Langue

France

Articles

Les dommages collatéraux de la COP22 sur l’eau

Date de publication: 
Dimanche, 27 Novembre, 2016
Par: 
Thierry Uso

Tous les experts s’accordent à penser que le changement climatique va aggraver la crise de l’eau partout dans le monde, crise de l’eau qui frappe déjà de plein fouet le Maghreb et le Moyen-Orient. Le Maroc a donc fait en sorte que l’eau soit une des questions au centre des discussions de la COP22 à Marrakech. De ce point de vue, nous n’avons pas été déçus. Pendant toute la durée de la conférence, les ateliers et side-events consacrés à l’eau dans toutes ses dimensions et relations avec le climat, se sont succédés à un rythme soutenu, ponctués par les habituelles déclarations et promesses d’actions.

Ce qu’il ressort de ce brainstorming entre ceux qui s’auto-désignent comme les acteurs compétents dans le domaine de l’eau, à savoir en premier lieu les entreprises privées, mais aussi les Etats, les collectives territoriales et quelques grandes ONG qui les soutiennent, est la volonté de recourir quasi-exclusivement à ce désastre environnemental et social appelé « économie bleue et verte ».

« La déclaration de Marrakech par les alliances mondiales pour l’eau et le climat » est un bon exemple du discours axé uniquement sur la promotion de l’économie bleue et verte. Ont signées cette déclaration :

Un futur code minier qui fait mieux que TAFTA

De même que CETA ou TAFTA ne sont pas que de simples réglementations permettant les échanges commerciaux, le code minier n’est pas un simple catalogue des bonnes pratiques juridiques établies entre les industriels et l’État. Il s’agit d’un nouvel emballage pour conserver de très vieilles pratiques d’exploitation des ressources du sous-sol tout en favorisant un peu plus la financiarisation et le libéralisme. https://blogs.mediapart.fr/claude-taton/blog/141116/un-futur-code-minier-qui-fait-mieux-que-tafta

TRAFIC RALENTI DANS LA ROYA : NOUS RECOMMENCERONS, ENCORE ET ENCORE.

Date de publication: 
Mardi, 31 Mai, 2016
Par: 
Sauvons la Roya

Hier, le 30 mai 2016, face à la sourde oreille des autorités, des habitants de la vallée de la Roya (Alpes Maritimes) ont mené une action de désobéissance civile dans la rue principale de Tende (RD6204), à proximité des travaux du doublement du tunnel du col de Tende, qui relie la France et l’Italie et dont l’achèvement entraînera une augmentation catastrophique du trafic routier, notamment celui des poids lourds transportant des marchandises sur de longues distances, pendant que la ligne de train est délaissée par les Etats français et italien . Pendant 1h30, des voitures sont restées garées en double file, ralentissant le trafic, et une quarantaine de personnes ont pu ainsi interpeller passants et conducteurs. « Personne ici ne veut voir la Roya transformée en autoroute à camions.  Et puisque personne ne nous écoute, que faire?   Déjà, perturber le cours des choses…. », – pouvait-on lire sur un tract distribué à l’occasion : « Ce que nous demandons: avant tout que l’avis de la population soit entendu et compris. Et pas par n’importe qui. Au moins par le Ministre des transports, en attendant mieux. Sinon nous recommencerons, encore et encore. ».

Texte du tract : http://sauvons-la-roya.fr/2016/05/sauvons-la-roya-bl...

Noyez cette adresse : http://sauvons-la-roya.fr/

France - Tous les contenus

Article Les dommages collatéraux de la COP22 sur l’eau
Article de presse Un futur code minier qui fait mieux que TAFTA
Brève Réforme des procédures destinées à assurer l’information et la participation du public
Brève Extraction de sable. Ségolène Royal lance une inspection
Communiqué Surexploitation de l’eau dans le sud-ouest vosgien par Nestlé Waters et la fromagerie Ermitage
Communiqué Festival No mines’land 2016 – Débats, conférences et convivialité dans la Creuse
Événement 23 juillet 2016 – Festival StopMines – journée mondiale contre la méga industrie minière
Événement Camp Lorraine à Volmerange-lès-Boulay
Article TRAFIC RALENTI DANS LA ROYA : NOUS RECOMMENCERONS, ENCORE ET ENCORE.
Brève Consultation publique sur la demande de permis exclusif de recherches de mines dit « Permis Bonneval »
Article Dossier : « Extraction minière, ni ici, ni ailleurs »
Communiqué Communiqué de presse STOPMINES : "NOS TERRITOIRES NE SONT PAS «MINABLES» !"
Brève Consultation publique sur la demande de permis exclusif de recherches de mines dit « Permis Couflens »
Brève Prospection minière. Les opposants aux mines déboutés
Article de presse Tungstène : les enfants de Salau réveillent l’Ariège
Événement Bloquer le sommet du pétrole offshore !
Brève Pétrole : l’Ufip reproche au gouvernement ses mesures "anti-compétitivité"
Petition GAZ DE SCHISTE : Après le rassemblement de Barjac du 28 février 2016
Brève Mine de Salau: ite missa est !
Vidéo Extractivisme Terre à Terre : épisodes 1 à 5

Brèves

Réforme des procédures destinées à assurer l’information et la participation du public

L’ordonnance n°2016 - 1060 du 3 août 2016  portant réforme des procédures destinées à assurer l’information et la participation du public à l’élaboration de certaines décisions susceptibles d’avoir une incidence sur l’environnement a été publiée au Journal Officiel n°0181 du 5 août 2016. Présentation. 

Ci-dessous l'analyse du cabinet Gossement avocats

Lire la suite »

Extraction de sable. Ségolène Royal lance une inspection

Extraction de sable. Ségolène Royal lance une inspection

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/trebeurden/e...


Sable. Les opérations d'extraction suspendues en baie de Lannion.
La ministre de l'Environnement Ségolène Royal va lancer des inspections sur les deux opérations d'extractions menées en baie de Lannion.

http://www.letregor.fr/2016/09/12/extraction-de-sabl...

Extraction de sable. Vidéos : le grand « vacarme » à Lannion

http://www.ouest-france.fr/bretagne/lannion-22300/ex...

Consultation publique sur la demande de permis exclusif de recherches de mines dit « Permis Couflens »

Publié sur le site mineralinfo.fr (BRGM) le 15/04/2016 :

Une consultation du public est ouverte, du 15 au 30 avril 2016, sur la demande de permis exclusif de recherches de mines dit « Permis Couflens », déposée par la société Variscan Mines. Le permis sollicité a pour objet le tungstène, l’étain, le bismuth, le molybdène, le zinc, le plomb, le cuivre, l’or, l’argent et les substances connexes, notamment le niobium et le tantale. Le périmètre demandé couvre 42 km² sur une partie de la commune de Couflens, dans le département de l’Ariège. L’engagement financier annoncé par le demandeur s’élève à 25 millions d’euros sur une période de 5 ans.

Documents

Surexploitation de l’eau dans le sud-ouest vosgien par Nestlé Waters et la fromagerie Ermitage

Date de publication: 
Dimanche, 31 Juillet, 2016
Par: 
Collectif eau 88

Une catastrophe écologique annoncée, des conflits d’intérêts patents impliquant Nestlé

Les deux entreprises agro-alimentaires, qui consomment 50% de la ressource en eau, sont à l’origine d’un déficit chronique de la nappe d’eau dite des « grès vosgiens » de l’ordre de 1,3 million de m3 par an depuis au moins 30 ans.

Les trois associations environnementales siégeant à la Commission Locale de l’Eau dénoncent les solutions préconisées par cette commission : économies d’eau par les ménages, aucune pour les industriels et transfert massif d’eau sur une distance de 30 à 50 km (le groupe Suez est chargé de cette étude). Aucune mesure d’impact environnemental n’a été réalisée, dans cette période de réchauffement climatique, alors que le Conseil département des Vosges a provisionné en mars 2016 le financement pour une première tranche de travaux.

Nestlé Waters a façonné à Vittel son image verte internationale mais se comporte ici aussi en entreprise extractiviste : stratégie de greenwashing d’une part, et mainmise sur la politique de l’eau du département des Vosges d’autre part. En effet, sa filiale Agrivair, accapare les terres agricoles et y installe des agriculteurs « bio » pour protéger ses zones de captage. Les conflits d’intérêts sont nombreux : la conseillère départementale qui préside la Commission Locale de l’Eau est adjointe au maire de Vittel mais surtout l’épouse d’un directeur environnement chez Nestlé Waters International qui préside aussi la Vigie de l’Eau. Cette association, fondée à son initiative et installée par Nestlé, est chargée de façon dérogatoire par le conseil départemental et la préfecture de porter le schéma d’aménagement de gestion de l’eau du sud-ouest vosgien. La Vigie de l’Eau compte dans son conseil d’administration 6 membres sur 11 qui travaillent ou ont travaillé chez Nestlé.