Articles de presse

Résistance berbère : La mine d’Imider (Maroc)

Au sommet du mont d’Aleban, à deux kilomètres d’Imider, une localité située à quelque 200 km au nord-est d’Ouarzazat, des habitants en colère organisent un sit-in depuis déjà une année. Ils protestent contre l’exploitation d’une mine d’argent sur leurs terres depuis 1969 par la Société métallurgique d’Imider (SMI), une filiale du groupe minier Managem géré par la Société nationale d’Investissement (SNI) appelée aussi « Maroc SA », une propriété du roi du Maroc. Si cette entreprise a généré en 2010 un chiffre d’affaires de 74 millions d’euros, ce qui la place parmi les plus importantes mines d’argent en Afrique, les habitants, eux, vivent à l’âge de pierre, dans l’indigence et la pauvreté. Ils n’ont ni routes, ni dispensaires, ni écoles, ni réseau Internet. L’hôpital le plus proche est situé à 200 km.

Pire encore. La surexploitation de la mine a provoqué la pollution de leur environnement immédiat au cyanure et au mercure, deux produits chimiques que la SMI utilise pour le traitement du minerai. C’est la faiblesse et l’interruption par la suite du débit d’eau dans les puits et dans les robinets des habitants qui ont enclenché le mouvement de colère. La baisse du débit en eau atteint plus de 60 %.
En réaction à ces injustices, les habitants commencent par manifester pacifiquement leur colère devant la mine, mais face au silence méprisant de l’entreprise, ils changent radicalement de méthode. Ils coupent l’alimentation en eau de la mine. Leurs revendications sont claires. Ils exigent de partager les profits matériels de la SMI. Ils revendiquent aussi que 75 % des recrutements soient réservés aux habitants de la région touchée par la sécheresse et le chômage et exigent la participation au développement économique et sociale de la région, considérée comme l’une des plus pauvres au Maroc.

En Lorraine, des boues de gaz de houille disparaissent… - mais on les a retrouvées !

Forage de gaz de couche avec boue en LorraineForage de gaz de couche avec boue en Lorraine

Un chantier de forage de gaz de houille se déroule en Moselle. Elle produit des boues que des camions convoient vers une destination… inconnue. Des habitants, plus qu’inquiets, adressent une lettre ouverte à Philippe Martin, ministre de l’Ecologie.

Mais selon des informations recueillies par Reporterre, les boues iraient à la station d’épuration de Faulquemont.


Actualisation d’information : Suite à la parution de l’article ci-dessous, paru le 20 décembre, un habitant de Faulquemont a appelé Reporterre le 22 décembre pour indiquer que les boues rejetées par la société EGL partent dans une station d’épuration gérée par le district urbain de Faulquemont. Les boues y sont analysées. Elles ne contiennent pas de métaux toxiques ou de produits chimiques hors normes, sans quoi elles ne seraient pas acceptées. Toujours selon cette source, qui a voulu rester anonyme, les boues épurées sont ensuite ré-utilisées comme engrais agricole.

Il aurait été plus simple que les autorités répondent directement aux Collectifs qui leur ont posé la question. Et il serait plus simple qu’elles confirment officiellement ce qu’un citoyen de base a expliqué à Reporterre.[...