Langue

COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE

Syndiquer le contenu Stop Gaz de Schiste - Ardèche - France
Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l'exploration et de l'exploitation des hydrocarbures de roche-mère ( gaz de schiste, huiles de schiste, gaz de houille, huiles lourdes ...) et tous hydrocarbures dont l'extraction nécessite l'utilisation de techniques nécessitant de fracturer, stimuler ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.
Mis à jour : il y a 5 minutes 1 seconde

Sabine Buis : "Les gaz de schiste ne sont pas l'avenir"

jeu, 28/05/2015 - 20:57
SABINE BUIS : "LES GAZ DE SCHISTE NE SONT PAS L'AVENIR"

Sabine Buis, députée PS de l'ardèche et conseillère départementale.
Article sur Paris Match.

Au lendemain d'une nouvelle adoption par l'Assemblée nationale du projet de loi sur la transition énergétique, la députée socialiste Sabine Buis, qui a combattu deux forages de gaz de schiste dans sa circonscription en Ardèche, défend une réforme du code minier, pour plus de clarté dans l'attribution des permis d'exploitation des ressources sous-sol.

Paris Match : Pourquoi prônez-vous une réforme du code minier, la réglementation qui encadre l'exploitation des ressources du sous-sol ?

Sabine Buis : Cette réforme est nécessaire. Je suis députée d'une circonscription, en Ardèche, qui a été concernée en 2010 par deux permis pour l'exploitation de gaz de schiste. A l'époque, il y avait un manque d'information généralisé. Si le code minier avait été actualisé et avait pris en compte la charte de l'environnement et la participation du public, on n'en serait pas arrivé là. Le code minier n'est plus d'actualité. On a d'un côté des associations qui formulent des exigences environnementales vis-à-vis d'un texte qui a été écrit à une époque où l'on ne se souciait pas de l'environnement et de l'autre côté, les entreprises, qui sont en attente : des projets ne sortent pas parce qu'elles ne savent pas à quelle loi elles vont être soumises. L'absence de réforme ne fait que des insatisfaits.

Paris Match : Peut-on concilier dans ce texte la vision des entreprises qui ont intérêt à exploiter les ressources du sous-sol et celle des défenseurs de l'environnement et des associations, qui s'opposent parfois à cette exploitation ?

Sabine Buis : Il s'agit surtout d'être mieux à l'écoute. Je souhaite donner la parole aux citoyens mais je ne veux pas dicter le résultat pour autant : il ne s'agit pas forcément d'annuler systématiquement les permis. Je fais partie des élus convaincus que si on donne mieux la parole aux citoyens, les projets pourront aboutir plus facilement.
"Le sous-sol doit rester la propriété de l'Etat"

Paris Match : Faut-il rapprocher notre code minier de la législation des Etats-Unis, où le caractère privé du sous-sol a joué un rôle important dans le développement du gaz et du pétrole de schiste ?

Sabine Buis : Non, pas du tout, ce serait une grave erreur. L'exemple américain montre qu'on peut très facilement acheter les gens. Chez nous dans l'Ardèche, les entreprises ont essayé d'acheter les propriétaires pour pouvoir passer sur les terrains, par exemple, mais le sous-sol n'était pas en jeu. Le sous-sol doit bien sûr rester la propriété de l'Etat.

Paris Match : Certaines personnalités de gauche -Louis Gallois, Arnaud Montebourg...- sont favorables à l'exploration en vue d'évaluer les ressources potentielles en gaz de schiste. Pourquoi ne pas le faire ?

Sabine Buis : Il ne faut pas être naïf. Une demande d'exploration, c'est évidemment pour exploiter après. Et la question des techniques utilisées se pose alors. Il ne s'agit pas de savoir si le sous-sol a du potentiel, mais si nous avons intérêt à exploiter ce potentiel aujourd'hui. La vraie question, c'est l'avenir énergétique de la France, que nous avons tracé dans la loi sur la transition énergétique qui a été votée mardi à l'Assemblée. Les gaz de schiste n'en font pas partie.

Paris Match : Vous évoquez la pollution liée aux techniques de récupération des gaz et pétroles de schiste. Les industriels, eux, se disent optimistes quant aux progrès de la technologie.

Sabine Buis : Je veux bien croire que la technique puisse s'améliorer et qu'on puisse le faire de façon moins polluante. Mais ça reste polluant. Et la propriété industrielle protège les entreprises, qui ne sont pas obligées de détailler très précisément les techniques d'extraction. De plus, les quelques résultats qu'on a aujourd'hui nous amènent à penser qu'au mieux, en fonction des forages, on peut avoir du gaz sur 10 ou 15 ans. A quoi bon utiliser une source d'énergie avec autant d'externalités pour une durée de 15 ans ? Ça nous détournerait de la nécessaire transition énergétique.

Lire l'article sur Paris Match

Les pétitions et cyberactions

mer, 27/05/2015 - 14:00
PARTICIPEZ À LA LUTTE ET SIGNEZ LES PÉTITIONS

Appel lancé aux députés européens afin qu'ils refusent fermement d'accorder des droits spéciaux aux investisseurs étrangers !
signez cette pétition sur No 2 isds.eu/fr/campaign

Contre le fracking au Yukon. Gouvernement du Yukon, Dirigeants du Territoire du Yukon, Canada : Bannir la fracturation hydraulique horizontale/stimulation, à tout jamais
signez cette pétition sur Avaaz.org

Millions of us are speaking out against Arctic drilling. Together, we are a powerful force for change : from fossil fuels to renewables.
signez cette pétition sur Greenpeace.org

We Cannot Frack Our Way to Energy Security ! Don't Let Big Oil Change the Conversation — We Want, We NEED Renewables !
signez cette pétition sur act.foodandwatereurope.org

Petition Secretary Sally Jewell : Stop touting fracking propaganda !
signez cette pétition sur petitions.moveon.org

Pétition contre le lancement du premier forage de gaz de schiste dans le bassin de l'Ahnet (Algérie)
signez cette pétition sur La Pétition.be

Pétition contre le renouvellement du PERH du Bassin d'Alès qui arrive à expiration
sur Collectif 07 SGHDS

Signez l'appel "Toutes et tous hors Tafta !"
sur Collectif Stop Tafta.org

Stop TIPP et CETA
Sur stop-ttip.org

Nous protestons contre le traité transatlantique.
Signez la pétition sur 24.net

Stop fracking in South Africa : Many people in South Africa are very concerned about the potential negative impacts that the extensive process of shale gas mining can cause, as recorded in the USA, international research reports and articles.
Signez cette pétition sur Avaz.org

Stop au gaz de schiste en Kabylie : Exploitation des gaz de schiste en Kabylie : Ferhat Mehenni interpelle F. Hollande
Signez cette pétition sur Avaz.org

Charte de Bruxelles : Pour la création d'un Tribunal Pénal Européen et d'une Cour Pénale Internationale de l'Environnement et de la Santé
Signez cette pétition sur http://iecc-tpie.org

Pétition pour que l'Union Européenne interdise les gaz et huiles de schiste !
Signez cette pétition sur Gaz et Huile de Schiste, NON MERCI

Pétition "NON à l'exploration du GAZ DE HOUILLE en Nord/Pas-de-Calais"
signez cette pétition sur Pétition 24.net

Pétition européenne pour Mettre un Terme à l'Écocide en Europe
signez cette pétition sur End Ecocide Europe.fr

Contre l'exploitation des gaz et huiles de schiste dans la plaine d'Alès (30) !
Collectif d'Alès - « Basta ! Gaz Alès »
signez cette pétition sur Pétition24

Avant le pétrole, on a besoin d'eau pour vivre
Pétition contre les permis en Seine et Marne
Vous joindre à cet appel sur Avaaz.org

Mobiliser la société face au pic pétrolier
Vous joindre à cet appel sur Tribune-Pic-Petrolier.org

Gaz de schiste non merci
signez la pétition sur Pétition Publique.fr

Pétition pour l'interdiction de la fracturation hydraulique en Irlande
signez cette pétition sur Avaaz.org

TiSA / ACS : l'accord sur le Commerce des Services

mar, 26/05/2015 - 15:40
TISA / ACS : L'ACCORD SUR LE COMMERCE DES SERVICES

L'Accord sur le Commerce des Services (ACS), TISA en anglais (Trade in Services Agreement), est un projet de traité actuellement négocié en secret par 23 parties membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dont l'Europe.

TISA, comme TAFTA, en appelle au principe de coordination afin d'empêcher une régulation du marché qui porterait tort à l'un des signataires.

TISA, comme TAFTA et CETA, possède un caractère secret. Le projet de traité est protégé par copyright, ce qui interdit de le diffuser ou de le publier en totalité ou en partie.
Ces négociations, connues des ONG, ont fuitées grâce aux révélations de Wikileaks en avril 2014.

L'accord général sur le commerce des services (AGCS) est une des annexes de l'Accord de Marrakech instituant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1994. Après l'échec du cycle de Doha les négociations ont été officiellement suspendues le 28 juillet 2006.
En 2012, certains membres de l'OMC désireux de reprendre les négociations visant à faire progresser la libéralisation du commerce des services ont entamé une serie de rencontres destinées à mener à un accord entre ces pays.

Privatisation des services publics
Fin avril 2014, l'Internationale des services publics, fédération syndicale internationale de travailleurs du service public, publie un rapport sur l'Accord sur le commerce des services intitulé « L'ACS contre les services publics ». Le rapport est très critique envers l'ACS, indiquant notamment dans son introduction que l'ACS « s'inscrit dans cette nouvelle vague inquiétante d'accords commerciaux et d'investissement, reposant sur des pouvoirs juridiquement contraignants qui institutionnalisent les droits des investisseurs et interdisent toute intervention des États dans un large éventail de secteurs indirectement liés au commerce » et que l'accord subvertit le concept même de service public au profit des entreprises, alors même que les services publics ont pour but de fournir aux populations des services essentiels et distribués équitablement, chose que la logique de régulation du marché par le marché ne permet pas de faire5.

En 2014, la publication de l'annexe de l'Accord sur le commerce par Wikileaks amène de nombreuses critiques de cet accord :
* opacité et et antidémocratie de cette négociation secrète
* ultralibéralisme du traité interdisant toute régulation de la part des États dans des secteurs relevant jusqu'à présent des services publics
* pression exercée par les membres de la négociation sur les pays en voie de développement contraints de rejoindre ce traité les défavorisant largement

Les professions qui relèvent en France du droit civil et non de celui du Code de commerce
Certaines de ces professions (médecins, pharmaciens, notaires, experts-comptables, architectes, experts-géomètres, huissiers de justice, dentistes, avocats, commissaires priseurs, ..) sont régies par un ordre professionnel chargé d'organiser la concurrence entre les différents professionnels sur la base d'un règlement propre, d'un Code de déontologie, d'une juridiction disciplinaire.
Ces règlements, pris en application des lois et publiés par un décret en Conseil d'État, en font des « professions réglementées » à caractère d'intérêt public (santé, justice, architecture...)

L'Accord sur le commerce pose pour acquis que ces professions sont des commerces qui doivent être eux aussi régis par les règles du commerce. L'objectif est de permettre à des entreprises multinationales de soins dentaires, de commerce de médicaments, de comptabilité, de recouvrement de créances, d'avocats ou de construction, de prendre le contrôle de ces secteurs qui leur échappent.

CETA / AECG : le traité de libre-échange Europe - Canada

ven, 22/05/2015 - 11:49
CETA / AECG : LE TRAITÉ DE LIBRE-ÉCHANGE
ENTRE L'EUROPE ET LE CANADA

DANGER ! STOP CETA !

Vous pouvez télécharger ce document d'ATTAC prêt à imprimer : document 4 pages A4 (pdf 175 ko)

Un accord de libre-échange entre l'Union européenne (UE) et le Canada a été négocié par la Commission européenne pendant plus de cinq ans. Ce projet : CETA en anglais, AECG en français1 est moins connu que le projet d'accord TAFTA mais comporte pourtant nombre de dangers similaires.

C'est un “marchepied” pour le grand marché transatlantique. Par sa logique et son contenu, CETA serait un pas de plus pour les sociétés européenne et canadienne dans une même allégeance ultralibérale aux profits des transnationales.

L'accord est désormais en phase préparatoire d'adoption par les Etats membres de l'UE et de ratification par le Parlement européen : il est encore temps d'agir pour le stopper !

DES NÉGOCIATIONS SECRÈTES POUR LES CITOYENS MAIS QUI ASSOCIENT LES LOBBIES

Les négociations commerciales de l'UE se sont déroulées en toute opacité : Les lobbies ont pourtant été étroitement associés aux discussions et ont eu un accès privilégié aux décideurs.
Durant cette période nous n'avons connu que des versions fuitées de documents confidentiels. Le mandat de négociation lui même (les directives données par les États à la Commission sur ce qui peut être négocié et ce qui doit être protégé) n'a été publié face à la pression populaire qu'une fois que celui-ci avait déjà fuité.

Tout a été fait pour que les citoyens et les élus ne puissent ni s'approprier le contenu du texte ni en débattre. Seule une fuite, en août 2014 (... !) nous a permis d'avoir la vue sur le contenu du CETA, célébré par la Commission comme un des accords les plus ambitieux au monde, avant même que tout instance parlementaire (... !) n'ait été consultée. En effet, cet accord est ambitieux !

La lecture de ce projet d'accord (1727 pages avec les annexes [1]) confirme que CETA aura de nombreuses conséquences sur la démocratie, sur nos droits et sur l'environnement. Il s'agit là d'un véritable traité en faveur des transnationales dont le véritable objectif est de désarmer l'autorité publique et les réglementations qui les contraignent.

CETA : UN ACCORD DE DÉRÉGULATION

Le CETA vise plus que la simple libéralisation des échanges de marchandises. Il s'agit d'un véritable traité de dérégulation qui touchera de nombreux secteurs. Les enjeux sont cruciaux et nous concernent toutes et tous :
Alimentation soumise à l'agriculture industrielle
Sanitaire et phytosanitaire largement déréglementés
Environnement et énergies fossiles avec par exemple le feu vert donné aux sables bitumineux de l'Alberta, source d'un pétrole à la technique d'extraction parmi les plus polluantes
Services avec bannissement des subventions
Services financiers dérégulés
Services publics concernés, dont l'éducation
Marchés publics ouverts sans limite
Droits sociaux de fait menacés (travail, sécurité sociale, ...)
Concurrence accrue entre les salariés, mais aussi au sein des autres catégories socio- professionnelles, entre les régimes sociaux et fiscaux
Démocratie et droit à réguler (voir page 2)
51 Indications géographiques sacrifiées sur les 93 existantes en France.

1. Comprehensive Economic Trade Agreement ou Accord Economique et Commercial Global
2. http://www.international.gc.ca/trade-agreements- accords-commerciaux/agr-acc/ceta-aecg/text-texte/toc-tdm.aspx ?lang=fra

CETA : UN ACCORD QUI MINE LA DÉMOCRATIE AU SEUL PROFIT DES TRANSNATIONALES

Le CETA introduit deux mécanismes qui garantissent des privilèges aux transnationales, en dehors de tout contrôle démocratique : l'arbitrage investisseur-État et le “forum” de coopération réglementaire.

Un mécanisme de règlement des différends « investisseur - état » (ISDS)
Ce mécanisme permet aux transnationales d'attaquer un État dès lors qu'elles s'estiment lésées par une réglementation ou une décision publique prise à tout niveau (même local), qu'elle vise ou non à protéger les citoyens. Ce dispositif est unilatéral (et sans appel) : les États ne peuvent attaquer les « investisseurs ».
Ces organes arbitraux existent déjà dans de nombreux accords, comme dans l'ALENA (Accord de Libre-échange Nord-Américain) entre le Canada, le Mexique et les États-Unis. Le nombre de poursuites explose à travers le monde et les contribuables en font les frais. Le bilan est éloquent : le Canada a déjà été poursuivi à 35 reprises, il a versé des dommages-intérêts totalisant plus de 121 millions d'euros et les investisseurs lui réclament plusieurs milliards dans des procédures en cours. A cause d'autres traités de commerce et d'investissement signés, les États membres de l'UE ont été attaqués 127 fois entre 1994 et 2014. Les compensations demandées représentent près de 30 milliards d'euro.
En 2014, les États membres ont déjà versé 3.5 milliards d'euros aux investisseurs, intérêts et frais d'arbitrage compris. (Source : the hidden cost of EU trade policy, FOEE).

Alors que CETA exposera le Canada à des risques élevés de poursuites par les investisseurs européens au Canada – banques, assureurs et holdings – il exposera en retour l'Union européenne à des risques élevés de poursuites par les principaux investisseurs canadiens : extraction minière et exploitation pétrolière et gazière notamment [3].
Du fait de la forte interconnexion des économies canadiennes et américaines, 81% des entreprises américaines opérant en Europe (41.811 entreprises) gagneraient la possibilité d'attaquer les États européens via l'accord EU-Canada, sans même avoir besoin de l'accord TAFTA [4].

3. Voir Marchander la démocratie (Pia Eberhardt, Blair Redlin, Cecile Toubeau) http://corporateeurope.org/sites/default/files/marchander-la-democratie.pdf
4. EU ISDS liability (Public Citizen) https://www.citizen.org/documents/EU-ISDS-liability.pdf

Alors que la crise de 2008 a montré l'exigence d'une régulation financière, CETA la contraint et la limite. Le chapitre investissement donne de nouveaux outils aux banques pour attaquer les régulations qui les encadrent. Les règles qui régissent l'accès aux marchés dans CETA limitent également un certain nombre de mesures, pourtant “non-discriminatoires” : elles interdisent par exemple la limitation de la taille des acteurs financiers, seule alternative pour contrer le “too big to fail” (trop grand pour faire faillite) qui leur donne gratuitement, sur le dos des citoyens, une assurance tout-risque.

Un « Forum de coopération réglementaire » (FCR)
L'objectif de ce forum est on ne peut plus clair : il vise à « déterminer les approches permettant de réduire toute conséquence néfaste des divergences existantes de la réglementation sur le commerce et l'investissement bilatéraux » ... y compris, si nécessaire par « une convergence accrue, la reconnaissance mutuelle et le recours réduit à des instruments réglementaires ayant un effet de distorsion sur le commerce » [5].
La connexion avec le TAFTA affleure également dans le texte du CETA : « les Parties s'efforceront d'envisager la coopération en matière de réglementation d'une manière qui permette la participation d'autres partenaires commerciaux internationaux » [6].
Le Forum de Coopération Réglementaire (FCR) doit être présidé par un « haut représentant du gouvernement du Canada » et par « un haut représentant de la Commission européenne » et doit être « constitué de fonctionnaires compétents ».
Il s'agit d'une instance de gouvernance hors de tout contrôle démocratique qui interviendra en filtre de tout début de délibération publique. S'il est prévu que le FCR mènera des consultations externes, ce seront les transnationales et leurs lobbies qui profiteront d'un accès privilégié à ce forum : Il risque de devenir un trou noir où les protections sociales et environnementales disparaîtront, avant même d'être soumises aux parlementaires élus.
Ce mécanisme permet de renvoyer à plus tard les questions les plus polémiques : normes alimentaires, régulation des produits chimiques toxiques : les promoteurs du CETA pourront se féliciter de ne pas avoir abaissé certaines normes DANS l'accord CETA mais ils auront réussi à créer les institutions et le processus leur permettant de peser de tout leur poids sur l'élaboration des dites normes APRES la mise en place du traité, et par la suite dans le long terme, rendant ainsi l'accord “vivant”.

5. Projet d'accord CETA, article 26.4.18
6. Projet d'accord CETA, article 26.2.3

L'instauration d'une justice privée au service des transnationales (ISDS) et la mise en place d'une institution de gouvernance opaque (FCR) instituent de fait un privilège pour les transnationales.
A travers ces deux mécanismes, en renforçant le rôle des lobbies d'affaire, en leur donnant de nouvelles capacités à façonner lois et réglementations et en permettant aux transnationales d'attaquer celles existantes, le CETA comme le TAFTA, s'ils étaient adoptés, appauvriraient encore les options politiques des élus et des citoyens, à tous niveaux : européen, national et local. Ils constituent une attaque claire contre le principe même de démocratie.

CETA : UN PROJET QUI S'INSCRIT DANS UN PLAN D'ENSEMBLE
Sur le plan économique, le CETA correspond à l'idée que le seul moyen pour relancer l'Europe est de parvenir à ce que les « entreprises européennes » captent un maximum de marchés à l'étranger et qu'ainsi la croissance est tirée essentiellement par les exportations.
Cette idée se fonde sur des impostures majeures : Les entreprises manipulent importations et exportations par les délocalisations et pratiquent par tous les moyens « l'optimisation fiscale » passant par les paradis fiscaux et le non acquittement de l'impôt dans les états ou ils réalisent leurs bénéfices. - La croissance par l'exportation est une croyance démentie par les faits ces trois dernières décennies - Enfin, cette idée n'interroge jamais ni le modèle productiviste ni ses impasses sociales et environnementales.

Sur le plan démocratique, les règles du CETA s'attaquent à l'action publique à tous niveaux. Au niveau européen et national, mais aussi au niveau local, où les décideurs locaux, en charge des collectivités locales aux budgets déjà gravement asséchés par la rigueur budgétaire, seraient enserrés par des règles de passation de marché encore plus contraignantes. Cela les amènerait à accepter de déléguer l'ensemble des services normalement assurés par la collectivité locale à des grands opérateurs privés vite incontrôlables : avec l'eau, l'utilisation de l'énergie (chauffage, éclairage public, etc), les transports publics, le traitement des ordures ménagères, en somme tout ce qui relève des services rendus au public serait rapidement marchandisé pour ce qui ne l'est pas encore.

TAFTA et CETA ne sont pas les seuls projets d'accord de commerce bilatéraux menés par la Commission européenne.
Alors que depuis 2001 l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) est bloquée dans sa volonté de faire avancer les intérêts des transnationales occidentales par la capacité des pays émergents à s'unir et à bloquer le processus, l'UE a conclu des traités séparés avec la Colombie et le Pérou, des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) mais aussi la Corée du Sud et Singapour. D'autres projets sont sur les rails avec le Japon, l'Inde et les pays du Maghreb-Machrek.
En outre, est actuellement négocié, avec une vingtaine de pays, un vaste accord de libéralisation des services (TiSA, Trade in Services Agreement) ainsi que depuis peu un
accord sur le commerce des « biens environnementaux » (EGA, Environment Goods Agreement).
Faire échec à CETA et à TAFTA serait un coup d'arrêt au processus de libre-échange généralisé.

OÙ EN EST LE CETA ?
Après la conclusion des négociations, et une période de peaufinage juridique du texte, le Conseil de l'UE (représentant des États membres) puis le Parlement européen sont appelés à être saisis de ce texte pour adoption et ratification début 2016. Malgré l'importance du CETA, il n'est pas acquis que les parlements nationaux puissent également se prononcer sur l'opportunité de l'accord.

Que pouvons-nous faire ?
Après la conclusion des négociations, et une période de peaufinage juridique du texte, le Conseil de l'UE (représentant des États membres) puis le Parlement européen sont appelés à être saisis de ce texte pour adoption et ratification début 2016. Malgré l'importance du CETA, il n'est pas acquis que les parlements nationaux puissent également se prononcer sur l'opportunité de l'accord.
faire connaître ce projet d'accord : parlez-en autour de vous !
inclure CETA dans les mobilisations TAFTA comme à l'occasion de la journée internationale (transatlantique) du 18 avril 2015
préciser dans les déclarations des collectivités territoriales en France qui se déclarent « hors TAFTA » (plusieurs centaines) qu'elles se déclarent également « hors CETA »
poursuivre et amplifier la signature de l'Initiative Citoyenne Européenne (ICE) demandant l'abandon conjoint de CETA et TAFTA, auto- organisée [7] suite au refus juridiquement infondé de l'ICE officielle [8].
Alors qu'une ICE pour être recevable doit recueillir en un an au moins un million de signatures passant dans au moins sept pays un seuil dépendant de leur population, nous en somme déjà à 1,7 millions sur 12 pays !

De façon générale, les citoyens doivent se retourner vers les élus de tout niveau, pour leur demander de se manifester, publiquement et auprès des décideurs (gouvernement, députés des parlements européen et parlementaires français) sur lesquels leur avis peut avoir prise.
Contrairement à une idée reçue, le gouvernement français a non seulement son mot à dire, mais il est en plus associé aux processus de négociation des accords commerciaux et concernant CETA au processus de ratification.

[7] Signez l'Initiative Citoyenne Européenne sur le site du collectif : https://www.collectifstoptafta.org/agir/article/signez-l-ice-auto-organisee ou https://stop-ttip.org/fr
[8] Les 300 organisations européennes portant cette ICE ont interjecté un recours en Cour de Justice de l'UE.

Pour en savoir plus
Analyse du projet d'accord : https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports-37/article/structure-generale-de-l-accord
Pour l'actualité des traités : http://www.libre-echange.info
Site du collectif national Stop TAFTA : www.collectifstoptafta.org
Analyse détaillée du chapitre investissement du CETA : http://corporateeurope.org/sites/default/files/marchander-la-democratie.pdf

TÉLÉCHARGEZ CE DOCUMENT D'ATTAC PRÊT À IMPRIMER : document 4 pages A4 (pdf 175 ko)
Crédit illustrations : François Feer

TAFTA / TIPP : le traité de libre-échange Europe - USA

ven, 22/05/2015 - 11:00
TAFTA / TIPP : LE TRAITÉ DE LIBRE-ÉCHANGE
ENTRE L'EUROPE ET LES ÉTATS-UNIS

Le traité de libre-échange transatlantique TAFTA ou Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (Transatlantic Trade and Investment Partnership, TTIP) est un projet de traité commercial entre l'Union européenne et les États-Unis envisagé pour 2015.

En juin 2013 la Commission européenne a obtenu de la part des États-membres le mandat pour négocier avec les États-Unis le “Transatlantic Free Trade Area. Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de L'OMC.

Ce projet de grand marché transatlantique vise le démantèlement des droits de douane restants (secteurs agricole et textile) ainsi que la suppression des "barrières non tarifaires " et s'attaque aux normes de régulation.
Mis en œuvre il favoriserait la mise en concurrence débridée, empêchant la relocalisation des activités et conduirait à un alignement vers le bas des règles sociales, économiques, sanitaires, culturelles, environnementales.

Il concerne des domaines aussi variés que les services publics, l'énergie, l'agriculture, l'enseignement ou le règlement des différents privés-publics mais aussi l'accès aux médicaments, à l'éducation, à la culture.

Ce projet introduirait un mécanisme d'arbitrage privé « investisseur-Etat », qui se substituerait aux juridictions nationales existantes. Les investisseurs privés pourraient ainsi contourner les lois et les décisions qui les gêneraient, permettant par exemple aux pétroliers d'imposer en France l'exploitation des gaz de schiste et autres hydrocarbures dits non-conventionnels.
Une telle architecture juridique limiterait les capacités déjà faibles des États de à maintenir des services publics (éducation, santé…), de à protéger les droits sociaux, de à garantir la protection sociale, de à contrôler l'activité des multinationales dans le secteur extractif ou encore à d'investir dans des secteurs d'intérêt général comme l'environnement et la transition énergétique.

Le “Grand marché transatlantique” serait une atteinte nouvelle et sans précédent aux principes démocratiques fondamentaux. Il ne ferait qu'aggraver la vaste marchandisation du monde et porte accentuer le risque de régressions sociales, environnementales et politiques majeures.

De bonnes raisons de stopper le TAFTA

Sécurité alimentaire : nos règlements de sécurité alimentaire (sur les niveaux de pesticides, la contamination bactérienne, l'exposition fécale, les additifs toxiques, OGM, des compléments non comestibles, etc ..), jugés plus strictes que les « normes américaines," seraient considérés comme "des barrières commerciales illégales ».

Emploi : les entreprises des nations signataires de TAFTA recevraient des protections spéciales d'investisseurs étrangers afin de limiter le coût et le risque de délocalisation de leurs usines vers les pays à bas salaires qui auront signé cet accord.

Liberté sur Internet : répression et surveillance sont au programme.

Fracturation : nos ministères de l'énergie perdraient le pouvoir de réglementer les exportations de gaz naturel à toute nation "TAFTA". La fracturation hydraulique deviendrait un droit pour les sociétés qui la pratiquent et qui pourraient ainsi demander des dommages et intérêts aux nations qui l'interdiraient.

Privatisation
* Santé : Les groupes pharmaceutiques seraient habilités à bloquer la distribution de médicaments génériques, les services d'urgence privatisés. Les caisses d'assurances privées pourraient attaquer en justice les CPAM pour concurrence déloyale.
* Eau et Energie : Ces biens seraient considérés comme privatisables et toute municipalité qui s'opposeraient à la privatisation de son service des eaux serait accusée d'entrave à la liberté de commerce. Il en serait de même pour l'énergie.

Services publics : seraient limités les possibilités des gouvernements de réglementer les services publics tels que les services à la personne, les transports, ferroviaires, routes, etc... destinés à assurer l'accès universel à des besoins essentiels.

Culture et Production artistique : les grosses sociétés de productions audiovisuelles monopoliseraient les productions limitant la diversité culturelle. Les musées nationaux perdraient leur droit de préemption sur les trésors artistiques nationaux .

Polices et Armées : les polices privées pourraient protéger des biens ou intérêts privés et leurs vigiles seraient armés comme aux USA. Les états ou entreprises pourraient faire appel à des armées privées pour résoudre des conflits.

Enseignement : les Universités américaines ou privées pourraient attaquer en justice les Universités de l'éducation nationales pour concurrence déloyale. De la maternelle au doctorat, les sociétés privées contesteraient les subventions aux écoles qu'elles soient municipales, départementales, régionales ou nationales.

LE GRAND MARCHÉ TRANSATLANTIQUE NE SE FERA PAS !

SIGNEZ LES PÉTITIONS
sur Collectif Stop Tafta.org
sur Pétition 24.net
Stop TIPP et CETA sur stop-ttip.org
Sur No 2 isds.eu : apel lancé aux députés européens afin qu'ils refusent fermement d'accorder des droits spéciaux aux investisseurs étrangers !

Site officiel du collectif national unitaire stop TAFTA
Collectif Stop Tafta.org

LES TRACTS
Le tract 88 : A4 recto (pdf 1.4 Mo) - A4 verso (pdf 1 Mo)
Le tract Xtophe : A5 - 4 pages (A4 plié en deux) (pdf 1.6 Mo)
Le document du Collectif Unitaire National "Stop TAFTA" : document 4 pages A4 (pdf 1 Mo)
Le document du Collectif STOP TAFTA Ardèche Méridionale : document 2 pages A5 (pdf 382 ko)

LA BANDE DESSINÉE
une bd dessinée par un militant : Télécharger la au format pdf 647 ko)

DE QUOI S'AGIT-IL ?

Le mandat de négociation : nature et portée de l'accord par Raoul M. Jennar politologue
Écoutez l'émission sur France-Culture avec Raoul Marc Jennar
Vidéo sur You Tube : Perpignan le 11 décembre 2013 avec Raoul Marc Jennar
www.jennar.fr

Le libre-échange et les droits des investisseurs contre le climat et la transition énergétique : note de décryptage de Maxime Combes de Attac et Aitec

TAFTA/TTIP sur le site internet de la Commission Européenne

Transatlantique arnaque - La casse du siècle - Réalisation : Yannick Bovy

TAFTA : LA PRESSE

OPERATION NO PASARAN : International Coalition against TAFTA , sur Facebook
https://www.facebook.com/pages/Operation-No-Pasar%C3%A1n/530294113748367
en plusieurs langue dont le français

sur Radio Touche Pas À Mon Schiste
http://www.radiotouchepasamonschiste.org/content/analyse-du-26102013

sur Radio France Culture :
"Terre à terre" du 18/01/14 par Ruth Stégassy
Péril sur les normes sociales et environnementales de l'Europe
Autour du projet Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI)
Avec : Raoul-Marc Jennar, Docteur en Science Politique.
http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-peril-sur-les-normes-sociales-et-environnementales-de-l-europe-2014-01-18

sur Radio France Inter :
"Service public" du 20/05/14 par Guillaume Erner
Avec :
* Elvire Fabry, chercheuse à « Notre Europe-Institut Jacques Delors » et co-auteure de l'article « TTIP : Une négociation à la Pirandello ».
* Jean Quatremer, journaliste à « Libération », auteur du blog « Coulisses de Bruxelles ».
* Karine de Crescenzo, responsable des relations institutionnelles à l'UFC-Que Choisir.
* Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne.
http://www.franceinter.fr/emission-service-public-le-proces-de-tafta-faut-il-combattre-le-traite-de-libre-echange-transatlanti

sur Reporterre
* La mobilisation contre le Traité transatlantique monte en puissance
http://www.reporterre.net/spip.php?article5446
* dossier Traité transatlantique de libre-échange
http://www.reporterre.net/spip.php?article5658
* Traité de libre-échange : Wikileaks révèle l'accord secret visant à protéger les intérêts des multinationales
http://www.reporterre.net/spip.php?article5001
* Ces merveilleux traités qui transfèrent le pouvoir des Etats aux multinationales
http://www.reporterre.net/spip.php?article5317
* Le conseil régional d'Ile-de-France s'oppose au Grand marché transatlantique
http://www.reporterre.net/spip.php?article5415
* Traité transatlantique : pour être informé, il faut payer 1800 euros
http://www.reporterre.net/spip.php?article5684
* La Commission européenne organise la propagande en faveur du traité de libre-échange avec les Etats-Unis
http://www.reporterre.net/spip.php?article5096

sur ATTAC France
* Le Grand Marché transatlantique
http://france.attac.org/se-mobiliser/le-grand-marche-transatlantique/
* Guide de navigation pour affronter le grand marché transatlantique
http://france.attac.org/nos-publications/brochures/articles/guide-de-navigation-pour-affronter-le-grand-marche-transatlantique

sur Le Monde Diplomatique
* Un piège transatlantique
http://www.monde-diplomatique.fr/2014/03/HALIMI/50200
* Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803

sur Marianne
* Dimanche 13 Avril 2014 : Traité transatlantique : la nouvelle arnaque européenne
http://www.marianne.net/Traite-transatlantique-la-nouvelle-arnaque-europeenne_a238125.html
* Samedi 12 Avril 2014 : Le traité transatlantique expliqué par les lobbyistes, c'est lol !
http://www.marianne.net/Le-traite-transatlantique-explique-par-les-lobbyistes-c-est-lol-_a237987.html

sur The Huffington Post
* Desseins et conséquences du grand marché transatlantique
http://www.huffingtonpost.fr/daniele-favari/accord-libre-echange-ue-etats-unis_b_4610932.html

sur La Quadrature
* TAFTA
http://www.laquadrature.net/fr/tafta

sur Fondation Copernic
TAFTA
http://www.fondation-copernic.org/spip.php?page=recherche&recherche=tafta&x=0&y=0

sur ContreLaCour
* Marché transatlantique : les positions initiales de la Commission européenne
http://www.contrelacour.fr/marche-transatlantique-positions-initiales-commission-europeenne/
* Marché transatlantique : le mandat (définitif) de négociation de la Commission européenne traduit en français
http://www.contrelacour.fr/marche-transatlantique-le-mandat-definitif-de-negociation-de-la-commission-europeenne-traduit-en-francais/

Les militants de Caroline du Nord gagnent sur le fracking mais pourraient perdre sur les énergies renouvelables

jeu, 21/05/2015 - 21:08
LES MILITANTS DE CAROLINE DU NORD GAGNENT SUR LE FRACKING MAIS POURRAIENT PERDRE SUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

La victoire lors du procès déclenche de facto un moratoire sur la fracturation dans l'état tout comme elle gèle un projet de loi sur les énergies renouvelables jusqu'à un vote du Sénat

C'est un pas en avant et un pas en arrière pour les résidents de Caroline du Nord soucieux de l'environnement le mercredi.

Ce succès lors du procès s'est terminé par un moratoire de facto sur la fracturation hydraulique dans l'état, tandis qu'un projet de loi qui mettrait un terme aux exigences de progrès vers les énergies renouvelables continue son chemin à travers la législature.

Le procès engagé par le Southern Environmental Law Center (SELC) au nom de l'Assemblée Haw River et par un résident de Caroline du Nord du comté de Lee, a fait valoir que les règles constitutionnelles de base de la séparation des pouvoir avaient été violées. En effet, une majorité des nominations au sein de l'exploitation minière et de l'énergie de la commission de l'État proviennent directement du corps législatif qui l'avait créé.

La commission, désormais inconstitutionnelle, a été créé il y a trois ans par l'assemblée générale en Caroline du Nord après la légalisation des activités de type fracking. Elle a été mise en place pour délivrer les permis et les processus de fracturation.

Avec une commission inconstitutionnelle régulant les règles de la fracturation, il en résulte que "leurs actions sont donc inconstitutionnelle, nulle et non avenue", a déclaré Derb Carter, avocat et directeur du bureau de la Caroline du Nord de l'SELC.

Le résultat est un arrêt des activités liées à la fracturation.

Mais peu de temps après l'information ait parue, on a appris qu'un projet de loi de l'État prévoyant le gel des normes de fourniture d'énergie renouvelables actuelles, aussi appelé REPS, continuait son chemin à travers la législature en Caroline du Nord, certainement jusqu'à un vote au Sénat.

S'il est adoptée, le projet de loi gèlerait de manière permanente une exigence déjà introduite prévoyant un passage graduel par les fournisseurs d'énergie en faveur des énergies renouvelables et une sortie des combustibles fossiles.

Selon la loi actuelle en Caroline du Nord, les sociétés d'énergie devront avoir un portefeuille d'énergie renouvelable de 12,5% en 2021, amplifier progressivement leur part des énergies renouvelables dans l'avenir. Cette annéee l'exigence de la part des renouvelables des sociétés d'énergie est fixé à 6%, ce qui signifie que, en théorie, si le gel permanent était décrété, les exigences en la matière en resterait à 6%.

Carter, de l'SELC, a déclaré que le projet de loi était "un pas en arrière en termes de direction de l'énergie auparavant prise par l'Etat", ajoutant que le secteur des énergies renouvelables a également été crédité de la création de dizaines de milliers de nouveaux emplois.

Lire l'article en anglais sur The Guardian

Code Minier : réunion de la commission du développement durable

jeu, 21/05/2015 - 20:20
CODE MINIER : RÉUNION DE LA COMMISSION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

La commission du développement durable s'est réunie le 20 mai 2015 pour examiner le rapport d'information en conclusion des travaux du groupe de travail sur la réforme du code minier qui a été présenté par M. Jean-Paul Chanteguet, président de cette commission.

Le groupe de travail sur la réforme du code minier était composé de : M. Jean-Paul Chanteguet, Mme Chantal Berthelot, Mme Sabine Buis, M. Patrice Carvalho, Mme Florence Delaunay, Mme Françoise Dubois, M. Jacques Krabal, Mme Valérie Lacroute, M. François-Michel Lambert, M. Bertrand Pancher, M. Martial Saddier.

Lors de cet examen, il y a eu des interventions de plusieurs députés.
* Voir la vidéo sur le site de l'Assemblée Nationale
* Voici, ci-dessous, le résumé des dix points de conclusion de ce rapport qui ont ont recueilli le consensus du groupe de travail.
* Vous pouvez aussi télécharger l'intégralité du document (pdf 2,1 Mo).

1. La réforme ne peut plus attendre
(…) Le temps est venu de légiférer et de faire avancer cette réforme qui ne peut plus attendre au risque de faire voler en éclat le fragile consensus patiemment construit. Le dépôt du projet de loi doit avoir lieu dans les meilleurs délais (...)

2. La commission du développement durable doit jouer un rôle central
(...)Les membres de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale travaillent depuis l'origine sur la réforme du code minier. Ils sont les mieux informés et les plus à même de procéder à l'examen du projet de loi dans les meilleurs délais. De surcroît, il semble que le caractère environnemental affirmé de la réforme la dirige naturellement vers la commission compétente en la matière, et vers laquelle ont été renvoyés tous les textes parlementaires en relation avec le droit minier depuis le début de la législature.(...)

3. Des ordonnances seront possibles sous certaines conditions
Les ordonnances appartiennent à l'ordre constitutionnel français. Bien que les parlementaires n'apprécient traditionnellement pas la dépossession de leurs prérogatives qu'entraîne le recours à cette procédure, les conclusions de la commission Tuot apparaissent trop ambitieuses et trop massives pour que leur contenu soit intégralement soumis au Parlement suivant la procédure législative classique. Il n'est pas illogique que les simples modernisations, adaptations de cohérence et autres toilettages soient effectués par le Gouvernement habilité à cette fin. Toutefois, la commission du développement durable entend poser des exigences claires avant que des habilitations soient sollicitées.

D'une part, les travaux préparatoires ont fait apparaître le caractère hautement politique des dispositions relatives aux principes du code minier, de la procédure minière, des dispositions applicables outre-mer et de la fiscalité. Il conviendra que ces éléments soient régulièrement adoptés par le Parlement ; ils ne sauraient relever du champ d'une ordonnance.

D'autre part, si le Gouvernement entend obtenir l'aval du Parlement, les projets d'ordonnance rédigés devront être communiqués aux parlementaires avant l'examen de l'habilitation en commission. Les députés pourront ainsi constater que les prescriptions envisagées respectent l'esprit et la lettre du projet de loi, dans une démarche de coopération avec le Gouvernement.

4. Le code minier ne doit pas disparaître
Le groupe de travail se prononce en faveur d'un maintien du code minier, conscient que son contenu doit appeler l'attention des parlementaires bien davantage que sa simple existence.

5 . La politique minière doit demeurer une compétence de l'État
(…) Le souhait du groupe de travail de conserver la compétence minière à l'échelon central ne doit pas être compris comme une défense du statu quo. Comme les populations, les élus locaux vivent sur le territoire. Lorsque des projets ont pour champ leur espace de vie, ces élus doivent être non seulement informés (ce qui n'était pas le cas en 2011) mais également concertés pour déterminer les modalités les plus respectueuses du territoire, voire pour convaincre de l'absence de bien-fondé du dossier.(...)

6. La procédure du groupement momentané d'enquête est prometteuse
(...)Le groupe de travail a été très intéressé par les perspectives ouvertes par la procédure du groupement momentané d'enquête.(...)
(...)Par ailleurs, le fait que cette structure ne soit pas amenée à formuler un avis elle-même, mais seulement à nourrir la réflexion du public, tend à éloigner le risque de luttes de pouvoir en son sein.
Séduit par le principe, le groupe de travail sera attentif aux modalités de constitution et de fonctionnement du groupement momentané d'enquête. (...)

7. Les titres miniers ne doivent pas se limiter aux matières recherchées
(...)Le groupe de travail souhaite que les dossiers de demande de permis minier soient désormais plus explicites et que, en conséquence, les permis délivrés le soient pour des produits mieux identifiés.

8. Le recours au rescrit affermira les procédures
(...)Le groupe de travail s'est avéré circonspect devant cette intervention du juge administratif dans une procédure de délivrance de titre en cours, qui confine à l'immixtion dans les prérogatives du pouvoir exécutif. Néanmoins, il est certain que la solution envisagée accélérerait et sécuriserait grandement les procédures minières, au bénéfice des citoyens comme des industriels.(...)

9. Droit de suite ou schéma national prescriptif ?
(...)Le groupe de travail n'est pas parvenu à effectuer un choix entre droit de suite d'une recherche fructueuse et détermination a priori des modalités acceptables de l'activité extractive. Il conviendra que le rapporteur du futur projet de loi et la commission saisie au fond se déterminent sur cet aspect.(...)

10. Un silence valant autorisation ?
(...)Le groupe de travail juge séduisant le principe d'une décision implicite d'acceptation des demandes en matière minière. Néanmoins, en l'absence de précisions quant aux modalités, il convient avant de se prononcer d'attendre la rédaction finalement retenue par le futur projet de loi.(...)

Gaz de schiste : Permis de Navacelles : les maires gardois ne baissent pas la garde

mar, 19/05/2015 - 22:56
GAZ DE SCHISTE : PERMIS DE NAVACELLES :
LES MAIRES GARDOIS NE BAISSENT PAS LA GARDE

Le bras de fer contre le gaz de schiste continue entre douze communes du Gard et deux sociétés pétrolières devant la cour administrative d'appel de Marseille.

Ce mardi, le rapporteur public, devant la cour administrative de Marseille, a préconisé l'irrecevabilité de la requête de 12 communes cévenoles gardoises, qui contestent la validité du permis d'extraction d'hydrocarbures dit de Navacelles.

Risque de fracturation hydraulique ?

Selon le rapporteur public, la requête a été formulée hors délai.
Il n'y a pas de délai qui tienne, argumente en substance l'avocat des communes, Philippe Gras. Selon lui, le rapport rendu par les pétroliers est non conforme, car il ne fait pas la preuve de l'absence de recours à la fracturation hydraulique pour extraire des gaz de schiste, fracturation interdite en France.

L'avocat des pétroliers eCORP et Petrichor, Pierre Laffitte, affirme pour sa part que le rapport contient "un engagement clair, susceptible d'aucune ambiguité". Selon lui, il n'est pas question de fracturation hydraulique. Son confrère Philippe Gras conteste : la validité du permis d'exploitation expirait en mars 2015. Et à sa connaissance, les sociétés n'ont pas demandé de le prolonger dans le temps... La preuve, selon lui, qu'elles ne pouvaient passer à la phase exploitation qu'à la condition d'utiliser la fracturation hydraulique.

Le délibéré devrait être connu dans un mois. Il pourrait concerner une affaire déjà caduque, si le permis n'a pas été renouvelé. Mais c'est le signe, insistent les communes, du fait qu'elles ne relâchent pas la pression sur les pétroliers.

Lire l'article sur Le Midi Libre


Télécharger la carte au format A4 (pdf 667 ko)

Marseille : mobilisation citoyenne pour le climat

mar, 19/05/2015 - 13:20
MOBILISATION CITOYENNE POUR LE CLIMAT
MARSEILLE LE 4 JUIN 2015

Les 4 et 5 juin 2015, la conférence méditerranéenne sur le Climat (MEDCOP21) accueillera citoyens et représentants des pays méditerranéens pour souligner l'engagement commun et partager les actions et propositions concrètes pour lutter et s'adapter au dérèglement climatique.

En fin d'année, un nouvel accord international sur le climat devrait voir le jour avec pour objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.
NON AUX PROJETS NUISIBLES POUR LE CLIMAT EN MEDITERRANEE
Gaz de schistes et de houille
Recherche de pétrole/gaz en mer Méditerranée
Méga centrales biomasse dangereuses pour la santé publique, déstructrices de la forêt et de la biodiversité
Projet de gazoduc ERIDAN au pied de centrales nucléaires

OUI A UNE TRANSITION ENERGETIQUE INTELLIGENTE ET DIGNE DU XXI° SIECLE !

Les organisations signataires vous invitent à un rassemblement citoyen pour appuyer la réflexion et encourager les démarches d'adaptation au changement climatique débattues lors de la MEDCOP 21.
Mobilisation citoyenne pour le climat à Marseille le 4 juin 2015

contact presse : 06.75.66.33.52

Télécharger le tract (pdf 745 ko)

Une énorme quantité de pétrole continue de fuir dans le golfe du Mexique

lun, 18/05/2015 - 21:27
UNE ÉNORME QUANTITÉ DE PÉTROLE
CONTINUE DE FUIR DANS LE GOLFE DU MEXIQUE

USA, SCANDALE : Une énorme quantité de pétrole continue de fuir dans le golfe du Mexique, dix ans après le passage de l'ouragan Ivan qui avait renversé une plateforme de forage, elle risque même de persister pendant encore une centaine d'années affirme le gouvernement fédéral.

Voilà déjà plus d'une décennie qu'une fuite de pétrole continue de se déverser dans le golfe du Mexique quotidiennement.

C'est lors du passage de l'ouragan Ivan, le 16 Septembre 2004, qu'elle aurait commencé, affirment les régulateurs fédéraux des Etats Unis.
Ils estiment que cette fuite risque même de persister encore pendant les 100 prochaines années, voir plus. Le gouvernement fédéral est désormais sur le qui vive.

Les estimations du gouvernement obtenues par l'Associated Press fournissent de nouveaux détails sur la portée de cette fuite invraisemblable et qui persiste déjà depuis plus de dix ans.

De son coté, Taylor Energy Co, qui détenait la plate-forme en 2004, a minimisé l'ampleur et l'impact de la fuite sur l'environnement et maintient que rien ne permet d'éliminer complètement les nappes de pétrole sous marines chroniques qui s'étendent maintenant sur des miles marins au large de la côte de la Louisiane.

La socièté Taylor a tenté de négocier dernierement un accord avec le gouvernement pour résoudre ses obligations financières, mais les autorités ont repoussé les offres de l'entreprise et ont même ordonné des travaux supplémentaires à la société.

"Il y a encore beaucoup choses que la ste Taylor peut faire pour mieux contrôler et contenir la fuite" explique un feuillet du Département de l'Intérieur obtenu par l'agence AP.

Les régulateurs fédéraux soupçonnent que le pétrole fuit toujours d'au moins 1 des 25 puits qui sont restés ensevelis sous des monticules de sédiments provoqués par une coulée de boue sous-marine déclenchée par une vagues générée par l'ouragan Ivan.

Une enquête d' AP du mois dernier avait déjà révélé des preuves que la fuite est bien pire que Taylor ou le gouvernement l'affirment.

L'enquête d'AP qui a analysé plus de 2300 rapports d'observation de nappes observées au large par les Gardes côtiers depuis 2008 a démontré une hausse spectaculaire des tailles et des volumes estimés de ces nappes à la dérive depuis le 1er septembre 2014.

Les conclusions de l'agence Associated Press et des Gardes côtiers estiment que la fuite est environ 20 fois supérieure à celle déclaré par la société Taylor Energy Co. Taylor estime que le pétrole fuit d'environ 4 litres par jour.

Une fiche de renseignement fournit par les garde cotiers dit que les plus grandes nappes d'irrisations observées au large peuvent faire jusqu'à 3 kms de large et 20 kms de long. Depuis Septembre dernier, le volume quotidien estimé d'huile provenant du site varie entre 0.2 et 8 m³ environ, avec une moyenne quotidienne de plus de 0.3 m³.

Certains experts estiment pour leur part que la fuite est beaucoup plus importante qu'estimée. Basé sur l'imagerie par satellite, le groupe de surveillance SkyTruth estime quant à lui qu'entre 1200 m³ et 5300 m³ ont été déjà déversé dans l'océan depuis 2004, avec un taux de fuite annuel moyen quotidien compris entre 0.2 et 3 m³ déversés.

Marylee Orr, directeur exécutif du Réseau d'action environnementale de la Louisiane, a déclaré que Taylor doit être tenue pour responsable et qu'elle doit arrêter la fuite "même si cela doit prendre 100 ans."

La compagnie dit qu'elle a déjà dépensé des dizaines de millions de dollars pour contenir et stopper la fuite, mais n'a jamais divulgué publiquement ces chiffres.
Depuis l'entreprise a vendu tous ses baux pétroliers et gazier en mer et a complètement arrêté ses activités quatre ans après que le fondateur Patrick Taylor soit mort.
Désormais l'entreprise n'emploie plus qu'une seule personne à temps plein.

Vous avez dit louche...m'enfin...

Lire l'article sur Nature Alerte

Les 'kayak-tivists' de Seattle engagent la bataille contre Shell

lun, 18/05/2015 - 21:16
LES 'KAYAK-TIVISTS' DE SEATTLE
ENGAGENT LA BATAILLE CONTRE SHELL
SUR LE FORAGE DE PÉTROLE DE L'ARCTIQUE

Des centaines de manifestants issus du "milieu de l'eau" ont agité leurs pagaies dans le port de la ville face à une plate-forme pétrolière géante qui, disent-ils, va entraîner un désastre écologique et aggraver le changement climatique.

À Seattle, des centaines de kayakistes se préparaient à aller "secouer leurs pagaies" en signe de protestation à une plate-forme pétrolière Royal Dutch Shell nouvellement arrivée. Des centaines - voire de milliers - d'opposants étaient attendus sur la terre ferme.

Les kayakistes, ou "kayaktivists", comme ils se sont rebaptisés, plongeront leurs avirons dans le port de Seattle pour protester contre le forage et l'exploration pétrolière dans l'Arctique - et feront fave la plate-forme géante, Polar Pioneer, destinée à travailler pour le géant pétrolier Shell à partir de cet été.

« Nous ici, à Seattle ne voulons pas de Shell dans notre port. Nous voulons qu'ils s'en aillent et changent leur entreprise avant de changer notre planète et de détruirent la vie des générations futures », a déclaré Annette Klapstein, un avocat à la retraite membre du groupe d'activistes les Raging Grannies.

Lundi, l'administration Obama a effectivement donné le feu vert à Shell pour redémarrer ses opérations de forage et d'exploration de l'Arctique avec un agrément délivré par le Bureau de gestion de l'énergie de l'océan, un organisme de réglementation gouvernementale.

Shell a été contraint de stopper son exploration de l'Arctique en 2012 suite à une série de graves incidents de sécurité.

Les groupes environnementaux et les scientifiques ont mal réagi aux nouvelles de lundi, avertissant que permettre à nouveau à Shell l'exploration et le forage dans l'Arctique était susceptible de provoquer une catastrophe écologique et de contribuer au changement climatique.

Selon une étude du gouvernement américain de cette année, les chances d'un déversement d'hydrocarbures à la suite du forage dans l'Arctique au cours des 77 prochaines années sont de 75%.
Ces chiffres sont bien connus de membres de la communauté et des militants à Seattle.

Pour Klapstein, l'analogie correcte est celle d'un accident d'avion.
"Pouvez-vous imaginer que l'on vous dise de monter dans un avion qui a 75% de chance d'écraser ?"
Klapstein sera sur l'eau le samedi avec son compatriote plus-50 militants - dont une femme qui est âgé de 92 ans déterminée à participer (même sur un petit bateau, pas un kayak), dit-elle.

Organiser l'épreuve de kayak de samedi est le signe d'une communauté de plus en plus soucieuse de l'environnement à Seattle - une ville déjà connue pour son caractère progressif.

Cassady Sharp, un responsable des médias avec Greenpeace, qui a été sur le terrain à Seattle depuis le début de l'année, dit que des formations de sécurité en kayak ont ​​été organisées deux fois par semaine ces deux derniers mois avec une douzaine de personnes à chaque fois.
Greenpeace, a lui seul, a inscrit 500 personnes désireuse de participer à l'action, dit-elle, sans compter avec les campagnes d'inscription des organisations locales.

John Sellers, un des organisateur, enseignement à domicile, est confiant. L'organisation aidera à obtenir de Shell sa sortie de Seattle. John Sellers a déjà organisé par le passé et avec succès une action contre un important groupe minier avec un groupe d'amis kayaktiviste à Vashon Island, Washington, où il vit avec sa famille.
"C'est est une tactique parfaite sur l'eau," a déclaré John Sellers des efforts citoyens au niveau local pour effrayer Shell.
« Cela rend les gens heureux et les excite de voir un grand essaim de kayaks."
Un père de famille dit que ses enfants témoins de la plate-forme pétrolière tirée dans le port de Seattle jeudi l'ont trouvé à la fois "sinistre" et "effrayante".

John Sellers a également recueilli des dizaines de milliers de dollars ces derniers mois pour transformer une ancienne péniche industrielle en une "plate-forme solaire et éolienne".
Il a expliqué que 9000 watts d'énergie seraient générés samedi grâce à des panneaux solaires, et 3000 watts d'énergie par un générateur de vent.
« Le pétrole de Shell est l'énergie du passé, et nous sommes l'énergie propre de l'avenir", a t-il dit.
La barge projetera samedi des films et des images sur un grand projecteur et restera sur place jusqu'à ce que Shell quitte le port définitivement, at-il dit.

Mais les habitants de Seattle ne protestent pas seulement contre le changement climatique et le forage de l'Arctique. Ils protestent également contre le symbole d'accueillir l'équipement de forage de Shell - qui les obligent à participer au système mondial sale de l'extraction de combustibles fossiles et de son commerce.
Le maire de Seattle, Ed Murray, s'oppose ouvertement à la présence de Shell dans le port, et a annoncé la semaine dernière que le port n'avait pas le bon type de permis pour accueillir l'équipement de Shell.

Shell a demandé de retarder l'action jusqu'à ce que les préoccupations bureaucratiques soient réglées, mais il a ignoré ces demandes et la plate-forme sera déplacé jeudi selon le calendrier prévu.
En conséquence, Shell est maintenant face à des amendes de quelques centaines de dollars par jour - une goutte dans l'océan pour une entreprise qui a déjà dépensé 6 milliards de dollars sur l'exploration de l'Arctique.

Pourtant, John Sellers n'est pas intimidés. “Small boats have been standing up to big boats for a long time,” dit-il. Et parfois, espèrent les militants, ils gagnent.

Sources :
http://www.theguardian.com/us-news/2015/may/15/seattle-kayak-tivists-shell-arctic-oil-drilling

Secret des affaires : comment les lobbies économiques orchestrent la régression de l'Europe

sam, 16/05/2015 - 15:04
SECRET DES AFFAIRES : COMMENT LES LOBBIES ÉCONOMIQUES ORCHESTRENT LA RÉGRESSION DE L'EUROPE

Au nom du « secret des affaires », les députés français tentaient vainement, il y a quelques mois, de restreindre la diffusion d'informations concernant les entreprises. Une régression en matière de droit à l'information, au détriment des salariés, des syndicalistes, des journalistes et des lanceurs d'alerte. Le sujet refait aujourd'hui surface au niveau européen, avec un projet de directive concocté par le petit monde des lobbies bruxellois. Son principe est identique : que le secret soit la règle, et l'accès à l'information, l'exception. Et que l'information devienne la propriété exclusive des entreprises. Au risque de remettre en cause les fondements même de l'Union européenne, et de la démocratie. Décryptage.

Début 2015, la majorité socialiste a souhaité consacrer dans le droit français un principe de protection quasi absolue du « secret des affaires ». Ce projet, qui va jusqu'à prévoir des peines de prison ferme et des centaines de milliers d'euros d'amende pour ceux qui diffuseraient des informations « interdites », a suscité une forte opposition, notamment parmi les journalistes (lire notre article). Les dispositions envisagées par les députés faisaient en effet peser des risques énormes sur la liberté d'information en matière économique, sur la protection des sources et des lanceurs d'alerte, et sur les droits des salariés. Le tout pour des bénéfices douteux, puisque l'arsenal judiciaire existant pour lutter contre la concurrence déloyale ou l'espionnage industriel est déjà bien fourni.

Devant une telle levée de boucliers, le gouvernement français a fini par reculer. C'était la troisième fois qu'un projet de loi sur le « secret des affaires » était mis à l'ordre du jour du Parlement en France en quelques années, toujours avec aussi peu de succès. Mais le sujet tient manifestement à cœur à de puissants intérêts économiques. Car il refait aujourd'hui surface au niveau européen, à travers un projet de directive sur le secret des affaires, présenté par la Commission et examiné en ce moment par le Parlement.

La démarche est certes moins ouvertement répressive que le projet des socialistes français – il n'est plus question de peines de prison. Mais elle est tout aussi dangereuse dans ses implications ultimes. Il s'agit de consacrer l'idée que le secret des affaires doit être la règle, et l'accès à l'information sur la vie des entreprises, l'exception. Une exception toujours susceptible d'être remise en cause. Avec pour conséquence de fragiliser tout l'édifice (pourtant imparfait) de normes et de régulations sur lequel s'est construite l'Union européenne, et dont elle tire ce qui lui reste de légitimité.
Comment les lobbies font la loi en Europe

Comment les lobbies font la loi en Europe
Les protagonistes de cette histoire appartiennent à un petit monde de cabinets d'avocats, d'associations professionnelles et de firmes de relations publiques. Ils ont réussi à créer artificiellement, en quelques années, le « besoin » de légiférer sur le secret des affaires et à se retrouver étroitement associés à l'élaboration de la directive par la Commission. Sans que la société civile ne soit jamais consultée avant les étapes ultimes de la discussion.
Bien entendu, derrière ce petit monde, il y a aussi et surtout les intérêts de puissantes multinationales.

Quand l'information devient la propriété exclusive des entreprises
nitialement, le projet ne visait qu'à harmoniser les législations nationales existantes. La plupart des pays – dont la France – disposent en effet de moyens juridiques pour lutter contre l'espionnage industriel, dans le cadre du droit relatif à la concurrence déloyale. Ce qui a l'avantage de restreindre d'emblée les poursuites au cercle des concurrents commerciaux d'une entreprise. Le coup de force des lobbies est d'avoir réussi à convaincre la Commission du besoin de faire passer la protection du secret des affaires sous un régime juridique comparable à celui de la propriété

La réglementation européenne attaquée dans ses fondement
Le projet de directive ne discute pas non plus explicitement les limites à apporter au secret des affaires et la manière d'arbitrer entre ses exigences et les libertés fondamentales des citoyens européens, le droit à la mobilité des salariés, ou les besoins de transparence et de régulation. Ce sont dès lors des pans entiers de la législation européenne, dans des domaines comme la santé, la sécurité alimentaire, l'environnement et la protection des consommateurs, qui se trouvent menacés.

Préserver la transparence des informations sanitaires et environnementales ?
Le droit à l'information économique et la protection des lanceurs d'alerte sont déjà précaires, particulièrement en France. Ils pourraient se trouver encore considérablement affaiblis. L'ampleur des conséquences potentielles du projet de directive explique que celui-ci ait fini par susciter une mobilisation inédite associant syndicats, écologistes, défenseurs de la liberté d'expression et des lanceurs d'alerte, militants de la santé, de l'alimentation et de la consommation. Un appel conjoint circule depuis décembre 2014, désormais assorti d'une pétition en ligne.

Remises en cause et retournement historique
La présence des intérêts américains au cœur du processus d'élaboration de la directive montre que l'affaire va en réalité bien au-delà de la défense de la « compétitivité » et de l'« innovation » européenne face à l'espionnage industriel. Elle est indissociable des négociations sur l'accord commercial TAFTA entre Europe et États-Unis. L'objectif explicite des industriels est que le secret des affaires, s'il est adopté en Europe, soit intégré au TAFTA, et soit ainsi encore renforcé grâce à la possibilité de recourir à des tribunaux d'arbitrage privés pour protéger leurs intérêts.

Le coup d'État des multinationales
Dans tous ces cas, l'objectif ultime paraît aller bien au-delà de la remise en cause de telle ou telle régulation. L'enjeu est plus fondamental : il s'agit de donner aux intérêts économiques une légitimité juridique équivalente ou supérieure à celles des droits fondamentaux et des pouvoirs publics. À travers le secret des affaires, les tribunaux d'arbitrage privés ou encore l'obtention d'un droit de regard sur toute nouvelle régulation, les multinationales cherchent somme toute à se doter d'une quasi souveraineté. Si l'on pousse à bout cette logique, cela s'appelle un coup d'État. On ne peut que s'affliger de voir la Commission européenne, comme avant elle les socialistes français, y prêter aussi allégrement la main.

Article complet d'Olivier Petitjean sur Bastamag

l'accord commercial TAFTA entre Europe et États-Unis sur le site du Colletif 07 Stop au Gaz de Schiste

Shale gas in Europe

sam, 16/05/2015 - 15:00
TOUR DE L'EUROPE - TOUR OF EUROPE MARCH 2015


Mai/May 2015

List of Bans Worldwide

Food and Water Watch maintains a state-by-state, up-to-the-minute list of actions passed against fracking
http://keeptapwatersafe.org/global-bans-on-fracking/

GBR - United Kingdom

Estimated amount of shale gas that can be produced : 22300 to 64600 billion of m3.
For the time being it's unsure whether fracking will be done for production : Scotland recently voted a fracking moratorium as did Wales, in England proposed new environmental regulations are going to make fracking almost impossible (far too complicated) on 40% of ‘blocks' (= areas) destined to fracking.
Truth is, these measures aren't all voted yet in Parliament, and with elections scheduled coming in May in England, the future there is uncertain.
Lire l'article sur The Guardian

Royaume Uni
Estimation de production possible : 22300 à 64600 milliards de m3.

* En Angleterre, alors que le parlement rejette un moratoire sur la fracturation, on assiste à une première reculade du gouvernement qui interdit la fracturation dans les parcs nationaux ce qui représente une interdiction sur environ 40% des zones de gisement de schiste.

* L'Ecosse, de son côté, annonce un moratoire sur la fracturation hydraulique. Le Parlement écossais organisera une consultation publique et une enquête sur les conséquences de l'extraction de gaz de schiste par fracturation hydraulique sur la santé publique avant d'en autoriser l'exploration.

* Au Pays de Galles le parlement a voté le 4 février l'interdiction de la fracturation hydraulique.

Le Royaume-Uni est le cobaye mondial pour la gazéification souterraine du charbon, une technique qui consiste a mettre le feu au charbon souterrain pour produire du gaz synthétique. 27 licences ont été accordées à côté de grandes villes du Royaume-Uni sur des veines contenant plusieurs milliards de tonnes de charbon.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Frack Off - Extreme Energy Action Network : http://frack-off.org.uk
Controversial shale gas exploration has come to the UK : www.foe.co.uk

NLD - Netherlands

Estimated amount of shale gas that can be produced : 200 to 500 billion m3, in other words 4 to 11 years of domestic use ; decision whether or not to drill will be taken ‘this year 2015'. Actually no drills for testing or producing, studies about risks and costs/benefits-analysis going on.
Geschatte productiemogelijkheid : 200 à 500 miljard m3, m.a.w. 4 tot 11 jaar binnenlandse consumptie ; beslissing over wel of niet in de loop van 2015. Vooralsnog geen onderzoeks- of productie-boringen, risico- en kosten/baten studies aan de gang.

Les Pays-Bas, premiers producteurs de gaz européen connaissent des problèmes de sécurité sur ses zones de forages conventionels.
Les Pays-Bas ont opté pour un moratoire sur les gaz de schistes.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Schaliegasvrij Nederland : www.schaliegasvrij.nl
Milieu Défensie : https://milieudefensie.nl

BEL - Belgium

Nationaal : vooralsnog geen studies
Vlaanderen : moratorium
Wallonië : geen interesse
National : Pour l'instant pas d'études.
Flandres : moratoire
Wallonie : www.iewonline.be

L'exploration et l'exploitation du gaz de schiste n'est aujourd'hui pas envisagée en Belgique, mais le pays pourrait se tourner ver l'exploitation du gaz de houille.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Facebook - STOP-Schaliegas-Belgie

DEU - Germany

Estimated amount of shale gas that can be produced : 700 to 2268 billion m3, in other words 7 to 23 years of domestic use.
Until now only one test-drill done (2008) with no clear outcome ;
proposition of law November 2014 : no exploitation, test-drills allowed (the 7 to 23 years of domestic use are theoretical, economically speaking there might ‘be enough for just a few years, source .....)
NB : according to the Guardian (February 14, 2015) the German government recently proposed a federal law allowing fracking.

Geschätzte herstelbare Menge : 700 bis 2268 Billionen m3, 7 bis 23 Jahren Selbstversorgung.
Vorerst nur eine Probebohrung (2008) ohne endgültige Auskunft ;
Gesetzentwurf November 2014 : keine Gewinnung, Probebohrungen erlaubt (die 7 bis 23 Jahre Selbstversorgung sind theoretisch, ökonomisch gibt es vielleicht ‘nur für einigen Jahren'.
Nach Aussagen von The Guardian sollte die Bundesregierung eine Gesetzentwürf vorgeschlagen haben die fracking erlauben soll

Estimation de production possible : 700-2268 milliard m3, 7 à 23 ans de consommation nationale.
Pour l'instant un forage de test (2008), sans résultat probant

Avril 2015 : Le gouvernement fédéral vient de rédiger une proposition de loi autorisant la fracturation hydraulique dans certaines conditions. Les ministères de l'Energie et de l'Environnement expliquent que “la loi prévoit des interdictions dans certaines régions précises pour des questions de protection de l'eau potable, de la santé et de la nature”. Elle interdit aussi l'utilisation de cette technologie à moins de 3000 mètres de profondeur ainsi que dans certaines cibles géologiques comme les couches de charbon ou les marnes. Les organisations de défense de l'environnement qualifient la proposition de fragmentaire et de dangereuse et repoussent cette proposition de loi. (des forages test avaient eu lieu en 2011 en Allemagne)

Sueddeutsche Zeitung
The Guardian

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Gegen-Gasbohren
No Moor Fracking

DNK - Denmark

Official standpoint of the Danish government : no more fossil energy in Denmark after 2050, but shalgas is a good possible energy for the period of transition. Exploitation in preparation (Total, of
course, with a local National Company).
600 billions of m3 are -technically speaking- winnable (23 trillion cubic feet).
First fracksite under construction in the north of the country, drilling to start ‘this year (2015) after finalization and obtaining of final permits ; in all two sites have permits to explore. No further new permits in sight, freeze.

La ligne officielle du gouvernement est qu'il n'y aura plus d'énergie fossile au Danemark après 2050, mais le gaz de schiste est un bonne énergie de transition.

Estimation de production possible : 600 milliard m3 techniquement extractibles

Exploration en cours de préparation (Total bien sur, avec la Cie d'Etat locale)
Deux sites ont des permis d'exploration

Dans ce pays à la conscience écologique élevée, les activistes sont sur le pied de guerre pour empêcher le premier forage que doit réaliser Total courant mai.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Skifergas Nej Tak

SWE - Sweden

Exploration going on.
Shell abandoned, others continue.
12 permits validated, in the south, Skåne, the "other end" of the shale-layer of Denmark. Not certain that production will actually take place.

Exploration en cours.
12 permis d'exploration sont en cours, dans le sud du pays.
Shell a quitté la Suède, mais d'autres compagnies continuent les recherches.

CH - Switzerland

In Switzerland shale gas is mainly treated on Canton-level. The Canton of Bern prohibited fracking.
The Confederation keeps having a critical look at producing shale gas, the National Assembly
(representing the population) thinks this technique implies too many risks for the environment,
security and tourism, and is against fracking in the area of the Lake Constance. It's now up to the
State Council (representing the Cantons) to make a decision.

La Suisse est une confédération,, les permis sont donc à priori une affaire des cantons.
Le canton de Neuchâtel a voté un moratoire de 10 ans.
Le canton de Berne a interdit la fracturation hydraulique.
Par contre, dans le canton de Vaud, le consortium américano-suisse PEOS-SEAG s'apprête à lancer des forages exploratoires sur quatre sites considérés “prometteurs”.

La Confédération conserve une attitude critique envers l'exploration de gaz de schiste, le parlement national (représentants de la population) a estimé que cette technique comporte un risque trop élevé pour l'environnement, la sécurité et le tourisme, et elle est contre l'exploitation autour du lac de Constance. Le conseil d'état (représentant les cantons) doit se prononcer maintenant.

Sites objectives et –tous comptes faits- plutôt contre - Objective and –all said and done- opposite sites :
Oekotoxzentrum
Eawag Aqutic Research
Eawag Aqutic Research- fracking.pdf

Sites d'opposition au gaz de schiste :
étant donné que le GdS se trouve dans le nord-est du pays c'est une site pour trois pays : Suisse, Autriche, Allemagne
as the shale gas is in the north-eastern part of the country, this is a three-nation-site : Suisse, Autriche, Allemagne

https://vorarlberg.gruene.at/schwerpunkte/stoppt-fracking
Vorarlberg Gruene
Collectif Val de Travers

AUT - Austria

No reserves that -economically speaking- can be exploited, no more research being done
Pas de réserves économiquement exploitables, plus de recherches.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
étant donné que le GdS se trouve dans l'ouest du pays c'est une site pour trois pays : Suisse, Autriche, Allemagne
as the shale gas is in the west part of the country, this is a three-nation-site : Suisse, Autriche, Allemagne

Vorarlberg Gruene

ITA - Italy

The fracking was prohibited in september 2014 as it's judged too dangerous

L'Italie a interdit la fracturation hydraulique. Mais le problème actuellement, c'est l'exploitation des hydrocarbures issus de puits à bout de souffle et le manque de respect des lois environnementale.
Un autre souci en Italie est l'exploitation des hydrocarbures offshore dans l'Adriatique et à l'extrême sud de la Péninsule ou autour de la Sicile.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Green Style

FRA - France

In France producing shale gas by means of fracking is, at this moment, prohibited by law (dating 2011), but exploring (test drilling) is allowed by this same law. Some 60 permits distributed. Petrol- industry lobbyists maintain continuous pressure on politics to get exploitation allowed.

En France actuellement l'exploitation du gaz de schiste avec la méthode de la fracturation hydraulique est interdite.
Il y a une soixantaine de permis de recherche en cours et le lobby des pétroliers exerce une pression continue sur les politiques pour que l'exploitation soit permise.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Site du Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
Le portail du réseau des collectifs Rhône-Alpes
Les sites des collectifs de France
La base d'information sur les permis en France (BIP)

ESP - Spain

No reliable estimations of shale gas reserves, 39 years according to the government, nothing at all according to others.
No test-drills yet, shale gas should be found under the northern half of the country : 70 permits handed out, 60 others on the "waiting list".

Pas d'estimations fiables des réserves, d'après le gouvernement il y aurait 39 ans de consommation. Selon d'autres sources il n'y aurait rien à exploiter.

Pas encore des forages, mais 70 permis d'exploration ont été attribués et 60 sont en attente.

Green Fact
Rosalux-nyc

POL - Poland

The shale gas boom is collapsing, Chevron and six other foreign companies abandoned their sites, estimations of production capacity fell down from ‘300 years of domestic use' to '55 years of use if we'll be able to get it out of the ground' ; out of 60 wells drilled not one is profitable.

Après l'optimisme initial exagéré, né de la surestimation des gisements exploitables et de l'intérêt affiché par des géants mondiaux, c'est maintenant la déception en Pologne.
Les grandes compagnies telles que Chevron , Total, Eni, Exxon, Talisman et Marathon Oil, ont quitté le pays
Aucun des 68 forages de prospection effectués ne s'est avéré rentable.
Les travaux sont toutefois poursuivis par des groupes pétroliers essentiellement polonais.

Sites d'opposition au gaz de schiste :
Occupy-Chevron
Facebook.com/FundacjaStopFracking

ROU - România

Having found no shale gas that can be exploited, all companies have left the country.

N'ayant pas trouvé du gaz exploitable, les compagnies telles que Chevron ont quitté la Roumanie.

UKR - Ukraine

In Ukraine, shale gas is found in the eastern part of the country, and given the actual situation there Shell and Chevron abandoned the area.
But, on the other hand, the amount of shale gas being –on first sight- enormous, these reserves give some more reasons to the foes to struggle on ...

En Ukraine, le gaz de schiste se trouve à l'est du Pays et vu la situation politique instable dans la région, Shell et Chevron ont quitté les lieux.
Ces réserves sont à priori jugées énormes.

BGR - Bulgaria

Fracking moratorium

La fracturation est interdite en Bulgarie.

HUN - Hungary

En Hongrie l'exploration est en cours sur de nombreux permis.

.

LTU - Lithuania

Chevron abandoned its permits, for the time being no one wants to take its place.

En Lituanie Chevron a abandonné ses permis, pour l'instant il n'y a pas de repreneurs.

note : January 22nd 2014 the European Commission published a paper on the exploration and production of hydrocarbons (such as shale gas) using high volume hydraulic fracturing in the EU saying : « in a best case scenario, able to contribute almost half of the EU's total gas production and meet about around 10 % of the EU gas demand by 2035 »
EUR lex

Voir aussi l'étude de l'Iddri – Unconventional wisdom évalue que la production de gaz de schiste atteindrait quelques dizaines de milliards de m3 en 2030-2035, ce qui représenterait entre 3 et 10%
de la consommation de gaz en Europe
Shale Bubble
World : shame gas by country (on Wikipédia)

CZE - Czech
Pas de forages dans ce pays qui espère que l'exploitation du gaz de schiste permettrait de réduire la dépendance énergétique envers la Russie et faire baisser les tarifs de l'énergie.

CVK - Slovenia
Pas de forages dans ce pays qui espère que l'exploitation du gaz de schiste permettrait de réduire la dépendance énergétique envers la Russie et faire baisser les tarifs de l'énergie.

ALB - Albania

En Albanie, l'exploitation du pétrole (huiles lourdes type bitumeux) a commencé à la fin des années 30.
Avec les moyens actuels (forages horizontaux, stimulation et fracturation hydraulique...) la production s'est envolée ces dernières années. 145 puits y ont été forés en 2013.
Un accident a eu lieu le 1er avril 2015 à Marinza, un village de 4000 habitants. Des geysers de boue et d'hydrocarbures mélangés aux produits utilisés pour forer les puits ont envahi un quartier de ce village et obligé une soixantaine de familles à évacuer leurs maisons.

Josh Fox arrêté lors d'une manif à Finger Lakes

ven, 15/05/2015 - 20:15
JOSH FOX ARRÊTÉ LORS D'UNE MANIF À FINGER LAKES

Le cinéaste "anti-Fracking" Josh Fox, qui a écrit et réalisé le film "Gasland", a été arrêté à Finger Lakes, région rurale de New York. lors d'une manifestation près d'une installation de stockage de gaz naturel dans les Finger Lakes.

« Les gens ont besoin de voir ce qui se passe au lac Seneca, et aussi de comprendre que cela n'est pas un cas isolé mais que cela se passe partout", a dit Fox au The Daily Beast avant la manifestation. "Nous avons besoin d'éduquer les gens au fait que notre dépendance aux combustibles fossiles doit changer, et que cela doit changer maintenant."

L'interview de Josh fox après sa libération et celle des 20 activistes arrêtés avec lui : sur wnbf

Voici "We are Seneka Lake", le court-métrage sur ce sujet qu'il a fait la veille de son arrestation : https://vimeo.com/127695628

Travaillant la nuit avant son arrestation, Josh Fox mis en place un nouveau court métrage sur ce que sont les faits au lac Seneca.

Situé dans la partie centre-ouest rural de l'Etat, Seneca est le plus grand et le plus profond des Finger Lakes. Il fournit de l'eau à plus de 100 000 résidents. Long et étroit le lac est pris en sandwich entre les villes de Watkins Glen et de Genève, et il est la clé de voûte d'un terroir où l'on trouve des bio-combustibles, de l'éco-tourisme, et de la viticulture de qualité. Image parfaite, à une exception près, Crestwood Midstream, une entreprise que beaucoup dans la région qualifie de mauvais voisin ayant acheté cinq miles de littoral vierge afin d'installer l'un des plus grand centre de distribution de gaz naturel dans le pays. Le gaz est produit hors de l'état par, surprise, la fracturation hydraulique.

La fracturation hydraulique est illégalle à New York, grâce à la décision historique du gouverneur Andrew Cuomo de l'interdire dans tout l'État. Mais le stockage et le transport de quantités massives de méthane sur les rives qui non seulement assurent un approvisionnement public en eau, mais qui est le cœur des Finger Lakes et à quelques miles de Watkins Glen n'est il pas emblématique ? Rien à redire, au moins pour la Federal Energy Regulatory Commission (FERC), qui en septembre dernier, avec désinvolture et sans explication, a balayé toutes les préoccupations scientifiques régionales et a permis au projet d'aller de l'avant.

Lire l'article en anglais et voir la vidéo sur The Daily Beast

Algérie : importante mobilisation contre les gaz de schiste

ven, 15/05/2015 - 19:30
ALGÉRIE : IMPORTANTE MOBILISATION CONTRE LES GAZ DE SCHISTE

4ème mois de protestation : partie d'In Salah la contestation gagne tous le pays

Les protestataires exigent sans condition l'instauration d'un moratoire et l'extinction des torches de puits lancés à titre d'expérimentation dans le site de l'Ahnet et ils exigent l'arrêt définitif de toute exploitation du gaz de schiste dans la région du Tidikelt.Sahla, à 35 km de la capitale de Tidikelt,

Le comité de coordination fait appel à tout le peuple algérien pour exprimer franchement son soutien à la population d'In Salah et se positionner contre l'exploitation du gaz du schiste sur tout le territoire national.

Le Collectif 07 Stop au Gaz et Huiles de Schiste soutient le mouvement algérien et assure les militants de sa solidarité..

TRENTE ACTIVISTES DU MOUVEMENT CITOYENS D'ADRAR ONT ÉTÉ CONVOQUÉS ET ENTENDUS PAR LA POLICE LOCALE.

14 mai 2015 - sur Algerie-Focus

Trente activistes du mouvement citoyens d'Adrar ont été convoqués et entendus, hier mercredi, par la police locale. Ils ont été interrogés par les éléments de la sûreté de wilaya autour d'une action de protestation organisée devant l'administration de l'hôpital de la ville, “il y a cinq ou six mois”, indique Mohamed Gacemi, un des personnes interpellées et figure de proue du mouvement citoyen à Adrar.

“Les faits concernent un rassemblement de protestation pacifique devant l'administration de l'hôpital d'Adrar, tenu à l'appel du personnel médical et auquel se sont joints les acteurs de la société civile, pour dénoncer le manque de moyens et la situation déplorable de l'établissement. La veille, un jeune homme, victime d'un grave malaise alors qu'il faisait du sport, y avait succombé faute d'adrénaline. C'est ce qui a motivé notre action. Ce jour-là, le directeur de l'hôpital ne pouvait même pas affronter les protestataires, et c'est d'ailleurs avec le directeur de wilaya de la santé qu'ils se sont réunis. Suite à cela, le directeur de l'hôpital a été limogé. Il a donc déposé plainte”, explique Mohamed Gacemi, joint par téléphone.
See more at : http://www.algerie-focus.com/blog/2015/05/adrar-trente-activistes-convoques-par-la-police/#sthash.ajUWa2An.dpuf

Notre interlocuteur, activement impliqué dans le mouvement anti-gaz de schiste au niveau national et toujours à la tête du front social localement, dont font partie la plupart des citoyens interpellés, s'interroge sur le timing de cette interpellation. “Pourquoi maintenant, plusieurs mois après les faits ?”, se demande-t-il, avant de se dire “persuadé qu'il s'agit d'un acte d'intimidation et de représailles en raison de notre engagement dans la lutte citoyenne pour une vie digne, dans le respect des droits et des libertés”. Et d'inscrire leur interpellation et “le procès en justice qui se précise” dans le sillage de “la camapagne de répression qui s'abat sur les militants les plus en vue du sud du pays”. M. Gacemi assimile ainsi son cas à ceux de “Khencha, Aouine, Djehiche et tant d'autres”. - See more at : http://www.algerie-focus.com/blog/2015/05/adrar-trente-activistes-convoques-par-la-police/#sthash.ajUWa2An.dpuf

Lire l'article de Yacine Omar sur Algerie-Focus

EN ALGÉRIE, LE REFUS DU GAZ DE SCHISTE PREND UNE AMPLEUR NATIONALE

23 avril 2015 - sur Reporterre

Le mouvement de contestation du gaz de schiste, parti en janvier dernier de la ville saharienne d'In Salah, a gagné tout le pays, alors que les messages rassurants des autorités tournent à vide.

C'est un vrai pied de nez aux autorités algériennes : le 30 mars dernier, les opposants au gaz de schiste, réunis à Alger, se sont dotés d'une coordination à l'échelle du pays. La contestation s'étend et se structure : née le 1er janvier, elle a désormais largement débordé des lointains sables de la petite ville saharienne d'In Salah, dans le sud algérien.

C'est la suite logique des marches de protestation du 24 février dernier, initiative reprise dans de nombreuses villes du pays, avec le soutien de dizaines d'associations au niveau national et en dépit de la répression des forces de l'ordre. Le nouveau Collectif national pour un moratoire sur le gaz de schiste, s'il a décidé d'installer son siège à In Salah, site pionnier des projets d'exploitation du gaz de schiste, a choisi pour porte-parole une militante de la capitale, Sabina Rahimi.

Un programme d'opposition au gaz de schiste
Le Collectif national pour un moratoire sur le gaz de schiste en Algérie, créé le 30 mars 2015, a décidé l'organisation d'une conférence nationale sur le gaz de schiste à In Salah, et s'est donné pour mission de :
* fédérer les compétences et les volontés au niveau national ;
* créer une commission indépendante qui sera formée d'experts et de représentants de la société civile ;
_ * interpeller l'Assemblée nationale sur la nécessité d'une loi pour le moratoire ;
_ * demander la publication du rapport « Mebtoul » d'expertise sur le gaz de schiste, remis au premier ministre ;
_ * d'obtenir les conclusions qui ont permis à l'Autorité de régulation des hydrocarbures de valider l'exploitation du gaz de schiste en Algérie ;
* sensibiliser et informer sur les méfaits de la fracturation hydraulique.

Lire l'article de de Patrick Piro sur Reporterre

EXPRIMEZ VOTRE SOLIDARITÉ AVEC LES HABITANTS DE IN SALAH

Nous, associations, collectifs de citoyens, réunis le 27 mars 2015 au Forum Social Mondial de Tunis, exprimons notre solidarité avec les habitants d'Ain Salah en Algérie, en résistance active depuis trois mois à la coalition des entreprises européennes, leurs sous-traitants et Sonatrach, compagnie étatique algérienne, qui explorent le sous-sol afin d'en extraire du gaz de schiste.

Nous saluons l'exemplarité de la détermination des habitants d'Ain Salah, confrontés depuis toujours à des conditions de vie très difficiles, leur combat quotidien pour continuer à vivre et leur intransigeance à vouloir préserver leur territoire et leurs ressources aquifères, alors que rien n'est fait par les autorités algériennes pour engager un dialogue et les aider à maintenir leurs activités.

Nous refusons qu'en Algérie comme ailleurs, la vie des habitants et des territoires soit sacrifiée aux dépens de l'accaparement sans fin des ressources naturelles par les entreprises.

Votre résistance est la nôtre, votre lutte transcende les frontières !

Gaz et huile de schiste, gaz de houille : ni ici, ni ailleurs, ni aujourd'hui, ni demain !

Signature à adresser à : [email protected]

QUAND LE SOUFFLE D'IN SALAH ENFLAMME TUNIS

El Watan le 28/03/15

Il faut être un peu kamikaze ou masochiste pour venir chanter les vertus de l'exploitation du gaz de schiste en plein Forum social mondial dont on sait l'attachement viscéral aux questions environnementales et aux énergies non-polluantes.

Et pourtant, la délégation « officielle » algérienne l'a fait ! La coalition UGTA-Associations a, en effet, organisé ce jeudi une thématique sur les « bienfaits » du gaz de schiste. La petite salle de TD de la faculté des sciences de Tunis qui a accueilli cet atelier a été vite débordée, le sujet ayant drainé du monde, et pas que « tawaâna », en raison, précisément, de son total décalage en regard de la « ligne éditoriale » du Forum. « Quelle drôle d'idée de venir au Forum social pour défendre le gaz de schiste ! » lâche un activiste « gaouri ».

L'expert en énergies renouvelables, Mahmah Bouziane, chargé de prêcher la bonne parole et faire la promotion de l'hydrocarbure non-conventionnel le plus décrié au Forum, a dû vivre un grand moment de solitude. En tout cas, la salle ne lui était guère acquise, tant s'en faut. Tout débuta dans le calme en cette matinée grise et pluvieuse, l'expert s'appliquant à expliquer doctement, laptop en main, que le gaz de schiste n'était pas si méchant que cela, et qu'en gros c'était la seule alternative « pour assurer une transition énergétique durable et aller vers une énergie à zéro carbone ».

..............

Citant les expériences américaines et canadiennes comme des « références mondiales », il reconnaît cependant que « l'expérience américaine comporte des défaillances liées à la culture du libéralisme ». « Elle n'est pas transportable, car elle est intimement liée à une atmosphère économique et culturelle proprement américaine ». Bouziane Mahmah se dit nettement plus favorable à l'expérience russe. « Les Russes utilisent la fracturation à l'hélium », a-t-il avancé en concédant que « la fracturation hydraulique n'est pas la bonne solution. Il est plus indiqué de recourir à l'hélium ». « C'est un gaz rare et cher ! » objecte notre activiste français.

Certains pouffent en entendant cela. Et l'expert de s'expliquer : « Oui, dans l'intérêt de l'humanité ! Je vous défie de me proposer une autre approche que le gaz de schiste pour aller vers un carburant à zéro pollution. Vous, votre approche est à zéro croissance ! » Le défi est lancé. Et le débat fut extrêmement tendu, chaud comme le vent passionné d'In Salah. Incarné par Kacem, fougueux militant anti-gaz de schiste du bassin d'Ahnet, l'un des tout premiers à avoir sonné la mobilisation dans la région.

« Nous avons commencé à nous mobiliser le 3 juin 2014 », détaille-t-il. « On a dépassé le stade des discussions sur l'utilité ou non du gaz de schiste. Nous nous sommes clairement prononcés sur cette question et nous sommes prêts à rester sous les tentes jusqu'à l'été s'il le faut ! » Kacem a une pensée pour les femmes de In Salah. « Je salue la résistance de nos femmes. Les femmes courageuses de In Salah.

Elles ont résisté avec cœur et elles continuent. Et nous sommes prêts à affronter les compagnies internationales, quitte à camper devant les puits ! » La salle crie d'une seule voix : « Rafidhoune ! Rafidhoune ! El Ghaz assakhri rafidhoune ! » (Nous refusons le gaz de schiste).

Lire l'article de Mustapha Benfodil sur El Watan

ENORME CONVOI TRANSPORTANT DES PRODUITS POUR LE FRACKING

El Watan le 25/03/15

Ainsi, selon des témoignages de la population locale, un énorme convoi constitué de 150 camions semi-remorques loués au profit de la société Halliburton, transportant des matériaux et des produits chimiques destinés aux travaux de fracking, a quitté la ville de Timimoun en direction d'In Salah dans la matinée du 17 mars 2015.

Rien ne semblait anormal dans cette opération de transport assez courante dans le sud algérien, jusqu'à ce que des citoyens remarquent un dispositif de sécurité exceptionnel autour de ce convoi qui a décidé de faire une grande partie du parcours de son expédition sur des pistes loin des regards des curieux et des passants qui empruntent la RN1.

Des témoins, qui ont pris des photos et filmé une vidéo du convoi, dont El Watan détient une copie, confirment la particularité de cette opération. « Il ne s'agit certainement pas d'un déménagement ou de l'installation d'un RIG, les camions en question ne transportent aucune cabine saharienne et aucun équipement d'hébergement ou de restauration du personnel », dit un citoyen.

Pour un pétrolier que nous avons approché, « il est impossible de transporter autant de produits dans le cadre d'un simple approvisionnement de quelques forages, il s'agit d'une opération logistique de grande envergure pour les besoins de plusieurs forages ». Aux dernières nouvelles, rapportées par des nomades de la région, les camions sont restés à Zaouiet Kounta, dans la wilaya d'Adrar. A priori, les forages concernés par cet approvisionnement en produits de fracking sont concentrés pour le moment à ksar Kahlouch à environ 80 kilomètres de Zawaiat Kounta. « Il est quasiment impossible d'approcher les camions ou de discuter avec l'un des chauffeurs. Il y a un gendarme sous chaque pierre », nous confirme un nomade.

Au moment où des appareils de forage ont rejoint Hassi Messaoud le week-end dernier, les militants antigaz de schiste, mobilisés depuis trois mois à In Salah, s'inquiètent quant aux véritables motivations de cette impressionnante opération logistique de Haliburton. Ils suspectent une volonté de maintenir la fracturation hydraulique dans la région en cachette et au détriment des aspirations légitimes des populations locales qui revendiquent l'arrêt pur et simple des travaux de forage dans le cadre de l'exploitation de ce gaz non conventionnel.

Lire l'article de Moussa Naït Amara sur El Watan

L'ARRIVÉE DU MATÉRIEL DE FRACTURATION PROVOQUE LA COLÈRE À IN SALAH

Impact 24.info le 24/03/15

La population d'In Salah est en colère. Des dizaines de personnes ont manifesté cette nuit pour dénoncer l'arrivée du matériel de fracturation hydraulique destiné au puits d'Ahnet 2.

« Nous pensions que ce n'était qu'une rumeur. Mais un groupe de jeune s'est déplacé sur le site est a confirmé l'arrivée des équipements de fracturation hydraulique appartenant à la compagnie américaine Halliburton », explique un militant anti-gaz de schiste.

Selon lui, cette situation est vécue comme un « fait accompli » des autorités. « Pour la population, cela confirme que les autorités sont décidées à aller jusqu'au bout de leur logique et qu'Alger rejette le moratoire proposé par le mouvement citoyen. C'est un fait accompli intolérable ».

Une réunion est prévue demain matin place Somoud pour décider de mesures à prendre dans l'urgence.

Lire l'article de Tarek Hafid sur Impact 24 Info

À Ouargla, société civile et opposition font front commun contre le gaz de schiste

Tout Sur l'Algérie le 14/03/15

Ce samedi, les manifestants anti-gaz de schiste étaient aux côtés des militants politiques : Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), Pôle du changement de Ali Benflis, mouvement Rachad et des anciens de l'ex-FIS.
Lire l'article de Yacine Omar sur Algérie Focus

Manifestation anti-gaz de schiste à Ouargla

Tout Sur l'Algérie le 14/03/15

Ils sont plus de 3 000 manifestants déjà sur place, selon les organisateurs.
Ils scandent non au gaz de schiste, « Samidoun, Samidoun, ghaz sakhri rafidoun » (« nous résistons, nous résistons, le gaz de schiste, c'est non »).
Les personnalités de l'opposition commencent à arriver les lieux.
Lire l'article de Yacine Omar sur Algérie Focus

Des personnalités de l'opposition à Ouargla pour la manifestation contre le gaz de schiste

Tout Sur l'Algérie le 13/03/15

Des responsables et représentants de partis politiques membres de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) et de l'Instance de coordination et de suivi de l'opposition (Icso) sont arrivés, dans la soirée de ce vendredi 13 mars, à Ouargla pour prendre part à la grande manifestation contre le gaz de schiste prévue demain samedi à partir de neuf heures, a-t-on constaté sur place.
Lire l'article sur Tout Sur l'Algérie

Hacina Zegzeg, militante anti-gaz de schiste d'In Salah : “Le moratoire est la seule sortie de crise possible”

Algérie Focus le 12/03/15

Nous avons créé, le 25 février dernier, le Collectif national contre le gaz de schiste pour soutenir notre appel à un moratoire et réunir en un seul collectif tous les mouvements anti-gaz de schiste algériens. L'appel à un moratoire a été déposé fin février dernier et nous n'avons toujours pas de réponse. - See more at : http://www.algerie-focus.com/blog/2015/03/hacina-zegzeg-militante-anti-gaz-de-schiste-le-moratoire-est-la-seule-sortie-de-crise/#sthash.UohV5Xhp.dpuf
Lire l'article de Yacine Omar sur Algérie Focus

Des ministres opposés à l'exploitation du gaz de schiste

Algérie Focus le 12/03/15

L'exploitation du gaz de schiste, au cœur d'une grande polémique et contre lequel proteste, depuis plus de deux mois, la population, notamment à In-Salah, ne fait visiblement pas l'unanimité au sein du gouvernement Sellal. Malgré les déclarations rassurantes du Premier ministre, du ministre de l'Énergie, Youcef Yousfi, et celles de la ministre de l'Environnement, l'exploration du gaz de schiste est une option rejetée par certains ministres de l'Exécutif, à en croire la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Mme Louisa Hanoune.
“Il y a des ministres qui sont contre le gaz de schiste”, a révélé, hier, Louisa Hanoune lors d'une conférence de presse consacrée essentiellement au projet de loi complétant et amendant le code pénal inhérent à la violence faite aux femmes.
Lire l'article de Karim Kebir sur Liberté Algérie

Les anti-gaz de schiste annoncent une grande manifestation samedi à Ouargla

Tout Sur l'Algérie le 11/03/15

Le Comité populaire contre le gaz de schiste organisera, samedi 14 mars, une « grande manifestation » à Ouargla avec la participation de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) et d'autres acteurs politiques, a-t-on appris, ce mardi 10 mars, de Tahar Belabas, l'un de ses membres.
Lire l'article sur Tout Sur l'Algérie

Ouargla : les étudiants manifestent contre le gaz de schiste

Liberté Algérie le 11/03/15

Une centaine d'étudiants et étudiantes du pole 2 de l'université Kasdi Merbah de Ouargla, ont organisé ce mardi une manifestation anti gaz de schiste devant l'entrée de leur établissement. Tout au long du rassemblement, ils n'ont cessé de crier haut et fort leur opposition au projet de l'exploitation du gaz de schiste, dénonçant également l'inertie de l'Etat vis-à-vis des revendications des populations du sud du pays. Les manifestants ont également exprimé leur total soutien aux habitants d'In Saleh.
Lire l'article sur Liberté Algérie

Malgré la reprise timide des activités dans la ville d'In-Salah la détermination des antigaz de schiste est loin d'être entamée

Liberté Algérie le 10/03/15

La flamme de la “résistance” a été ravivée davantage par la visite effectuée, avant-hier, à l'occasion du 8 Mars, Journée mondiale de la femme, par une délégation de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD).

Les habitants d'In-Salah, hostiles au gaz de schiste, ne désarment pas. L'ultimatum du chef de la 6e Région militaire qui aurait enjoint aux manifestants de lever leur camp est loin d'avoir eu l'effet souhaité par les pouvoirs publics. En effet, le mouvement de protestation se poursuit toujours et avec le même procédé, devenu un rituel depuis le
1er janvier 2015 : rassemblement quotidien devant la grande place faisant face au siège de la daïra et une marche presque chaque matin. Plus que jamais déterminés, ils ne jurent que par l'arrêt du projet d'exploration du gaz de schiste et l'évacuation du chantier lancé dans la région.
Le cas échéant, ils se disent prêts à résister quitte à “mourir à même Sahat Essoumoud, (place de la résistance) !”

Lire l'article sur Liberté Algérie

In Salah : Une première victime du gaz lacrymogène

El Watan le 10/03/15

Un habitant d'In Salah, Moulay NAKHOU, a succombé suites à une intoxication due à l'usage des gaz lacrymogènes dans la répression du mouvement anti-gaz de schiste. Son décès est intervenu ce Lundi 09 mars.
Il avait été admis suite à un malaise à l'hôpital d'In Salah. La victime a été à l'intérieur de son domicile lors de l'intoxication. Âgé de 33 ans, ce citoyen était handicapé et de constitution fragile.

A la suite de ce décès, le père de la victime s'est déclaré hostile à toute démarche d'indemnisation. Solidaire de ses concitoyens et leur combat contre le projet du gaz de schiste, il aurait déclaré que l'arrêt de la fracturation est la seule « indemnisation » envisageable à ses yeux. Une réaction qui montre toute l'ampleur du mouvement des populations d'In Salah et leur détermination.
Lire l'article de Houria Alioua sur El Watan

In Salah : Moulay Nakhou, citoyen fragile, succombe aux gaz lacrymogènes

Le Matin le 10/03/15

Un habitant d'In Salah, Moulay Nakhou, a succombé des suites d'une intoxication due à l'usage excessif des gaz lacrymogènes dans la répression du mouvement anti-gaz de schiste.
Son décès est intervenu le 09 mars. Il avait été admis suite à un malaise dans la structure sanitaire centrale d'In Salah.
La victime a été exposée à son domicile aux gaz incommodants. Agé de 33 ans, ce citoyen était handicapé et de constitution fragile.
Lire l'article de Mohand Bakir sur El Watan

Contestation contre le gaz de schiste à In Salah : Les protestataires prêts à lever les sit-in

El Watan le 07/03/15

Après le dérapage sécuritaire de samedi dernier, In Salah se prépare vraisemblablement à lever progressivement les camps, comme décidé une semaine plus tôt par les animateurs du mouvement de la contestation qui boucle son 67e jour.

La date de la levée du sit-in, suggérée par l'armée lors d'une réunion, jeudi, en présence des délégués de la population n'a pas été précisée. Elle reste d'autant plus imprécise, puisque la place Somoud s'apprête à recevoir, demain, les représentants de l'opposition qui ont demandé à se rendre à In Salah.
Lire l'article de Houria Alioua sur El Watan

Rachid Nekkaz ou les velléités de manipulation avortées à In Salah

Le Temps d'Algérie le 06/03/15

Accueilli comme un véritable messie auquel on réserve tous les honneurs et auquel on déploie le tapis rouge, Rachid Nekkaz ne devait certainement pas s'attendre à une telle réception à In Salah où il est arrivé en début de soirée mercredi.

Ce richissime homme d'affaires franco-algérien qui, rappelons-le, a échoué à se porter candidat à la dernière élection présidentielle en Algérie, ne devait pas s'attendre non plus à être chassé dès la première heure de la matinée de jeudi à la suite de son interpellation par les services de sécurité qui l'ont expulsé très loin de cette ville du Sud. Incontestablement, Nekkaz à qui le front antigaz de schiste à réservé un accueil des plus chaleureux dont n'a bénéficié aucun autre politique algérien depuis le début de la contestation antigaz de schiste à In Salah a été gratifié de tant de louanges mais il a aussi essuyé une des plus abominables humiliations.

La raison ? La foule qui était nombreuse jeudi matin à guetter en vain son arrivée à la placette de la Résistance ne pouvait apporter de réponse précise à cette question. Pis encore, après l'accueil chaleureux qui lui a été réservé la veille, certains militants antigaz de schiste s'interrogeaient si réellement la venue de cet homme d'affaires qui souhaite faire une carrière politique est bénéfique pour la cause qu'ils défendent. Il est parmi les leaders des partis politiques algériens acquis au projet d'exploitation du gaz de schiste qui ont déjà suggéré que la population d'In Salah est manipulée.
Lire l'article de KA sur Le Temps d'Algérie

LA PRESSE DU 06/03/2015

URGENT. L'Armée a donné un ultimatum aux protestataires d'In Salah
http://www.lematindz.net/news/16798-urgent-larmee-a-lance-un-ultimatum-aux-protestataires-din-salah.html

Gaz de schiste : la répression contre les dénonciateurs continue à In Salah
http://www.lematindz.net/news/16796-gaz-de-schiste-la-repression-contre-les-denonciateurs-continue-a-in-salah.html

In Salah : cabale contre une militante anti-gaz de schiste
http://www.lematindz.net/news/16799-in-salah-cabale-contre-une-militante-anti-gaz-de-schiste.html

In Salah de A à Z
http://www.elwatan.com/actualite/in-salah-de-a-a-z-06-03-2015-289064_109.php

In Salah : les militaires demandent aux manifestants de lever le camp
http://www.tsa-algerie.com/2015/03/06/in-salah-les-militaires-dmandent-aux-manifestants-de-lever-le-camp/

Algérie - L'inefficacité du pouvoir aggrave la crise du gaz de schiste
http://www.maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/45980-algerie-l-inefficacite-du-pouvoir-aggrave-la-crise-du-gaz-de-schiste.html

Photos. In Salah : des dromadaires meurent dans d'étranges conditions
http://www.algerie-focus.com/blog/2015/03/photos-in-salah-des-chameaux-meurent-dans-detranges-conditions/

le rapport "Total et le gaz de schiste algérien"
http://www.bastamag.net/IMG/pdf/total_et_le_gaz_de_schiste_algerien_rapport_6mars2015_basta_observatoire.pdf

l'enquête : "Gaz de schiste : les Algériens se mobilisent contre le régime et l'ingérence des multinationales pétrolières"
http://www.bastamag.net/Gaz-de-schiste-les-Algeriens-se-mobilisent-contre-le-regime-et-l-ingerence-des

le tout dans un contexte de reflux des gaz de schiste dans le monde
http://www.bastamag.net/Alors-que-le-gaz-de-schiste-reflue-partout-dans-le-monde-les-lobbies-francais-s

Urgent : Rachid Nekkaz arrêté et expulsé d'In-Salah

Algérie Focus le 05/03/15

Rachid Nekkaz, a été arrêté et expulsé d'In-Salah vers Alger, ce matin, par les forces de police. C'est ce que nous apprenons sur sa page Facebook.

Rachid Nekkaz s'est rendu hier soir à In-Salah pour soutenir la population locale dans son combat contre l'exploitation du gaz de schiste. Un accueil triomphal lui a été réservé par la population locale.

“Certains à Alger n'ont pas apprécié l'accueil triomphal que le peuple d'In Salah a réservé à Rachid Nekkaz hier soir” peut-on lire sur sa page Facebook. “Rachid Nekkaz soutient et soutiendra à 100% le refus du peuple d'In Salah du gaz de schiste pendant sept ans en Algérie et dans le monde entier”, ajoute-ils encore.

Rappelons que la population de In-Salah a connue une répression terrible ces derniers jours de la part des services de sécurité.

Lire l'article de Arezki Ibersiene sur Algérie Focus

In Salah : Abdou raconte la "folle" semaine où la ville s'est embrasée

Huffington Post Magreb le 05/03/15

Le 28 février, après deux mois de lutte anti gaz de schiste pacifique, In Salah s'embrase. Pendant deux jours, la ville d'habitude si paisible, a basculé dans la confrontation et l'émeute.

Barricades dressées, bâtiments incendiés, tentes brûlées, jets de pierre, gaz lacrymogène, les violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait plusieurs blessés plongent les habitants dans “ un véritable cauchemar ”.

Abdou, jeune habitant de In Salah, a été aux premières lignes des événements. Il raconte au Huffington Post Algérie cette semaine exceptionnelle.
Lire l'article sur Huffington Post Magreb

Francis Perrin : « L'UE s'inquiète de la capacité d'exportation de l'Algérie »

L'Algérie doit veiller à exploiter ses atouts de proximité avec l'Europe et sa positon privilégiée en tant que fournisseur traditionnel de ses voisins du nord de la Méditerranée pour récupérer ses parts de marché.

La crise ukrainienne crée des opportunités importantes pour l'Algérie, mais celle-ci doit rapidement juguler la hausse de consommation interne de gaz. « Un fait inquiétant » aux yeux de l'Union européenne, selon Francis Perrin, expert pétrolier, président de Stratégies et politiques énergétiques et directeur de la rédaction de Pétrole et gaz arabes (PGA).

L'expert français, qui s'exprimait, hier, lors d'une conférence organisée en marge du Salon international des fournisseurs de produits et services pétroliers et gaziers qui se tient à Alger, rappelle que la Commission européenne a publié, le 25 février 2015, son projet d'« union européenne de l'énergie » visant à réduire la dépendance des 28 pays de l'UE au gaz et au pétrole russes, ce qui suppose une diversification vers de nombreux pays, dont l'Algérie.

Bruxelles se demande, selon Francis Perrin, si « l'Algérie aura les capacités d'exportation nécessaires pour honorer les engagements futurs vis-à-vis de l'Europe » au cas où la tendance haussière de consommation interne se poursuivait. Par ailleurs, pour M. Perrin, « l'Algérie doit entamer un dialogue avec l'Europe en vue de négocier ses parts de marché à long terme et rassurer sur sa capacité à accroître son potentiel d'exportation, tout en mettant en place une stratégie de prise en charge de sa consommation interne ».

Pour l'expert, il est indispensable pour notre pays d'intensifier ses efforts dans l'exploration d'hydrocarbures pour affronter une concurrence qui s'avérera, dans les prochaines années, de plus en plus importante. Pour ce faire, « le recours aux compagnies étrangères est incontournable », estime Francis Perrin, qui souligne que Sonatrach a besoin de « l'apport significatif des étrangers » qui disposent de plus de moyens et de technologies.

L'Algérie, qui jouit d'une position stratégique face à l'Europe, a tout de même perdu beaucoup de terrain, ces dernières années, à cause de la diminution de ses exportations. Pour y remédier, elle doit veiller à exploiter ses atouts de proximité avec l'Europe et sa positon privilégiée en tant que fournisseur traditionnel de ses voisins du nord de la Méditerranée, pour récupérer d'abord ses parts de marché et
en gagner de nouvelles à la faveur des tensions entre la Russie et l'Europe.-

Djamel Eddine Bekkouche : « il faudrait dix ans pour explorer les réserves de gaz de schiste »

« Il faut une dizaine d'années pour évaluer le potentiel de réserves algériennes en gaz de schiste, or l'Algérie en est à peine à sa première année d'exploration », selon Djamel Eddine Bekkouche ancien directeur de l'exploration à Sonatrach, et ancien directeur général de l'Institut algérien du pétrole (IAP).

L'expert, qui a donné une conférence hier sur les ressources conventionnelles et non conventionnelles en Algérie, a estimé que les études américaines évaluant les réserves sont encore « du domaine de la théorie » jusqu'à ce que les travaux expérimentaux d'exploration les confirment.

Il cite le cas de la Norvège où « les réserves étaient jugées importantes en 2011 en vertu des mêmes études américaines et qui, en 2013, sont tombées à zéro après trois forages effectués par la compagnie Shell ». L'expert estime tout de même que le travail expérimental doit être effectué en Algérie pour augmenter les capacités de production du pays.

Il a révélé que la diminution de la production et la hausse de la consommation interne ont poussé Sonatrach, dès 2009, à penser à l'exploration des possibilités du gaz de schiste pour augmenter le potentiel de production et d'exportation en hydrocarbures.

M. Bekkouche relève que Sonatrach, qui est actuellement engagée seule dans les phases d'exploration en vue de prouver son potentiel en gaz de schiste, devra nécessairement avoir recours à l'expertise étrangère pour l'exploitation de ses ressources prouvées car elle ne dispose pas des moyens nécessaires et de la main-d'œuvre qualifiée.

Concernant les avantages à tirer de l'exploitation du gaz de schiste pour les populations locales, l'expert souligne que contrairement au conventionnel, la consommation locale peut être alimentée par un approvisionnement direct de centrales électriques et de réseaux domestiques à partir des lieux de production.

M. Bekkouche a affirmé, par ailleurs, qu'il faut intensifier l'exploration des hydrocarbures conventionnels car le domaine minier, qui n'est exploré actuellement qu'à 30%, n'a pas livré tous ses secrets.

Lire l'article de Zhor Hadjam sur El Watan

In Salah : l'armée s'en mêle

Tout Sur L'Algérie le 03/03/15

Le chef de la 6e région militaire de l'Armée nationale populaire (ANP), le général-major Athamnia Ammar a rencontré, ce mardi 3 mars, les représentants des protestataires d'In Salah, rapporte l'agence officielle APS qui cite des sources locales.

Le responsable militaire a mis en avant l'importance pour les manifestants de répondre aux appels au calme pour « assurer la stabilité » dans cette région, selon la même source.

Il a rassuré l'assistance quant à la prise en charge des blessés lors des dernières échauffourées et affirmé qu'une enquête a été ouverte pour déterminer si des « dépassements individuels » ont été commis par les « différents services de sécurité ».

De violents affrontements ont opposé samedi et dimanche des habitants opposés à l'exploitation du gaz de schiste aux forces de sécurité, faisant plusieurs blessés. Plusieurs dizaines de manifestants ont également été arrêtés.

Lire l'article sur Tout Sur L'Algérie

In Salah : les gendarmes chargent violemment les manifestants

El Watan le 03/03/15

A lors que la ville revenait peu à peu au calme, hier, plusieurs gendarmes arrivés en véhicules tout-terrain, rejoints par leurs collègues chargés de la surveillance du site pétrolier de Gour Mahmoud, se sont attaqués à un groupe de manifestants qui campaient sur le site baptisé Somoud 2, à 28 km de la ville d'In Salah, sur le tronçon de la route transafricaine menant aux puits de gaz de schiste.

Les 13 manifestants admis à l'hôpital d'In Salah pour blessures et commotions diverses témoignent : « Vers 11h30, nous avons vu arriver 18 véhicules 4x4 de la Gendarmerie nationale ainsi que deux chasse-neige qui ont subitement foncé sur les deux kheïmas montées sur le site. » Et pour intimider les protestataires, « les gendarmes ont opéré une fouille corporelle à la recherche d'armes blanches », en vain. « Nous n'étions pas armés, nous avons crié que nous étions pacifiques et qu'on était juste contre la fracturation hydraulique, mais rien à faire.

Lire l'article sur El Watan

Les Etats-Unis veulent aider l'Algérie à exploiter le gaz de schiste

TSA Algérie le 03/03/15

Un haut responsable américain réaffirme la disposition des Etats-Unis à aider l'Algérie dans l'exploitation du gaz de schiste. « Nous ne sommes pas ici pour dire au gouvernement algérien ce qu'il doit faire. Mais nous sommes là pour aider l'Algérie au cas où elle souhaite exploiter le gaz de schiste », a déclaré Charles Rivkin, Secrétaire d'Etat américain adjoint chargé des Affaires économiques et commerciales lors d'une conférence de presse tenue, ce mardi 3 mars, à Alger.
« Nous avons l'expertise et la technologie (…). Et il y a des potentialités énormes dans le domaine », a rappelé ce haut responsable.
Lire l'article sur TSA Algérie

Zoom sur le requin Total et son implication dans les gaz de schiste en Algérie

France ATTAC le 03/03/15

Total fait parti des multinationales intéressées par les gaz de schiste en Algérie qui détiendrait les troisièmes réserves mondiales selon l'agence internationale de l'énergie. En 2009, Total avait acquis la participation maximale de 49 % (51 % ont été, par la loi, attribués à la compagnie nationale Sonatrach) sur le permis d'Ahnet, une zone située à proximité de la ville d'In Salah. Fin 2014, des forages ont démarré sans aucune consultation de la population locale et ont donné lieu à une forte contestation depuis le début de l'année 2015.

Fin janvier 2015 Total a publié en catimini une information clé : « Le permis d'exploration d'Ahnet étant arrivé à échéance le 6 juin 2014, Total n'y est plus présent depuis cette date » - voir notre communiqué.

Sous pression depuis plusieurs semaines, Total vient de réagir sur twitter (voir ci-dessous) en déclarant "pas de production, d'exploration, ni de demande de permis" pour les gaz de schiste dans la région d'In Salah. Total doit aller plus loin en s'engageant ne pas s'impliquer dans les projets de gaz de Schiste en Algérie, ni aujourd'hui, ni demain !
Lire l'article sur France ATTAC

Gaz de schiste en Algérie : le requin Total se retire sur la pointe des pieds ?

France ATTAC le 03/03/15

Le 22 décembre 2009,Total annonçait fièrement sur son site avoir remporté un appel d'offre pour l'acquisition d'une participation de 49 % (51 % revenant à la compagnie nationale Sonatrach) sur le permis « d'exploration et d'exploitation Ahnet », sur « une superficie de 17 358 kilomètres carrés où douze structures à gaz ont déjà été découvertes ». Or, Total vient de publier en catimini une information clé passée inaperçue jusqu'à ce jour : « Actualisation janvier 2015 : Le permis d'exploration d'Ahnet étant arrivé à échéance le 6 juin 2014, Total n'y est plus présent depuis cette date » [1].
Pourquoi ce revirement ?
Lire l'article sur France ATTAC

In Salah, le sit-in de la place Soumoud reprend
http://www.algerie-focus.com/blog/2015/03/a-in-salah-la-mobilisation-pacifique-anti-gaz-de-schiste-reprend/

Illizi se solidarise avec In Salah
http://www.elwatan.com/actualite/illizi-se-solidarise-avec-in-salah-02-03-2015-288799_109.php

La tension persiste à In-Salah
http://www.liberte-algerie.com/actualite/la-tension-persiste-a-in-salah-221162

Gaz de schiste : retour au calme à In-Salah après une journée de violentes protestations
http://www.letempsdz.com//content/view/145375/1/

Émeutes à In Salah : le ministère de l'Intérieur appelle à la retenue
http://www.algerie1.com/actualite/emeutes-a-in-salah-le-ministere-de-linterieur-appelle-a-la-retenue/

In Salah renoue avec le calme après de violentes émeutes
http://www.algerie1.com/actualite/in-salah-renoue-avec-le-calme-apres-de-violentes-emeutes/

Gaz de schiste : « La démarche du gouvernement va à l'encontre des intérêts de l'Algérie »
http://www.tsa-algerie.com/2015/03/02/gaz-de-schiste-la-demarche-du-gouvernement-va-a-lencontre-des-interets-de-lalgerie/

Manifestations à Tamanrasset et mobilisation à Ouargla en soutien aux habitants d'In Salah
http://www.tsa-algerie.com/2015/03/01/manifestations-a-tamanerasset-et-mobilisation-a-ouargla-en-soutien-aux-habitants-din-salah/

Des députés solidaires : « Nous sommes tous In Salah » (actualisé)
http://www.impact24.info/?p=5377

Gaz de schiste : 40 policiers blessés et des bâtiments officiels incendiés à In Salah (Intérieur)
http://www.huffpostmaghreb.com/2015/03/02/in-salah-schiste-contestation-violence_n_6781384.html?utm_hp_ref=algeria

Avec les Habitants d'In Salah ! Contre la destruction de l'Algérie !

Algeria-Watch, 1er mars 2015

Samedi 28 février 2015, la machine de répression s'est brutalement abattue sur les habitants d'In Salah qui manifestent pacifiquement depuis deux mois leur opposition à l'extraction du gaz de schiste dans leur région. Les autorités tentent de faire croire que le projet n'est pas à l'ordre du jour et qu'il ne s'agit que d'explorations. Mais sur le terrain les prospections avancent et des délégations de firmes étrangères comme celle d'Halliburton sont présentes

Après avoir ruiné le pays et pillé ses ressources conventionnelles, le régime franchit un pas supplémentaire dans sa fuite en avant en optant pour l'exploitation des gaz et pétrole de schiste. En prenant le risque inacceptable de détruire un environnement particulièrement vulnérable et de polluer définitivement les ressources hydrauliques fossiles, dernière recours pour la satisfaction des besoins des populations locales et ultime levier d'un futur développement agricole.

Lire l'article sur Algeria-Watch

La situation dégénère. Affrontements à In Salah : Une centaine de blessés et premiers tirs à balles réelles

Algérie Focus le 01/03/15

La situation dégénère à In Salah, au Sud du pays. De nouveaux affrontements ont éclaté ce dimanche matin au niveau de la Place “Soumoud” située en face du siège de la Daïra. Les forces anti-émeutes ont empêché les manifestants hostiles à l'exploitation du gaz de schiste dans la région de tenir leur rassemblement habituel au niveau de cette place. Des échauffourées ont, par la suite, éclaté entre les deux camps.

Les affrontements se poursuivent toujours à cette heure-ci. Selon des sources hospitalières, une centaine de blessés ont été transférés en urgence à l'hôpital d'In Salah. Les manifestants ont été touchés par des balles en caoutchouc. Mais les policiers ont tiré aussi à balles réelles contre les manifestant, confient nos sources. Pour preuve, un manifestant portant un impact de balle vient d'être soigné par les médecins de l'hôpital d'In Salah.

La situation est très inquiétante dans le Sud algérien. Les émeutes déclenchées samedi matin à In Salah se sont étendues samedi soir à Tamanrasset, située à environ 700 Km au sud d'In Salah, a-t-on appris de plusieurs sources locales. Des émeutiers ont brûlé des pneus et manifesté sur la route qui relie l'université de Tamanrasset au siège de la wilaya. Ils ont organisé une marche spontanée dans les rues pour exprimer leur solidarité avec les manifestants d'In Salah. Ils ont exigé également que les détenus d'In Salah, interpellés samedi par les gendarmes, soient libérés ce dimanche. On ignore pour le moment si les affrontements avec les forces de l'ordre ont occasionné des blessés.

Article, photos et vidéos sur Algérie-Focus
Article sur El Watan

Les émeutes s'étendent sur toute la ville d'In Salah

Algérie Focus le 28/02/15

Un climat d'émeute a gagné la ville d'In Salah ce samedi 28 février, suite aux affrontements entre de jeunes opposants au gaz de schiste et la gendarmerie, au niveau du site gazier de la compagnie américaine Halliburton, situé à 10 km au nord de la ville saharienne.

Joint ce samedi après-midi par téléphone, les membres du mouvement citoyen anti-gaz de schiste d'In Salah décrivent un “climat d'émeute” total. “Il y a des affrontements partout. Les femmes aussi participent aux affrontement face aux forces de l'ordre”, décrit Abdelkader Bouhafs, militant anti-gaz de schiste, contacté par la rédaction d'Algérie-Focus, précisant que la place Soumoud, le cœur battant de la contestation pacifique, née le 1er janvier dernier, est aussi touchée par les échauffourées.

Les affrontements redoublent d'intensité ces dernières minutes. En ce moment même, les militants anti-gaz de schiste tentent d'attaquer toutes les institutions étatiques, certains encerclant le siège de l'APC, indiquent à Algérie-Focus des témoins oculaires. Le rassemblement à l'extérieur de la brigade de gendarmerie de la ville d'In Salah, pour exiger la libération de la dizaine de militant arrêtés aujourd'hui, se poursuit.

L'affrontement était inévitable”, lâche Abdelkader Bouhafs, qui appelle les émeutiers au calme.

La radicalisation du mouvement a été déclenchée par des informations parvenues aux membres du collectif citoyen anti-gaz de schiste d'In Salah selon lesquelles la compagnie américaine Halliburton, avec la complicité de Sonatrach, est sur le point de lancer la fracturation hydraulique sur le deuxième puits-pilote cette semaine. Ce qui est perçu par la population locale comme un “passage en force” au moment même où les militants anti-gaz de schiste ont tenté de renouer le dialogue avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika, en adressant la semaine passé un moratoire, cosigné par plusieurs experts algériens en énergie. “Sellal et Bouteflika sont responsables du climat d'émeute à In Salah”, accuse Abdelkader Bouhafs.

Lire l'article de Djamila Ould Khettab sur Algérie Focus
Article et vidéo de Djamila Ould Khettab sur Algérie Focus
Article et vidéo sur TSA Algérie

Algérie-Premiers affrontements entre opposants au gaz de schiste et forces de l'ordre à In Salah

Maghreb Emergent le 28/02/15

Après deux mois de lutte pacifique, le mouvement anti-schiste à In Salah, a connu ce matin, 28 février, ses premiers affrontements entre les manifestants et les forces d'intervention de la gendarmerie nationale.

Les altercations entre les gendarmes, au nombre d'une centaine, et les militants d'In Salah ont commencé vers 11 heures devant la base de vie de la multinationale américaine Halliburton - en charge de la fracturation hydraulique dans les puits-tests de forage du bassin d'Ahnet - située à une dizaine de kilomètres au nord de la ville, raconte Abdelkader Bouhafs, un militant anti-schiste d'In Salah, au Huffington Post Algérie.

"Des échanges vifs ont eu lieu entre les forces de l'ordre et les quelques centaines de manifestants quand ces derniers ont voulu bloquer la route nationale qui passe devant la base de vie et mène au puits-test de forage. Les militants d'In Salah ont brûlé des pneus et les gendarmes ont répliqué par des gaz lacrymogène ", décrit notre interlocuteur.

"Halliburton dégage" !

Cette escalade dans le mouvement a été déclenchée par des informations parvenues aux habitants d'In Salah selon lesquelles la société américaine s'apprêtait à fracturer le second puits-test de forage cette semaine en " passant en force " si les manifestants s'opposaient à leur projet, explique Djamel Addoun, un autre militant anti-schiste d'In Salah.

Les habitants d'In Salah, mobilisés depuis le 1er janvier contre le gaz de schiste, réclament à présent le départ d'Halliburton du centre d'In Salah. " Halliburton dégage ! Nous n'avons pas besoin de toi, ni à In Salah, ni en Algérie " ! clament les manifestants devant la base de vie de la multinationale.

Article sur Maghreb Emergent

Gaz de schiste. Le Collectif de In Salah dénonce les agissements des multinationales

El Watan le 28/02/15

Les citoyens de In Salah, qui s'opposent depuis presque deux mois à l'exploration de gaz de schiste, réunis autour du Collectif de même nom, dénonce dans un communiqué rendu public ce samedi 28 février le jusqu'au-boutisme de Sonatrach et les agissements des multinationales, à l'instar de Halliburton, Schlumberger et Total.

« Afin de respecter les contrats signés avec les multinationales étrangères et de manière à satisfaire ses exigences premières, Sonatrach a décidé d'opérer le fracking en soutenant par un renfort sécuritaire extraordinaire l'entreprise Halliburton en charge des hydro-fracturations assassines. Ni les risques avérées d'affecter la population d'un point de vue sanitaire, ni les conséquences environnementales néfastes et malheureusement définitives sur l'eau et l'environnement, ni les photos et vidéos prises sur le site du forage et qui montrent à quel point l'inconscience, le laxisme et la gabegie règnent sur ses chantiers, ne fera reculer Sonatrach », peut-on lire.

Construction d'un barrage humain
Le Collectif annonce une mobilisation sous une autre forme. « Nous, citoyens algériens de In Salah, avons décidé d'empêcher l'entreprise de fracturer en construisant un barrage humain sur le site du forage et en barrant la route à Halliburton.

Les renforts de gendarmes ne nous arrêteront pas, et nous n'utiliserons aucune violence. Nous sommes depuis le premier jour pacifiques, pacifiques mais déterminés, même face aux forces sécuritaires qui nous le savons ne font qu'appliquer les ordres et qui sont déroutées, ayant conscience qu'il n'y a que des Algériens en face ». Dans le même sillage, le Collectif de In Salah indique que « sachant que le commanditaire de ces projets est le gouvernement français représenté sur place par Total et Schlumberger, nous lançons un appel à la société civile française, afin qu'elle fasse pression sur son gouvernement et qu'il renonce à ses expérimentations sur notre population et sur notre environnement ».

Article de M.B. sur El Watan

Algérie : des milliers de manifestants contre le gaz de schiste

RFI le 25/02/2015

En Algérie, ils étaient quelques milliers à manifester ce mardi 24 février dans plusieurs villes du pays en solidarité avec les villes du Sud qui sont en lutte, depuis des semaines, contre l'exploitation du gaz de schiste. Des manifestations auxquelles l'opposition s'est ralliée et qui ont donné lieu à des interpellations par la police omniprésente. La date de la manifestation n'a pas été choisie au hasard : le 24 février marque l'anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures en Algérie.

Article sur RFI

Les manifestations anti-gaz de schiste à travers l'Algérie en images

TSA Algérie le 24/02/2015

À l'appel de l'opposition, des milliers de personnes sont sorties, ce mardi 24 février, à travers plusieurs régions du pays pour manifester contre l'exploitation du gaz de schiste en Algérie et exprimer leur solidarité avec les habitants d'In Salah.

De Tébessa à Tlemcen en passant par Batna, Khenchela, Jijel, Béjaïa, Mostaghanem, Ouargla et Tamanerasset, ils sont nombreux à avoir répondu à l'appel de l'Instance de concertation et de suivi de l'opposition (ICSO). Chacun ses slogans et sa manière d'exprimer le rejet du gaz de schiste.

Ils ont tenu des rassemblements et des marches qui se sont globalement déroulés dans le calme. En fin d'après-midi, de nombreux manifestants ont posté des images et des vidéos sur les réseaux sociaux.

Article sur TSA Algérie

De la Zorna à la Matraque : un 24 février particulier à Alger

Algérie Focus

Le centre d'Alger était en état de siège dans la matinée de ce mardi 24 février. Peu avant 9h, un énorme dispositif sécuritaire est déployé à travers les rues de la capitale. A la place « Mauritania », point de jonction du Boulevard Amirouche et de la Rue Hassiba, quelques fourgons cellulaires y sont stationnés. Matraques et casques accrochés au ceinturon, des éléments des Unités républicaine de sécurité (URS) parcourent le boulevard précité. En s'approchant de la Grande Poste, une chanson de Rabah Derriassa retentit.

Article sur Algérie Focus

Les manifestants anti-gaz de schiste d'In Salah dans la rue le 24 février

Algerie-Focus

Contrairement à ce qui a été rapporté par certains médias, les citoyens d'In Salah vont bel et bien sortir le 24 de ce mois de février manifester contre l'exploitation du gaz de schiste, simultanément avec les actions de protestation prévues ce jour-là à travers plusieurs wilayas du pays, à l'appel de l'Instance de concertation et de suivi de l'opposition algérienne (Icso), regroupant le Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLT) et le Pôle des forces du changement d'Ali Benflis.

“Les citoyens d'In Salah sont finalement parvenus à se mettre d'accord et dissiper les craintes de récupération politicienne du mouvement anti-gaz de schiste par l'opposition. Les manifestations se poursuivront donc normalement ce 24 février à In Salah et ce soutien de l'opposition ne fera que renforcer les rangs des opposants à l'exploitation de ce gaz non-conventionnel dans notre pays”, apprend-on de sources concordantes.

Un activiste anti-gaz de schiste d'In Salah souligne qu'une “consigne a été donnée à nos étudiants inscrits dans différentes universités du pays pour qu'ils participent à la marche tout en s'habillant de la tenue locale afin d'être visibles”.

Ce vendredi 20 février, les citoyens d'In Salah ont tenu leurs actions de protestation habituelles. En effet, le sit-in permanent observé sur la Place de la résistance devant le siège de la daïra, entamé le 1er janvier dernier, se poursuit toujours. Un groupe de citoyens campe également au PK 35 sur la route menant vers les forages schisteux de Gour Mahmoud, à une trentaine de kilomètres de la ville. Ce nouveau camp permanent est baptisé “Place de la résistance 2″. Quelques dizaines de citoyens ont aussi observé la marche quotidienne, à travers les artères de la ville. Le tout sous une pluie que les habitants d'In Salah qualifient de “bénédiction divine, car il pleut une fois par tremblement de terre chez nous”.

Lire l'article de Yacine Omar sur Algerie-Focus

Un rassemblement pacifique Anti Gaz de Schiste de soutien aura lieu mardi 24 février 2015 à 17h00 devant le Consulat général d'Algérie à Paris.

Une demande de moratoire au président Bouteflika

El Watan le 21/02/15

A la veille de l'emblématique 24 février que l'opposition compte métamorphoser en une commémoration de la résistance à l'exploitation du gaz de schiste en soutien à la population d'In Salah, le Tidikelt se réinvente et s'ingénie à insuffler aux troupes, fatiguées par 52 jours de manifestations dans la rue, une nouvelle raison de poursuivre la contestation.

La société civile d'In Salah a adressé, jeudi, la demande d'un moratoire sur le gaz de schiste au chef de l'Etat cosignée par plusieurs experts algériens solidaires du combat de la population d'In Salah.

La lettre commence par le constat d'échec des négociations : « Après les tentatives de dialogue infructueuses entre les pouvoirs publics et la population d'In Salah sur la question de l'exploitation du gaz de schiste par la technique de la fracturation hydraulique en Algérie, en général, et à In Salah en particulier, et face à l'enlisement de la situation, nous, habitants d'In Salah, habitants du Sud algérien, citoyens algériens, venons vous solliciter au nom de notre région, au nom de nos concitoyens du Sud et de toute l'Algérie qui s'opposent à l'avenir funeste que nous réserve l'exploitation des gaz de schiste. » La demande de moratoire met en exergue les risques sur l'environnement, notamment la pollution de l'eau et de l'air, les séismes, les répercussions sur la santé, l'utilisation de grandes quantités d'eau et, pour terminer, signale qu'elle n'est « pas rentable ».

La lettre relate le constat d'atteintes environnementales flagrantes, en totale contradiction avec les propres consignes du président de la République lors du Conseil ministériel restreint du 27 janvier 2015 : « Le gouvernement devra veiller avec fermeté au respect de la législation par les opérateurs concernés, pour la protection de la santé de la population et la préservation de l'environnement. » L'appel à un moratoire vise, selon les signataires, à « rétablir la confiance et le dialogue entre les populations concernées, le pouvoir central et la communauté scientifique » et la création d'une commission indépendante ainsi qu'un débat national pour que « l'Algérie avance avec confiance, avec espoir, en dépit de toutes les difficultés, vers un destin meilleur et sait pouvoir compter, pour cela, sur le concours de tous ses enfants, sans exclusive ni marginalisation ».

Gardant l'espoir d'un recul du gouvernement, d'une décision providentielle du chef de l'Etat quant à un moratoire sur le gaz de schiste, les protestataires remettent ainsi les compteurs à zéro et soufflent sur les braises de la résistance, avec une mobilisation qui a certes diminué d'intensité mais n'a jamais quitté la place Somoud, où les rassemblements se tiennent, comme d'habitude, quotidiennement, alors qu'une vingtaine de jeunes surveillent les forages de Gour Mahmoud, scrutant tout changement dans la manière de forer.

Le passage au forage vertical, à la fracturation hydraulique avec ses produits chimiques injectés dans le sol, c'est ce que redoutent le plus les habitants d'In Salah. In Salah la militante, In Salah l'antigaz de schiste est éreintée par le silence du gouvernement qui a coupé tout contact avec les protestataires au moment où les renforts sécuritaires sont de plus en plus apparents dans cette plaine du Tademaït, cette paume de la main ouverte au relief si particulier cachant des trésors de minerais et d'hydrocarbures.

La place Somoud, qui a encore vibré cette semaine de la voix du professeur Segni Laadjal, professeur à l'université de Ouargla, défenseur farouche des énergies renouvelables et de la chimie verte, venu donner son point de vue sur l'exploitation du gaz de schiste, s'apprête à vivre, mardi prochain, sa plus grande mobilisation depuis le début de la contestation, le 31 décembre 2014.

Lire l'article de Houria Alioua sur El Watan

Effets de l'exploration du gaz de schiste à In Salah : Un film documentaire accablant devant l'APN

El Watan le 21/02/15

Des oiseaux migrateurs gisant sur le sable, des renards, des camelins et des chèvres embourbés, morts de n'avoir pas été sauvés de l'envasement dans les flaques de boue pétrolière huileuse qui essaiment à perte de vue. Il n'en a pas fallu plus pour convaincre In Salah du danger qui la guette avec de nouveaux puits de gaz non conventionnel.

Sonatrach, l'entreprise citoyenne, amie de la nature, ne prend même plus la peine d'effacer les traces indélébiles causées par ses forages. 52 jours de mobilisation contre le gaz de schiste, une contestation citoyenne qui s'essouffle tantôt, se réorganise tantôt pendant que le gouvernement et Sonatrach font la sourde oreille. La société civile ne baisse pas les bras, au moment où un moratoire est déposé à la présidence de la République, l'association Shems prend à bras-le-corps la mission de la documentation.

Ses membres ont filmé au moins trois sites où les preuves d'atteintes criantes à l'environnement sont visibles à l'œil nu. Le premier à Zaouïa, 6 km d'In Salah, où un puits datant des années 1980 ayant enregistré une migration de gaz a été bouché mais sans nettoyage. Le second sur la route d'Arak, à 160 km de la ville où plusieurs bassins de décantation des boues contiennent toujours des produits toxiques non évaporés depuis 2012. Le troisième, à Gour Mahmoud, 35 km au sud d'In Salah où les puits de gaz de schiste en cours de forage présentent déjà les signes d'épandage direct sur le sol sans traitement ni épuration.

La population d'In Salah a compris que manifester devant la daïra ne donnera rien avec un gouvernement décidé à aller jusqu'au bout de sa logique pro-gaz de schiste. Tandis que la ville reprend petit à petit son activité « normale » tant au niveau scolaire qu'administratif, il y a d'autres possibilités de se faire entendre. Devant les arguments d'experts défendant l'option du gaz de schiste « qui ne serait pas plus dangereux et nocif pour la vie humaine et l'environnement que le reste de l'industrie pétrolière et gazière », « ou pas plus dangereux qu'un déodorant ou des couches bébé jetés dans la nature », une seule réponse : recueillir les preuves du contraire.

Sept associations écologiques s'y attellent depuis 2012, elles redoublent d'effort depuis six semaines. « Tous les éléments confirmant une atteinte à l'environnement à même de répondre au mieux aux assurances de Sonatrach sont filmés, photographiés, dûment documenté », affirme-t-on auprès du « comité des 22 ».
----------------------------

Lire l'article de Houria Alioua sur El Watan

Au 50e jour, In Salah ne se tait pas mais se cherche une sortie de crise "honorable"

Huff Post Maghreb le 19/02/15

In Salah ne se tait pas. Le bastion de la contestation anti-gaz de schiste mobilisé depuis le 1er janvier maintient son campement sur la Place Somoud (Place de la résistance), poursuit ses meetings et ses marches quotidiennes et continue son sit-in sur le site du second puits de forage expérimental, au niveau du kilomètre 35, débuté il y a deux semaines.

Mais, au 50e jour de la contestation et en l'absence de décisions gouvernementales favorables aux manifestants, des signes de délitement du mouvement apparaissent. Plusieurs administrations ont rouvert leurs portes telles que la Cnas et La Poste, indique au Huffington Post Algérie, Abdelkader Bouhafs, un des militants du mouvement. Et le nombre de protestataires sur le Place Somoud se fait de plus en plus épars.

Dans l'attente de l'arrêt des forages du second puits
Sans nouvelle d'Alger et sans négociations – la rencontre annoncée entre une délégation d'In Salah et le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, n'ayant finalement pas eu lieu – les manifestants agissent sur place en surveillant de près les sites de forage expérimentaux situés à une trentaine de kilomètres d' In Salah.

Quelque 25 jeunes de la ville y campent nuit et jour dans cinq tentes installées au niveau du kilomètre 35. "Si on ferme les yeux, ils vont démarrer la fracturation hydraulique", affirme au Huffington Post Algérie Ahmed Belkou, un des campeurs engagés dans le mouvement depuis le départ.

"Sonatrach devrait commencer à déménager la plateforme du second puits de forage vers Hassi Messaoud d'ici deux à trois jours car la phase d'exploration est quasiment terminée", déclare Abdelkader Bouhafs qui reconnaît que "ce déménagement pourrait avoir un impact sur la suite du mouvement".

Tout en "restant vigilant" pour s'assurer du "nettoyage du site par Sonatrach" et empêcher "la fracturation hydraulique dans la phase d'exploitation confiée à la compagnie américaine Halliburton", ce déménagement, si symbolique soit-il, pourrait donc sonner le glas du mouvement.

Quoi qu'il en soit "aucune décision ne sera prise avant le 24 février, jour d'anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures", souligne Abdelkader Bouhafs. Pour cette journée particulière où des marches et rassemblements pacifiques sont prévus à travers le pays suite à l'appel de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), les manifestants d'In Salah ont prévu de "remobiliser la foule" et de convaincre Adrar, Tamanrasset et El Golea de les rejoindre pour une grande marche.

"On ne va pas interférer avec les politiques mais on ne va pas les nier non plus", souligne Abdelkader Bouhafs. "Nous allons rester sur nos revendications de l'arrêt des forages de gaz de schiste".

Quelques jours avant les militants d'In Salah devraient avoir remis au Président, Abdelaziz Bouteflika, une demande de moratoire se présentant sous la forme d'un "dossier de 40 pages qui rappelle tous les risques que présente le gaz de schiste", précise Abdelkader Bouhafs. "De tous ces événements de la semaine va dépendre la suite du mouvement", conclut le militant.

Lire l'article sur Huff Post Maghreb

La mobilisation se poursuit à In Salah

L'Expression le 16/02/17

Chaque jour et depuis près de deux mois, la mobilisation ne fait que se renforcer, contrairement aux pronostics qui tablaient sur l'essoufflement du mouvement de protestation au fil des jours.

La mobilisation contre l'exploitation du gaz de schiste ne faiblit pas à In Salah où l'on considère cette option comme étant une condamnation à mort de la population. Hier, une marche imposante a été organisée à travers les artères de la ville pour réitérer le rejet de la décision du gouvernement. Plusieurs milliers de citoyens ont pris part à cette manifestation pacifique qui se veut un autre cri exprimant la détermination populaire de s'opposer jusqu'au bout à l'exploitation du gaz de schiste.

Ni les assurances des pouvoirs publics, ni les accusations de certains partis politiques ni encore moins les dernières décisions du Conseil restreint consacré au Sud et aux Hauts-Plateaux n'ont réussi à calmer les protestataires de In Salah. Bien au contraire, chaque jour et depuis près de deux mois, la mobilisation ne fait que se renforcer, contrairement aux pronostics qui tablaient sur l'essoufflement du mouvement de protestation au fil des jours et des semaines. Les déclarations contradictoires des responsables n'ont fait qu'exacerber la colère à In Salah où on ne croit plus aux discours du gouvernement. La seule revendication que porte la population est l'arrêt pur et simple des travaux de forage des puits par la fracturation hydraulique.

Pour absorber cette colère, le pouvoir a décidé de relancer la question de création de wilayas déléguées. La réponse de la population ne s'est pas fait attendre : « On ne veut pas de gaz de schiste. » En tout état de cause, à In Salah ses habitants qui contestent les déclarations concernant la période d'exploration ne veulent du gaz de schiste ni pour demain, ni pour 2012 ni pour le siècle prochain. Mais pour le moment, rien ne semble indiquer que le pouvoir reviendra sur sa décision d'exploiter cette ressource non conventionnelle.

Les partis qui le représentent sont allés jusqu'à soupçonner que les manifestants de In Salah soient manipulés par des parties intérieures et étrangères. Amara Benyounès, président du MPA, et membre du gouvernement, n'a pas hésité à dire que « tout responsable politique algérien qui s'oppose au gaz de schiste est quelqu'un de totalement irresponsable ».

L'opposition ne l'entend certes pas de cette oreille. L'Instance de suivi et de concertation de l'opposition qui regroupe les membres de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (Cnltd) et le Pôle des forces de changement prévoit l'organisation de marches et autres manifestations au niveau national pour soutenir la population de In Salah et exiger l'arrêt des travaux du gaz de schiste. Le regroupement de l'opposition a choisi la date du 24 février, anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, pour organiser ces actions.

Lire l'article de Karim Aimeur sur Le Quotidien L'Expression

Ouargla : Les anti-schiste dénoncent la partialité de la presse locale

El Watan le 15/02/15

Les opposants au gaz de schiste ont organisé, le week-end dernier, une marche et un sit-in de protestation devant la maison de la presse Abdelhamid Nedjah de Ouargla pour dénoncer, disent-ils, « la partialité des médias locaux devant la mobilisation citoyenne tenue depuis sept semaines en solidarité avec In Salah ».

In Salah, où sept associations de l'environnement travaillent d'arrache-pied depuis plusieurs années pour convaincre les 45 000 habitants d'adopter une démarche écologique au quotidien, a donné à réfléchir à Ouargla. Emboîtant le pas à la capitale du Tidikelt qui a opté pour la préservation de l'environnement grâce à son instinct de survie, Ouargla a pu imposer son mode de contestation désormais permanent avec une kheïma en plein Souk El Hedjar où s'organisent chaque jour des débats à ciel ouvert où des citoyens bravent le froid et la pression des autorités pour venir écouter des experts prêcher contre « le danger qui guette les eaux souterraines du Sud, son sol et son ciel ».

Un programme hebdomadaire de conférences- débats ambulantes à travers les quartiers et les communes de la wilaya a été mis en œuvre durant la semaine écoulée, où chaque quartier a pu organiser sa propre conférence.Muni d'un kit informatique et d'un data-show, le professeur Segni Laadjal, enseignant à l'université de Ouargla et opposant farouche à l'exploration et l'exploitation des huiles et gaz de schiste, anime quasi quotidiennement des conférences-débats où la vulgarisation et la pédagogie écologique trouvent leur place devant un auditoire très intéressé par cette thématique qui fait polémique, surtout après la résistance du mouvement d'opposition à In Salah.

« L'engouement des gens, même de nuit, nous encourage à aller vers chaque coin de la ville pour rallier de nouveaux militants », affirme Aibek Ag Sahli, coorganisateur des six manifs antigaz de schiste de Ouargla. Tant qu'In Salah résiste et tient le coup, Ouargla, où la contestation écologique pend désormais son ancrage populaire après celui universitaire, ne renonce pas.

Lire l'article de Houria Alioua sur El Watan

In Salah : 45 jours de mobilisation et début de la collecte des signatures pour le moratoire sur le gaz de schiste

Huffpost Maghreb le 13/02/15

45 jours de mobilisation et les habitants de In Salah campent toujours à la place Somoud. Face au siège de la daïra, ils ont décidé de protester contre l'exploration du gaz de schiste annoncée par le gouvernement le 27 décembre 2014.

45 jours de mobilisation, des va-et-vient des délégations gouvernementale, parlementaire et de spécialistes ne sont pas venus à bout de la volonté des protestataires de In Salah de faire stopper les explorations amorcées dans le bassin de l'Ahnet.

Opposés à la poursuite des explorations, la page des activistes sur Facebook In Salah Sun & Power annonce que la réunion de jeudi 12 février a permis de dégager quelques nouvelles actions notamment des récoltes de signatures pour le moratoire sur le gaz de schiste et une marche nationale.

Les protestataires réunis à la place Somoud ont commencé de suite à récolter des signatures pour la mise en oeuvre du moratoire sur l'exploration du gaz de schiste et décidé d'une marche nationale, qui ne coïnciderait pas avec les sit-in de l'opposition prévus pour le 2' février, et dont la date n'a pas été arrêtée. Il est aussi question d'une possible fermeture des accès aux puits de l'Ahnet.

Les protestataires, qui s'interrogent sur le sens de l'arrêt de toute forme de dialogue observée par le pouvoir depuis le dernier conseil des ministres, souhaitent, cependant, imposer l'arrêt immédiat et le début du nettoyage des périmètres où ont lieu les fracturations.

A noter que la ville de In Salah a connu hier un incident qui a failli coûter la vie à un des jeunes. Un contrebandier de carburant qui avait caché des jerrycans de gasoil sous une cargaison de dattes. Interpellé par un jeune, il s'est affolé a asséné un coup de couteau au jeune en question et a pris la fuite.

La mise en feu du camion a permis de découvrir ce qui se cachait sous la cargaison. Hospitalisé à Adrar, le jeune homme est, aujourd'hui, hors de danger.

Lire l'article sur Huffpost Maghreb

Gaz de schiste : Alerte maximale à In Salah !

Algérie-Focus le 12/02/15

Des milliers de personnes ont pris part dans la matinée de ce jeudi 12 février 2015 au grand rassemblement tenu sur la “Place de la résistance”, devant le siège de la daïra, à l'appel du collectif citoyen anti-gaz de schiste d'In Salah.

Deux résolutions phares ont été prises à l'issue de ce conclave. La première consiste au “lancement d'une pétition pour l'instauration d'un moratoire sur les opérations de forage de gaz de schiste”, a-t-on appris de sources locales. La seconde prévoit “le déplacement de tous les habitants d'In Salah sur le lieu des forages, à Gour Lahmar, à une trentaine kilomètres de la ville”. Si ce moratoire n'est pas décidé d'ici dimanche, “les 40 000 habitants que compte In Salah” rejoindront les quelques dizaines de concitoyens qui y manifestent depuis quelques jours déjà.

Les pouvoirs publics, de leur côté, semblent loin d'être prêt à faire machine arrière et à renoncer aux “forages-pilotes” de cet hydrocarbure non conventionnel. Preuve en est, d'après nos sources, le renforcement du dispositif sécuritaire au niveau des champs gaziers de la région. “Hier, il y a eu un renfort de gendarmes, la mobilisation de deux avions (militaires) et des chiens policiers (brigade canine, ndlr).

Ce matin, des policiers anti-émeute ont été déployés sur la route menant vers les puits gazier”, affirme un citoyen d'In Salah. Un autre activiste souligne, pour sa part, que des “escarmouches ont eu lieu hier soir entre les gendarmes et les manifestants et la situation a failli dégénérer. La sagesse de quelques citoyens a pu heureusement calmer les esprits”. Au champ de gaz conventionnel de Hassi Moumène, “des éléments et des engins lourds de l'armée ont été déployés”, ajoutent nos sources.

Nos tentatives pour joindre le chargé de communication de la Gendarmerie nationale n'ont pas abouti. Celui de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), quant à lui, nous a dit en milieu d'après midi qu'il nous rappellerait lorsqu'il aura contacté ses subalternes à In Salah. A l'heure où nous mettons sous presse, il n'a toujours pas rappelé.

Lire l'article de Yacine Omar sur Algérie-Focus

Les militants antigaz de schiste bloquent l'accès au site d'Ahnet

Ils ont carrément installé leurs tentes à même la piste menant vers les puits

Liberté-Algérie le 11/02/15

Et si le mouvement de protestation contre le gaz de schiste est parti pour durer autant de temps que nécessiteraient les travaux du chantier d'exploration lancé à In-Salah ?
De toute façon, ce ne sont pas les déclarations des officiels, encore moins les “assurances” des responsables de la Sonatrach, qui peuvent, à présent, convaincre les “résistants” de cette ville du Sud, déterminés à ne pas baisser les bras avant que l'État ne décide de renoncer à ce projet et fermer les puits déjà forés à quelques dizaines de kilomètres de leurs domiciles.

Pis encore, la dernière sortie du P-dg intérimaire de la Sonatrach, Saïd Sahnoun, soutenant que le projet d'exploration du gaz de schiste sera mené jusqu'au bout, a davantage attisé la colère des citoyens d'In-Salah. Désormais, l'escalade de leur mouvement, jusque-là pacifique, n'est plus écartée. Et pour cause, les militants antigaz de schiste sont passés, depuis l'après-midi d'avant-hier, à une nouvelle forme de protestation pour le moins audacieuse : ils ont tout simplement décidé de fermer la piste menant de la RN1 vers le chantier “non conventionnel” de Sonatrach.

Et depuis hier, ils ont carrément installé un campement au PK 35 (point kilométrique, au sud de la ville d'In-Salah, d'où bifurque justement cette piste. Il y a trois tentes qui y sont plantées pour accueillir les manifestants résolument décidés d'empêcher, notamment, les camions qui transporteraient des produits chimiques utilisés dans la technique de fracturation hydraulique.
....................

Le collectif citoyen antigaz de schiste, indique notre interlocuteur, prépare, par ailleurs, une nouvelle lettre pour demander au président Bouteflika de “décréter un moratoire” sur le projet d'exploration du gaz de schiste. La relance du projet du gaz de schiste, exigent les contestataires, doit attendre les résultats du débat national préconisé. Pour les militants antigaz de schiste, c'est même une condition sine qua non…

Lire l'article de F.A. sur Liberté-Algérie

In Salah : La mobilisation anti-gaz de schiste reprend du souffle

L'entêtement des pouvoirs publics à poursuivre coûte que coûte les forages des puits-pilotes de gaz de schiste ne fait que consolider la détermination des citoyens d'In Salah à maintenir la mobilisation jusqu'au renoncement, du moins temporairement, à l'exploitation de ce gaz non-conventionnel en Algérie.

Au lendemain de la nouvelle sortie médiatique du PDG par intérim de Sonatrach, Saïd Sahnoune, qui a réitéré la décision de la compagnie nationale de poursuivre les forages du gaz de schiste dans le bassin d'Ahnet, des citoyens d'In Salah, contactés par nos soins, sont unanimes à qualifier d'”irresponsables” les propos de Saïd Sahnoune qui, selon eux, pousse “au pourrissement” au lieu de “prendre en compte les revendications légitimes des citoyens qui se soucient de l'avenir de tout le pays et des générations futures”.

Sur le terrain, la mobilisation citoyenne a été au rendez-vous ce lundi 9 février 2015 à In Salah. Outre le sit-in permanent observé depuis le 1er janvier dernier sur l'esplanade du siège de la daïra, plusieurs centaines de personnes, notamment des élèves et des étudiants, ont battu le pavé à travers les artères principales de la ville pour réitérer, eux aussi, leur “unique revendication” qui consiste en l'”arrêt des forages” et l'”annonce publique par le gouvernement d'un moratoire sur l'exploitation du gaz de schiste à travers tout le pays”, a-t-on appris de sources concordantes.

Une contestation protée aussi par les femmes
Selon nos sources, en début d'après-midi, plusieurs véhicules ont été mobilisés pour transporter des manifestants au bassin d'Ahnet, à une trentaine de kilomètres de la ville, où ils devraient organiser un rassemblement pour “contraindre les exploitants à mettre à l'arrêt les appareils de forage”. Quoique des actions similaires avaient eu lieu la semaine dernière, la nouveauté cette fois c'est “la présence de femmes parmi les citoyens qui ont fait le déplacement”. “Une dizaine de fourgons ont été remplis de femmes avant de prendre la direction de Gor Mahmoud (lieu des forages) où elles manifestent, à côté de leurs frères actuellement”, soulignent nos sources”.

Lire l'article de Yacine Omar sur Algerie-Focus

Gaz de schiste : l'Algérie poursuivra les forages exploratoires

Romandie le 08/02/15

Alger - Le groupe pétrolier algérien Sonatrach poursuivra ses forages exploratoires de gaz de schiste par fracturation hydraulique dans le Sahara, en débit de l'hostilité grandissante des populations vivant près des gisements, a indiqué dimanche son PDG Said Sahnoun.

La Sonatrach ne va pas interrompre les forages d'exploration de gaz de schiste à In Salah, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Alger.
L'Algérie compte investir massivement dans le gaz de schiste afin d'augmenter sa production et faire face à la hausse de sa consommation intérieure, selon M. Sahnoun.

La consommation interne devrait atteindre 35 milliards de m3 de gaz en 2015 et 50 milliards de m3 en 2025, a-t-il ajouté.
L'Algérie, qui tire la majeure partie de ses revenus des exportations d'hydrocarbures, produit actuellement quelque 80 milliards de m3 de gaz par an.

Depuis que le groupe public a annoncé fin décembre avoir effectué avec succès son premier forage pilote dans la région d'In Salah, les manifestations anti-gaz de schiste se sont multipliées dans les villes du Sahara algérien.

M. Sahnoun a précisé que son groupe allait terminer dans quelques jours un deuxième puits d'exploration à Ahnet, près du premier forage déjà réalisé dans la région d'In Salah.
Nous allons ensuite démonter les installations qui seront transportées vers un autre site d'exploration, a-t-il ajouté, sans autre précision.

M. Sahnoun a assuré que ces forages visaient uniquement à évaluer les ressources présentes dans le sous-sol du Sahara algérien. La Sonatrach ne fera rien qui puisse être nuisible à l'environnement, a-t-il assuré.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika avait affirmé fin janvier que les forages pilotes seraient achevés à brève échéance mais que l'exploitation proprement dite n'était pas encore à l'ordre du jour.

A la question de savoir si la Sonatrach coopérait avec le géant pétrolier français Total dans l'exploration du gaz de schiste, comme rapporté récemment par des médias, M. Sahnoun a répondu : Total n'a jamais été impliqué dans l'exploration du gaz de schiste en Algérie.
Nos partenaires sont Anadarko (USA), ENI (Italie), Shell (Anglo-néerlandais), BP (GB) et Talisman (Canada), a-t-il précisé.

Selon des études internationales, l'Algérie possède les quatrièmes réserves mondiales récupérables de gaz de schiste, après les Etats-Unis, la Chine et l'Argentine.

Lire la suite de l'article sur Romandie

Le mouvement antigaz de schiste aux députés d'In-Salah “Vous avez une responsabilité historique”

Lierté-Algerie le 07-02-15

La délégation composée d'une trentaine de députés (FLN, RND) s'est fait remettre par le comité des 22 animateurs du mouvement deux lettres destinées au président Bouteflika et au président de l'APN.
Le mouvement de protestation antigaz de schiste se poursuit toujours à In-Salah. Les tentatives de désamorcer la situation aussi.

La dernière tentative en date est à mettre à l'actif de la délégation parlementaire qui a séjourné, mercredi et jeudi derniers, à l'unique hôtel (étatique) de la ville d'In-Salah, le Tidikelt. Composée d'une trentaine de députés, essentiellement des partis majoritaires FLN et RND, cette délégation, menée par le vice-président de l'APN, Djamel Bouras (député FLN représentant la communauté algérienne dans la région parisienne, en France), est l'une des rares parties à avoir été reçue par les représentants de la société civile (la vraie) de cette ville du Sud en ébullition depuis le début de l'année. Cela a été rendu possible grâce, notamment, à la médiation du député RND de la région, Mohamed Baba Ali, qui reste l'un des rares représentants du peuple à avoir été adopté par les militants antigaz de schiste, pour avoir soutenu leur cause.

Après de longues heures d'échanges avec le chef de la délégation, M. Bouras, qui leur a promis de transmettre leur message au président de la République, et les membres du collectif citoyen, le “groupe des 22”, lui ont remis deux lettres (dont nous détenons des copies) ; l'une adressée au chef de l'État et l'autre au Parlement.

Dans la première, destinée au président Abdelaziz Bouteflika, il était question de réitérer, en des termes plus clairs, leur seule et unique revendication de fermer le puits, ou les puits déjà forés à In-Salah, ainsi que d'empêcher la fracturation hydraulique dans de nouveaux puits. “Tout en vous souhaitant un prompt rétablissement et une meilleure santé, nous vous remercions d'avoir dépêché la commission économique parlementaire, présidée par le vice-président de l'APN, qui nous a écoutés attentivement et pris acte de nos préoccupations : notre unique et importante revendication est d'empêcher la fracturation hydraulique prévue dans le deuxième et dernier puits de ce projet expérimental de gaz de schiste, ainsi que le nettoyage et la désinfection des lieux. M. le Président, nous vous sollicitons pour prendre des mesures fermes pour que vos décisions prônant l'arrêt de ce projet, prises lors du Conseil des ministres, soient appliquées à la lettre (…) Nous vous demandons de geler ce projet et d'ouvrir un débat national (…).”

C'est, en gros, le message essentiel comporté dans la lettre du “groupe des 22” adressée au chef de l'État. Aux élus, les membres du collectif citoyen ont été moins cléments en portant aux représentants des deux Chambres (APN et Sénat) “la responsabilité historique” d'avoir voté la loi de 2013 sur les hydrocarbures qui a balisé le terrain pour le lancement de ce projet de gaz de schiste. “Nous portons la responsabilité historique aux représentants des deux Chambres parlementaires ayant voté la loi sur les hydrocarbures, sans prendre en compte ni l'avis des experts encore moins celui des citoyens.

Sans cette loi, ce mouvement de protestation, qui pénalise toute notre région, n'aurait jamais existé. Aujourd'hui, vous êtes tenus de prendre une position digne, et qui doit découler de votre amour pour ce pays et son peuple”, lit-on dans la lettre adressée aux parlementaires. Le message est fort.

Certains députés semblent l'avoir déjà assimilé en avouant qu'ils n'étaient pas maîtres de leur décision à l'occasion du vote de la loi sur les hydrocarbures en 2013. (Lire encadré). Pour les prendre à témoins et les sensibiliser davantage sur les dangers que représente l'exploitation du gaz de schiste, le “groupe des 22”, en collaboration avec les autorités locale, a organisé, dans la matinée de jeudi dernier, une visite sur le site d'exploration du gaz de schiste pour l'ensemble des parlementaires présents à In-Salah. Ceci, tout comme ils n'ont pas hésité à faire venir M. Bouras à la place de la Résistance où il a été hué par la foule de citoyens pour qui seule la décision d'arrêter les forages compte.

À signaler, par ailleurs, que des heurts ont été enregistrés, dans l'après-midi d'hier, sur le site d'exploitation, entre les éléments de la brigade antiémeute de la Gendarmerie nationale et des manifestants ayant tenté d'y installer une tente. Cet incident, sans dégâts majeurs à déplorer, se produit pour la première fois depuis l'enclenchement du mouvement citoyen à In-Salah.

Lire la suite de l'article sur Liberté-Algérie

In Salah : Les manifestants anti-gaz de schiste chassent le vice-président de l'APN et se rendent sur le lieu des forages

Algerie-Focus le 05-02-15

Le mouvement citoyen d'opposition au gaz de schiste d'In Salah se corse. Au lendemain de l'audience accordée en début de soirée d'hier par quelques-uns de leurs représentants à la délégation parlementaire dépêchés sur place, les manifestants ont empêché ce jeudi 5 février 2015 le vice-président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Djamel Bouras de terminer son discours et l'ont chassé de la “Place de la résistance”.

“En s'adressant à la foule du haut de la tribune placée sur la “Place de la résistance”, le chef de la délégation parlementaire tentait d'assurer les manifestants que leurs craintes seront transmises au président de l'APN. Mécontents et prenant ces déclarations pour une énièmre insulte à leur encontre, les manifestants se sont mis à scander ‘Nous résistons, nous résistons” avant de lui lancer “dégage, dégage”. Il a dû suspendre son discours et quitter les lieux”, apprend-on de sources locales.

Juste après cette scène humiliante pour le vice-président de l'APN, plusieurs milliers de manifestants se sont dirigés en début d'après-midi vers Gor Mahmou, à une trentaine de kilomètres de la ville, lieu du projet “expérimental” d'exploitation de ce gaz non-conventionnel, pour contraindre les exploitants à arrêter toutes les machines et équipements de forage. “Environ 5000 citoyens sont en route vers les puits pour y manifester et exiger l'arrêt des forages”, apprend-on d' un activiste anti-gaz de schiste, joint vers ce matin. -

Plusieurs sources concordantes affirment ainsi que “les manifestants sont las de recevoir et de dialoguer avec des responsables et des délégations qui répètent le même discours mensonger.” “Ils tentent tous de nous convaincre qu'on n'est pas encore en phase d'exploitation, qu'on est en période d'essais et que cela ne constituerait aucun danger sur l'environnement et la santé des populations. Mais des faits avérés contredisent tout cela. Nous sommes convaincus que le pouvoir n'est pas près de renoncer à son projet d'exploiter ce poison et qu'il tente de gagner du temps misant sur l'essoufflement du mouvement. Par nos déplacements au lieu des forages, nous lui signifions que notre revendication reste toujours la même et que nous sommes déterminés à poursuivre les manifestations jusqu'à l'arrêt définitif du projet et le renoncement officiel à l'exploitation du gaz de schiste en Algérie“, soutient-on.

Le déplacement qu'effectuent les manifestants aujourd'hui aux bases d'exploitation de Gor Mahmou est le troisième du genre. Hier et avant hier, des centaines de citoyens récalcitrants au dialogue “stérile” avec les autorités, y ont manifesté pacifiquement et de manière très organisée et ont contraint les exploitants à suspendre “momentanément” les forages. Un dispositif des forces anti-émeutes y a été déployé, mais les citoyens d'In Salah ne lui ont donné aucun “prétexte” pour intervenir. “Pas le moindre incident, Dieu merci, n'y a été signalé”, se réjouit-on encore. - See more at :

Lire la suite de l'article de Yacine Omar sur Algérie-Focus

Gaz de schiste : Un comité « no fracking » pour In Salah

El Watan le 04-02-15

In Salah, qui entame son second mois de manifestation, vient de recevoir une nouvelle. Bonne ou mauvaise, on le saura dans les jours à venir, car elle concerne l'implication officielle de techniciens issus de la société civile dans le contrôle des forages des puits de gaz de schiste de Dar Lahmar. Les protestataires parlent « d'un pas en avant » qui pourrait mener vers « un dénouement heureux de la protestation ».

L'information est évidemment confirmée, mais est à prendre avec des pincettes tout de même, vu les rebondissements de ce feuilleton in salhi et surtout la poursuite des travaux sur le terrain.Des travaux confirmés par des personnes qui travaillent autour de la foreuse et l'arrivée successive depuis trois jours de convois de camions et rétrochargeurs transportant de lourds équipements de forage, dont certains ont suscité de la suspicion, si bien que la population s'est rapprochée des convoyeurs pour demander des explications.

Les pouvoirs publics multiplient les délégations. Après avoir entendu les 22 médiateurs campant sur la revendication de l'arrêt total des forages et un moratoire sur le gaz de schiste, un comité de 30 délégués a été constitué, jeudi dernier, et attend le feu vert pour se déplacer à Alger.

Mais la confusion qui entoure la médiation de Mohamed Baba Ali et Abbas Bouamama, respectivement député de Tamanrasset et sénateur d'Illizi, persiste, notamment après l'annonce, hier à Sahat Somoud, du refus d'envoyer des émissaires d'In Salah à Alger. Autre commission, technique cette fois-ci et en coordination avec le chef de daïra d'In Salah, qui a été destinataire d'une liste de 16 noms d'ingénieurs pétroliers et techniciens de forage.

Un nouveau comité chargé spécialement de s'assurer quotidiennement que la fracturation hydraulique, décriée par la population d'In Salah, n'aura pas lieu au niveau du second puits de gaz de schiste arrivé à sa phase finale de forage. Il s'agit, rappelons-le, d'un des deux puits horizontaux d'exploration lancés dans ce site où était également prévu un puits vertical d'écho.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

35 jours de contestation à In Salah et ...des photos accablantes !

Les habitants de In Salah entament leur 35e jour de contestation. Les sit-in et manifestations se poursuivent.

Huff Post Maghreb le 04-02-15

Depuis le dernier conseil des ministres, les pouvoirs publics semblent croire que la promotion de quelques daïras au rang de wilayas déléguées est susceptible de ramener l'apaisement et de faire revenir les protestataires du Sud sur leur principale revendication.

Ces derniers, qui ont refusé de rencontrer ce matin la délégation des 36 députés arrivés d'Alger, ne comptent pas lever les camps de la place Al Soumoud. Ils ne veulent rien d'autre que l'arrêt des forages et des explorations. "Nous réclamons notre droit à la vie", disent-ils sur toutes leurs pages sur le Net.

Mettant l'accent sur la nocivité des fracturations hydrauliques, ils ont publié les photos de ce qu'ils appellent " une pollution avérée de l'eau".

Une certitude que semble avoir aussi le géologue Abdelkader Saadallah. Expert installé à son propre compte en Norvège, M. Saadallah explique que "l'eau de la fracturation hydraulique pour produire du Gaz de Schiste doit être recyclée".

Chose que martèlent les autorités, notamment le ministre de l'Energie Mr Youcef Yousfi dès le début de la contestation pour rassurer les protestataires de In Salah.

Dans la pratique, explique M. Saddalah, "il est question de quantités allant de 10 à 20 millions de litres par puits".
Le recyclage d'une telle quantité d'eau, souligne l'expert, nécessite selon lui, de "la stocker, la traiter et de nouveau la réutiliser. C'est-à-dire avoir des bacs de stockage de la taille de 40 à 80 appartements de 100 mètre-carrés chacun ! Cela se verrait et de loin !

Pour une courte durée de temps car le puits, qui est supposé produire pour une courte période un tel investissement, souligne-t-il, serait une "aberration sur le plan économique", car "ajoutant encore un surcoût énorme à une aventure déjà déficitaire pour l'Algérie".
Une situation, qui selon M. Saadallah, prouve une fois de plus l'opacité "de cette aventure de gaz de Schiste depuis son début et ce, malgré la protestation grandissante et gagnant d'autres régions du pays en plus du front initial d'In Salah".

Abordant les clichés qui circulent sur les réseaux sociaux faits sur les chantiers des puits de l'Ahnet, il dira que "les photos parlent d'elles-mêmes !"

Il relèvera que parmi les "déchets à même le sol on voit des produits toxiques pour la nappe d'eau la plus superficielle qui a alimenté pendant des siècles les foggaras et puits traditionnels".
Il souligne, dans ce sillage, que l'on "peut lire clairement les avertissements sur un des emballages : "…Prevent further leakage or spillage. Keep out of waterways…", soit en français : "Eviter en plus des fuites ou des écoulements. Tenir loin de tout cours d'eau !"

Lire la suite de l'article de Mari Sammane sur Huff Post Maghreb

In Salah : Des manifestants encerclent le champ de gaz de schiste pendant quelques heures, en chantant !!!

El Watan le 03-02-15

Les opposants au gaz de schiste s'impatientent à In Salah. Ils ont tenté ce mardi de vérifier par eux-mêmes si la phase de fracturation hydraulique a commencé ou pas au niveau du site de Dar Lahmar, à une trentaine de kilomètres au nord de la ville.

Le mouvement populaire de protestations d'In Salah attendait depuis hier la validation de la liste de la commission de suivi de la non fracturation par les autorités, représentées par Moulay Abdelkader, le chef de daïra. La décision n'ayant pas été rendue publique, quelque 260 jeunes de la ville se sont rendus au fameux puit pilote, AHT1 H1, à une trentaine de kilomètres de la ville ou ils sont restés des heures durant observer les opérations en cours. Les jeunes ont pris des vidéos et des photos du puit, interrogeant les foreurs de l'ENTP sui auraient déclaré « n'avoir reçu aucun ordre de cesser les travaux de forage au niveau du champs ».

Selon des témoignages concordants, les manifestants ont été rattrapés par le chef de daïra, fou furieux de les voir sur les lieux entrain d'arrêter les groupes électrogènes servant à alimenter le site. Accompagné par des éléments de la gendarmerie, ce dernier les a sommés de quitter le champ au risque de se voir arrêter.

Les manifestants sont rentres au crépuscule à Sahat Somoud pour raconter leur périple à Dar Lahmar. Mohamed Azzaoui, membre du groupe des 22 a affirmé en plénière que « les tergiversations des autorités qui atermoient les prises de décisions claires et concrètes font que les plus jeunes sortent de leurs gonds après autant de patience ».

Il a par ailleurs exhorté les autorités à faire preuve de responsabilité et « permettre l'application à la lettre des directives du Président de la République concernant l'arrêt des travaux à la phase d'exploration que nous interprétons comme étant un refus de la fracturation pour l'heure ».

Les jeunes eux, ont en tout cas promis, en chantant, de revenir le lendemain si jamais la décision d'arrêter les travaux n'arrivait pas. Rappelons enfin, que le site pétrolier de Dar Lahmar fait partie du Bassin de l'Ahnet, et qu'il compte pour le moment deux puits horizontaux d'exploration lancés dans ce site ou était également prévu un puits vertical d'écho.

Les anti-schiste en sit-in permanent à Ouargla
Pendant ce temps, les anti-schistes de Ouargla tiennent depuis deux jours un sit-in permanent à la place de la Rose de sable baptisée Sahat Echaab. Un exposé du Pr Segni Laadjal, enseignant à l'université de Ouargla est présenté en soirée pour donner un récapitulatif sur les résultats des dernières études concernant les dangers du gaz de schiste.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste - Journée de colère au Sud

El Watan le 01-02-15

Pari tenu pour le mouvement anti-gaz de schiste qui a mobilisé plusieurs manifestants à Metlili, Ouargla, Tamanrasset, Bordj Omar Driss alors qu'une marche aussi grandiose qu'émouvante a eu lieu à In Salah.

Alors que de nouveaux pourparlers sont prévus au courant de la semaine prochaine entre une délégation d'habitants d'In Salah et un représentant du président de la République à Alger, la commémoration du déclenchement des protestations anti-gaz de schiste d'In Salah, le 31 décembre 2014, a fait tache d'huile à travers plusieurs villes du pays et en France, où des rassemblements ont été organisés hier par des activistes convaincus, dont le message commun est l'appel à un moratoire sur le gaz de schiste.

Des centaines d'hommes et de femmes se sont joints à la grande marche d'In Salah où des citoyens d'Adrar, Laghouat, El Bayadh, Djelfa et Tamanrasset sont venus exprimer leur soutien à la population lors d'une journée de colère. Les organisateurs donnent plus de 8000 participants à « Youm el ghadab ». « Arrêtez de nous donner des leçons, ce peuple est conscient, il sait que le danger le guette et il n'a rien fait de répressible.

.......

A Ghardaïa, Metlili, Ouargla, des rassemblements se sont déroulés au centre-ville où la foule a salué la résistance d'In Salah en exprimant une implication plus chaude et plus concernée.

Le rassemblement de Ouargla s'est voulu plus technique, plus réglementaire, insistant sur les déclarations contradictoires des autorités « qui viennent de reconnaître que des puits de gaz de schiste sont forés depuis 2012, que la fracturation hydraulique est d'usage depuis plus de dix ans et que des forages de Tight Gas, un gaz résiduel emprisonné dans des poches de roches non poreuses ou de sables agglomérés nécessitant des technologies similaires au gaz de schiste sont effectués par Total dans l'Ahnet et le Touat ».

Le collectif populaire anti-gaz de schiste n'en revient toujours pas de « la quantité d'informations secrètes ou cachées subitement divulguées depuis le déclenchement des protestations d'In Salah il y a un mois ». Rien que pour cela, merci In Salah, souligne Nadir Bouhetta intervenant sur « le mensonge d'Etat et les tergiversations des membres du gouvernement qui, toute honte bue, ne démissionnent pas et se permettent de nous qualifier de traîtres et antinationalistes ». Les différents collectifs en appellent à la vigilance populaire et à la mobilisation non-stop afin d'organiser une protestation de longue haleine.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

In Salah : La population intercepte un convoi destiné à la fracturation hydraulique

El Watan le 30-01-15

Alors que de nouveaux pourparlers sont prévus au courant de la semaine prochaine entre une délégation d'habitants d'In Salah et un représentant du Président de la République à Alger, une dizaine de jeunes de la ville auraient mis au jour, vendredi, vers 17h, l'arrivée d'équipements destinés à la fracturation hydraulique au niveau du puits de gaz de schiste TP214 à Dar Lahmar, à quelque 28 Km d'In Salah.

Selon nos informations, le convoi de camions banalisés, ne portait pas le sigle de la multinationale chargée de la fracturation hydraulique, seconde étape du 2eme forage prévu dans la région. Un des chauffeurs ayant été sommé de s'arrêter a affirmé que les camions appartenaient bien à Halliburton, qu'ils venaient d'Aqebli située à 140 Km d'In Salah, territorialement dépendante de la wilaya d'Adrar et qu'ils se rendaient à In Salah.

En fait, comme le convoi empruntait l'évitement des poids lourds et se dirigeait vers le site des puits de gaz de schiste, les jeunes n'ont pas trop cru à la version du chauffeur et lui ont demandé de prendre la route de la base de vie de Halliburton, située elle à 9 km d'In Salah. Les jeunes, qui ont suivi le camion jusqu'à destination ont été reçu par le responsable de la base qui leur a répondu « khatina taksir hydrauliki » « nous ne sommes pas concernés par la fracturation hydraulique ».

A In Salah, ou le rituel du vendredi vient d'être achevé à la place Somoud, l'information a fait le tour de la ville en quelques minutes. Les représentants de la société civile dénoncent une nouvelle entourloupe, ils appellent la population à plus de vigilance et convient les protestataires à un meeting demain matin pour prendre les décisions qui s'imposent apprend-on auprès du comité.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Manifestations dans plusieurs villes demain

El Watan le 30-01-15

Plusieurs manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste sont prévues demain dans différentes régions du pays. Ouargla, El Bayadh, Adrar, Guelma, Oum El Bouaghi, Alger, Ghardaïa, Tamanrasset et Illizi, s'y préparent, au moment où le mouvement d'In Salah connaît des fractures par rapport à la position à prendre concernant les déclarations du président de la République.

« A In Salah, certains se disent favorables aux décisions prises par le chef de l'Etat, pendant que d'autres campent sur leur position d'arrêt définitif du projet, avoue Djenani, protestataire de Tamanrasset. A Tamanrasset, nous sortirons pour dire non à l'exploitation du gaz de schiste en Algérie. » A Metlili, au sud de Ghardaïa, les habitants restent mobilisés. « Nous ne changerons pas de position.

Nous restons solidaires contre le projet. Leurs décisions ne sont que poudre aux yeux », affirme Hamdane Abdessalam, chômeur, qui précise que le rassemblement aura lieu à 9h sur la place du Moudjahid, au centre-ville. Même état d'esprit du côté de Labiodh Sidi Cheikh, au sud d'El Bayadh, où les habitants ont manifesté, mardi dernier, contre les braconniers du Golfe, même si Mohamed Boudiaf Boucif avoue que la mobilisation s'affaiblit : « L'Etat a découragé beaucoup de gens avec sa propagande, ses relais médiatiques et politiques. »

A Guelma, le sit-in est prévu à 10h devant la stèle du 8 Mai 1945. Même topo à Alger : Ahmed Rezzak, scénographe, acteur et l'un des organisateurs de la manifestation, alerte l'opinion sur les conséquences que peuvent engendrer la persévérance du gouvernement. « Il n'y que le décret présidentiel affirmant l'arrêt du projet qui pourra nous donner satisfaction. Le projet du gaz de schiste cache un autre projet. Si le gouvernement persiste, cela nous mènera à la soudanisation de l'Algérie », regrette-t-il.

Le représentant d'Adrar, Mohamed Gasmi, tente d'expliquer la situation actuelle à In Salah : « La fracturation a commencé depuis plusieurs jours. L'Etat a su deviser les rangs. Nous allons sortir samedi et nous discuteront prochainement avec les habitants d'In Salah pour discuter de la suite à donner au mouvement, que nous souhaitons rassembleur et national. » Pendant que des willayas continuent à manifester leur solidarité, l'Etat persiste et In Salah résiste.

Pour expliquer dans le détail la situation actuelle, le RCD organisera, aujourd'hui, une conférence sur la chute du prix du pétrole et le gaz de schiste ; elle sera animée par l'universitaire Madjid Yousfi à 14h, au siège régional d'Alger du parti. Pour sa part, le Collectif contre le gaz du schiste en Algérie organisera aussi une manifestation demain à Paris.

Lire la suite de l'article de Meziane Abane sur El Watam

In Salah encore plus opposée au gaz de schiste

El Watan le 29-01-15

In Salah campe sur son opposition au gaz de schiste.
L'intimidation, la banalisation, le pourrissement n'ont en rien entamé la volonté de faire entendre la voix de la population aux plus hautes instances du pays.

Le général Hamel, qui a semble t-il honoré la première partie de son engagement, à savoir faire parvenir l'unique revendication au président Bouteflika, n'est pas revenu, comme promis, avec la réponse « positive » attendue. Cette réponse n'a pas été annoncée directement par le Président mais via un communiqué officiel faisant suite au Conseil ministériel restreint, tenu au moment où l'équipe nationale jouait sa place en quarts de finale de la CAN.

Sur le contenu qui a relégué les protestations anti-gaz de schiste au second plan après les projets de développement et la promulgation de nouvelles wilayas, les protestataires ont compris leur déconvenue. _ Eux qui attendaient depuis un mois que le Président tranche. Ni la promotion de cette daïra enfouie dans les sables ocres du désert en wilaya ni les promesses d'un développement local ciblé à l'avenir et encore moins l'exhortation du président de la République aux instances gouvernementales de « mieux communiquer » sur la question du gaz de schiste à l'avenir n'apaisent les esprits.

Le mouvement citoyen a donc tranché, lui aussi. Il s'en tient à sa « détermination à faire stopper toutes les opérations liées au gaz de schiste, allant du simple forage horizontal ou vertical au recours à la fracturation hydraulique ». La réponse a été donnée mardi soir, dans une marche nocturne scandant « La wilaya, la tanmiya, In Salah hiya dahia » (ni wilaya, ni développement, In Salah est la victime). In Salah a donc tranché ; la protestation continue de plus belle. De nouvelles manifestations sont prévues aujourd'hui, notamment à Ouargla où des étudiants ont manifesté mercredi devant le pole 2 de l'université.

A In Salah, berceau de la protestation anti-gaz de schiste, après la douche froide, l'heure est à la concertation. La colère est perceptible. Fracture ? « Le communiqué parle d'un arrêt de l'exploration après la finalisation du deuxième puits. Ils veulent à tout prix achever la fracturation hydraulique en usant de produits chimiques que nous dénonçons ! Bouteflika ne nous a donc pas compris ? » témoigne un activiste.

............

L'avenir de cette protestation ? Les perspectives de ce mouvement si le gouvernement franchit le pas de la seconde fracturation ?
« Nous savons que Bouteflika commet une grosse faute avec cette décision. On ne traite même pas un enfant de la sorte. On arrête un moment pour expliquer et voir la réaction, alors s'ils continuent sur leur lancée, on considèrera que c'est de la hogra. Le choix même d'In Salah comme zone expérimentale est perçu en tant que tel. »
Les gens de la région ont l'impression de vivre leur 5 Octobre. « Nous emprisonner ? In Salah est une prison à ciel ouvert, c'est un grand village dépourvu de tout ! Des droits confisqués. Maintenant, c'est le droit à la vie qu'on veut nous confisquer ! »

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Déception et colère à In Salah

El Watan le 27-01-15

Le mouvement anti-gaz de schiste n'a que sa mobilisation franche et déterminée face aux autorités, résolument tout aussi déterminées à en finir avec la protestation entamée le 31 décembre 2014 par un groupe de jeunes universitaires de la ville d'In Salah.

Au lendemain de la dissolution du comité des 22 délégués, la population s'est retrouvée devant le fait accompli : une contestation sans leader. Continuer ou baisser les bras, alors que le wali a demandé la désignation de nouveaux porte-parole et annoncé que les autorités ne reculeraient pas devant la protestation qui devra, selon lui, s'apaiser et réviser sa position envers les engagements du Premier ministre.

Hier, une nouvelle marche a été organisée à travers la ville pour signifier aux autorités locales, notamment le wali, que le mouvement ne s'essouffle pas malgré la volonté exprimée et mise en pratique par le chef de daïra d'In Salah et le wali de Tamanrasset. La manifestation a entraîné élèves et professeurs du CFPA et du technicum pour revenir ensuite à « sahat Somoud wal wihda », une place qui symbolise désormais la résistance et l'unité de la société civile d'In Salah au gaz de schiste. Infiltration, pressions et autres intimidations n'ont pas manqué de devenir plus directes, plus personnalisées.

Le wali ordonne la reprise de l'activité dans les administrations

Lire la suite de l'article sur El Watam

Contestation anti-gaz de schiste : Une journée avec les "Indignés " d'In Salah

Maghreb Emergent le 25-01-15

Ce reportage de Nejma Rondeleux du Huffington Post Algérie décrit heure après heure le sit-in tenu par les habitants d'In Salah depuis près d'un mois pour protester contre l'exploitation du gaz de schiste dans la région.

Ils campent là depuis 24 jours. Hommes et femmes, jeunes, vieux et enfants, tous ceux qui s'opposent au gaz de schiste se retrouvent, à un moment ou un autre, sur cette place du centre-ville d'In Salah, rebaptisée Sahat Essoumoud (Place de la Résistance), le jour où les protestataires y ont élu domicile. Depuis le 1er janvier, elle est devenue le cœur de cette ville de 50.000 habitants, distante de 1.200 km d'Alger. Et le symbole d'une contestation citoyenne unique en Algérie.

Lire la suite de l'article sur Maghreb Emergent

Des manifestants tentent de fermer la route menant aux forages

El Watan le 24-01-15

Une quarantaine de manifestants anti gaz de schiste a tenté lundi, en début d'après midi, la route menant au site des forages exploratoires a une trentaine de kilomètres au sud de In Salah, au lieux dit Gour Mahmoud.

Les deux puits tests, Aht1 et Aht2, contestés par la population locale, sont localisés à quelques kilomètres de la route nationale N°1, la route de l'unité africaine, vers Tamanarasset.

Le premier puits est déjà réalisé, alors que le deuxième est en phase de forage verticale. L'ENTP, filiale de Sonatrach, est l'entreprise chargée de la réalisation.

La multinationale spécialiséee dans les services pétroliers, dont la fracturation hydraulique est également sur site. Situé au nord du bassin de l'Ahnet, les forages sont sous la protection de l'armée.

Cette action coïncide avec la visite du wali de Tamanrasset, dont les pourparlers menés hier avec le groupe des 22, le collectif de la société civile, ont butté sur l'intransigeance des manifestants anti fracking, qui exigent, entre autres, l'arrêt immédiat des forages, la sécurisation et nettoiement des sites et une annonce solennelle et officielle de l'abandon de l'option des gaz non conventionnels.

Lire la suite de l'article de Mohand Aziri sur El Watam

« Fracturation » dans les rangs du collectif anti-gaz de schiste

El Watan le 24-01-15

Dissension en vue dans les rangs du collectif anti-gaz de schiste. A In Salah, l'heure est décidément à la fracturation. Et pas seulement hydraulique. Pour couper l'herbe sous les pieds des « radicaux » et éviter d'éventuels « dérives » et « embrasement » « , le collectif antigaz de schiste –une partie du moins- fait montre de sa disponibilité à plier le camps si des « garanties »sont données quant au non recours à la fracturation hydraulique , à la fermeture -après sécurisation et nettoiement- des sites.

A peine 48 heures après la sortie de du premier ministre Abdelmalek Sellal(portant poursuite des forages exploratoires en cours et assurance quant à la non exploitation immédiate du gaz de schiste) qualifiée par ce même collectif de « provocante », le ton change et les revirements se font jour.

Hier matin, la placette de la Daira de In Salah, débaptisée « sahat Essoumoud » (place de la résistance) s'est partiellement vidé de ses pensionnaires. L'ambiance en ce vendredi était résolument à la démobilisation. Les agents de police ont réoccupé le siège de la circonscription après une éclipse de trois semaines.

Assis à même le sol, Abdelkader Bouhafs, un des leaders du mouvement tentaient de d'expliquer la vingtaine d'irréductibles la décision du gouvernement Sellal portant cessation des forages et du temps que celle-ci prendra pour devenir effective.

La veille, le conclave du « groupe des 22 » délégués du mouvement était partagé sur les actions à entreprendre. Escalade, pas escalade ; poursuite ou arrêt du mouvement, l'unité du Collectif était mise à rude épreuve. Dans leur communiqué n° 4 (rendu public jeudi soir),

les membres du collectif dit de la société civile de In Salah se sont « démarqués de toute escalade ou toute dérive quant au caractère pacifique (du mouvement) et auquel appellent des intrus parmi les manifestants ».

Vendredi, à 11 heures, Abdelkader Bouhafs assure que le « camp sera levé si des garanties sont données quant à la sécurisation des forages, la cimentation des puits et le nettoiement de la zone ». « Nous n'avons pas d'autre revendications, dit-il même pas l'abrogation de la loi (sur les hydrocarbures) ou autre comme prétendu. Nous avons aussi convenu de la mise sur pieds d'une commission mixte de suivi de la fermeture des puits dans laquelle siégeront des membres du collectif. Cette commission devra rendre compte à la population du déroulement de l'opération et ponctuera son travail par un pv ».

Des tractations ont lieu au niveau local,précise-t-il, avec le chef de daira précisément, Moulay Adelkader. « Nous avons demandé des garanties quant au non recours à la fracturation hydraulique pour ce qui est du deuxième forage en cours » à Gour Mahmoud,à 30 km sud de In Salah. Pour ce cadre de la Sonatrach, ingénieur en télécommunication, « Sellal ne s'est pas bien exprimé » mercredi soir lors de l'émission Débat de l'Heure de l'ENTV.

« Je suis certain que la population lèvera le camp s'il y a une annonce claire, de préférence du président, quant au non recours à la fracturation et des garanties quant au suivi des opérations par les délégués de la société civile ».

« On ne va quand même pas s'entêter, ajoute-t-il, alors qu'une décision a été prisé par le gouvernement d'arrêter les forages , de sécuriser et nettoyer les sites. Cela n'aura pas de sens. Nous faisons confiance à l'Etat. C'est mon avis et il n'est pas forcément celui de la population.

A la population, nous devons expliquer que fermer un forage est un processus. Ce n'est pas avec un simple un bouton d'allumage que ça fonctionne ».

Même son de cloche (ou presque) chez Azzaoui Mohamed, membre du collectif. La décision du premier ministre est positive, souligne-t-il mais mal exprimée. « Il y a une mauvaise communication, dit-il. L'installation d'une commission technique de suivi a été décidée jeudi lors d'une rencontre avec le chef de Daira porteur d'éclaircissement des hautes autorités.

Cette commission sera créée pour superviser la fermeture du forage qui nécessité évidemment des opérations préalables. On nous a expliqué aussi que la loi soumet déjà tout forage à l'obtention préalable d'une autorisation expresse du président de l'Apc, autrement dit de la population locale.

On expliquera donc ce soir ou demain à la population que la décision (du gouvernement) est positive et nous attendons une décision officielle de fermeture définitive ».

Lire la suite de l'article de Mohand Aziri sur El Watam

Yousfi défend sa thèse

L'Expression dz le 17-01-15

« C'est votre rôle, vous devez expliquer aux gens que les eaux souterraines de la région ne seront pas touchées », a-t-il dit en s'adressant aux élus.

Youcef Yousfi ne recule pas. L'exploitation du gaz de schiste est presque une obligation pour assurer l'énergie au pays à long terme. Le ministre de l'Energie a exposé tous ses arguments pour défendre cette thèse devant la commission parlementaire des finances.

Lors d'une réunion tenue jeudi dernier à l'APN, le ministre n'a pas laissé l'ombre d'un doute sur la poursuite de cette démarche. « On ne peut pas importer le gaz de l'étranger alors que le Bon Dieu nous a donné des ressources », a soutenu Yousfi tout en assurant que l'exploitation du gaz de schiste n'aura pas de danger sur la santé des citoyens, ni sur l'environnement.

« Je ne comprends pas pourquoi les gens ont attendu le début du forage pour exprimer leurs craintes alors que la loi a été votée en 2013 »,s'est-il demandé en rejetant en bloc les visions développées par certains pseudo experts.

« Ce ne sont que des rumeurs, l'exploitation du gaz de schiste n'a aucun impact sur l'eau ni sur l'environnement », a-t-il plaidé tout en affirmant qu'avant chaque forage, des concertations sont menées entre le gouvernement et les autorités locales pour obtenir l'autorisation. Le ministre a fait savoir qu'avant le forage des études sont élaborées pour connaître la nature du terrain et éviter que la couche des eaux ne soit touchée.

Toujours sur les inquiétudes des gens du Sud, l'hôte des députés pense que la solution est aussi simple : « Ceux qui ont peur n'ont qu'à écouter les experts. » M.Yousfi a sollicité les députés afin de convaincre la population de In Salah « que l'exploitation du gaz de schiste n'a aucun effet néfaste sur la santé ». « C'est votre rôle, vous devez expliquer aux gens que les eaux souterraines de la région ne seront pas touchées », a-t-il dit en s'adressant aux élus. En guise de preuve, Youcef Yousfi a exhibé devant eux un échantillon de la roche d'où est sorti le gaz de schiste. « La même que celle de Hassi Rmel ».

M.Yousfi a expliqué que chaque pays a comme priorité d'assurer son indépendance énergétique à long terme ce qui justifie, selon lui, le recours à l'exploration du gaz de schiste. Sans l'énergie il n'y aura pas de progrès ni de développement de l'industrie, a-t-il appuyé pour convaincre. M.Yousfi a réfuté l'existence de contradictions entre lui et le Premier ministre.

Il n'y a pas de contradiction entre M.Sellal et moi, a-t-il précisé. Par ailleurs et lors de son exposé sur la politique énergétique du pays, le premier responsable du secteur a indiqué que l'Algérie va revoir à la hausse la capacité de production de ses projets en énergies renouvelables en les portant à 25.000 MW au lieu de 12.000 MW arrêtés en 2011

M.Yousfi a fait savoir que son département allait présenter dans les prochaines semaines une actualisation du programme des énergies renouvelables adopté en 2011 par le gouvernement.
La nouvelle mouture va contenir une révision à la hausse des capacités des projets dans le renouvelable en les portant à 24.000 ou 25.000 MW au lieu des 12.000 arrêtés dans le programme de 2011. Le ministre a précisé que l'Algérie est en mesure de mener à terme ce projet d'envergure pour produire d'ici à 2030 plus d'un tiers des besoins du pays en électricité à partir de sources renouvelables.

Selon lui, le groupe Sonelgaz chargé de la mise en oeuvre de ce projet a déjà achevé les études de faisabilité de l'actuel programme de 12.000 MW et a déjà des estimations sur le coût et la rentabilité de ces projets. Il a ajouté que le gouvernement est décidé à diversifier le bouquet énergétique du pays en optant pour l'énergie solaire malgré ses coûts très élevés qui oscillent entre 10 à 12 DA le kilowatt contre 2,5 DA kWh pour l'électricité produite à partir du gaz.

L'actualisation du programme des énergies renouvelables, rappelle le ministre, vient en application des mesures édictées en décembre dernier par le président de la République qui avait chargé le secteur de l'Energie de promouvoir la rationalisation de la consommation interne d'énergie, tout en développant les énergies nouvelles et renouvelables. Dans son Plan national de développement des énergies renouvelables, l'Algérie avait prévu de dédier 10.000 MW supplémentaires à l'exportation sous réserve de satisfaire à trois conditions que sont un partage de financements avec ses futurs partenaires, une ouverture plus conséquente du marché européen de l'électricité et un transfert de la technologie.

Lire la suite de l'article de Nadia BENAKLI sur L'Expression dz

Bouteflika aurait décidé le gel des forages de gaz de schiste

El Watan le 17-01-15

In Salah en liesse, In Salah triomphante. La présidence aurait émis une décision en faveur du gel des forages de gaz de schiste à In Salah.

L'information a été confirmée par Abdelhamid Slimani, membre du comité de coordination de la protestation des habitants d'In Salah qui affirme que « l'arrêt du projet de gaz de schiste a été décidé, le président Bouteflika a tranché en faveur des habitants ».

Notre interlocuteur précise que les détails de cette information seront transmis directement par le général major Abdelghani Hamel, qui reviendra comme promis avant la fin de semaine à In Salah pour l'annonce officielle de cette décision qui met fin à la polémique entretenue depuis trois semaines par les autorités du pays avec des discours tout à fait contradictoires des responsables de Sonatrach, le ministre de l'énergie et le Premier ministre.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Contestation du gaz de Schiste : Le pouvoir désorienté

El Watan le 17-01-15

Les Algériens ne décolèrent pas sur la question de l'exploitation du gaz de schiste. Les manifestations se poursuivent et In Salah devient le cœur battant de la mobilisation contre ce gaz non conventionnel dont l'exploitation risque de priver les générations futures de précieuses ressources en eau.

In Salah met le pouvoir d'Alger devant ses responsabilités et l'accule là où il se croyait seul maître à décider de l'avenir de ce pays. Il s'en trouve d'ailleurs désorienté, ne sait plus quoi répondre.

Après la tentative de Saadani de surfer sur la fibre régionaliste pour calmer les algériens du Sud alors que le FLN a bien voté la loi autorisant le recours au gaz de schiste, ou encore l'invitation de la Présidence au dialogue sans même envoyer un émissaire sur les lieux pour discuter avec la population, ou bien les assurances non convaincantes du ministre de l'Energie et le PDG de Sonatrach sur l'impact minime de la technique de fracturation hydraulique sur l'environnement, c'est au tour du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de trouver une sortie moins directe en choisissant de poster un message, hier, sur sa page facebook disant que « le gouvernement n'a jamais délivré aucune autorisation d'exploitation du gaz de schiste en Algérie ».

Une affirmation en totale contradiction avec l'annonce faite par le Conseil des ministres de mai 2014 autorisant l'exploitation des gaz non conventionnels. La compagnie française Total est opérationnelle depuis fin 2013 en Algérie, dans le bassin de Timimoun, en association avec Sonatrach et la société espagnole Cepsa, ainsi qu'à Ahnet (In Salah) avec Schlumberger, Sonatrach et la turque Partex.

....................

Une ambiguïté qui cache mal un malaise en haut lieu du fait des manifestations quasi quotidiennes à In Salah, qui se sont étendues à d'autres villes du sud du pays. Des populations du Sud qui n'occupent pas la rue pour demander des faveurs mais pensent aux générations futures.

.................

La Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) a salué la mobilisation des habitants du Sud contre l'exploitation du gaz de schiste.

Lire la suite de l'article de Nadjia Bouaricha sur El Watam

Impasse dans le dossier du gaz de schiste : Le Sud en ébullition

El Watan le 15-01-15

L'appel du front populaire anti-gaz de schiste, né de la jonction des différents collectifs de wilaya, a été entendu. Des regroupements ont été organisés toute la semaine pour sensibiliser les populations et raviver leur intérêt à la question de l'heure, celle du gaz de schiste. « Il s'agit pour nous de marquer notre soutien à In Salah, à cette belle mobilisation qui se poursuit et défie Sonatrach », affirme Tahar Belabès qui prend part chaque après-midi aux « rencontres d'échauffement » tenues à Souk Lahdjar, près du ksar de Ouargla.

Le collectif a choisi la place du 27 Février 1962 pour ce nouveau rassemblement et prévoit une mobilisation plus importante que celle de samedi dernier. « Nous avons misé sur un encadrement plus nombreux qui fait du porte-à-porte dans tous les quartiers, nous avons même opté pour le jeudi, un jour de semaine, pour sonder la population », dit Nadir Boukhetta, membre du comité d'organisation. Des chercheurs du cru local sont associés à cette manifestation qui se tiendra simultanément dans chaque ville du sud du pays.

A l'heure où les anti-schiste organisaient une collecte de fonds à l'est du ksar, un groupe de chômeurs bloquait pour la deuxième journée consécutive l'accès à la place du 1er Mai, dans le quartier sud du ksar de Ouargla, réclamant le départ du directeur de l'ANEM. Même son de cloche à Tamanrasset, où l'activité commerciale a repris normalement hier.

Les organisateurs d'une marche, à laquelle ont participé des milliers de personnes, appellent à une participation massive à celle d'aujourd'hui, au moment où la direction de l'éducation a tenu une réunion avec l'ensemble des directeurs d'établissements scolaires pour sensibiliser les élèves et leurs parents contre l'implication des écoliers, collégiens et lycéens, dans ce mouvement de protestation. La réunion s'est tenue au siège de la wilaya en présence du wali et des services de sécurité pour étudier l'évolution préoccupante de la situation, affirme notre correspondant.

...............

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Gaz de Schiste : Appel à des marches dans plusieurs villes du Sud

El Watan le 14-01-15

Le front anti-gaz de schiste s'élargit. Une manifestation d'un million de personnes se prépare dans six wilayas du Sud et du Grand-Sud, dont trois concernées directement par le projet gouvernemental d'extraction du gaz de schiste, prévoyant le forage de 200 puits par an pour produire 20 milliards de mètres cubes de gaz annuellement pour les 20 prochaines années, ainsi que confirmé dimanche par Saïd Sahnoune, PDG par intérim de Sonatrach.

Les déclarations de M. Sahnoune ont eu l'effet d'une bombe auprès des populations du Sud. Au moment où les protestataires d'In Salah dénoncent le fait que les forages sont maintenus à l'heure où la protestation prend de l'ampleur, que les rangs du camp anti-gaz de schiste grossissent, que de nouveaux villages, villes et wilayas se joignent à la protestation, Sonatrach continue à appliquer son programme à Dar Lahmar, non pas à 200 km d'In Salah mais à seulement 28 km de cette ville de 40 000 âmes et à 25 km d'El Barka, dont une habitante s'étonne que l'on dise que « les puits de gaz de schiste sont dans le bassin d'Ahnet, une zone déserte, inhabitée, alors que je vois les sondes de ma fenêtre » !

Pendant qu'une « milyounia » – en fait une série de rassemblements simultanés programmés demain à Ouargla, Tamanrasset, Adrar, Ghardaïa, Laghouat et Biskra – se prépare, In Salah restructure ses rangs. Entre ceux qui ont opté pour la reprise de l'école et ceux qui prônent la paralysie générale, la voix des sages a tranché en faveur de la démocratie, à savoir la souplesse et la libre décision. Sitôt connue, cette règle de conduite a donné lieu à une manifestation des écoliers, hier matin, dans les rues d'In Salah.

La population exige l'arrêt de l'exploitation du puits

Une centaine de véhicules sont arrivés lundi soir de Foggaret Ezzoua (40 km d'In Salah) dont les habitants en avaient assez de manifester seuls chez eux ; ils ont donc dressé leurs tentes sur l'esplanade de la daïra d'In Salah où la foule était plus nombreuse, hier, au sit-in quotidien. Annoncée par Abdelkader Zizah, le médecin de la ville, via les réseaux sociaux, l'information concernant une décision du président Bouteflika d'arrêter les forages a secoué l'assistance pendant une bonne heure.

C'est d'ailleurs pour cette raison que les manifestants ont convoqué un conseil extraordinaire vers 17h, pour informer les autorités du maintien de la protestation jusqu'à l'officialisation d'une éventuelle décision de la Présidence. Entre-temps, la société civile d'In Salah a confié à une délégation de six personnes la mission de rencontrer l'émissaire du président Bouteflika, attendu dans les prochaines heures.

Parmi eux un cardiologue, un médecin généraliste, un financier, un géologue, un chimiste et un spécialiste de l'environnement. Ces délégués sont chargés d'une seule prérogative : convaincre l'envoyé spécial du point de vue de la population, à savoir l'arrêt de l'exploration et le nettoyage du site de Dar Lahmar, en attendant une concertation nationale.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Exploitation Gaz de schiste : Les étudiants disent NON !

El Watan le 14-01-15

Les étudiants de Ouargla et Tamanrasset ont été les premiers à répondre à l'appel des organisateurs de la protestation anti-gaz de schiste d'In Salah. Lancée le 31 janvier, alors que les vacances scolaires et universitaires arrivaient à leur fin, la première manifestation organisée sur la RN1 qui a été coupée à la circulation, comptait une vingtaine d'étudiants de la ville qui ont décidé de prolonger leur séjour parmi les leurs à l'occasion de la manif.

Le surlendemain, alors que les forces de l'ordre avaient procédé à la réouverture de la Transsaharienne, deux bus pleins d'étudiants du centre universitaire de Tamanrasset sont arrivés à In Salah où ils ont organisé une marche au centre-ville avant de se joindre au sit-in devant la daïra. Les étudiants de la région ont activement participé à ce mouvement, certains ont décidé de boycotter la rentrée, d'autres sont repartis vers le nord avec des idées dans la tête.

.................

Mobilisation pour la Milyonia anti-gaz de schiste

A 1600 km de là, les étudiants du centre universitaire de la wilaya de Tamanrasset n'ont pas baissé les bras. Ils interpellent au quotidien les autorités locales sur la question de l'exploitation du gaz de schiste et renouvellent par des marches et des sit-in leur soutien aux manifestations d'In Salah. 2000 personnes, des étudiants pour la plupart, mais aussi quelques enseignants du centre, ont participé la semaine dernière à la première marche entre le centre universitaire et le siège de la wilaya.

Comme à In Salah, les banderoles reprennent les revendications du mouvement, à savoir l'arrêt immédiat du forage à Dar Lahmar, à 28 km d'In Salah. Ces slogans sont clairement opposés à la politique de Sonatrach dans la région « Non au gaz de schiste », « On a peur pour nos enfants », « Basta la marginalisation », « L'Algérie n'est pas à vendre », « quelle honte on vend le Sahara pour des dollars ». Et à 800 km de la capitale, les étudiants de l'université Kasdi Merbah se sont joints au collectif Houmat Al Watan qui chapeaute le mouvement de protestation anti-gaz de schiste à Ouargla et à travers les autres wilayas du Sud.

...................

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Alors que la désobéissance civile s'élargit à presque toutes les activités

Presse.dz le 14-01-15

Abdelmalek Sellal réclamé à In-Salah

Dans cette ville du sud du pays, la contestation est à son comble et les manifestants ne comptent pas baisser les bras tant que les autorités ne répondront pas favorablement à leur principale revendication.

Le soulèvement des habitants du sud du pays contre l'exploitation du gaz de schiste, enclenché depuis le début de l'année et qui a pris de court aussi bien l'opinion nationale que les pouvoirs publics, est encore loin de connaître son épilogue. Mieux, la désobéissance civile s'est généralisée de plus belle, avant-hier et hier à In-Salah, à la suite, notamment, de l'annonce de la venue de l'énigmatique émissaire de la présidence de la République.

Cette information, qui s'est propagée rapidement, comme “une traînée de sable”, dans cette ville désertique, a stimulé en premier les transporteurs par autobus, employés et propriétaires, qui ont décidé du gel de leur activité durant toute la nuit de lundi à mardi.

.............

Quel que soit le responsable qui viendra, l'essentiel, pour nous, est de voir les pouvoirs publics prendre la décision d'arrêter l'exploitation du gaz de schiste, et nous n'avons aucune concession à faire sur ce sujet”, a précisé Mohamed Azzaoui, un des membres du comité citoyen, confirmant la promesse de la Présidence qui ne dévoile toujours pas l'identité de son émissaire, encore moins la date de sa venue. Pendant ce temps, la désobéissance civile se poursuit.

Lire la suite de l'article sur Presse.dz

La Présidence invite les protestataires au dialogue

El Watan le 13-01-15

Après 14 jours de contestation, la Présidence invite les protestataires au dialogue. Reste à désigner le lieu de la rencontre : la capitale ou In Salah.

La présidence de la République a demandé aux protestataires d'In Salah de désigner une délégation de cinq ou six personnes pour rencontrer le représentant personnel du président Bouteflika, à Alger ou à In Salah, apprend-on auprès du comité d'organisation de cette manifestation.
Le dialogue semble renoué avec les plus hautes instances du pays depuis dimanche, pour trouver une solution au problème posé par la population qui boucle son 14e jour de protestation pacifique devant la daïra d'In Salah et à travers les grandes villes du Sud, notamment Tamanrasset.

...........

Tamanrasset paralysée

L'appel à la contestation a été suivi dans toutes les localités de la wilaya de Tamanrasset. Des marches pacifiques et des sit-in imposants y ont été organisés en signe de solidarité avec In Salah. Les protestataires, dont le nombre est sans cesse croissant, ont décidé de hausser le ton en annonçant une « milyonia » du Sud et du Grand-Sud. Cette annonce aurait eu l'effet d'une bombe auprès des gouvernants, qui cherchent des solutions pour renouer le dialogue et la négociation.

A In Salah et Tamanrasset, où l'on adhère massivement à ce mouvement, les commerçants ont tous baissé rideau, hier jusqu'à 18h. Les employés de certaines administrations et établissements publics ont été également sommés de rejoindre la protesta, nous dit-on. « Tout le monde est concerné par cette calamité, pas uniquement les habitants d'In Salah. Nous devons faire preuve de résistance pour que ce projet polluant soit immédiatement arrêté.

Pour ce faire, nous devons tous nous mobiliser, tous doivent assumer leur responsabilité. » Une vaste campagne de sensibilisation est menée via les réseaux sociaux contre l'exploitation des gaz non conventionnels et les conséquences néfastes qui en découleront. La contestation, qui gagne en intensité, s'est étendue aux établissements scolaires ; des écoliers se sont joints aux chœurs de l'indignation.

...............

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Une manifestation anti gaz de schiste samedi prochain à Alger

El Watan le 12-01-15

« Tous les Algériens, là où ils se trouvent, doivent exprimer leur solidarité avec in Salah et le Grand Sud ».

Un appel vient d'être lancé en vue d'organiser un sit-in de protestation à Alger. Le sit-in aura lieu le 17 janvier prochain (samedi) au jardin Khemsti, à proximité de la Grande poste.

« Tous les Algériens, là où ils se trouvent doivent exprimer leur solidarité avec in Salah et le Grand Sud », a estimé Mehdi Bsikri, l'un des initiateurs de cette action. « In Salah milite pour toute l'Algérie », a-t-il ajouté.

Cet appel, diffusé sur les réseaux sociaux, survient après 12 jours de manifestations qui ont gagné plusieurs villes du sud du pays. Toutefois, ce mouvement de protestation n'a pas fait fléchir Sonatrach qui a annoncé, hier samedi, par la voix de son PDG, un programme de forage de 200 puits de gaz de schiste par an.

Lire la suite de l'article de Farouk Djouadi sur El Watam

Sonatrach maintient ses options

El Watan le 12-01-15

Comme le ministre de l'Energie, Sonatrach reste sourde aux appels des citoyens d'In Salah de surseoir à l'exploitation du gaz de schiste.
Lors d'une intervention, hier matin, sur les ondes de la Radio nationale, le PDG par intérim de Sonatrach, Saïd Sahnoune, a indiqué que la compagnie investira 70 milliards de dollars dans le gaz de schiste dans les prochaines années, tout en reconnaissant qu'il y a des « amalgames » sur le sujet.

Il a ainsi affirmé que la compagnie nationale des hydrocarbures investira « 70 milliards de dollars sur 20 ans pour produire 20 milliards de mètres cubes de gaz de schiste par an ». « Ce projet permettra la création de 50 000 emplois. » Et d'ajouter que pour que cette ressource soit rentable, il faudra forer « au moins 200 puits ».

............

A cela, Saïd Sahnoune ajoute la hausse des besoins locaux en énergie, un autre argument mis en avant : « Nous prévoyons pour 2015 une consommation de gaz naturel estimée à 35 milliards de mètres cubes par an. Nous avons atteint un pic historique en janvier de cette année avec une consommation de 100 millions de mètres cubes en une seule journée. »

Lire la suite de l'article de Ali Boukhlef sur El Watam

Algérie:poursuite de la protestation contre l'exploitation du Gaz de schiste, activité commerciale paralysée à Tamanrasset

Maghreb Emergent le 12-01-15

Le mouvement de protestation contre l'exploitation du gaz de schiste dans la région d'In-Salah s'est poursuivi lundi à Tamanrasset, ou l'activité commerciale est quasiment paralysée, a-t-on constaté sur place.

Les employés de la caisse nationale des assurances sociales (CNAS) et de la direction des ressources en eau, ont organisé un sit-in pacifique devant le siège de la wilaya, tandis que le personnel de la commune de Tamanrasset s'est rassemblé devant le siège de l'APC, en signe de protestation contre "l'exploitation du gaz du schiste dans la région".

Une marche pacifique regroupant des étudiants et des lycéens, a également été organisée à travers les artères principales de la ville de Tamanrasset, avant d'aboutir devant le siège de la wilaya où un sit-in pacifique se tient encore.
L'activité commerciale est paralysée au centre-ville, suite à la fermeture des marchés et des locaux commerciaux.

Le mouvement de protestation contre "l'exploitation du gaz de schiste" se poursuit aussi à In-Salah où un sit-in pacifique est toujours maintenu devant le siège de la daïra.

Le ministre de l'Energie, Youcef Yousfi, s'était rendu, jeudi dernier, dans la daïra d'In-Salah pour rencontrer les représentants des protestataires et notables de la région et les avait assurés que "l'exploitation de cette énergie ne comportait aucun danger", appelant les protestataires, par le biais de leurs représentants, à "faire preuve de sagesse et à s'assurer des conséquences de l'exploitation du gaz de schiste".
Les protestataires ont, toutefois, campé sur leur position et décidé de poursuivre leur action de protestation jusqu'à obtenir la "suspension" du projet d'exploitation du gaz de schiste dans la région.

Lire la suite de l'article sur Maghreb Emergent.info

Les opposants décrètent la fermeture des commerces à Tamanrasset

El Watan le 11-01-15

Les opposants aux gaz de schiste décrètent la fermeture des commerces dans toute la wilaya de Tamanrasset à partir de demain lundi, a-t-on appris auprès des protestataires qui ont investi la rue, ce dimanche 11 janvier, à Tamanrasset en signe de solidarité avec les habitants d'In Salah.

Tout en appelant à « la désobéissance civile », les manifestants demandent aux commerçants de toute la wilaya de baisser rideau du matin jusqu'à 18h pour que « tout le monde prenne conscience de ce qu'endurent les habitants de Tidikelt depuis 12 jours de protestation et de résistance contre l'exploitation des gaz non conventionnels dans le Sud. Les commerçants qui ne respectent pas cette note assumeront leur entière responsabilité, » menacent-ils, dans un communiqué distribué lors de la marche à laquelle ont pris part près de 1000 personnes.

Les marcheurs, constitués pour la majorité d'entre eux par des étudiants, collégiens et lycéens, ont parcouru plus de 10 km, scandant des slogans appelant particulièrement à « arrêter l'exploitation du gaz de schiste à In Salah ». Sous l'œil vigilant des services de sécurité mobilisés à cet effet, les protestataires ont organisé un sit-in de moins d'une heure à la place publique Ilamen, au centre-ville, avant d'amorcer leur marche à destination du centre universitaire El hadj Moussa Ag Akhamok en passant par le siège de la wilaya et sillonnant les principales artères de la capitale de l'Ahaggar.

Arborant des pancartes et des banderoles où l'on pouvait lire, entre autres, « Non au génocide », « Nous sommes tous jaloux de notre pays », « non au gaz de schiste », les manifestants ont dénoncé le silence des autorités locales et l'omerta observée par le Président de la République pendant que tout le sud s'embrase. Des slogans hostiles au pouvoir en place ont été également scandés par les contestataires qui ont pointé d'un doigt accusateur les députés de la région, du fait qu'ils ont adopté "aveuglement" ce projet "polluant et destructeur" sans penser à sa dangerosité ou encore à son impact pernicieux sur l'environnement et la santé publique.

Lire la suite de l'article de Ravah Ighil sur El Watam

La protestation contre l'exploitation du gaz de schiste gagne Metlili

El Watan le 10-01-15

Plus de 500 personnes se sont rassemblées, ce samedi matin, sur l'esplanade jouxtant le musée du Moudjahid, en plein centre ville de Metlili, daïra située a 45 Kms au sud du chef lieu de wilaya de Ghardaïa.

Munis de banderoles de hauts parleurs, de micros et de mégaphones, et dans une parfaite organisation, les protestataires ont écoutes des spécialistes en la matière, enfants de la région, qui ont martelés leurs convictions quant au danger potentiel de cette nouvelle technique d'extraction, source, selon eux, de tous les dangers tant pour les humains que pour la vie animale et végétale.

Prenant la parole en 1er, le Docteur Gheziel Med Mouloud, docteur en économie de développement et directeur du laboratoire de recherche en tourisme, de territoire et de société à l'Université Noumérate de Ghardaïa, a mis l'accent sur "les risques patents sur la santé de la population que les pouvoirs publics doivent absolument préserver "ajoutant que "la communication avec les citoyens qui sont en droit de savoir ce qui les préoccupe et qui met la vie de leurs enfants en péril".

Pour le Dr Bouzid Abdelhakim, enseignant- chercheur à l'Université de Ouargla"c'est une grave erreur de persister dans ce type d'extraction que les pays développés, notamment les européens ont rejetés."il ajoute " notre pays gagnerait a exploiter d'autres ressources propres tel le solaire ".

Après avoir écoutes les spécialistes en la matière, les protestataires, répétant tout au long du parcours le slogan "Ya lil Aar, ya lil Aar, ba3ou el Sahra be Dollar ", se sont dirigés vers le cimetière des Martyrs ou ils ont récité la fatiha et entonnés l'hymne national avant de reprendre le chemin vers l'esplanade avant de se disperser dans le calme.

Hamdane Abdeslam, activiste des droits de l'homme, membre de la CNDDC et l'un des organisateurs de cette journée de protestation nous déclare que " c'est n'est pas fini tant que les torches du gisement de gaz de schiste de In Salah ne seront pas éteintes. Nous sommes solidaires avec la population de In Salah et à travers votre journal, nous lançons un appel aux autorités. Si d'ici lundi, celles-ci n'auraient pas été éteintes, nous irons a plus de 4000 jeunes de Metlili et nous nous dirigerons jusqu'aux puits ou nous camperont autant de temps qu'il faudra ".

Véritable ultimatum lancé aux pouvoirs publics qui se doivent d'écouter leur peuple.

Lire la suite de l'article de K.Nazim sur El Watam

La protestation anti-gaz de schiste entame sa 2e semaine

El Watan le 10-01-15

Plusieurs manifestations aujourd'hui à travers le Sud

La mobilisation a atteint son summum, ce week-end, à In Salah, où la population s'est retrouvée durant toute la journée d'hier à la place de la daïra, baptisée, place de la Résistance, depuis que ce grand espace de sable ocre est devenu le symbole de la protestation de la population locale contre l'expérimentation du gaz de schiste à Dar Lahmar, 28 km au nord d'In Salah.

Entre pression et décompression, la journée de jeudi a été riche en rebondissements, houleuse et porteuse d'interrogations sur cette confrontation ouverte, quasiment inédite, entre la population d'une région donnée et le gouvernement à propos de ses choix, de sa politique, de ses projets ayant un impact environnemental qui suscite des appréhensions et des peurs aussi fortement exprimées par les habitants et qui s'y opposent avec force.

Toute la ville attendait sur le qui-vive l'issue de la confrontation directe entre ses 40 délégués et le ministre de l'Energie, arrivé en milieu de journée pour une rencontre, qui s'est soldée, rappelons-le, par une rupture du dialogue, le retrait des représentants de la société civile d'In Salah et le départ quasi instantané de la délégation officielle vers Alger.

Youcef Yousfi, venu présenter une politique énergétique, un programme d'action à l'horizon 2030, a presque accusé la population d'In Salah de freiner le développement futur de l'Algérie en s'opposant à la seule alternative génératrice de revenus et de souveraineté pour le siècle à venir. Plusieurs délégués ont pris la parole, pressant le représentant du gouvernement de se donner un délai de réflexion, d'organiser un débat national, sur la question du gaz de schiste en particulier, et les alternatives énergétiques de l'Algérie en général.

Abdelkader Bouhafs, représentant de l'association Shams In Salah, est revenu sur les risques encourus par les riverains des puits schisteux, évoquant particulièrement la peur qui hante les habitants qui gardent en mémoire les séquelles encore visibles des essais nucléaires français dans le Sahara algérien, le site d'In Eker étant à 100 km à peine de la ville, en plein massif de l'Ahaggar.

Moratoire

« Nous ne sommes pas égoïstes, monsieur le ministre, et encore moins indifférents à l'avenir du pays et des générations futures, nous pourrions l'être, ces ressources sont sous nos pieds, nous n'en profitons pas de toute façon, mais c'est un moratoire que nous vous demandons, comment pouvez-vous être aussi insensible à nos cris de détresse ? » Aucune des deux parties n'est arrivée à convaincre l'autre. La rupture du dialogue a été consommée et en restera là, en attendant sûrement d'autres médiations, peut-être un changement de position du gouvernement, une intervention providentielle du président de la République en personne que les gens d'In Salah espèrent en silence.

Cette absence du président Bouteflika, qu'In Salah pensait sensible à ses souffrances, malgré une politique catastrophique à l'égard des villes éloignées du sud du pays, notamment celles faisant partie du Sud utile, celui qui offre sans compter toutes ses richesses à la communauté nationale. Et voilà qu'une région comme In Salah, qui n'a, somme toute, pas demandé plus qu'un arrêt momentané des forages, un délai de réflexion, un moratoire, un débat national responsable et constructif, soit ainsi traitée.

Mobilisation

La population n'en revient pas. Beaucoup de manifestants espèrent que cette protestation soit suivie d'un effet bénéfique pour tous, les femmes en particulier se sont investies totalement, de la manière la plus complète, en poussant leurs hommes, leurs enfants à résister, à maintenir le pacifisme de cette protestation, à en tirer le meilleur profit.

C'est une image d'une ville entière, une population qui frôle les 55 000 habitants, unie conte le gaz de schiste. Et comme pour souligner encore plus et renforcer cette unité, la prière du vendredi a été unifiée. Elle a eu lieu en plein air à la place de la Résistance, où toute la ville s'est déplacée, laissant un peu de place à des groupes venus d'In Ghar, Iguestene et Tamanrasset.

Une unité confortée par des marques de sympathie et de soutien plus grand chaque jour. Les rangs des protestataires grossissent de jour en jour à In Salah et les villes environnantes. Jeudi soir, Ouargla, Adrar, El Ménéa, Illizi et Metlili annonçaient pour aujourd'hui des manifestations de soutien à la population d'In Salah. Le gaz de schiste cristallise la lutte pour l'émancipation du sud du pays, la mobilisation des citoyens est là pour le dire.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Gaz de schiste : Yousfi n'a pas convaincu In Salah


El Watan le 09-01-15

Hôtel Tidikelt. In Salah. Jeudi 8 février 2015. 17h15.
Une quarantaine de représentants de la société civile se lèvent comme un seul homme et décident de quitter la salle de réunion de l'hôtel, où un consortium d'experts, de hauts responsables du groupement Sonatrach, le wali de Tamanrasset et des directeurs de l'Exécutif sous la présidence de Youcef Yousfi, ministre de l'Energie, assistaient depuis plus de deux heures à une rencontre sur les perspectives énergétiques de l'Algérie à l'horizon 2030.

Les experts, chapeautés par Ahmed Adli, ex-wali de Ghardaïa et actuel secrétaire général du ministre de l'Intérieur, étaient revenus mercredi, en compagnie de Mahmoud Djamaâ, wali de Tamanrasset, à In Salah pour tenter de renouer le dialogue avec les prestataires. Un dialogue officiellement rompu lundi soir, quand le wali s'est avoué incapable de prendre un engagement quant à la suspension des forages de gaz de schiste de Dar Lahmar, à 28 km d'In Salah. Les délégués de la ville l'avaient alors chargé de porter leur doléance en haut lieu et de demander au président de la République d'intervenir. En vain. De retour, mercredi, avec les experts du ministère de l'Energie, le wali a de nouveau essuyé un échec cuisant. Les représentants des In Salhis ne lui ont pas prêté oreille, même les notables non accrédités ont eu la même réponse que ceux restés dehors : « arrêter l'exploration du gaz de schiste, discuter après ».

Arrivé vers 14h30 à In Salah, le ministre de l'Energie y atterrit au lendemain des déclarations de Abdelmalek Sellal à l'issue de sa rencontre avec les députés des wilayas de Ouargla et Tamanrasset. Les deux régions qui osent défier le gouvernement et exiger une révision de sa politique, de son attitude, de sa vision envers tout le Sud du pays.D'abord pour l'emploi dans les zones pétrolières qui pose un problème de gestion et de passe-droits que les chômeurs dénoncent depuis plus de dix ans, et contre l'exploration et l'exploitation des gisements de gaz de schiste depuis juin 2014 à Ouargla et le 31 janvier à In Salah.

Sellal avait annoncé la couleur. Son message disait en substance que « le programme en était encore à la phase d'exploration », « que l'Algérie ne pouvait en aucun cas se risquer à ne pas connaître ses potentialités et ses réserves réelles en gaz de schiste quand les USA lançaient de nouvelles explorations », « que le gouvernement allait lancer un vaste programme de développement des régions sahariennes » et « que les élus devaient jouer leur rôle et calmer le jeu ».

Yousfi, unique orateur à prendre la parole pendant plus d'une heure, a commencé par parler « de la sécurité énergétique du pays » et de sensibiliser l'assistance sur « la nécessité d'être solidaire du reste des Algériens et penser aux générations futures dont l'avenir est entre nos mains. » In Salah serait donc le gisement miracle de l'Algérie, un second Hassi Messaoud mais gazier cette fois-ci, contenu dans les schistes du Tidikelt et du Touat « grâce à des potentialités qui feront vivre le pays pour les cent prochaines années ». « Quels sont vos arguments ? De quoi avez-vous peur ? Démontrez-moi le danger et je vous suivrai », a martelé le ministre de l'Energie.

Détermination

Youcef Yousfi s'est heurté aux appréhensions réelles des habitants. Les riverains de Dar Lahmar n'y sont pas allés par quatre chemins. « Notre sol est fragile et poreux, la fracturation hydraulique use de produits chimiques nombreux et très nocifs pour la santé, nous avons justement peur pour nos vies et celles des générations futures, nous vous demandons d'arrêter tout de suite l'exploration et de revenir dans une année, le temps de prouver qu'il n'y a pas de danger ».

Tels sont les arguments rapportés par Ahmed Slimani, délégué de In Salah centre. Plusieurs ingénieurs du cru local sont intervenus pour présenter les résultats d'études scientifiques sérieuses de par le monde. « Rien à faire, le ministre est resté inflexible », dit notre interlocuteur. C'est là que des délégués se sont mis debout : « Nous ne sommes pas aussi naïfs que vous le pensez M. le ministre, c'est à vous d'apporter la preuve qu'il n'y a pas de danger à opérer ces explorations et à fracturer ces roches au risque de polluer l'eau fossile, notre seule richesse ».

Le ministre réagit du tac au tac : « Pensez-vous qu'on vous veut du mal ? Que le gouvernement risquerait des vies pour du gaz ? » Eclats de rire dans la salle. « Pourquoi serait-il à nous, population, de démontrer des vérités scientifiques que vous êtes les seuls à ne pas accepter ? Vous êtes bien le représentant du gouvernement ; avez-vous le pouvoir de décider d'arrêter les forages ? Non, eh bien nous quittons la salle ». Ce fut chose faite en cinq minutes. Sans plus tarder ni essayer une quelconque médiation, la délégation officielle a quitté à 17h30 l'hôtel Tidikelt pour l'aéroport Tafsaout d'In Salah, où elle devait embarquer sur un vol spécial sur Alger. La ville reste quadrillée par un impressionnant dispositif sécuritaire qui se renforce au fil des jours.

Malgré les pressions

Venus dans le même avion que le ministre, les députés de la wilaya de Tamanrasset ont brillé par leur absence. Lâchée par son P/APC cloîtré dans sa maison depuis une semaine, par son chef de daïra qui a regretté sa menace de démission, la population se cramponne à quelques élus de l'APW et de l'APN qui ont adhéré à son combat, tel le député Baba Ali que Sellal aurait chargé d'une médiation au cas où celle de Yousfi échouait. La détermination des délégués d'In Salah est remarquable.

Soumis à des pressions intenables depuis une dizaine de jours, ils ont opté pour un mot d'ordre : revenir à la base avant chaque prise de décision.Ces militants ont commencé leur combat dans les associations et les écoles pour sensibiliser la population. Cette protestation qui a trouvé écho dans toutes les villes du Sud du pays où les localités environnantes d'In Ghar, Iguestene, Tit, Aoulef, Tamentit, Tamanrasset et El Ménéa ont été les premières à exprimer leur solidarité. Adrar, Metlili et Ouargla suivront demain, samedi. -

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Pourquoi le gaz de Schiste est inopportun en Algérie

El Watan le 08-01-15

Avec la déplétion des principaux gisements de Hassi Messaoud, pour le pétrole, et de Hassi R'mel, pour le gaz, la chute de la production globale des hydrocarbures d'environ 17 à 20% durant la dernière décennie, la stagnation ou la diminution du niveau des réserves et les faibles volumes découverts annuellement, malgré les lourds investissements de recherche, les officiels algériens ont décidé de chercher la solution en braquant leurs projecteurs vers une autre génération d'hydrocarbures, les hydrocarbures non conventionnels et en particulier le gaz de schiste dont les réserves sont estimées, exagérément, à plus de 20 000 milliards (vingt mille milliards) de mètres cubes par l'Advanced resources international (ARI) dans le cadre d'un rapport établi à l'échelle mondiale pour le compte de l'US Energy information administration (EIA).

Ce rapport, publié en juin 2013, classe l'Algérie à la 4e place dans le monde après les USA, la Chine et l'Argentine. C'est ainsi que les dernières révisions de la loi sur les hydrocarbures (en vigueur depuis le 9 mars 2013) ont lancé, prématurément, un appât pour les compagnies pétrolières en injectant des blocs présumés potentiels en gaz de schiste dans le 4e appel d'offres dont l'ouverture des plis, effectuée le 30 septembre 2014, s'est soldée par des résultats très décevants au vu des attentes des décideurs et notamment quand on sait que la décision d'exploiter le gaz de schiste en Algérie a été officiellement avalisée par le Conseil des ministres en date du 21 mai 2014.

Sur les 31 périmètres lancés en appel d'offres, seuls quatre ont été pris par des consortiums dominés par des partenaires qui connaissent bien le domaine minier algérien (Repsol, Shell, Statoil), mais aucune compagnie n'a manifesté le moindre intérêt pour l'exploitation du gaz de schiste tant ambitionné par le gouvernement.

Ce manque d'engouement de la part des investisseurs étrangers trouve son explication plutôt dans le volet économique que dans le volet sécuritaire, comme le pensent certains milieux. L'acte isolé de la décapitation du ressortissant français Hervé Gourdel, le 21 septembre dernier, soit 10 jours avant le dépôt des offres et l'ouverture des plis, ne peut faire subitement de l'Algérie un pays à « hauts risques » comme il l'a été dans les années 1990 quand le pays traversait une période d'insécurité très généralisée, mais les contrats d'exploration avec les compagnies étrangères se signaient par dizaines.

Il y a 3 principales raisons de l'inopportunité du gaz de schiste en Algérie : une réactivité du management des projets inadaptée, un cadre géologie peu attractif en matière de shale gas, et une rentabilité incertaine. Sur le plan logistique et managérial, l'exploitation du gaz de schiste demande une réactivité et des prises de décision rapides, voire instantanées, notamment quand il s'agit d'acquisition et d'acheminement du matériel vers les chantiers.

...

L'Algérie s'est donc trop empressée en voulant exploiter son prétendu gaz de schiste sans recueillir les avis de ses vrais experts et spécialistes sur l'opportunité de ce dossier. Ces avis semblent clairement exhibés par les partenaires au vu des résultats du quatrième appel à la concurrence dont l'ouverture des plis a eu lieu, publiquement, le 30 septembre 2014.

Lire la suite de l'article de Mohamed Saïd Beghoul sur El Watam

La population d'In Salah refuse de rencontrer les experts du gouvernement


El Watan le 07-01-15

Finalement, personne n'attendait les experts en gaz de schiste dépêchés par le gouvernement. Ces derniers n'ont pas été reçus à l'aéroport Tafsaout d'In Salah. Informés de l'hostilité de la population à leur venue, ils sont repartis bredouille.

L'avion de la délégation d'experts dépêchés par le gouvernement mercredi matin à In Salah est reparti à Alger peu de temps après son arrivée à l'aéroport. Hier, en fin de soirée, le comité de coordination de la manifestation anti gaz de schiste menée depuis une semaine par la population de cette ville avait pris la décision de ne pas recevoir les experts dont la venue é été annoncée dimanche dernier pour absorber la colère des gens et apaiser leurs craintes quant aux dangers de l'exploitation du gaz de schiste dans la région de Dar Lahmar, a 28 Km de In Salah.

Aux dernières nouvelles, le sit-in populaire devant la daïra est maintenu, la population campe sur sa position et demande la venue de Sellal en personne pour annoncer la décision ferme et solennelle du gouvernement d'arrêter immédiatement et de manière définitive toute exploitation du gaz de schiste dans la région du Tidikelt.

Le comité de coordination a en outre fait appel via les réseaux sociaux à tout le peuple algérien pour exprimer franchement son soutien à la population d'In Salah et se positionner contre l'exploitation du gaz du schiste sur tout le territoire national. La population refuse que son combat pour préserver les nappes d'eaux souterraines soit réduit à une simple revendication de projets de développement de la ville.

Lire la suite de l'article de Houria Alioua sur El Watam

Algérie : imposante marche contre le gaz de schiste à Tamanrasset


El Watan le 06-01-15

Les étudiants du centre universitaire de la wilaya de Tamanrasset se sont joints au large mouvement de protestation préparé par les opposants à l'exploitation du gaz de schiste dans le sud.

Une imposante marche à laquelle ont participé plusieurs centaines de personnes, entre étudiants et enseignants, a été organisée, ce mardi 6 janvier, du centre universitaire vers le siège de la wilaya. Les organisateurs font état de plus de 2000 marcheurs qui ont pris part à cette action, en signe de solidarité avec les habitants d'In Salah qui ont investi la rue depuis le 31 décembre, pour manifester contre l'extraction du gaz piégé dans cette région où se trouvent les trois puits pilotes, dont deux sont récemment mis en service.

L'arrêt des travaux dans ce site implanté à quelques toises des périmètres agricoles des deux localité de Sahla, à 35 km de la capitale de Tidikelt, est la revendication des protestataires ayant brandit plusieurs banderoles où l'on peut lire « Le gaz se propage et le Sud agonise », « non au gaz de schiste », « ayez pitié en nos enfants, on en a marre de la marginalisation », « nous ne sommes pas contre l'économie de l'Etat, mais contre les projets nuisibles au citoyen ».

Les protestataires exigent sans condition l'instauration d'un moratoire et l'extinction des torche de puits lancés à titre d'expérimentation dans le site de l'Ahnet. Rien ne semble altérer leur détermination à faire valoir cette revendication quitte à "bloquer les zones pétrolières et fermer les importants axes routiers menant de et vers Tamanrasset" menace-t-on. Les participants à cette marche, quadrillée par un impressionnant dispositif de sécurité en prévision de la réunion du CEMOC (comité d'Etat-major opérationnel conjoint) qui se tient parallèlement à la VIe région militaire, se disent prêts à durcir leur action si les autorités se murent encore dans le silence.

« Cette protestation de soutien aux manifestants d'In Salah n'est qu'un début. Nous n'allons pas nous taire jusqu'à l'aboutissement de notre plate forme de revendication » lancent les protestataires à l'adresse des responsables de la wilaya. Et de poursuivre : « Nous refusons de cautionner un projet polluant et qui ne profite, de surcroît, qu'aux pays étrangers. Les populations du Sahara ont été longtemps exploitée par la France qui tenait de concrétiser sa stratégie nucléaire au détriment de la vie des milliers de personnes utilisées comme cobayes. Aujourd'hui et après 52 ans d'indépendance on n'acceptera jamais qu'on soit traité de la sorte ».

Lire la suite de l'article de Ravah Ighil sur El Watam

La catastrophique fracturation hydraulique albanaise

mer, 13/05/2015 - 23:59
LA CATASTROPHIQUE FRACTURATION HYDRAULIQUE ALBANAISE

Dans la région de Fier, au Sud de l'Albanie, l'entreprise canadienne Bankers Petroleum Ltd exploite depuis 2004 l'une des plus importantes réserves d'hydrocarbures des Balkans et d'Europe Occidentale. Bien que le pétrole soit la première source de richesses de l'Albanie, la population locale ne bénéficie que peu de cette activité et souffre des nombreuses conséquences environnementales de cette exploitation excessive des ressources.

Les journalistes de l'aJT ont été à la rencontre d'Hugo Fraysse et Sidonie Hadoux afin qu'il nous en dissent plus sur leur reportage photographie : « Albanie, or noir misère grise »

Un reportage édifiant sur alterjt.tv

USA : Des additifs de fracturation hydraulique dans l'eau du robinet

mer, 13/05/2015 - 23:58
USA : DES ADDITIFS DE FRACTURATION HYDRAULIQUE DANS L'EAU DU ROBINET

Pour la première fois, l'analyse de l'eau du robinet de maisons voisines du champ de gaz de shiste "Marcellus" en Pennsylvanie démontre sans ambiguïté une pollution des nappes phréatiques par cette technique d'extraction.

En 2012, les chercheurs de l'Earth and Environmental Institute de l'Université d'Etat de Pennsylvanie ont reçu des échantillons d'eau du robinet provenant de trois maisons voisines du champ de gaz de schiste "Marcellus" en Pennsylvanie, réputé pour être le plus important au monde. Les occupants étaient préoccupés par le fait que leur eau faisait de la mousse en sortant du robinet. Les analyses de routine effectuées par les services de santé ne permettaient pas de déterminer la composition des produits qui faisaient mousser l'eau car ceux-ci étaient en dessous des seuils de détection de l'administration.

Les propriétaires ont depuis vendu leurs maisons aux exploitants du gisement. Mais les échantillons, eux, sont restés au laboratoire où les chercheurs leur ont fait passer un examen approfondi combinant chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse. Leurs résultats viennent d'être publiés dans les PNAS. Ils constituent la première preuve officielle que la contamination des nappes phréatiques par la fracturation hydraulique est bien possible malgré la distance séparant les nappes phréatiques des couches de schistes plus profondes.
Eau et gaz pollués s'infiltrent à travers le sol

DETECTION. En recherchant un large éventail de contaminants possibles à de faibles concentrations plutôt que de traquer un seul produit spécifique, les chercheurs ont mis en évidence un composé chimique, 2-BE, et un complexe mélange de polluants organiques indéterminés mais régulièrement retrouvés dans les eaux résiduelles d'extraction des gaz de schistes du champ Marcellus. « Cette découverte est importante parce que nous démontrons que les produits chimiques voyagent à travers plus de deux kilomètres de couches géologiques vers les puits d'eau potable, a déclaré Susan Brantley, professeur de géoscience et directeur du Earth and Environmental Institute. Les molécules chimiques que nous avons identifié venaient soit des fluides de fracturation soit des additifs utilisés pour les forages et ils se sont déplacés avec le gaz naturel à travers des interstices naturels dans la roche ».

Pour la première fois, toutes les données analysées sont publiées pour que chacun puisse se faire son idée. Une telle contamination de l'eau potable par des puits de gaz de schiste n'avait encore jamais été prouvée avec une cette précision, évacuant doutes et polémiques. Selon Susan Brantley, la technique que son laboratoire a utilisée pourrait être un outil efficace pour vérifier que les accusations de pollution de l'exploitation des gaz de schistes sont bien réelles. Elle demande donc que de telles études soient généralisées et portées à la connaissance du grand public afin de faire émerger un cadre réglementaire sur l'exploitation de cette ressource. De nombreuses photos aériennes du champ "Marcellus" sont disponibles ici.

Lire l'article avec lien et photos sur Sciences et Avenir.fr

Shale gas : newspapers and publications

dim, 10/05/2015 - 19:10
Collective 07 "Stop Gas and Shale Oil" invites you to read
his newspaper and publications.

Newspapers and publications are distributed locally in print and are available for download below.

All the newspapers et publications in french

DOWNLOAD NEWSPAPERS AND PULICATIONS :

GAZette n°4 : Energy transition
November 2012

  • And if we were making ... without gas and oil shale ? with the Energy Transition.
  • Why the Energy Transition ? : The end easy resources, pollution and risks ...
  • How ? :
  • Sobriety : Let's use less energy to meet the same need ...
  • Efficiency : start with the easier ... unnecessary consumption !
  • Clean energy : Give priority to renewable energy
  • Edit the near future ... it's everyone's business.
  • How to act ? Let us pledge for Energy Transition

* Télécharger la GAZette n°4 - version Fr (pdf 780Ko)
* Download the GAZette n° 4 - english version (pdf 612 ko)
* Download der GAZette n° 4 - deutsch version (pdf 696 ko)

GAZette n°3 : Special vigilance and mobilization
June 2012

  • remain focused
  • Collectif 07 Stop Shale Gas
  • vigilance - information - warning
  • mobilization and permits in France
  • shale gas and shale oil in Europe
  • timeliness of gas and oil shale

* Télécharger la GAZette n° 3 - version française (pdf 1 Mo)
Pour qu'il vous soit plus facile à diffuser, nous avons réalisé un fichier imprimable en A4, donc, 3 feuilles de 2 pages à agrafer (ne pas tenir compte du recto/verso).

* Download the GAZette n° 3 - english version (pdf 1.4 Mo)
To make it easier to distribute, we made a printable file A4, so 3 sheets of 2 pages stapled (ignore the recto / verso).

* Download the GAZette nr 3 - deutsch version (pdf 1.5 Mo)
Um es einfacher zu verteilen, haben wir eine druckfähige Datei A4, so 3 Blatt 2 Seiten geheftet (ignorieren Sie die recto / verso).

Publications in 4 languages
April 2012

Made available for targeted communication that you can print.
Publication in 4 languages : french, english, german and deutsch

Download version "superior printing" Duplex (pdf 15 Mo)
Download version "printing" Duplex (pdf 2,7 Mo)
Download duplex compressed version (pdf 820 ko)

COP 21 : :e collectif Ardèche Oui à la Transition Énergétique et Écologique se mobilise

sam, 09/05/2015 - 21:00
LE COLLECTIF ARDÈCHE OUI À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET ÉCOLOGIQUE SE MOBILISE EN AMONT DE LA COP 21

Stage de théâtre forum : dans le cadre du chaud débat qui s'annonce au mois de décembre : "Qui veut régler le thermostat de la planète ?", le Collectif Ardèche Oui à la transition et l'Atelier du Déclic vous proposent 2 week-ends de stage de théâtre forum.
Ces stages sont gratuits (prise en charge de l'animateur Raphaël par le Collectif Oui à la Transition 07). Il s'agira de créer des scénettes de théâtre-forum qui pourront se produire dans plusieurs villages d'Ardèche pour informer et échanger sur le changement climatique. Participez à la création du Théâtre-forum !
Deux ateliers, moments de création conviviaux de réflexion et d'échanges, seront organisés les 20 et 21 juin à St Etienne de Boulogne et 5 et 6 septembre à Bourg St Andéol.

COP 21 : engagé depuis 2013 pour la transition énergétique et écologique, le Collectif Ardèche OUI à la Transition Énergétique et Écologique a décidé de développer ses actions. En plus de l'animation du site internet et de la mise en lumière des initiatives locales de transition, nous souhaitons participer au développement des échanges et débats sur la transition en créant ou mutualisant des animations, porter la question de la transition dans les réflexions sur l'aménagement du territoire (SCoT), et nous mobiliser en vu de la COP21 en fin d'année à Paris, en lien avec la Coalition Climat 21.

Dans le cadre des 1000 initiatives pour le Climat, un moment d'échanges aura lieu le vendredi 29 mai à 18 h 30 à la Case bio des Vans avec les délégués au Forum Social Mondial à Tunis, Richard NEUVILLE et Marie-Thérèse CHARMASSON, autour des luttes locales et mondiales contre le gaz de schiste et le changement climatique.

TOUTES LES INFOS NÉCESSAIRES

Rejoignez les groupes de travail et participez à la prochaine plénière le jeudi 21 mai 2015 à 18h30 au Pôle de Service d'Aubenas

USA, Pennsylvanie : 1er cas avéré de produits chimiques issus de la fracturation hydraulique retrouvés dans de l'eau potable

sam, 09/05/2015 - 18:10
USA, PENNSYLVANIE : PREMIER CAS AVÉRÉ DE PRODUITS CHIMIQUES ISSUS DE LA FRACTURATION HYDRAULIQUE RETROUVÉS DANS DE L'EAU POTABLE ALIMENTANT QUELQUES MAISONS

Des produits chimiques utilisés dans la fracturation hydraulique ont réussi à s'infiltrer dans la nappe assurant l'approvisionnement de l'eau potable de maisons voisines des puits d'extraction de gaz de schiste dans le comté de Bradford en Pennsylvanie.

L'eau des robinets de trois maisons situées à seulement 2 kilomètres d'un puits de gaz de schiste contenait de petites quantités de substances chimiques utilisées dans le processus de fracturation hydraulique, selon une nouvelle étude qui vient tout juste d'être publiée.

En 2012 des habitants riverains du site d'extraction de gaz de schiste de Marcellus s'inquiétaient que l'eau du robinet soit devenue mousseuse. L'analyse chromatographie et spectrométrique gazeuse des échantillons prélevés a révélé la preuve officielle et indiscutable que les nappes phréatiques ont été polluées.

L'analyse de l'eau échantillonnée a révélé la présence de traces de butoxyéthanol (2BE), produit utilisé lors des opérations de fracking.

Le document, publié dans les Actes de l'Académie nationale des sciences, aborde une question posée depuis très longtemps sur les risques potentiels pour l'eau potable des nappes souterraines voisinant les puits d'extraction par fracturation hydraulique, ou fracking.

Les auteurs de l'étude suggèrent qu'une chaîne d'événements a permis aux produits chimiques utilisés par des forage d'accéder a la nappe souterraine qui assure l'approvisionnement en eau potable de plusieurs riverains voisins des sites d'extraction.

"Ce rapport scientifique complet est le premier cas avéré et indiscutable de pollution d'une eau potable alimentant des maisons voisines de puits d'extraction par des produits chimiques issues de la fracturation hydraulique"

Cette étude vient d'être publié" a déclaré Susan Brantley. L'un des auteurs de l'étude, géoscientifique de l'Université d'État de Pennsylvanie. Les chercheurs notent toutefois que la contamination a pu parvenir d'un manque d'étanchéité des puits de forage et non du processus de fracturation lui même.

Le produit chimique révélé dans les échantillons, également communément utilisé dans les peintures et les produits cosmétiques, est connu pour provoqué des tumeurs chez les rongeurs.

Les auteurs rappellent néanmoins que les quantités mesurées en parties par billion restaient dans des niveaux très faibles et qu'elles étaient très inférieures aux seuils des règlements de sécurité et qu'elles ne posaient donc aucun risque pour la santé.

L'industrie a vivement critiqué cette nouvelle étude, en disant qu'elle ne fournit aucune preuve que les produits chimiques présent dans l'eau potable soient parvenues des puits d'extraction voisins.

Le Dr Brantley a déclaré que les contaminants pourraient effectivement provenir d'une fuite documentée d'un puits en 2009 mais qu'ils restent néanmoins un doute .

"Néanmoins cette étude reste très importante parce nous démontrons que les produits chimiques peuvent s'infiltrer à travers plus de deux kilomètres de couches géologiques vers les nappes phréatiques d'eau potable" a t elle ajouté.

Lire l'article sur le blog de Nature Alerte