Langue

Extractivisme

Version imprimableVersion imprimable

Extractivisme

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone*. Faisant référence, au départ, aux activités extractives au sens strict (mines et hydrocarbures), il est de plus en plus utilisé dans les milieux universitaires et militants pour désigner, par extension, l’accélération de toutes les activités d’exploitation des ressources naturelles à échelle industrielle (y compris l’agriculture chimique et jusqu’aux infrastructures facilitant ces différentes activités) et la place centrale de ces secteurs d’activité pour les économies exportatrices de matières premières. Enfin, « l’extractivisme » définit aussi l’une des caractéristiques essentielles du système économique et social dominant, qui ne peut assurer sa pérennité et sa reproduction sans l’extraction continue des « ressources naturelles ». La surexploitation de ces « ressources » fournit effectivement une base matérielle indispensable à nos économies de croissance et à nos sociétés de consommation. L’exploitation de la nature au meilleur prix (et donc sans égard pour l’environnement ni pour les hommes) conditionne aussi la promesse du « développement » pour les régions et les pays qui restent condamnés à poursuivre cet horizon, toujours fuyant, mais tellement nécessaire pour que les rouages qui garantissent la prospérité des prospères ne cessent de tourner. *Note : Le sens donné au terme « extractivisme » en Amérique hispanophone et ailleurs dans le monde diffère de son usage au Brésil, où il désigne plus spécifiquement les activités de prélèvement et de commercialisation des produits « de la forêt » non-cultivés (gommes, fibres, fruits, bois, etc.).

Extractivisme

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone*.

Faisant référence, au départ, aux activités extractives au sens strict (mines et hydrocarbures), il est de plus en plus utilisé dans les milieux universitaires et militants pour désigner, par extension, l’accélération de toutes les activités d’exploitation des ressources naturelles à échelle industrielle (y compris l’agriculture chimique et jusqu’aux infrastructures facilitant ces différentes activités) et la place centrale de ces secteurs d’activité pour les économies exportatrices de matières premières.

Enfin, « l’extractivisme » définit aussi l’une des caractéristiques essentielles du système économique et social dominant, qui ne peut assurer sa pérennité et sa reproduction sans l’extraction continue des « ressources naturelles ». La surexploitation de ces « ressources » fournit effectivement une base matérielle indispensable à nos économies de croissance et à nos sociétés de consommation.

L’exploitation de la nature au meilleur prix (et donc sans égard pour l’environnement ni pour les hommes) conditionne aussi la promesse du « développement » pour les régions et les pays qui restent condamnés à poursuivre cet horizon, toujours fuyant, mais tellement nécessaire pour que les rouages qui garantissent la prospérité des prospères ne cessent de tourner.

*Note : Le sens donné au terme « extractivisme » en Amérique hispanophone et ailleurs dans le monde diffère de son usage au Brésil, où il désigne plus spécifiquement les activités de prélèvement et de commercialisation des produits « de la forêt » non-cultivés (gommes, fibres, fruits, bois, etc.).

Articles

Chalcidique: Le brouillard de gaz lacrymogènes enveloppe la montagne à Skouries

La manifestati10608694_10201955833376397_286529448276560638_oon la plus massive qui a eu lieu depuis un an à Scouries, a subi une répression policière en proportion. Pluie de gaz lacrymogènes et de grenades aveuglantes, c’est ce qu’on affronté aujourd’hui les manifestants, qui sont restés pendant plusieurs heures sur le Kakkavos, parmi eux de nombreuses personnes âgées et des étudiants. Ils ont répondu à la répression avec humour. Ils ont écrit « Ne nous frappez pas, on vous a apporté de l’eau » sur un pack de bouteilles d’eau qu’ils ont distribué aux MAT, une action inspirée par l’événement d’Exarchia. Ils ont répondu aussi avec courage.

Les manifestants, après avoir reculé, afin d’éviter les gaz chimiques, sont revenus devant l’entrée du site, d’où étaient parties les tensions, en criant des slogans. Cela s’est produit plusieurs fois et peu avant la tombée de la nuit, ils ont pris le chemin du retour.

photo @lolosmarios

09/09/2014 : Canada, l’industrie minière accusée après un désastre écologique

La digue d’un bassin de décantation de rejets issus d’une importante mine d’or et de cuivre à Mount Polley, dans la province de Colombie-Britannique au Canada, s’est rompue début août 2014. Des milliards de litres d’eaux usées et de boues toxiques se sont déversées dans les lacs et cours d’eau environnant. L’état d’urgence a été décrété localement, assorti d’une interdiction de consommer l’eau du robinet. Simple incident malencontreux ? Ou, bien plutôt, résultat de l’affaiblissement progressif des régulations environnementales au Canada pour faciliter le développement de l’industrie minière ?

L’accident, qui a eu lieu le 4 août dernier, est survenu malgré un rapport officiel de 2011 alertant le propriétaire de la mine, Imperial Metals, sur la nécessité de trouver une solution durable pour évacuer les eaux usées s’accumulant dans le bassin. 

Le rapport, commandé par deux tribus des « Premières nations » et payé par Imperial Metals, notait également que la mine n’avait « ni plan de surveillance ni plan d’urgence détaillés ». Dans le même temps, le ministère de l’Environnement de la province a déclaré avoir adressé un avertissement à Imperial Metals en mai dernier - pour la cinquième fois ! -, après que des inspections aient révélé que le niveau des eaux usées dans le bassin de décantation dépassait la limite autorisée. Des eaux usées qui présentaient aussi une concentration anormalement élevée de plusieurs substances, dont le sélénium et le molybdène.

L’accident, qualifié de « plus grande catastrophe minière jamais survenue au Canada », a détruit les écosystèmes de la rivière voisine de Hazeltine Creek, qui abritaient de nombreuses espèces animales. Les boues ont également atteint les lacs Polley et Quesnel, dont la population locale dépend pour son eau potable ainsi que pour la pêche.

Association Alternatives projets miniers. Créée co ntre l'exploration minière (c) Le Télégramme

Une réunion de constitution d'une nouvelle association collégiale liée aux recherches minières en Centre-Bretagne se tient aujourd'hui à la salle de la mairie de Lescouët-Gouarec. Irène, une membre d'Alternatives projets miniers, a répondu à nos questions.
Le Télégramme. Quel est le but de cette association ?
« Le but avoué n'est pas de créer des polémiques ou de faire des événements ou la violence pourrait être de mise, mais bien d'informer la population des risques encourus par une exploitation minière qui ne peut être propre. »
Que craignez-vous ? « Que les produits chimiques utilisés pour extraire certains minerais arrivent à polluer nos rivières et nos forêts. Parmi nos membres, certains ont vécu les graves impacts sur la population d'exploitations minières en Guadeloupe. On ne veut pas vivre cela ici. On veut pouvoir vérifier le respect des réglementations en vigueur. »
On met en avant les emplois créés et des retombées économiques. Vous n'êtes pas intéressés ?
« Pour les emplois, l'actualité nous enseigne que les multinationales sous-traitent avec des entreprises étrangères à bas coûts. Quant aux retombées économiques, elles ne sont pas quantifiables. Par contre, des emplois seront en danger, dans le tourisme et l'agriculture, biologique ou pas. Aucune garantie n'est apportée sur les retombées fiscales, on connaît l'ingéniosité de ces grands groupes pour échapper à l'impôt. »
Pratique Le rendez-vous est fixé aujourd'hui, à 17 h à la salle du conseil municipal de Lescouët-Gouarec. La réunion est ouverte à tous.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lescouet-gouarec/association-alternatives-projets-miniers-creee-contre-l-exploration-miniere-12-11-2014-10421126.php

Extractivisme - Tous les contenus

Communiqué Assassinat de José Tendetza, opposant à l'industrie minière à grande échelle en Équateur
Brève "Ségolène Martin" refuse de signer les permis de mutation du bassin parisien
Article de presse Chalcidique: Le brouillard de gaz lacrymogènes enveloppe la montagne à Skouries
Vidéo Gaz de couche Lorraine : Brhouillard - les contrôles effectués par la DREAL sur les forages
Communiqué ALTERNATIVES – PROJETS MINIERS -
Brève La région Ile-de-Franc e "déterminée" contre les hydrocarbures de schiste - Lagazette.fr
Communiqué CP des Collectifs anti gaz et pétrole de schiste suite Réunion Nationale Lyon 22 23 nov 2014
Article de presse 09/09/2014 : Canada, l’industrie minière accusée après un désastre écologique
Brève ALERTE !! PELAGOS ET PORT CROS, etc. : La Zone de protection écologique devenue Zone économique exclusive... ce qui ouvre le champ aux projets d'exploitation aux larges de la Corse.
Événement "Mine noire" au théâtre Victor Hugo de Bagneux // Un spectacle engagé sur l'exploitation du pétrole
Article de presse Association Alternatives projets miniers. Créée co ntre l'exploration minière (c) Le Télégramme
Brève Bretagne en danger : Le permis de Merléac est octroyé
Événement MANIFESTATION à PARIS, le 8 novembre à 14h Place de la Bastille
Brève Le Parc du Luberon rejette un projet de prospection d'hydrocarbures
Communiqué Lettre Ouverte à S.Royal en réaction à la signature prochaine d’une douzaine de nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures
Page Lettre d'information du collectif Aldeah - septembre 2014 -
Communiqué Campagne Bang! Ban Cyanide ! Stop ! Interdisons le cyanure !
Communiqué Déclaration Internationale - Journée internat ionale contre les monocultures d'arbres
Événement Rassemblement contre le projet de méga-centrale à biomasse à Gardanne
Événement [Testet] Grand Rassemblement contre le barrage de Sivens samedi 25 octobre 2014

Brèves

"Ségolène Martin" refuse de signer les permis de mutation du bassin parisien

Ségoléne Royal prise la main dans le sac : dans le document ci-joint (voir illustration) elle affirme avoir refusé de signer le renouvellement des 7 permis de bassin parisiens. Or c'est son prédescesseur Philippe Martin qui avait pris cette décision.

Il s'agit donc d'un mensonge. Ci-joint et pour rappel les faits http://www.developpement-durable.gouv.fr/Demandes-de-mutation-deposees-par.html Lire la suite »

La région Ile-de-Franc e "déterminée" contre les hydrocarbures de schiste - Lagazette.fr

Le président PS du Conseil régional d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon a affirmé ce vendredi 22 novembre la "détermination" de l'exécutif de gauche à "faire échec à la fracturation hydraulique" dans d'éventuelles recherches d'hydrocarbures de schiste sur le territoire francilien.
Lire la suite »

ALERTE !! PELAGOS ET PORT CROS, etc. : La Zone de protection écologique devenue Zone économique exclusive... ce qui ouvre le champ aux projets d'exploitation aux larges de la Corse.

Un décret a transformé la Zone de protection écologique -mise en place en 2003- en Zone économique exclusive... ce qui ouvre le champ aux projets d'exploitation aux larges de la Corse. 

Lire la suite »

Bretagne en danger : Le permis de Merléac est octroyé

Un nouveau permis de recherhce de métaux attribué en Bretagne (permis de Merléac) à la société Variscan Mines

06/11/2014

Par arrêté ministériel du 3 novembre 2014 publié au Journal Officiel le 5 novembre, le Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique a accordé un permis exclusif de recherches de mines de cuivre, zinc, plomb, or, argent et substances connexes à la société Variscan Mines. Ce permis dit « Merleac » d’une superficie de 411 km² s’étend sur 34 communes des Côtes d’Armor.

Lire la suite »

Documents

Assassinat de José Tendetza, opposant à l'industrie minière à grande échelle en Équateur

Date de publication: 
Mercredi, 10 Décembre, 2014
Par: 
Collectif ALDEAH

Le mercredi 3 décembrJosé TendetzaJosé Tendetzae 2014, José Tendetza, dirigeant de la communauté Shuar de Yanua (Canton du Pangui, Province de Zamora, Equateur) et farouche opposant à l’industrie minière à grande échelle, a été retrouvé mort sur le bord du fleuve Zamora. Alors que José avait été porté disparu depuis cinq jours, la police s'est empressée d'enterrer le corps qui leur aurait été remis par les employés de la mine de Mirador (en cours d’exploration par l’entreprise ECSA), et cela sans aucune autopsie. Pour reconnaître le corps, les membres de la famille n’ont eu droit qu’à une photographie du défunt sur laquelle il semblait être ligoté par des liens de couleur bleue.

Le leader indigène, qui refusait de se faire exproprier de ses terres, avait été attaqué en justice en novembre 2013 par l'entreprise minière ECSA (Ecuacorriente SA), détenue par les sociétés chinoises Tongling et China Railways, et avait fait l'objet de nombreuses menaces. Au moment de sa disparition, il se rendait à une réunion de l'Association des Shuars de Bomboiza pour traiter des problèmes liés aux activités de l'entreprise minière dans la région.

Si les auteurs et les commanditaires du crime restent, jusqu'à ce jour, inconnus, compte tenu du nombre d’assassinats de leaders, de militants, de syndicalistes et de paysans en Amérique Latine, la crainte est forte que la mort de José Tendetza soit en relation avec ses activités militantes. Cherchait-on à l’empêcher de parvenir jusqu'au lieu de la réunion, puis de voyager au Pérou (Lima) pour y dénoncer les méfaits de l'exploitation minière à l’occasion du Tribunal International des Droits de la Nature, comme il avait l’intention de le faire? Cet assassinat est-il lié à l'expansion du front extractif dans la Cordillère du Condor (Amazonie équatorienne) ?
Si cela s’avérait être le cas, alors José Tendetza viendrait ajouter son nom à la longue liste d’assassinats d’opposants à l’extractivisme sous toutes ses formes : en novembre 2013, Freddy Taish, Shuar de la communauté de San José de Piunts est abattu par l'armée en Equateur ; au Nord du Pérou (Cajamarca) ; la répression de la lutte contre le projet minier Conga a déjà fait plus de cinq morts, en 2005, 32 personnes ont été torturées par des employés (vigiles) de l'entreprise minière Monterrico Metals, à Ayabaca (Province de Piura) ; au Mexique et en Colombie, les morts sont tellement nombreux que plus personne ne parvient à tenir à jour la liste macabre. Selon un rapport publié par l’ONG Global Witness, au moins 908 « défenseurs de la terre et de l’environnement » ont été tués entre 2002 et 2013 dans le monde, dont au moins 760 en Amérique latine, sachant que ce décompte ne comptabilise que les cas les plus connus. En France, le 26 octobre dernier, Rémi Fraisse a été tué par une grenade lancée par un gendarme alors qu'il protestait contre la construction d’un barrage à Sivens (Tarn), projet tout aussi « inutile » (sauf pour ceux à qui il rapporte) et dévastateur que les mines dans la Cordillère du Condor.

Ici et là-bas, la machine capitalo-extractiviste broie les territoires et tue leurs habitants.