Langue

Articles de presse

AUDIO : L’extractivisme près de chez vous : l’extraction de lignite fait disparaître des villages en Allemagne

Rhénanie-du-Nord-Westphalie, non loin de Düsseldorf. La mine de lignite à ciel ouvert de Garzweiler (Braunkohletagebau Garzweiler), 48 km2 (la surface de la ville de Lyon), exploitée par l'entreprise RWE Power AG, a pris le nom d’un village disparu. Le projet d’extension de la mine, démarré dans les années 1990 doit engloutir 12 autres villages. L’Allemagne […] se fait, depuis plusieurs années, le chantre des énergies renouvelables qui permettent de produire près d’un quart de l’électricité du pays. L’abandon du nucléaire a été décidé au début de la dernière décennie, et accéléré après la catastrophe de Fukushima. Mais le pays présente également un autre visage. Le charbon continue de jouer un rôle central pour la production d’électricité –près de 45%- avec des conséquences négatives sur l’environnement.

Mines de charbon et politique énergétique en Allemagne. Grand reportage RFI sur la mine de lignite à Garzweiler. Pascal Thibaut, Marc Minatel : écouter dans son intégralité sur le site de RFI

Extraits du reportage:

L’Allemagne arrive en tête du palmarès pour l’extraction du lignite, avec 100 millions de tonnes chaque année, dans cette seule région à l’Ouest de Cologne : 1/4 de l’électricité allemande est produite grâce au lignite et près d’1/5 avec du charbon, soit environ 45% avec ces deux minerais (énergies renouvelables : 22% l’an dernier ; le nucléaire : 15%).

La mine de de Garzweiler s’étend sans cesse : il faut déplacer des villages et des villageois. Son nom, Garzweiler, est celui d'un village qui n'existe plus. Après Garzweiler I, la phase II du projet prévoit une extension sur une superficie totale de 45 km2 et provoque des résistances sur le terrain. Lorsque Garzweiler II est autorisé au début des années 1990, le SPD perd la majorité dans son bastion et doit s’allier aux écologistes, opposants de toujours au charbon. A l’arrivée, un compromis boiteux est trouvé, mais Garzweiler II est toujours d’actualité. La société RWE dispose d’une concession jusqu’en 2045. 12 villages doivent disparaître, 7600 habitants expropriés au profit de la RWE et déménagés ; une autoroute doit être déplacée.

BRÉSIL - Le plus grand extractiviste du continent

 [Español] 

L’extractivisme, c’est l’appropriation d’énormes volumes de ressources naturelles ou leur exploitation intensive, les produits obtenus étant alors, en majorité, exportés comme matières premières vers les marchés mondiaux. Il semble passer inaperçu que, selon cette définition, le plus grand extractiviste d’Amérique du Sud est le Brésil.

Cette situation n’est pas toujours reconnue, car lorsqu’on parle d’extractivisme on pense en premier lieu à l’exploitation minière, et en second lieu, on donne comme cas emblématiques le Chili, le Pérou ou la Bolivie. Les représentations populaires font de ces nations andines les leaders miniers continentaux, et même mondiaux.

La réalité des dernières années est différente. Le Brésil est devenu le plus grand producteur et exportateur minier du continent. Ce pays a extrait plus de 410 millions de tonnes de ses principaux minerais en 2011, alors que toutes les autres nations sud-américaines réunies, se sont appropriées un peu plus de 147 millions de tonnes. Ces indicateurs se basent sur l’extraction en Amérique du Sud du cuivre, zinc, plomb, étain, bauxite, charbon et fer (qui représentent les principaux minerais par leur volume d’extraction et d’exportation). Il est impressionnant de noter que le Brésil extrait presque le triple de tous les autres pays sud-américains qui ont une industrie minière significative (Argentine, Bolivie, Colombie, Chili, Équateur, Guyana, Pérou, Suriname, Venezuela).