Langue

Elevage industriel

Articles

La certification des élevages de crevettes met en péril les mangroves

La certification est devenue un outil pervers dans les mains des grandes entreprises : elles l’utilisent comme un « label vert » pour imposer des systèmes de production intrinsèquement nuisibles, qui deviennent une menace pour des écosystèmes de grande valeur. C’est ce qui arrive à présent aux mangroves, des écosystèmes à forte diversité biologique.

Plusieurs ONG qui travaillent avec les populations locales des pays producteurs de crevettes et avec les consommateurs des pays importateurs de crevettes ont sonné l’alarme au sujet du dénommé WWF-ShAD (Dialogue sur l’aquaculture de la crevette, d’après l’anglais), dont les critères et le processus lui-même seraient criblés de défauts.

Ayant participé à un de ces « dialogues », ces ONG ont pu vérifier par elles-mêmes que le panorama est encore pire : le produit final prédéterminé – les critères pour la certification des crevettes d’élevage – sera obtenu en se passant de toute participation équitable des parties prenantes ou des usagers des ressources. En revanche, la plupart des présents à ces « dialogues » sont des représentants de l’industrie crevettière et des usagers des ressources locales. Depuis que le processus a démarré il y a trois ans, la grande majorité de ceux qui sont touchés par l’élevage de crevettes brillait par son absence. Ce manque de contribution de la population locale au « dialogue » rend fortement discutable l’intention de certifier cette activité, et contredit surtout les déclarations du WWF, qui dit que les critères en question répondent aux vœux des communautés locales.

Unis pour la défense des mangroves

Date de publication: 
Jeudi, 1 Juillet, 2010
Par: 
Anna Bednik

Mangrove en ColombieMangrove en ColombieSur les bords du fleuve Muisne, les dédales des mangliers rouges et l'enchevêtrement de leurs racines aériennes hébergent encore crabes et coquillages. Mais la couverture végétale n'occupe plus qu'une frange très étroite, déchirée par endroits. Derrière, des étendues lisses de piscines d'élevage des crevettes et le bruit des machines pompant l'eau de la rivière. 5, 10, 20, 50 hectares..., se sont des « petites et moyennes» propriétés (les « grandes » vont jusqu'à 2000 ha). Difficile aujourd'hui de continuer à vivre des mangroves à Muisne, petite île du Pacifique équatorien (Esmeraldas). En Equateur, depuis l'arrivée de l'industrie de la crevette en 1967, 70% des mangroves ont été détruites[1].

« Comme le font les entreprises minières et pétrolières, les « camaroneras» nous ont promis des emplois » - raconte Lider Gongora, président de C-condem (Coordination Nationale pour la Défense de l'Ecosystème des Mangroves), « Certes, au début, ils amènent du travail, celui de couper les mangliers. Après, c'est une autre histoire ». Les mangroves sont considérées par la législation équatorienne comme un « bien national d'utilisation publique » et leur déforestation est illégale... ce qui n'a pas empêché l' installation massive de piscines à crevettes, gérées aussi bien par des particuliers que par des entreprises nationales et étrangères. En 20 ans, l'industrie de la crevette s'est progressivement étalée sur toute la côte équatorienne. A Muisne, elle arrive en 1987, en même temps que (ou à cause de) la route.

Mangroves et « camaroneras » Lire la suite »

A La Gloria, des habitants accablés par la pollution

LA GLORIA (ETAT DE VERACRUZ) ENVOYÉE SPÉCIALE.


Les habitants de La Gloria, un village perdu dans la poussiéreuse vallée de Perote, entre les Etats de Veracruz et de Puebla, n'avaient jamais imaginé qu'une épidémie de grippe leur apporterait une célébrité planétaire et une pluie inespérée de cadeaux. La presse internationale y défile pour voir de plus près le petit Edgar Hernandez, dont la toux, désormais inoffensive, a inquiété jusqu'en Chine et en Nouvelle-Zélande.

Documents

Quand l’agro-écologie tisse des « liens qui libèrent » : une expérience colombienne

Par Anna Bednik. Dans Franck Gaudichaud (dir.), Amériques latines : émancipations en construction, Cahiers de l’émancipation, Syllepse, janvier 2013

La  globalisation du  capitalisme  uniformise les  territoires,  s’insinue dans  tous les  domaines  de  la  vie, instille dans les esprits l’utilitarisme et la logique de domination et détruit peu à peu les autres formes d’inscription dans le  monde.  Sa  progression  exige  toujours  davantage  :  de  plus  en  plus  d’activités  génératrices  de  profit  et d’inégalités  qui  rendent  ce  profit  possible,  toujours  plus  de  matières  premières  à  offrir  aux  exigences  – assidûment  croissantes  –  d’une  humanité  en  passe  de  devenir  un  appendice  de  la  machine  économique  et transformant toute forme d’existant en ressource exploitable. De nombreux chemins peuvent mener à ce même résultat. En Colombie, où, comme dans d’autres pays de la région,  le  néolibéralisme  s’est  enraciné  au  cours  des  trois  dernières  décennies,  la  redéfinition  des  scénarios sociaux et productifs est aussi allée de pair avec « toujours plus de violence ». Appliquant à la lettre la doctrine de la guerre antisubversive contre les guérillas communistes qui le défient depuis bientôt 50 ans, l’Etat a laissé le pays à la merci de groupes paramilitaires. Sous-traitants de la guerre sale pour l’armée régulière, mercenaires de « sécurité » et de coercition pour ceux qui ont des intérêts à défendre et de l’argent pour payer, ces derniers se  sont  progressivement  affirmés  comme  de  nouvelles  élites  locales  et  régionales.  Leur  autonomie  et  leur pouvoir ont grandi, tout comme leur faculté à s’imposer aux différents échelons de l’Etat. Financés en grande partie par des capitaux illicites (issus du narcotrafic, des extorsions, de la contrebande, etc.), ils ont aussi étendu leur emprise sur des secteurs d’activité classiques, jusqu’à construire dans les régions sous leur domination de véritables  « Etats  territoriaux  et  économies  privées»  (Medina  Gallego  2008:136).  L’expansion  du paramilitarisme  a  renforcé  le  modèle  de  latifundio  et  favorisé  l’extension  des  activités  stratégiques  pour  les capitaux (locaux comme transnationaux): culture de la coca, élevage extensif, agriculture transgénique et agro-combustibles, monocultures forestières, exploitations minière et pétrolière, mégaprojets «de développement». Lire la suite