Répondre au commentaire

2.500 manifestants en soutien aux maires opposés au gaz de schiste

Version imprimableVersion imprimableEnvoyer par e-mailEnvoyer par e-mailPDF versionPDF version

YON, 7 mai 2011 (AFP) - 2.500 personnes se sont rassemblées samedi à Villeneuve-de-Berg (Ardèche) en soutien aux maires ardéchois dont les arrêtés anti-gaz de schiste ont été attaqués au tribunal administratif par l'industriel américain Schuepbach Energy, ont indiqué la préfecture et les organisateurs. "Les citoyens font bloc derrière leurs élus contre les gaz de schiste et même si nous étions moins nombreux qu'en février (10.000 manifestants, NDLR), nous restons très mobilisés et très méfiants", a expliqué par téléphone Guillaume Vermorel, initiateur du comité ardéchois con tre les gaz
de schiste et présent à Villeneuve. 

Les opposants craignent que le gouvernement ne "joue la montre jusqu'aux élections présidentielles et législatives" et autorise ensuite l'exploration, a précisé M. Vermorel. Schuepbach est titulaire de deux permis d'exploration: celui dit de Villeneuve-de-Berg et celui dit de Nant (Aveyron), tous deux couvrant plusieurs communes. Depuis avril, cette société a introduit devant le tribunal administratif de Lyon des dizaines de recours pour "excès de pouvoir" contre les maires de communes ayant pris des arrêtés municipaux d'interdiction d'exploration sur leur territoire. "Une soixantaine de maires ont pris des arrêtés. Ils sont très solidaires entre eux", s'est pour sa part réjoui Hervé Ozil, porte-parole du comité des élus opposés au gaz de schiste.

"Maintenant, nous allons nous constituer en association, afin de mieux nous défendre, de nous doter de moyens. On sait qu'ils (les industriels) ne lâcheront pas, parce qu'il y a de l'argent à se faire", a-t-il ajouté. Une délégation d'élus ardéchois participera mardi à la manifestation prévue devant l'Assemblée nationale à l'occasion de l'examen d'une proposition de loi visant "à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique".
hdz/dk

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.