Nationale des Victimes Environnementales (Mexique)

Brèves

Votation populaire à Temacapulín, Jalisco (Mexique): 99% pour le “Non au barrage El Zapotillo”

Après la troisième rencontre internationale des personnes affectées par les barrages et leurs alliés, lors de la votation populaire qui a lieu le 7 et le 8 Janvier derniers, la mention "Non au barrage el Zapotillo" obtient 99% des voix. Le projet de construction du barrage el Zapotillo initié en 2005 par les Gouvernements fédéral et étatique de Jalisco et Guanajuato, à travers de la Commission nationale de l’eau (CONAGUA) et les Commissions étatiques de l’eau (CEA) de Jalisco et Guanajuato, aurait pour conséquences de détruire le cours naturel de la rivière Verde, menaçant d’inonder les communautés de Temacapulín, Acasico et Palmarejo où habitent 1000 personnes. Ces dernières verraient leurs droits bafoués et seraient déplacées, devant abandonner leur village, leur patrimoine familial, historique et culturel, ainsi que les 4816 hectares de terres fertiles desquelles elles dépendent.

Lire la suite »

Documents

Terre d’aucune mine

Date de publication: 
Samedi, 26 Juillet, 2014
Par: 
Collectif vigilances Villeranges

Terre d’aucune mine

Ce samedi 26 juillet, au lieu-dit La Nouzière, commune de Lussat (450 habitants) dans la Creuse, plus de 500 personnes ont participé au Festival international No Mine’s Land (Terre d’aucune mine), organisé à l’occasion de la Journée Mondiale contre la Méga-industrie minière. L’objectif de ce rassemblement était de manifester le refus catégorique de la relance (et du redressement !) de l’activité minière dans la Creuse, incarnée par le PER de Villeranges, ainsi que l’opposition à tous les projets miniers, ici et ailleurs. Un marché bio, une balade botanique à l’Etang des Landes, des conférences-débats, des projections, des mises en scènes, des concerts d’artistes engagés contre les mines, etc., ont ponctué cette journée de mobilisation. A cette occasion, les participants - parmi lesquels les acteurs des luttes anti-mines d’autres régions de France (Sarthe/Mayenne et Guyane) et du monde (Mexique, Equateur) - ont exprimé leur solidarité avec tous les combats menés par ceux et celles qui refusent que leurs territoires soient transformés en zones de sacrifice par l’extractivisme. Autant de nouvelles zones à défendre…

Collectif de vigilance sur les projets miniers creusois (organisateur du festival) et Collectif ALDEAH

L'appel à mobilisation de la journée mondiale et les événements ayant eu lieu dans le monde : http://www.aldeah.org/fr/22-juillet-2014-journee-mondiale-contre-la-mega-industrie-miniere 

Diaporama photos : https://plus.google.com/photos/116361351708061179093/albums/6040525347880557841?authkey=CPr_x_7K79vqwAE