Langue

Documents

ALTERNATIVES – PROJETS MINIERS -

Date de publication: 
Lundi, 1 Septembre, 2014
Par: 
http://alternatives-projetsminiers.org/

L’idée d’un collectif de réflexion est inspirée de Mr.Montebourg lui-même. Celui-ci ayant décidé de relancer les chantiers miniers en France métropolitaine.
La société civile se voit contrainte de se mobiliser afin de faire entendre sa voix.

La presse nationale ne s’en est guère fait l’échos, mais cette idée de d’exploitation minière date 2012. Et hormis dans la presse locale, la population est très peu informée de ce projet qui, pourtant, nous interpelle tous. (Consulter notre revue de presse: ici)

En Bretagne, C’est le 12 mai 2014 que les communes concernées par le « Permis de Silfiac », ont été averties. Pourtant la demande officielle est datée du 31 janvier 2013.
A la lecture, du premier courrier adressé aux maires par la préfecture, il est clair que leur avis n’est que consultatif.

C’est par second courrier également que les maires des communes concernées ont été conviés à une réunion d’information qui s’est tenue le 25 juin 2014 à la CCI de Pontivy.

Pour qu’une réelle réunion publique se tienne, il a fallu que les élus locaux en face la demande au porteur du projet, contrairement au dire du représentant de Variscan Mines Orléans. Il fut contredit sur ce point par un conseiller municipal, lors de la réunion du 18 juillet 2014 à Silfiac.
Mr.Patrick Lebret affirmait que cette réunion se tenait à sa demande et par souci de transparence.

S.D.

09/09/2014 : Canada, l’industrie minière accusée après un désastre écologique

La digue d’un bassin de décantation de rejets issus d’une importante mine d’or et de cuivre à Mount Polley, dans la province de Colombie-Britannique au Canada, s’est rompue début août 2014. Des milliards de litres d’eaux usées et de boues toxiques se sont déversées dans les lacs et cours d’eau environnant. L’état d’urgence a été décrété localement, assorti d’une interdiction de consommer l’eau du robinet. Simple incident malencontreux ? Ou, bien plutôt, résultat de l’affaiblissement progressif des régulations environnementales au Canada pour faciliter le développement de l’industrie minière ?

L’accident, qui a eu lieu le 4 août dernier, est survenu malgré un rapport officiel de 2011 alertant le propriétaire de la mine, Imperial Metals, sur la nécessité de trouver une solution durable pour évacuer les eaux usées s’accumulant dans le bassin. 

Le rapport, commandé par deux tribus des « Premières nations » et payé par Imperial Metals, notait également que la mine n’avait « ni plan de surveillance ni plan d’urgence détaillés ». Dans le même temps, le ministère de l’Environnement de la province a déclaré avoir adressé un avertissement à Imperial Metals en mai dernier - pour la cinquième fois ! -, après que des inspections aient révélé que le niveau des eaux usées dans le bassin de décantation dépassait la limite autorisée. Des eaux usées qui présentaient aussi une concentration anormalement élevée de plusieurs substances, dont le sélénium et le molybdène.

L’accident, qualifié de « plus grande catastrophe minière jamais survenue au Canada », a détruit les écosystèmes de la rivière voisine de Hazeltine Creek, qui abritaient de nombreuses espèces animales. Les boues ont également atteint les lacs Polley et Quesnel, dont la population locale dépend pour son eau potable ainsi que pour la pêche.

L’eau: au-delà de l’Etat

Les comités de l’eau de la partie sud de Cochabamba, la quatrième plus grande ville de Bolivie, sont le parfait exemple des formes boliviennes de l’autonomie et de l’horizontalité. C’est un réseau toujours actif d’organisations qui se sont signalées après la « guerre de l’eau » de 2000, quand une mobilisation sur une grande échelle a mis le holà à une tentative parrainée par l’Etat de privatiser l’approvisionnement en eau de Cochabamba. L’un des résultats de la mobilisation a été une augmentation de la visibilité du réseau de comités de Cochabamba, qui a renforcé son niveau d’organisation dans la ville depuis sa victoire de 2000. On trouve les comités partout en périphérie, mais ils sont surtout concentrés dans la partie sud de la ville, qui est composée de six districts et compte la moitié de la population de la ville, soit plus de deux cent mille habitants, qui sont parmi les plus exposés à l’inefficacité de la compagnie publique de l’eau, SEMAPA.

Les comités de l’eau de Cochabamba réinventent les traditions boliviennes d’autonomie face à un Etat nouvellement remodelé, mais hautement centralisé.

L’autonomie et l’horizontalité sont parmi les formes boliviennes les plus traditionnelles d’organisation de la société. Elles forment ensemble une voie alternative, qui est réelle, pratique, et quotidienne, et qui recouvre ce que nous désignons par « lo publico », le fait public, et ce que cela implique de pratiquer une démocratie vivante et participative aux marges de l’Etat et des gouvernements qui détiennent le pouvoir.

Les comités de l’eau de la partie sud de Cochabamba, la quatrième plus grande ville de la Bolivie, sont le parfait exemple des formes boliviennes de l’autonomie et de l’horizontalité. C’est un réseau toujours actif d’organisations qui se sont signalées après la « guerre de l’eau » de 2000, quand une mobilisation sur une grande échelle mit le holà à une tentative parrainée par l’Etat de privatiser l’approvisionnement en eau de Cochabamba.

On associe souvent la guerre de l’eau et la « vraie » démocratie, et on pourrait penser qu’il y a là une contradiction : la guerre implique la violence, le gâchis en énergie et en ressources, la mort, les désaccords ; il paraît que c’est ce que la vision occidentale de la démocratie a pour but d’éviter. Mais il ne s’agissait pas d’un conflit direct portant uniquement sur la défense d’une ressource. Cela venait de la lutte historique et permanente du peuple bolivien pour défendre son droit à décider horizontalement et d’une manière autonome de ce qui concerne ses propres besoins, ce qui veut dire son besoin impérieux et permanent de vivre dans une vraie démocratie.

Souscription pour le livre DYSTOPIA

Depuis un an et demi, nous travaillons à  un projet sur l’agriculture industrielle qui associe deux écritures : les mots sont un miroir de la réalité telle que nous la percevons, fragmentée, éparse, au fil de l’actualité. Les images sont de l’ordre de la prédiction : voilà demain, si..Si rien ne change dans l’orientation actuelle de l’agriculture.  Rémi Fraisse a été tué par les forces de l’ordre le 25 octobre parce qu’il contestait le projet de barrage de Sivens dans le Tarn.  A Amiens, en première instance, des opposants à l’usine des 1000 vaches ont été condamnés.  L’agriculture industrielle, intensive et d’exportation est défendue avec acharnement par tous ceux qui refusent de voir ce qu’ils ont sous les yeux.  Notre projet s’appelle Dystopia. La production a été rendue possible par un financement participatif. Reste la post-production, c’est à dire en particulier un livre qui doit être édité aux éditions Le bec en l’air à Marseille.  Nous avons besoin de votre aide pour boucler le budget et assurer la parution prévue en février 2015. En achetant dès maintenant cet ouvrage à un prix préférentiel et en diffusant cet appel dans vos réseaux, vous nous aiderez à porter ce débat sur la place publique : quelle agriculture et quelle alimentation pour demain ? 
Merci d’avance. 

"Mine noire" au théâtre Victor Hugo de Bagneux // Un spectacle engagé sur l'exploitation du pétrole

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Théâtre Victor-Hugo 14, avenue Victor-Hugo 92 220 BAGNEUX
Date(s) de l'événement: 
Ve, 28/11/2014 (Toute la journée) - Sa, 29/11/2014 (Toute la journée)

Une approche ludique et grinçante pour une problématique toujours plus actuelle : la surexploitation des ressources fossiles.  

Aux vues des principes qui animent votre association, nous avons pensé  que l’approche de cette compagnie pourrait vous plaire. Lorsqu’il s’engage, l’air de rien, l’art porte une voix forte et nous aimerions que vos membres puissent en profiter. Nous vous remercions de leur faire part de cette information et n’hésitez pas à revenir vers nous pour tout renseignement.

Lire la suite »

Modification simplifiée du P.L.U. de Cayenne :Quelle légitimité ? Quelle finalité ?

Date de publication: 
Jeudi, 9 Octobre, 2014
Par: 
Maiouri Nature Guyane
COMMUNIQUÉ DE PRESSE du 9 octobre 2014

Objet  : Délibération N°2014-141/ST-DA-PUR concernant les règles
d'implantation le long de la RD 4 dite « route de Bourda ». 5 septembre 2014

L’association Maiouri Nature Guyane vient par la présente dénoncer une modification du PLU de Cayenne en procédure simplifiée qui nous semble être illégale. En effet, comme le spécifie l’article L 123-13-3 du code de l’urbanisme, la procédure de modification simplifiée n'est pas autorisée lorsqu’elle risque de :

- « …réduire un espace boisé classé, une zone agricole, naturelle, ou une protection édictée en raison des risques de nuisance, de la qualité des sites, du paysage et des milieux naturels, ni comporter de graves risques de nuisances.

- « Elle ne peut pas majorer de plus de 20% les possibilités de construire résultant dans une zone de l'application de l'ensemble des règles du plan.

- Or, dans l’affaire qui nous concerne, cette modification qui rend constructible une zone de 20 m de part et d'autre de la Route de Bourda (littoral ou l’Espace Boisé Classé) va surtout permettre la réalisation d’un projet immobilier contre lequel notre association s’est engagée à lutter du fait de son implantation sur un site naturel, fréquenté par tous les Cayennais et d’une grande valeur patrimoniale : il s’agit de la petite plage de Bourda que l’on accède librement depuis un plus d’un demi-siècle, par un petit sous-bois de palmiers Moucaya, awara, cocotiers !

Lettre d'information du collectif Aldeah - septembre 2014 -

Alternatives au Développement Extractiviste et AnthropocentréLettre d'information du collectif Aldeah
- septembre 2014 -

  

 
Petit bilan de l’été : le festival international Terre d'aucune mine (No mine's land) , qui s'est tenu à l'occasion de la journée internationale contre la méga-industrie minière sur le périmètre du permis de Villeranges , à Lussat, dans la Creuse,  a rassemblé le 26 juillet dernier plus de 500 personnes, soit l'équivalent de 50 000 participants si on était à Paris ! Et ce n'est pas fini. Après une manifestation et une conférence de presse fin août, le collectif local lance un appel à celles-ceux qui le souhaitent : «  venez dans la Creuse créer des alternatives concrètes» et opposez-vous positivement à l'extractivisme, aujourd'hui imposé comme  le seul « projet d’avenir » pour ce département... « Bientôt des mines près de chez vous ? ». En Europe, les résistances s’articulent. Une coalition européenne de collectifs et d’association réclame d’une seule voix à l’équipe de J.C. Juncker l’interdiction des technologies à base de cyanure dans les mines.
 
L'industrie minière, "Ni ici, ni ailleurs", entend-on dans la Creuse. Les entreprises françaises n'en ont que faire et exploitent au Pérou! Cocorico … beurk !
En lisant l'enquête de Simone Garra "néocolonialisme made in France de Maurel & Prom dans l’Amazonie péruvienne" on apprend comment l'entreprise Maurel & Prom,  issue du système colonial, poursuit ses frasques du Gabon au Pérou en passant par le Canada (et bientôt la France?). Aujourd'hui, elle cherche à exploiter les territoires du Nord de l'Amazonie péruvienne, ignorant le rejet catégorique que les populations concernées ont exprimé vis-à-vis de ce type d'activités qui ont déjà laissé trop de mort dans leur sillage. 
 
Mais les choses ne se passent pas aussi simplement que le souhaiteraient les  dirigeants de ces compagnies prédatrices : au Pérou, on n’aime pas les mines à  ciel ouvert et on le dit. Pour preuve, et même si la lutte contre le projet Conga semble, au bout de trois,  marquer le pas, ce n’est pas un hasard si Raquel  Neyra, militante péruvienne anti-mine donne un coup de pied dans la  fourmilière en signant une tribune ouverte :  «CONGA, la lutte , la mine et les élections ».  
 
Pour poursuivre, nous vous proposons une traduction d’un article de Raúl Zibechi  qui éclaire d’un regard sans tabou « l’Amérique Latine vue d’en bas »  et essaie de répondre, pays par pays, à la question qui fâche : « où  en est-on dans la région (en juin 2013), la matrice productive  change-t-elle de profil ? " Vraisemblablement, et malheureusement, ce  n’est pas le cas, ni là-bas … ni ici, pourrait-on dire : en France, les Grands Projets Inutiles Imposés se poursuivent. Heureusement, les répliques aussi, et les luttes se multiplient. A ce sujet, vous pourrez signerune pétition en défense de la ZAD du Testet  contre le barrage de Siven ou encore participer à une cyberaction contre la ré-activation (encore!) de l'exploration des hydrocarbures de schiste en France. Et si vous en voulez encore, souvenez-vous de vos vacances et protégez la forêt cévenole, où une centrale à Biomasse menace de tout détruire . Ouf !
 

Enfin, voilà des nouvelles de Caméra Shuar :

Chers tous,

Nous avons le plaisir de vous communiquer que Caméra-Shuar a été invité a faire partie du jury du renomé festival indigène ANACONDA. Cette évenement aura lieu pendant le mois d’octobre 2014 dans les communautés shuars de l’Amazonie Equatorienne.

Ce 10 octobre 2014 et pendant une dizaine de jours, démarre le deuxième atelier de cinéma dans la communauté shuar de Kipiamais. A cette occasion nous finirons un deuxième court-métrage de fiction, TSUNKI, tiré d’un mythe shuar sur l’esprit de l’eau.

Vous serez conviés à une soirée en fin Janvier 2015, pour partager le travail réalisé et faire des échanges.

Suite aux ateliers du mois de mai et juin 2014, nous avons tourné le court-métrage de fiction IWIANCH, un mythe shuar sur un être diabolique qui parfois rend visite aux shuars. Nous cherchons des festivals pour le faire tourner. (http://camara-shuar.org/ateliers_cine.html)

https://vimeo.com/102850114 mot de passe: chantes
(pas encore sous-titré au français).

Le mois de mai 2014, pendant quelques jours, une partie de l’équipe de Caméra-Shuar, (Domingo Ankuash, Franklin Mankash, Raul Ankuash, Carolina Soler et moi même), sommes partis faire une visite aux Sarayakus afin de promovoir des échanges sur l’autonomie des médias. Par la suite nous avons produit un court-métrage. (http://camara-shuar.org/sarayakufr.html)

https://vimeo.com/102850114
(pas encore sous-titré au français).

A tous ceux qui m’ont confirmé, les colliers seront envoyés à vos adresses en décembre.
 

Lettre d'information du collectif Aldeah - septembre 2014 -

Alternatives au Développement Extractiviste et AnthropocentréLettre d'information du collectif Aldeah
- septembre 2014 -

  

 
Petit bilan de l’été : le festival international Terre d'aucune mine (No mine's land) , qui s'est tenu à l'occasion de la journée internationale contre la méga-industrie minière sur le périmètre du permis de Villeranges , à Lussat, dans la Creuse,  a rassemblé le 26 juillet dernier plus de 500 personnes, soit l'équivalent de 50 000 participants si on était à Paris ! Et ce n'est pas fini. Après une manifestation et une conférence de presse fin août, le collectif local lance un appel à celles-ceux qui le souhaitent : «  venez dans la Creuse créer des alternatives concrètes» et opposez-vous positivement à l'extractivisme, aujourd'hui imposé comme  le seul « projet d’avenir » pour ce département... « Bientôt des mines près de chez vous ? ». En Europe, les résistances s’articulent. Une coalition européenne de collectifs et d’association réclame d’une seule voix à l’équipe de J.C. Juncker l’interdiction des technologies à base de cyanure dans les mines.
 
L'industrie minière, "Ni ici, ni ailleurs", entend-on dans la Creuse. Les entreprises françaises n'en ont que faire et exploitent au Pérou! Cocorico … beurk !
En lisant l'enquête de Simone Garra "néocolonialisme made in France de Maurel & Prom dans l’Amazonie péruvienne" on apprend comment l'entreprise Maurel & Prom,  issue du système colonial, poursuit ses frasques du Gabon au Pérou en passant par le Canada (et bientôt la France?). Aujourd'hui, elle cherche à exploiter les territoires du Nord de l'Amazonie péruvienne, ignorant le rejet catégorique que les populations concernées ont exprimé vis-à-vis de ce type d'activités qui ont déjà laissé trop de mort dans leur sillage. 
 
Mais les choses ne se passent pas aussi simplement que le souhaiteraient les  dirigeants de ces compagnies prédatrices : au Pérou, on n’aime pas les mines à  ciel ouvert et on le dit. Pour preuve, et même si la lutte contre le projet Conga semble, au bout de trois,  marquer le pas, ce n’est pas un hasard si Raquel  Neyra, militante péruvienne anti-mine donne un coup de pied dans la  fourmilière en signant une tribune ouverte :  «CONGA, la lutte , la mine et les élections ».  
 
Pour poursuivre, nous vous proposons une traduction d’un article de Raúl Zibechi  qui éclaire d’un regard sans tabou « l’Amérique Latine vue d’en bas »  et essaie de répondre, pays par pays, à la question qui fâche : « où  en est-on dans la région (en juin 2013), la matrice productive  change-t-elle de profil ? " Vraisemblablement, et malheureusement, ce  n’est pas le cas, ni là-bas … ni ici, pourrait-on dire : en France, les Grands Projets Inutiles Imposés se poursuivent. Heureusement, les répliques aussi, et les luttes se multiplient. A ce sujet, vous pourrez signerune pétition en défense de la ZAD du Testet  contre le barrage de Siven ou encore participer à une cyberaction contre la ré-activation (encore!) de l'exploration des hydrocarbures de schiste en France. Et si vous en voulez encore, souvenez-vous de vos vacances et protégez la forêt cévenole, où une centrale à Biomasse menace de tout détruire . Ouf !
 

Enfin, voilà des nouvelles de Caméra Shuar :

Chers tous,

Nous avons le plaisir de vous communiquer que Caméra-Shuar a été invité a faire partie du jury du renomé festival indigène ANACONDA. Cette évenement aura lieu pendant le mois d’octobre 2014 dans les communautés shuars de l’Amazonie Equatorienne.

Ce 10 octobre 2014 et pendant une dizaine de jours, démarre le deuxième atelier de cinéma dans la communauté shuar de Kipiamais. A cette occasion nous finirons un deuxième court-métrage de fiction, TSUNKI, tiré d’un mythe shuar sur l’esprit de l’eau.

Vous serez conviés à une soirée en fin Janvier 2015, pour partager le travail réalisé et faire des échanges.

Suite aux ateliers du mois de mai et juin 2014, nous avons tourné le court-métrage de fiction IWIANCH, un mythe shuar sur un être diabolique qui parfois rend visite aux shuars. Nous cherchons des festivals pour le faire tourner. (http://camara-shuar.org/ateliers_cine.html)

https://vimeo.com/102850114 mot de passe: chantes
(pas encore sous-titré au français).

Le mois de mai 2014, pendant quelques jours, une partie de l’équipe de Caméra-Shuar, (Domingo Ankuash, Franklin Mankash, Raul Ankuash, Carolina Soler et moi même), sommes partis faire une visite aux Sarayakus afin de promovoir des échanges sur l’autonomie des médias. Par la suite nous avons produit un court-métrage. (http://camara-shuar.org/sarayakufr.html)

https://vimeo.com/102850114
(pas encore sous-titré au français).

A tous ceux qui m’ont confirmé, les colliers seront envoyés à vos adresses en décembre.
 

Campagne Bang! Ban Cyanide ! Stop ! Interdisons le cyanure !

Date de publication: 
Lundi, 29 Septembre, 2014
Par: 
Campagne Bang! Ban Cyanide ! Stop ! Interdisons le cyanure !

Non aux mines polluantes en Europe ! Réclamons à l'équipe de JC Juncker l'interdiction du cyanure à l'occasion des auditions des commissaires européens de 2014 29 Septembre 2014 -

Nous sommes une coalition européenne composée d'ONG, de collectifs et d'associations venant de Belgique, Bulgarie, Finlande, France, Grèce, Allemagne, Roumanie, Slovaquie, Espagne, Royaume Uni, République Tchèque, de Turquie et de Guyane Française. Nous nous sommes rassemblés pour combattre la pollution minière et l'utilisation des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière en Europe.

Globalement le nombre de mines d'or à ciel ouvert est en augmentation. Peu de citoyens européens sont sensibilisés à la problématique de l'industrie minière aurifère en Europe, pourtant les métaux utilisés dans les ordinateurs, les composants électroniques et les téléphones portables proviennent bien de quelque part. Les mines défigurent le paysage; engendrent une pollution durable; requièrent l'utilisation massive de produits chimiques hautement toxiques comme le cyanure et souvent obligent les populations locales à quitter leurs terres.

Beaucoup d'entre nous vivent dans des régions menacées par ces mines polluantes.De la même manière que nous mettons en place une réflexion commune sur le sujet, nous nous réunissons pour proposer une solution commune. De nombreux exemples à travers le monde nous démontrent que l'utilisation massive du cyanure par l'industrie minière impacte l'environnement et les populations proches ou éloignées.Pourtant il y a aussi de nombreux exemples à travers le monde qui montrent que la population peut vaincre quand elle est unie. C'est ce qui s'est passé récemment en Slovaquie où le procédé de lixiviation à l'aide de cyanure a été interdit.

En Août 2014, à Rosia Montana/Roumanie, nous avons lancé une campagne commune pour interdire l'utilisation des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière en Europe. En 2010 le Parlement européen a adopté une résolution interdisant l'utilisation des technologies à base de cyanure dans l'industrie minière, parce que ces technologies représentent un grave danger pour la santé humaine et pour l'environnement. Nous souhaitons que cette résolution devienne une réalité et c'est pour cela que nous invitons Mr Karmenu Vella, candidat au poste de Commissaire à l'environnement, à soutenir cette résolution et à agir en sa faveur.

Appel à projets alternatifs autour de Lussat contre la relance minière en Creuse

Date de publication: 
Samedi, 20 Septembre, 2014
Par: 
Collectif de vigilance sur les projets miniers creusois

Dans la perspective d’occuper le terrain avec des projets alternatifs aux recherches minières autour de Lussat, nous lançons un appel à projet pour toute personne intéressée. Il s’agit de développer un projet sur un territoire rural, autour de Lussat, soutenu par le collectif contre les mines d’or, avec donc la perspective de s’installer –pourquoi pas- sur le territoire ou de léguer le projet.

Nous contacterons aussi des acteurs du territoire tel que le Pays Combraille en Marche qui peuvent aider à la réalisation du projet (dossier, aide matérielle…).

Nous soumettons ici les idées du Collectif contre les mines en Creuse ou celles qui lui ont été proposées : c’est une base de départ pour les projets. Mais bien sûr, c’est aux porteurs de projet de faire ensuite leur propre sauce ! Il s’agit d’idées de départ qui peuvent être des bonnes perspectives pour monter quelque chose.

 

 

1 – Les pâtisseries pépites d’or

On peut peut-être regarder s’il n’y a pas moyen de faire une petite structure (Peut-être le Pays Combrailles en Marche pourrait-il aider à faire un dossier ?) qui ferait des pépites (d’or !) avec des produits locaux (exemple : noisette, farine d’Evaux, raisins, ….produits au choix), initiative qui pourrait être soutenue par le collectif avec –pourquoi pas- de temps en temps des bénévoles (format SCIC ou SCOP par exemple) et avec un message « voici le seul or que nous voulons extraire… » ou un truc du genre.

Si à terme, il y a un dossier un peu pro avec exportation dans plusieurs magasins (et bien sûr à la réserve de l’étang des Landes !) ça peut faire un ou deux emplois. Il y a bien un biscuitier à Faux-la-Montagne (sud-Creuse) !

Il peut y avoir un appel à projet « pâtisseries/gâteaux » pour des gens d’ailleurs qui seraient intéressés par ça.

 

2 -  Le canoë

Ben oui, on a vu qu’on pouvait en faire (un peu) sur la Voueize ! Pourquoi pas un petit pôle visite de la Voueize, basé à Chambon ou ailleurs ou on pourrait faire du canoë et découvrir la Voueize aux petits et grands. Ça peut être sous format associatif (et pourquoi pas, en plus, quelqu’un qui aurait une activité rémunérée la dessus en parallèle), peut-être qu’on peut avoir quelques aides départementales pour le matériel par exemple.

Ça peut être l’occasion de découvrir flore et faune autour de la Voueize.

 

3 – Le recyclage

L’idée de départ était un évènement où on « pèse » nos portables et matériaux technologiques (version compteur pour voir l’équivalent « métaux rares » en poids dans les outils technologiques).

Idée de Recyclerie pour les produits technologiques –réparation, apporter à une usine proche qui les recycle, récupération diverse-

Ou plus complètement de Ressourcerie avec tous type de produits.

NB : il y a deux ressourceries proche à Saint-Maurice-pré-Pionsat et à Felletin qui peuvent aider à monter le dossier. Le Pays Combrailles en Marche est aussi intéressé par l’odée de pôles ressourceries locales.